Passe-moi ton stylo ? Ton… quoi… ?

ton stylo_Ton_quoi_wp

À la rentrée 2016, la plupart des écoles primaires finlandaises suivront l’exemple de la rentrée scolaire de 2014 des 45 états américains sur 50, celui de l’abandon de l’écriture manuscrite au profit de celle dactylographique. Les claviers et écrans d’ordinateur viendront officiellement remplacer le papier et le stylo.

Adieu l’apprentissage des belles lettres que nous apprenions à former lorsque nous étions enfants. Adieu à l’excitation que nous ressentions lors de l’achat de nos trousses, stylos, gommes, crayons, cahiers, agendas, etc. Adieu aux cinq cent lignes que nous devions correctement écrire pour cause de bavardage. Adieu aux belles présentations que nous apportions sur nos cahiers avec notre stylo-plume…

Surtout, adieu les listes de Noël que nous nous appliquions à élaborer avec notre plus belle écriture avec fierté pour la transmettre ensuite au Père Noël. Et plus tard, adieu les petits mots doux laissés sur un post-it collé sur le réfrigérateur à son amoureux ou amoureuse…

Or, selon le Conseil National de l’Éducation finlandais, ce changement serait inévitablement nécessaire dans notre société actuelle, allant même jusqu’à dire : « Avoir de bonnes compétences dactylographiques est devenu d’importance nationale. Ce changement apparaît comme un bouleversement culturel majeur mais il est pertinent pour la vie quotidienne »

Le seul problème est que l’écriture manuscrite favorise la mémoire et la précision, ce qui n’est guère le cas avec un clavier d’ordinateur. Les enseignants, plutôt favorables à cette réforme, devront donc apporter d’autres solutions pour stimuler la mémoire de leurs élèves. Quant à l’écriture manuscrite, elle sera proposée en option.

Que penser de cette réforme ?

À chacun son opinion. Pour ma part, j’aurai préféré que l’écriture dactylographique soit, elle, en option. Je ne suis pas vraiment convaincue que ce changement sera forcément judicieux pour nos générations futures, qu’il pourra les aider à mieux s’intégrer au monde réel.

Que feront-elles si un jour l’informatique disparaît pour X ou Y raison ? Si notre société à venir devait se retrouver au point de départ avec seulement du papier et un vulgaire crayon en bois ?

Quoi qu’il en soit, mon souhait le plus cher est pourvu que la France ne soit pas touchée par ce phénomène !

Publicités