Blood & Water

Blood & Water_série-afrique-du-sud_wp

Série télévisée sud-africaine créée par Nosipho Dumisa et Travis Taute, dont l’intégralité de la 1ere saison est disponible sur Netflix.

Dans une ambiance teen au sein d’une école réservée à l’élite de Cape Town, nous faisant évidemment penser à Gossip Girl ou Elite, l’histoire relate celle de Puleng (Ama Qamata), une adolescente de 16 ans qui croise par hasard lors d’une soirée Fikile (Khosi Ngema), une championne de natation de 17 ans. Troublée par cette rencontre, elle pressent celle-ci comme sa sœur aînée disparue, ayant été enlevée peu après sa naissance. Elle décide de découvrir la vérité. Puleng rejoint alors les rangs du prestigieux Parkhurst College, où étudie Fikile, afin de se rapprocher peu à peu d’elle…

Bien que cette série soit présentée comme une idée originale, elle n’est pourtant pas sans rappeler une affaire qui a défrayé la chronique il y a quelques années en Afrique du Sud.

En 2015, la jeune Cassidy Nurse change d’établissement scolaire. Ses parents l’inscrivent au lycée Zwaanswyk de Cape Town. Elle y rencontre Miché Solomon, une adolescente à qui elle ressemble fortement et avec laquelle elle sent un lien immédiat se créer. « C’était comme si je la connaissais. C’était assez effrayant, je n’arrivais pas à expliquer ce que je ressentais », déclarera Miché en 2019 à la BBC. Devant la suspicion de plus en plus grande d’un possible lien de parenté, notamment suite à un selfie pris par les deux adolescentes et montré aux parents de Miché, un test ADN est réalisé et finit par révéler que Miché est effectivement la sœur de Cassidy, Zephany Nurse, kidnappée dans un hôpital trois jours après sa naissance. Lavona Solomon, la prétendue mère de Miché, est alors arrêtée et condamnée en 2016 à 10 ans de prison pour enlèvement. Miché a ensuite raconté dans une autobiographie ces faits qui lui ont permis de retrouver ses parents biologiques ainsi que découvrir une sœur. Ces évènements ont aussi bouleversé sa vie et tout ce qu’elle croyait savoir sur elle. Elle a d’ailleurs mis un moment à accepter d’être « Zephany ». « Je pense que j’ai tout d’abord détesté Zephany. Elle est arrivée avec tellement de force, sans prévenir, et a créé tant de souffrance. Mais Zephany est la vérité et Miché, l’adolescente de 17 ans que j’étais, était un mensonge. Alors j’ai fini par accepter mes deux prénoms. Vous pouvez m’appeler Miché ou Zephany, les deux me vont », expliquera-t-elle ainsi à la BBC.

« Impossible de savoir si ce fait divers très médiatisé à l’époque en Afrique du Sud a donné des idées à Nosipho Dumisa, la créatrice de Blood & Water, ou si ses points communs avec la série Netflix sont simplement de l’ordre de la coïncidence, mais les similitudes sont en tout cas troublantes. Reste maintenant à savoir si la fiction imitera la réalité et si Puleng, l’héroïne de ce nouveau teen drama haletant, finira par découvrir que Fikile est bel et bien sa sœur. Car c’est, après tout, là tout l’enjeu de Blood & Water », conclut AlloCiné.

Idée originale ou pas, histoire vraie ou pas, au-delà de tout ça, cette série évoque aussi un autre sentiment encore bien présent en Afrique du Sud, l’apartheid. Bien que ce régime ségrégationniste qui existait dans le pays fut aboli en 1991, cette époque marque toujours les jeunes sud-africains d’aujourd’hui. Les traces laissées par l’apartheid, une époque que ces jeunes n’ont du reste pas connue, demeurent pourtant présentes dans leur esprit. On ressent une sorte de détresse, une forme de perdition de ces jeunes, de ne pas vraiment savoir où est leur place, en plus de leurs soucis classiques d’ados.

Cette première saison est formidable. Elle soulève des vraies questions. Elle dépasse de loin toutes les séries teen du genre, un peu superficielles, admettons-le. Sous couvert de l’histoire de cette jeune femme qui se cherche, comme tout adolescent, tente de retrouver sa sœur disparue, de trouver également une vraie place dans sa famille, dont cette sœur pourtant disparue garde une telle présence ambiante qu’elle en est pesante, cette série nous dévoile l’esprit actuel des sud-africains, un univers bien méconnu de nous tous. Les jeunes acteurs, comme les plus âgés, tiennent à la perfection leur interprétation. Cette première saison haletante a vraiment de quoi rivaliser avec les autres séries du genre.

Je vous invite sincèrement à découvrir Blood & Water, si cela n’est déjà fait !