« Un 22 juillet »

_Un 22 juillet_affiche1_wp

Film américain écrit, coproduite et réalisé par Paul Greengrass, sorti en 2018. Adapté de l’ouvrage de 2013 En av oss d’Âsne Seierstad, ce film relate les attentats d’Oslo et d’Utøya perpétrés en Norvège en 2011 par un seul individu, ayant causé la mort de 77 personnes et blessé plus de 200 autres.

Le vendredi 22 juillet 2011, deux actions terroristes ont été coordonnées et menées par un homme de 32 ans, chrétien radical de l’Extrême droite, Anders Behring Breivik.

_Un 22 juillet_personnage-Viljar_wp

La première attaque, une explosion à la bombe, s’est produite à 15 h 26, heure locale, à Regjeringskvartalet, le quartier gouvernemental de la ville d’Oslo, devant le bureau du Premier ministre, Jens Stoltenberg, et d’autres édifices gouvernementaux. L’explosion a tué 8 personnes et blessé 15 autres. La seconde attaque a lieu deux heures plus tard dans un camp de jeunes, lors d’un rassemblement estival, organisé par la Ligue des jeunes travaillistes (AUF) du Parti travailliste norvégien (AP), sur l’île d’Utøya. Déguisé en policier, Anders Behring Breivik, armé d’un fusil de tir de précision, ouvre le feu sur les campeurs, tuant 69 personnes et blessant 33 autres. Arrêté par la police, il revendique les deux attentats. La Justice l’inculpe pour les deux attaques et le condamne le 24 août 2012 à 21 ans de prison.

_Un 22 juillet_personnage-terroriste_wp

Ce fut la plus grave attaque en Norvège depuis la Seconde Guerre Mondiale. Le nombre de morts a représenté l’équivalent de deux fois le nombre annuel moyen de meurtres dans le pays. La fusillade par un tueur de masse fut aussi la plus meurtrière de l’époque contemporaine. L’Union Européenne, l’OTAN ainsi que plusieurs autres pays du monde ont exprimé leur soutien à la Norvège et ont condamné les attaques.

_Un 22 juillet_île-d'Utoya-Norvège_wp

Ce film, d’une durée de plus de 2 heures, retrace parfaitement ces terribles évènements. Il nous rappelle que le terrorisme n’est pas uniquement lié qu’à un groupe de fanatiques religieux. La religion, quelle qu’elle soit, est la première source du terrorisme.

Disponible sur le site Netflix, je vous invite vivement à le regarder, si ce n’est déjà fait. Ce film est puissant et poignant de réalisme. Nous restons marqués à la fin du visionnage.

_Un 22 juillet_affiche2_wp

Publicités

Unsolved

Unsolved_wp

Série télévisée américaine de véritable anthologie du crime. La 1ère saison reconstitue l’enquête sur les meurtres des rappeurs Tupac et Biggie Smalls à la fin des années 1990.

L’enquête s’est déroulée de 1996 jusqu’en 2016, date à laquelle elle sera définitivement classée sans suite, car 20 ans après les meurtres de ses deux rappeurs qui sont quasiment succédés, aucune arrestation n’a eu lieu. Ils demeurent toujours irrésolus. Plus aucune enquête ne sera ouverte.

Cette 1ère saison nous plonge au cœur de l’univers du rap avec ses manigances, un label qui veut la main mise sur le milieu, des conflits entre des gangs rivaux, mais aussi la corruption de la police de l’époque, où le roi du label paye en sous-main des policiers comme agents de sécurité pour ses stars.

Unsolved_affiche_wp

Nous voyons également la naïveté de ces deux jeunes rappeurs, Tupac et Biggie Smalls, âgés de 25 ans et 24 ans respectivement lorsqu’ils sont abattus, qui sont entraînés malgré eux parfois dans des magouilles et mauvaises fréquentations pour réussir. Deux étoiles montantes du rap, de la misère au succès, pour finir finalement assassinés chacun dans leur voiture et de la même façon.

Nous assistons surtout à l’enquête. Le premier véritable enquêteur, très professionnel et consciencieux, qui soulève pour la première fois des questions de corruption parmi la police. Questions qui resteront sans réponse, car dérangeantes. Il se fera d’ailleurs mettre à pied et souvent rappeler à l’ordre par ses supérieurs.

Dans cette affaire, il y a un véritable combat pour et contre la justice qui refuse de faire face à ses manquements, un monde où personne ne parle, des témoins qui changeront leur version pour se protéger ou protéger quelqu’un d’autre…

Unsolved_season1_wp

Je vous invite à découvrir cette 1ère saison vraiment passionnante sur Netflix, vous m’en direz des nouvelles.

Crazy Ex-Girlfriend

Crazy Ex-Girlfriend_affiche_wp

Série télévisée américaine créée par Rachel Bloom et Aline Brosh McKenna. Classée dans le genre comédie musicale et diffusée depuis 2015 sur The CW Television Network.

Crazy Ex-Girlfriend_smileys_wp

Rebecca Bunch (Rachel Bloom) se fait plaquer à 16 ans par son premier amour Josh Chan (Vincent Rodriguez III) après deux mois d’été formidable en colonie de vacances. Dix ans plus tard, elle est une avocate talentueuse et acharnée du travail promise à un bel avenir dans un grand cabinet new-yorkais. Alors qu’elle se voit proposer une promotion en tant qu’associé principal au sein de ce cabinet, elle quitte paniquée subitement les lieux pour aller prendre l’air et réfléchir. De retour vers son travail, elle croise par hasard Josh pour lequel elle éprouve toujours un amour intense. S’arrêtant pour échanger quelques mots, celui-ci lui annonce qu’il quitte la vie new-yorkaise à laquelle il n’a jamais pu s’adapter pour rentrer chez lui à West Covina, une toute petite ville de Californie. Elle décide alors de tout quitter pour déménager à West Covina…

Crazy Ex-Girlfriend_série_wp

Cette série est tout simplement géniale ! Entre la comédie musicale, le vaudeville, la série Ally McBeal et la comédie romantique, cette série qui en est à sa 4e saison, dont ses trois premières sont disponibles sur le site Netflix, est incroyablement drôle, Des personnages aux situations, cette série se veut très originale, car elle est la première du genre. Aucune série n’existe sous forme de comédie musicale. Le scénario, les acteurs, les dialogues, les chansons… tiennent leur place sans défaut.

Crazy Ex-Girlfriend_banner_wp

En regardant cette série pour les amateurs du genre, vous allez avoir des sacrées bonnes tranches de rigolades au point même d’en pleurer de rire et vous en tenir les côtes. Elle est rafraîchissante et un excellent divertissement pour le soir.

Crazy Ex-Girlfriend_song_wp

Mais aussi, elle décrit l’univers de la femme dans ses moindres détails, que ce soit sur le plan psychologique que physiologique. C’est peut-être la raison pour laquelle, elle plaira peut-être plus aux femmes qu’aux hommes, puisqu’elle s’adresse davantage aux femmes. Malgré tout, je vous invite à la regarder, elle en vaut vraiment le coup d’œil !

Crazy Ex-Girlfriend_heart_wp

La Casa de Papel, suite et fin

La Casa de Papel, suite et fin_wp

« À voir pour la 2e saison de La Casa de Papel… », était la conclusion de l’article de samedi dernier consacré à cette mini-série espagnole. Hé bien, c’est vu !

La Casa de Papel, suite et fin_série_wp

Toujours sur le même rythme soutenu de la 1ère saison ou plutôt 1ère partie, cette partie 2, donc, est une réussite. Les épisodes s’enchaînent avec brio jusqu’au dénouement où ce final est tout simplement génial.

La Casa de Papel, suite et fin_affiche_wp

Pour tous ceux qui ont apprécié la 1ère partie, vous ne serez absolument pas déçus par la suite et fin de cette série !

La Casa de Papel

La Casa de Papel_affiche_wp

Il y a longtemps que je n’ai eu de coup de cœur cinématographique. Avec cette série, c’est fait !

La Casa de Papel (la maison de papier) est une mini-série télévisée espagnole diffusée sur le site Netflix.

La Casa de Papel_série_wp

Un homme énigmatique (Álvaro Morte) se faisant appeler El Professor (Le Professeur) a planifié depuis des années dans le moindre détail le braquage jamais réalisé jusqu’alors. Pour l’exécution du plan, il recrute les meilleurs malfaiteurs dans tout domaine du pays. Afin de conserver l’anonymat, chaque membre de cette nouvelle équipe porte un nom de ville. Tokyo, Nairobi, Rio, Moscou, Berlin, Denver, Helsinki ou encore Oslo devront ainsi infiltrer la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre – Hôtel royal de la monnaie (Fábrica Nacional de Moneda y TimbreReal Casa de la Moneda (FNMT-RCM), institution de la monnaie et des timbres-poste espagnole) afin d’imprimer 2,4 milliards € en moins de 11 jours et sans verser le moindre sang. Or, l’équipe en charge des 67 otages présents dans le lieu, dont la fille de l’ambassadeur du Royaume-Uni, va se trouver confronter à des évènements que même le meilleur plan du monde n’aurait envisagé…

La Casa de Papel_wp

Après la diffusion de la série espagnole Las Chicas Del Cable, Netflix réussi un nouveau coup de maître avec cette série.

Digne d’une série américaine, le scénario est excellemment ficelé. Chaque personnage est charismatique. Le déroulement reste soutenu. Le suspens est au rendez-vous. En résumé, c’est une super 1ère saison de cette série qui se veut prometteuse.

La Casa de Papel_image_wp

En outre, ces deux séries espagnoles d’un genre complètement différent montrent enfin une évolution incroyable du cinéma espagnol, tant dans le rythme beaucoup intense que dans les scénarios. La lenteur des films espagnols qui pouvait être discutable laisse place à un cinéma beaucoup plus dynamique.

À voir pour la 2e saison de La Casa de Papel

Blade Runner 2049

Blade Runner 2049_wp

Un énorme coup de cœur pour ce film. Il est tout simplement génial !

Pour tous les amateurs de Blade Runner, sorti en 1982 et réalisé par Ridley Scott, dont il a été d’ailleurs le producteur de cette suite, réalisée par Denis Villeneuve et sortie en 2017, vous ne serez pas déçus !

Cette suite raconte les aventures d’un blade runner, 30 ans après celles de Rick Deckard, interprété par Harrison Ford.

Blade Runner 2049_affiche1_wp

En 2049, des humanoïdes issus du génie biologique, les réplicants (terme apparu pour la première fois en 1982 dans Blade Runner), font dès lors partie de la société afin d’assurer la survie de l’humanité. L’agent K (Ryan Gosling) travaille comme blade runner au LAPD (Los Angeles Police Department). Il est l’un des plus récents modèles de réplicants conçus pour obéir. Sa mission est de pourchasser et tuer les modèles obsolètes. Tandis qu’il est dans une ferme pour éliminer un ancien modèle, il détecte par hasard une caisse fermée enterrée au pied d’un arbre. Celle-ci, récupérée ensuite par le département de la police, est envoyée à l’analyse. L’examen médico-légal y trouve des ossements d’une réplicante décédée après une césarienne pratiquée dans l’urgence. Cette découverte révèle que les réplicants normalement stériles peuvent ainsi procréer et menace surtout l’ordre établi entre humains et réplicants. La supérieure hiérarchique de l’agent K, le lieutenant Joshi (Robin Wright) voit en cette information un risque de provoquer une guerre entre les humains et les réplicants dotés d’une certaine autonomie. Elle ordonne alors à l’agent K de détruire toute trace qui pourrait conduire à cette découverte ainsi que de trouver et de tuer l’enfant né à la suite de la procédure médicale…

Blade Runner 2049_affiche2_wp

Ce second volet est une excellente suite. L’ambiance et le style si particuliers du premier y sont respectés avec brio. Ryan Gosling qui tient donc le rôle principal durant 2 h 44 est époustouflant. Tous les éléments qui ont contribué au succès de Blade Runner de Ridley Scott s’y retrouvent. On ne voit absolument pas le temps passé. L’histoire se déroule avec une incroyable intelligence. On est pris du début à la fin par le suspens. On est accroché au scénario, aux images. L’esthétisme tant établi du premier y est fidèle. Des clins d’œil au premier Blade Runner y sont faits magnifiquement bien. Certaines références y sont même très subtiles. Et cerise sur le gâteau, l’excellente participation de Harrison Ford qui rendosse le costume de Rick Deckard.

Blade Runner 2049_film_wp

En résumé, ce film est une pure merveille. Alors pour tous ceux qui ont été fans de Blade Runner, film culte de ma génération, hâtez-vous au visionnage de ce Blade Runner 2049, si cela n’est pas déjà fait !

A United Kingdom

A United Kingdom_bonnes-fêtes_wp

Terminons cette année sur une très belle pause cinématographique avec ce superbe film qui relate une parmi tant d’autres parties sombres de l’histoire britannique, mais aussi un amour qui a conduit à la liberté et à la croissance d’un pays.

A United Kingdom est un film biographique franco-britannique réalisé par Amma Asante et écrit par Guy Hibbert, sorti en 2016.

Ce film retrace l’histoire vraie de Seretse Khama (David Oyelowo), héritier du trône du Bechuanaland (protectorat établi en 1885 par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande en Afrique australe et qui devint la République du Botswana en 1966) et de sa femme Ruth Williams Khama (Rosamund Pike), une anglaise blanche.

A United Kingdom_affiche_wp

Seretse Khama du peuple Bamangwato étudie le droit à Londres juste après la Seconde Guerre Mondiale. Il y rencontre Ruth Williams, une jeune femme blanche, une secrétaire londonienne de 24 ans. Éperdument amoureux, ils décident de se marier malgré leurs différences culturelles, les protestations de leur famille et l’opposition du Gouvernement britannique, préoccupé par les relations avec l’Afrique du Sud (étant en train d’établir la politique de l’apartheid) et la stabilité fragile de toute la région de l’Afrique australe. Le gouvernement du Parti national en Afrique du Sud craignant que ce mariage mixte dans le Bechuanaland voisin cause des troubles pousse le Gouvernement britannique à tenter d’annuler ce mariage. De son côté l’oncle de Seretse, Régent du trône, met tout œuvre aussi pour mettre fin à ce mariage afin que Seretse épouse une princesse Bamangwato, comme le veut la tradition. Celui-ci refuse. Seretse parvient à obtenir le soutien de son peuple en tant que roi légitime. Face à la ténacité du couple pour rester mari et femme, le Gouvernement britannique riposte en exilant Seretse de son pays pour une durée de 5 ans, l’obligeant à rester en Angleterre et à laisser Ruth seule au Bechuanaland. Celle-ci réussit à gagner le soutien du peuple Bechuana. Les Britanniques ayant un enjeu majeur en Afrique du Sud pour son or, veulent proclamer un administrateur anglais à la place de Seretse. Et le Premier ministre Clement Richard Attlee est prêt à tout pour détruire le mariage des Khama. Quant à Churchill, il promet que s’il est élu, il lèvera l’exil de Seretse. Après sa victoire, Churchill désormais Premier ministre, étend le bannissement de 5 ans à vie. Entre-temps, Seretse apprend que les Britanniques ont donné l’autorisation à une société minière américaine de prospecter pour trouver des diamants qui seraient en une quantité non négligeable dans le pays. Il va alors s’assurer que si ces ressources sont bien réelles leur exploitation se fera uniquement par les habitants du pays. Les diamants sont trouvés. Seretse obtient du Gouvernement britannique la déclaration publique du droit exclusif du peuple Bechuana sur l’exploitation de ces ressources. Et ce, grâce au soutien grandissant de gens puissants à Londres qui l’aident aussi en parallèle à mettre un terme à son exil. Pendant ce temps, l’apartheid qui progresse en Afrique du Sud tend à éclipser le Bechuanaland. Mais grâce à la pression de la population locale, Seretse arrive à faire définitivement lever son exil et obtenir l’indépendance de son pays. Seretse devient alors le premier Président du Botswana.

A United Kingdom_film_wp

Seretse et Ruth restèrent fidèles toute leur vie. Ils eurent plusieurs enfants, dont leur fils devint par la suite le 4e Président élu du pays en 2008. Ils sont enterrés côte à côte sur une colline surplombant le village de Serowe, capitale du peuple Bamangwato, où ils ont passé une partie et fini le reste de leur vie.

Ce film remarquablement réalisé et interprété à merveille par l’ensemble de ses acteurs est absolument à découvrir. Il nous montre avec véracité l’esprit très colonialiste encore et toujours présent chez les Anglais. Cette mentalité d’être supérieur au monde…

Excellent Réveillon du Jour de l’An !

A United Kingdom_joyeuses-fêtes_wp

Scorpion

Scorpion_wp

Série télévisée américaine créée par Nick Santora et inspirée de la vie de Walter O’Brien (informaticien et producteur irlandais, notamment de la série </scorpion>, fondateur et PDG de la société Scorpion Computer Services), dont la première saison a été diffusée en 2014.

Walter O’Brien (Elyes Gabel), l’une des personnes les plus intelligentes au monde avec un QI de 197 et son équipe de surdoués, Sylvester Dodd (Ari Stidham), calculatrice humaine et génie en statistiques, Happy Quinn (Jadyn Wong), prodige de la mécanique, et Tobias Curtis, dit Toby, l’un des meilleurs psychiatres et comportementalistes, sont recrutés par Cabe Gallo (Robert Patrick), agent fédéral du Département de la Sécurité Intérieure des États-Unis pour former le groupe Scorpion. Cette unité d’élites, dernière ligne de défense contre les menaces complexes de haute technologie dans le monde entier, est complétée par Paige Dineen (Katharine McPhee), une serveuse se retrouvant engagée afin de gérer la communication entre ces génies et le commun des mortels qui n’arrivent parfois pas à se comprendre, et son fils Ralph (Riley B. Smith), lui-même surdoué.

Scorpion_série_wp

Au fil de leurs aventures, l’équipe sera soumise à défis tant techniques qu’émotionnels. Ils mettront en lumière la compétence de chacun de ses membres comme à rude épreuve la difficulté de ces génies à s’intégrer au monde « normal » et gérer leurs relations sociales. Mais l’évolution de chacun permettra de combler leur sentiment de solitude…

Cette série en est déjà à sa quatrième saison. Bien que nous puissions nous poser des questions sur la véracité de certaines astuces techniques utilisées pour résoudre l’affaire en cours, cette série se veut intéressante et instructive.

Pouvant nous faire penser à un mélange entre les séries MacGyver et Mission Impossible, cette série se laisse regarder facilement, même si elle n’est pas non plus la série du siècle. L’humour et l’action sont également au rendez-vous. Chaque personnage est identifiable. Le scénario est classique de ce type de série. Elle est en résumé un bon moyen de détente télévisuelle. Elle est enfin à découvrir pour tous les amateurs du genre.

The Sinner

The Sinner_affiche_wp

Série télévisée américaine créée par Derek Simonds parue récemment sur le site Netflix.

Une jeune mère de famille, Cora Tannetti (Jessica Biel), se retrouve à passer une journée à la plage avec son mari, Mason Tannetti (Christopher Abbott) et son fils. Soudainement, elle se dirige en courant vers un groupe d’individus proche d’eux en train de s’amuser en écoutant de la musique. Sans explication elle se jette sur l’un des hommes et le poignarde sauvagement à plusieurs reprises. Ce dernier finit par succomber à ses blessures. Arrêtée puis incarcérée, elle rencontre ensuite le détective Harry Ambrose (Bill Pullman) chargé de son affaire. Il mettra alors tout en œuvre afin de comprendre son geste et surtout lui permettra de recouvrer des sombres souvenirs enfouis…

The Sinner_personnages_wp

S’apparentant à la série ALIAS GRACE, tant la similitude de certains personnages sautent aux yeux, surtout le rôle principal de la femme, cette série est toutefois intéressante. Bien qu’aussi certains passages paraissent inutiles, voire dérangeants, car ils n’apportent rien de plus à l’intrigue, l’histoire suit un bon déroulement.

Cette série The Sinner (le pécheur) de seulement huit épisodes est inspirée du roman du même nom de Petra Hammesfahr publié en 1999. N’étant certes pas, à titre personnel, la série de l’année, elle mérite ceci dit d’être découverte. Une seconde saison est d’ailleurs prévue suite au succès de cette première saison.

The Sinner_série_wp

ALIAS GRACE

ALIAS GRACE_série Canada_wp

Série canadienne créée par Sarah Polley et dirigée par Mary Harron. Basée sur le roman primé de Margaret Atwood du même nom ALIAS GRACE s’inspirant d’une histoire vraie, cette série en six épisodes vient de sortir sur Netflix.

Grace Marks alias Mary Whitney, une jeune immigrante irlandaise pauvre et domestique au Canada, fut reconnue coupable avec James Mc Dermott, l’homme d’écurie de la ferme, des meurtres de leur employeur Thomas Kinnear et sa gouvernante Nancy Montgomery en 1843. James Mc Dermott fut pendu tandis que Grace Marks fut condamnée à la prison à vie puis libérée 30 ans plus tard. Elle devint l’une des femmes les plus énigmatiques et tristement célèbre des années 1840 au Canada pour son rôle supposé dans ce double meurtre qui défraya la chronique. Sa condamnation fut très controversée et suscita de nombreux débats sur sa réelle implication dans les meurtres ou sur le simple fait qu’elle eût été utilisée comme accessoire en tant que complice inconsciente.

ALIAS GRACE_roman Magaret Atwood_wp

Cette série intitulée aussi Captive porte très bien pour le coup sa seconde appellation car elle est vraiment captivante. Mêlant à la fois l’univers paranormal de Stephen King avec celui de la psychologie et de la spiritualité, cette série nous envoûte du début jusqu’à la fin. Le personnage principal de Grace Marks excellemment interprété par Sarah Gardon ainsi que le rôle du Dr Simon Jordan joué par Edward Holcroft sont saisissants de vérité.

Le côté quelque peu « supranaturel » est apporté de manière très intelligente à cette série. Et en présentation de chacun des épisodes, l’on peut lire une citation d’un auteur célèbre correspondant au sujet traité dans l’épisode.

ALIAS GRACE_Grace Marks et James Mc Dermott_wp

Chaque épisode durant environ 45 minutes passe à une vitesse incroyable. On commence à regarder, on se laisse prendre par l’intrigue, on veut connaître Grace et son histoire qui nous paraissent tout autant mystérieuses que perturbantes.

En une soirée, on enchaîne les épisodes et l’on reste sur la question qui n’a toujours pas trouvé de réponse à ce jour : Est-elle coupable ou innocente ?

Je vous conseille vivement de découvrir ce véritable chef d’œuvre cinématographique canadien qui nous prouve une fois de plus que les Américains ne semblent plus les seuls maîtres en la matière…

ALIAS GRACE_netflix_wp