Bye-bye England !

Bye-bye England_icons-flag_wp

Voilà, c’est la fin de mon expatriation en Angleterre. Je vais quitter ce pays pour repartir en France. En expatriation aussi, car je ne reviens pas dans ma ville d’origine, de départ vers l’Angleterre. Direction donc Paris, La Défense, pour 5 ans à nouveau.

Mon retour officiel en France se fera début septembre, normalement. Il faut se remettre dans les cartons, les recherches de logement, etc. Et ce ne sera pas l’etc. qui posera le plus de souci, mais le logement. Paris, c’est Paris…

Hors de question de se loger en appartement et à Paris même. Pour plusieurs raisons. La première et la plus importante est le prix des loyers. La seconde, mon chat qui a pris goût à ses petites ballades en pleine nature et qui à 19 ans ne pourra se refaire à la vie close en appartement. La troisième, le bruit de la ville à laquelle je ne suis plus habituée, qui plus est à 45 ans, selon son caractère bien sûr, lorsque l’on vit dans le calme paisible de la campagne, on aspire à garder cette qualité de vie. La quatrième, la vie tout simplement. Et bien d’autres raisons encore plus personnelles.

Bye-bye England_France-Paris-La-Défense_wp

Ce qui veut dire qu’il va falloir trouver une maison en location à l’extérieur de Paris, pas trop loin et à un prix raisonnable. Inutile de vous dire que la galère va commencer… Sans compter que nous sommes en pleine période de vacances d’été.

Bref, une nouvelle vie va débuter. Je vais partir avec mes souvenirs anglais bons comme mauvais dans mes valises. Et en toute honnêteté, je ne vous mentirai pas en vous disant qu’au jour J de mon départ d’ici, je verserai ma petite larme et que mon cœur sera un peu lourd quand même. Comme toujours, c’est quand on part que l’on prend conscience que le temps est passé si vite et qu’on le veuille ou pas, on s’est attaché à cette contrée qui n’est pas la sienne.

On revient aussi dans son pays n’étant plus vraiment le sien non plus. On va redécouvrir ce pays qui a changé sans nous. On ne restera également que pour 5 ans, sans connaître l’après. On va arriver avec cette petite appréhension que l’on a ressentie en débarquant ici en Angleterre, l’inconnu. Cette impression d’entrer dans un pays étranger…

Bye-bye England_icons_wp

Et je ne vous cacherai pas plus que l’excitation n’est pas au rendez-vous pour le moment. Elle viendra une fois sur place. C’est comme cela que je fonctionne. Je me concentre sur mes objectifs. Dès qu’ils sont réalisés, je peux alors pleinement profiter de cette nouvelle vie.

Concernant mon blog maintenant, il continuera, évoluera et je partagerai avec vous cette nouvelle aventure parisienne. Il sera toutefois en stand-by le temps que je m’établisse. Je pense que vous le comprenez. Mais dans l’immédiat, je vous retrouve comme d’habitude au quotidien. Je vous préviendrai en temps voulu pour sa mise en veille.

Publicités

Les dangers de la « fish therapy »

Les dangers de la_fish therapy_wp

Une américaine d’une vingtaine d’années a perdu 6 ongles de pieds après une séance de « fish therapy », dans son cas une « fish pédicure ». Elle a contracté une onychomadèse, une pathologie des ongles entraînant leur chute spontanée. En cause, l’eau des bassins ne pouvant être désinfectée entre chaque client.

Ce soin consiste à plonger ses pieds, ses mains ou l’ensemble du corps, dans un aquarium rempli de Garra rufa. Ces petits poissons originaires du Moyen-Orient, appelés poissons-docteurs, auraient des vertus exfoliantes et pourraient soigner des maladies de peau en se nourrissant des squames et des impuretés de la peau.

Dans l’étude, traitant du cas de cette américaine, parue le 3 juillet dernier dans la revue JAMA Dermatology, Shari R. Lipner, doctoresse en dermatologie à l’hôpital Weill Cornell Medicine à New York aux États-Unis, a expliqué : « Les fish pédicures ont connu un pic de popularité il y environ 10 ans et sont encore tendance aujourd’hui. Leur attrait est dû à des affirmations infondées selon lesquelles leur traitement rendrait les pieds plus lisses et plus frais, augmenterait la circulation sanguine, éliminerait les champignons et les bactéries et soignerait le psoriasis et l’eczéma ».

Les dangers de la_fish therapy_onychomadèse_wp
Les ongles de la jeune américaine 6 mois après sa séance de fish pédicure – photo de l’article dans la revue JAMA Dermatology

Concernant la maladie contractée par la jeune américaine, la dermatologue a précisé : « À ma connaissance, il s’agit du premier cas d’onychomadèse provoqué par une fish pédicure. Bien que le mécanisme exact soit inconnu, il est probable que le traumatisme provoqué par les morsures répétées des poissons entraîne l’arrêt de la production du plat de l’ongle. […] Il existe un certain nombre de risques inhérents à la pédicurie avec lesquels les dermatologues devraient se familiariser. Les baignoires et les poissons ne peuvent être correctement désinfectés entre les personnes pour ne pas tuer les Garra rufa et les mêmes poissons sont généralement réutilisés pour plusieurs personnes successives. Ainsi, il existe des possibilités de transmission d’infections entre les personnes subissant ces pédicures ».

Dans l’étude, il a été également noté que « plusieurs bactéries capables de provoquer des maladies chez l’Homme ont été isolées à partir de lots de Garra rufa et d’eaux provenant de 24 stations thermales ». D’ailleurs 2 cas de Staphylococcus aureus (staphylocoque doré) et 1 cas de Mycrobacterium marinum (bactérie aquatique) du pied ont été signalés suite à une « fish pédicure ». Ce type de soin a été interdit dans au moins 10 États aux États-Unis.

Les dangers de la_fish therapy_fish-pedicure_wp

En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) avait publié un avis en avril 2013 en déclarant : « Il existe un risque potentiel de transmission d’agents pathogènes d’origine humaine ou animale par le biais de l’eau ou des poissons, au cours de la pratique de fish pédicure ». Elle recommandait par conséquent « l’encadrement strict de cette pratique afin de prévenir les risques d’infection des utilisateurs et des professionnels ». Les experts estimaient aussi que « certains usagers (diabétiques, immunodéprimés, usagers ayant des lésions cutanées aux pieds) constituaient une population sensible à risque plus important d’infection ». Enfin, en mai 2016, le Haut Conseil de la Santé Publique s’étant intéressé à ce phénomène avait de même conclu à la possibilité d’un risque infectieux.

USA : un garçon de 10 ans battu à mort par ses parents

USA_un garçon de 10 ans battu à mort par ses parents_Californie-Los-Angeles-flag_wp

Selon le journal quotidien Los Angeles Times, un garçon de 10 ans, Anthony Avalos, a été retrouvé inconscient à son domicile à Lancaster, nord de Los Angeles, le 20 juin dernier. Le lendemain, il succombait à ses blessures à l’hôpital.

Les premières investigations ont révélé que l’enfant aurait confié à sa famille qu’il aimait les garçons avant d’être battu violemment la semaine précédente son décès.

À la découverte du petit garçon inconscient, la mère de ce dernier aurait alors déclaré qu’il était accidentellement tombé. Mais son corps était couvert de brûlures de cigarettes et de larges entailles étaient présentes au niveau de sa tête.

USA_un garçon de 10 ans battu à mort par ses parents_Californie-Los-Angeles-seal_wp

Bien que la cause réelle de la mort du petit garçon n’ait pas été encore établie, le service de protection de l’enfance de Los Angeles a affirmé qu’Anthony venait très récemment de s’interroger sur son orientation sexuelle auprès de sa famille.

La police enquête actuellement afin d’établir ainsi une corrélation entre le « coming-out » de l’enfant et sa mort subite.

Le 26 juin, la mère d’Anthony, Heather Barron, et son petit-ami, le beau-père du garçon, Kareem Leiva, ont été entendus par une cour de justice afin de déterminer s’ils étaient en capacité de conserver la garde de leurs six enfants. La justice a décidé qu’ils n’étaient pas en mesure d’assurer leur sécurité. Les enfants ont donc été placés en foyer d’accueil. Ni la mère, ni le beau-père d’Anthony, n’ont été pour le moment reconnus responsables de la mort de celui-ci. L’enquête suit toujours son cours.

USA_un garçon de 10 ans battu à mort par ses parents_Californie-Los-Angeles-Lancaster-flag_wp

Cependant, de nombreux témoignages ont corroboré les actes de maltraitance dont était victime Anthony. Sa tante a déclaré à la télévision locale CBS Los Angeles (CBSLA) qu’elle soupçonnait sa sœur et son conjoint d’abuser de son neveu. D’après ses dires, dès 2015, elle aurait informé les services de l’enfance de ces abus sans qu’aucune mesure ne fut prise par la suite. « Il nous avait raconté qu’il aurait été enfermé dans une pièce et qu’il n’avait pas le droit d’utiliser la salle de bain », a-t-elle expliqué. Elle a même ajouté que le petit garçon ainsi que ses frères et sœurs lui avaient dit qu’ils avaient été contraints de manger des ordures. Aujourd’hui, elle se sent coupable de n’avoir « pas pu faire plus pour Anthony ».

Enfin, selon les informations du journal Los Angeles Times, 16 appels avaient été passés aux services sociaux depuis 2013 à propos des parents, dont au moins 13 concernaient Anthony qui semblait être davantage la cible de violences de la part des parents que ses frères et sœurs.

USA_un garçon de 10 ans battu à mort par ses parents_LGBT-flag_wp

En 2017, l’association SOS-Homophobie avait déclaré avoir reçu 1 575 témoignages en 2016, soit 19,5 % de plus qu’en 2015, d’actes haineux à l’encontre des LGBT.

Affaire à suivre…

USA : la fondatrice de la startup Theranos risque jusqu’à 20 ans de prison pour fraude

USA_la fondatrice de la startup Theranos risque jusqu'à 20 ans de prison pour fraude_Silicon-Valley_wp

Elizabeth Holmes a créé la startup Theranos en 2003 à l’âge de 19 ans. Elle promettait des diagnostics plus rapides et moins coûteux que ceux des laboratoires traditionnels grâce à des méthodes révolutionnaires permettant d’effectuer jusqu’à 200 analyses avec une très faible quantité de sang. En 2015, elle avait été nommée par le magazine Time parmi les 100 personnalités les plus influentes.

Suite à une série d’articles fin 2015 parue dans le Wall Street Journal qui avait commencé à émettre des soupçons sur la réelle efficacité de ses méthodes, le ministère de la Santé américaine s’était saisi de l’affaire.

USA_la fondatrice de la startup Theranos risque jusqu'à 20 ans de prison pour fraude_Californie-Santa-Clara-County-seal_wp

Aujourd’hui, cette ex-étoile montante de la Silicon Valley et son associé Ramesh Balwani risquent 20 ans de prison pour escroquerie. Ce qu’a annoncé ce 15 juin les services du procureur fédéral pour la Californie du Nord. Un énorme coup pour le secteur américain des hautes technologies qui tendent de plus en plus à confondre vitesse et précipitation.

La justice américaine a affirmé qu’Elizabeth Holmes et Ramesh Balwani savaient que « leur système avait des problèmes de fiabilités, ne permettait de faire qu’un nombre limité de tests et était plus lent que d’autres systèmes sur le marché ». La fraude est évaluée à « plusieurs millions de dollars ». Ils risquent tous deux jusqu’à 20 ans de prison ainsi que de très lourdes amendes.

USA_la fondatrice de la startup Theranos risque jusqu'à 20 ans de prison pour fraude_Californie-Santa-Clara-City-seal_wp

Selon l’acte d’accusation, des centaines de patients ou leurs assurances ont payé des tests sanguins, parfois après que des médecins, eux aussi trompés, leur avaient recommandé la startup Theranos basé à Palo Alto, dans le Comté de Santa Clara, en plein cœur de la Silicon Valley. Les autorités fédérales ont déclaré : « De plus, ils ont délivré aux médecins et aux patients des résultats de tests qui étaient inexacts ». Elles ont également précisé qu’une grande partie des tests avait été réalisée à l’aide d’autres systèmes déjà disponibles dans le commerce.

Alex Tse, procureur de l’État américain a expliqué : « Petits comme gros investisseurs du monde entier sont attirés par la Silicon Valley grâce à son histoire, ses talents et ses promesses. Ils sont aussi attirés par le fait que derrière l’innovation et l’esprit d’entreprise, il y a des règles qui exigent l’honnêteté, le fair-play et la transparence ». Il s’est de même engagé à poursuivre « tous ceux qui ne respectent pas les règles qui font marcher la Silicon Valley ».

USA_la fondatrice de la startup Theranos risque jusqu'à 20 ans de prison pour fraude_SEC-seal_wp

Peu de temps avant le jour de l’inculpation, Theranos avait annoncé qu’Elizabeth Holmes abandonnait ses fonctions de directrice générale, mais qu’elle restait à la tête du conseil d’administration.

À la mi-mars 2018, l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, Securities and Exchange Commission (SEC), avait déjà lancé une accusation d’escroquerie à l’encontre d’Elizabeth Holmes et de Ramesh Balwani. Selon la SEC, ils étaient parvenus à récolter 700 millions $ en exagérant ou en mentant sur leur produit et leurs prévisions financières. Aux termes d’un accord à l’amiable, la fondatrice s’était engagée à payer une amende de 500 000 $ ainsi qu’à céder le contrôle financier de la startup en soldant alors la partie purement financière du dossier mais pas celle des poursuites pénales.

USA_la fondatrice de la startup Theranos risque jusqu'à 20 ans de prison pour fraude_Silicon-Valley-Palo-Alto-Santa-Clara-County_wp

En 2014, la fortune d’Elizabeth Holmes était estimée à 3,6 milliards $ par le magazine économique américain Forbes, la plaçant au rang de la plus jeune milliardaire n’ayant pas hérité de sa fortune. Sa startup était, elle, évaluée à près de 10 milliards $.

Dans une situation fâcheuse depuis plus de deux ans, Theranos a fermé progressivement plusieurs laboratoires et licencié des centaines de salariés. Malgré tout, Elizabeth Holmes tenterait à nouveau de séduire des investisseurs pour créer une nouvelle société, selon le journaliste John Carreyou, qui avait révélé l’imposture dans le Wall Street Journal et sorti un livre sur cette affaire en mai. Dans une interview récente auprès du magazine Vanity Fair, celui-ci l’avait décrite en ces termes : « Je pense qu’elle a des tendances sociopathes. Parmi ces tendances, il y a le mensonge pathologique ».

Le blog d’une expat…

Le blog d'une expat..._madeleine-et-cup-of-tea_wp.jpg

Un autre blog d’une expatriée auquel je suis abonnée depuis peu. Il s’appelle « madeleine et cup of tea ».

Son auteur raconte entre autres le quotidien de son expatriation… en Angleterre ! Eh oui une de mes congénères qui a aussi émigré vers le pays où je vis depuis quelques années ! Mais pas dans le même endroit.

Inutile de vous dire que certains points de son quotidien sont similaires aux miens. Il y a d’ailleurs l’un d’eux, auquel on ne penserait pas de prime abord, qui m’a rajeunie de cinq ans.

Loin d’être « tiré par les cheveux », bien qu’il soit l’intitulé de son article, ce point pourrait être commun à toutes les femmes. Il ne fallait du reste qu’une femme pour l’évoquer. Même si celui-ci est désormais dans un lointain passé pour ma part, il reste un point noir pour certaines d’entre nous, notamment pour l’auteur de ce blog.

Je ne vous ferai davantage patienter en ne vous disant pas de quoi il s’agit. Ce point est le coiffeur !

Je vous invite donc à lire son article (en lien sous l’intitulé) sur le sujet tant il est drôle et si vrai…

France : rebondissement dans l’affaire Lelandais

France _rebondissement dans l'affaire Lelandais_Pont-de-Beauvoisin_wp.jpg

Alors que l’autopsie de la petite Maëlys a révélé que celle-ci n’avait pas subit de violences sexuelles avant son décès, de nouvelles accusations de pédophilie se portent aujourd’hui pourtant sur Nordahl Lelandais, l’ancien maître-chien de 34 ans qui a avoué le meurtre de la fillette.

L’étude du téléphone portable de celui-ci a dévoilé une vidéo sur laquelle une petite fille subit une agression sexuelle. Selon des sources proches du dossier et rapportée par BFM, cette fillette âgée de moins de 7 ans serait la cousine du meurtrier.

Cette vidéo aurait été tournée une semaine avant l’enlèvement et le meurtre de Maëlys, dans la nuit du 26 au 27 août 2017, pendant une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Selon ces plusieurs sources, la vidéo aurait été filmée chez les parents de Nordahl Lelandais, lequel y résidait jusqu’à son arrestation. Et d’après les informations relayées par BFM, la fillette sur l’enregistrement serait victime de violences sexuelles de la part de Nordahl Lelandais, lui-même, lequel n’a pas été encore confronté à cette vidéo.

Suscitant de nombreuses interrogations, cet individu, qui a été mis en examen pour le meurtre de Maëlys et d’Arthur Noyer, fait aussi l’objet d’étude par les enquêteurs afin de savoir s’il existerait un lien entre celui-ci et une vingtaine de dossiers de disparitions non élucidées.

Belgique : l’attaque de Liège

Belgique_l'attaque de Liège_wp.jpg

Ce n’est malheureusement pas une nouvelle récente et très joyeuse en soi. Tout le monde a entendu parler de cette attaque menée le 29 mai à Liège en Belgique par un assaillant qui a tué 2 policières et 1 étudiant. Le lendemain sans vraiment grande surprise, Daesh a revendiqué cette attaque.

Une parmi tant d’autres. Quelle solution pourrait-il avoir afin de mettre un terme à cette folie meurtrière ? Que font concrètement nos gouvernants contre ce groupe extrémiste ?

De nombreuses autres questions peuvent se poser sans que nous, simples citoyens, ayons les réponses. Et quand bien même les aurions-nous, que pourrions-nous en faire ? Rien ! Nous n’avons aucun pouvoir à notre niveau. Nous ne pouvons qu’apporter notre soutien moral aux proches des victimes. Nous ne sommes que des spectateurs impuissants dans l’espoir d’un meilleur futur.

À la mémoire des morts et nos pensées aux survivants…

Des courges qui rendent chauve…

Des courges qui rendent chauve..._wp

Fait divers pour le moins surprenant, même inquiétant, qui a été rapporté par plusieurs magazines sur leur site Internet.

Je vous invite sans plus tarder à les consulter :

Vous ne considérez ainsi plus les courges de la même manière…

Bonne lecture !

Chili : 34 évêques démissionnent pour raison de pédophilie

Chili_34 évêques démissionnent pour raison de pédophilie_flag_wp

Ce vendredi 18 mai, la conférence épiscopale chilienne a annoncé la démission de 34 de ses évêques auprès du pape François suite à un rapport sur un scandale de pédophilie au Chili. « Nous, tous les évêques présents à Rome, avons remis nos postes entre les mains du Saint-Père afin qu’il décide librement pour chacun d’entre nous », précisait un communiqué lu devant la presse.

Après trois jours de rencontres avec le pape au Vatican, les évêques ont déclaré : « Nous voulons demander pardon pour la douleur causée aux victimes, au pape, au peuple de Dieu et à notre pays pour les graves erreurs et omissions que nous avons commises. Nous remercions les victimes pour leur persévérance et leur courage, malgré les énormes difficultés personnelles, spirituelles, sociales et familiales qu’elles ont dû affronter, auxquelles s’ajoutaient souvent l’incompréhension et les attaques de la communauté ecclésiale. Nous implorons leur pardon et leur aide pour continuer à avancer sur le chemin de la guérison des blessures, pour qu’elles puissent se cicatriser ».

Le pape François avait annoncé la veille des « changements à court, moyen et long terme pour rétablir la justice » au sein d’une Église chilienne contaminée par des scandales de pédophilie, dans une lettre adressée aux 34 évêques chiliens rencontrés à quatre reprises au Vatican entre le mardi 15 et le jeudi 17 mai.

Il n’y a vraiment que les voies du Seigneur qui soient impénétrables…

Maurane 1960 – 2018

FRANCE-MUSIC-VICTOIRES-AWARDS

Il n’est pas toujours facile d’être au courant de tout ce qui se passe chez nous lorsque nous sommes expatriés. Ce n’est que récemment en faisant des recherches sur le Net que j’ai appris cette triste nouvelle.

La chanteuse belge Maurane est décédée le 7 mai dernier. Elle a été retrouvée sans vie à son domicile de Shaerbeek en périphérie de Bruxelles dans la soirée. Elle était âgée de 57 ans.

Alors qu’après deux ans d’absence sur la scène à cause de problèmes aux cordes vocales la chanteuse avait annoncé son retour, la disparition soudaine de cette dernière a suscité l’intérêt de la justice. Rapporté par le média bruxellois Belga News Agency, le magistrat du parquet a déclaré qu’ « une information judiciaire a été ouverte […] il s’agit d’une mort qui n’est pas considérée comme suspecte par l’intervention d’un tiers ». En parallèle, une autopsie a été réalisée afin de déterminer les causes de la mort.

Née le 12 novembre 1960 à Ixelles, commune de Bruxelles-Capitale, d’une mère pianiste et d’un père directeur d’une académie de musique, Claudine Luypaerts, de son vrai nom, grandit à Sharbeek, une autre commune de Bruxelles. Dès l’adolescence, elle participa à des concours de chant. En 1979, elle tint un rôle dans un spectacle musical en hommage à Jacques Brel. En 1980, elle enregistra son premier disque J’me roule en boule. En 1986, elle sortit son premier disque Danser. En 1988, elle fut connue en France grâce à son rôle de Marie-Jeanne la serveuse automate dans la seconde version de Starmania, l’opéra-rock de Luc Plamondon et Michel Berger. Grande admiratrice de Claude Nougaro, elle lui avait d’ailleurs dédié un disque de reprises dans les années 2000. Au cours de sa carrière, elle publia une douzaine d’albums. Au cinéma, elle donna la réplique à François Cluzet dans Le Collier rouge, dernier film du réalisateur Jean Becker sorti en début d’année.

En 2016, suite à des soucis aux cordes vocales lui valant une intervention chirurgicale elle dut ainsi interrompre sa carrière. Mais, « Aujourd’hui, je remets officiellement les pieds sur scène après plus de deux ans d’absence. Je ne vous dirai pas dans quel état je suis… Vous devez vous en douter », avait-elle écrit en tout début de mai sur sa page Facebook.

Elle était en préparation d’une tournée programmée pour le printemps 2019 ainsi qu’un album consacré à Jacques Brel, dont sa sortie était prévue en automne à l’occasion du 40e anniversaire de sa mort.

Lara Fabian et Christophe Willem furent parmi les premiers à lui rendre hommage sur les réseaux sociaux.

Enfin, que l’on aimait ou pas cette chanteuse, il est incontestable de reconnaître qu’une belle voix nous a quittés.