Lundi de Pâques

Lundi de Pâques_oeuf-tarte-fruits_wp

Pâques sans chocolat, c’est comme Noël sans sapin. Mais on ne peut évidemment réaliser un repas qu’avec du chocolat, sauf si vous opter pour une fondue au chocolat.

Lundi de Pâques_chocolat-paille_wp

Cette fête a également son repas traditionnel, comme toutes les autres ayant le leur. C’est l’incontournable agneau. Or, compte tenu de la météo clémente, il est possible d’adapter la tradition. Pour ma part, ce sera barbecue. Les brochettes d’agneau, de bœuf, de poulet, de canard… s’inviteront ainsi à ma table…

Lundi de Pâques_oeufs-chocolat_wp

Le repas se terminera sur une touche de fraîcheur avec une salade de fruits. Et bien sûr le chocolat sera la star avec le café.

Lundi de Pâques_oeufs-chocolat-panier_wp

Bon appétit !

Publicités

Les burgers de la démesure

Les burgers de la démesure_le-plus-gros-du-monde-expo_wp

Alors qu’il nous est recommandé de manger cinq fruits et légumes par jour pour le bien-être de notre santé, à l’inverse, les hamburgers, par aphérèse burgers, sont mis en avant.

Les restaurateurs du monde entier usent, si ce n’est même abusent, de ce phénomène de mode qui grandit, en proposant des burgers de la démesure. Et ce tant au niveau du prix que de la taille.

Depuis ce 1er avril, un restaurant d’un hôtel de luxe de Tokyo met à disposition sur son menu jusqu’à la fin juin un hamburger à 100 000 yens, soit 798,40 €, pour ne pas dire 800 € !

Les burgers de la démesure_le-plus-cher-du-monde_wp

D’un poids de 3 kg, d’un diamètre de 25 cm, ce hamburger au prix indécent se compose de foie gras, tranches de bœuf et truffe noire, l’ensemble couronné d’un pain saupoudré d’or. Baptisé le « Golden Giant Burger », ce hamburger créé par le chef Patrick Shimada, un Américain aux origines nippones, est en l’honneur de l’intronisation du nouvel empereur du Japon début mai. « Nous voulions célébrer le nouvel empereur et une nouvelle ère pour le Japon » et « l’occasion de me rapprocher de mes racines japonaises », a-t-il ainsi déclaré.

En rappel, c’est grâce à l’empereur Meiji en 1872 que les Japonais ont pu consommer de la viande, interdite jusqu’alors. Et depuis la Seconde guerre mondiale, le hamburger s’est installé dans la culture culinaire du pays.

« Reiwa », la nouvelle ère qui commencera donc le 1er mai, représente deux idéogrammes combinés évoquant « une harmonie porteuse d’espoir », selon le Premier ministre Shinzo Abe qui a révélé début avril le nom de cette nouvelle ère. Celle-ci accompagnera le règne de Naruhito succédant à Akihito, qui abdiquera exceptionnellement en raison de son âge.

Les burgers de la démesure_le-plus-gros-du-monde_wp

Or la folie du hamburger a déjà sévit ailleurs. Les Américains, à l’origine de ce concept, se sont employés à y contribuer, en créant les plus gros burgers du monde.

C’est le cas de Steve Mallie, patron du restaurant de fast-food Mallie’s Sports Grill & Bar à Southgate dans le Michigan aux États-Unis, qui a conçu le plus gros burger du monde. 84 kg à la pesée ! Constitué d’un énorme steak haché, de tomates, feuilles de salade, oignons, fromage et cornichons en abondance, ce burger est l’équivalent en poids d’un homme de taille moyenne. Désormais présent dans le Guinness Book, le hamburger de Steve Mallie est officiellement le World’s Largest Burger, le « plus gros burger du monde » !

Mais aussi, le hamburger de Juicys Foods and Ovations Foodservices pour Juicys Outlaw Grill, situé à Corvalis dans l’Oregon aux États-Unis, pèse 352, 44 kg et coûte 5 000 $ (US), soit 4 436,81 € ! En vente depuis le 2 juillet 2011, avec un délai de 48 heures pour le temps de préparation, ce burger est également entré dans le Guinness Book comme étant le plus cher hamburger du monde.

Les burgers de la démesure_le-plus-cher-du-monde-glamburger_wp

À Londres, dans son restaurant Honky Tonk, basé dans le quartier chic de Chelsea, le chef Chris Large a réalisé le « Glamburger » en 2014, au prix de 1 100 £, soit 1 275,49 € ! Et hors service ! Conçu à l’occasion d’une opération de promotion avec le site d’achat Groupon UK, ce hamburger s’est autoproclamé le plus cher du monde. Il est préparé avec 220 g de steak de bœuf de Kobe (Japon), 60 g de chevreuil de Nouvelle-Zélande assaisonné de sel de l’Himalaya, du homard canadien poché au safran iranien, du caviar Béluga (baleine blanche), du brie à la truffe noire, du bacon au sirop d’érable, d’un œuf de canard fumé, d’un bun brioché à la feuille d’or, de la mayonnaise au matcha (thé vert), d’une sauce mangue et champagne, et de la truffe blanche d’Alba (Italie) râpée. 2 618 kcal au compteur ! Trois semaines pour le chef à imaginer ce burger et le prix validé par le Guinness Book comme le plus cher de la planète.

Recette de la mer

Recette de la mer_noix-st-jacques-encornets-salade_wp

C’est encore la saison de la coquille Saint-Jacques. Dans mon coin, sur les étals divers du marché, deux poissonniers se livrent une concurrence féroce au niveau des prix qui font la joie des consommateurs.

Hier, jour de marché et plaisir marin…

Je vous propose donc cette recette maison pour 1 personne.

Recette de la mer_noix-st-jacques_wp

Noix de St-Jacques et encornets en salade

(342,69 kcal) (307,69 kcal)

  • 4 noix de St-Jacques avec corail (120 kcal)
  • 100 g de tofu coupé en dés (62 kcal)
  • 50 g d’encornets coupés en lamelles moyennes (40 kcal)
  • 100 g de mangue coupé en dés (63 kcal)
  • 1 grosse tomate jaune coupée en tranches (20 kcal)
  • 100 g de scarole (20 kcal)
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive (135 kcal)
  • 1 c. à café de jus de citron jaune (1,34 kcal)
  • 1 c. à café de sauce de soja réduite en sel (2,6 kcal)
  • 1/2 c. à café de moutarde (3,75 kcal)
  • Ciboulette fraîche ciselée
  • Poivre en poudre

Dans un saladier, mélangez l’huile d’olive, la moutarde, le jus de citron, la sauce de soja et le poivre. Réservez.

Dans une poêle, mélangez une cuillère à soupe rase d’huile d’olive et une cuillère à café de sauce de soja (hors recette) avec un peu de poivre. Chauffez sur feu doux 5 minutes, poêle couverte. Mettez les encornets. Cuisez-les sur feu doux 10 minutes, poêle couverte, en les remuant plusieurs fois durant la cuisson, jusqu’à ce qu’ils deviennent opaques. Récupérez-les et posez-les sur un papier absorbant dans une assiette. Réservez.

Dans la même poêle, cuisez les noix de Saint-Jacques 2 à 3 minutes chaque face, selon leur grosseur, toujours sur feu doux et poêle couverte. Récupérez-les et posez-les sur un papier absorbant dans une assiette. Réservez.

Dans le saladier contenant la sauce à salade, ajoutez la scarole et les tranches de tomates. Mélangez. Ajoutez la ciboulette ciselée. Mélangez.

Dans une assiette, présentez la salade préparée. Posez dessus les noix de Saint-Jacques et les encornets. C’est prêt !

Recette de la mer_encornets_wp

Dans un saladier, préparez la sauce à salade, comme au début de la recette. Réservez.

Dans une poêle, mélangez une cuillère à soupe rase d’huile d’olive et une cuillère à café de sauce de soja (hors recette) avec un peu de poivre. Chauffez sur feu doux 5 minutes, poêle couverte. Mettez les dés de tofu et de mangue. Chauffez-les 5 minutes sur feu doux, sans cesser de remuer. Récupérez le tout et posez les dés sur un papier absorbant dans une assiette. Réservez.

Suivez la suite de la recette et présentez votre assiette en posant sur la salade préparée les dés de tofu et de mangue. C’est prêt !

Recette de la mer_tofu_wp

Note :

– Rectifiez l’assaisonnement selon votre goût.

– Ajustez la cuisson des encornets en fonction de la taille de la coupe de vos lamelles.

– Vous pouvez remplacer la mangue par la papaye, l’ananas ou autre fruit exotique.

Bon appétit !

Grilled Cheese sandwich

Grilled Cheese sandwich_wp

Venu tout droit des États-Unis, dont il fait partie des incontournables « plats » de la culture américaine, le Grilled Cheese sandwich (sandwich grillé au fromage) est arrivé à Paris et est devenu un véritable phénomène de mode à La Défense.

N’étant qu’une pâle copie d’un croque-monsieur traditionnel (avec le jambon en moins), il est quand même vendu 10 € dans certains « restos ». Pour 2 tranches de pain de mie avec 2 tranches de cheddar mises à l’intérieur, le tout grillé dans une poêle ou au four, inutile de spécifier la marge que le restaurateur se prend sur ce prix.

Pas besoin non plus de sortir d’une grande école de cuisine ou d’être un chef étoilé pour réaliser cette recette. Traditionnellement, le Grilled Cheese sandwich est préparé comme suit : Faites chauffer une poêle sur feu moyen durant la préparation très compliquée du sandwich. Beurrez un côté d’une tranche de pain de mie. Déposez-la, côté beurré, dans la poêle. Posez les tranches de cheddar dessus. Beurrez la seconde tranche de pain de mie que vous mettez sur les tranches de cheddar, côté beurré à l’extérieur. Laissez cuire 2 minutes. Retournez le sandwich, laissez cuire à nouveau 2 minutes. Et c’est prêt. Chaque côté des tranches de pain de mie beurré est ainsi grillé et le fromage est fondu.

Généralement, les Américains consomment ce sandwich en le trempant dans une soupe de tomates en conserve, la Campbell’s Tomato Soup, préalablement réchauffée.

Voilà le plat révolutionnaire qui fait fureur depuis quelques temps chez les affairistes de La Défense ! Sans commentaire.

Bon appétit !

N. B. : Ceci n’est malheureusement pas un poisson d’avril.

Cuisine de printemps

Cuisine de printemps_plantes-médicinales_wp

Le printemps, c’est la renaissance ! Nous quittons doucement nos manteaux d’hiver pour des tenues plus légères. Notre moral se sent mieux. La nature reprend vie. Les premiers bourgeons apparaissent… Tout se prépare lentement pour s’exprimer ensuite en été.

Et dans le domaine culinaire, nous aspirons également à une cuisine plus aérienne. Pour des idées recettes de printemps, je vous propose alors de faire le plein en consultant le site du magazine Elle sous sa rubrique Elle à table qui vous ouvre son carnet de recettes de saison…

Bon appétit !

Les herbes aromatiques

Fresh herbs hanging on a rope

Nous parlons de plus en plus de respecter la nature en ne consommant que des fruits et légumes de saison. Pour les légumes, comme pour les viandes et poissons, nous utilisons des herbes aromatiques afin d’assaisonner les plats que nous préparons. Elles apportent ainsi des saveurs en plus à notre cuisine. De la fraîcheur, de la douceur, de l’acidité, du piquant, etc., ces sensations relèvent nos recettes culinaires tant au niveau du goût que sur le plan de nos papilles gustatives.

Nous employons toute l’année ces herbes aromatiques devenues des produits d’habitude qui tiennent une place permanente sur l’étagère spécifique à elles ou l’endroit de notre choix. Or connaissons-nous les saisons des plantes aromatiques ? Savons-nous d’ailleurs qu’elles ont leur propre période dans l’année ?

Les herbes aromatiques_5_wp

Voici une petite liste des quelques herbes aromatiques que nous utilisons le plus :

  • Ail, Oignon, Persil, Thymde janvier à décembre
  • Basilic : juillet et août
  • Cerfeuil : de juin à septembre
  • Ciboulette : d’avril à septembre
  • Coriandre : d’août à octobre
  • Cornichon : de juillet à octobre
  • Échalote  : juillet
  • Estragon : de juin à août
  • Laurier : janvier – de mai à août – décembre
  • Menthe, Origan : de juin à septembre
  • Moutarde : de mai à novembre
  • Romarin : d’avril à octobre

Les herbes aromatiques_8_wp

Rappel :

Les plantes aromatiques regroupent l’ensemble des plantes employées en cuisine et en phytothérapie pour leur arôme distinct et leur huile essentielle extraite. Cultivées pour leurs feuilles, tiges, bulbes, racines, graines, fleurs, écorce, etc., elles sont utilisées en tant qu’épices, aromates ou condiments et parfois combinées en mélanges aromatiques. La distinction entre ces trois groupes est confuse ; elle dépend de l’usage de la plante qui en est fait.

Selon la terminologie anglophone, la plus propre, les plantes aromatiques se distinguent entre :

  • Spices : les épices, parties exemptes de chlorophylle de la plante qui sont utilisées ;
  • Herbs : les herbes, parties vertes de la plante qui sont utilisées.

Le terme condimentaire vient du latin condimentarius, relatif donc aux assaisonnements.

Les herbes aromatiques_9_wp

La provenance des plantes aromatiques est très variée, tant au niveau géographique que botanique. Beaucoup de plantes ont besoin de conditions d’humidité ou de température précises afin qu’elles développent toutes leurs propriétés. Par exemple, la composition des huiles essentielles de thym varie considérablement selon les conditions et le lieu de culture.

Parmi ces plantes, se trouvent :

  • Des plantes herbacées, dont les tiges et les feuilles sont consommées ;
  • Des plantes ligneuses, pouvant être des arbrisseaux, notamment la lavande cultivée principalement pour ses fleurs, ou des arbres, comme le laurier et le kaloupilé, dont leur feuillage est récolté, ou encore le Cannelier de Ceylan pour son écorce ;
  • Des plantes vivaces, le basilic d’Afrique par exemple, et toutes les plantes ligneuses qui sont des plantes vivaces ;
  • Des plantes bisannuelles, la moutarde de Chine notamment, ou plantes annuelles, comme l’aneth. Certaines bisannuelles peuvent être annuelles et certaines des deux sont aussi des plantes vivaces.

Les herbes aromatiques_cadre_wp

Outre, l’expression « fines herbes » ou « herbes fines » peut être affectée à toutes les herbes aromatiques, bien que se distinguent plus particulièrement la ciboulette, le cerfeuil, le persil, l’estragon ou la pimprenelle. Leurs tiges tendres permettent de consommer toute la partie aérienne, fraîche ou déshydratée, leur valant ainsi le terme culinaire de fines herbes. Cependant, leurs parties souterraines, fleurs et graines sont également récoltées selon l’usage.

Elles appartiennent à trois familles botaniques principales :

  • Les Alliacées : ail, oignon, ciboule, ciboulette, échalote, entre autres ;
  • Les Apiacées : angélique, carvi, cerfeuil, fenouil, persil, entre autres ;
  • Les Lamiacées : mélisse, menthe, basilic, entre autres.

Les herbes aromatiques_bouquets_wp

Enfin, si vous souhaitez en savoir davantage, je vous laisse consulter d’autres sites ou blogs sur Internet plus spécialisés que le mien en la matière.

Bon appétit !

Des joues en feu !

Des joues en feu_joues-raie-champignons-noirs-sauce-soja-pimentée-cru1_wp

Quel plaisir de retrouver les petits marchés de village ! Dans mon lieu normand, les jours de marché sont le vendredi et le dimanche. Des bouchers du terroir, des charcutiers vous proposant du fait maison, des volaillers avec leurs produits issus de leur élevage en plein air, aux fromagers locaux vous présentant leurs propres fromages, aux maraîchers vous vendant des fruits et légumes de saison, jusqu’aux poissonniers venant de la côte la plus proche avec la récolte fraîche de leur pêche… tout est réuni pour vous concocter de bons plats sains !

Hier, ce fut donc repas poisson ! Plus précisément une partie d’un poisson que je n’avais pas mangée depuis des années… Les joues de raie !

Je vous propose alors cette recette maison pour 2 à 3 personnes.

Des joues en feu_joues-raie-champignons-noirs-sauce-soja-pimentée-cuit_wp

Joues de raie et champignons noirs à la sauce de soja pimentée

(507,8 kcal ~ 253,9 ou 169,27 kcal/pers.)

  • 500 g de joues de raies (445 kcal)
  • 40 g de champignons noirs déshydratés (24,8 kcal)
  • 20 g de ciboulette fraîche ciselée (6 kcal)
  • 60 ml de sauce de soja réduite en sel (31,2 kcal)
  • 5 ml de Tabasco Original Red Hot Pepper (0,8 kcal)

Préchauffez le four à 200°C, chaleur tournante.

Dans un grand bol d’eau froide, réhydratez les champignons noirs pendant 10 minutes environ. Égouttez.

Dans un plat allant au four, mélangez dans un fond d’eau (dans l’ordre qui suit) la sauce de soja, le Tabasco, la ciboulette et les champignons noirs. Déposez ensuite les joues de raie. Réservez 10 minutes. Retournez les joues de raie. Réservez 10 minutes.

Retournez de nouveau les joues de raie. Enfournez à 200°C, chaleur tournante pendant 5 à 7 minutes. Retournez les joues. Laissez cuire 5 à 7 minutes. La durée de cuisson dépend de la grosseur des joues. Mélangez également les champignons avec la sauce à chaque fois que vous retournez les joues de raie.

Présentez directement le plat afin de conserver la chaleur du poisson.

Des joues en feu_joues-raie-champignons-noirs-sauce-soja-pimentée-cru2_wp

Note :

Vous pouvez accompagner ce plat avec une purée de patate douce, de vitelotte, de panais ou de carottes. Vous pouvez aussi penser aux légumes verts ou riz.

Rectifiez aussi l’assaisonnement en fonction de votre goût prononcé ou pas pour les plats pimentés.

Pas de recette végétalienne, végétarienne.

Bon appétit !

Les fruits de mars

Les fruits de mars_citrons-verts_wp

Alors que nous commencions à nous habituer aux douceurs des températures, au beau soleil et au ciel bleu, l’hiver s’est rappelé à nous. Nous avions peut-être considéré que le printemps était venu plus tôt que prévu. Nous avions peut-être également modifié notre comportement alimentaire en omettant des sources de vitamines utiles pour traverser l’hiver en bonne santé.

Cette période climatique clémente que nous avons connu, il n’y a pas si longtemps que cela, a peut-être favorisé cette explosion de grippe, dont beaucoup ont été victimes. Il est donc nécessaire de reprendre les bonnes attitudes en adoptant le bon régime alimentaire à la saison correspondante.

Voici alors quelques fruits de mars à consommer sans modération et sous leur forme la plus naturelle qui soit…

Les fruits de mars_clémentines_wp

Les fruits de mars_épinard_wp

Les fruits de mars_kiwi_wp

Les fruits de mars_pamplemousse_wp

Les fruits de mars_poires_wp

Les fruits de mars_pommes_wp

De retour en cuisine

De retour en cuisine_chou-vert_wp

De retour parmi vous les amis, après un superbe déménagement et un emménagement enfin terminé. Mais aussi après une petite semaine d’absence durant laquelle je ne vous ai proposé d’articles.

Cette fois-ci Internet ne fut pas en cause, la connexion avait été réalisée bien avant que je n’emménage, je suis la cause. J’ai préféré me couper un peu du monde virtuel afin de me consacrer au déballage de tous mes cartons (et il y en avait un paquet…) et à l’installation de ma maison, tant au niveau de l’emplacement du mobilier que sur le plan déco. J’ai de même choisi de m’octroyer quelques petits jours de congés pour profiter de ma maison et de mon jardin. Je me suis ainsi accordée ces instants au soleil. J’ai réalisé mes premiers barbecues. J’ai pris mes premiers petits déjeuners sur ma terrasse, avec une petite laine sur le dos quand même, mes déjeuners au soleil, sans petite laine, et mes dîners dehors à la tombée du jour, avec une grosse laine pour le coup.

Après l’effort, le réconfort, mais maintenant, c’est après le réconfort, l’effort. Je suis donc là, ressourcée à bloc, revigorée à fond la caisse, l’esprit en forme et prête à repartir pour le travail.

Le soleil ayant laissé sa place à la grisaille, à la pluie et au vent, je vous propose alors en ce début de mars ses quelques légumes en photos :

De retour en cuisine_betteraves_wp

De retour en cuisine_carottes_wp

De retour en cuisine_céleri-branche_wp

De retour en cuisine_chou-fleur_wp

De retour en cuisine_chou-kale_wp

De retour en cuisine_endives_wp

De retour en cuisine_navets-rouges_wp

De retour en cuisine_oignons-jaunes_wp

De retour en cuisine_poireaux_wp

De retour en cuisine_pommes-de-terre_wp

De retour en cuisine_radis-rouges_wp

De retour en cuisine_salsifis_wp

Bon appétit !

N. B. : Je n’ai également pas consulter vos articles. Je me rattraperai, promis, en lisant vos articles qui suivront. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur…

Pas de cuisine

Pas de cuisine_vin-rouge-fromage-saucissons-raisin_wp

Lorsque vous lirez cet article, je serai de nouveau dans les cartons, mais cette fois-ci en mode déballage. Je serai enfin en train d’ouvrir tous les cartons sans exception. Terminé les cartons remplis et fermés qui demeurent entassés dans une pièce, un garage ou une cave ! Fini d’être contrainte de cohabiter avec eux !

Je serai à coup sûr en pleine euphorie de redécouvrir des objets divers et variés que ma mémoire aura probablement oubliés au fur et à mesure de ces années. Je serai remplie d’émotion en voyant ces objets réveiller le souvenir qui lui appartient. Je serai aussi cette petite fille émerveillée au moment de Noël lorsqu’elle ouvre ses cadeaux. J’écouterai de la musique pendant que mon esprit remontera le temps à chaque objet évocateur d’un passé lointain…

Je n’aurai donc pas la tête à la cuisine. Je penserai certainement à mon père, à ses objets qu’il a ramenés de ces voyages lorsqu’il était dans la marine et qu’il m’a donnée de son vivant, me connaissant et sachant alors que j’en prendrai bien soin. Je me rappellerai nos instants partagés, nos moments privilégiés, nos sorties à la pêche au bord d’une rivière, à la cueillette des champignons dans la forêt, nos repas campagnards où nous mangions en pleine nature du pain, beurre, bon saucisson du pays et du fromage, avec un petit coup de vin rouge. Je me rappellerai ce temps où nous pouvions profiter de la vie sans que l’on nous dise que boire de l’alcool est mauvais pour la santé, manger de la viande contribue au massacre des animaux, respirer trop tue, vivre…