Sur le départ…

Sur le départ_cartons_wp

Voilà les amis, j’y suis presque… J -3 et je déménage !

La semaine se termine et marque ainsi la pause de ce blog, temps d’arrêt qui ne devrait normalement pas excéder une semaine, j’espère…

Mes cartons et moi sommes parés pour le départ. Quelques petits détails de dernières minutes à régler encore et hop en route vers ma nouvelle maison !

Sur le départ_coeurs-parapluie_wp

Sans oublier Clarence ! Mon pauvre vieux matou, il en aura vu des déménagements dans sa vie en 19 ans bientôt. Pour lui, ce sera aussi un repos bien mérité. Je ne vous dis pas toute la contribution qu’il a apportée afin de m’aider à faire les cartons…

Un petit coup de dormette dans le carton que je remplissais, une petite roupette sur les papiers servant à l’emballage des verres et autres objets fragiles, une sommeillette dans la valise sur les vêtements et un gros dodo en fin de journée étalé de tout son long à ma place, enfin sa place, sur le canapé me laissant 10 cm2 pour poser mes petites fesses devant la télé…

Vous serez d’accord avec moi, après tout ça, franchement, il aura bien mérité le repos du guerrier.

Sur le départ_bulles_wp

Sur ce, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter à tous et à toutes une bonne continuation. J’aurai le plaisir de vous retrouver d’ici quelques temps donc. J’aurai également la joie de lire vos superbes articles que je découvrirai après mon installation Internet.

Je vous envoie des énormes bisous…

Bon dimanche !

Sur le départ_coeurs-enveloppe_wp

Publicités

De la neige, de la neige…

De la neige, de la neige_brume_wp

Tandis que dans ma région anglaise quelques flocons de neige sont tombés l’espace d’une journée pour fondre ensuite sous la pluie, certains de mes compatriotes français eux sont envahis par la neige.

Et n’est-ce pas en ce début de décembre le meilleur moyen d’accueillir l’hiver qui pointe doucement le bout son nez ?

Alors, afin de rester dans le thème en clôturant cette semaine et se plonger dans le bain de ce mois de Noël, je vous propose ces quelques photos enneigées…

De la neige, de la neige_arbre_wp

De la neige, de la neige_arbres_wp

De la neige, de la neige_falaise_wp

De la neige, de la neige_forêt_wp

De la neige, de la neige_givre_wp

De la neige, de la neige_glace_wp

De la neige, de la neige_maison_wp

De la neige, de la neige_montagnes_wp

De la neige, de la neige_rivière_wp

De la neige, de la neige_sapin_wp

De la neige, de la neige_sapins_wp

De la neige, de la neige_sentier_wp

De la neige, de la neige_stalactites_wp

Bon dimanche !

Les arbres de vie

Les arbres de vie_femme-papillons_wp

Afin de clôturer cette semaine qui me fut riche en émotions, je vous propose en images ces magnifiques arbres de vie :

Les arbres de vie_saisons_wp

L’arbre de vie est représenté sous forme de gravures, peintures, broderies, impressions ou sculptures depuis l’aube des temps. Parfois assorti de personnages et/ou d’animaux,  Il symbolise la force de la vie et ses origines, l’importance des racines et le développement de la vie.

L’arbre de la connaissance du bien et du mal et le chandelier à 7 branches seraient des variantes selon certaines interprétations.

Les arbres de vie_printemps_wp

Les arbres de vie_fleurs_wp

Les arbres de vie_automne_wp

Les arbres de vie_hiver_wp

L’arbre de vie évoque aussi de manière symbolique dans la Kabbale (tradition ésotérique du judaïsme) les lois de l’Univers. Certains auteurs le comparent ainsi à l’arbre de vie mentionné par la Genèse, chapitre2, verset 9.

Sa description est considérée comme celle de la cosmogonie (système de la formation de l’Univers) de la mystique kabbalistique.

Les arbres de vie_papillons_wp

Les arbres de vie_fleurs_wp

Les arbres de vie_cerises_wp

Les arbres de vie_ballons_wp

L’arbre de vie est également confondu avec l’arbre de joie, alors que celui-ci est en fait un conte de Noël pour la jeunesse de l’auteur québécois Alain Bergeron (connu de même sous le nom de plume Brian Eaglenor, anagramme de son nom) paru en 1999.

Bon dimanche !

Les arbres de vie_saisons-coeurs_wp

Sanctuary Wildlife Photography Awards 2017

Sanctuary Wildlife Photography Awards 2017_Biplab Hazra_wp
Photo Biplap Hazra – Sanctuary Nature Foundation – Sanctuary Wildlife Photography Awards 2017

Biplab Hazra, gagnant du concours Sanctuary Wildlife Photography Awards 2017, dévoile avec sa photo choc les ravages du conflit entre hommes et éléphants d’Asie en Inde. Celle-ci montrant une éléphante et son petit attaqués par la foule parle d’elle-même.

Brent Stirton, gagnant du concours Wildlife Photographer of the Year 2017, avec sa photo d’un rhinocéros noir tué et mutilé pour sa corne avait déjà mis en lumière en octobre le massacre de ces animaux.

En novembre, c’est au tour de ce concours de dénoncer le terrible traitement réservé aux éléphants en Inde.

Organisée par l’ONG indienne Sanctuary Nature Foundation, cette compétition réunissait plus de 5 000 participants venant de toute l’Asie.

Cette photo intitulée « Hell is Here », l’Enfer est Ici, qui a été ainsi primée représente cette éléphante et son petit pris à partie par une foule qui leur lance des objets enflammés.

Biplap Hazra a décrit sa photo : « En tête, les oreilles de la mère sont tournées vers l’avant comme si elle choisissait d’ignorer le groupe d’hommes moqueurs. Derrière elle, son éléphanteau crie de confusion et de peur alors que le feu lèche ses pattes ».

Selon lui, dans le district de Bankura, comme dans tous les États indiens, Assam, Odisha, Chhattisgarh et Tamil Nadu, qui abritent ces éléphants, cette scène est courante. Toujours selon lui, 70 % des éléphants d’Asie se trouvent en Inde et le développement des routes envahit de jour en jour un peu plus leur habitat. Cette oppressante situation croissante pousse les mammifères à se défendre et engendre alors des attaques mutuelles entre ces animaux et les habitants. La plupart des conflits ont lieu sur les chemins empruntés par les éléphants depuis des siècles mais qui sont désormais occupés par les humains.

Bon dimanche !

Sanctuary Wildlife Photography Awards 2017_Wildlife Photographer of the Year 2017_Brent Stirton_wp
Photo Brent Stirton – Wildlife Photographer of the Year 2017

Le devoir de mémoire

Le devoir de mémoire_tranchée de première ligne_1ereGM_agence Meurisse_Source Gallica BnF_wp
Dans une tranchée de première ligne pendant la Première Guerre Mondiale – agence Meurisse – Source Gallica BnF

Hier, un hommage a été rendu aux hommes de courage qui ont donné leur vie dans cette terrible Première Guerre Mondiale.

Ce 11 novembre a permis de nous rappeler que certaines libertés ont été acquises par le prix du sang.

Ce jour a également marqué le centenaire de l’année 1917, une année charnière de la Grande Guerre, notamment :

En Belgique à Mons au Quartier Général du Prince Rupprecht de Bavière, une conférence militaire réunissait Ludendorff et les chefs d’état-major des groupes engagés sur le front occidental pour déterminer les opérations à lancer au printemps 1918 avant l’entrée en ligne de l’armée américaine.

En Grèce sur le front de Salonique, Paul Pavelka, pilote engagé dans l’escadrille Lafayette mourut. Il fut le seul Américain à décéder sur ce front.

Le devoir de mémoire_tranchée_wp

En Italie, ce fut la capitulation d’une division de la 4e armée italienne à Longarone

En Russie, il y eut le soulèvement des cadets de l’école militaire de Petrograd contre le pouvoir bolchevique. À Moscou, Rouges et Blancs s’opposèrent par les armes. Ce fut le début de la guerre civile.

En France, une offensive allemande permis à leurs troupes de pénétrer dans les lignes françaises situées sur le sommet de Hartmannswillerkopf.

Et bien d’autres évènements se déroulèrent conduisant un an plus tard à la signature de l’Armistice.

Enfin, bien que cent ans se soient ainsi écoulés depuis, nous devons toujours continuer à nous souvenir pour le respect de nos morts…

Bon dimanche !

La nature magnifiée

La nature magnifiée_photo-Séverine-Pillet-2014_wp
Photo Séverine Pillet – 2014

Du 16 au 19 novembre prochain, la commune de Montier-en-Der située dans la région de la Champagne-Ardenne vous proposera une exposition de photos sublimant notre belle nature.

Afin de vous donner un avant goût de cette expo, vous pouvez visionner quelques-unes de ces magnifiques photos sur le site Sciences et Avenir.

Bon dimanche !

Animals

Animals_Wildlife Photographer of the Year 2016_Renardeau_photo Hiroki Inoue_wp
Renardeau – Wildlife Photographer of the Year 2016 – photo Hiroki Inoue

Afin de finir cette semaine en douceur, je vous propose cette petite pause animalière…

Animals_Wildlife Photographer of the Year 2016_Calao_photo Willem Kruger_wp
Calao – Wildlife Photographer of the Year 2016 – photo Willem Kruger
Animals_Wildlife Photographer of the Year 2016_Entelle doré ou langur doré_photo Dhyey Shah_wp
Entelle doré ou Langur doré – Wildlife Photographer of the Year 2016 – photo Dhyey Shah
Animals_Wildlife Photographer of the Year 2016_Escargot_photo Samira Qadir_wp
Escargot – Wildlife Photographer of the Year 2016 – photo Samira Qadir
Animals_Wildlife Photographer of the Year 2016_Oiseau_photo Isaac Aylward_wp
Oiseau – Wildlife Photographer of the Year 2016 – photo Isaac Aylward
Animals_Wildlife Photographer of the Year 2016_Oran-Outang_photo Tim Laman_wp
Oran-Outang – Wildlife Photographer of the Year 2016 – photo Tim Laman
Animals_Wildlife Photographer of the Year 2016_Seiches_photo Scott Portelli_wp
Seiches – Wildlife Photographer of the Year 2016 – photo Scott Portelli

Bon dimanche !

Saints & Strangers

Saints & Strangers_Plymouth_wp

Mini-série de quatre épisodes diffusée en deux longues parties sur la chaîne de télévision américaine National Geographic.

Créée en novembre 2015, elle relate la véritable histoire du voyage des premiers colons à bord du Mayflower et de leur arrivée en Amérique du Nord en 1620.

La colonie de Plymouth (nom donné par les colons en référence à la ville d’Angleterre de laquelle ils sont partis) va ainsi s’installer dans le Massachusetts. Entre leurs luttes pour survivre au climat très rigoureux, à la maladie, au manque de nourriture et leurs conflits avec les tribus locales, cette colonie marquera le commencement de l’histoire américaine et de sa culture à venir avec notamment la première Thanksgiving qu’ils fêteront avec le peuple Pokanoket en 1621.

Cette mini-série passionnante nous montre la rudesse à laquelle ses pèlerins du Nouveau Monde ont été confrontés, le courage de ces derniers face à leur peur de l’inconnu et leur envie d’un partage culturel avec les natifs, mais aussi leur volonté de vivre ensemble sur une même terre dans la paix. Malheureusement cette harmonie ne durera que quelques cinquantaines d’années.

Enfin, malgré la longueur de celle-ci, vous ne verrez absolument pas le temps passer. À découvrir sur le site Netflix qui l’a également diffusée.

Bon dimanche !

Saints & Strangers_wp

Bird Photographer of the Year

Bird Photographer of the Year_flamants roses_photo Alejandro Prieto Rojas_lauréat_wp
Flamants roses – photo Alejandro Prieto Rojas

Depuis deux ans Nature Photographers et the British Trust for Ornithology organisent un concours visant à récompenser parmi les plus belles photos d’oiseaux réalisées à travers le monde le meilleur photographe d’oiseaux. Le lauréat de cette année est Alejandro Prieto Rojas pour sa photo (ci-dessus) des flamants roses nourrissant leurs petits.

Voici quelques-unes des photos qui ont été retenues pour ce concours de l’année 2017 :

Bird Photographer of the Year_corbeau pie et vautour_photo Bence Máté_wp
Corbeau pie et vautour – photo Bence Máté
Bird Photographer of the Year_cygnes sous l'eau_photo Ian Wade_wp
Cygnes sous l’eau – photo Ian Wade
Bird Photographer of the Year_foulques_photo Andrew Parkinson_wp
Foulques – photo Andrew Parkinson
Bird Photographer of the Year_héron blanc_photo Jose Garcia_wp
Héron blanc et serpent – photo Jose Garcia
Bird Photographer of the Year_héron cendré_photo Ahmad Al-Essa_wp
Héron cendré – photo Ahmad Al-Essa
Bird Photographer of the Year_merle noir_photo Roy Rimmer_wp
Merle noir – photo Roy Rimmer
Bird Photographer of the Year_mésange bleue_photo Markus Maresvuo_wp
Mésange bleue – photo Markus Maresvuo
Bird Photographer of the Year_oiseau avec poisson_photo Vince Burton_wp
Oiseau et poisson – photo Vince Burton
Bird Photographer of the Year_oisillon_photo Faisal Asnomal_wp
Oisillon – photo Faisal Asnomal
Bird Photographer of the Year_pélican_photo Bret Charman_wp
Pélican – photo Bret Charman

Bon dimanche !

Inde : la grenouille violette de Bhupathy

Inde_la grenouille violette de Bhupathy_grenouille-taupe_wp

Une nouvelle espèce de grenouille vient d’être découverte dans la chaîne de montagnes de Western Ghats en Inde. Il s’agit de la grenouille violette de Bhupathy (Nasikabatrachus bhupathi), connue également sous le nom de « grenouille violette à nez de porc » ou encore surnommée la « grenouille taupe ». Et ce surnom ne lui a pas été donné au hasard, puisque cette grenouille a la particularité de vivre sous terre.

Cette grenouille a été ainsi décrite en détail dans une récente publication scientifique.

Étroitement liée à une autre grenouille mauve (N. sahyadrensis) trouvée dans la même région en 2003, ces deux espèces représentent les seuls membres connus de leur famille.

Cette grenouille possède une peau violette et brillante, un nez pointu, des petits yeux et des membres courts formés à ses extrémités d’une sorte de pelle durcie lui servant à creuser des terriers. Elle est dotée d’une langue longue plissée afin d’attraper les fourmis et les termites souterraines.

Inde_la grenouille violette de Bhupathy_à-nez-de-porc_wp

Lorsque la saison de la mousson débute, les mâles émettent des sons assez forts. Ce sont d’ailleurs ces « chants » provenant de leur terrier qui ont permis aux scientifiques de découvrir leur existence dans les montagnes. Les mâles et les femelles s’accouplent dans les cours d’eau où ils déposent les œufs fertilisés. Un jour ou deux après, ceux-ci éclosent et les têtards voient le jour. Ces derniers développent alors des bouches munis de dents minuscules pour s’accrocher aux rochers et se nourrir d’algues dans les cours d’eau créés par les fortes pluies. Ils vivront durant environ 120 jours dans ces cours d’eau avant de gagner la vie souterraine.

Les scientifiques savaient déjà que les grenouilles présentaient de formidables capacités d’adaptation, comme certaines espèces qui vont creuser afin d’échapper à des périodes de sécheresse. Mais cette grenouille violette a adopté ce mode de vie souterrain et y vit quasiment en permanence. Après études pour certifier la différenciation des espèces, la caractérisation moléculaire, l’analyse phylogénétique, l’examen morphologique ainsi que la modélisation acoustique ont prouvé que cette grenouille est bien une nouvelle espèce.

Inde_la grenouille violette de Bhupathy_wp

D’autres études plus approfondies sont prévues pour déterminer avec plus de précision la zone géographique dans laquelle elle évolue de manière à mieux protéger l’espèce et son habitat naturel de la pollution et des nuisances humaines.

Enfin, chaque année des centaines de nouvelles espèces de grenouilles sont découvertes. Ce qui prouve que le monde des grenouilles demeurent encore inconnu…

Bon dimanche !