France : un aide-soignant violent envers une femme de 98 ans

Icono aislado asilo de ancianos azul

De nos jours, la violence est partout, dans nos rues, nos maisons… Elle semble régir nos vies, être devenue une banalité un peu trop quotidienne, à tel point que l’on se demande quel avenir nous attend. On ne sait pas où l’on va, mais on y va, et pas forcément vers le bien.

Cette affaire révélée par le journal Le Parisien en est encore une triste preuve…

Publicités

Une histoire d’amour

Une histoire d'amour_coeurs-dentelle_wp

Toute Saint-Valentin célèbre son histoire d’amour. De belles histoires même, comme celle que j’ai entendue récemment.

Une histoire d'amour_coeurs-chaises_wpUn homme, que nous allons appeler Henri, et sa femme, que nous allons nommer Louise, âgés tous les deux de 70 ans, vont fêter leur premier anniversaire de mariage le jour de la Saint-Valentin. Ils ont connu des histoires d’amour avant, chacun de leur côté, sans jamais s’être mariés ni avoir eu d’enfant.

Cette simple histoire peut paraître d’apparence banale. Cependant derrière cela se cache un amour inconditionnel.

Une histoire d'amour_coeur-roses-chocolat_wpHenri et Louise se sont rencontrés la première fois à l’école primaire. Ils ont partagé les mêmes classes et les mêmes professeurs. Ils ne se sont jamais quittés durant les cinq années de primaire. Puis, la vie a suivi son cours. Henri a dû déménager avec ses parents dans le nord de la France. Louise est partie vivre à l’étranger avec sa famille. Ils n’ont réussi à garder contact et se sont alors perdus de vue. Mais ce puissant amour entre eux ne les a jamais abandonnés. Les années ont passé. Ils ont chacun de leur côté fait des rencontres, eu des vies de couple, sans vouloir s’engager ni avoir des enfants.

Une histoire d'amour_coeurs-ours-nuage_wpIl y a un an, en faisant leurs courses dans un supermarché, ils se sont croisés par hasard dans un rayon et se sont immédiatement reconnus. Ils ont ensuite partagé leur parcours de vie en se disant qu’ils n’ont jamais voulu épouser un autre qu’eux ni avoir d’enfant avec un autre non plus. Après leurs retrouvailles, célibataires tous les deux, ils ont chacun vendu leur appartement, acheter un bien immobilier ensemble et se sont mariés dans la foulée. Ils avaient enfin retrouvé l’amour de leur vie, leur âme sœur.

Aujourd’hui, ils coulent des jours heureux et paisibles en Espagne dans leur maison en s’apprêtant à fêter leur première véritable Saint-Valentin…

Suffragette

Suffragette_poster_wp

Film historique britannique réalisé par Sarah Gavron, sorti en 2015. Il est disponible sur le site Netflix. Ce film a été le premier dans l’histoire ayant pu être tourné dans l’enceinte du Parlement anglais.

Suffragette, Les suffragettes en français, relate le combat de femmes de toutes conditions pour obtenir le droit de vote. Angleterre, 1912-1913, Maud (Carey Mulligan), une jeune ouvrière travaillant dans une blanchisserie finit par s’engager dans le mouvement des « suffragettes », initié par Emmeline Pankhurst (Meryl Streep), leader du mouvement Women’s Social and Political Union (Union sociale et politique des femmes), auprès d’Édith (Helena Bonham Carter), d’Emily Davison (Nathalie Press) et de bien d’autres.

Circa 1911: British suffragette Emmeline Pankhurst (1858 – 1928), being jeered by a crowd in New York. (Photo by Topical Press Agency/Getty Images)

Des manifestations pacifistes à des actions plus radicales, bombardements de boîtes aux lettres jusqu’à l’explosion d’une résidence parlementaire vide, ces femmes mettent tout en œuvre pour se faire entendre.

Pourchassées, abandonnées parfois par leur mari, malmenées par la police, incarcérées même plusieurs fois, elles ne lâchent rien pour obtenir ce droit de vote. Il faudra la mort d’Emily Davison pour que leurs voix soient enfin écoutées.

Suffragette_Emily-Davison_wp
Portrait of Emily Davison, british suffragette, who ran in front of the King’s horse at the 1913 Epsom Derby and was considered a martyr by her fellow suffragettes.

En 1913, les suffragettes se rendent au Derby d’Epsom pour y rencontrer le roi George V. Ne pouvant l’approcher, Emily franchit les barrières de sécurité et pénètre sur la piste où se déroule la course hippique. Percutée de plein fouet par le cheval de course de George V, une banderole à la main mentionnant ses convictions, elle perd conscience et décède quatre jours plus tard d’une fracture du crâne. Cette tragédie fait la Une des journaux jusqu’à l’international et permet aux femmes britanniques d’obtenir le droit de vote en 1918, mais seulement à partir de l’âge de 30 ans, alors que les hommes votent dès 21 ans. Elles devront attendre 1928 pour avoir le même droit de vote que les hommes.

Suffragette_Emily-Davison-mort-accident-1913-derby-epsom_wp
Emily Davison (1872 – 1913) is fatally injured as she tries to stop the King’s horse ‘Amner’ at Epsom on Derby Day, to draw attention to the Women’s Suffragette movement, 4th June 1913. (Photo by Arthur Barrett/Hulton Archive/Getty Images)

Le film se termine sur des images d’archive, dont la séquence filmée lors de la marche des suffragettes accompagnant le tombeau funéraire de leur sœur de lutte. S’ensuit le générique final sur la liste des pays et leur année d’accord du droit de vote pour les femmes.

Ce film plus que poignant est très évocateur de cette lutte des femmes à cette époque. Il retrace avec force et beaucoup de justesse les douleurs et la considération sociale de la femme plus que médiocre au début du 20e siècle. Il nous révèle une période qui fut très difficile pour les femmes. Surtout, il nous permet de relativiser par rapport à aujourd’hui et nous montre un vrai combat qui a profondément changé le statut social comme privé de la femme. Alors qu’actuellement certaines lancent des hashtags à tout bout de champ sur les réseaux sociaux, montrent leurs poils ou leur cellulite sur Instagram, ces femmes-là, elles, menaient un véritable combat. Elles étaient des féministes sans pour autant le crier sur tous les toits ou même y prétendre…

Suffragette_story_wp

L’intimité filmée

l'intimité filmée_bonhomme-loupe-puzzle_wp

Vendredi 25 janvier, durant la semaine de prévention du cancer du col de l’utérus, Chloe Delevingne, la sœur de Cara Delevingne, a passé un examen gynécologique en direct sur la BBC Two dans l’émission Victoria Derbyshire Show. La doctoresse Philippa Kaye a ainsi pratiqué sur elle un frottis devant les caméras, un prélèvement de cellules de quelques secondes.

Les objectifs d’une telle séquence étaient d’augmenter le nombre de dépistage du cancer du col de l’utérus et de rassurer les femmes qui pourraient appréhender cet examen.

À quand l’examen cœlioscopique filmée en direct pour les hommes ?

Sous la neige…

sous la neige..._terrasse-maison1_wp

De retour parmi vous les amis ! Un retour sous la neige. Ayant quitté un lieu à – 6°C avec un soleil radieux, je retrouve mon coin de la région parisienne avec 6°C et un ciel chargé de neige. De gros flocons tombent comme un rideau. Un beau manteau blanc commence à s’étendre sur le sol…

L’hiver, tel que je l’entends, est enfin là !

Le verdict est aussi tombé. La charmante blogueuse Sabrina a endossé la robe d’un juge et m’a déclarée non coupable et libre de repartir avec tous mes cartons.

Je vais donc de ce pas poursuivre le remplissage de ces dits cartons en vous souhaitant à tous et toutes une belle journée sous la neige…

sous la neige..._terrasse-maison2_wp

Le « Januhairy »

le_januhairy_rasoirs-manuels_wp

Il semblerait qu’il n’y a pas que dans les rues que les voitures ou les esprits s’enflamment actuellement. Internet aussi.

Alors que le « dry January » a vu le jour, un bon défi qui consiste à arrêter de consommer de l’alcool durant tout le mois de janvier, un autre plus équivoque, inspiré plus ou moins de celui-ci, a déferlé sur la toile comme un nid d’araignée qui aurait éclaté.

À l’instar du « dry January », le « Januhairy » est un challenge proposé aux femmes reposant sur le fait d’arrêter de s’épiler pendant tout le mois de janvier, en vue d’aider les femmes à s’accepter telles qu’elles sont.

Relayé par la BBC, ce « mouvement » serait en train de faire fureur en ce moment sur le Net. Laura Jackson, une étudiante anglaise de 21 ans, à l’origine de ce défi, invite ainsi les femmes à ne pas s’épiler tout le mois de janvier et à partager des photos de leurs poils sur les réseaux sociaux pour « s’aimer et s’accepter » au naturel.

le_januhairy_rasoir-manuel-bois-olivier_wp

La jeune femme s’est exprimée via un long post afin d’expliquer une telle démarche : « À l’origine, j’ai laissé pousser les poils de mon corps dans le cadre d’une performance pour mon diplôme de théâtre en mai 2018 […] Je me suis sentie libérée et j’ai eu davantage confiance en moi-même si certaines personnes autour de moi ne comprenaient pas ou n’étaient pas d’accord avec le fait que j’arrête de me raser […] J’ai réalisé qu’il y avait encore tellement de choses à faire pour que l’on puisse être capable de s’accepter les uns les autres pleinement et réellement […] Après quelques semaines à m’y habituer j’ai commencé à aimer mes poils. J’ai aussi commencé à apprécier le fait de ne pas avoir à me raser régulièrement […] Ce n’est pas une campagne de haine à l’intention de celles ou ceux qui ne comprennent pas qu’avoir des poils c’est normal, mais plutôt un projet pour se mettre en valeur et mieux se comprendre les uns, les autres ».

Touchées par ce discours, de nombreuses femmes ont décidé de rejoindre le mouvement et ont publié des photos de leur corps poilu.

Que dire ?

le_januhairy_rasoir-manuel-miroir-égypte-antique_wp

Ce défi a le seul mérite d’être au moins sans danger, sans douleur, sans les conséquences dramatiques de certains autres challenges et sans risque létal. Hormis cette distinction, la lutte pour les droits des femmes dans le monde étant de plus en plus bien mis à mal se déplume à la vitesse des poils qui poussent…

Petite parenthèse. À l’image de cette photo ci-dessus représentant un nécessaire à rasage, composé d’un miroir et d’un rasoir, retrouvé dans une tombe égyptienne datant d’entre 1492–1473 av. J.C., les Égyptiens et Égyptiennes de l’époque antique se rasaient pour des mesures d’hygiène.

Happy New Year 2019 !

Happy New Year 2019_avatar-les-chroniques-mortes-ou-vives_wp

Bonne et heureuse année à tous et toutes !

Nous y sommes ! Une nouvelle année commence, qu’elle vous permette de réaliser vos rêves ou tout du moins qu’elle vous aide à vous en rapprocher.

Surtout que l’année 2019 vous apporte beaucoup de joie et de bonheur, qu’elle soit plus sereine et pacifique…

Enfin, je vous souhaite encore à tous et à toutes un excellent

Happy New Year 2019_nouvel-an-carte_wp

L’esprit de Noël

L'esprit de Noël_anges-père-noël_wp

Mercredi dernier, les enfants de l’hôpital de Corbeil-Essonnes ont vécu un véritable conte de Noël.

La brigade de la gendarmerie de Mennecy a endossé le costume du Père Noël le temps d’une journée en offrant à ces enfants quatre consoles de jeu neuves. Celles-ci avaient été saisies lors d’une perquisition chez un individu soupçonné de recel, ne pouvant justifier leur provenance. Ces PlayStation allaient être détruites. Thomas, maréchal des logis-chef (sous-officier au sein de la Gendarmerie nationale), à l’origine de cette décision, a ainsi déclaré : « Il s’agissait bien de consoles volées […] Ces consoles devaient partir à la destruction. Comme on est déjà venus avec des gardés à vue j’ai pensé à l’hôpital, et ils m’ont dit que ça les intéressait. »

Un beau geste qui sans surprise donna le sourire à de nombreux enfants, mais aussi, tel que l’a expliqué un porte-parole de l’établissement : « C’est une manière comme une autre de les relaxer, leur éviter les angoisses et les douleurs […] C’est important durant leur séjour ici. C’est aussi un moyen de faire diversion durant un acte douloureux. C’est une méthode antalgique reconnue. »

Un bel esprit de Noël en cette période troublée…