7 louveteaux d’une espèce rare

7 louveteaux d'une espèce rare_wp
Sept louveteaux d’une espèce rare de loups ont vu le jour au parc zoologique Los Coyotes au Mexique en avril 2017 – ESPECIAL / NOTIMEX / AFP

Clôturons cette semaine avec une adorable touche animalière et en léger rapport avec l’article d’hier…

Au parc zoologique Los Coyotes au Mexique, une louve de l’espèce rare du loup mexicain Canis lupus baileyi, espèce classée comme une sous-espèce génétiquement différente du loup gris, a donné naissance à 7 louveteaux en avril 2017.

Je vous invite à consulter l’article publié concernant cette magnifique nouvelle sur le site Sciences et Avenir.

Bon dimanche !

Les grenouilles de verre

Les grenouilles de verre_Hyalinobatrachium yaku_wp

Il existe un genre tout particulier de grenouilles, Hyalinobatrachium, qui rassemble les « grenouilles de verre », ainsi appelées du fait que l’on peut voir leurs organes à travers la peau de leur ventre. Leur peau est si transparente qu’il est même possible de voir leur cœur battre.

En Amazonie équatorienne, des chercheurs viennent de découvrir une nouvelle espèce, Hyalinobatrachium yaku. Mesurant 2 cm, cette petite grenouille est reconnaissable par ses petits points verts foncés qu’elle a sur la tête et le dos. Grâce à des analyses ADN, morphologiques et l’étude des vocalisations, les chercheurs ont pu déterminer qu’elle possédait des caractéristiques différentes des autres grenouilles du genre. Elle produit également un coassement plus long que ses congénères. Elle est donc une espèce à part entière.

Les grenouilles de verre_Hyalinobatrachium yaku espèce_wp

En parallèle, bien que les chercheurs n’aient pas suffisamment d’éléments la concernant afin de permettre à l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) de mettre en place un plan de sauvegarde de l’espèce, ils n’en restent pas moins convaincus que ces grenouilles sont menacées. L’eau, élément indispensable à cette espèce comme à de nombreuses autres en Amazonie, est très polluée en raison des activités pétrolières et minières. Activités qui sont loin de s’arrêter puisque « le gouvernement équatorien prévoit d’intensifier les extractions de pétrole dans la région », telles que l’affirment les chercheurs. Et la pollution n’est pas la seule menace pour cette petite grenouille de verre. L’extension du réseau routier détruit et morcelle son habitat. Malheureusement, le développement économique de l’Équateur se fait au détriment de son immense biodiversité.

Bon dimanche !