Amas zone

Amas zone_oeufs-bois-bleu-herbe_wp

Inutile de vous préciser le célèbre site que représente le jeu de mot du titre de cet article. Et en cette semaine pascale, il a appris à me connaître. Étant nouvellement emménagée, il m’a fallu investir dans du mobilier. Lorsque l’on vit en expatriation, on vit peu avec ses meubles, mais généralement avec ceux des autres.

Amas zone_meuble-bibliothèque_wp

N’ayant pas vraiment le temps d’aller chiner à droite et à gauche, j’ai décidé de consulter ce site afin trouver les meubles correspondant au design que je souhaitais apporter à ma maison, tout en respectant son style. Et j’ai trouvé. Après des heures à regarder les 400 pages environ par désignation d’un meuble, j’ai déniché quelques petites perles et à prix très raisonnable, car je n’ai pas non plus le budget d’un ministre.

Amas zone_meuble-rangement-bureau_wp

Or, qui dit meuble, dit montage. Comme tous ceux qui sont passés par la case déchiffrage de la notice de montage, on sait d’avance que les 40 minutes ou plus, selon la complexité du meuble, prévues se transforment bien souvent en 4 heures. N’étant pas davantage la pro en la matière, je n’ai pas dérogé à cette règle. Et bien que mon dernier test de Q.I. ait affiché 130 de résultat, il m’a semblé qu’à la lecture des notices de montage, mon niveau baissait au fur et à mesure pour arriver à 30.

Amas zone_meuble-rangement-casier-bureau_wp

Des heures, des jours passés à visser, marteler, assembler, transpirer à grosses gouttes, lutter contre la vis C1 qui ne voulait pas entrer dans la planche 3, traiter la clé Allen de Maurice ou de George, ou encore adopter des postures de yoga pour maintenir des pièces les unes aux autres tout en calant et vissant la partie 12A, pièce maîtresse servant à fixer l’ensemble, j’ai mené mon dernier combat aujourd’hui. Et j’ai gagné ! Mais je suis rincée.

Amas zone_meuble-table-salon-verre_wp

J’ai mal partout, des ampoules dans le creux des mains, dont l’eau qu’elles contiennent pourraient nourrir un bébé hippopotame, les muscles de mes avant-bras, au rythme du vissage qui sont presque aussi gros que mes biceps, et même des carrés de chocolat qui ont commencé à prendre place sur mon ventre à force d’avoir contracter mes abdos en instance de préparation…

Amas zone_meuble-chaise_wp

Enfin après avoir maudit ce site durant le montage des meubles, qui ceci dit en passant pourrait s’écrire Amas zone au vu de tous les produits en tout domaine qu’il propose ; une véritable brocante, je lui ai pardonné. Grâce à lui, j’ai une forme olympique. Je suis devenue une pro de la bricolette et j’ai retrouvé mes 130.

Amas zone_oeufs-bois-bleu-lapin_wp

Qui dit alors que le montage des meubles ne peut pas associer intellect et manuel ?

Publicités

Les burgers de la démesure

Les burgers de la démesure_le-plus-gros-du-monde-expo_wp

Alors qu’il nous est recommandé de manger cinq fruits et légumes par jour pour le bien-être de notre santé, à l’inverse, les hamburgers, par aphérèse burgers, sont mis en avant.

Les restaurateurs du monde entier usent, si ce n’est même abusent, de ce phénomène de mode qui grandit, en proposant des burgers de la démesure. Et ce tant au niveau du prix que de la taille.

Depuis ce 1er avril, un restaurant d’un hôtel de luxe de Tokyo met à disposition sur son menu jusqu’à la fin juin un hamburger à 100 000 yens, soit 798,40 €, pour ne pas dire 800 € !

Les burgers de la démesure_le-plus-cher-du-monde_wp

D’un poids de 3 kg, d’un diamètre de 25 cm, ce hamburger au prix indécent se compose de foie gras, tranches de bœuf et truffe noire, l’ensemble couronné d’un pain saupoudré d’or. Baptisé le « Golden Giant Burger », ce hamburger créé par le chef Patrick Shimada, un Américain aux origines nippones, est en l’honneur de l’intronisation du nouvel empereur du Japon début mai. « Nous voulions célébrer le nouvel empereur et une nouvelle ère pour le Japon » et « l’occasion de me rapprocher de mes racines japonaises », a-t-il ainsi déclaré.

En rappel, c’est grâce à l’empereur Meiji en 1872 que les Japonais ont pu consommer de la viande, interdite jusqu’alors. Et depuis la Seconde guerre mondiale, le hamburger s’est installé dans la culture culinaire du pays.

« Reiwa », la nouvelle ère qui commencera donc le 1er mai, représente deux idéogrammes combinés évoquant « une harmonie porteuse d’espoir », selon le Premier ministre Shinzo Abe qui a révélé début avril le nom de cette nouvelle ère. Celle-ci accompagnera le règne de Naruhito succédant à Akihito, qui abdiquera exceptionnellement en raison de son âge.

Les burgers de la démesure_le-plus-gros-du-monde_wp

Or la folie du hamburger a déjà sévit ailleurs. Les Américains, à l’origine de ce concept, se sont employés à y contribuer, en créant les plus gros burgers du monde.

C’est le cas de Steve Mallie, patron du restaurant de fast-food Mallie’s Sports Grill & Bar à Southgate dans le Michigan aux États-Unis, qui a conçu le plus gros burger du monde. 84 kg à la pesée ! Constitué d’un énorme steak haché, de tomates, feuilles de salade, oignons, fromage et cornichons en abondance, ce burger est l’équivalent en poids d’un homme de taille moyenne. Désormais présent dans le Guinness Book, le hamburger de Steve Mallie est officiellement le World’s Largest Burger, le « plus gros burger du monde » !

Mais aussi, le hamburger de Juicys Foods and Ovations Foodservices pour Juicys Outlaw Grill, situé à Corvalis dans l’Oregon aux États-Unis, pèse 352, 44 kg et coûte 5 000 $ (US), soit 4 436,81 € ! En vente depuis le 2 juillet 2011, avec un délai de 48 heures pour le temps de préparation, ce burger est également entré dans le Guinness Book comme étant le plus cher hamburger du monde.

Les burgers de la démesure_le-plus-cher-du-monde-glamburger_wp

À Londres, dans son restaurant Honky Tonk, basé dans le quartier chic de Chelsea, le chef Chris Large a réalisé le « Glamburger » en 2014, au prix de 1 100 £, soit 1 275,49 € ! Et hors service ! Conçu à l’occasion d’une opération de promotion avec le site d’achat Groupon UK, ce hamburger s’est autoproclamé le plus cher du monde. Il est préparé avec 220 g de steak de bœuf de Kobe (Japon), 60 g de chevreuil de Nouvelle-Zélande assaisonné de sel de l’Himalaya, du homard canadien poché au safran iranien, du caviar Béluga (baleine blanche), du brie à la truffe noire, du bacon au sirop d’érable, d’un œuf de canard fumé, d’un bun brioché à la feuille d’or, de la mayonnaise au matcha (thé vert), d’une sauce mangue et champagne, et de la truffe blanche d’Alba (Italie) râpée. 2 618 kcal au compteur ! Trois semaines pour le chef à imaginer ce burger et le prix validé par le Guinness Book comme le plus cher de la planète.

Une bière brassée à base de vieux croûtons

Une bière brassée à base de vieux croûtons_pain-bière_wp

Afin de lutter contre le gaspillage du pain, une association britannique a eu une idée plus que surprenante. Elle a décidé de brasser toute une gamme de bière en remplaçant une partie du malt par des déchets de pain.

Au Royaume-Uni, environ 44 % du pain produit dans le pays finissent à la poubelle, soit 900 000 tonnes par an. Pour tenter d’enrayer ce phénomène, l’association Feedback, qui lutte contre le gaspillage alimentaire, a eu l’idée de réaliser une bière à partir d’invendus de pain remplaçant une partie du malt utilisé habituellement à la conception de la bière. Elle exporte dès lors ce concept à travers le monde.

À la brasserie Wold Top notamment, située dans le Yorkshire, au nord de l’Angleterre, le pain utilisé à l’élaboration de la bière provient d’une usine de sandwichs qui ne se sert que de la partie moelleuse du pain de mie, mettant de côté les bords, peu appréciés des consommateurs. Ces morceaux auparavant jetés se retrouvent désormais dans la bière. Depuis 2016, cette brasserie fabrique ainsi sa bière avec du pain, de l’eau, du houblon et des levures pour le compte de l’association.

Une bière brassée à base de vieux croûtons_pain-variétés_wp

Baptisé Toast ale (bière de toast), ce breuvage doré local est un moyen de maximiser le recyclage de sous-produits. « J’ai voulu créer une entreprise qui associe des fournisseurs et des brasseurs locaux, ainsi que des associations caritatives », a expliqué Tristram Stuart, fondateur de l’association Feedback. Les grains encore présents à l’issue du brassage sont recyclés et servent à l’alimentation du bétail.

Or, cette méthode n’est pas nouvelle. Elle s’inspire en réalité des brasseurs bruxellois du Brussels beer project ayant un concept similaire, eux-mêmes s’étant inspirés d’une pratique remontant aux Babyloniens. « Ils m’ont expliqué que les anciens Babyloniens ont inventé la bière afin d’utiliser du pain et des grains qui, sinon, auraient été perdus. C’était l’objectif initial de la bière », a spécifié Tristam Stuart. De nos jours, « des quantités industrielles de pain sont jetées dans le monde et les associations d’aide alimentaire ne peuvent distribuer tout le pain qui leur est offert. En même temps, il y a cet engouement dans le monde pour les brasseries artisanales », a ajouté ce Britannique de 40 ans.

La première Toast ale a d’ailleurs été produite dans l’émission du chef britannique Jamie Oliver qui, après l’avoir goûtée, l’a qualifiée de bloomin’ lovely (super chouette), ce qui lui a valu son surnom.

Beer glasses with a wooden barrel. Background - dark yellow gradient.

Aujourd’hui, cette bière « recyclée » propose 4 variétés, 2 Lagers, 1 Pale ale et 1 India Pale ale. Elle a de plus remporté plusieurs récompenses. Des partenariats ont été crées avec différentes brasseries qui conçoivent leurs propres versions, comme la Bread Pudding, une bière ambrée dont sa saveur rappelle le célèbre gâteau anglais.

Après avoir « commencé avec du pain en tranches, blanc ou complet […] Maintenant on expérimente d’autres choses, des pains au lait, des petits pains ronds… On a essayé toutes sortes de pain et jusqu’à présent, ça a l’air de fonctionner avec tout », a déclaré Alex Balchin, à la direction de la brasserie Wold Top.

Au Royaume-Uni, 9,75 tonnes de pain ont été déjà utilisées pour la production de plus de 300 000 bières. Vendue entre 2,5 et 3 £, soit 2,80 et 3,40 €, cette bière est à un prix entrant dans la norme des bières artisanales.

Une bière brassée à base de vieux croûtons_pain-sortes_wp

En outre, la recette de la Toast ale a été mise en ligne afin que le tout un chacun puisse s’initier au brassage et contribuer à sa manière à la lutte contre le gaspillage alimentaire. « Elle a déjà été téléchargée 16 000 fois », a souligné Tristram Stuart.

La suite envisagée est le développement d’une licence donnant la possibilité à n’importe quel brasseur dans le monde de produire la Toast ale en lien avec des fournisseurs locaux d’invendus de pain. Son concept a déjà été exporté à New York, à Rio et au Cap en Afrique du Sud.

Paradoxalement, le fondateur de Feedback a exprimé « espérer mettre fin à ses activités. Le jour où du bon pain ne sera plus jeté à la poubelle, Toast ale n’aura plus de raison d’être. » Un souhait qui paraît malheureusement bien utopique…

Le Burundi veut interdire les sacs plastiques dès 2020

Le Burundi veut interdire les sacs en plastiques dès 2020_burundi-flag_wp

À l’heure où les mouvements écologiques battent leur plein sans grands succès, de plus en plus de pays veulent apporter leur pierre à l’édifice afin de combattre la pollution.

C’est le cas du Burundi, pays d’Afrique de l’Est situé dans la région des Grands Lacs, dont il tient un grand rivage sur le Lac Tanganyika. Entouré par la République Démocratique du Congo (RDC) à l’ouest, le Rwanda au nord, et la Tanzanie à l’est et au sud, le Burundi a modifié sa capitale le 21 décembre 2018 qui est désormais Gitega, bien que son ancienne capitale Bujumbura reste la capitale économique du pays.

Sa prise de position a eu lieu en 2018. Sciences et Avenir avec AFP vous l’expliquent dans leur article du 14 août 2018, publié sur le site de Sciences et Avenir.

Vous me direz que c’est une bonne chose. Mais n’est-ce pas un coup d’épée dans l’eau ?

Shopping bags recycling

Dans le précédent article Astuce déco écolo, paru sur ce blog à la date du 3 octobre 2018, j’avais déjà évoqué ce « phénomène plastique » qui envahit notre société, et ce depuis des décennies.

Alors que certains ont manifesté récemment à Paris contre le réchauffement climatique, avec téléphone portable dans la main et autres objets pas vraiment écolo, d’autres luttent aussi à leur façon pour la nature, comme les pays cités dans l’article au sujet du Burundi.

Or que ce soit un camp ou l’autre, une manière de faire entendre sa voix ou sa volonté de vouloir faire changer les choses, que faisons-nous, nous, vraiment à titre individuel pour que les choses changent ?

Nous respectons le tri sélectif. Les plastiques, entre autres, dans la poubelle en plastique, mais qui serait biodégradable, dont ces plastiques se retrouvent quand même et encore sur le bord des autoroutes, dans la mer, dans les forêts…

Le Burundi veut interdire les sacs en plastiques dès 2020_burundi-blason_wp

Nous nous laissons entraîner par la mode des produits « bio », dont seuls ceux qui ont un portefeuille relativement bien garni peuvent se les payer. Certains utilisent même une application sur leur téléphone portable leur indiquant le niveau de salubrité du produit à consommer. Action qui quelque part robotise un peu plus l’humain. Car franchement, avons-nous besoin de ce genre d’appli pour savoir si nous mangeons sainement ou pas ?

Nous tentons de quelque manière que ce soit de nous donner bonne conscience à travers telle ou telle action en nous rassurant d’avoir bien fait les choses. Et si rien ne change, nous reportons la faute sur nos gouvernants, qui ont certes leur part de responsabilité mais qui en plus doivent endosser la nôtre.

Lorsque je me dirige vers les magasins alimentaires, je constate systématiquement qu’au moins un caddy possède des détritus, liste de courses oubliée, emballage plastique coincé au fond, parfois épluchure de fruits, cintre en plastique resté accroché sur le devant, etc. Le plus flagrant, les poubelles, dont certaines se retrouvent avec plus de déchets à leur pied que dedans. Quelle est donc ici la responsabilité de nos gouvernants ?

Le Burundi veut interdire les sacs en plastiques dès 2020_sacs-plastiques-océan_wp

De même, si des canettes en fer diverses, des emballages alimentaires, des bouts de pare-chocs, des pneus, des jantes de voitures… jonchent le long des bas-côtés des routes, dont une portion de l’autoroute A15 en direction de Cergy-Pontoise en est une preuve vivante, est-ce la faute de nos gouvernants ?

N’avons-nous pas, nous aussi, une responsabilité citoyenne au quotidien par nos actes ? Ne pouvons-nous pas modifier nos comportements envers la nature afin de mieux la préserver ? Ne devons-nous pas cesser de jeter nos déchets n’importe où, se disant que ce n’est pas grave, c’est biodégradable ? Ne nous faut-il arrêter de brûler des voitures dont cette fumée toxique pollue un peu plus notre atmosphère… ?

La « précarité menstruelle »

La_précarité menstruelle_serviette-hygiénique_wp

A.I. en développement. Internet en progression rapide. Vitesse de connexion des réseaux de téléphonie mobile en accélération… Le monde moderne va de plus en plus vite.

Et l’humain, où en est son évolution ?

Alors que l’humanité avance à grands pas dans de nombreux domaines, elle stagne dans d’autres, voire régresse.

Une publicité qui tourne en boucle en ce moment sur les chaînes de télévision françaises, et ce depuis un certain temps déjà, m’a laissée pantoise, en tant que femme : la précarité menstruelle.

Une marque célèbre de serviettes hygiéniques a lancé une campagne de pub afin d’aider les jeunes filles à se prémunir lors de leurs règles. Beaucoup d’entre elles sont absentes à l’école durant leur période menstruelle, faute d’avoir le nécessaire pour traverser le  plus sereinement qui soit ces quelques jours compliqués que certaines femmes connaissent.

Bien que cette marque joue la carte de la « pub de com » afin de booster ses ventes (ne soyons pas utopistes), il n’en demeure pas moins que ce fait est bien concret. D’ailleurs ce phénomène n’est pas si récent que cela. Avant mon départ en Angleterre, des enseignants en collège de mon entourage me parlaient de ce problème.

Problème qui ceci dit existait déjà de ma génération ; il y a trente ans…

Où en sommes-nous donc trente ans après ?

Une sieste quotidienne contre l’hypertension ?

Une sieste quotidienne contre l'hypertension_chiot-dort-chaussure_wp

Selon une récente étude qui sera présentée le 18 mars prochain par l’American College of Cardiology, une sieste de quelques minutes chaque après-midi ferait baisser la tension et contribuerait donc à lutter contre l’hypertension.

Révélée par le site ScienceDaily,  cette étude pourrait en intéresser plus d’un ou une, mais plutôt d’un. Je vous invite alors à consulter sur le site Sciences et Avenir l’article écrit par Coralie Lemke, journaliste chez le magazine Sciences et Avenir.

Les fruits de mars

Les fruits de mars_citrons-verts_wp

Alors que nous commencions à nous habituer aux douceurs des températures, au beau soleil et au ciel bleu, l’hiver s’est rappelé à nous. Nous avions peut-être considéré que le printemps était venu plus tôt que prévu. Nous avions peut-être également modifié notre comportement alimentaire en omettant des sources de vitamines utiles pour traverser l’hiver en bonne santé.

Cette période climatique clémente que nous avons connu, il n’y a pas si longtemps que cela, a peut-être favorisé cette explosion de grippe, dont beaucoup ont été victimes. Il est donc nécessaire de reprendre les bonnes attitudes en adoptant le bon régime alimentaire à la saison correspondante.

Voici alors quelques fruits de mars à consommer sans modération et sous leur forme la plus naturelle qui soit…

Les fruits de mars_clémentines_wp

Les fruits de mars_épinard_wp

Les fruits de mars_kiwi_wp

Les fruits de mars_pamplemousse_wp

Les fruits de mars_poires_wp

Les fruits de mars_pommes_wp

De la viande artificielle bientôt dans nos assiettes ?

De la viande artificielle bientôt dans nos assiettes_viande_wp.jpg

Alors qu’en mai 2018, j’avais déjà évoqué dans un article « la viande du futur à base de cellules d’animaux », cet article paru le 19 novembre dernier sur le site du magazine Sciences et Avenir, écrit par Sciences et Avenir avec AFP, nous en apporte une suite sans une happy end…

Pomme d’amour

Pomme d'amour_ballons-rouges-st-valentin_wp

Bien que cette confiserie soit principalement proposée à la vente lors des foires et fêtes foraines, pourquoi ne pas la confectionner pour la Saint-Valentin ?

Après tout son nom est évocateur et pourrait être en parfaite corrélation avec cette fête.

La pomme d’amour, comme chacun le sait, est une confiserie constituée d’une pomme fraîche entourée de sucre caramélisé coloré en rouge. Piquée d’un bâtonnet de bois, elle peut ainsi être tenue en main.

La pomme d’amour peut être également trempée dans du chocolat noir ou au lait qui se durcit. C’est d’ailleurs sous cette forme qu’elle se présente en Irlande.

Pomme d'amour_confiserie_wp

Mais ce que nous ne savons peut-être pas. Les pommes d’amour ont vu le jour en 1908 à Newark dans le New Jersey aux États-Unis, lorsqu’un confiseur américain, William W. Kolb, eut l’idée de tremper une pomme dans les bonbons qu’il préparait.

En France, la pomme d’amour désignait à l’origine la tomate. L’expression a été ensuite transposée à la confiserie qui lui ressemble donc par la forme et la couleur.

Pour réaliser des pommes d’amour, vous pouvez trouver cette recette très facile sur Le Journal des Femmes.

Alors partant ou partante à offrir une pomme d’amour à votre Valentin ou Valentine ?

L’année du cochon

L'année du cochon_wp

Hier se célébrait le Nouvel An chinois marquant alors le début de l’année du cochon. Cet animal zodiacal chinois sera donc à l’honneur durant toute l’année 2019.

Le Nouvel An chinois ou Nouvel An lunaire est ainsi le premier jour du premier mois du calendrier chinois. C’est le début de la fête du printemps qui se déroule sur quinze jours et se termine avec la fête des lanternes.

Le calendrier chinois est un calendrier luni-solaire. La date du Nouvel An chinois dans le calendrier grégorien (le nôtre) varie donc d’une année sur l’autre, mais se situe toujours entre le 21 janvier et le 19 février, au cours de la seconde nouvelle lune depuis le solstice d’hiver lorsque le soleil se trouve dans le signe du verseau. D’ailleurs tous les débuts des mois lunaires chinois correspondent au premier jour d’une nouvelle lune. L’alignement astronomique notifiant la nouvelle lune est déterminé à l’observatoire de la Montagne Pourpre à Nankin, par convention.

L'année du cochon_fête-des-lanternes-rouges_wp

Fête des lanternes

L’origine de cette fête est circonspecte. Elle suit une très ancienne tradition qui divisait l’année en trois parties, dont la première débutait le 15e jour du premier mois avec une fête en l’honneur de l’anniversaire de Tianguandadi, divinité régissant le Ciel introduite à l’époque des Han orientaux par l’école des cinq boisseaux de riz. Appelée aussi Voie des Maîtres célestes, cette école apparue sous la dynastie Han entre 120 et 145 au Sichuan est l’une des premières écoles taoïstes connues. Cette fête des lanternes se serait enrichie de traditions issues de la cour impériale avec l’introduction de lanternes, boulettes, etc.

Une légende relatant l’origine de la fête évoque la colère d’un dieu menaçant de brûler la capitale le 15e jour du premier mois lunaire. Un individu astucieux aurait usé alors d’un subterfuge. Il aurait fait sortir tous les habitants dans la rue ce soir-là avec des lanternes rouges et en aurait aussi accroché à toutes les portes afin que le dieu croie la ville déjà en proie aux flammes et s’éloigne.

Une version plus populaire cite la menace divine comme étant une imposture élaborée par un conseiller impérial magnanime afin de permettre à une jeune servante du palais de sortir et d’aller voir sa famille pour un soir.

Un autre mythe date l’origine de la fête sous la dynastie Han (206 av. J.C. à 220 apr. J.C.). Le bouddhisme était en expansion en Chine. Ayant appris que les moines contemplaient d’usage les reliques de Bouddha le 15 du premier mois lunaire et allumaient des lampes pour honorer les dieux, l’empereur ordonna d’allumer également le soir de ce jour des lanternes dans le palais impérial et les temples. Depuis, ce rite bouddhique est devenu de façon progressive une grande fête populaire.

L'année du cochon_zodiac-chinois_wp

Signes du zodiaque chinois

Chaque année chinoise correspond à l’un des 12 signes zodiacaux chinois associés aux 12 rameaux terrestres du cycle sexagésimal se succédant dans un ordre cyclique : rat, bœuf (ou buffle), tigre, lapin (ou lièvre, or chat pour les Vietnamiens), dragon, serpent, cheval, chèvre, singe, coq, chien et cochon. Chaque année est de même liée à l’un des 5 éléments : métal, eau, bois, feu, terre.

Année Date Signe de l’année (branche terrestre) Élément
2008 7 février rat (鼠) Terre (土)
2009 26 janvier bœuf/buffle (牛) Terre (土)
2010 14 février tigre (虎) Métal (金)
2011 3 février lapin/lièvre (兔) Métal (金)
2012 23 janvier dragon (龍) Eau (水)
2013 10 février serpent (蛇) Eau (水)
2014 31 janvier cheval (馬) Bois (木)
2015 19 février mouton/chèvre (羊) Bois (木)
2016 8 février singe (猴) Feu (火)
2017 28 janvier coq (雞) Feu (火)
2018 16 février chien (狗) Terre (土)
2019 5 février cochon (猪) Terre (土)
2020 24 janvier rat (鼠) Métal (金)

(Source Wikipédia)

À vous maintenant de trouver votre animal astrologique chinois, si vous ne le connaissez pas encore ?