Un petit ami hors du commun

Un petit ami hors du commun_usa-indiana-flag_wp

Lorsque le bilan de l’année écoulée a été établi, la tendance s’est voulue être négative. Ce qui est malheureusement, d’année en année, l’état d’esprit majoritaire des individus. Or, à force de retenir plus le mauvais que le bien, on passe à côté des bonnes petites actions du quotidien qui changent des vies.

Dans l’Indiana, aux États-Unis, Addi Rust, une élève à l’école de Pendleton Heights, avait trouvé sa robe idéale pour le bal de promo. Mais elle ne pouvait se l’offrir. Elle en parle alors à son petit ami Parker Smith, aussi élève à la même école, et lui dit en plaisantant : « Parker, pourquoi ne fais-tu pas ma robe ? »

Le jeune homme décide de répondre à ses attentes. Sans aucune notion de couture, après l’esquisse de quelques croquis, il apprend à coudre avec sa grand-mère durant plusieurs mois afin de réaliser la robe de Cendrillon pour sa petite amie. Il finit la robe la veille du bal.

Bien que la jeune femme sache pour la robe, elle n’avait jamais imaginé un résultat si parfait. « Je prends une minute pour me vanter d’avoir cet homme parce que je pense que c’est la chose la plus cool à laquelle je n’ai jamais participé. Parker a fait ma robe de bal, je suis toujours sans voix. J’ai tellement de chance de l’avoir comme meilleur ami ! » a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Addi ne fut pas la seule à avoir été émue par ce geste romantique et la beauté de la robe. Bob Harbin, ancien directeur de casting chez FOX et directeur du spectacle « Cendrillon » au Footlite Musicals (un théâtre des arts du spectacle à Indianapolis), a contacté Parker Smith via l’un de ses professeurs de Pendleton Heights. Le jeune homme s’est surpassé en confectionnant alors une robe double, une robe paysanne se transformant en une robe de Cendrillon.

Même si le jeune homme n’est pas encore diplômé, il a déjà un brillant avenir devant lui !

Ocean Art Underwater

Ocean Art Underwater_phoque-crabier-Lobodon-carcinophagus-péninsule-antarctique-photo-greg-lecoeur_wp
Phoque crabier (Lobodon carcinophagus) – Péninsule Antarctique – Photo Greg Lecoeur – 1ère place globale et 1ère place dans la catégorie « Coldwater »

« Le concours Ocean Art Underwater a dévoilé le nom des gagnants des différentes catégories. Sciences et Avenir présente quelques photos remarquées par le jury. » Par Anna-Sophie Tassart.

Ocean Art Underwater_poissons-espèce-Plectorhinchus-polytaenia-indonésie-photo-nicolas-more_wp
Poissons de l’espèce Plectorhinchus polytaenia – Indonésie – Photo Nicolas More – 1ère place dans la catégorie « Wide Angle »
Ocean Art Underwater_hippocampe-puerto-galera-philippines-photo-Stefano-cerbai-wp
Hippocampe – Puerto Galera aux Philippines – Photo Stefano Cerbai – 1ère place dans la catégorie « Macro »
Ocean Art Underwater_raies-petite-espèce-himantura-grande-espèce-raja-microocellata-photo-paula-vianna_wp
Raies – petite raie de l’espèce Himantura et grande raie de l’espèce Raja microocellata – Photo Paula Vianna – 1ère place dans la catégorie « Marine Life Behaviour »
Ocean Art Underwater_poisson-jeune-kali-macrodon-photo-fabien-michenet_wp
Jeune poisson Kali macrodon – Photo Fabien Michenet – 1ère place dans la catégorie « Blackwater »
Ocean Art Underwater_poissons-genre-plectorhinchus-28m-profondeur-large-indonésie-photo-kuo-wei-kao_wp
Poissons du genre Plectorhinchus à 28 mètres de profondeur au large de l’Indonésie – Photo Kuo-Wei Kao – 1ère place dans la catégorie « Novice Wide Angle »
Ocean Art Underwater_hippocampes-bébés-australie-photo-jules-casey_wp
6 bébés hippocampes – Australie – Photo Jules Casey – 1ère place dans la catégorie « Novice Macro »
Ocean Art Underwater_poisson-labre-nettoyeur-photo-ferenc-lorincz_wp
Poisson labre nettoyeur – Photo Ferenc Lorincz – 1ère place dans la catégorie « Compact Behaviour »
Ocean Art Underwater_tortue-cadavre-victime-pollution-océanique-bahamas-photo-shane-gross_wp
Cadavre d’une tortue victime de la pollution océanique aux Bahamas – Photo Shane Gross – 1ère place dans la catégorie « Conservation »
Ocean Art Underwater_oiseaux-marins-genre-morus-6m-profondeur-eaux-écossaises-photo-johan-sundelin_wp
Oiseaux marins du genre Morus à 6 mètres de profondeur dans les eaux écossaises – Photo Johan Sundelin – 4e place dans la catégorie « Coldwater »
Ocean Art Underwater_méduse-genre-pelagia-photo-fabien-martinazzo_wp
Méduse du genre Pelagia – Photo Fabien Martinazzo – 3e place dans la catégorie « Compact Macro »
Ocean Art Underwater_requin-photo-mok-wai-hoe_wp
Requin – Photo Mok Wai Hoe – Mention honorable dans la catégorie « Portrait »
Ocean Art Underwater_ophiure-large-antilles-néerlandaises-photo-steven-kovacs_wp
Ophiure au large des Antilles néerlandaises – Photo Steven Kovacs – Mention honorable dans la catégorie « Marine Life Behaviour »

Des appels sans échos…

Des appels sans échos..._fumée-main_wp

Depuis la création de ce blog (grâce aux conseils d’amis m’ayant convaincue de le créer), des abonnés (merci à vous) se sont joints à l’aventure en le suivant. Certains articles ont plus d’impact, comme pour tout blogueur, je suppose. D’autres ne suscitent en revanche aucun intérêt.

Les articles qui intéressent font mouche par logique en amenant ainsi des abonnés, dont quelques-uns de ces articles ne font d’ailleurs pas toujours la fierté de l’auteur. Ces posts, comme certains les appellent, sont partagés sur les réseaux sociaux et commentés sur ces derniers ou le blog. Les abonnés viennent alors aussi par ce partage.

Les abonnés se distinguent dans différentes catégories en rapport avec le blog auquel ils se sont inscrits ou pas. Parmi les récents, deux d’entre eux sont surprenants. Ils se sont abonnés afin de solliciter une aide.

Ce n’est certes pas la première fois. Je réponds toujours de manière positive en fonction de mes possibilités ; mettre en avant un article en le partageant, apporter un conseil à un problème précis…

Sauf que là, les appels demeureront sans échos. L’un m’a demandé via un réseau social d’éditer ses livres ? Je ne suis pas éditeur, donc… L’autre a désiré que je fasse la louange du Seigneur ? Je suis athée, comme beaucoup le savent, donc…

Ce blog se veut être apolitique, laïc, libre d’esprit et d’expression…

Alors, mes chers nouveaux abonnés (sachant que je vous ai déjà répondu au préalable en direct, mais dont apparemment ma réponse n’a pas été entendue, plutôt lue dans ce cas-ci), je ne peux absolument pas éditer de livres. Je n’ai pas en ma possession une presse magique, ma maison est trop petite. Je ne connais pas davantage d’éditeurs célèbres ou pas afin de vous aider à promouvoir vos ouvrages…

Quant au Seigneur, vous avez malheureusement frappé à la mauvaise porte. Vous n’avez pas dû prendre la bonne route au croisement qui s’est présenté à vous. Je respecte les croyances de chacun, il me paraît alors logique que vous respectiez ma non-croyance. Et si je dois brûler dans les flammes de l’Enfer après ma mort, ce sera mon affaire, pas la vôtre. Qui plus est, personne n’est encore revenu du royaume des morts pour nous dire ce qui s’y trouve vraiment.

Ceci dit, bienvenue chez LES CHRONIQUES MORTES OU VIVES, un espace de convivialité et de fraternité !

L’heure du bilan !

L'heure du bilan_an-cloches-or_wp

À défaut du bilan énergétique (quoique après les fêtes avec les quelques petits kilos pris, il s’imposera de lui-même), c’est l’heure du bilan de l’année 2019. Aujourd’hui à minuit, ce sera la fin officielle de cette année avec son lot d’évènements.

Des célébrités de divers domaines qui sont parties dans l’au-delà. Donald et ses aventures qui nous ont bien fait marrer, enfin pas toutes. Inutile de parler de ce qui s’est passé et continue d’ailleurs de se passer en France. La Belgique toujours sans gouvernement. Et l’Angleterre encore engluée dans le Brexit.

Une année 2019 ainsi mouvementée. Espérons que l’année 2020 sera davantage propice aux bonnes actions…

Bon réveillon de Noël !

Bon réveillon de Noël_bonhomme-neige-trompette_wp

Les cuisines battront leur plein ce soir. Les tables se vêtiront de leurs habits étoilés. Les tenues de soirées sortiront des armoires. Les sapins s’illumineront dans les foyers…

Nous partagerons un moment festif en famille et/ou entre amis. Nous oublierons pour un temps nos soucis. Nous nous amuserons. Nous attendrons les douze coups de minuit…

Je vous souhaite à tous et toutes un très bon réveillon de Noël !

Un brin de nostalgie…

Un brin de nostalgie..._noël-chaton-lampe-sommeil_wp

Ce sera mon deuxième Noël en France depuis mon retour de l’Angleterre et mon premier depuis plus de vingt ans sans mon cher adoré compagnon Clarence. Il m’a énormément manqué lorsque j’ai décoré mon sapin et ma maison. Il n’était plus là à se rouler dans les guirlandes sur le sol, à jouer avec les boules qui pendaient de l’arbre… Il y a eu un grand vide. Ce Noël ne sera pas pareil.

Un brin de nostalgie..._noël-chaton-boule_wpJe suis un peu nostalgique en cette fin d’année. J’ai même un petit coup de blues. Même si je sais pertinemment, me connaissant, que cet état d’esprit ne sera que temporaire, mon Angleterre me manque, mes copines d’Angleterre me manquent, ma vie cosy anglaise me manque, mon chat me manque.

La sérénité et la convivialité anglaise sont si loin de la haine et la rage qui explosent dans les rues de France. Bien que je sois en sécurité et paisible dans ma campagne française, je revois mon séjour londonien réalisé à cette période, les rues illuminées de décorations de Noël, les merveilles que recèlent cette capitale, les gens, touristes compris, joyeux, la plénitude qui se ressentait dans l’air ambiant… Je me souviens également des autres Noëls anglais passés où la magie opérait, la trêve d’éventuelles querelles s’appliquait…

Un brin de nostalgie..._noël-lapin-oiseau_wpUne partie de mon esprit et de mon cœur est restée encore là-bas. Le retour aux sources demeure toujours un peu amer, surtout avec tout ce qui se passe en ce moment. Ce qui me rassure, bien tristement, est que les autres Français qui sont rentrés en même temps que moi en France, à quelques semaines près, ressentent la même chose. Nous avons eu l’occasion de nous revoir durant ces deux petites années déjà écoulées, et le discours est identique. Si l’on devait nous proposer de repartir en expatriation en Angleterre, nous ferions de suite nos valises avant même de connaître la date exacte de notre départ…

Malgré aussi une vie perturbée en Angleterre avec le Brexit qui préoccupe de nombreux Anglais, les contacts anglais que j’ai gardés m’ont exprimé l’inquiétude réelle ressentie dans le pays, mais sans l’aversion et la violence avec. Les Anglais savent garder leur self-control. Ils négocient afin d’éviter tout conflit, tentent de trouver des compromis avant l’ultime recours qui serait la bataille dont aucun camp n’en sortirait finalement gagnant. A contrario, les Français « gueulent » avant même de savoir pourquoi ils le font. Ils crient avant même de parlementer. Ils clabaudent par principe. Ils se rallient à celui qui crie le plus fort en estimant qu’il a forcément raison. Ils ne s’écoutent ni ne s’entendent… Mais ils ne proposent absolument rien en échange sauf de casser.

Un brin de nostalgie..._noël-chaton-souris-bonnet-sommeil_wp

Oui, il me paraît si loin le temps de mon expatriation où je découvrais une autre culture avec ses défauts et ses qualités, dont sa plus grande vertu est le savoir-vivre avec tout le respect qui lui sied. Le respect, un mot qui semble ne plus signifier grand-chose chez nous, où des ministres et autres représentants de la loi se font agresser, dont les humains qu’ils sont avant tout disparaissent aux yeux de leurs agresseurs. Des enfants terrorisés par une bande de sauvage qui saccage leur représentation de la crèche vivante…

Non, ce Noël ne sera pas pareil.

British Ecological Society

British Ecological Society_noël-chauve-souris-cheminée_wp

De la douceur et de la beauté en cette période qui devrait être plus festive que troublée…

« La British Ecological Society (BES) soutient les communautés scientifiques de recherches et d’enseignement afin qu’elles puissent continuer à être dynamiques et productives, de produire de nouvelles connaissances, de former des personnes qualifiées et d’améliorer la présence de l’écologie scientifique dans l’ensemble de la société. » Cf. Wikipédia.

Comme beaucoup d’autres, elle organise son propre concours annuel de photographies afin de « célébrer la diversité de l’écologie ». Et le 29 novembre dernier, elle a révélé la liste des noms des gagnants de sa compétition.

Le magazine Sciences et Avenir a partagé sur son site des clichés récompensés et d’autres fortement recommandés par le jury, dont en voici quelques-uns :

British Ecological Society_photo-Roberto-García-Roa-serpent-sanzinia madagascariensis-Madagascar_wp
Serpent arboricole (Sanzinia madagascariensis) – Madagascar – Photo du chercheur Roberto García Roa – 1er prix
British Ecological Society_photo-Andrea-Parisi-fou-de-bassan-et-petit-heligoland-archipel-allemand_wp
Fou de Bassan utilisant les nombreux déchets environnants pour constituer un nid pour son petit – Heligoland – Archipel allemand – Photo Andrea Parisi – Recommandée
British Ecological Society_photo-Andrew-Whitworth-femelle-paresseux-à-gorge-brune-péninsule-d'osa-costa-rica_wp
Femelle Paresseux à gorge brune (Bradypus variegatus) – Péninsule d’Osa – Costa Rica – Photo Andrew Whitworth – Récompensée dans la catégorie « Les gens et la nature »
British Ecological Society_photo-Ben-Goodhear-serpent-vert-grenouille-parc-nationa-kafue-zambie_wp
Serpent vert angolais attrapant une grenouille – Parc national de Kafue – Zambie – Photo Ben Goodheart – Recommandée
British Ecological Society_photo-Nilanjan-Chatterjee-nymphée-fuligineuse-rhyacornis-fuliginosa-inde_wp
Nymphée fuligineuse (Ryacornis fuliginosa) – Inde – Photo Nilanjan Chatterjee – Récompensée dans la catégorie « Étudiant »
British Ecological Society_photo-Pablo-Javier-Merlo-vache-chimango-argentine_wp
Vache et Chimango (rapace) – Canal de Beagle – Argentine – Photo Pablo Javier Merlo – Récompensée dans la catégorie « Écosystèmes dynamiques »
British Ecological Society_photo-Peter-Hudson-flamants-roses-lac-magadi-kenya_wp
Flamants roses – Lac de Magadi – Kenya – Photo Peter Hudson – Récompensée dans la catégorie « L’art de l’écologie »
British Ecological Society_photo-Roberto-García-Roa-scorpion-madagascar_wp
Scorpion brillant sous les rayons UV, dont l’utilité de sa fluorescence demeure encore inconnue – Madagascar – Photo Roberto García Roa – Récompensée dans la catégorie « De près »

N. B. : Si les auteurs de ces photos souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

L’ « Écologie »

L'_Écologie_noël-maison-famille_wp

« Biologie : Partie de la biologie qui étudie les relations et les interactions entre un organisme vivant et son milieu de vie.
Sociologie : Étude des relations entre l’être humain considéré comme être social et le milieu socio-économique dans lequel il évolue.
Figuré : Environnement.
Désuet (vieilli)  : œcologie*. »

Merci Mr Wikionnaire.

L'_Écologie_noël-sapin_wpTout le monde en parle, dit les bons gestes à faire ou ne pas faire, les bonnes attitudes à avoir ou ne pas avoir, les bonnes actions à prendre ou ne pas prendre, les bons esprits à se conditionner ou pas…

On nous expose les problèmes que notre créons à la planète. On nous explique, comme à des enfants, que nous l’empoisonnons, que ce n’est pas bien. On nous incite à croire que notre « pouvoir » individuel et/ou public est « tel » que nous avons la « puissance » et la « volonté » de changer les choses. On nous formate à une méthode de vie « plus saine ».

Or la véritable question n’est-elle pas la sauvegarde propre de l’Humanité ?

Nous, humains, n’avons-nous pas une certaine autosuffisance de croire que nous avons le règne de la planète ?

L'_Écologie_noël-guirlande-verte_wpLa Terre, elle s’en fout ! C’est elle la REINE ! C’est elle qui décide ! C’est elle qui gouverne ! C’est elle la DÉESSE !

La Terre existe depuis des millions, des milliards d’année. Elle en a vu des « crétins » venir et passer. Elle en verra d’autres… Elle accepte ce que nous lui faisons subir. Elle observe… Lorsque les évènements que nous lui infligeons deviendront trop pesants, elle nous fera signe, comme elle l’a et le fait déjà, des tremblements, des tsunamis, des inondations, des catastrophes non provoquées par l’Homme… Et notre civilisation comme celles du passé disparaîtra pour laisser place à une autre, peut-être plus responsable… ou pas…

Alors pourquoi ne pas penser l’ « écologie » différemment ? Pourquoi ne pas dire aux gens que ce n’est pas la planète qu’ils tentent de préserver, mais eux ? Car la Terre continuera de vivre après nous. L’Histoire de l’Humanité, les civilisations passées, nous le prouve. De la découverte du premier « homme » sur Terre (une femme ceci dit jusqu’à preuve du contraire) jusqu’à nos jours, des civilisations, des plus « modestes » aux plus « évoluées » se sont succédées. Et la Terre est toujours là et n’est pas prête de disparaître, malgré ce que certains « spécialistes » peuvent dire ou nous faire croire.

L'_Écologie_noël-bonhomme-neige_wpIl est de notre responsabilité, pour notre propre survie, de prendre soin de notre Mère Nature. Malgré les bonnes déterminations « sociales » et « sociétales », nous, humains, ne représentons pas grand-chose sur la Terre et pour la Terre. Nous ne sommes que ses « hôtes », dans le sens d’invités, non invitants. Prendre soin de la planète, c’est donc veiller à la sauvegarde de l’Humanité, de notre civilisation et de celles à venir.

L’écologie, c’est aussi une question d’éducation. Changer les méthodes éducatives n’est pas que du ressort de nos gouvernants, mais également de nous. Apprendre à un enfant à ne pas arracher les branches d’un arbre, à ne pas jeter ses emballages de bonbons ou autre par terre… est de la responsabilité des parents, des adultes, si toutefois les parents en sont. Respecter son environnement naturel, qu’il s’agisse d’un simple carré d’herbe en ville, d’une plage, d’une forêt ou d’une rue en les laissant propre derrière notre passage, nous incombe à nous, pas à nos gouvernants. Eux sont là pour punir les entreprises qui ne jouent pas leur rôle, prévoir des techniques alternatives afin de remplacer tout ce qui pollue, aider l’ensemble du milieu agro-alimentaire à privilégier des procédés naturels, etc. Et des solutions, il y en a…

L'_Écologie_noël-écureuil-sommeil_wp

L’écologie, c’est de même prendre soin des animaux, qu’ils soient domestiques ou servent à la consommation. Devenir végétarien, végétalien ou végan n’aide non seulement en rien la cause animale, mais est de plus contre-nature. Notre nature propre est omnivore. Nous sommes naturellement conçus ainsi pour manger de tout. Nous ne sommes pas des vaches. Nourrir et tuer un animal servant à la consommation avec le plus grand respect doivent s’appliquer. Et là, il est autant de la responsabilité de nos gouvernants que des membres citoyens travaillant dans ce domaine. Interdire ou faire fermer des abattoirs ne rendra pas plus responsable, plus humain, ces individus qui maltraitent ces animaux. En revanche, sachant que le dieu d’aujourd’hui est de plus en plus l’argent, il faut toucher là où ça fait mal, au portefeuille. Pourquoi pas même des sanctions pénales, au même titre qu’un meurtrier, puisqu’en l’occurrence, il s’agit bien de cela quand même. En parallèle, imputer les mêmes sanctions aux individus qui maltraitent leur animal domestique. Or, cela ne pourra se faire que si l’infantilisation d’aujourd’hui cesse. Si nous décidons d’être plus sévère. Traiter davantage les choses en profondeur qu’en surface.

L'_Écologie_noël-boules-serpentins_wpPar ailleurs, il faudrait peut-être aussi permettre à n’importe quel individu de pouvoir accéder au « bio ». Vu les prix, sérieusement, qui a les moyens financiers ? Je ne pense pas qu’un couple au revenu modeste avec des enfants à charge a franchement les finances de payer trois fois le prix d’un légume, juste parce qu’il est bio. D’ailleurs a-t-il déjà l’argent pour se payer des fruits et des légumes tout court ?

On nous suggère également, à titre particulier, de produire ses fruits et ses légumes. Tout jardinier le sait bien, ça prend du temps. Tout le monde ne l’a pas, surtout tout le monde n’a pas la possibilité de le faire. Dans un appartement de 40m2, par exemple, c’est un peu compliqué, même avec une terrasse. On nous conseille tout autant d’acheter local, de se chauffer à l’énergie « verte », etc. Mais à quel prix ? On en revient toujours au même.

L'_Écologie_noël-bonhomme-neige-flocon-oiseau_wpEnfin, lorsque l’on voit la pollution en général, dans tous les secteurs, de la mer à la terre et jusqu’au ciel, peut-on vraiment parler de « bio » ?

*Œcologie : du grec « oikos », maison et « logos », science, connaissance.

« Grenelle contre les violences conjugales »

_Grenelle contre les violences conjugales_femme-affiche_wp

Ce 25 novembre, Journée internationale contre la violence faite aux femmes, s’est achevé le « Grenelle contre les violences conjugales ».

Sur son site, franceinfo y a retracé les grandes lignes :

  • La protection des victimes et de leurs enfants
  • La prise en charge des auteurs de violences
  • La formation et l’éducation

Le 3919, numéro de téléphone gratuit et anonyme mis à disposition aux femmes victimes de violences et à leurs proches devrait d’ici les prochains mois devenir ouvert 24h/24. En rappel, cette plate-forme d’écoute, d’information et d’orientation est accessible de 9 h à 22 h du lundi au vendredi et de 9 h à 18 h les samedis, dimanches et jours fériés.

Le choix de cette date du 25 novembre pour la « journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes » n’est pas dû au hasard. Elle rappelle le sordide massacre des trois sœurs dominicaines en 1990 qui furent emprisonnées, battues, violées et tuées. RTL l’a rapporté sur son site à l’occasion de cette journée.

Le groupe M6 télévision s’est également engagé dans cette lutte contre les violences faites aux femmes en ayant proposé trois documentaires exceptionnels :

_Grenelle contre les violences conjugales_femme-affiche-text_wp

Une enseignante en garde à vue suite au suicide d’une de ses élèves de 11 ans

Une enseignante en garde à vue suite au suicide d'une de ses élèves de 11 ans_fr-pontoise-blason_wp

Le harcèlement scolaire n’est pas prêt de s’arrêter, du fait de certains adolescents comme de certains adultes, semble-t-il.

En juin dernier, Evaëlle, une collégienne de 11 ans, mettait fin à ses jours. Cinq mois après son suicide, une enquête pour homicide involontaire et harcèlement a été ouverte. Cette information judiciaire ouverte a conduit, entre autres, au placement en garde à vue d’une enseignante de la jeune fille.

Les élèves suspectés d’avoir harcelé la jeune collégienne devront ainsi répondre de leurs actes comme leur professeure placée en garde à vue.

« Il reviendra au juge d’instruction de convoquer les personnes visées et d’envisager leur mise en examen. Les parents d’Evaëlle pourront se constituer partie civile, être entendus, demander des investigations et avoir accès au dossier », a précisé le procureur de Pontoise, Éric Corbaux, après de l’AFP.

Selon les parents de la victime, l’enseignante aurait sa part de responsabilité, puisqu’elle aurait aussi participé au harcèlement de leur fille. Plusieurs témoins auraient confirmé ces dires.

Marie, la maman de la collégienne avait déjà évoqué l’implication du corps enseignant dans cette affaire, déclarant au journal Le Parisien : « ce n’était pas un harcèlement que de la part des élèves […] Il faut prendre le mot harcèlement au sens large ». Selon elle, sa fille aurait non seulement été la proie d’élèves, subissant insultes, brimades et violences de leur part, mais également était devenue le souffre-douleur d’une enseignante. Soupçon corroboré par plusieurs témoignages. « C’est parti de là. Elle la traitait de folle », a déclaré une amie de la victime au sujet de l’enseignante. « Quand tu n’arrives pas à faire quelque chose, elle te dit que tu es nulle », a informé l’une de ses anciennes élèves. « Ça dépend des personnes. Elle s’attaque aux plus faibles », a ajouté une autre élève concernant la même enseignante.

Le parquet de Pontoise a donc ouvert une information judiciaire contre X pour homicide involontaire et contre l’enseignante ainsi que plusieurs élèves pour « harcèlement moral sur mineur de 15 ans ».

Affaire à suivre…