Le shampoing solide ?

Le shampoing solide_wp

Franchement, qui ne connaît pas le shampoing solide ? Bah… moi ! Et je suppose un bon nombre d’entre vous.

Une autre des nouvelles tendances actuelles qui a dû probablement voir le jour durant le confinement. À confirmer. Et dont celle-ci surfe, elle aussi, sur la vague du bio, du retour au naturel.

Selon de nombreux sites Internet qui proposent leurs shampoings solides, « un shampoing solide est la solution idéale pour se laver les cheveux de façon plus écologique. Il ne contient pas d’eau et n’a pas d’emballage, c’est tout bénéfice pour la planète ! »

Si seulement cet argument du « plus écologique […] tout bénéfice pour la planète » pouvait se retrouver sur les trottoirs devenus les nouveaux dépotoirs des masques médicaux à usage unique, la planète s’en porterait mieux également et nous aussi !

Bref.

Si vous êtes tenté d’expérimenter cette nouvelle méthode de soin pour cheveux, quel que soit votre type de cheveux, le site aufeminin, entre autres, vous explique tout ce qu’il faut savoir sur le shampoing solide et vous propose même l’une de ses compositions à réaliser soi-même.

Des masques à la mode !

Des masques à la mode_tissu-rouge-fleurs_wp

Le masque en tissu, entre autres, à porter sur le visage afin de couvrir le nez et la bouche pour protéger son prochain d’une éventuelle contamination au Coronavirus, est devenu l’accessoire obligatoire de notre quotidien.

Outre le fait qu’il soit un accessoire santé auquel nous n’aurions jamais pensé un jour avoir dans notre armoire à pharmacie, il est devenu aussi un accessoire mode au même titre qu’une écharpe ou un sac à main que l’on assortirait avec ses vêtements.

Hé oui ! Parce qu’une femme reste une femme, des femmes astucieuses sont parvenues à rendre ce masque pas très joli à la base, il faut le dire, en un véritable accessoire beauté. Du tissu à motif floral, avec des rayures, au style graphique ou à pois… le masque entre désormais dans notre garde-robe.

Ainsi, le site aufeminin propose sa sélection de masques en tissu lavable que vous pouvez trouver sur le site Etsy.

Sortez alors couvert et en toute élégance !

Des masques pour le visage

Des masques pour le visage_beauté_wp

En papier, en tissu, chirurgicaux ou autres, les masques sont obligatoires pour sortir afin de davantage protéger les autres du virus.

Or, il ne s’agit pas ici de ces masques-ci, mais des masques pour se « protéger » soi-même, plutôt préserver et embellir notre peau. Il est bien donc question des masques de beauté, qui ceci dit sont tout aussi de circonstance.

Le site aufeminin vous propose sa sélection des 10 meilleurs masques pour le visage. Car, après tout, devoir porter un masque en une quelconque matière sur le visage ne veut pas dire pour autant avoir une vilaine peau en dessous.

Miss Monde en fauteuil roulant

Miss Monde en fauteuil roulant_dauphines_wp

Le 7 octobre dernier, l’élection de Miss Monde en fauteuil roulant s’est déroulée pour la première fois à Varsovie en Pologne.

À l’origine de cette initiative, la fondation polonaise Jedyna Taka créée par deux mères de famille handicapées. Ce concours de beauté a réuni 24 jeunes femmes venant de 19 pays différents et le but de cet évènement étant de promouvoir la diversité des corps des femmes.

Katarzyna Wojtaszek-Ginalska, 36 ans, cofondatrice du projet et coprésidente du jury, en fauteuil également, a ainsi expliqué à l’AFP : « Cette élection a été imaginée afin de changer l’image des femmes en fauteuil roulant, pour qu’elles ne soient pas définies à travers cet attribut, mais aussi d’insister sur le fait que, dans certaines parties du monde, le fauteuil roulant reste un luxe. »

Pour ce concours, les candidates ont été présélectionnées dans des concours nationaux ou par des ONG contactées par la fondation polonaise. Chaque pays avait la possibilité d’être représenté par deux candidates. En plus du modèle de beauté du visage, celles-ci devaient répondre à d’autres critères, comme l’a spécifié Katarzyna Wojtaszek-Ginalska : « la personnalité des filles, leur activité quotidienne, leur engagement, leur vie sociale, leurs projets. »

– La gagnante : Aleksandra Chichikova (Biélorussie)
– Les dauphines : Adriana Zawadzińska (Pologne) et Lebohang Monyatsi (Afrique du Sud)

Ont été de même récompensées :

– La Française Nadjet Meskine, championne d’Europe de foot en fauteuil : Miss sourire
– La Chilienne Maria Diaz, joueuse professionnelle de tennis en fauteuil : Miss Activité et Miss Lifestyle Designers

Miss Monde en fauteuil roulant_wp

Entre autres parmi les concurrentes, se trouvaient Kati van der Hoeven (Finlande), qui communique avec son mari par des mouvements de pupilles, Beata Jalocha (Pologne), kinésithérapeute blessée en 2013 lorsqu’un homme lui tombe dessus en se suicidant du septième étage d’un immeuble, Jennifer Lynn Adams (États-Unis), née sans mains et sans jambes, qui conduit son fauteuil électrique à l’aide d’un joystick, ou bien encore Mirande Bakker (Holande), handicapée suite à une erreur médicale.

Âgée seulement de 23 ans, la gagnante biélorusse, étudiante en psychologie et pédagogie sociale, a transmis un beau message lors de son discours après avoir reçu sa couronne : « Luttez contre vos angoisses et vos peurs. »

Quant à la Chilienne, elle a déclaré avec fierté : « Toutes gagnantes, nous nous sommes fait de nouveaux amis, nous avons vécu de nouvelles expériences, connu toute cette ambiance ensemble […] C’est la première occasion du genre de montrer au monde que nous sommes capables de faire vraiment ce que nous voulons. »

Enfin, il est utile de rappeler la première femme en fauteuil roulant à concourir pour le titre de Miss Australia en février dernier, Justine Clarke, 26 ans. Et bien qu’elle ne soit pas allée loin dans la compétition, elle a toutefois délivré son message : « Pour quelqu’un en fauteuil roulant, être en mesure de rivaliser avec les participantes est une grande chose. J’espère vraiment que cela fera comprendre au monde que peu importe votre race ou votre handicap, tout ce qui vous rend différent, vous êtes magnifique. »

Très belle initiative, en espérant que ce projet s’inscrira dans le temps en permettant à l’avenir de montrer une image différente de ce que l’on estime la beauté et surtout autre chose que des squelettes qui déambulent pour un quelconque défilé…