Fire in the garden

Fire in the garden_1_wp

Comme prévu, voici les photos de mon feu de camp en fin de soirée et à la tombée de la nuit :

Fire in the garden_7_wp

Fire in the garden_4_wp

Fire in the garden_5_wp

Fire in the garden_3_wp

Fire in the garden_2_wp

Fire in the garden_6_wp

Publicités

Garden in summer

Garden in summer_Clarence_wp

C’est officiel les amis. Le 3 septembre prochain, j’aurai définitivement quitté l’Angleterre et serai établie à Paris pour 5 ans.

Il me reste donc un peu plus d’1 mois pour trouver une maison, déménager, emménager, et surtout dans l’immédiat, profiter de mes derniers instants anglais.

Bien que le soleil ait été timide hier en ayant laissé place au ciel gris, un peu comme mon petit cœur, les températures estivales sont toujours là, pas de pluie prévue et le soleil est de retour aujourd’hui.

Ayant alors appris la nouvelle hier, j’ai pris mon vieil appareil photo avec moi et vous ai composé ce petit album photos de mon jardin.

La qualité des photos n’est pas toujours au rendez-vous, mais j’ai bien précisé « mon vieil appareil ». De plus, je ne suis pas une photographe professionnelle non plus. J’espère ainsi compter sur votre indulgence.

Ce soir, je vais continuer de profiter pleinement de mon jardin en allumant un bon feu de camp dans sa seconde partie, un lieu qui a été aménagé pour l’occasion. Je prendrai à nouveau des photos que je partagerai avec vous demain…

Bye-bye England !

Bye-bye England_icons-flag_wp

Voilà, c’est la fin de mon expatriation en Angleterre. Je vais quitter ce pays pour repartir en France. En expatriation aussi, car je ne reviens pas dans ma ville d’origine, de départ vers l’Angleterre. Direction donc Paris, La Défense, pour 5 ans à nouveau.

Mon retour officiel en France se fera début septembre, normalement. Il faut se remettre dans les cartons, les recherches de logement, etc. Et ce ne sera pas l’etc. qui posera le plus de souci, mais le logement. Paris, c’est Paris…

Hors de question de se loger en appartement et à Paris même. Pour plusieurs raisons. La première et la plus importante est le prix des loyers. La seconde, mon chat qui a pris goût à ses petites ballades en pleine nature et qui à 19 ans ne pourra se refaire à la vie close en appartement. La troisième, le bruit de la ville à laquelle je ne suis plus habituée, qui plus est à 45 ans, selon son caractère bien sûr, lorsque l’on vit dans le calme paisible de la campagne, on aspire à garder cette qualité de vie. La quatrième, la vie tout simplement. Et bien d’autres raisons encore plus personnelles.

Bye-bye England_France-Paris-La-Défense_wp

Ce qui veut dire qu’il va falloir trouver une maison en location à l’extérieur de Paris, pas trop loin et à un prix raisonnable. Inutile de vous dire que la galère va commencer… Sans compter que nous sommes en pleine période de vacances d’été.

Bref, une nouvelle vie va débuter. Je vais partir avec mes souvenirs anglais bons comme mauvais dans mes valises. Et en toute honnêteté, je ne vous mentirai pas en vous disant qu’au jour J de mon départ d’ici, je verserai ma petite larme et que mon cœur sera un peu lourd quand même. Comme toujours, c’est quand on part que l’on prend conscience que le temps est passé si vite et qu’on le veuille ou pas, on s’est attaché à cette contrée qui n’est pas la sienne.

On revient aussi dans son pays n’étant plus vraiment le sien non plus. On va redécouvrir ce pays qui a changé sans nous. On ne restera également que pour 5 ans, sans connaître l’après. On va arriver avec cette petite appréhension que l’on a ressentie en débarquant ici en Angleterre, l’inconnu. Cette impression d’entrer dans un pays étranger…

Bye-bye England_icons_wp

Et je ne vous cacherai pas plus que l’excitation n’est pas au rendez-vous pour le moment. Elle viendra une fois sur place. C’est comme cela que je fonctionne. Je me concentre sur mes objectifs. Dès qu’ils sont réalisés, je peux alors pleinement profiter de cette nouvelle vie.

Concernant mon blog maintenant, il continuera, évoluera et je partagerai avec vous cette nouvelle aventure parisienne. Il sera toutefois en stand-by le temps que je m’établisse. Je pense que vous le comprenez. Mais dans l’immédiat, je vous retrouve comme d’habitude au quotidien. Je vous préviendrai en temps voulu pour sa mise en veille.

Les sciences en panne !

Les sciences en panne_internet-software_wp.png

Me revoilà parmi vous, les amis ! De 3 h de l’après-midi hier jusqu’à là, ma connexion Internet a été arrêtée, mais pas que…

Plus de téléphones fixe et mobile, d’électricité, de gaz, de chauffage, mais de l’eau froide. La raison ? La nana (pour rester poli) payée pour s’occuper de régler les factures que j’ai en Angleterre a tout simplement oublié de le faire pour ce mois-ci. J’ai eu donc Internet de suspendu et le reste, car c’est la même société anglaise qui gère l’ensemble de tout ça. Et ici, ce n’est pas la France, on ne vous envoie 50 000 courriers pour vous prévenir de la suspension de vos services. Vous avez en tout et pour tout une dizaine de jours afin de régler les impayés, dépassé ce délai, on coupe !

Inutile de vous dire ô combien j’étais ravie ! Heureusement nous sommes en été. Après de nombreux messages envoyés et appels lancés, grâce à mon téléphone français que j’ai eu, pour le coup, la bonne idée de conserver en ajoutant à mon forfait le service des appels vers l’international, ma situation vient d’être enfin régularisée.

Je n’ai ainsi pas pu vous préparer un article pour aujourd’hui, ni évidemment éplucher les informations sur le Net pour ce faire.

Il n’y aura donc pas d’article sous ma rubrique Sciences. Mais demain, je vous retrouve avec bonne humeur…

Quand Jean-Claude Van Damne pète les plombs…

Quand Jean-Claude Van Damne pète les plombs..._éclair-nuage_wp

Ça donne ça…

L’acteur belge Jean-Claude Van Damne et la secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, invités à l’émission On n’est pas couché du 30 juin dernier sur la chaîne de télévision France 2, présentée par Laurent Ruquier, ont eu un échange relevant de la cinquième dimension.

Tandis que Marlène Schiappa était interviewée sur son livre Si souvent éloignée de vous, lettre à mes filles et s’exprimait sur la condition inégalitaire des femmes par rapport aux hommes, Jean-Claude Van Damne l’a interrompue en la sifflant. Il s’est alors lancé dans un discours surréaliste en la tutoyant qui plus est : « Tu es une femme, je suis un homme… Il y a des femmes qui aiment travailler comme toi et qui savent faire les deux choses, s’occuper des enfants et travailler. Il y a des femmes qui aiment rester à la maison, elles veulent rester à la maison, elles aiment bien les enfants. Si toutes les femmes travaillent, qu’est-ce qu’ils font les enfants à la maison ? » Choquée, la secrétaire d’État lui a répondu avec respect : « Ce que vous venez de faire, c’est super, ça s’appelle du mansplaining*, c’est quand un homme interrompt une femme pour lui expliquer qu’il sait mieux qu’elle des choses sur son propre domaine d’expertise ».

Quand Jean-Claude Van Damne pète les plombs..._éclair-nuages-pluie_wp

À cette réponse, le public, partageant probablement le même ressenti que la secrétaire d’État, a applaudi cette dernière. Quant à Laurent Ruquier, hilare, il a ajouté : « Ça prouve qu’il y a encore du travail ! »

L’échange aurait pu s’arrêter là. Mais, comme nous le savons, ce n’est pas trop le style de l’acteur belge. Il a de nouveau interrompu la secrétaire d’État sur la question du mariage homosexuel cette fois-ci en s’exprimant toujours avec la même élégance : « Les femmes se marient, les hommes se marient, les chiens se marient… Tout le monde se marie et tout le monde divorce ! » Outrée, celle-ci a tenu à lui rappeler que la dernière personne à s’être permise une telle comparaison était un élu du Front national qui avait été condamné par la justice pour ses dires jugés intolérables. Loin de s’en inquiéter outre mesure, l’acteur a poursuivi : « Si tous les hommes se marient ensemble et si toutes les femmes se marient ensemble, comment on va faire des enfants ? »

Quand Jean-Claude Van Damne pète les plombs..._éclairs4-nuage_wp

Suite aux propos qu’il a tenu au cours de cette émission, une vive polémique s’est créée à l’encontre du comédien. Accusé d’homophobie, il a voulu se défendre dans un entretien diffusé ce 3 juillet sur CNEWS et qui a été rapporté sur le site de BFMTV. Inutile de vous en faire le résumé. Ces propos sont du même acabit. Il aurait mieux fait de prendre un avocat pour sa défense.

L’acteur de 57 ans qui avait lancé sa série humoristique Jean-Claude Van Johnson en 2017 pour « sauver sa carrière », tel qu’il l’avait spécifié à l’époque, n’a pas vraiment remporté le succès escompté. Après la diffusion de la première saison sur Amazon Prime, ce dernier a annulé la série au début de cette année. Et avec cette dernière intervention, le comédien belge n’est pas prêt de relancer sa carrière. On pourrait d’ailleurs se demander s’il n’a ou ne contribue pas à son déclin.

Enfin, fort heureusement que nombreux autres artistes belges, tels que les acteurs Benoît Poelvoorde, François Damiens, Cécile de France, notre très célèbre et sympathique Annie Cordy ou encore ce formidable humoriste François Pirette, sont présents pour rehausser largement le niveau.

Et alors que je vous ai parlé hier de la Journée mondiale des ovnis en précisant que bon nombre de scientifiques ne mettaient en corrélation les phénomènes aérospatiaux non identifiés et les extraterrestres, on serait en droit de s’interroger sur cet individu, s’il n’est pas venu d’ailleurs.

*Le mansplaining est un concept féministe désignant la situation où un homme, man en anglais, se croit en devoir d’expliquer, explain en anglais, à une femme quelque chose qu’elle sait déjà, généralement de façon paternaliste ou condescendante.

Forme : l’expatriation

Forme_l'expatriation_Cuba-La-Havane_wp.jpg

Ce ne devait pas être le sujet de l’article d’aujourd’hui. Mais, suite à la lecture de l’article « Abécédaire des idées reçues sur l’expatriation » mis en lien sur le blog Madeleine et cup of tea, je vais partager avec vous à mon tour quelques avis sur la question.

Bien qu’il y ait quelques années de cela où je vous avais déjà fait part de « Ma vie d’expat à Grimsby » ainsi que le ressenti que nous pouvions avoir en tant qu’expatrié dans l’article « Nationalité : Expatriée », je n’avais pas évoqué ce que les non-expatriés pouvaient penser de notre expatriation.

Il est vrai que chaque partie vit la situation différemment. De notre côté, nous percevons notre nouveau mode de vie d’une façon. De l’autre, nos proches, amis, ou pas, conçoivent notre vie autrement.

Forme_l'expatriation_Asie-Chine_wp

Dans cet « abécédaire » des préjugés, l’auteur le prévient du reste, certains sont fondés et d’autres non. Parmi cet énoncé des a priori, il en existe bien certains qui sont véridiques. Celui de croire que l’expatrié vit systématiquement dans un pays exotique au bord de la mer et qu’il accepte ce nouveau statut qu’à cette seule condition d’ailleurs. Quelle raison sinon pourrait-il avoir à partir dans un pays où il fait moins bon que chez lui ? Bah, peut-être le travail tout simplement ! Beaucoup de non-expatriés s’imaginent que l’expatrié a choisi sa destination. Peu ne savent que lorsque nous sommes sous contrat à mobilité, ce n’est pas l’expatrié qui choisit, mais la société pour laquelle il travaille. Si son entreprise décide de l’envoyer en Alaska, elle l’enverra en Alaska.

Forme_l'expatriation_Grimsby_wp

Celui de l’argent. Ah le maître mot ! Celui qui donne l’illusion que nous devenons tous des milliardaires russes ou qataris et grâce auquel nous vivons tous dans des villas avec piscine, majordome, cuisinier ou cuisinière, femme de ménage, chauffeur, etc. En gros, une vie idyllique. Personne ne pense que les privilèges accordés à l’expatrié varient en fonction de son niveau de poste dans l’entreprise et selon son entreprise ou encore du fait qu’il ne dépend d’aucune entreprise, car les expatriés dit indépendants ou freelance existent.

Celui concernant les enfants, je ne pourrai le dire, puisque malheureusement je n’en ai pas.

Celui du quotidien, rejoignant celui lié à l’argent. L’image donnée de l’expatrié est celle d’une vie facile, où toutes ces tâches ménagères et autres qui font partie du quotidien de tout un chacun disparaissent d’un coup de baguette magique. On ne fait plus le ménage, la vaisselle, ni même les courses, on ne fait d’ailleurs plus rien.

Forme_l'expatriation_Asie-Les-Maldives_wp

Une autre idée reçue, ne l’étant pas en réalité, est certainement celle du déménagement. Comme l’exprime si drôlement l’auteur et qui est tellement vrai : « Aux Jeux Olympiques du déménagement, l’expatrié gagnerait à toutes les épreuves ! » Et pour le coup, j’en sais quelque chose pour avoir déménagé 4 fois en 5 ans, en comptant celui de la France vers l’Angleterre.

Quant au fait que nous devenions tous bilingue, trilingue ou plus, ce n’est vraiment qu’un doux rêve…

Enfin, je vous laisse découvrir la suite de cet article très humoristique qui décrit bien ces « vérités » que tout expatrié a entendues au moins une fois.

Patchwork d’images

Patchwork d'images_feux-d'artifice_wp

Malgré les évènements de ces derniers temps bons ou mauvais qui chamboulent un peu notre planète, nous sommes désormais en été.

Afin de marquer à ma façon cette toute nouvelle saison qui commence à peine, je vous propose ce patchwork d’images :

Patchwork d'images_USA-New-York-central-park-bow-bridge-autumn_wp

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Patchwork d'images_France-tour-eiffel_wp

Patchwork d'images_goutte-rosée_wp

Patchwork d'images_Polynésie-Tonga-île-Tongatapu-capitale-Nuku'alofa-palais-royal_wp

Patchwork d'images_écureuil-roux_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

USA : les enfants migrants enfermés dans des cages

USA_les enfants migrants enfermés dans des cages_Texas-flag_wp

Les employés du service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis avaient révélé au grand jour dans une vidéo l’affreuse réalité de la politique migratoire mise en place par Donald Trump qui avait affirmé une « tolérance zéro ». Une vidéo dans laquelle apparaissent des enfants et adolescents séparés de leurs parents et détenus dans des cages pendant plus de 22 heures par jour.

Une vidéo provenant du centre de détention de McAllen au Texas avait ainsi montré plus de 2 300 enfants et adolescents, séparés de leurs parents qui tentaient de rejoindre le sol américain par la frontière mexicaine, enfermés dans des cages en fer grillagées. Entassés comme du bétail, ils dorment à même le sol, se couvrant de papier aluminium pour se maintenir au chaud durant la nuit. Et une seule heure leur est accordée hors de ces cages pour se dégourdir les jambes dans la journée.

USA_les enfants migrants enfermés dans des cages_wp

Ces images et enregistrements audio qui scandalisent tout le pays depuis un moment ont conduit le Président à concéder sur sa politique en matière de migration. Une réunion à huit clos avec les élus Républicains du Congrès a eu lieu ce mercredi 20 juin. Le Président a signé un décret visant à garder les familles réunies arrêtées à la frontière. Mais ce n’est pas sans demander une contrepartie. Bien qu’il active les parlementaires à adopter une proposition de loi sur l’immigration afin de mettre un terme à ces situations, il souhaite toutefois un durcissement des mesures pour lutter contre l’immigration.

Des situations qui découlent directement de sa politique ferme vis-à-vis des migrants. « Le gouvernement a décidé de poursuivre pénalement, de manière systématique, toute personne majeure qui passerait la frontière sans papiers, avant même l’inspection du dossier de demande d’asile. Ne pouvant être envoyés en prison, les mineurs sont placés en centre d’hébergement pendant que les adultes sont détenus par la police des frontières », a-t-il été rapporté dans Le Figaro.

USA_les enfants migrants enfermés dans des cages_Pennsylvanie-flag_wp

Face à cette réaction vive des citoyens américains outrés par cette façon dont sont traités les migrants, Trump impuissant s’est alors retourné vers les parlementaires estimant que seule une nouvelle législation pouvait résoudre la situation. Il s’est exprimé sur Twitter en déclarant que c’était le travail du Congrès de « changer des lois obsolètes et ridicules ».

En échange du rassemblement des familles, Trump a remis sur le tapis la construction de son fameux mur sur la frontière mexicaine en sollicitant les élus à ce que de nouveaux financements soient alloués et que les chiffres de l’immigration légale soient abaissés. Il a aussi réaffirmé son idée sur Twitter : « Si vous n’avez pas de frontière, vous n’avez pas de pays ! ».

USA_les enfants migrants enfermés dans des cages_Washington-flag_wp

Cependant, Trump n’a toujours pas pris de décision sur les différentes propositions de loi dans les mains des Républicains. « Au Sénat, les parlementaires conservateurs préparent un texte qui permettrait aux familles d’être détenues ensemble et d’être jugées en priorité par les tribunaux. À la Chambre des représentants, deux textes rivaux sont à l’étude. Un premier, nuancé, offre une possibilité de légalisation pour des jeunes immigrés tout en fournissant des fonds pour la construction du mur. Un autre, plus dur, prévoit de durcir les contrôles sur l’emploi des travailleurs immigrés », a-t-il été renseigné dans Le Figaro.

Malgré la pression de Trump, il n’est pas certain que la majorité conservatrice arrive à l’adoption de sa loi sur l’immigration. Un autre enjeu majeur est également à prendre en considération. Les conséquences sur les élections de mi-mandat prévues en novembre prochain, souvent compliquées pour l’exécutif en place. Craignant donc de perdre leur siège, certains élus Républicains prétextent cette situation pour ouvertement se distancer de Trump.

USA_les enfants migrants enfermés dans des cages_Iowa-flag_wp.png

Trump essuie un autre retour de bâton de sa mauvaise politique en la matière, rapporté sur Franceinfo. Une dizaine d’États américains, dont Washington, Californie, New Jersey, Massachusetts, Maryland, Nouveau-Mexique, Pennsylvanie, Iowa ou encore l’Illinois, va poursuivre l’administration Trump pour sa politique migratoire. Le procureur général de l’État de Washington, Bob Ferguson, qui l’a annoncé ce jeudi 21 juin, a ainsi déclaré dans un communiqué : « C’est une politique aberrante, cruelle et anticonstitutionnelle […] nous allons y mettre un terme ». Il a également dénoncé le « chaos » provoqué par cette politique de séparation des familles et le décret signé ce 20 juin qui selon lui « cherche à détenir de manière indéfinie les enfants et leurs parents et continue à poursuivre pénalement les demandeurs d’asile ». Il a tout autant déploré les « conditions inhumaines et horribles » dans lesquelles vivent ces migrants dans les centres de détention de la police de l’immigration et des frontières. Un manque de contact, parfois durant des semaines, entre les mères et les enfants dont elles ont été brutalement séparées à la frontière.

Enfin, d’autres États pourraient suivre…

Le blog d’une expat…

Le blog d'une expat..._madeleine-et-cup-of-tea_wp.jpg

Un autre blog d’une expatriée auquel je suis abonnée depuis peu. Il s’appelle « madeleine et cup of tea ».

Son auteur raconte entre autres le quotidien de son expatriation… en Angleterre ! Eh oui une de mes congénères qui a aussi émigré vers le pays où je vis depuis quelques années ! Mais pas dans le même endroit.

Inutile de vous dire que certains points de son quotidien sont similaires aux miens. Il y a d’ailleurs l’un d’eux, auquel on ne penserait pas de prime abord, qui m’a rajeunie de cinq ans.

Loin d’être « tiré par les cheveux », bien qu’il soit l’intitulé de son article, ce point pourrait être commun à toutes les femmes. Il ne fallait du reste qu’une femme pour l’évoquer. Même si celui-ci est désormais dans un lointain passé pour ma part, il reste un point noir pour certaines d’entre nous, notamment pour l’auteur de ce blog.

Je ne vous ferai davantage patienter en ne vous disant pas de quoi il s’agit. Ce point est le coiffeur !

Je vous invite donc à lire son article (en lien sous l’intitulé) sur le sujet tant il est drôle et si vrai…

USA : Il était une fois une maîtresse d’école…

USA_Il était une fois une maîtresse d'école..._Ohio-Columbus-downtown_wp

Cette histoire pourrait être un conte de fées.

Début 2017, les médecins dépistent chez Eva Evans, une jeune fille américaine de 10 ans, une mutation génétique spontanée qui conduira au dysfonctionnement de ses reins. Elle passera par la suite 10 heures par jour en dialyse afin de survivre, en attente de trouver un donneur compatible pour l’un de ses reins. Malheureusement, aucun membre de sa famille n’est compatible. Sa mère, Alana, décide alors de lancer un appel sur Facebook, décision qui changera la vie de sa fille à jamais.

Tanya Thomas, 48 ans, maman de 3 enfants et institutrice d’une classe de CM1 dans la même école qu’Eva répond à l’appel. Bien qu’elle n’ait jamais enseigné à celle-ci et ne la connaisse que de vue, elle effectue un examen afin d’établir sa compatibilité éventuelle avec la petite. Le résultat est positif. Sans la moindre hésitation, elle contacte la maman d’Eva pour lui annoncer la nouvelle.

À la fin de cet été, la maîtresse et Eva seront opérées à l’hôpital pour enfants Nationwide à Columbus dans l’Ohio.

La maman d’Eva considère désormais la maîtresse comme un membre à part entière de sa famille. Quant à Eva, ravie de recevoir prochainement le rein de l’institutrice, souhaite aujourd’hui se concentrer sur ses études pour devenir un jour une aussi bonne maîtresse que Tanya qu’elle qualifie d’ailleurs d’ange gardien.

Heureusement que les belles histoires existent encore de nos jours…