Repas traditionnel du Nouvel An chinois

Chinese food blank background

Cette année, le Nouvel An chinois aura lieu le 25 janvier. Et comme pour les occidentaux, cette période est tout autant festive pour les Chinois.

« Durant le nouvel an chinois, certains plats se consomment en fonction de leur signification emblématique. Supposées apporter la chance pour l’année dite de la chance, ces préparations « porte-bonheur », se servent tout au long de la période du nouvel an (soit 16 jours), et plus spécialement le soir du réveillon.
La symbolique propre à ces nourritures se base sur la prononciation de leur appellation ou de leur apparence.
Non seulement les plats, proprement dits, revêtent une grande importance, mais également leur préparation et la façon de les servir et de les déguster.
Parmi les plats de la période du nouvel an chinois les plus courants, on retrouve les raviolis, le poisson, les rouleaux de printemps et le niangao. » Site Internet China Highlights.

Découvrez ainsi ces plats traditionnels sur ce site.

Bon appétit !

Les lacertiliens

Les lacertiliens_lézard-ocellé-bleu_wp

« Les Lacertiliens (Lacertilia) sont un sous-ordre de reptiles diapsides de l’ordre des squamates. Leur classification prête à débat car on sait aujourd’hui que ce groupe est paraphylétique. Ils font partie des squamates, aux côtés des amphisbènes (Amphisbaenia) et des serpents (Serpentes). Ce taxon regroupe environ 6 210 espèces de « lézards » au sens large.

Bien que leurs aspects varient beaucoup d’une espèce à l’autre, il est possible de dégager quelques caractères communs à tous les représentants de l’ordre. Les Lézards ont le corps recouvert d’écailles non différenciées en grandes plaques ventrales. Ils possèdent un sternum sur lequel viennent s’appuyer des côtes. Ils sont dotés d’une ceinture scapulaire et d’une ceinture pelvienne et, en général, de 4 membres, mais chez certaines espèces, membres et ceintures ont fortement régressé ou même disparu. Les mâchoires et le crâne conservent leur mobilité, mais ce dernier tend à être plus massif que chez les Serpents.

Il est difficile de décrire le Lézard type, car ces Reptiles sont très différents suivant l’espèce à laquelle ils appartiennent, mais, très sommairement, on peut les classer en deux catégories :

  • les Lézards terrestres ou arboricoles, qui ont des pattes, un corps allongé et une queue plus ou moins développée, souvent fragile ;
  • les Lézards serpentiformes, dont les membres sont atrophiés ou même absents, et le corps cylindrique. Ceux qui vivent à la surface du sol possèdent généralement une queue longue, les autres sont semi-fouisseurs et leur queue est courte. »

Définition Wikipédia.

Les lacertiliens_caméléon-feuillage_wp

Les lacertiliens_caméléon-végétation_wp

Les lacertiliens_iguane-herbe_wp

Les lacertiliens_iguane-palmier_wp

Les lacertiliens_iguane-vert_wp

Les lacertiliens_lézard_wp

Les lacertiliens_lézard-Basilic_wp

Les lacertiliens_lézard-dragon-d'Australie-lézard-à-collerette_wp

Les lacertiliens_lézard-ocellé-à-tête-jaune_wp

Les lacertiliens_lézards-verts_wp

Les lacertiliens_lézard-Trachysaure_wp

Les lacertiliens_varan_wp

Les lacertiliens_caméléon-jaune_wp

Les lacertiliens_caméleon-vert_wp

Les lacertiliens_gecko_wp

Les lacertiliens_gecko-tronc-arbre_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Bon dimanche !

Chéloniens et crocodiliens

Chéloniens et crocodiliens_tortue-étoilée-chat_wp

Alors que l’Australie est sous l’emprise d’incendies ravageurs qui déciment les habitats naturels des animaux qui y vivent, et les animaux avec, d’autres espèces peuplent notre planète. Et celles-ci contribuent à son équilibre. Tous les êtres vivants ont besoin des uns, des autres.

Depuis un certain temps, comme vous avez pu le constater, ce blog consacre le week-end aux animaux. Poursuivons alors ce parcours animalier…

« Membre d’un ordre de la classe des reptiles (ordre de nom scientifique Chelonii), auquel la tortue a donné son nom, et qui regroupe les reptiles quadrupèdes à queue rudimentaire pourvus d’une carapace. » Déf. Wiktionnaire.

Chéloniens et crocodiliens_tortue_wp

Chéloniens et crocodiliens_tortue-étoilée_wp

Chéloniens et crocodiliens_tortue-trionyx_wp

Chéloniens et crocodiliens_tortue-carret-eau_wp

Chéloniens et crocodiliens_tortue-carret_wp

« Les crocodiliens forment un groupe de reptiles regroupant trois familles fortes de 27 espèces

  • les Crocodylidae composés des crocodiles et des faux gavials ; 
  • les Alligatoridae incluant les alligators et les caïmans ;
  • les Gavialidae qui accueillent les gavials.  

Les crocodiliens ne vivent que dans les régions tropicales ou tempérées chaudes, entre les tropiques du Cancer et du Capricorne. On les trouve sur les continents nord et sud américains, en Inde et dans le sud-est de l’Asie, dans les îles de la Sonde, en Indonésie, en Océanie, ainsi qu’en Afrique et sur l’île de Madagascar. » Déf. Futura Planète.

Chéloniens et crocodiliens_crocodiles_wp

Chéloniens et crocodiliens_crocodile_wp

Chéloniens et crocodiliens_caïman_wp

Chéloniens et crocodiliens_alligators_wp

Chéloniens et crocodiliens_alligator_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

« Bye bye #boysclub »

_Bye bye #boysclub_woman-book-socks_wp

Sur le site LA PRESSE, Martine Delvaux, écrivaine, professeure, auteur du livre Le Boys Club raconte : « Le 1er janvier à une heure du matin, j’étais aux urgences de l’hôpital Notre-Dame de Montréal. Mon compagnon venait de faire une syncope, les ambulanciers avaient évalué un cœur instable, nous nous sommes retrouvés au triage. »

Découvrez sur ce site la suite de son excellent article publié le 4 janvier de cette année. Il donne un point de vue au travers d’un fait anecdotique qu’au Québec, ici ou ailleurs, la situation des femmes demeure la même…

« Le Divan des médecins »

_Le Divan des médecins_stéthoscope_wp

Sur le groupe privé Facebook « le Divan des médecins », comptabilisant plus de 11 000 praticiens, des contenus « outrageants et pénalement répréhensibles » ont été publiés.

« Quand les seins tombent comme ça, je refuse généralement de les voir en consultation », « si elle mesure 1,50 m, c’est déjà une contraception à elle toute seule », « Diagnostic : cul flasque. Traitement : squats + fentes une fois par jour pendant 1 à deux mois » (remarque sous la photo d’une femme ayant des boutons sur les fesses), ou encore « syndrome de la fellation vigoureuse ? » (commentaire sous le cliché d’un enfant de 7 ans présentant un purpura au niveau du palais), peut-on lire parmi ces publications rapportées par le magazine L’Obs.

Certains posts sont même accompagnés des noms et photos de patients reconnaissables, « photos « volées » à l’insu du patient ou tromperie sur l’utilisation qui en est faite ». Des écrits racistes, sexistes, homophobes, entre autres ont été également émis.

Me Bénédicte Papin, avocate en droit de la santé, a précisé auprès du magazine : « À partir du moment où un visage est reconnaissable, il faut que l’accord du patient soit obtenu. Sinon, on est dans la violation du secret professionnel. C’est aussi une atteinte à la vie privée ».

Pour la créatrice et administratrice du groupe, médecin aussi, ces posts seraient l’œuvre de certains de ses confrères qu’elle qualifie comme « des hommes blancs hétéros qui se pensent au-dessus de tout le monde […] un boys club qui a conscience de ses privilèges ».

_Le Divan des médecins_france-assos-santé-logo_wp

France Assos Santé, une organisation de près de 85 associations de défense des droits des patients, a jugé ces propos « outrageants et pénalement répréhensibles », estimant que les médecins à l’origine de ces écrits « ont, en toute impunité, bafoué des droits fondamentaux reconnus par la loi », en évoquant alors la « violation caractérisée du secret professionnel ». Dans un communiqué, elle rappelle d’ailleurs « la révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ».

Quant à Patrick Bouet, président de l’Ordre national des médecins, il veut mettre « en demeure le régulateur du groupe », en assurant une « analyse juridique complète » au sujet de cette affaire. Les contenus polémiques seront transmis au procureur de la République.

Pourtant, cette page privée créée sur Facebook en juillet 2017 a pour objectif l’entraide médicale. « Tout ce qui se rapporte à la profession a vocation à être discuté dans ce cadre confraternel, bien évidemment dans le respect de chacun, le respect du secret médical et la confidentialité des publications », indique ainsi la présentation du groupe, consultée par le magazine L’Obs.

On est bien loin du résultat !

Les extraits des propos rapportés par le magazine L’Obs, relayés par France Assos Santé, d’autres journaux ou encore sur ce blog sont également bien loin de relater la mentalité infecte de ces médecins. En consultant l’« Exemple de capture de contenus indignes publiés sur le groupe Facebook » mis en lien sur le site de France Assos Santé dans son article « Le « divan gate » ou quand des médecins exposent et stigmatisent leurs patients sur les réseaux sociaux », on constate l’ampleur de l’écœurement ressenti à la lecture de certains posts. Le pire ! On assiste à une conscience bien présente chez ces praticiens de la portée de leurs dires. D’ailleurs, lors d’un échange, certains ont même proposé d’effacer régulièrement leurs écrits afin d’éviter d’être dévoilés au grand jour.

Cette bande de crétins ne devrait plus avoir le droit d’exercer et mériterait d’être radiée de l’Ordre des médecins purement et simplement !

Un jeûne régulier de 12 heures serait bon pour le cœur ?

Beating Heart - ECG Graph

D’après une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Intermountain Healthcare (système de soins de santé à but non lucratif et plus grand fournisseur de soins de santé dans l’Intermountain West des États-Unis) à Salt Lake City, jeûner régulièrement pendant 12 heures serait bon pour le cœur. Celle-ci, récemment présentée au congrès américain de cardiologie (AHA), est aussi une confirmation d’autres études menées par le passé qui évoquent un arrêt de l’alimentation durant au moins 12 heures comme étant un facteur de risque réduisant les maladies cardiovasculaires.

Les travaux ont été spécifiquement effectués sur des patients déjà atteints de pathologies cardiaques.

Les chercheurs ont analysé les données de mode de vie et de régime alimentaire de 2 000 patients ayant subi de 2013 à 2015 un cathétérisme cardiaque et des coronarographies. Ils les ont ensuite suivis durant 4 à 5 ans. Leur résultat a révélé que le taux de survie est supérieur chez les jeûneurs par intermittence, c’est-à-dire ceux qui de manière régulière, au moins une fois par mois, interrompent leurs prises alimentaires pendant deux repas consécutifs soit environ 12 heures.

Un jeûne régulier de 12 heures serait bon pour le coeur_intermountain-healthcare_wp

Cependant, les scientifiques ont été confrontés à des patients particuliers. Originaires de l’Utah, certains appartiennent à une communauté religieuse, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, qui jeûnent généralement le premier dimanche du mois en se privant de nourriture ou de boisson pendant deux repas consécutifs. Les scientifiques sont restés alors prudents en raison du type de leur recrutement caractéristique. Ils ont aussi spécifié qu’ils se sont simplement tenus de trouver une association sans démontrer un lien de cause à effet.

Les mécanismes précis de ce jeûne de routine sur le long terme demeurent à préciser. Le Dr Benjamin Horne, coordonnateur de l’étude, a émis toutefois quelques hypothèses sur l’action de la restriction calorique via l’hémoglobine (protéine se trouvant à l’intérieur des globules rouges, responsable ainsi de la couleur rouge du sang), des globules rouges eux-mêmes (produits au niveau de la moelle osseuse) et de la somatropine (hormone de croissance). Dans le cas d’un jeûne pratiqué sur les deux tiers de la durée de vie, ceux-ci finiraient par agir spécifiquement sur le risque d’insuffisance cardiaque et de maladie coronarienne.

Néanmoins, le jeune n’est en aucun cas recommandé pour tous et est surtout déconseillé pour les femmes, les enfants, les personnes immunodéprimées, dans les cas de maladies chroniques ou encore d’autres cas idiopathiques.

Ocean Art Underwater

Ocean Art Underwater_phoque-crabier-Lobodon-carcinophagus-péninsule-antarctique-photo-greg-lecoeur_wp
Phoque crabier (Lobodon carcinophagus) – Péninsule Antarctique – Photo Greg Lecoeur – 1ère place globale et 1ère place dans la catégorie « Coldwater »

« Le concours Ocean Art Underwater a dévoilé le nom des gagnants des différentes catégories. Sciences et Avenir présente quelques photos remarquées par le jury. » Par Anna-Sophie Tassart.

Ocean Art Underwater_poissons-espèce-Plectorhinchus-polytaenia-indonésie-photo-nicolas-more_wp
Poissons de l’espèce Plectorhinchus polytaenia – Indonésie – Photo Nicolas More – 1ère place dans la catégorie « Wide Angle »
Ocean Art Underwater_hippocampe-puerto-galera-philippines-photo-Stefano-cerbai-wp
Hippocampe – Puerto Galera aux Philippines – Photo Stefano Cerbai – 1ère place dans la catégorie « Macro »
Ocean Art Underwater_raies-petite-espèce-himantura-grande-espèce-raja-microocellata-photo-paula-vianna_wp
Raies – petite raie de l’espèce Himantura et grande raie de l’espèce Raja microocellata – Photo Paula Vianna – 1ère place dans la catégorie « Marine Life Behaviour »
Ocean Art Underwater_poisson-jeune-kali-macrodon-photo-fabien-michenet_wp
Jeune poisson Kali macrodon – Photo Fabien Michenet – 1ère place dans la catégorie « Blackwater »
Ocean Art Underwater_poissons-genre-plectorhinchus-28m-profondeur-large-indonésie-photo-kuo-wei-kao_wp
Poissons du genre Plectorhinchus à 28 mètres de profondeur au large de l’Indonésie – Photo Kuo-Wei Kao – 1ère place dans la catégorie « Novice Wide Angle »
Ocean Art Underwater_hippocampes-bébés-australie-photo-jules-casey_wp
6 bébés hippocampes – Australie – Photo Jules Casey – 1ère place dans la catégorie « Novice Macro »
Ocean Art Underwater_poisson-labre-nettoyeur-photo-ferenc-lorincz_wp
Poisson labre nettoyeur – Photo Ferenc Lorincz – 1ère place dans la catégorie « Compact Behaviour »
Ocean Art Underwater_tortue-cadavre-victime-pollution-océanique-bahamas-photo-shane-gross_wp
Cadavre d’une tortue victime de la pollution océanique aux Bahamas – Photo Shane Gross – 1ère place dans la catégorie « Conservation »
Ocean Art Underwater_oiseaux-marins-genre-morus-6m-profondeur-eaux-écossaises-photo-johan-sundelin_wp
Oiseaux marins du genre Morus à 6 mètres de profondeur dans les eaux écossaises – Photo Johan Sundelin – 4e place dans la catégorie « Coldwater »
Ocean Art Underwater_méduse-genre-pelagia-photo-fabien-martinazzo_wp
Méduse du genre Pelagia – Photo Fabien Martinazzo – 3e place dans la catégorie « Compact Macro »
Ocean Art Underwater_requin-photo-mok-wai-hoe_wp
Requin – Photo Mok Wai Hoe – Mention honorable dans la catégorie « Portrait »
Ocean Art Underwater_ophiure-large-antilles-néerlandaises-photo-steven-kovacs_wp
Ophiure au large des Antilles néerlandaises – Photo Steven Kovacs – Mention honorable dans la catégorie « Marine Life Behaviour »

La cuisine de janvier

La cuisine de janvier_fruits-légumes-panier_wp

Chaque année, les bonnes résolutions battent leur plein en janvier. Parmi elles, certaines seront tenues, d’autres pas et seront peut-être même reportées l’année suivante.

La nouveauté (pas si nouvelle que ça d’ailleurs) depuis un certain temps dans les bonnes résolutions est de manger plus sainement. Après les fêtes, l’estomac le réclame du reste. Mis à rude épreuve pendant cette période festive, notre organisme a besoin de retrouver son rythme naturel.

Certains opteront pour une monodiète, d’autres pour une cuisine légère sans pour autant pauvre en vitamines en cette saison hivernale.

Des « Légumes d’hiver, Quinoa et Boulgour en cocotte », du « Ceviche de maquereau aux agrumes », de la « Truite au four aux choux de Bruxelles », des « Galettes fromagères au chou-fleur », au « Risotto aux champignons et St Jacques », au « Pot au feu de canard » ou encore au « Makis de poireaux et fromage frais », la Cuisine Addict vous propose d’autres recettes avec les fruits et légumes de janvier.

Bon appétit !

Les urodèles

Les urodèles_tableau_wp

« Les Urodèles (Caudata ou Urodela) forment un ordre d’amphibiens qui gardent une queue à l’état adulte, à la différence des anoures (comme les grenouilles et les crapauds) et des gymnophiones.
Il regroupe les salamandres, les tritons et d’autres espèces apparentées. Les urodèles possèdent des caractères d’amphibiens primitifs, vivant dans les milieux humides et frais sous les pierres ou les souches. À terre, ils ne se déplacent pas par bonds comme les anoures, mais le plus souvent en marchant, parfois en courant. Les espèces aquatiques peuvent se déplacer au fond de l’eau en marchant, et sont d’assez bons nageurs, utilisant leur queue bien développée pour la propulsion.
Certaines espèces, dont quelques salamandridés, sont vivipares, donnant naissance à des adultes miniatures complètement formés, à la différence des œufs. Dans ce cas, le développement larvaire se déroule à l’intérieur de la mère. Le nombre d’individus ainsi produits est donc très limité, comparé aux espèces pouvant pondre des centaines d’œufs. » Déf. Wikipédia.

Les urodèles_salamandre_wp

Les urodèles_salamandre-eau_wp

Les urodèles_triton-alpestre_wp

Les urodèles_triton-palmé_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Bon dimanche !

Les anoures

Les anoures_grenouilles-arc-en-ciel-famille_wp

« Les anoures, Anura, sont un ordre d’amphibiens. C’est un groupe, diversifié et principalement carnivore, d’amphibiens sans queue comportant notamment des grenouilles et des crapauds. Le plus ancien fossile de « proto-grenouille » a été daté du début du Trias à Madagascar, mais la datation moléculaire suggère que leur origine pourrait remonter au Permien, il y a 265 Ma. Les anoures sont largement distribués dans le monde, des tropiques jusqu’aux régions subarctiques, mais la plus grande concentration d’espèces se trouve dans les forêts tropicales. Il y a environ 4 800 espèces d’anoures recensées, représentant plus de 85 % des espèces d’amphibiens existantes. Il est l’un des cinq ordres de vertébrés les plus diversifiés. » Déf. Wikipédia.

Les anoures_grenouille_wp

Les anoures_grenouille-Agalychnis_wp

Les anoures_grenouille-arc-en-ciel_wp

Les anoures_grenouille-bleue_wp

Les anoures_grenouille-rouge-bleue_wp

Les anoures_grenouille-saut_wp

Les anoures_grenouille-serpent_wp

Les anoures_grenouille-ventre-rose_wp

Les anoures_grenouille-verte_wp

Les anoures_grenouilles-vertes-bébé_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.