Ça n’arrive pas qu’aux autres…

Ça n'arrive pas qu'aux autres..._fumée-bleue-rose_wp

Selon les dernières infos, 1 milliard de personnes environ dans le monde seraient dans le confinement. 1 milliard seulement sur presque 7 milliards de la population mondiale, ce n’est pas tant que ça si l’on y réfléchit bien.

Se protéger soi-même, c’est protéger l’autre, les autres. Et on ne le répètera jamais assez :

Restez chez vous !

Mais apparemment, il y a encore des personnes qui pensent que le Coronavirus n’est pas si grave, qu’elles ne seront pas touchées par lui, qu’il atteindra l’autre, pas elles. Elles ont tort. Qu’importe notre âge, notre condition physique, il a été prouvé scientifiquement que nous sommes tous susceptibles d’en être affectés. Nous devons prendre conscience de la dangerosité réelle de ce virus. D’ailleurs, il s’agit bien d’un virus non d’une bactérie.

Alors non, ça n’arrive pas qu’aux autres ! Parce qu’un jour, on pourrait devenir l’autre. Et si nous ne voulons pas que ce 1 milliard devienne 2, 3, 4… on doit respecter les consignes. Jouer les révolutionnaires en ces temps qui courent est révolu, stupide. Cette attitude ne fait que mettre en péril autrui et soi-même.

Peu importe aussi d’où vient ce virus, de comment il est arrivé… il se répand. Et ça, c’est du concret ! L’Afrique commence à être également atteinte par ce virus et d’autres pays suivent malheureusement.

Il ne s’agit pas ici de « sortez couvert », comme il se disait dans la génération de l’arrivée du SIDA, mais de « ne sortez pas » tout court !

Bien qu’il soit évident que nous sommes obligés de sortir pour s’alimenter, subvenir à nos besoins du quotidien, au bien-être des enfants et/ou de nos animaux de compagnie, dont les chiens en particulier, nous devons limiter nos déplacements, surtout se déplacer seul. Donc, au-delà d’être responsables, soyons raisonnables !

Enfin, merci au coup de gueule d’Amande et Coton ainsi qu’au témoignage de Miss Texas.

90 % des personnes dans le monde ont des idées préconçues sur les femmes

90 % des personnes dans le monde ont des idées préconçues sur les femmes_undp_wp

Un nouveau rapport sur une étude menée par l’ONU dans 75 pays dans le monde a révélé que 90 % des personnes interrogées, tous sexes confondus, gardent des préjugés sur les femmes. Cette étude s’est portée sur différents domaines, dont la politique, l’éducation, le travail ou encore la violence envers les femmes, entre autres.

À l’échelle mondiale, en règle générale, les femmes dans le travail sont moins payées que les hommes et moins susceptibles d’occuper des postes à responsabilités. D’ailleurs 50 % des hommes estiment qu’ils ont davantage le droit à un emploi que les femmes. 40 % des personnes considèrent les hommes comme des meilleurs chefs d’entreprise.

Dans le domaine de la politique, le nombre de femmes chefs d’État est aujourd’hui plus faible qu’il y a 5 ans. 50 % des hommes et des femmes dans le monde restent convaincus que les hommes sont de meilleurs dirigeants politiques. En Chine, 55 % de la population déterminent les hommes mieux placés pour être des leaders politiques. En revanche, 27 % seulement des Néo-Zélandais, actuellement dirigés par une femme, le pensent.

L’Amérique latine et les Caraïbes enregistrent le nombre de sièges au Parlement occupés par des femmes le plus élevé avec 31 %. À l’opposé, les pays d’Asie du Sud affichent le pourcentage le plus faible avec 1 %.

Au sujet de la violence envers les femmes, près d’un tiers des individus interrogés jugent acceptables les hommes qui frappent leur compagne.

Le Zimbabwe est le pays avec la plus forte opinion préconçue sur les femmes. Seulement 0,27 % des personnes affirme n’avoir aucun préjugé sexiste. 96 % soutiennent la violence contre les femmes ainsi que l’interdiction à l’IVG. Aux Philippines, 91 % des individus ont des avis préjudiciables s’agissant de l’intégrité physique des femmes. Au contraire, en Andorre, 72 % n’ont aucune idée reçue sexiste envers la gent féminine.

« Nous avons parcouru un long chemin au cours des dernières décennies pour garantir aux femmes le même accès aux besoins essentiels de la vie que les hommes. Mais les écarts entre les sexes sont encore trop évidents dans d’autres domaines, en particulier ceux qui remettent en question les relations de pouvoir et sont les plus influents pour parvenir à une véritable égalité. Aujourd’hui, la lutte pour l’égalité des sexes est une histoire de préjugés », a ainsi conclu Pedro Conceição, chef du Bureau du rapport sur le développement humain du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Des chatons « sexy »

Des chatons_sexy_chaton-roux_wp

Nombreuses sont les femmes qui se plaignent de recevoir des photos à caractère sexuel, sans leur consentement, sur les applis de rencontre. Afin de lutter contre ce phénomène de mode, plus qu’irrespectueux, Once a eu une idée des plus originales, remplacer ces photos par des chatons.

Sur les applications et les sites de rencontre, des surprises sont parfois très désagréables. Des photos de nus (« nudes »), images de pénis (« dick pics »), et autres clichés à caractère sexuel reçus par un destinataire, généralement une femme, qui n’a rien demandé. Cet exhibitionnisme digital trop répandu aujourd’hui pose de plus en plus problème.

Une étude de YouGov (prestataire spécialisé en études de marchés à Paris) a révélé que 50 % des femmes de moins de 35 ans avait déjà reçu ce genre de contenu en se rendant sur une application de rencontre, et 78 % d’entre elles sans leur consentement. Du côté des hommes, seulement 12 % des utilisateurs ont admis avoir envoyé ce genre de photos sans l’accord de leur interlocuteur (interlocutrice le plus souvent).

Des chatons_sexy_bumble-logo_wp

Pour contre-carrer cette manière de faire, les applis de dating ont décidé de prendre des mesures. Bumble, en exemple, comptant plus de 50 millions d’utilisateurs dans le monde, a mis au point un algorithme repérant et masquant automatiquement ces contenus.

Once a trouvé une solution originale. Une intelligence artificielle qui détecte ces photos et les remplace immédiatement par des clichés de chatons. L’objectif restant le même, celui de protéger les utilisatrices des exhibitionnistes 2.0.

« La dernière dick pic que j’ai reçue, c’était un jeudi à 7h du mat, je me rappelle très bien parce que j’étais dans mon lit en fait. […] J’avais clairement rien demandé, évidemment, mais il n’y avait surtout pas le contexte qui justifiait quoi que ce soit. Le problème des nudes ou des dick pics, c’est un problème ultra-connu », a ainsi expliqué Clémentine, la co-fondatrice de Once, à Ulyces, magazine consacré au journalisme narratif, qui publie des enquêtes, des grands reportages et des interviews.

Des chatons_sexy_once-logo_wp

« La récupération des donnés nécessaires pour mettre en place ce nouvel algorithme a été relativement facile. Les photos de nu sont évidemment assez courantes sur le Web, et nous avons ainsi pu entraîner l’algorithme sur des millions d’images et de photos de nu pour le rendre le plus précis possible », a confirmé Guillaume, directeur technique de l’application en charge des nouvelles technologies.

Malgré tout, Once n’interdit ni l’envoi ni la réception de photos ; le but étant de bloquer simplement les contenus non désirés. « Les utilisateurs peuvent choisir de désactiver cette nouvelle fonctionnalité. Notre intention n’est pas de limiter les échanges, mais simplement de protéger les utilisateurs au sein de notre application et en même temps de les sensibiliser sur la question du consentement », a précisé Clémentine.

« Danemark : dérives extrémistes au pays de la tolérance »

_Danemark_dérives extrémistes au pays de la tolérance_coat-of-arms_wp

Ce 23 février sur la chaîne de télévision M6 l’émission Enquête exclusive, présentée par Bernard de la Villardière, a proposé un reportage : « Danemark : dérives extrémistes au pays de la tolérance ».

Le Danemark a été élu le pays le plus heureux du monde par l’ONU en 2019. Ce petit pays de 6 millions d’habitants s’est érigé en modèle par ses aides sociales, ses libertés, ses fêtes débridées, son ouverture aux minorités et son sens de l’accueil auprès des communautés étrangères. Sa capitale Copenhague est l’une des villes les plus agréables à vivre.

Mais aujourd’hui ce modèle semble être à bout de souffle. L’affaire des caricatures de Mahomet, publiées par un journal danois en 2005, avait déjà mis le feu aux poudres dans de nombreux pays arabes. Ces dernières années, l’afflux d’immigrants venus du Proche et Moyen-Orient a braqué une partie de la population danoise. Certaines communautés, qui auparavant vivaient bien ensemble, se provoquent et s’affrontent ouvertement.

Sous l’influence d’une extrême droite aux discours plus que provocateurs, voire haineux et discriminatoires, le gouvernement et le Parlement ont durci la législation. Des lois sévères et répressives ont été votées pour condamner tous ceux qui n’adhèrent pas au pacte social danois, dont la principale cible est les communautés immigrées.

Baisse des allocations pour les réfugiés, peines de prison doublées pour les étrangers, multiplication des camps de rétention pour les migrants, où les familles sont parfois confinées en semi-détention durant plusieurs années. L’État a même annoncé la création d’une prison pour les étrangers indésirables. Sur une île située en mer Baltique, la prison Lindholm est déjà comparée à un camp de concentration. Le projet fait scandale bien au-delà des frontières du Danemark.

Des quartiers hippies aux fêtes les plus délirantes, des cités HLM aux centres de rétention pour réfugiés, Enquête exclusive s’est penchée sur un modèle danois victime de ses paradoxes.

À découvrir ou revoir sur 6play.

Figure de la révolution tunisienne, Lina Ben Mhenni est décédée

Figure de la révolution tunisienne, Lina Ben Mhenni est décédée_1983-2020_wp
1983 – 2020

Cette actu n’est pas récente, puisque la jeune blogueuse tunisienne Lina Ben Mhenni est morte le 27 janvier dernier à l’âge de 36 ans, des suites d’une longue maladie chronique.

Connue par son blog atunisiangirl, cette militante des droits humains avait été présentée pour le prix Nobel de la Paix après la révolution tunisienne. Elle avait contribué à la chute du régime de Ben Ali en 2011.

Endossant le rôle de reporter, elle avait dénoncé la dictature du Président tunisien. Elle s’était déplacée dans de nombreuses villes pour donner la parole aux communautés les plus défavorisées. Elle était l’une des seules femmes à avoir blogué à visage découvert en pleine révolution. Elle demeure aujourd’hui l’une des figures emblématiques du « cyber-printemps » arabe.

Sous le coup de la censure, la révolution digitale de ces blogueurs était parvenue à un soutien dans le monde entier grâce aux réseaux sociaux. Munie d’une caméra, Lina Ben Mhenni avait partagé sur Internet les premières manifestations de colère des habitants contre le régime dictatorial de Ben Ali. Elle fut la première à se rendre à Sidi Bouzid, le berceau de la révolution tunisienne, après l’immolation par le feu du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010. Sa chronique rédigée en trois langues avait eu un écho international.

Figure de la révolution tunisienne, Lina Ben Mhenni est décédée_tunisie-coat-of-arms_wp

En 2011, la jeune femme avait décidé de créer un ouvrage tiré de son blog, « Tunisian Girl, blogueuse pour un printemps arabe ».

« Je suis une blogueuse, et je le resterai. C’est ma conviction quelques mois à peine après les évènements sur lesquels j’ai choisi de revenir dans ce petit livre. J’observe ce qui se passe en Tunisie depuis ce jour du 14 janvier 2011 où nous nous sommes débarrassés du fardeau, du cauchemar de ZABA – le surnom de Zine Al Albidine Ben Ali, ce dictateur président de la Tunisie depuis le 7 novembre 1987 : il est parti, mais beaucoup de choses, d’hommes, d’habitudes sont restés derrière lui, beaucoup de violence. Je suis un électron libre, et je veux le rester », avait-elle notamment écrit dans son livre.

Après la chute de Ben Ali, Lina Ben Mhenni avait continué de militer pour la défense des droits fondamentaux en Tunisie. Malgré sa santé fragile, elle participait à de nombreuses manifestations et à des procès touchant la liberté d’expression. Sa disparition attriste la jeunesse tunisienne ainsi que les élus, les diplomates et représentants de la société civile. L’actuel chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, a tenu à lui rendre hommage. Pour l’ex-chef du gouvernement Mehdi Jomaa, « la Tunisie perd aujourd’hui l’une de ses femmes libres, une femme qui a vécu forte jusqu’à ses derniers jours. » Selon l’ONG tunisienne Al Bawsala, « Lina était une voix libre, une militante infatigable et défenseuse des libertés et de la démocratie avant et après la révolution ». « Elle a lutté avec courage et détermination pour une société libre et juste », a ajouté cet observatoire de la vie publique, saluant « une femme battante ».

« Royaume du Bhoutan : la dictature du bonheur »

_Royaume du Bhoutan_la dictature du bonheur_flag_wp

Du 26 janvier au 2 février, le Groupe M6 a lancé sur l’ensemble de ses antennes média (TV, radio, numérique) la « semaine green », un dispositif éditorial inédit sur le thème de l’environnement, une programmation thématique autour des enjeux environnementaux.

Pour clôturer cette semaine verte, ce dimanche 2 février, sur la chaîne de télévision M6, le magazine Enquête exclusive, présenté par Bernard de la Villardière, a présenté son reportage « Royaume du Bhoutan : la dictature du bonheur ».

Pays d’Asie du Sud sans accès à la mer, le Royaume du Bhoutan est situé dans l’Est de la chaîne de l’Himalaya, enclavé entre l’Inde au sud, à l’est et à l’ouest sud-ouest, avec laquelle il partage 605 km de frontières terrestres, et la Chine (région autonome du Tibet) au nord et à l’ouest nord-ouest avec 470 km de frontières. Plus à l’ouest, il est séparé du Népal par l’État indien du Sikkim, et plus au sud, il est séparé du Bangladesh par les États indiens d’Assam et du Bengale-Occidental. Sa capitale et plus grande ville est Thimphou.

Ce petit royaume coupé du monde, ainsi niché aux pieds de l’Himalaya, est réputé pour sa vision du bonheur. D’ailleurs, il n’évoque pas le PIB, mais le BNB, le Bonheur National Brut. Un concept surprenant, inscrit même dans sa constitution. Il donne la priorité à la conservation de ses traditions culturelles, à l’agriculture biologique et la fierté d’être un habitant du pays. Ce royaume bouddhiste est tout autant réputé pour ses monastères, ses forteresses (dzongs) et ses paysages spectaculaires. Plaines subtropicales, montagnes et vallées escarpées s’y croisent. Le Chomolarhi, culminant à 7 326 m, l’un des sommets de l’Himalaya, est situé sur la frontière entre le Bhoutan et la Chine. La rivière Ha Chhu prend sa source à la base de ce sommet. Le monastère de Taktshang, appelé aussi la Tanière du Tigre, est accroché à une falaise qui surplombe la vallée boisée de Paro située au Bhoutan.

Pays le plus écologique du monde, il est le seul à afficher un bilan carbone négatif. 70% du territoire est recouvert de forêts et de parcs nationaux où la faune sauvage prospère en toute liberté. Des tigres dans les forêts tropicales et des ours bruns s’y rencontrent sur les cimes himalayennes.

Mais derrière cette image idyllique, se cachent bien d’autres réalités. Il est l’un des pays les plus pauvres du monde. Il n’a accédé à la télévision qu’il y a 10 ans. La vente de cigarettes et d’alcool est interdite la plupart des jours de semaine. Le bouddhisme est la seule religion d’État instaurée par la dynastie Wangchuck qui dirige le pays depuis plus d’un siècle. Les monastères sont pour beaucoup une alternative à la prison. Thinley, un ancien dealer de drogue, a d’ailleurs décidé de devenir moine pour éviter la prison.

_Royaume du Bhoutan_la dictature du bonheur_blason_wp

Depuis son ouverture à Internet, une nouvelle jeunesse s’émancipe dans la capitale. Novin, 25 ans, est guide touristique et membre du seul groupe de heavy metal du pays. Habillé trash le week-end, il porte son habit traditionnel et obligatoire en semaine.

Grace, une jeune chef ayant ouvert un restaurant bio dans la capitale, a cassé les codes d’une société encore très conservatrice. Ayant osé divorcé d’un mari violent, elle a créé son affaire toute seule. Elle y emploie ses deux sœurs et fait vivre également sa mère, une paysanne restée cultiver ses champs la campagne, à qui elle achète ses légumes. Le vendredi soir, elle sort dans l’un des rares night clubs de la ville où se produit Delchen, le seul transsexuel du pays.

Le Bhoutan s’ouvre et mise sur un tourisme haut de gamme. Stars hollywoodiennes et milliardaires s’y rendent afin de soigner leur karma. La capitale Thimphou est en plein essor économique et immobilier. Une croissance et un bonheur qui se construisent sur le dos d’une main d’œuvre bon marché venue d’Inde. L’équipe d’Enquête Exclusive a suivi le chantier d’une route à près de 3 000 m d’altitude où les ouvriers y travaillent dans le risque pour un salaire dérisoire.

Longtemps vivant en autarcie, le pays doit son ouverture au nouveau roi du Bhoutan, Jigme Khesar Wangchuck, né le 21 février 1980, 5e monarque de la dynastie Wangchuck. Officiellement couronné le 6 novembre 2008, il était à cette date le plus jeune roi au monde.

Véritable icône, élevé presque au rang d’un dieu, il est partout présent dans le pays, sur les billets de banque, à chaque coin de rue… Des photos de lui seul ou accompagné de son épouse et/ou de son enfant se vendent comme des bouchées de pain…

Ce reportage nous amène toutefois à la réflexion. Bien qu’un équilibre mesuré ne trouve pas encore sa place au Bhoutan, le concept de vie qui s’y applique, dont le gaspillage est banni, le recyclage est institué, vivre au plus proche de la nature, cultiver la terre sans utilisation de pesticides et autres, etc., nous donne une vision de vivre autrement que dans nos pays industrialisés.

Un bémol, ceci dit, doit être mis. Le Bhoutan ne vient seulement que de s’ouvrir. Il faudra donc attendre d’ici quelques années pour constater si son « modèle économique » tiendra la route, si, comme tout pays qui connaît un essor grâce à son ouverture au monde, il ne déviera pas de sa ligne directrice ?

News from my neighbourhood

News from my neighbourhood_chatons_wp

Quelques nouvelles de mon quartier campagnard. Une bonne nouvelle pour commencer. Une petite chatte noire et blanche de 2 ans s’apprête à entrer dans ma vie. Une dame de près de 90 ans, que je ne connais absolument pas, à quelques kilomètres de chez moi, est décédée récemment. Ses quatre enfants sont en train de régler la succession. Je passe sur les querelles pour l’héritage, non pour les chats qu’elle recueillait.

News from my neighbourhood_chat-clavier-pc_wpCette dame avait pris l’habitude de récupérer les chats abandonnés qu’elle trouvait. Ils sont aujourd’hui au nombre de huit. Et aucun de ses enfants n’en veut. Son dernier fils a pris possession de la maison et a fichu chats et chatons à la rue. Les voisins aux alentours s’organisent pour leur donner à manger.

L’infirmière qui s’occupait de la dame âgée informa le hameau afin d’adopter ces chats. L’une de mes voisines est venue me rendre visite samedi dernier pour me demander si j’étais intéressée par l’un d’eux.

Bien évidemment oui !

News from my neighbourhood_chaton-langue_wp

Accompagnée de ma voisine, la caisse en plastique de transport (que j’ai gardée malgré le décès de Clarence) à la main, j’allais, remplie de joie, dans le quartier de cette dame afin d’adopter l’un des chats. Arrivées devant la maison, l’infirmière nous attendait. Elle nous dit qu’il y avait un problème. Le fils de la dame, qui s’était ainsi installé dans la maison et faisait bonne figure en acceptant les chats dans la maison uniquement lors de la venue de l’infirmière, posa un mais concernant l’adoption des chats. Selon l’infirmière, puisque je n’ai pas vu ce monsieur demeuré caché dans la maison, il accepte de donner les chats à condition que l’une de ses sœurs soit aussi d’accord.

News from my neighbourhood_chaton-souris-pc_wpDurant l’heure d’attente à essayer de joindre cette sœur, quelques-uns des chats étaient dehors en train de manger les croquettes que ma voisine, l’infirmière et d’autres voisins leur avaient apportées. Parmi les chats venus près de moi réclamer des câlins, une petite chatte noire et blanche attira mon attention avec son petit miaulement et sa petite patte qui ne voulait pas que des câlins d’ailleurs. Bah oui, quand même, l’appel du ventre reste le plus fort !

Je parvins à la saisir et elle se mit à ronronner dans mes bras. Malheureusement, je ne pus la prendre avec moi, car l’infirmière ne réussit à joindre cette fameuse sœur. Un peu triste tout de même, je repartis bredouille.

Hier soir, je reçus un message téléphonique de l’infirmière. Nous avions en toute logique échangé nos numéros de téléphone samedi. Je récupère la petite boule de poils ce soir ! Une litière, un bon manger, un joli panier en tissu, une maison chaleureuse et pleins de bisous attendent ainsi la nouvelle petite occupante, si ce n’est la maîtresse des lieux en devenir. Hé oui ! Tous ceux ayant un chat le savent très bien, d’ici quelques temps, je serai chez elle, plus chez moi !

Un petit ami hors du commun

Un petit ami hors du commun_usa-indiana-flag_wp

Lorsque le bilan de l’année écoulée a été établi, la tendance s’est voulue être négative. Ce qui est malheureusement, d’année en année, l’état d’esprit majoritaire des individus. Or, à force de retenir plus le mauvais que le bien, on passe à côté des bonnes petites actions du quotidien qui changent des vies.

Dans l’Indiana, aux États-Unis, Addi Rust, une élève à l’école de Pendleton Heights, avait trouvé sa robe idéale pour le bal de promo. Mais elle ne pouvait se l’offrir. Elle en parle alors à son petit ami Parker Smith, aussi élève à la même école, et lui dit en plaisantant : « Parker, pourquoi ne fais-tu pas ma robe ? »

Le jeune homme décide de répondre à ses attentes. Sans aucune notion de couture, après l’esquisse de quelques croquis, il apprend à coudre avec sa grand-mère durant plusieurs mois afin de réaliser la robe de Cendrillon pour sa petite amie. Il finit la robe la veille du bal.

Bien que la jeune femme sache pour la robe, elle n’avait jamais imaginé un résultat si parfait. « Je prends une minute pour me vanter d’avoir cet homme parce que je pense que c’est la chose la plus cool à laquelle je n’ai jamais participé. Parker a fait ma robe de bal, je suis toujours sans voix. J’ai tellement de chance de l’avoir comme meilleur ami ! » a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Addi ne fut pas la seule à avoir été émue par ce geste romantique et la beauté de la robe. Bob Harbin, ancien directeur de casting chez FOX et directeur du spectacle « Cendrillon » au Footlite Musicals (un théâtre des arts du spectacle à Indianapolis), a contacté Parker Smith via l’un de ses professeurs de Pendleton Heights. Le jeune homme s’est surpassé en confectionnant alors une robe double, une robe paysanne se transformant en une robe de Cendrillon.

Même si le jeune homme n’est pas encore diplômé, il a déjà un brillant avenir devant lui !