See you !

See you_wp

Hello les amis !

Un imprévu de dernière minute me contraint à vous quitter pour le reste de la semaine. Mais, je ne vous abandonne pas pour autant.

Comme à chacune de mes absences, je vous ai préparé des articles planifiés (1 par jour) que vous pourrez ainsi consulter.

Je vous souhaite une très bonne semaine et vous retrouve bon pied, bon œil lundi !

À vous tous…

See you_bisous_wp

Malawi : la « purification sexuelle » des femmes

Malawi_la_purification sexuelle_des femmes_wp

Le journal Le Monde a publié récemment une série de reportages dévoilant une tradition africaine interdite par la plupart des pays du continent, mais qui a toujours cours dans certaines régions éloignées de l’Angola, de la Côte d’Ivoire, de la Zambie, de l’Ouganda, de la Tanzanie, du Mozambique, du Kenya, du Congo, du Nigeria et plus particulièrement dans le sud du Malawi.

Le kusasa fumbi, littéralement « brosser la poussière », est une « purification sexuelle » ou « nettoyage sexuel ». C’est une coutume qui consiste à un rapport sexuel forcé et ritualisé après l’arrivée des premières règles de la fille ou après que la femme est devenue veuve ou vient de perdre un enfant. Elle est pratiquée par un homme, appelé le fisi signifiant « hyène », qui est payé pour ça. Elle peut être aussi effectuée par un futur mari.

Interdite depuis 2013 au Malawi, cette coutume perdure pourtant dans les zones reculées du sud du pays, notamment dans les districts de Chikwawa et de Nsanje. Le fisi initie ainsi les jeunes femmes généralement âgées de 12 à 17 ans, dans le cadre d’un rite de passage, l’initiation au sexe. Celui-ci dure 3 jours et la « hyène » est payée à chaque fois. La somme peut aller jusqu’à 30 €. Il est censé prévenir la maladie ou faciliter la procréation mais entraîne, au-delà du fait que ce soit ni plus ni moins un viol contractualisé, des cas de transmission de maladies comme le SIDA ou engendre des naissances non souhaitées. Le rituel nécessitant l’échange de fluides sexuels, les préservatifs sont interdits.

Au Malawi, ce sujet est devenu tabou depuis la condamnation de la « hyène » séropositive Eric Aniva en novembre 2016, un procès médiatisé à l’époque, suite au documentaire britannique le mettant en avant.

Le « respirianisme »

Le_respirianisme_wp

Le respirianisme, appelé aussi pranisme ou l’inédie est une croyance selon laquelle une personne peut vivre sans se nourrir ni boire durant de longues périodes de sa vie, c’est-à-dire des mois, voire des années. Ce mouvement sectaire très dangereux qualifié à juste titre de « jeûne extrême » a causé déjà des morts.

Né vers la fin du 20e siècle, ce mouvement regroupe des adeptes principalement issus du courant New Age s’inspirant du Prāṇa, mot sanskrit à la signification complexe. Ce terme synthétique, variant selon les auteurs et les écoles, intègre simultanément les notions de souffle, de principe vital du souffle et de sa manifestation organique dans la respiration. Il pourrait être traduit par « souffle vital respirant » et le pluriel de celui-ci prāṇās désigne un ensemble de 5 souffles vitaux.

En résumé, les adeptes du respirianisme considèrent que ce n’est pas vraiment un jeûne, mais plutôt une façon de s’alimenter en captant une forme d’énergie vitale invisible qui imprègnerait l’univers, en puisant ainsi son énergie de particules subtiles qui se trouvent partout, les particules de « lumière divine ». Cette pratique leur permettrait d’atteindre un état de pleine conscience et de transcender le Māyā qui est le pouvoir de dieu de créer, perpétuant l’illusion de la dualité dans l’univers phénoménal ; elle est aussi la nature illusoire du monde.

Le_respirianisme_étoiles_wp

Ce mouvement qui tentait de s’éteindre est malheureusement revenu au goût du jour par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Les « respiriens », comme ils s’appellent, représentent aujourd’hui près de 40 000 personnes en France.

Bien loin de l’adage « vivre d’amour et d’eau fraîche », cette secte moderne qui prône cette idée démentielle de s’alimenter uniquement « d’air et de lumière » est un risque fatal pour la santé. Déshydratation, sous-alimentation, problèmes cardiaques et autres en découlent pouvant alors conduire jusqu’à la mort.

Les professionnels de la santé rappellent : « Pour un être humain en bonne santé, un régime sans eau est généralement mortel après une semaine. Sans nourriture solide, il est généralement impossible de survivre au-delà de 40 à 60 jours, voire 85 jours au maximum dans des cas exceptionnels, cas d’une personne bien portante et bien nourrie au moment du début du jeûne. La physiologie peut s’adapter en mobilisant des réserves internes, mais assez vite, en moyenne au terme de 3 à 4 semaines, la poursuite du jeûne comporte des risques importants, notamment cardiaques, et peut être fatale. »

Boisson digestive

Boisson digestive_thé_wp

Pas de recette de cuisine maison à vous proposer aujourd’hui, mais à la place, une petite boisson digestive fraîche que j’ai découverte récemment, grâce à une amie philippine.

  • 30 cl de thé vert infusé froid
  • 1 c. à café rase de jus de citron vert
  • 1 c. à café rase de jus de gingembre frais
  • 1 c. à café rase de miel à la fleur d’oranger (ou sucre brun)
  • 1 pointe de curcuma en poudre
  • 1 goutte de vinaigre de riz
  • glaçons

Cette boisson est idéale pour vous rafraîchir lorsqu’il fait chaud, vous aider à éliminer le trop plein après un repas riche et est également efficace dans le cadre dans un régime.

Note : Vous pouvez supprimer le miel ou le sucre si vous supportez bien l’acidité et/ou souhaitez plus d’efficacité.

Je vous retrouve la semaine prochaine avec une recette de cuisine maison, si toutefois le temps me permet de vous en concocter une. Sinon, je vous proposerai une autre astuce culinaire…

À défaut donc de pouvoir vous souhaiter un bon appétit, je vous dis : Tchin !

Comment bien dormir en période de chaleur ?

Comment bien dormir en période de chaleur_chaton_wp

Depuis un moment certaines régions françaises sont touchées par une vague de chaleur. Quelques-unes d’entre elles se trouvent même en pleine canicule. Le plus difficile au-delà du fait d’endurer cette chaleur la journée, c’est de trouver le moyen de la supporter la nuit. En période de grosse chaleur, dormir devient un véritable parcours du combattant pour la plupart. Le sommeil est fractionné, entre endormissement et réveil. Résultat, l’on se réveille encore plus fatigué que la veille au soir.

Lorsqu’il fait chaud, à l’instant où l’organisme passe dans le sommeil paradoxal, dernière phase d’un cycle du sommeil, la régulation de la température corporelle est moins bonne et celle-ci augmente. Le cerveau se met alors en mode alerte et provoque le réveil. Il faut donc arriver à faire baisser la température au maximum.

Le Docteur Sylvie Royant-Parola, médecin psychiatre et présidente du Réseau Morphée, organisme de santé spécialisé dans les troubles du sommeil, donne 7 astuces permettant de favoriser un bon sommeil en période très chaude.

Comment bien dormir en période de chaleur_chat_wp

  • Boire beaucoup d’eau la nuit en cas de réveil pour faciliter l’endormissement.
  • Consommer un repas léger et frais le soir. La digestion augmente la température du corps.
  • Prendre une douche tiède juste avant d’aller se coucher sans trop se sécher afin d’humidifier la peau et de garder le corps ainsi humide.
  • Humidifier la chambre en y mettant un récipient rempli d’eau, en suspendant du linge humide ou encore en humectant les rideaux. Ce qui est encore plus important pour les bébés qui transpirent beaucoup la nuit.
  • Éviter l’alcool le soir qui hausse énormément la température corporelle et décuple le fractionnement du sommeil.
  • Ne pas se coucher tôt ou se coucher plus tard qu’à l’habitude lorsque l’endormissement est difficile. Un sommeil court et efficace est plus réparateur qu’un sommeil long et fractionné. En cas de besoin de davantage de sommeil, une sieste de 15 à 20 minutes maxi à l’heure du déjeuner est à privilégier.
  • Utiliser un ventilateur ou un climatiseur en veillant surtout à ne pas avoir l’air qui arrive directement sur soi afin de ne pas attraper froid.

Comment bien dormir en période de chaleur_chats_wp

Voilà ces petites astuces qui ne sont pas pour autant méconnues, mais bonnes à rappeler. J’espère que celles-ci vous permettront de passer de meilleures nuits en cette période de début d’été particulièrement chaude. Enfin, pour les personnes concernées, car pour ma part la canicule ne semble pas trop aimée mon coin anglais… Ici, c’est plutôt l’automne, voire début hiver…

Recette aphrodisiaque… ou pas…

Recette aphrodisiaque_ou pas_wp

Je vous propose aujourd’hui un plat familial, à partager aussi entre amis, plein d’énergie, assez léger, facile à réaliser et qui ouvrira peut-être un certain autre appétit…

Plat chaud/froid pour 14 personnes.

Recette aphrodisiaque_ou pas_poulet-gingembre_wp

Poulet au gingembre et ses accompagnements

(6 075,16 kcal (433,94 kcal/pers.) et environ 80 €, soit moins de 6 €/pers.)
(6950,16 kcal (496,44 kcal/pers.) et environ 65 €, soit moins de 5 €/pers.)

Recette aphrodisiaque_ou pas_riz_wp

– 1,4 kg de blanc de poulet coupé en morceaux moyens (1 750 kcal)
– 750 g de riz basmati cuit (2 625 kcal)
– 400 g de gingembre frais émincé (176 kcal)
– 300 g d’oignons (2 gros) jaunes émincés (123 kcal)
– 5 g de poivre blanc en poudre (12,55 kcal)
– 150 ml de sauce de soja réduite en sel (78 kcal)
– 100 ml de lait de coco (177 kcal)
– 250 ml d’eau

Accompagnements

– 750 g de riz basmati cuit (2 625 kcal)
– 960 g tomates cerise oranges (48) entières (192 kcal)
– 300 g poivrons (1 rouge, 1 jaune et 1 vert) coupés en fines lamelles (87 kcal)
– 300 g de céleri branche coupé en morceaux moyens (48 kcal)
– 300 g de carottes coupées en morceaux moyens (126 kcal)

Recette aphrodisiaque_ou pas_sauce-blanche_wp

Sauces pour les accompagnements

Sauce blanche
– 400 g de crevettes roses décortiquées (248 kcal)
– 100 g de tofu (62 kcal)
– 90 g de fromage de chèvre (147,6 kcal)
– 60 g d’endive (12 kcal)
– 60 g de concombre (6,6 kcal)
– 10 g de pâte de miso (16,2 kcal)
– 30 ml de sauce de soja réduite en sel (15,6 kcal)
– 5 ml de miel à la fleur d’oranger (16,3 kcal)
– ciboulette en pot (0,3 kcal)
– persil en pot (0,36 kcal)
– poivre blanc en poudre (2,51 kcal)

Sauce rouge
– 220 g de tomates rouges grossièrement hachées (44 kcal)
– 220 g d’oignon jaune émincés (90,2 kcal)
– 30 ml de sauce de soja réduite en sel (15,6 kcal)
– ciboulette en pot (0,3 kcal)
– poivre noir en poudre (3,04 kcal)

Recette aphrodisiaque_ou pas_sauce-rouge_wp

La veille

Dans un grand plat profond, mélangez avec l’eau, le poulet (riz cuit), le gingembre, les oignons, le poivre, 150 ml de sauce de soja et le lait de coco. Veillez à ce que les moreaux de poulet soient entièrement recouverts. Laissez mariner au réfrigérateur toute la nuit.

Le jour

Préparez la sauce rouge. Dans une casserole avec un très léger fond d’eau, mélangez tous les ingrédients et cuisez sur feu doux, 2 heures, casserole couverte. Découvrez et cuisez à nouveau sur feu doux, 2 heures, afin que le liquide s’évapore et jusqu’à obtention d’une sorte de chutney. Rectifiez l’assaisonnement, si besoin est. Si les tomates rendent trop d’acidité, ajoutez un peu de sucre roux ou de miel de fleur d’oranger. Laissez refroidir et réservez au réfrigérateur dans un bol recouvert d’un film alimentaire.

Préparez la sauce blanche. Mixez les crevettes, le tofu, le fromage de chèvre, l’endive, le concombre et la pâte de miso. Dans un bol, mélangez cette préparation avec 30 ml de sauce de soja, le miel, le persil, la ciboulette et le poivre. La sauce doit être crémeuse. Idem, si l’amertume de l’endive est trop prononcée, doublez la quantité de miel.

Dans un faitout, mettez le poulet avec sa marinade et cuisez sur feu doux, 50 à 60 minutes, selon l’épaisseur des morceaux et votre goût, casserole couverte. Rectifiez aussi l’assaisonnement en cours de cuisson, si besoin est. Réchauffez le riz avec sa marinade sur feu doux, 10 à 15 minutes, avec un peu d’eau si besoin est, sans cesser de remuer.

Dans un grand plat chaud, posez le poulet au gingembre. Dans un grand saladier, mettez le riz cuit (cf. Recette « umami » pour la cuisson du riz) chaud. Dans des assiettes séparées, présentez les tomates cerise, les lamelles de poivron, les carottes et les branches de céleri coupées. Sortez les bols de sauce qui serviront à accompagner les légumes.

C’est prêt !

Recette aphrodisiaque_ou pas_tomates-poivrons_wp

J’espère que cette recette, certes longue mais simple à faire, vous plaira. Je vous retrouve donc la semaine prochaine avec une autre recette de cuisine maison.

Bon appétit !

Recette aphrodisiaque_ou pas_carottes-céleri_wp

On donne le ton…

On donne le ton_wp

Les températures de saison sont revenues à la normale. Enfin normale… Je ne sais pas pour vous, mais dans ma campagne anglaise, si nous étions en octobre, les températures seraient effectivement de saison et peut-être normales.

Quoi qu’il en soit, le chauffage a été remis et les plats chauds ont fait de même leur réapparition.

Je vous propose donc une petite recette maison très simple à réaliser.

Plat chaud pour 1 personne.

On donne le ton_cuisson_wp

Soupe chaude de thon à la tomate et mozzarella

(366,51 kcal (260,31 kcal) et environ 10 €)

On donne le ton_cru_wp

– 120 g de thon nature en boîte égoutté* (136,8 kcal)
– 220 g de tomates rouges coupées grossièrement (44 kcal)
– 60 g de courgette coupée en rondelles (13,2 kcal)
– 60 g d’oignon jaune émincé (24,6 kcal)
– 60 g de haricots verts entiers (17,4 kcal)
– 30 g de mozzarella fumé coupé en fins morceaux (95,4 kcal)
– 1 g d’ail écrasé (1,1 kcal)
– 1 g de ciboulette en pot (0,3 kcal)
– 1 g de poivre blanc en poudre (2,51 kcal)
– 60 ml de sauce de soja réduite en sel (31,2 kcal)

*Doublez la quantité de courgettes et de haricots verts

Dans une casserole, mélangez tous les ingrédients et cuisez sur feu doux, 40 minutes, casserole couverte. Remuez de temps en temps. Le fromage doit être entièrement fondu en fin de cuisson.

Dans une assiette creuse, présentez votre plat et c’est prêt !

On donne le ton_sauce_wp

J’espère que cette recette vous plaira. Je vous retrouve comme d’habitude la semaine prochaine avec une autre recette de cuisine.

Bon appétit !

On en pince…

On en pince_wp

Voici une petite recette estivale, légère et très simple à réaliser.

Plat froid pour 1 personne.

On en pince_crabe_wp

Salade au crabe et sauce piquante

(168,33 kcal (146,83 kcal) et moins de 10 €)

On en pince_crabe-sauce_wp

– 120 g de morceaux de crabe (égoutté) en boîte* (84 kcal)
– 80 g de laitue hachée grossièrement (12 kcal)
– 27 g de céleri (1 stick) en branche coupé fin (4,32 kcal)
– 40 g d’oignon (1/2 petit) jaune émincé (16,4 kcal)
– 15 cl de jus de tomate avec pulpe (36 kcal)
– 15 ml de sauce de soja réduite en sel (7,8 kcal)
– 1 c. à café rase de purée de piments (5 kcal)
– poivre blanc en poudre (2,51 kcal)
– ciboulette ciselée en pot (0,3 kcal)

*Remplacez le crabe par 250 g de chou-fleur (62,5 kcal)

Dans une casserole, mélangez le céleri avec l’oignon, le jus de tomate, la sauce de soja, la purée de piments, le poivre et la ciboulette. Cuisez sur feu doux, 10 minutes, casserole couverte. Laissez bien refroidir et mettez la sauce au réfrigérateur 15 minutes.

Dans un bol, mélangez le crabe (chou-fleur) avec la moitié de la sauce. Recouvrez le bol d’un film alimentaire et réservez au réfrigérateur 10 minutes.

Dans une assiette creuse, mélangez la laitue avec le reste de la sauce, posez le crabe (chou-fleur) dessus avec sa sauce et c’est prêt !

On en pince_salade-sauce_wp

  • Note

– Vous pouvez ajouter une cuillère à café de vinaigre balsamique ou de cidre dans la sauce.

– Vous pouvez réaliser cette recette avec le chou-fleur cuit, selon votre préférence.

On en pince_salade_wp

J’espère que cette salade fraîche vous plaira. Je vous retrouve lundi prochain avec une autre recette de cuisine maison.

Bon appétit !

Des hommes en jupe ?

Des hommes en jupes_wp

Petite pause rigolote en ce dimanche. Petit clin d’œil à ce fait divers, dont vous avez dû en entendre probablement déjà parler.

À Nantes, afin de palier à la canicule, des conducteurs de tram de CFDT de la SEMITAN (bus et tramway) sont venus travailler en bermuda ou en pantacourt, la température à travers le pare-brise pouvant atteindre 50°C en période de grosse chaleur.

Cependant, la direction ne l’a pas entendu de cette manière et a interdit ces habits non conformes au règlement vestimentaire exigé.

Ces conducteurs ont alors décidé de détourner ce règlement, qui au passage ne prévoit pas de tenue vestimentaire adaptée pour les hommes en cas de forte chaleur, en venant travailler en jupe. Gabriel Magnet, représentant CFDT a d’ailleurs déclaré au journal Le Parisien : « La jupe fait partie de la dotation vestimentaire de nos collègues femmes et nous n’avons pas d’équivalent. Depuis 2013, nous portons la revendication que les hommes puissent porter un bermuda ou un pantacourt après un certain seuil de température. Mais la SEMITAN semble vouloir garder une image de marque… »

Une très jolie façon d’avoir répondu à ce défaut assez inouï du règlement tout en l’ayant respecté, sachant que ce dit règlement n’interdit pas le port de la jupe pour les hommes.

Heureusement, la direction a finalement concédé à autoriser cette tenue vestimentaire pour les hommes lors de périodes de forte chaleur. Malheureusement aussi, pas de bol pour ces derniers, puisque les températures sont redescendues à la norme. Ils n’ont donc pu profiter de ce nouvel aménagement du règlement.

Bon dimanche !

Recette fraîcheur

Recette fraîcheur_wp

Je ne sais pas le temps qu’il fait chez vous, mais, ici à Grimsby, c’est la canicule ! Enfin, la canicule pour les Anglais habitués à leur petit 12°C. Nous avons dépassé les 25°C depuis jeudi dernier et il est prévu des températures similaires pour toute la semaine.

En tout cas, je revis ! Mes origines espagnoles aussi ! Ceci dit, j’admets que j’ai eu un peu de mal également au début à supporter cette chaleur qui est arrivée d’un seul coup. Mon organisme s’était doucement acclimaté aux températures anglaises.

La chaleur des journées est tolérable. Il y a toujours un petit vent du sud pour venir vous rafraîchir un peu. Quant à la température des nuits, c’est une véritable fournaise. Malgré toutes les fenêtres et portes ouvertes de la maison, on crève de chaud. Il n’y a pas un brin de vent. D’ailleurs cette nuit a tellement été étouffante que j’ai dormi à la belle étoile, avec un matelas gonflable et confortable, un oreiller et une couette légère, quand même.

Bah oui ! À 40 ans et des brouettes, on s’aperçoit que le temps de s’allonger à même le sol sous une tente archaïque ou auprès d’un feu de camp de fortune est révolu ! On n’a plus 20 ans et les courbatures sont là pour nous le rappeler. Surtout, en vieillissant, mince alors, on a besoin et envie de son petit confort !

Et vous verrez les filles (celles étant encore loin de cet âge à venir) que vous aussi vous ressentirez la même chose ! Et oui ! Ce n’est pas toujours beau de vieillir ! Enfin !

Je ne sais pas non plus comment vous fonctionnez, mais en ce qui me concerne, lorsqu’il fait chaud, je n’ai envie que de fraîcheur et de légèreté.

Je vous propose donc ce plat frais et léger pour 1 personne.

Recette fraîcheur_poisson-cuit_wp

Soupe froide de poisson au chou-fleur et à la tomate

(188,69 kcal (148,19 kcal) et environ 7 €)

Recette fraîcheur_chou-fleur_wp

– 90 g de filet de colin* (63 kcal)
– 90 g de chou-fleur grossièrement haché (22,5 kcal)
– 220 g de petites tomates de couleur (44 kcal)
– 1/2 oignon rouge moyen (30 kcal)
– 1 petite gousse d’ail (5,5 kcal)
– 2 c. à soupe de sauce de soja réduite en sel (15,6 kcal)
– 5 brins de ciboulette fraîche (1,5 kcal)
– curcuma en poudre (3,54 kcal)
– poivre noir moulu (3,05 kcal)

*Remplacez le poisson en doublant la quantité de chou-fleur, soit 180 g en tout (45 kcal)

Mixez les tomates, l’oignon, l’ail (sans le germe) et la ciboulette.

Dans une casserole remplie d’eau, cuisez le chou-fleur sur feu fort, 10 minutes, casserole découverte. Égouttez et laissez-le dans la passoire.

Dans une casserole, mélangez avec les ingrédients mixés, le curcuma et le poivre. Cuisez sur feu doux, 10 minutes, casserole couverte. Ajoutez le chou-fleur et cuisez de nouveau sur feu doux, 10 minutes, casserole couverte. Versez le contenu dans un large bol ou un saladier et laissez refroidir à température ambiante.

Dans une poêle anti-adhésive, cuisez le poisson sur feu doux, 5 à 7 minutes de chaque côté, selon l’épaisseur du filet, poêle couverte. Mettez le poisson dans une assiette creuse et laissez-le refroidir à température ambiante. (Sautez cette étape)

Dans une assiette creuse, mettez le contenu du bol à base de chou-fleur avec le poisson et réservez au frais une vingtaine de minutes.

C’est prêt !

Recette fraîcheur_chou-fleur-tomate_wp

  • Note

 – Vous pouvez ajouter un peu de paprika ou de piment rouge en poudre pour épicer ou pimenter votre plat, pour les amateurs.

– Vous pouvez également ajouter un peu de miel à la fleur d’oranger, pour les amateurs de sucré-salé.

Recette fraîcheur_poisson-cru_wp

J’espère que cette petite recette légère et tout en fraîcheur vous plaira. Je vous retrouve lundi prochain avec une autre recette.

Bon appétit !