Aretha Franklin

Aretha Franklin_wp
1942 – 2018

Comme tous les amoureux de ce genre musical, il est impossible de ne pas dire quelques mots sur la disparition de cette grande Dame.

Née le 25 mars 1942 à Memphis (Tennessee) et a passé son enfance à Détroit (Michigan), Aretha Franklin nous a quittés hier 16 août à l’âge de 76 ans après un long combat contre un cancer  du pancréas.

Baptisée « Queen of Soul », elle restera la chanteuse de tous les records du monde ; l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques en vinyle de l’Histoire et l’une des chanteuses les plus célèbres.

45 ans de carrière au cours desquels, elle a reçu 18 Grammy Awards (la récompense la plus prestigieuse de la musique aux États-Unis et donc au monde), a remporté un Golden Globe pour sa chanson Never Gonna Break My Faith dans le film Bobby sorti en 2006. Elle a son étoile sur le très réputé trottoir Walk of Fame (Hollywood Boulevard), une médaille présidentielle de la liberté (la Légion d’Honneur américaine) et a été agréée de diplômes honorifiques par les plus remarquables universités du pays, telles que celle de Princeton, Yale, Harvard ou encore Brown. Elle a chanté pour le Président Barack Obama lors de son investiture, pour Elizabeth II et avec les artistes les plus talentueux de ces dernières décennies, tels que Elton John, Tony Bennett et bien d’autres.

Aretha Franklin demeurera à jamais l’étoile la plus brillante de la musique Soul qui fera vibrer les autres étoiles dans le ciel qu’elle a rejointes désormais…

Publicités

Maurane 1960 – 2018

FRANCE-MUSIC-VICTOIRES-AWARDS

Il n’est pas toujours facile d’être au courant de tout ce qui se passe chez nous lorsque nous sommes expatriés. Ce n’est que récemment en faisant des recherches sur le Net que j’ai appris cette triste nouvelle.

La chanteuse belge Maurane est décédée le 7 mai dernier. Elle a été retrouvée sans vie à son domicile de Shaerbeek en périphérie de Bruxelles dans la soirée. Elle était âgée de 57 ans.

Alors qu’après deux ans d’absence sur la scène à cause de problèmes aux cordes vocales la chanteuse avait annoncé son retour, la disparition soudaine de cette dernière a suscité l’intérêt de la justice. Rapporté par le média bruxellois Belga News Agency, le magistrat du parquet a déclaré qu’ « une information judiciaire a été ouverte […] il s’agit d’une mort qui n’est pas considérée comme suspecte par l’intervention d’un tiers ». En parallèle, une autopsie a été réalisée afin de déterminer les causes de la mort.

Née le 12 novembre 1960 à Ixelles, commune de Bruxelles-Capitale, d’une mère pianiste et d’un père directeur d’une académie de musique, Claudine Luypaerts, de son vrai nom, grandit à Sharbeek, une autre commune de Bruxelles. Dès l’adolescence, elle participa à des concours de chant. En 1979, elle tint un rôle dans un spectacle musical en hommage à Jacques Brel. En 1980, elle enregistra son premier disque J’me roule en boule. En 1986, elle sortit son premier disque Danser. En 1988, elle fut connue en France grâce à son rôle de Marie-Jeanne la serveuse automate dans la seconde version de Starmania, l’opéra-rock de Luc Plamondon et Michel Berger. Grande admiratrice de Claude Nougaro, elle lui avait d’ailleurs dédié un disque de reprises dans les années 2000. Au cours de sa carrière, elle publia une douzaine d’albums. Au cinéma, elle donna la réplique à François Cluzet dans Le Collier rouge, dernier film du réalisateur Jean Becker sorti en début d’année.

En 2016, suite à des soucis aux cordes vocales lui valant une intervention chirurgicale elle dut ainsi interrompre sa carrière. Mais, « Aujourd’hui, je remets officiellement les pieds sur scène après plus de deux ans d’absence. Je ne vous dirai pas dans quel état je suis… Vous devez vous en douter », avait-elle écrit en tout début de mai sur sa page Facebook.

Elle était en préparation d’une tournée programmée pour le printemps 2019 ainsi qu’un album consacré à Jacques Brel, dont sa sortie était prévue en automne à l’occasion du 40e anniversaire de sa mort.

Lara Fabian et Christophe Willem furent parmi les premiers à lui rendre hommage sur les réseaux sociaux.

Enfin, que l’on aimait ou pas cette chanteuse, il est incontestable de reconnaître qu’une belle voix nous a quittés.

Billy Paul nous a quittés…

USA_Billy Paul1
1935 – 2016

Né Paul Williams le 1er décembre 1935 à Philadelphie, Billy Paul est décédé de la suite d’un cancer du pancréas, hier 24 avril, dans sa maison de Blackwood, dans le New Jersey. Il était ainsi âgé de 81 ans.

Chanteur américain mondialement connu, notamment pour son single numéro un Me and Mrs Jones, chanson pour laquelle il reçut en 1972 un Grammy Award, il a marqué toute une époque. Entre Soul et Disco, il a été l’un des chanteurs importants de sa génération. Le velours de sa voix si caractéristique restera à jamais.

Élevé par une maman amoureuse de jazz, son chanteur de prédilection est le très fameux Nat King Cole. Il aime chanter « mellow », moelleux, velouté. Il se produit en ville au Club Harlem, à l’âge de 16 ans, où il y croise les célèbres Charlie Parker et le saxophoniste Paul « Hucklebuck » Williams. Il décide alors de changer d’identité afin de ne pas être confondu avec ce dernier.

À partir de 1952, Billy Paul enregistre deux singles à New York pour le label Jubilee, sans succès. En 1957, il part en Allemagne pour effectuer son service militaire au cours duquel il rencontre Elvis Presley. De retour aux États-Unis, il rejoint les clubs de jazz.

En 1967, sa carrière prend un véritable virage par sa rencontre avec Kenny Gamble et Leon Huff, équipe de création interne de l’International Records Philadelphie, qui lui permettent d’enregistrer deux albums très empreints de sa culture jazz, dont notamment une reprise de Somewhere de Leonard Bernstein ou encore de Psychedelic Sally de Horace Silver, scat emprunté à Ella Fitzgerald. En 1971, sous l’inspiration de Gamble et Huff, il enregistre l’album Going East, se voulant plus pop et psychédélique.

Billy Paul nous a quittés_album_wpMais, c’est en 1972, avec son album 360 Degrees of Billy Paul, dans lequel se trouvent le très célèbre hit Me and Mrs Jones ainsi que celui de la réinvention de la chanson Your Song d’Elton John, énorme tube au Royaume-Uni à l’époque, que Billy Paul connaît un véritable succès.

Pourtant, le second single choisi par Gamble et Huff pour affirmer le succès de Me and Mrs Jones fera tout le contraire, en cassant non seulement son image de chanteur « débonnaire, inoffensif et désengagé » mais surtout, ternira sa carrière qui ne s’en remettra jamais. Ce titre Am I Black Enough for You ? (Suis-je assez noir pour vous ?)  incitant la continuité de la lutte engagée du Black Power jusqu’à la victoire (mouvement très connu lancé par Stokely Carmichael, du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC), en 1966, qui réunissait les divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs aux USA, très actif dans les années 60/70, et qui luttait contre la ségrégation raciale) sera un véritable fiasco.

En 1975, toujours sous l’influence de Gamble et Huff, la chanson Let’s Make a Baby met une seconde couche au tableau noir. Vivement réprimée par le révérend Jesse Jackson qui mène une campagne relativement agressive contre les paroles qu’il juge trop « explicites », cette chanson finira par éteindre définitivement sa carrière. Sans compter qu’en parallèle, un autre chanteur, l’incommensurable Barry White, enchaîne succès sur succès en déferlant sur les ondes avec sa voix chaude et envoûtante. Face à ce torride concurrent, Billy Paul ne fait pas le poids.

En 1980, il quitte International Records Philadelphie et enregistre encore deux autres albums bourrés de musique au synthé et boîte à rythmes, comme le voulait la mode à cette époque, albums qui passèrent presque inaperçus. En 1988, il décide d’arrêter pour se replier sur ses anciens tubes et publie à son compte des enregistrements en public, dont Your Song : Live in Paris et une reprise de Purple Rain de Prince qu’il interprète en concert privé en 2000.

Billy Paul_nous a quittés_âgé_wp

En 2011, lors d’une apparition télévisuelle, il chante en duo avec la chanteuse française Chimène Badi l’un des grands classiques de la Motown, prestigieux label de soul music, Ain’t No Mountain High Enough, confirmant ainsi que son talent incontestable fut captif de choix controversés.

Adieu David Bowie

Adieu David Bowie_wp
1947 – 2016

Hommage à cet immense artiste  auteur, compositeur, interprète, acteur et producteur qui nous a quittés à l’âge de 69 ans d’un cancer, le 10 janvier 2016, contre lequel il se battait depuis un an et demi environ.

Surnommé « l’homme aux mille visages », il a marqué et inspiré toute une génération tant par son style musical que par son atypisme.

Révélé au grand public en 1969 avec le titre Space Oddity, il a de nouveau inscrit son empreinte en 1972 avec son personnage glamour et androgyne « Ziggy Stardust » sur l’émission Top of The Pops et son interprétation de Starman.

Il a de même montré un autre de ses talents, celui d’acteur, notamment en 1983 dans l’un des rôles principaux du film incontournable Furyo, Senjō no Merry Christmas au Japon, Merry Christmas Mr. Lawrence dans certains pays, film anglo-japonais réalisé par Nagisa Ōshima, dont « Furyo » était le nom donné aux prisonniers de guerre par les soldats japonais.

Personnage charismatique durant une longue carrière de 40 ans, David Bowie restera l’un des artistes phares des années 70 et à jamais une icône rock.

Il demeurera toujours pour ma génération l’un des artistes les plus complets et l’artiste qui a su briser avec élégance certains tabous et codes de la société de cette époque par sa belle et saine marginalité.

Une étoile a rejoint le ciel en laissant se déposer sa traînée de poussière éternelle sur le sol.