Belgique : Wonder Woman, pas si merveilleuse que ça…

Belgique_Wonder Woman, pas si merveilleuse que ça_wp

Lorsque nous lisons les journaux ou écoutons les informations à la télévision, à la radio, concernant les droits des femmes, notre considération se porte souvent sur les pays qui les bafouent. Notre regard, nos oreilles se fixent également sur les différences sociales ou professionnelles évidentes qui existent en général dans le monde entre les hommes et les femmes.

Or, nous ne prêtons pas toujours attention à ces petits détails du quotidien creusant eux aussi insidieusement ce fossé. Ces faits insignifiants, passant d’ordinaire inaperçus, qui se déroulent parfois aux portes de chez nous ou de celles nos voisins, ces dits pays défenseurs des droits qu’ils soient masculins ou féminins. J’entends bien par ces « faits insignifiants », non ceux qui apparaissent sur les réseaux sociaux, du genre la nouvelle pub de Renault se lançant dans le domaine beauté avec ses vernis à ongles Twingo, une toute première pour une marque automobile, mais bien ceux évoquant un retour aux années 50.

Pour information ou rappel, cette pub de Renault très controversée a créé une certaine polémique absurde auprès d’un certain public qui la considère comme sexiste. Critique qui ne changera pas la face du monde, mais incitant indirectement les esprits en ce sens et cloisonnant quelque part les marques à rester dans leur domaine d’activité, sauf si elles viennent de l’univers artistique ou du pays du Soleil-Levant.

Belgique_Wonder Woman, pas si merveilleuse que ça_goodies1_wp

Ainsi, un cinéma du groupe Kinepolis en Belgique a distribué avant le début de la séance du film Wonder Woman (premier film de super-héros réalisé par une femme, Patty Jenkins) des goodies (cadeaux publicitaires) destinés uniquement aux femmes. Alors que celles-ci s’attendaient à découvrir dans leur petite pochette-surprise (un petit sac rose), sur laquelle s’inscrivait « Cool things inside » (Choses intéressantes à l’intérieur), des trucs vraiment sympas, style échantillons de nouveaux parfums, sushis ou pasta box afin de promouvoir l’ouverture d’un nouveau restaurant spécialisé en la matière, ticket de cinéma à tarif réduit pour une nouvelle séance, etc., elles ont eu une toute autre surprise.

Elles ont découvert un véritable kit de ménagère parmi un paquet de chips et de chocolat à bon marché. Une éponge, une raclette à vitres, une brosse pour nettoyer les sols, des pilules pour mincir. Inutile de vous dire que la réaction fut immédiate et dénoncée, avec photos à l’appui, sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter.

Afin de se justifier, le groupe Kinepolis a expliqué au site belge VRT, qui l’a contacté, qu’il ne pouvait être responsable de ces cadeaux promotionnels, étant donné qu’ils avaient été fournis par des sponsors et dont leur sélection avait été aléatoire. Le groupe a de même présenté ses excuses sur Twitter : « Nous voulons nous excuser pour cette inattention. Nous comprenons toutefois ces vives réactions. » En résumé, parler pour ne rien dire.

Belgique_Wonder Woman, pas si merveilleuse que ça_goodies2_wp

Ceci dit, la question que devrait peut-être se poser ce groupe, c’est d’éventuellement soit de changer de sponsors ou, du moins, vérifier le contenu des goodies ou encore offrir la pochette-surprise à tout le monde, sans distinction de sexe.

Enfin, si jamais vous allez voir ce film de super-héros dans l’un des cinémas de ce groupe en Belgique, apportez votre produit pour les carreaux, pour la vaisselle et pour les sols. Vous pourrez alors faire la vaisselle, s’il y a, tester votre superbe nouvelle raclette verte ou violette pour les vitres et récurer les sols avec votre flambant neuve brosse afin d’espérer peut-être vous faire rembourser votre place de cinéma. Quant aux pilules pour mincir, après toutes ces taches, à vous de voir…

Publicités

Charleroi au Kribi

Charleroi - Kribi_newspaper_wp

Dernier jour ! Et pour finir ce petit voyage en beauté, rendez-vous au Cribbi !

Véritable coup de cœur de ce séjour ! Cet établissement Le Cribbi, dont l’écriture originelle est Kribi (chef-lieu du département de l’Océan situé dans la région du Sud du Cameroun et importante station balnéaire réputée pour ses plages de sable blanc et son port), est un bar à vin.

Que dis-je ? LE bar à vin ! Il vous offre non seulement sa convivialité mais surtout vous propose des vins d’une qualité exceptionnelle ! Le tout accompagné de petites spécialités culinaires camerounaises à tomber par terre !

Les patrons de ce petit bar à vin, un joli couple mixte, lui belge et elle camerounaise, sont d’une gentillesse incroyable. Ces deux charmantes personnes représentent le vrai symbole de la mixité culturelle.

Lorsque vous franchissez la porte de ce cocon, vous arrivez directement dans une sorte de mélange chaleureux à la belge et à l’africaine. Vous êtes immédiatement transporté dans l’ambiance du lieu au point que vous auriez envie de chausser vos pantoufles et de vous y installer comme à la maison.

Charleroi - Kribi_Le Cribbi1_wp

Charleroi - Kribi_Le Cribbi2_wp

Charleroi - Kribi_Le Cribbi3_wp

Charleroi - Kribi_Le Cribbi4_wp

Les vins conseillés sont également un savant mélange culturel vous invitant à faire le tour du monde ; des vins portugais, chiliens, américains, d’Afrique du Sud, etc. Et gros plus, la découverte de vins wallons ! Hé oui ! La Belgique montre qu’elle n’est pas que le pays de la bière et du chocolat par excellence. Certes, ces vins demeurent dans le domaine des vins de table et en faible quantité, puisque la météo n’est pas non plus adéquate pour faciliter le développement de cépages, mais le peu de vins qui existe n’est pas mauvais du tout. Et les prix, bien entendu, sont à l’image de ceux des grands vins, sans pour autant tomber dans l’irraisonnable.

Quant aux spécialités camerounaises suggérées en accompagnement, autre leur excellente qualité gustative, elles sont en parfaite harmonie avec chaque vin à déguster. Surtout, elles sont du vrai fait maison ! D’ailleurs, la cuisine est à la vue de la clientèle qui peut ainsi voir la patronne à l’ouvrage. Et là, le rapport qualité/prix est plus que raisonnable, comme vous pouvez le constater sur la carte présentée. Carte qui de plus est renouvelée régulièrement, quasiment chaque semaine. La patronne, une passionnée de cuisine, qui connaît du reste toutes les émissions culinaires télévisées sur le bout des doigts, vous transmet à merveille sa passion dans vos assiettes !

Charleroi - Kribi_boulettes-boeuf_wp

Charleroi - Kribi_chausson_wp

Charleroi - Kribi_sauce-piment_wp

Charleroi - Kribi_ailerons-poulet_wp

Charleroi - Kribi_dessert_wp

Charleroi - Kribi_carte_wp

Enfin, l’ambiance de ce lieu cosy et moderne à la fois qui s’y dégage est le meilleur remède contre la timidité ! Sans vous en rendre compte, vous vous mélangez les uns aux autres. Les discussions avec de parfaits étrangers se font naturellement en toute camaraderie sur fond de bonne plaisanterie. C’est un vrai lieu de partage et d’échanges culturels.

Alors, avis à la population belge et pas que ! Tous ceux ou celles qui sont dans les environs de Charleroi ou d’ailleurs, amateurs ou amatrices de bar à vin, je vous invite sincèrement à vous laisser envoûter par Le Cribbi…

Charleroi et sa montagne

Charleroi et sa montagne_wp

Pour l’avant-dernier jour de notre petit voyage à Charleroi, nous allons enfiler de bonnes chaussures pour découvrir les quelques endroits de cette ville qui recèlent de très belles surprises. Mais aussi ayant bien mangé au restaurant hier soir, un peu de marche à pied ne nous fera pas de mal pour digérer et prendre un bon bol d’air !

Alors, allons-y, c’est parti !

Bien que la Belgique soit souvent appelée le plat pays, Charleroi infirme un peu ce préjugé avec sa célèbre rue de la montagne. Et cette rue porte vraiment bien son nom ! Car elle grimpe sévère ! Elle était célèbre autrefois pour ses commerces qui longeaient toute la rue, du bas jusqu’en haut, nous amenant ainsi vers la ville haute.

Hé oui ! Charleroi a sa ville basse et sa ville haute !

Cependant, nous pouvons également rejoindre la ville haute en passant par le parc de la Reine Astrid, dont sa statue est située à l’entrée de celui-ci. Un magnifique parc en pleine ville, pas très loin du centre, contenant en plus une particularité à sa sortie… Je vous laisse deviner…

Charleroi et sa montagne_parc1_wp

Charleroi et sa montagne_parc2_wp

Charleroi et sa montagne_parc3_wp

Charleroi et sa montagne_parc4_wp

Charleroi et sa montagne_parc5_wp

Charleroi et sa montagne_parc6_wp

Vous avez trouvé ?

Oui, évidemment ! Lucky Luke et Jolly Jumper ! Cette statue qui fait référence au créateur belge de cette fameuse BD, Maurice de Bevere, dit Morris, né en 1923 à Courtrai et mort en 2001 à Bruxelles.

Et cette statue de BD n’est pas la seule dans la ville. Une autre se trouve en plein milieu d’un rond-point (que je n’ai pu photographier, car à ce moment-là, pour le coup, j’étais en voiture…) et représente ce tout autant connu animal imaginaire, le Marsupilami. Animal imaginé par le grand dessinateur belge André Franquin, né en 1924 à Etterbeek (Belgique) et décédé en 1997 à Saint-Laurent-du-Var (France)

Nous voilà maintenant à la ville haute. Et imaginez-vous être au dimanche. Quelle chance nous avons, c’est jour de marché ! Un jour qu’il ne faut surtout rater pour rien au monde. Ce marché est aussi immense qu’il est complet !

Charleroi et sa montagne_marché1_wp

Charleroi et sa montagne_marché2_wp

Charleroi et sa montagne_marché3_wp

Charleroi et sa montagne_marché4_wp

Charleroi et sa montagne_marché5_wp

Et ce que vous voyez là n’est qu’une toute petite partie de ce marché. Aujourd’hui, il n’y a pas grand monde car la météo ne s’y prête pas. Or, lorsque les beaux jours arrivent ou que le soleil est au rendez-vous (plus souvent qu’on pourrait le croire), le marché est noir de monde. On marche au pas à pas.

Sur ce, les cloches de l’église viennent de sonner midi, il est temps de nous trouver un bon endroit sur le marché afin de nous restaurer.

Concrètement, je vous retrouve demain pour notre dernier jour, où là, nous allons clôturer ce voyage… Non, non, je ne vous dis rien… Ce sera la surprise…

Charleroi et son trou normand

Charleroi et son trou normand_carte-vins1_wp

Pour notre second jour de voyage, je vous emmène au restaurant ! Mais pas n’importe où ! Nous allons faire un tour en Normandie, tout en restant en Belgique, et sans pour autant nous télé-transporter, comme dans Star Trek, ni traverser un miroir inter-dimensionnel. Nous allons simplement franchir la porte d’un restaurant qui s’appelle Au Trou Normand !

Réputé à Charleroi, par la vieille génération, comme étant le restaurant gastronomique incontournable, celui-ci propose un menu uniquement à la carte de cuisine typiquement française, enfin typiquement…

Or, avant de nous mettre à table, il est préférable que vous soyez prévenu de ne pas vous attendre à déguster des plats préparés par Philippe Etchebest ! Ce restaurant est resté un peu bloqué dans les années 80.

Le cadre est cosy, s’apparentant davantage à une taverne qu’à un restaurant classique. Le personnel est agréable, malgré un peu trop de chichis à mon goût et ne s’avérant pas, par la suite, à la hauteur des espérances…

Attaquons-nous maintenant au cœur du sujet !

Le plus. L’atypisme de ce restaurant. Sa carte des vins est plus qu’originale, puisqu’elle est humoristique comme vous avez pu le constater. Et ça, c’est un vrai plus !

Charleroi et son trou normand_carte-vins2_wp

Charleroi et son trou normand_carte-vins3_wp

Malheureusement, le plus important, le repas, un gros moins. Des cuisses de grenouilles qui, les pauvres, se noient dans un beurre à l’ail, plus beurre qu’ail. Un veau marengo qui de même n’a pas échappé à la noyade, mais accompagné de frites faîtes maison qui elles ont l’avantage d’être la partie la moins grasse du plat. Un ris de veau qui s’est enlisé dans un marécage de sauce aux oignons jaunes émincés à la serpe. Et lequel a non seulement attrapé un grand coup chaud à la cuisson, à l’image des cuisses de grenouilles d’ailleurs qui étaient beaucoup trop cuites, mais surtout, qui n’a pas eu la même chance que son copain le veau au niveau de l’accompagnement. Des chicons braisés qui agonisent dans leur bain d’huile. Enfin le plateau de fromage, choisi à la place du dessert, composé de parmesan et de fromage de chèvre sec italien. Rien que du fromage français ! Mais, le clou du spectacle ! Le fameux trou normand servi entre l’entrée et le plat généralement.

Charleroi et son trou normand_cuisses-de-grenouille_wp

Charleroi et son trou normand_veau-marengo_wp

Charleroi et son trou normand_frites_wp

Charleroi et son trou normand_ris-de-veau_wp

Charleroi et son trou normand_chicons-braisés_wp

En rappel, pour ceux qui ne connaissent pas cette tradition normande, le trou normand est du Calvados avec une boule de sorbet à la pomme (de préférence verte), le tout servi dans un verre ou autre contenant. C’est super bon !

Sauf qu’ici, nous avons le verre dans lequel se trouve une boule de glace à la pomme douce accompagnée d’Amaretto ! Et là, on se dit qu’Au Trou Normand, c’est plutôt la botte d’Italie qui le bouche !

Maintenant, c’est l’heure de passer à la caisse ! Une quarantaine d’euros par personne et sans compter l’apéritif et le vin !

Un peu cher quand même !

Bref ! Ce premier restaurant fut certes un essai pas très concluant, cependant les autres qui suivirent ont heureusement rattrapé le coup, surtout un en particulier et n’étant pas un restaurant dans le sens strict du terme…

Toutefois, pour se rendre dans ce lieu qui a été une véritable et formidable découverte, il vous faudra patienter jusqu’à samedi afin de clôturer ce séjour en beauté !

Charleroi et son trou normand_fromage_wp

N.B. : Vous avez dû également remarquer que quelques-unes de mes photos montrent des assiettes vides ou à moitié vides. Ce n’est absolument pas une nouvelle mode photo que je lance. Je ne sais pas pourquoi, j’ai eu l’autorisation de photographier certains plats, mais pas d’autres ! N’ayant pas cherché non plus à comprendre, j’ai détourné l’interdiction en prenant malgré tout des photos des restes de mon repas. Vous devez aussi vous demander peut-être qu’est ce qui m’est passé par la tête pour vous proposer un tel article sous ma rubrique « Sciences » ? Tout simplement, parce que la cuisine n’est-elle pas une science ? Et pour le coup, une science expérimentale !

Sur ce, je vous retrouve demain pour la suite de notre séjour…

Charleroi city

Charleroi city_rue_wp

Il n’y a que quelques années seulement que j’ai découvert mes origines belges d’un côté de ma famille. Curieuse d’en savoir davantage, je me suis lancée dans des recherches et ai eu la joie de rencontrer cette partie, aussi peut-être d’avoir l’explication de ma spontanéité, ma bonne humeur, mon sourire semblant inné, selon mes proches, et donner l’impression de ressembler à un véritable rayon de soleil, selon les collègues, amis, les plus ou moins proches, etc., bien que la noirceur du charbon soit également présent de temps en temps dans mon cœur et mon esprit…

Charleroi city_centre_wp

Bref !

J’ai ainsi eu la chance de non seulement avoir trouvé cette part de ma famille, mais surtout de m’être bien entendue avec elle, et alors de pouvoir me rendre autant que je le peux dans ce pays, dans la ville de Charleroi.

Charleroi city_école_wp

J’ai eu de même l’occasion de découvrir Liège, Bruges, Gand, Middelkerke (seule ville qui ne m’a vraiment pas laissé un bon souvenir, étant donné que pour la première fois de ma vie je me suis retrouvée à finir le service de mon propre repas au restaurant…) et bien sûr sans oublier Bruxelles.

Charleroi city_église_wp

Quoi qu’il en soit, les membres de ma famille belge étant de Charleroi, des Carolorégiens ou plus communément des Carolos, comme ils s’appellent, c’est dans cette ville que je me rends le plus souvent pour me ressourcer.

Tout en vous emmenant donc à la découverte de cette ville à travers ces photos, certaines informations sont utiles à connaître sur cette dernière et sur la Belgique.

Charleroi city_hôte-de-ville_wp

Pour les copains et copines belges, je suppose que ces renseignements ne seront guère des révélations, or pour les autres…

Il faut savoir qu’à une ancienne époque, la ville de Charleroi, située en Wallonie, a connu sa prospérité grâce au charbonnage et à la sidérurgie. Malheureusement, celle-ci a vu ces deux secteurs d’activité principaux s’écrouler suite à la fermeture de ses mines ainsi qu’à la déplantation de ses usines et s’est ensuite énormément appauvrie.

Charleroi city_palais-des-beaux-arts_wp

Actuellement, elle compte un taux de plus de 20 % de chômage et est l’une des villes les plus pauvres, si ce n’est la ville la plus pauvre, de Wallonie. De ce fait, beaucoup de Belges considèrent Charleroi comme une ville relativement médiocre, et d’ailleurs lorsque l’on se rend à Charleroi, on va à Bruxelles-Sud.

Charleroi city_centre-rive-gauche_wp

Cependant, Charleroi vient d’inaugurer très récemment un nouveau centre commercial en plein centre-ville. Et ça, c’est vraiment une très belle initiative que la ville a prise afin de lui apporter un peu plus de modernité et un grand coup de jeune. Ce centre a permis une création évidente d’emploi que ce soit lors de la construction du chantier qui a duré près de 2 ans qu’au niveau du personnel qui y travaille maintenant.

Charleroi city_centre-rive-gauche-côté_wp

Or, bien sûr, comme dans tout changement, les détracteurs y sont allés de leurs critiques en avançant l’argument principal que ce centre allait tuer les commerces environnants et sinistrer les rues que certains commerces avaient désertées afin de se réimplanter dans le centre.

Charleroi city_place-marché-beffroi_wp

En tout cas, pour ma part, je trouve que ce centre trouve sa place, va amener un renouveau, et au contraire, va permettre aux commerces autour d’attirer une autre forme de clientèle, sachant que les horaires du centre sont en adéquation avec les commerces extérieurs ; le centre n’ouvre que de 10 heures le matin jusqu’à 19 heures le soir, alors que les brasseries, restaurants, etc., hors du centre, ouvrent dès 6 heures ou 8 heures le matin jusque tard le soir. Le dimanche, le centre est fermé, certains commerces externes, non.

Charleroi city_place-marché2_wp

Enfin, un autre point important et non des moindres. Une sorte de guérilla subsiste depuis fort longtemps entre les Wallons et les Flamands, en cause du partage des richesses qui a véhiculé en Flandre et dont la Wallonie était dépendante, puis est venu en Wallonie et dont la Flandre accuse cette dernière de conserver ces richesses pour elle seule. Les deux camps se disputent en s’accusant l’un, l’autre d’avoir en gros volé ces richesses.

Charleroi city_place-marché3_wp

Surtout si je me trompe, je compte sur vous mes amis et amies belges pour rectifier ces dires, puisque mon cerveau n’a pas encore entièrement intégré ce concept de chamaillerie.

Charleroi city_place-marché1_wp

Cela étant, malgré que l’on entende encore dans les cafés ou autre lieu public, les vieux de la vieille, comme l’on dit, entretenir ce conflit wallon/flamand, la chaleur humaine, la simplicité, l’authenticité, la vie… elles demeurent toujours au rendez-vous.

Charleroi city_place-marché4_wp

Pour conclure ce premier jour de voyage, rien ne vaut pour ma part que d’aller dans ce pays plat pour retrouver la forme. Je vous retrouve demain afin de continuer ce séjour ensemble et y découvrir une autre des nombreuses facettes de Charleroi…

La semaine de la francophonie

La semaine de la francophonie1_wp

Coucou les ami(e)s ! Me voilà de nouveau parmi vous ! Pour mon retour, je vous ai préparé quelques belles surprises à venir… Enfin, je l’espère…

La semaine de la francophonie2_wpÀ l’occasion de la semaine de la francophonie qui se déroule du 18 au 26 mars, bien que j’aie raté la Journée Internationale de la Francophonie qui a eu lieu ce 20 mars, je vous propose pour le reste de cette semaine des articles correspondant à mon petit séjour en Belgique. Et ce jusqu’à samedi inclus, puisque dimanche vous retrouverez comme prévu la seconde série de photos sur la nature, les arbres les plus beaux du monde.

Vous me direz, coup de bol que mon séjour belge se soit produit pendant cette semaine ! Or, comme l’on dit « l’occasion  fait le larron ! »

Qui plus est, quel beau pays parmi les autres beaux pays francophones, tel que la Belgique pour mettre à l’honneur cette semaine consacrée à la francophonie ainsi qu’à la langue française ?

La semaine de la francophonie3_wpMais aussi, n’ayant pu hier vous présenter une recette de cuisine maison, d’où le jeûne intempestif de notre copain Jean-Claude 😉 et qui à cause de moi a vu sa journée gâchée pour le premier jour du printemps, je dois faire amende honorable…

Hé oui ! J’ai en plus loupé le premier jour du printemps ! Je n’ai décidément pas assuré hier ! Ouh ! Ouh ! La honte !

Donc, je vais me rattraper en vous emmenant à la découverte de l’une des villes de ce beau pays, Charleroi, et à la rencontre de certains de ses bons et atypiques restaurants…

La semaine de la francophonie4_wp

Cependant, étant un petit peu chipie, je vais faire patienter encore et nous commencerons alors notre voyage demain.

En attendant, je vous souhaite à tous et à toutes une belle journée !

« Maître Gims »

maitre-gims_wp

Découverte un peu tardive de ma part (ça fait quand même 4 ans que j’ai quitté la France) d’un chanteur actuel qui apparemment cartonne depuis un certain temps en France et en pays francophone !

Grâce à mon neveu de 10 ans et ma nièce de 8 ans, vrais fans de ce chanteur, j’ai découvert ce fameux « Maître Gims »

Au départ, lorsqu’ils m’en ont parlé, je me suis interrogée… Encore un chanteur de rap de plus, avec ses propagandes violentes, du genre « Cop killer (tueur de flic), violer les filles, faîtes de vos mères futures et à venir des femmes gentilles et soumises, frappe ton voisin si jamais il ose de sourire, etc. » avec sa musique barbare aussi profonde que ces paroles…

Toutefois, connaissant la culture éducative de ma sœur et mon beau-frère, je me suis dit, ce n’est pas vraiment le genre, donc, pourquoi ne pas franchir mon a priori afin de pouvoir personnellement me forger mon opinion.

Chose faite ! Et surprise !

Waouh !

J’ai découvert non seulement ce chanteur « rap », ancien membre du groupe Sexion d’Assaut, mais aussi le fils du célèbre chanteur congolais du groupe Viva La Musica de Papa Wemba (pour ceux ou celles qui connaissent ce style musical, car Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, dit Papa Wemba était très connu en son temps) qui est décédé en avril 2016.

Et ce fut une véritable révélation !

Ce chanteur est incroyable ! Il a une superbe voix (ce qui est quand même la base pour un chanteur, mais encore plus extraordinaire chez un rappeur…) et les textes de ses chansons sont simples mais très significatifs. Ils prônent l’humanisme et non la violence haineuse et gratuite. Ils expriment des vérités qui ne sont pas bonnes à dire, mais tant agréables et importantes à les entendre. Ils parlent d’amour. Et le plus… l’humour.

maitre-gims_cannes-2016_wp

Un exemple. Une phrase extraite de l’une de ses chansons (Habibi (Pilule bleue), Album Mon cœur avait raison) que je trouve vraiment drôle : « T’as tellement pris d’râteaux qu’t’es devenu jardinier »

Quant à son style de musique, il est très riche. Un subtil mélange de musique classique, zouk, brésilienne, rap avec un soupçon de blues et de jazz, sans oublier la pop, etc., ce chanteur mérite le succès qu’il a !

Enfin, un chanteur qui fait du bien aux oreilles, au cœur, à l’esprit… qui nous ramène aussi à notre simple condition d’être humain, tel qu’il l’exprime dans cet extrait de la chanson Contradiction (Pilule Bleue), Album Mon cœur avait raison : « Désolé mais je ne suis qu’un homme. Et j’ai l’impression qu’on l’oublie. J’aimerais qu’on oublie aussi mes erreurs. Personne n’est infaillible. »

En conclusion, je rejoins donc le club des fans de ce chanteur qui, à défaut d’avoir un nom de scène super glamour (Maître Gims, pour ma part, ce n’est franchement pas accrocheur), a une voix puissante, sensible, pleine d’émotion et de sincérité…

Donc, pour ceux ou celles qui sont (comme moi) un peu rébarbatifs de ce style de chanteur, je vous convie sincèrement à découvrir ses chansons, sa musique, son univers… car il vaut vraiment le coup de se surnommer « Maître Gims » !

N.B. : Pour tous les fans de la série des films Camping avec Franck Dubosc, l’une de ses chansons tirée de l’Album À contrecœur (Pilule Violette), Ma beauté, est celle du générique du film Camping 3 que je vous invite également à découvrir (le meilleur de la série en ce qui me concerne)

Belgique : « Osez réaliser vos rêves… Devenez […] » Stéréotypés !

les-filles_les-filles_osez-realiser-vos-reves-devenez-auxiliaire-de-menage_wp

« I dreamed a dream in time gone by… » (J’ai fait un rêve dans le temps passé…)

Qui n’a jamais entendu cette chanson extraite du film Les Misérables, roman de Victor Hugo adapté par les Américains au cinéma ?

Hé bien ce petit extrait de cette chanson aurait pu être le slogan de la nouvelle campagne de publicité du FOREM (service public de l’emploi et de la formation en Wallonie, Belgique, l’équivalent de notre Pôle emploi en France, anciennement ANPE) lancé en début janvier !

les-filles_osez-realiser-vos-reves-devenez-auxiliaire-de-menage_les-miserables_wp

Mais à la place, cet organisme a préféré opter pour un slogan innovateur : « Osez réaliser vos rêves… Devenez AUXILIAIRE DE MÉNAGE » (pour les filles) ou encore « Osez réaliser vos rêves… Devenez MAÇON » (pour les garçons) !

Super campagne de pub, non ? Moderne (dans les années 50), qui casse les codes (les filles au ménage, les garçons au charbon), qui se veut provocante (stéréotypée), qui montre une véritable volonté d’égalité et d’équité entre les hommes et les femmes…

Voilà un service public qui affiche une réelle intention de faire changer les mentalités !

Et tout le monde l’a bien compris, puisque les internautes ont été nombreux à faire part de leur réaction sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, une internaute a posté avec humour ceci :

les-filles_osez-realiser-vos-reves-devenez-auxiliaire-de-menage_martine_wp

Quant au collectif pour l’égalité Femmes Prévoyantes, il a déclaré : « Ce matin, c’est un mauvais goût, un humour douteux et des stéréotypes exécrables qui nous sont jetés en pleine figure. Preuve qu’après toutes ces années de combats féministes, il est encore utile de rester vigilant(e)(s), car nos vieux démons peuvent venir nous hanter même plus de 50 ans… démons qui peuvent prendre des formes aussi innocentes que celle d’une petite fille avec des bigoudis ridicules sur la tête. »

Sur la même lignée, Isabelle Simonis (PS), ministre en charge des Droits des femmes et de l’Égalité des chances en Fédération Wallonie-Bruxelles, a précisé : « Cette publicité du Forem est clairement sexiste et n’est pas favorable à l’émancipation des femmes. »

Devant cet encouragement qui félicitait l’initiative rebelle de ce service public, ce dernier s’est trouvé dans l’obligation de se justifier. Sa directrice, Marie-Kristine Van Bockestael, a ainsi regretté ce cliché en expliquant au journal Le Soir qu’il était passé « entre les mailles du filet ». Et sur Twitter, le FOREM a aussi présenté ses excuses, confirmant une campagne décalée… (Non, Sans rire !)

les-filles_osez-realiser-vos-reves-devenez-auxiliaire-de-menage_pub_wp

En conclusion, bien que « Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, Montmartre en ce temps-là… «  n’accroche plus « ses lilas jusque sous nos fenêtres », mais Bruxelles épingle dans ses rues les vieux bas de laine de grand-mère à recoudre et par une fille s’il vous plaît !

Sauf lorsque ces métiers de fille prennent des allures de grandeur. Où là, la couture de la ménagère se hissant au rang de la Haute Couture devient une histoire d’hommes (hormis Coco Chanel chez les plus connus), la Cuisine de bobonne s’élevant dans les étoiles ne peut être réalisée que par un grand Chef (homme) car la femme perd d’un seul coup sa capacité à cuisiner…

Enfin, s’agissant des métiers dits masculins exécutés par une femme, soit celle-ci est un garçon manqué ou lesbienne. Il est bien connu que nous les filles, on ne s’intéresse à rien d’autre qu’au vernis à ongles, au maquillage, aux chaussures ou aux fringues !

Bon courage donc aux chômeurs, surtout aux chômeuses !

« Le Luxembourg » en Belgique

Le Luxembourg_en Belgique_extérieur-profil_wp

N’ayant eu la possibilité de vous concocter une recette, au vu de mon départ précipité en Belgique, j’ai toutefois un plan B à vous présenter…

Lors de mon séjour, j’ai eu l’agréable surprise de découvrir culinairement une taverne d’excellence. Je vous la présente donc en quelques grandes lignes.

Taverne quelque peu de prestige puisque certains prix sont élevés et qui n’offre aucun menu ; tous les plats sont à la carte.

Lorsque nous rentrons à l’intérieur, nous sommes de suite plongés dans l’ambiance. Taverne typique avec du bois partout, moquette et parquet brun, fauteuils et canapés en velours rouge, et chaises en bois rustique. Les lumières tamisées donnent du cachet au lieu et des guirlandes électriques lumineuses blanches ont été ajoutées avec goût afin d’apporter un éclairage un peu plus gai,  rendant l’endroit un peu moins austère.

À l’entrée, quatre tables de deux à quatre personnes sont en surélévation dans un coin chaleureux, à droite, près d’une fenêtre. Devant ce coin, à bonne distance, un escalier central divisé en deux, avec rambardes massives, le tout en bois rustique, donne accès à l’étage des deux côtés de l’établissement.

Le Luxembourg_en Belgique_extérieur-gauche_wp

Devant soi, à l’entrée, à droite en dessous du haut escalier, un grand bar longeant presque l’ensemble de l’établissement y est aménagé, une avancée large, devant le bar, donnant accès dans le fond à une autre salle séparée par des vitres insérées entre les grosses poutres, et sur la gauche, aménagée comme une terrasse, une autre partie en surélévation près des fenêtres.

Parlons maintenant du repas…

Quel délice !

La saveur, les quantités, la finesse, etc. Tout est là !

La taverne propose entre autres des gambas géantes grillées accompagnées de riz nature avec une sorte de sauce béarnaise citronnée présentée dans un petit bol à part, une cuisse de lapin à la bière et aux pruneaux, dont les pruneaux entiers ne se battent pas en duel dans l’assiette et sont gorgés de la marinade dans laquelle le lapin a été préparé, un steak tartare nature, « un américain », telle  l’appellation commune d’ici, d’une  quantité et d’une fraîcheur sans équivoque…

Un véritable régal pour les papilles !

Et les vins mis à disposition sont de bons crus dans des prix relativement classiques.

Le Luxembourg_en Belgique_extérieur-droite_wp

Le service est efficace, ni trop long ni trop court en attente, les cuissons sont extrêmement bien respectées, les plats chauds arrivent effectivement chauds… En bref, un zéro faute pour la qualité de la gastronomie !

Le plus ! La taverne ne propose pas à sa carte un plateau de fromages, mais vous pouvez le demander si vous le souhaitez en comptant 6 € le plateau avec tout de même deux portions de chacun des trois sortes de fromage présentées ! Prix donc tout à fait raisonnable.

Mais, la perfection n’existant pas, comme nous le savons…

Les points noirs de l’établissement.

Certains prix !

Malgré l’excellence des plats largement justifiée par les prix imposés, il faut toutefois avoir le porte-monnaie bien accroché…

Pour les gambas géantes, bien qu’elles soient présentées par quatre, subtilement flambées au whisky, grillées, elles coûtent quand même 24,50 €.

Le lapin, cuisson parfaite, quantité de pruneaux impeccable, etc., il coûte 17,50 €.

Au niveau de l’amabilité du personnel de service, n’attendez de vous fendre la poire ! L’ensemble du personnel est sympathique, mais le sourire n’est pas au rendez-vous… C’est un peu… les temps modernes de Charlie Chaplin, pour ceux qui ont connaissance de l’état d’esprit…

Le Luxembourg_en Belgique_intérieur_wp

Bref ! On mange bien ! Mais, on paye bien !

Cela étant, avis aux amateurs de bonne chair et de bon vin… surtout d’un petit peu de bonnes finances, cette taverne vous offre pour un bon rapport qualité-prix un agréable moment gastronomique !

N.B. : Pour des raisons de législations concernant l’autorisation légale de photographies des plats, je n’ai pu vous présenter ces derniers.

Les Pâques sont en deuil en Belgique

Belgique

Vers les 8 heures ce matin, en ce second jour du printemps et au cours de la semaine Sainte des Pâques pour les chrétiens, Jésus n’a pas eu le temps de redescendre… « Dieu » est intervenu avant…

La Belgique est en deuil, comme la plupart d’entre nous et comme tant je peux l’être si profondément, puisque j’ai une partie de ma famille qui est belge et qui vit en Belgique.

Quoi dire ?

34 morts et 200 blessés selon les dernières nouvelles… mais combien d’autres morts suivront ? Et des survivants marqués à jamais qui n’oublieront jamais. Combien de familles détruites ? Combien de chagrins pour satisfaire une minorité d’illuminés qui pensent, enfin qui pensent… détenir la vérité ? Quelle vérité ?

Je ne ressens même plus la colère. Je suis triste. Je suis blessée au plus profond de mon âme de tant de cruauté… Je n’ai plus de mots…

Je ne suis pas croyante. Je rejette toutes formes de religion, d’adhésion aveugle en un ou plusieurs dieux. Je rejette toutes sortes de fanatisme, quels qu’ils soient, ce dithyrambe qui est prêché dans les lieux soi-disant saints, mais bien loin d’être sains, cette abnégation au nom d’un dieu qui empêche de voir au-delà du regard, qui enferme l’humanité dans un sectarisme, dont ces extrémistes ne connaissent même pas la définition…

Les Pâques sont en deuil en Belgique_Bruxelles_wp

Dieu ne créa ni l’homme ni la femme ni quoi que ce soit, c’est l’Homme qui a créé Dieu et les dieux, car il n’y que l’Homme qui puisse créer une telle abomination. Dieu n’a pas créé l’Homme à son image, c’est l’Homme qui a créé Dieu à son image… Et l’image est bien moche aujourd’hui.

Or, bien que malheureusement à mon humble niveau je ne puisse rien faire, je me permets juste d’écrire cet article de dernière minute afin d’apporter mon soutien à toutes ces personnes, ces êtres humains, les vrais, qui n’ont rien demandé à personne et qui ont été là au mauvais moment, au mauvais endroit malgré eux, à toutes ces personnes qui ont perdu la vie ou des proches…

Au fin fond de l’Angleterre dans lequel je me trouve, la bougie qui brûle sur le rebord de ma fenêtre restera allumée toute la nuit comme un message d’espoir… car la vie est et restera. Nous sommes plus que de simples citoyens d’un pays ou de la communauté européenne, nous sommes citoyens du monde et du monde libre ! Et nous sommes l’avenir, car nous, nous avons conscience de la valeur réelle de la vie, car la vie s’est bien certainement un autre combat que celui de se faire exploser et d’entraîner dans sa déchéance des innocents.

Enfin, pour toujours je suis CHARLIE, je suis FRANÇAISE, je suis BRUXELLES UNE FOIS ! Je suis BELGE…