Tea time

Styled Shoot at The Pilgrims Rest, Battle. Wednesday 22nd February 2017

L’incontournable tradition anglaise ! Impossible de parler de culture culinaire de ce pays sans évoquer le thé ! Outre une boisson, il est synonyme de repas ayant lieu à différents moments de la journée.

Lorsque l’on dit ici que l’on va prendre le thé, il est systématiquement sous-entendu que l’on va manger. On emploie plus communément alors l’expression de tea time.

Le tea time consiste ainsi à des repas différents qui se déroulent dans la journée. Le thé de l’après-midi, afternoon tea, appelé aussi cream tea selon la région et ses coutumes, le thé du soir, tea as the evening meal ou le tea break qui correspond à une pause de travail à la mi-matinée ou le midi.

Ce tea time est un véritable rituel qui comporte tout un univers cérémonial. On trouve le thé vintage, le thé de réception, le thé familial et le goûter dînatoire. Incomparable au brunch (article de la semaine prochaine), l’heure du thé est une tradition britannique qui s’est étendue dans certains pays du Commonwealth. Il y a d’ailleurs le tea party qui est un évènement marquant des périodes festives de l’année, comme Pâques, par exemple, ou des cérémonies, telles un anniversaire, un baptême, une communion, parfois même un mariage, etc.

Tea time_afternoon-tea_wp

Afternoon tea

Le plus connu à travers le monde, il s’agit donc du thé de l’après-midi se déroulant entre 15 heures et 17 heures. Cette coutume n’était observée que par les classes sociales aisées anglaises dans les années 1840. Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle qu’elle s’est développée parmi ses classes sociales moyennes et supérieures. Le repas est généralement composé de sandwichs de pain, beurre, concombre, œuf, cresson, parfois jambon blanc, thon, etc., lesquels ôtés de leur croûte sont coupés en petits segments triangulaires ou de toasts, de scones, de petites pâtisseries, muffins, cupcakes, etc., de petites crêpes épaisses, de petits pots de confiture. Divers fromages en petits morceaux ou cubes peuvent parfois trouver leur place.

Cependant la tradition de l’afternoon tea de nos jours demeure uniquement un quotidien chez les personnes retraitées. Il se pratique sinon le week-end pour une occasion spéciale ou durant les vacances, comme un moment de détente dans un hôtel. Un verre d’alcool ou de champagne est alors servi en accompagnement.

Dans les salons de thé en Angleterre, l’afternoon tea se résume essentiellement à manger un seul morceau de gâteau ou des biscuits avec le thé.

Tea time_cream-tea_wp

Cream tea

Ce dérivé de l’afternoon tea ressemble davantage à un encas. Il est associé à l’ouest de l’Angleterre ; Cornouailles, Devon, Dorset et Somerset. Il est composé de scones, de crème fraîche en grumeaux, de confiture de fraises et bien évidemment consommé avec du thé. Dans certains endroits, le beurre remplace la crème fraîche. En Australie, il est appelé le Thé du Devonshire.

Tea time_tea-as-evening-meal_wp

Tea as the evening meal

Appelé aussi high tea (goûter dînatoire) ou meat tea (thé de viande), il vise à remplacer le repas du soir. Il est observé par la classe ouvrière entre 17 heures et 19 heures. Il est du reste usuel dans ma région de constater cette pratique. Dans les pubs, les restaurants ou autres, ces Anglais dînent entre ces heures. Les Anglais appartenant à une classe sociale plus élevée dînent à nos heures, c’est-à-dire à partir de 19 heures. Ce repas dit « informel » marque ainsi cette différenciation des classes sociales anglaises.

Néanmoins, cette coutume est uniquement associée au nord du pays. Au sud, le repas du soir s’effectue aux mêmes horaires qu’en France, indépendamment de la classe sociale.

Ce « thé » est composé typiquement d’un plat chaud, suivi de gâteaux ou de pain, beurre et confiture. Ce terme de « high tea » trouve son origine vers les années 1825. Il se prenait sur la table à manger (donc en hauteur), à l’opposé du thé de l’après-midi qui était servi sur une table basse et considéré comme un encas léger.

Petite anecdote. L’expression stéréotype « You’ll have had your tea », « Vous aurez eu votre thé » est employée pour se moquer des gens d’Édimbourg estimés comme inhospitaliers.

Tea time_afternoon-tea-snacks_wp

Tea break

Il n’est pas un repas comme tel. Il correspondant à une pause de travail de 10-15 minutes. Il est pris vers 10 heures du matin ou le midi. Il est consommé avec des biscuits. Le café peut venir remplacer le thé. En résumé, il ressemble à nos pauses matinales que certains prennent au travail en France.

Tea time_afternoon-tea-party_wp

Je vous retrouve donc lundi prochain avec cet article sur le brunch, une autre tradition très suivie en Angleterre.

Bon appétit !

Publicités

Hyloscirtus japreria

Hyloscirtus japreria_Fernando ROJAS-RUNJAIC_La Salle Natural History Museum of Venezuela_AFP_wp
Hyloscirtus japreria découverte en Amérique du Sud – Photo Fernando Rojas-Runjaic / La salle natural history museum of Venezuela / AFP

Continuons et terminons cette semaine avec cette nouvelle découverte animalière. Après les écureuils, les grenouilles !

Cette découverte a fait l’objet d’un article publié en février de cette année dans la revue scientifique Zootaxa.

Des scientifiques vénézuéliens et colombiens ont ainsi découvert une nouvelle espèce de grenouille dans les montagnes de Perija à la frontière des deux pays qu’ils ont baptisée Hyloscirtus japreria. Elle devient dès lors la 37e espèce identifiée des Hyloscirtus.

Cette petite grenouille à la peau multicolore et au chant particulier vit dans les rivières et les cours d’eau à plus de 1 000 m d’altitude ; les mâles mesurant entre 2,8 et 3,2 cm et les femelles, de 3,5 à 3,9 cm. Elle fut découverte au cours d’expéditions qui ont commencé il y a une dizaine d’années.

Hyloscirtus japreria_wp

Le biologiste Fernando Rojas-Runjaic, coordinateur de l’étude, a déclaré auprès de l’AFP : « Nous avons mis plusieurs années pour prouver qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce ». D’expédition en expédition, les scientifiques, équipés en appareils photo et enregistreurs haute définition, ont observé les spécimens en montagne pendant plusieurs jours à pied ou à dos d’âne. Ils ont ensuite soumis leurs travaux à des « analyses bioacoustiques ».

Cette grenouille Hyloscirtus japreria, dont son appellation rend hommage aux japrerias, une ethnie indigène disparue habitant dans cette région de l’État de Zulia au nord-ouest du Venezuela, se caractérise par son chant spécifique et son dos de couleur jaune pâle tacheté de points marrons et rougeâtres. Elle comporte aussi des traits blancs au niveau des yeux, des oreilles, des cuisses et des pattes avant. Des spécimens ont été trouvés des deux côtés de ces montagnes, le versant colombien ayant été longtemps inaccessible aux chercheurs en raison du conflit armé sanglant qui a sévi dans le pays durant plus d’un demi-siècle.

Bon dimanche !

Le polatouche de Humbolt

Le polatouche de Humbolt_écureuil-photo Nick Kerhoulas_wp
Glaucomys sabrinus – Photo Nick Kerhoulas

En début de mars dernier, je vous avais parlé de ces petits rongeurs, communs dans l’Est de l’Amérique du Nord, qui pullulent tout autant en Angleterre.

Hé bien avec cette nouvelle trouvaille, ces écureuils sont encore loin d’être une espèce en voie de disparition !

L’article a été publié en mai 2017 dans la revue Journal of Mammalogy sur le site Oxford Academic.

Une nouvelle espèce d’écureuil volant a été découverte l’année dernière en Amérique du Nord. Les biologistes pensaient jusqu’ici que le genre Glaucomys n’était constitué que de deux espèces, le grand polatouche, Glaucomys sabrinus, et le petit polatouche, Glaucomys volans. Suite à des analyses ADN effectuées sur 185 cadavres conservés dans plusieurs musées américains, les scientifiques ont découvert qu’une espèce distincte était classifiée de manière incorrecte dans les Glaucomys sabrinus.

Le polatouche de Humbolt_écureuil-en-plein-vol-photo Kim Taylor-Caters News Agency-SIPA_wp
Glaucomys volans – Photo KIM TAYLOR/CATERS NEWS AGENCY/SIPA

Dénommée le polatouche de Humbolt, Glaucomys oregonensis, cette nouvelle espèce est plus petite en taille avec une fourrure plus foncée que le grand polatouche. Elle se situe le long de la côte ouest de l’Amérique du Nord, de la Colombie-Britannique au Canada à la Californie aux États-Unis, alors que les grands polatouches ne sont présents que dans le sud des États-Unis, largement répandus plutôt à  l’intérieur des terres. Les chercheurs ont mis en évidence des zones où les polatouches de Humbolt et les grands polatouches se côtoient, notamment dans l’État de Washington. Cependant, aucune hybridation n’a eu lieu entre les deux espèces. Elles se fréquentent donc, mais ne se mélangent pas.

Différemment des oiseaux ou des chauves-souris, ces écureuils ne volent pas. Ils planent d’arbre en arbre en distendant une membrane de peau qui relient leurs pattes avants et arrières. Ils utilisent leur queue en forme de plume comme gouvernail afin de diriger le vol plané. Ils peuvent ainsi planer sur plusieurs dizaine de mètres et réalisés des virages.

L’anticonformisme conformiste

L'anticonformisme conformiste_trou-serrure-yeux_wp

« Antisocial, tu perds ton sang froid », comme se disait dans une chanson de ma génération. Aujourd’hui, c’est l’anticonformisme conformiste.

Dans les années 80, nous n’avions pas Internet, les téléphones portables, les iPad & Co, la Wi-Fi, le Bluetooth, le GPS, etc. Nous avions les disques vinyles, le Walkman, pas toujours auto-reverse, un bic avec lequel nous remettions la bande de la cassette en place qui se déroulait à force d’usage. Nous nous servions du guide Michelin sur lequel nous tracions l’itinéraire de nos vacances. Nous avions des pièces de monnaie au fond des poches qu’il nous arrivait de faire tomber dans la cabine téléphonique. Dans des villages, il y avait même encore un standard téléphonique à la Poste. Nous avions les speakerines, la petite chenille de FR3, le club Dorothée, Albator, Capitaine Flam, Maya l’abeille, l’Agence tous risques, Starsky et Hutch… Nous avions les magnétoscopes et cassettes VHS et nous avons vu naître le CD « inusable ou presque », comme nous disait Patrick Poivre d’Arvor. Nous n’avions pas le modernisme d’aujourd’hui, mais celui de notre époque.

L'anticonformisme conformiste_téléphone-ancien_wp

À l’adolescence, nous nous réunissions dans notre café préféré qui devenait notre QG. Certains jouaient au flipper ou au baby-foot. D’autres avaient des cartes pour jouer au Tarot ou à la Belote. Nous échangions aussi des conversations au cours desquelles nous refaisions le monde. Nous partagions nos différences culturelles, religieuses, sans haine, ni distinction de couleur de peau. Nous étions la génération Benetton. Nous allions le soir chez l’un ou chez l’autre, où les parents avaient élu domicile à l’étage afin de nous laisser nous amuser, mais tout en ayant l’œil sur nous. Nous mangions des crêpes faites maison, des pâtes à la carbonara ou autre, un repas pas cher, car nous n’avions pas beaucoup de sous. Nous dansions sur les Démons de Minuit, Indochine, ACDC, ABBA… Nous avions notre premier flirt et premier baiser. Nos premières peines de cœurs et nos désillusions. Nos premières galères et nos vraies colères. Nous étions la génération « désenchantée ».

Nous avons vieilli et nous avons vu le monde évoluer, parfois trop vite. Aujourd’hui, cette évolution qui croît encore et encore est là.

L'anticonformisme conformiste_united-colors-of-Benetton_wp

Il y a les réseaux sociaux sur lesquels beaucoup lâchent leur violence et leur rage. Les téléphones mobiles qui servent à tout sauf à vraiment téléphoner. Il y a Internet pour communiquer, mais peu se parle. Les jeux vidéos ont remplacé les jeux de société. Les normes d’avant se sont plus celles d’aujourd’hui.

Nous voyons une société qui prône l’anticonformisme en remettant tout en cause et qui propose en échange un conformisme extrême. Des filles en tenue sexy se font agresser et traiter comme de la pire espèce. À l’opposé, des filles couvertes quasi de la tête jusqu’aux pieds sont prises en nouveau modèle. Des filles squelettiques déambulent sur des tapis, pas toujours rouges, d’autres affichent leur surpoids sous le prétexte de l’acceptation de soi, alors que les deux parties mettent leur santé en danger. Les hommes sont considérés pratiquement tous comme des harceleurs, des violeurs, des mauvais. Les femmes veulent être perçues comme des modèles de vertus pour soi-disant la défense de leurs droits en imposant leur image selon leur vision.

L'anticonformisme conformiste_internet-phone_wp

En parallèle, des produits toxiques sont créés pour détruire d’autres produits toxiques. Des animaux sont tués pour en protéger d’autres. Des tours d’épuration d’air sortent du sol pour lutter contre la pollution, alors on pollue encore plus. Le « politiquement correct » a été inventé afin de se donner l’impression d’être « politiquement correct » et le « vivre ensemble » pour se sentir moins seul.

Et pour combattre le conformisme d’antan, le nouveau phénomène de mode du « briser les tabous » tend à remplacer le respect par l’impudeur. Des hommes prêts à n’importe quoi pour améliorer leurs performances sexuelles et se rendre plus désirables auprès de la gent féminine. Des femmes qui organisent des défilés de vagins en tissu ou bijoux pour que la femme ne soit plus dite « sexe faible ». Les paparazzi ont vu accroître leur business. Les magazines de la presse people ont poussé comme des champignons.

Nous sommes devenus la génération déséquilibrée…

La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic

La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic_photo-CCO-CREATIVE-COMMONS_wp
Photo CCO CREATIVE COMMONS

Une grande première. La Food and Drug Administration (FDA), Agence américaine des denrées alimentaires et des médicaments a annoncé par communiqué : « Le IDx-DR est le premier système autorisé à la commercialisation qui fournit une décision de dépistage sans qu’un clinicien interprète aussi l’image ou les résultats, ce qui le rend utilisable par des professionnels de santé qui ne sont normalement pas impliqués dans les soins oculaires. »

Cet outil vise la rétinopathie diabétique qui se distingue par des lésions de la rétine. Elle est une complication très sérieuse du diabète qui touche 50 % des personnes diabétiques de type 2, à différents stades. Le taux trop élevé de sucre dans le sang caractéristique du diabète de type 2 tend à altérer la paroi des capillaires, des micro-vaisseaux sanguins qui irriguent notamment la rétine. Cette fragilisation pouvant conduire à l’éclatement de ces vaisseaux rétiniens peut progresser jusqu’à la cécité. Le diabète est aussi responsable de 12 % des cas de cécité dans les pays occidentaux. L’ancienneté du diabète, le niveau de glycémie, un diabète instable, l’hypertension artérielle, etc. sont des facteurs favorisant la venue et la progression de la rétinopathie diabétique. Cette pathologie peut également engendrer d’autres maladies oculaires, telles que les glaucomes ou la cataracte, et ainsi causer la cécité en l’absence d’un traitement adéquat.

La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic_FDA_wp

Le IDx-DR est un logiciel informatique qui utilise un algorithme d’intelligence artificielle afin d’analyser les images des yeux capturées par une caméra rétinienne. N’importe quel médecin ou professionnel de santé peut ensuite charger les images du patient dans un cloud (exploite la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l’intermédiaire d’un réseau, généralement Internet) où le système va alors procéder à l’analyse. Le système fournit au médecin le fond de l’œil avec ou sans anomalie. Dans le cas où une anomalie serait détectée, le programme recommande le patient à consulter un ophtalmologue. Si l’analyse ne révèle en revanche aucune anomalie, l’examen peut être renouvelé un an plus tard.

Le Dr Malvina Eydelman, directrice de la division ophtalmique à la FDA, a expliqué : « La détection précoce de la rétinopathie est une partie importante dans l’organisation des soins pour les millions de personnes atteintes de diabète. Pourtant, la plupart de ces patients ne sont pas examinés comme il le faudrait pour la rétinopathie diabétique puisque 50 % d’entre eux ne consultent pas leur ophtalmologue chaque année comme ils le devraient […] La FDA continuera à faciliter la disponibilité de dispositifs de santé numériques sûrs et efficaces qui pourraient améliorer l’accès des patients aux soins de santé nécessaires. » Ce IDx-DR semble fonctionner, étant donné qu’il voit juste 9 fois sur 10, selon les résultats d’un essai clinique mené sur 900 patients et étudié par la FDA. Il pourrait donc permettre de grossir la proportion de patients se faisant dépister de cette pathologie.

La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic_oeil_wp

Cependant, ce procédé de diagnostic doit avoir un prix. Et celui-ci n’a pas été évoqué. Il faut rappeler que le système de santé aux États-Unis est extrêmement coûteux. On peut donc s’interroger sur la volonté de la FDA, tant mise en avant, à augmenter le nombre de consultations ophtalmologiques. Si le patient n’a pas les finances en vue de consulter un spécialiste des yeux, il n’en aura pas davantage pour s’adresser à ce nouveau dispositif. Maintenant, à moins qu’il soit gratuit…

« J’ai agrandi mon pénis avec des cellules souches »

_J_ai agrandi mon pénis avec des cellules souches_wp

Alors que l’article d’hier abordait le thème du sexe et de l’amour dans la culture indienne de manière sérieuse, je vous propose aujourd’hui cet article publié en mars dernier dans le magazine Sciences et Avenir évoquant aussi ce sujet, mais de façon plus surprenante.

Ne trouvant les mots pour cet article, je vous convie simplement à en prendre lecture.

« J’ai agrandi mon pénis avec des cellules souches », intitulé de cet article, est l’ixième essai qu’a réalisé l’Américain Ben Greenfield, « un cobaye forcené », afin d’accroître le volume de son sexe et ses performances sexuelles.

Je ne sais pas trop ce que vous penserez de cet article, mais il semblerait que cet individu devrait peut-être expérimenter les consultations chez les psys…

« Inde : sexe et amour au pays des interdits »

_Inde_sexe et amour au pays des interdits_porte-de-l'Inde-New-Delhi_wp
Porte de l’Inde – New Delhi

L’Inde, pays souvent au cœur de l’actualité, s’est de nouveau retrouvée sous les feux des projecteurs avec ce documentaire diffusé le 22 avril dernier sur la chaîne de télévision M6.

« Inde : sexe et amour au pays des interdits » a été ainsi le nouveau reportage de l’émission Enquête Exclusive qui nous a plongés dans les racines profondes de la culture indienne où l’amour et le sexe demeurent tabous.

Pourtant symbole de l’érotisme par son célèbre recueil le Kāmasūtra(1) et de la romance exprimée par son tout autant connu Taj Mahal(2), partie intégrante de son identité et de son patrimoine, l’Inde montre un visage bien différent dans les relations amoureuses de la vie au quotidien.

Si l’économie du pays de son côté se développe à un rythme considérable, son évolution culturelle, elle, stagne figée dans le temps par des règles et des traditions ultra strictes où la femme reste soumise à l’homme. Pays aussi de la vache sacrée, il n’affiche pas le même statut à la femme qui croupit sous le poids des traditions où son rôle ne consiste qu’à être mariée.

_Inde_sexe et amour au pays des interdits_Taj-Mahal-Agra_wp
Taj Mahal – Agra

S’embrasser dans la rue, se tenir la main, avoir un petit ami, plus encore, se marier par amour, sont interdits. En cause, les différentes castes au sein de la société qui existent et ne peuvent se mélanger entre elles. Un homme d’une caste supérieure ou inférieure ne peut donc épouser une femme n’appartenant pas à sa caste. Et dans une même caste, le choix des futurs époux est du ressort de leur famille. 90 % des mariages sont arrangés en Inde.

Mais également, afin de s’assurer que le futur mari est bien sous tous rapports, certaines familles vont jusqu’à faire appel aux services d’un détective privé pour enquêter sur lui. Surnommé les « Love Detective », Rajani à Mumbai (anciennement Bombay) en a fait son gagne-pain. Tout passe au peigne fin, moralité, situation financière, fréquentations, etc., aucun écart n’est toléré.

Quant à la femme choisie, si elle refuse, elle est battue, lapidée, brûlée à l’acide ou tuée, parfois même par sa propre famille. Les crimes d’honneur ont toujours cours. Maître Singh, avocat, en a fait sa spécialité. Il défend les criminels et sans aucune honte affirme sans détour devant la caméra qu’il n’hésiterait pas à tuer sa fille si elle avait une relation sexuelle avant le mariage.

_Inde_sexe et amour au pays des interdits_Jama-Masjid-New-Delhi_wp
Jama Masjid – New Delhi

Or, une femme mariée n’a pas la garantie pour autant d’une sécurité. Elle peut être à tout moment répudiée par son mari sans qu’elle n’ait à dire quoi que ce soit.

En parallèle, bien que l’avortement soit interdit en Inde, il se pratique illégalement dans des cliniques privées, surtout si le futur bébé à venir est une fille. Afin de contrecarrer cette pratique, les autorités ont établi une loi de non-divulgation du sexe de l’enfant lors de l’échographie correspondant à la période de grossesse où le sexe de l’enfant peut être déterminé. Une loi qui dans les faits est un coup d’épée dans l’eau. De nombreuses filles sont abandonnées par la suite. Une Indienne y a d’ailleurs consacré sa vie. Elle a ouvert un orphelinat qui recueille ces filles délaissées parfois au plus jeune âge. L’une d’entre elles était à peine âgée de 4 ans lorsqu’elle a été retrouvée dans la rue. On estime en Inde que 63 000 femmes manqueraient au ratio homme/femme.

Il y a en plus les violences conjugales, les agressions sexuelles, les viols… qui gangrènent le pays. La plupart des femmes ne portent pas plainte, toujours par peur de représailles. Les autorités ont alors mis en place une milice composée essentiellement de femmes afin de lutter contre les harcèlements sexuels. Dans la réalité, cette police de « répression » est davantage une police des mœurs, dont les femmes se retrouvent finalement les cibles.

Lal Qila - Red Fort in Delhi, India
Fort rouge – New Delhi

Cependant, une certaine jeunesse souhaite se libérer de ce carcan infernal du poids et de la pression sociale qu’imposent ces traditions. Certains ont décidé d’agir. L’association « Love Commandos » aide les amoureux de castes différentes à vivre leur amour et à se marier. Réfugiés dans un appartement où les couples s’entassent, ils ont fui leur famille pour échapper à leurs représailles, aux crimes d’honneur.

Dans certains quartiers aussi, des jeunes osent se prendre la main, s’enlacer et évoquer le désir. Ils vont se cacher dans des parcs comprenant des vieux édifices dans lesquels ils peuvent exprimer leurs sentiments hors des regards indiscrets.

Et quant à l’homosexualité, il est plus que tabou. Le prince Manvendra est l’un des rares Indiens à avoir assumer ouvertement son homosexualité. Il s’est même marié avec son ami américain et se bat aujourd’hui avec courage afin que la société indienne devienne plus tolérante.

Enfin, bien loin encore à ce que les braises de l’amour et du sexe puissent s’enflammer à nouveau, ces combats menés par ces quelques personnes sont porteurs d’espoir…

_Inde_sexe et amour au pays des interdits_Qûtb-Minâr-New-Delhi_wp
Qûtb Minâr – New Delhi

(1) Le Kāmasūtra, se traduisant littéralement par « l’aphorisme du désir », est un recueil hindou traitant des activités de la « vie privée », expression actuelle utilisée pour évoquer l’intimité. Écrit par Vatsyayana entre les 6e et 7e siècles, il fait partie du Kamashastra qui symbolise les ouvrages spécialisés dans les arts amoureux et les pratiques sexuelles. Il était destiné aux classes aisées et ne contenait aucunes illustrations à l’origine. Ce ne fut qu’à partir du 16e siècle que celles-ci furent insérées dans les éditions, notamment pour celle de l’empereur moghol illettré Jalâluddin Muhammad Akbar. Traduit en anglais par Richard Francis Burton en 1876 pour la première fois, ce livre ne devint légal qu’en 1963 au Royaume-Uni. Principalement connu dans le monde pour ses 64 positions sexuelles, il ne constitue qu’1 des 7 livres de l’ouvrage original, 7 parties, 36 chapitres et 1 511 slokas, catégorie de strophe de la métrique indienne.

(2) Le Taj Mahal, signifiant en persan « le palais de la couronne », est situé à Agra, au bord de la rivière Yamuna, dans l’Uttar Pradesh, littéralement « province du Nord », situé donc dans la partie nord du pays et État le plus peuplé avec 200 millions d’habitants environ. Il est un mausolée en marbre blanc bâti par l’empereur moghol musulman Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, connue aussi sous le nom de Mumtaz Mahal, en persan « la lumière du palais », qui mourut en 1631 en donnant naissance à leur 14e enfant alors qu’elle se rendait à la campagne. Une première sépulture fut construite sur place dans le jardin Zainabad à Burhanpur, ville dans le Madhya Pradesh, « province du Centre », État donc situé au centre de l’Inde, dont sa capitale est Bhopal, et chef-lieu du district du même nom. L’édification du mausolée démarra en 1631 puis fut achevée dans sa majeure partie en 1648. L’empereur décéda en 1666 et fut inhumé auprès d’elle. Ce mausolée est un joyau de l’architecture moghole. Il combine des éléments architecturaux islamiques, iraniens, ottomans et indiens. Ustad Ahmad Lahauri fut considéré comme son principal architecte. D’origine perse, il est né à Lahore, actuel Pakistan, et issu d’une famille du Badakhshan, région à cheval sur le Tadjikistan et l’Afghanistan actuels.

Grocery

Lots of Groceries

Ne vous est-il jamais arrivé de râler en votre for intérieur en circulant dans les rayons de votre supermarché parce que les produits avaient changé de place ?

Appelés grocery shop ou grocery store ou encore grocery tout court, signifiant « épicerie », ces magasins d’alimentation anglais représentent les supermarchés de chez nous, style Auchan, Super U, etc.

Et dans ces groceries, je précise ceux de mon coin, c’est la débandade !

Non seulement les produits voyagent de rayon en rayon quasiment toutes les semaines, mais également certains produits ne sont pas mis dans le rayon dans lequel ils devraient logiquement se trouver. Il est fréquent aussi de trouver le même produit dans plusieurs rayons.

Grocery_store_wp

Par exemple, dans certains de ces supermarchés, les produits de lessive se situent en face du rayon charcuterie. Vous me direz au moins la lessive est au frais. Les produits relatifs aux biscuits apéritifs ont leur rayon, mais certains d’entre eux sont de même rangés dans le rayon des boissons non alcoolisées et à l’autre bout du magasin, à l’opposé, dans le rayon des boissons alcoolisées. Les œufs et les produits laitiers sont mis en rayon avec la nourriture pour animaux. Quant au rayon parfumerie, il est divisé en plusieurs rayons. Le maquillage et les produits qui lui sont affiliés (lingettes démaquillantes, dissolvants, vernis à ongle, coton, etc.) sont placés à un endroit. Les shampoings et après-shampoings, dans un autre. Les couleurs pour cheveux, encore ailleurs. Les produits correspondant à l’hygiène féminine, beaucoup plus loin. Les produits cosmétiques divers pour homme, à part. Le reste des produits cosmétiques pour femme, également dans un autre lieu, etc.

Vous avez aussi l’immense rayon de médicaments, dans lequel se trouvent du Nurofen, tous les paracétamols existants, des lunettes de vue, des énormes bocaux en plastique de poudre énergétique ou autre pour les sportifs désireux d’avoir des gros biscoteaux, etc.

Grocery_products_wp

En résumé, faire vos courses dans les supermarchés anglais est effectivement une vraie course. Je vous laisse imaginer le temps que vous mettez à faire un plein et le nombre de va-et-vient que vous faites dans le magasin. Une véritable partie de plaisir, sans compter en plus la cohue du week-end.

Enfin, le seul avantage est la livraison à domicile qui est beaucoup plus développée ici qu’en France ou en Belgique. Vous commandez vos courses sur le site du supermarché la veille pour le lendemain. Les livraisons se font tous les jours de la semaine de 8 heures le matin jusqu’à 22 heures. Vous pouvez aussi vous faire livrer le dimanche de 10 heures le matin à 14 heures et de 16 heures à 20 heures. Ces horaires varient bien sûr en fonction du supermarché qui vous livre. Mais, tous livrent toute la semaine, dimanche y compris. Le système du Click+Collect existe également.

Grocery_items_wp

Voilà comment fonctionnent les groceries. Au début, on s’y perd un peu et par la suite, on s’y perd toujours ! On arrive à s’y faire quand même, surtout à la livraison à domicile qui est un véritable bonheur, particulièrement pour nous les femmes !

Je vous retrouve lundi prochain afin de continuer notre parcours culinaire anglais…

Bon appétit !

Chine : des animaux meurent dans les zoos sous les coups des visiteurs

Chine_des animaux meurent dans les zoos sous les coups des visiteurs_flag_wp

Dans un zoo de la ville de Fuzhoudu, sud-est de la Chine, une femelle kangourou, âgée de 12 ans, a succombé aux coups des visiteurs. Ces derniers voulaient qu’elle saute et lui ont lancé des briques et des morceaux de béton. Le kangourou a eu une patte cassée qui s’est retrouvée séparée de son corps et une pierre qu’elle a reçue aux reins lui a été fatale. Sa mort fut longue et douloureuse.

Quelques semaines plus tard, c’est au tour d’un kangourou mâle, âgé de 5 ans, de subir le même sort dans le zoo en question. Il semblerait que le lancer de pierres de la part des visiteurs à l’encontre des kangourous pour les forcer à sauter soit courant dans ce zoo.

Or, ce ne serait pas un cas isolé en Chine. Les zoos dans le pays sont souvent confrontés à ce genre de situation. Il apparaîtrait aussi que des mesures qui devraient s’imposer afin d’éviter ces massacres ne soient pas prises.

CHINA-ANIMAL-BEIJING ZOO

Au vu de ce drame qui a été rapporté dans la presse internationale, le zoo de Fuzhoudu a prévu l’installation de caméras de surveillance afin d’empêcher ces comportements. La direction du zoo a même annoncé le souhait de faire empailler le kangourou maltraité et l’exposer au sein du zoo en vue de sensibiliser le public au respect des animaux. Pas sûr que cette prise de position ait l’effet escompté.

La Chine n’est tristement pas un bon exemple en matière de protection des animaux, que ce soit dans les zoos ou ailleurs. Le mauvais traitement des animaux dans les zoos de ce pays est souvent décrié. L’an passé, des visiteurs ont jeté un âne en pâture aux tigres.

Malgré une forme de bonne volonté s’affichant dans cette décision de mettre en place un système de surveillance, peut-être pour atténuer la colère des défenseurs des animaux, faudra-t-il que le personnel derrière ces caméras suivent ? Faudra-t-il également que les gardiens présents, s’il y a, fassent leur travail ? Un animal jeté en pâture ne passe quand même pas inaperçu.

Chine_des animaux meurent dans les zoos sous les coups des visiteurs_kangourou_wp

Bon dimanche !

Le gaspillage alimentaire

Detox Diet Food

Ce n’est pas du tout un coup de cœur, c’est plutôt un sujet qui me tient à cœur. Ce gâchis alimentaire qui représente non seulement de grandes pertes économiques, mais surtout cause des problèmes conséquents tant écologiques qu’humanitaires.

Selon une étude, publiée le 18 avril dernier dans le journal PLOS ONE, chaque jour, les Américains jettent 150 000 tonnes de nourriture à la poubelle, soit 400 g d’aliments par personne ; la plupart d’entre eux étant des fruits et légumes. Cette étude est basée sur des chiffres du gouvernement et des sondages recueillis entre 2007 et 2014 sur le gaspillage alimentaire.

Le gaspillage alimentaire_food_wp

Les fruits et légumes correspondent à 39 % de la nourriture gaspillée, suivent les laitages à 17 %, la viande à 14 % et les céréales à 12 %. Cette nourriture jetée et non consommée a été cultivée sur près de 7 % des terrains agricoles américains en ayant utilisé pour sa production des milliers de milliards de litres d’eau. Elle constitue aussi une utilisation annuelle de plus de 350 millions de kg de pesticides et près d’1 milliard de kg d’engrais.

L’étude précise que les boissons sans alcool, les sucreries, les chips ou encore l’huile sont moins gaspillés que les autres aliments, comme l’explique Meredith Niles, co-auteure de l’étude et professeure assistante à l’Université du Vermont : « Les régimes alimentaires de meilleure qualité sont basés sur de plus grandes proportions de fruits et de légumes, qui sont gaspillés en plus grande quantité que les autres produits. Manger sain est important et est source de nombreux bénéfices, mais plus nous suivons ces régimes, plus nous devons être conscients du gaspillage alimentaire ».

Le gaspillage alimentaire_coupelle_wp

Mettant ainsi en lien le gaspillage alimentaire, le régime de qualité et le développement durable, l’étude note que pour une alimentation équilibrée, le gaspillage alimentaire qui en découle doit être pris en compte. Les chercheurs suggèrent en solution au problème l’apprentissage aux consommateurs à mieux préparer et stocker les fruits et les légumes frais.

Il est effectivement très utile de dépenser de l’argent à ce genre d’étude pour ce genre de conclusion…

Bref !

Le gaspillage alimentaire_panier_wp

Quant en France, le gaspillage alimentaire atteint une moyenne 10 millions de tonnes de nourriture consommable jetés chaque année, soit 20 kg de déchets alimentaires, dont 7 kg de produits encore emballés ; l’équivalent d’1 repas par semaine. Même si ces chiffres sont très loin de ceux des États-Unis, ils matérialisent néanmoins une perte de 12 à 20 milliards € par an.

Selon le site du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, la France est pionnière dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. En février 2016, le pays a mis en place la loi Garot interdisant « la javellisation des invendus encore propres à la consommation », entre autres, et impose aux supermarchés de plus de 400 m2 de conclure une convention avec des associations afin de leur donner des aliments non vendus. Deux ans après, les bilans se révèlent très positifs. Selon le baromètre 2018 de la valorisation des invendus en grande distribution, réalisée par Comerso, 34 % des points de vente ont mené des actions sur les produits invendus grâce à cette loi. Les pouvoirs publics se fixent l’objectif de réduire de 50 % le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne alimentaire d’ici 2025.

Le gaspillage alimentaire_nourriture_wp

Enfin, outre la nécessité apparente d’instaurer une loi afin d’inciter à une consommation plus responsable, le gaspillage alimentaire nous concerne tous, de la grande distribution au simple consommateur, chaque partie doit s’efforcer à changer ses habitudes.

En rappel, à Haïti, l’un des pays les plus pauvres du monde, les paysans affamés sont contraints de se nourrir de boue salée et séchée. Cf. Courrier international.