Des seins et des hommes

Des seins et des hommes_h_

Mon coup de cœur, cette semaine, bat pour l’Argentine, plus spécifiquement pour cette association argentine qui a fait preuve d’une extraordinaire ingéniosité afin de contourner la censure des seins nus sur les réseaux sociaux.

En effet, les réseaux sociaux et leurs utilisateurs se montrent très opposés à l’exposition du corps nu féminin, du haut comme du bas, enfin sauf les fesses… sans commentaire… et surtout de la poitrine, dont les photos de mode de certains mannequins se montrant les seins nus ont été censurées et retirées aussi vite qu’elles ont été publiées, car considérées comme pornographiques. Et cela même lorsqu’il s’agit de la prévention du cancer du sein. Inutile de dire qu’il est dans ce contexte quasi impossible de promouvoir l’autopalpation, une bonne méthode pourtant qui permet de détecter une anomalie potentielle du sein.

Ainsi, afin de détourner ce problème, l’association argentine Movimiento Avuda Cáncer de Mama a eu une idée très originale. Elle a fait appel à un homme doté de « moobs » (langage urbain anglophone, argot, associant les deux mots « man » et « boobs », dont le dernier mot signifie « seins » en français) pour réaliser une vidéo éducative et de manière humoristique sur l’autopalpation utile en cas de dépistage d’un éventuel cancer du sein.

Des seins et des hommes_f_wp

Refusant absolument de passer outre ces médias, tels Instagram, Facebook, etc., dont ces réseaux sociaux touchent des millions de personnes à travers le monde, cette association a donc leurré cette réglementation stupide, interdisant l’exposition des seins nus féminins, en publiant ce tutoriel vidéo enseignant les gestes de la technique de l’autopalpation avec les seins d’un homme.

Tandis qu’une jeune femme « topless » se montre à l’écran, les seins dissimulés derrière les logos de Facebook et d’Instagram, un homme bien portant, le torse nu et velu, vient alors se positionner devant elle et l’autopalpation commence, effectuée par les mains de cette dernière montrant ainsi les gestes à accomplir.

Cette technique consiste, en s’aidant de l’index, du majeur et de l’annulaire, à pratiquer des mouvements circulaires, de l’aisselle au mamelon en passant par le dessous ainsi que le dessus du sein, pour vérifier l’absence ou la présence de grosseurs ou douleur. La région des aisselles et des pectoraux supérieurs est de même à contrôler.

Et sur le buste de cet homme, le résultat est aussi drôle qu’instructif.

Cela étant, de façon plus sérieuse, cette vidéo rappelle que non seulement ce procédé ne se substitue évidemment pas à un examen médical plus approfondi, mais que ce risque du cancer du sein concerne également les hommes, puisque 5% d’entre eux en ont eu un. Et donc, que cet auto-dépistage s’adresse tout autant à la gent masculine.

Publicités

Le site de rencontre « Match.com UK » n’aime pas les roux !

Le site de rencontre_Match.com UK_n'aime pas les roux_wp

Manifestement, les sites de rencontre ne savent plus quoi inventer pour se démarquer des autres !

Et le site de rencontre « Match.com UK » a frappé fort, mais pas vraiment à son avantage !

Ainsi, à la mi-avril, le site a défrayé la chronique sur les réseaux sociaux suite à sa nouvelle campagne publicitaire #LoveYourImperfections, où sur ses grandes affiches présentes dans le métro, les Londoniens ont pu admirer un magnifique visage féminin recouvert de belles taches de rousseur.

Jusque-là, rien de problématique !

Sauf que le slogan apparaissant en dessous n’a pas été au goût de tout le monde, surtout de la population rousse. Et cela à juste titre ! Puisque nous pouvions lire ceci : « Si vous n’aimez pas vos imperfections, quelqu’un les aimera pour vous »

Cette petite phrase de rien du tout qui ne choquerait personne si elle sortait du contexte, mais qui dans ce cas présent sous-entendait fortement qu’être roux, c’est-à-dire avoir la peau blanche couverte de tache de rousseur, est une imperfection.

Bien évidemment, les réactions des personnes concernées comme des non concernées ont été unanimes sur Twitter, dont personne n’a compris une telle démarche de la part du site qui anathématise encore un peu plus des individus qui font déjà suffisamment comme cela l’objet de railleries.

Les internautes ont donc fait part de leur ressenti. En voici quelques-uns :

Le commentaire d’une jeune femme dont son visage apparaît en gros plan en parallèle de la photo de l’affiche : « Cher @Match – voici mes #taches de rousseur, pas mes #imperfections –  que les gens les aiment ou non. »

Un homme commente également : « Ma mère me disait que mes taches de rousseur sont des baisers d’anges, @Match. Vous pouvez aller en enfer. »

Une maman s’exprime aussi : « Donc, moi et mes enfants avons des imperfections ? En réalité, NON – NOUS N’EN AVONS PAS !! @Match_uk #têterouge #tachederousseur #gingembre »

Une autre femme ajoute : « Certainement je m’inscris sur @Match maintenant que je sais qu’ils peuvent aider un monstre #gingembre comme moi à trouver l’amour ! #LoveYourImperfections »

Face à ces vives critiques, le site de rencontre a dû enlever ses affiches et publier un tweet d’excuse : « Les taches de rousseur sont belles. Nous les célébrons, comme nous célébrons ce qui fait les gens uniques. Nous sommes désolés si nous avons offensé quelqu’un avec notre annonce. »

Quoi qu’il en soit, ce site qui se veut de rencontre devrait améliorer sa communication de rencontre avec les gens avant de prétendre être un site sérieux de rencontre, encore plus au vu de ses tarifs imposés !

Sachant que le prix d’une inscription totale des 3 formules « Standard », les plus basses (les membres sont ni connectés ni sélectionnés entre eux sur le site), sont de :

– 29,99 £ pour 1 mois,
– 59,97 £ pour 3 mois et
– 77,94 £ pour 6 mois.

Les 3 formules « Connect & Select », les plus hautes, atteignent les sommes de :

– 44,99 £ pour 1 mois
– 104,67 £ pour 3 mois
– 167,34 £ pour 6 mois

Et sans possibilité de remboursement du ou des mois restants si vous avez trouvé l’amour de votre vie avant le terme de votre forfait ! De plus, ce qu’il nous faut surtout pas omettre, c’est le fameux astérisque (*) vous stipulant que les formules de 1 et 3 mois sont à payer cash et que seule la formule des 6 mois (la moins chère, car dégressive) peut être réglée en 3 montants égaux, mais sur combien de temps ? Mystère ?

En rappel, 1 £ = 1,29058 €

Je vous laisse faire le calcul…

Hasta luego

Hasta luego_wp

Coucou les amis,

Petit séjour en Espagne !

Je vais ainsi m’absenter une semaine.

Mais, je pense à vous et vous prépare en ce moment-même quelques articles planifiés. Vous recevrez donc à compter du samedi 30 avril un article par jour.

Et dès mon retour, je partagerais avec vous quelques photos de mon beau pays d’origine !

À très vite !

Bisous à vous tous !

Cecilia Payne-Gaposchkin (1900-1979)

Cecilia Payne-Gaposchkin_1900-1979_wp

Née le 10 mai 1900 à Wendover en Angleterre et morte le 7 décembre 1979, est l’astronome anglo-américaine qui a été la première femme nommée chef du département d’astronomie de Harvard en 1956.

Elle est aussi connue comme l’une des premières astronomes à établir la composition des étoiles en majorité à base d’hydrogène, à l’encontre du consensus scientifique de l’époque, en 1925.

Son directeur de thèse l’a dissuadée de présenter ses résultats de recherche, ce que lui fera en revanche quelques années plus tard.

Elle mourra des suites d’un cancer du poumon.

Le corset minceur ?

Le corset minceur_wp
Michèle Köbke

La mode est un éternel recommencement parait-il ?

C’est vrai ! Mais, certaines modes anciennes devraient rester au placard !

Notamment le corset qui revient au goût du jour depuis plusieurs mois et dont des stars de télé-réalité n’hésitent pas à en prôner le mérite sur les réseaux sociaux.

L’objectif ?

Mincir !

Sauf que les spécialistes de la santé, eux, ne sont pas du tout de cet avis !

Et pour cause !

La tendance actuelle, de la plus absurde à la plus absurde, est aux formes ressorties, fesses développées, poitrine généreuse et taille cintrée ! Et pour arriver à ce stéréotype utopique, certaines poussent les limites de la « minceur-attitude » jusqu’à l’extrême !

Du « régime Dukan », très controversé, au « régime coton », lequel consiste à avaler des boules de coton trempées dans du jus afin de réduire l’appétit (super intelligent), en passant par les défis débiles du « A4 Challenge », du « iPhone 6 », etc., tout y passe pour essayer d’acquérir le « corps idéal », et maintenant c’est au tour du corset de refaire surface avec fureur sur le devant de la scène afin d’avoir une taille de guêpe !

Face à cette tendance minceur extrême qui grandit de manière très inquiétante, les experts de la santé ont voulu réagir pour bien mettre en garde contre les effets très dangereux du port du corset.

L’ostéopathe et membre de la Chambre des Ostéopathes, Guillaume Huntziger, a constaté de plus en plus des patientes qui venaient dans son cabinet pour se renseigner sur le corset : « Toutes mes patientes sont influencées par ce qu’elles peuvent voir dans les médias, même celles bien dans leur peau et sans problème de surpoids. » Il a ainsi remarqué l’importante influence des stars de télé-réalité sur ces jeunes femmes, dont ces people vont jusqu’à conseiller telle marque plutôt qu’une autre, parce que soi-disant cette marque favoriserait davantage l’affinage de la taille !

Le médecin nutritionniste, Nina Cohen-Koubi, elle de son côté, s’inquiète de l’obsession du « parfait » chez des femmes essentiellement âgées de 15 à 24 ans en notant que celles-ci n’ont pour la plupart aucun problème de poids particulier et que le corset devient bien plus qu’une torture physique, la torture psychologique : « Souvent ces jeunes femmes développent une sorte de dysmorphophobie et adoptent d’autres types de comportements extrêmes, notamment en manière d’alimentation. Elles peuvent s’affamer pendant des jours pour ensuite passer par des crises intenses de boulimie. »

Le port du corset a des conséquences désastreuses, tel le cas de cette jeune allemande de 24 ans, Michèle Köbke, qui a porté un corset 24h/24 pendant 3 ans jusqu’à réduire son tour de taille de 64 cm à 40 cm. Résultat. Aujourd’hui, les muscles de son dos sont atrophiés de façon irréversible et elle ne peut plus ni se nourrir, ni se tenir correctement !

Et ces répercussions dévastatrices ne datent pas d’aujourd’hui. Il a été prouvé que le port du corset provoquait des problèmes dorsaux et musculaires puisqu’il soutient les muscles ; les muscles dorsaux et abdominaux ne sont donc plus sollicités. À long terme, le port du corset peut engendrer des séquelles plus graves. Non seulement, il cause une dégradation de la peau, mais surtout, il peut blesser grièvement les organes internes ; comprimés par le corset, l’estomac et les intestins remontent en abîmant le foie, la rate et les reins, puis le diaphragme n’ayant plus assez de place vient finir par gêner les poumons et le cœur, où la respiration devient alors difficile. Il est à rappeler que l’oxygène est essentiel à tous les organes pour fonctionner. Le port du corset produit d’autres désagréments, tels les reflux gastriques, la constipation et la limitation des mouvements.

Autres risques majeurs. Lors de la grossesse, le bébé ayant occupé une grande place dans le ventre de la mère, les organes ont été mis à rude épreuve et les muscles ont été distendus. Le port du corset postnatal accélère ce phénomène de distension ; les muscles abdominaux étant ainsi maintenus deviennent davantage inactifs et paresseux, alors qu’ils devraient être au contraire plus encore sollicités. Quant aux organes de la maman, ils s’en trouvent de même plus fragilisés.

Et c’est pour toutes ces conséquences dangereuses pour l’organisme que les spécialistes de la santé montent au créneau en dénonçant cette nouvelle mode, le « régime corset », qui ne fait absolument à maigrir puisqu’il n’est pas un régime, même tout du contraire !

L’ostéopathe s’insurge d’ailleurs sur ce qui peut se lire sur Internet : « Certains articles vont jusqu’à parler d’effets comparables au by-pass mais cela est n’a strictement rien à voir. D’un coté, nous avons une chirurgie abdominale qui consiste à réduire le volume de l’estomac et à modifier le circuit alimentaire afin de limiter la sensation de faim. Et de l’autre coté, nous avons le corset qui en écrasant l’estomac réduit peut être la faim mais occasionne en contre partie de graves dégâts. » Et il est catégorique : « Le corset ne permet en aucun cas de maigrir. Il s’agit uniquement d’un effet visuel, la seule perte de poids possible est celle liée à une amyotrophie (fonte des muscles qui ne peuvent plus jouer leur rôle) mais en aucun cas à la perte de masse graisseuse. » En réalité, le corset compresse et remodèle la cage thoracique.

Le kinésithérapeute et ostéopathe, Vincent Poueyt, affirme même que le corset crée l’effet inverse : « Le corset a un effet psychologique pervers. Le fait de pouvoir modifier artificiellement sa taille nous donne l’impression que l’on peut manger à sa guise puisque ses « défauts » seront cachés par ce stratagème. Ce qui nous amène à faire des excès. » Autre le facteur psychologique, le Dr Huntziger vient soutenir cette affirmation par un fait scientifique avéré : « Les vaisseaux sont tellement comprimés que le débit sanguin se trouvant réduit, entraîne une prise de masse graisseuse. »

Pour conclure, c’est quand même pour cet inconfort, mais surtout pour ce que représentait l’image du corset, celle de l’oppression, que nos aïeules ont abandonné le port de celui-ci il y a bien longtemps et se sont même battues pour se libérer de cet accessoire opprimant ! Alors, lorsque nous voyons aujourd’hui cette génération de femmes retourner à plus de 50 ans en arrière, il est à se demander, si ces filles ont la moindre notion de ce qu’était ou est un vrai combat pour la liberté de la femme ? Enfin, faut-il égarer une liberté si peu acquise au détriment du dieu esthète ?

Billy Paul nous a quittés…

USA_Billy Paul1
1935 – 2016

Né Paul Williams le 1er décembre 1935 à Philadelphie, Billy Paul est décédé de la suite d’un cancer du pancréas, hier 24 avril, dans sa maison de Blackwood, dans le New Jersey. Il était ainsi âgé de 81 ans.

Chanteur américain mondialement connu, notamment pour son single numéro un Me and Mrs Jones, chanson pour laquelle il reçut en 1972 un Grammy Award, il a marqué toute une époque. Entre Soul et Disco, il a été l’un des chanteurs importants de sa génération. Le velours de sa voix si caractéristique restera à jamais.

Élevé par une maman amoureuse de jazz, son chanteur de prédilection est le très fameux Nat King Cole. Il aime chanter « mellow », moelleux, velouté. Il se produit en ville au Club Harlem, à l’âge de 16 ans, où il y croise les célèbres Charlie Parker et le saxophoniste Paul « Hucklebuck » Williams. Il décide alors de changer d’identité afin de ne pas être confondu avec ce dernier.

À partir de 1952, Billy Paul enregistre deux singles à New York pour le label Jubilee, sans succès. En 1957, il part en Allemagne pour effectuer son service militaire au cours duquel il rencontre Elvis Presley. De retour aux États-Unis, il rejoint les clubs de jazz.

En 1967, sa carrière prend un véritable virage par sa rencontre avec Kenny Gamble et Leon Huff, équipe de création interne de l’International Records Philadelphie, qui lui permettent d’enregistrer deux albums très empreints de sa culture jazz, dont notamment une reprise de Somewhere de Leonard Bernstein ou encore de Psychedelic Sally de Horace Silver, scat emprunté à Ella Fitzgerald. En 1971, sous l’inspiration de Gamble et Huff, il enregistre l’album Going East, se voulant plus pop et psychédélique.

Billy Paul nous a quittés_album_wpMais, c’est en 1972, avec son album 360 Degrees of Billy Paul, dans lequel se trouvent le très célèbre hit Me and Mrs Jones ainsi que celui de la réinvention de la chanson Your Song d’Elton John, énorme tube au Royaume-Uni à l’époque, que Billy Paul connaît un véritable succès.

Pourtant, le second single choisi par Gamble et Huff pour affirmer le succès de Me and Mrs Jones fera tout le contraire, en cassant non seulement son image de chanteur « débonnaire, inoffensif et désengagé » mais surtout, ternira sa carrière qui ne s’en remettra jamais. Ce titre Am I Black Enough for You ? (Suis-je assez noir pour vous ?)  incitant la continuité de la lutte engagée du Black Power jusqu’à la victoire (mouvement très connu lancé par Stokely Carmichael, du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC), en 1966, qui réunissait les divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs aux USA, très actif dans les années 60/70, et qui luttait contre la ségrégation raciale) sera un véritable fiasco.

En 1975, toujours sous l’influence de Gamble et Huff, la chanson Let’s Make a Baby met une seconde couche au tableau noir. Vivement réprimée par le révérend Jesse Jackson qui mène une campagne relativement agressive contre les paroles qu’il juge trop « explicites », cette chanson finira par éteindre définitivement sa carrière. Sans compter qu’en parallèle, un autre chanteur, l’incommensurable Barry White, enchaîne succès sur succès en déferlant sur les ondes avec sa voix chaude et envoûtante. Face à ce torride concurrent, Billy Paul ne fait pas le poids.

En 1980, il quitte International Records Philadelphie et enregistre encore deux autres albums bourrés de musique au synthé et boîte à rythmes, comme le voulait la mode à cette époque, albums qui passèrent presque inaperçus. En 1988, il décide d’arrêter pour se replier sur ses anciens tubes et publie à son compte des enregistrements en public, dont Your Song : Live in Paris et une reprise de Purple Rain de Prince qu’il interprète en concert privé en 2000.

Billy Paul_nous a quittés_âgé_wp

En 2011, lors d’une apparition télévisuelle, il chante en duo avec la chanteuse française Chimène Badi l’un des grands classiques de la Motown, prestigieux label de soul music, Ain’t No Mountain High Enough, confirmant ainsi que son talent incontestable fut captif de choix controversés.

En Inde, la « ferme à bébés »

En Inde, la_ferme à bébés_

Un fait divers récent a ressorti en plein jour cet effroyable trafic d’enfants en Inde. Pire ! Le trafic de bébés !

Les bébés concernés, fruits de grossesses non voulues, issus de relations hors mariage ou de viols ont été au cœur d’un odieux trafic.

Et c’est la police de l’État du Madhya Pradesh, en Inde, qui a révélé cette sombre affaire.

Une clinique privée de la région, après avoir persuadé les jeunes femmes de ne pas avorter, les a ensuite incitées à vendre leur bébé. Surnommée la « ferme à bébés » par les médias, la clinique comptait une trentaine de lits impliqués dans cet ignoble trafic.

Une machination bien rodée. Les administrateurs de la clinique, véritables manipulateurs, convainquaient les jeunes femmes arrivant au terme de leur grossesse de garder leur bébé jusqu’à la naissance, puis les vendaient jusqu’à 1 500 $ chacun ! Et ce qui donne aussi froid dans le dos ! Les bébés non vendus étaient échangés ! Un couple l’a d’ailleurs fait ; il a échangé l’un de ses deux fils contre une fille !

Selon la police, une jeune femme, ou les parents de celle-ci, qui se rendait à cette clinique était reçue par les médecins qui lui servaient alors deux arguments infaillibles afin de la convaincre de garder son bébé, un accouchement dans la totale discrétion et la garantie d’une bienveillance assurée à l’enfant par la suite. Un officier de police a ainsi confié dans l’anonymat au Times of  India : « Une fois que le bébé est livré et la mère déchargée, les autorités hospitalières commencent la chasse aux couples crédules qui pourraient vouloir les acheter. » Et la clinique engageait même des personnes à la recherche de femmes tombées enceintes de manière involontaire.

De plus, l’enquête menée par la police a conduit à un autre sordide constat, celui qui avait déjà été établi en 2007 par l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le crime. Ce bilan avait révélé que la majorité du trafic d’être humains avait pour but l’exploitation sexuelle dans 53% des cas et le travail forcé dans 40%, démontrant ainsi que la volonté d’adoption par amour et pour cause d’impossibilité de procréer ne représentaient qu’un très faible pourcentage.

Le directeur de la clinique ainsi que plusieurs parents ayant acheté des bébés ont donc été arrêtés. Le directeur de la clinique a été entendu par la police. Ce dernier a prétendu ne pas connaître l’origine des nouveau-nés retrouvés dans les chambres. Quoi qu’il en soit, il est poursuivi pour esclavage d’êtres humains, commerce d’esclaves et vente de mineurs destinés à la prostitution ; des charges très lourdes qui pèsent sur lui.

L’enquête est toujours en cours afin d’identifier toutes les personnes compromises dans ce trafic et les autorités craignent que des opérations équivalentes se soient déjà produites dans cette zone.

Affaire à suivre…

De l’Occident à l’Orient

de-loccident-a-lorient_paniers-fondue_wp

La très bonne tendance de ce moment est d’essayer de tout mette en œuvre afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. Et tous ceux ou toutes celles qui cuisinent le savent bien, surtout pour ceux ou celles qui, tout comme moi, ont tendance à préparer un repas pour un pays en surpopulation lorsque de la famille ou des amis viennent dîner, sans oublier de mettre les petits plats dans les grands, le gaspillage est malheureusement parfois inévitable.

Alors, comment réussir à préparer un repas avec 0 reste ?

Et suite à ma recette de la semaine dernière en conclusion de laquelle je me suis engagée à vous proposer une autre recette moins lourde et moins chère pour fondue asiatique, je me suis creusée les méninges sur ces deux points : la mission pour la fondue à moindre coût et limiter les pertes… euh… ça ressemble plutôt à une stratégie militaire qu’à une recette me diriez-vous ? Néanmoins, je pense peut-être avoir relevé le défi ! Enfin, ça, ce sera à vous de me le dire…

Plat chaud pour 6 personnes.

de-loccident-a-lorient_legumes-plateau_wp

Fondue occidentale à l’orientale

(300 g/pers. environ, soit 250 kcal environ, et prix moyen de 80 €, soit 10 €/pers.)

Fondue occidentale à l'orientale

Bouillon
– 2 litres d’eau
– 2 jeunes carottes (42 kcal)
– 2 champignons de Paris ou Chestnut (9 kcal)
– 1 blanc de poireau (27 kcal)
– 1 concombre (16,6 kcal)
– 10 g de gingembre frais haché très fin (4,4 kcal)
– 1 g de salicorne fraîche hachée très fin (0,26 kcal)
– 1 c. à soupe de vinaigre de riz (0,6 kcal)
– 1 c. à soupe de sauce de soja réduite en sel (7,8 kcal)
– 1 c. à soupe de sauce nuoc-mâm (12,15 kcal)
– 1 c. à café de cardamome en poudre (15,55 kcal)
– 1 c. à café de poivre noir en poudre (15,2 kcal)
– 1 c. à café de jus de citron (1,25 kcal)

Accompagnements
– 300 g d’escalopes de dinde émincées (300 kcal)
– 300 g de poisson blanc coupé en cubes moyens (210 kcal)
– 300 g d’encornets coupés grossièrement (240 kcal)
– Reste des légumes
– Sauce à la peau de concombre

Facultatif
– 600 g de vermicelles de riz cuits (648 kcal) ou nouilles chinoises (798 kcal)
– 600 g de riz thaï cuit (2 070 kcal)

Rincez bien tous les légumes à l’eau froide.

Dans un faitout, mettez les 2 litres d’eau, 8 g de gingembre, la salicorne, le vinaigre de riz, la sauce soja, la sauce nuoc-mâm, la cardamome et le poivre. Mélangez et commencez à chauffer sur feu doux.

Coupez le blanc de poireau en rondelles très fines. Ajoutez 1/4 dans le bouillon et mettez le reste dans un bol. Recouvrez d’un film alimentaire. Réservez au réfrigérateur.

Coupez les carottes en fines lamelles avec la peau. Mettez dans une coupelle l’équivalent d’une carotte et demi. Recouvrez-la d’un film alimentaire. Réservez au réfrigérateur. Jetez le reste des lamelles dans le bouillon du faitout.

Épluchez le concombre, conservez la peau et coupez le concombre en rondelles, dont 7 très fines que vous ajoutez au bouillon. Dans un bol, mettez les autres rondelles. Recouvrez-les d’un film alimentaire et réservez au réfrigérateur.

Coupez les chapeaux des champignons en lamelles. Gardez les queues et les extrémités des chapeaux des champignons dans une coupelle. Recouvrez d’un film alimentaire et réservez au réfrigérateur. Incorporez les lamelles dans le bouillon.

Poursuivez la cuisson à feu doux durant 2 heures.

Récupérez la peau du concombre. Hachez-la très finement. Mettez-la dans une casserole avec le jus de citron, le reste du gingembre frais, une goutte de sauce de soja et une goutte d’eau. Vous pouvez ajouter aussi une petite goutte de miel, si vous souhaitez une version plus sucrée et atténuer l’amertume de la peau. Cuisez, casserole couverte, 20 minutes à feu doux en remuant de temps en temps.

Dans un appareil à fondue, à température minimum, versez le bouillon. Sortez tous les aliments du réfrigérateur et vous pouvez déguster !

De l'Occident à l'Orient_riz_wp

  • Note

– Présentez votre sauce à la peau de concombre dans une coupelle. Vous pouvez soit la conservez chaude ou si vous préférez la version froide, mettez-là quelques minutes au réfrigérateur le temps de sortir tous les autres aliments du réfrigérateur pour la fondue.

– Servez-vous de petits paniers adaptés à ce type de fondue ou des petites passoires à main pour cuire vos aliments choisis dans le bouillon.

– Si vous aimez le sucré salé, vous pouvez aussi préparer la fondue avec des fruits chauds à cuire légèrement dans le bouillon ou froids à tremper dans le bouillon nature. Dans ce cas, osez mélanger les saveurs entre les fruits exotiques et les fruits rouges !

De l'Occident à l'Orient_fruits-service_wp

J’espère que cette seconde et dernière recette de fondue asiatique vous conviendra. Je vous retrouve la semaine prochaine avec une recette plus printanière…

Bon appétit et à lundi prochain !

Tattoos

Tattoos_body_wp

Une petite pause art… Et afin de rester en « Forme », article en référence sur le sujet sous cette rubrique du mercredi, je vous propose quelques belles images de tatouages glanées ici et là :

Tattoos_attrape-rêves_wp

Tattoos_birds-feather_wp

Tattoos_birds-feather-child_wp

Tattoos_capteur-rêves_wp

Tattoos_eagle_wp

Tattoos_peacock_wp

Tattoos_feary_wp

Tattoos_feary-angel_wp

Tattoos_feather_wp

Tattoos_feather-birds_wp

Tattoos_feather-ear_wp

Tattoos_feather-hip_wp

Tattoos_végétal-floral_wp

Tattoos_flowers_wp

Tattoos_music-key_wp

Tattoos_oriental_wp

Tattoos_roses_wp

Tattoos_végétal_wp

Tattoos_végétal-hands_wp

Tattoos_wild-butterfly_wp

Sur ce, je vous souhaite à tous un bon dimanche !

N.B. : Si une personne détient des droits réservés sur l’une ou plusieurs de ces photos, qu’elle m’avertisse afin que je puisse la retirer.

Adrien Borne

Adrien Borne_wp

Nous remarquons le plus souvent les faits divers liés aux violences conjugales, les viols, les harcèlements sexuels ou encore les divers actes de barbarie dont sont victimes les femmes. Nous constatons également depuis un certain temps que ces femmes commencent à briser le silence par rapport à ces violences. Nous sommes attachés, du reste, à ces faits. Nous pensons peut-être aussi qu’il est davantage dans l’air du temps de laisser enfin la parole à ces femmes blessées.

Moi la première, d’ailleurs, en tant que défenseur infatigable de la cause féminine, non féministe, je ne fais essentiellement référence qu’aux atrocités faites aux femmes.

Or, les hommes ?

Certains n’ont-ils pas non plus subi des violences qui leur sont tout autant douloureuses à évoquer ? Et surtout pour les hommes ? Leur image est perçue si différemment de la nôtre, qu’il est peut-être même plus difficile pour eux de se confier sur leur intimité ?

En tout cas, il y a en un qui a décidé de suivre la voie et la voix de ces femmes, qui a osé !

Et c’est cet homme mon grand coup de cœur de cette semaine !

Il s’appelle Adrien Borne, ancien journaliste-présentateur et reporter politique à la radio RTL, puis présentateur et rédacteur en chef adjoint de la matinale à la radio RMC info, il est aujourd’hui journaliste présentant le 10h-13h de la chaîne d’information iTélé, filiale du groupe Canal+

C’est alors qu’il a décidé le 11 avril dernier de rompre le silence sur la terrible violence qu’il a vécu au travers d’un puissant témoignage sur sa page Facebook.

Il y a 20 ans de cela, il a été victime d’actes de pédophilie répétés au cours d’une colonie de vacances, alors qu’il n’était âgé que de 13 ans.

Il commence son témoignage par ces mots :

« Moi, victime d’un pédophile, je voulais vous dire…  »

Il poursuit ensuite avec force en racontant avec des mots simples et directs ce qu’il a vécu tant sur le plan physique qu’émotionnel, ces mots si simples, si faciles, qu’ils nous serrent la gorge, le cœur, les tripes… en nous faisant monter les larmes aux yeux malgré nous.

Il exprime son silence pesant, sa douleur, sa peur, sa culpabilité… et la vie qui a suivi son cours malgré tout.

Puis, il continue en employant le « tu », comme nous le ferions dans une conversation entre inconnus qui viendraient de se rencontrer, se sentir ensuite à l’aise et commencer ainsi à se créer une sorte de lien qui ne pourrait s’expliquer juste par des paroles.

Et il termine par ses phrases :

« Te dire que je veux te parler à toi, victime de leurs mains et de leur sentiment de puissance. Te dire que nous ne périrons pas de leur violence. Qu’il ne faut pas avoir peur de hurler, ne pas avoir peur de chuchoter ou de murmurer, ne pas avoir peur de nommer. Non. Pour toi et pour les autres que tu sauveras. Il faut dire. Dire encore. Dire que notre enfance n’est pas un terrain de jeu pour adulte. Dire que nous rendrons les coups.

Voilà je voulais dire tout cela. A l’heure où la parole retrouve un sens. Je voudrais de l’écho, de la résonance, des vibrations. Et te dire à toi qu’il n’est jamais trop tard et que la vie nous appartient. »

Sans aucune haine ni volonté de vengeance ressenties ou exprimées envers son bourreau, mais plutôt de l’indifférence, puisque l’indifférence est le plus grand des mépris, comme le dit si justement l’adage, ce témoignage bouleversant nous frappe en plein dans l’âme.

Enfin, il lui a fallu peut-être 20 ans pour se pardonner, sans pour autant accepter, 20 ans pour combattre ses douleurs, sans pour autant qu’elles ne s’effacent, mais quoi qu’il en soit, il vaut mieux tard que jamais et peut-être que son témoignage en appellera beaucoup d’autres afin que les victimes cessent toujours d’être considérées comme telles et que les bourreaux cessent aussi d’être protégés, soignés par la société comme des malades, non comme ils le devraient l’être en réalité, tels des hommes qui ont définitivement perdu le droit d’être appelés des Hommes…