Des tas de pierres

Des tas de pierres_montagnes-bleu_wp

Dernier week-end des vacances avant la rentrée scolaire. Dernier jour et samedi du mois d’août. Quelques photos avec ou sans rapport…

Des tas de pierres_montagnes-andes_wp

Des tas de pierres_montagnes-andes-pics-rocheux_wp

Des tas de pierres_montagnes-pérou_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Publicités

La première égérie transgenre

La première égérie transgenre_teddy-quinlivan_wp

Une révolution dans le monde de la mode. Pour la première fois, la maison française Chanel a sélectionné Teddy Quinlivan, un mannequin transgenre, comme égérie pour sa dernière campagne beauté. Ce mannequin américain de 25 ans devient ainsi la première au monde à représenter sa communauté dans le monde de la mode.

« Je trouve que je ne pleure plus lorsque la situation est triste, mais n’est-ce pas intéressant de verser des larmes dans les moments de triomphe. Ce fut un de ces moments de pleurs triomphants pour moi. Toute ma vie a été un combat. D’avoir été victime d’intimidation à l’école régulièrement, les enfants menaçant de me tuer et expliquant comment ils allaient le faire, mon propre père me battant et m’appelant pédé, à recevoir le choc du secteur après avoir parlé publiquement d’avoir été agressée sexuellement au travail… C’est une victoire qui a valu la peine à toute cette merde. J’avais fait deux représentations pour Chanel alors que je vivais furtivement (furtivement veut dire que je n’avais pas encore rendu publique mon identité trans) et quand je suis sortie, j’ai su que je cesserais de travailler avec certaines marques, je pensais ne jamais travailler à nouveau avec la maison emblématique de Chanel. Mais me voilà dans la publicité de beauté Chanel. Je suis la première personne ouvertement transgenre à travailler pour la maison Chanel et je suis profondément touchée et fière de représenter ma communauté. Le monde vous rejettera, crachera sur vous et vous dira que vous ne valez rien. C’est votre travail d’avoir la force de vous lever et de continuer à vous battre, parce que si vous abandonnez, vous ne ferez jamais l’expérience des larmes du triomphe.
Merci à tous ceux qui ont fait de ce rêve une réalité ! », a-t-elle écrit sur son compte Instagram.

Une très belle avancée humaine qui prône la réelle diversité. Si seulement les supporters de football pouvaient avoir ce même état d’esprit vis-à-vis de leurs joueurs…

Les violences obstétricales

Les violences obstétricales_surgery-for-dummies_wp

« Pendant deux ans, la réalisatrice Ovidie a travaillé sur les violences que subissent certaines femmes pendant l’accouchement. Son documentaire « Tu enfanteras dans la douleur » met en lumière les violences obstétricales et gynécologiques à travers des témoignages bouleversants. » Par Leslie Muya sur le site aufeminin.

Une erreur humaine inadmissible

Une erreur humaine inadmissible_panneau-hôpital_wp

« En 2016, l’équipe médicale du Royal Stoke University Hospital, en Angleterre, annonce à Sarah Boyle, alors âgée de 26 ans, qu’elle souffre d’un cancer du sein. Après deux années d’angoisse et d’hospitalisation, la jeune femme apprend qu’il s’agissait en réalité d’une terrible erreur médicale. »

Elle a tout de même subit une double mastectomie et une chimiothérapie

Black news

Black news_podcast-micro_wp

Il n’y a pas que les périodes caniculaires qui ont fait des victimes…

Essonne : deux adolescents piègent un parc pour enfants avec des bombes d’acide

La fillette de 18 mois, abandonnée par ses parents à l’hôpital, est décédée

Un homme arrêté à son retour de vacances avec le corps de sa femme dans une valise

À 12 ans, il est attaché nu à un arbre et filmé par ses parents en guise de « punition »

Pâtisson en persillade

Pâtisson en persillade_variétés_wp

Comme évoquée dans l’article de lundi dernier, Pâtisson en ratatouille, cette recette a été mon galop d’essai. Pour 1 personne.

Pâtisson en persillade_casserole-gaz_wp

Pâtisson en persillade

(~ 41 kcal)

  • 160 g de pâtisson orange (25,6 kcal)
  • 2 grosses gousses d’ail mixées (3 kcal)
  • 1 grosse c. à soupe de persil frais finement ciselé (5,4 kcal)
  • 1 g de curcuma en poudre (3,54 kcal)
  • 1 g de poivre noir en poudre (3,04 kcal)
  • 1 g de sel au céleri

Pour la cuisson du pâtisson, référez-vous à la recette précédente.

Dans une casserole, cuisez l’ensemble des ingrédients dans un petit fond d’eau durant 30 minutes environ sur feu doux, casserole couverte.

C’est prêt !

Pâtisson en persillade_casserole_wp

Note :

Cette recette ultra simple peut servir d’accompagnement ou en plat principal. Rectifiez l’assaisonnement selon vos goûts.

Bon appétit !

ORANGE is the new BLACK quitte le 7e ciel

Orange is the new black_s7_wp

Ultime saison pour nos détenues à succès au bout de sept années dans et au-dehors de la prison de Litchfield. Cette série innovatrice qui nous a tant captivés durant tout ce temps est parvenue à son terme. Et non sans mal.

Fan inconditionnelle de cette série, cette dernière saison m’a laissée perplexe, comme la précédente d’ailleurs. Dans la lancée de la saison 6, les rebondissements tombent à plat, des situations traînent en longueur, cette dernière saison arrive à point nommé.

Dommage ! Alors que la fin de la 5e saison nous laissait pourtant entrevoir une saison 6 passionnante où une suite logique semblait évidente, elle en a été tout autre. Nous avons assisté à un règlement de compte entre deux sœurs, deux nouveaux personnages, qui, à mon avis, n’ont apporté aucun véritable intérêt à la série. Nous sentions déjà la série qui commençait à s’essouffler. Malheureusement, cela s’est confirmé avec cette saison 7.

Orange is the new black_s7-end_wp

Malgré tout, à la différence avec la saison précédente, cette ultime saison aborde un sujet bien épineux aujourd’hui, celui de l’immigration. Des femmes qui vivent aux États-Unis depuis des années et des années en attente de leurs papiers de citoyenneté et qui ont su construire une vraie vie, d’autres qui ont fui la guerre et la misère, le poids des traditions culturelles inhumaines pour les femmes ou encore celles qui sont depuis peu citoyennes américaines perdant ce droit suite à une malversation des autorités locales… Le portrait de ces femmes, parmi tant d’autres, en parallèle de l’histoire des personnages centraux que nous retrouvons tout au long de la série, est dressé avec une justesse évocatrice de la politique de Trump. Ces femmes qui sont renvoyées dans leur pays d’origine, dans lequel certaines ne sont nées ou n’ont même jamais vécu. Cette triste réalité de la considération de l’être humain, version et vision américaines…

Enfin, bien que cette dernière saison soit un peu lente, tourne parfois en rond, où l’on ne comprend pas toujours le but recherché, sa clôture efface un peu ces défauts avec un joli clin d’œil de nos « héroïnes » qui nous ont tant passionnés et nous ont fait vibrer durant toutes ces années. ORANGE is the new BLACK restera cependant pour moi l’une des séries incontournables de Netflix. Une série moderne, la première du genre !

Des humeurs au naturel…

Des humeurs au naturel..._montagne-olivier_wp

Quelques vieilles photos de mon dossier Images

Des humeurs au naturel..._montagne-cascade_wp

Des humeurs au naturel..._montagne-chaîne_wp

Des humeurs au naturel..._montagne-colline_wp

Des humeurs au naturel..._montagne-ocre_wp

Des humeurs au naturel..._montagne-steppe_wp

Des humeurs au naturel..._montagne-verte_wp

Ces anciennes photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs (s’ils sont toujours de ce monde…) souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Une orchidée pas comme les autres…

Une orchidée pas comme les autres..._wp

« Étonnante découverte que celle effectuée par des botanistes japonais dans les îles tropicales de l’archipel : Gastrodia amamiana a renoncé à ouvrir ses fleurs mais parvient malgré tout à s’autoféconder. » Loïc Chauveau.

« Une orchidée fait des fruits… sans fleurir ! » Article paru le 6 août dernier sur le site du magazine Sciences et Avenir.