Prête pour la rentrée !

Prête-rentrée_wp

De retour de vacances, je me suis pesée le matin suivant, comme tous les matins. Mais, ce matin-là,  je monte sur la balance avec l’angoisse de voir s’afficher un chiffre qui risque de ne pas me plaire beaucoup. Ayant profité, comme la bonne épicurienne que je suis, de petits restos sympas, de bars à tapas, de dégustations diverses et variées, de bonnes soirées bien arrosées, etc., je pense en mon for intérieur à l’évidence qui va apparaître.

Je monte donc sur la balance, je mets quand même les mains sur les yeux, les écarte très lentement, baisse la tête et là… je pleure ! Six kilos en plus ! Non, je n’y crois pas ! Bon, je recommence. J’attends quelques secondes, prends une profonde aspiration, hésite un peu, puis, je me lance. Je monte de nouveau sur la balance et effectivement, les six kilos sont bien là !

Oh ! L’horreur ! Je dois absolument faire quelque chose ! Me mettre au régime ! Sans aucun doute ! Mais quoi en plus ?

Un peu déprimée, comme toutes les femmes que nous sommes dans ce genre de circonstance, j’attrape mon téléphone et appelle l’une de mes copines.

Après une bonne heure de discussion, classique, la réponse qui m’a été donnée, c’est faire du sport !

Aïe ! Aïe ! Le léger souci, c’est que je ne suis pas sportive pour un rond ! Mais, bon, si je veux être prête pour la rentrée, je dois m’y coller !

Trois jours plus tard, cette même copine, nous ayant inscrite dans une salle de sport au préalable, m’attend devant celle-ci. Copine super sympa qui s’est proposée de venir affronter cette épreuve avec moi, sachant que tout comme moi, le sport et elle, ça fait deux !

Nous entrons alors dans ce lieu obscur, étranger, totalement nouveau pour nous et bien loin de notre univers habituel. J’ai dû d’ailleurs m’équiper pour l’occasion, étant donné que les vêtements de sport et les baskets ne font pas trop partie de ma garde robe. Et oui, je n’avais même pas une paire de tennis parmi toutes mes paires d’escarpins à haut talon… j’adore les chaussures !

Bref, nous entrons alors dans la salle de sport. Je vous épargne les odeurs de vieilles chaussettes et de transpiration qui rappellent celles de la salle de gym de l’école dans laquelle nous allions lorsque nous étions gamines. Après nous être changées dans ce qui ressemble à un vestiaire, le genre de celui des piscines, nous sommes conduites vers la salle de torture. Nous découvrons dans cette salle immense des appareils de toutes sortes, dont je ne saurais vous donner les appellations. Un grand costaud, musclé à la « Conan le barbare », nous accueille et nous montre les appareils adéquats à notre situation, un « body trainer » et un « stepper » Nous commençons alors notre séance d’une demi-heure, dix minutes de « body trainer », quinze minutes de « stepper » et les cinq dernières minutes, de nouveau, de « body trainer »

Motivées, plus que jamais, nous nous concentrons et nous activons. Et là, l’horreur ! Je découvre, à mon corps défendant, des muscles, dont je ne soupçonnais même pas l’existence. J’ai mal partout, j’ai l’impression que mon corps passe sous un rouleau compresseur.

Les trente minutes intensives d’activité physique achevées, trempées comme des wassingues mal essorées, rouges telles des tomates bien mûres, nous nous cramponnons l’une à l’autre pour rejoindre l’endroit des douches, lieu de détente où là c’est vraiment le réconfort après l’effort, puis retournons au vestiaire.

Sorties de la salle de sport, nous allons à la terrasse d’un café. Nous échangeons un regard complice et décidons de continuer l’aventure.

Dix jours après, je ne dirais pas que je suis devenue une accro au sport, mais j’admets que le regard porté sur moi dans le miroir me satisfait plutôt pas mal. Je remarque au fur et à mesure que mon corps se sculpte, les souffrances musculaires ressenties au début s’estompent de plus en plus et comme il se dit lorsque nous nous sentons bien dans notre peau, nous nous sentons bien dans notre tête. Et le plus important, j’ai retrouvé mon poids d’origine ! Bye, les six kilos en trop !

Je continue les trente minutes de sport par jour et ma copine et moi avons même réussi à entraîner d’autres copines avec nous et en faire des adeptes !

Alors, les filles, petit conseil amical, surtout pour les non-sportives comme moi, trente minutes par jour de sport de votre choix ne représentent rien dans une journée, c’est bon pour la santé et bouger, c’est éliminer !

Donc, aujourd’hui, je suis prête pour la rentrée !

Publicités

La honte de la mode !

honte de la mode_wp

Il y a quelques temps de cela, une célèbre marque de prêt-à-porter a lancé sa nouvelle ligne de vêtement pour enfant pour la rentrée des classes. Jusqu’ici, rien de choquant !

Sauf que, cette marque a sorti un tee-shirt marin avec une étoile jaune en tissu cousu à la place du cœur sur ce tee-shirt ! Ce dit tee-shirt ayant fait polémique sur les réseaux sociaux en raison du rappel de l’uniforme porté par les juifs durant la Shoah, la marque a donc présenté ses excuses et retiré le tee-shirt de la vente.

La honte !

Comment un styliste a pu avoir eu, ne serait-ce qu’un tout petit peu, l’idée de créer un tel vêtement ! Et comment, une marque digne de ce nom a pu prendre la décision de le mettre sur le marché ! Franchement !

J’ai été, également, tellement choqué par cet article que j’ai lu dans la presse, que j’en perds mes mots !

Et là ! C’est vraiment : « Pas de classe ! »

Crocodile sans « Dundee »

Sans Dundee_wp

Un pêcheur australien s’est fait dévorer par un crocodile albinos surnommé « Michael Jackson »

Lorsque le terrible accident s’est produit, le pêcheur, le bras dans l’eau du marécage, était en train de tenter de dégager une partie de son filet de pêche qui s’était accrochée en dessous de son bateau. Le crocodile, alors, dans les parages, silencieux et invisible, se jeta sur le bras du pêcheur et l’entraîna dans le fond. La femme du pêcheur, présente sur les lieux, appela rapidement les secours qui malheureusement retrouvèrent le corps déchiqueté du pêcheur plus loin sur une rive.

Le crocodile fut vivement recherché, trouvé, puis abattu.

L’auteur de l’article de ce fait divers précise que le fameux crocodile albinos était la star locale du coin ! Heureusement pour lui !

En conclusion, chanteur célèbre ou animal star, il semblerait qu’ils étaient prédestinés à connaître une fin tragique ! Alors, si votre nom de famille est « Jackson » et le futur né, un garçon, ne le prénommez surtout pas « Michael » ! Il vaut mieux prêter attention au nom propre porté, afin d’éviter d’attirer le mauvais œil !

« La Dame de cœur » s’en est allée

la-dame-de-coeur_sen-est-allee_wp
1919 – 2014

Ménie Grégoire, l’une des grandes voix de la première radio de France s’est éteinte à l’âge de 95 ans dans la nuit du 15 au 16 août 2014.

Hommage à cette grande Dame qui durant quinze ans a permis à « toute une génération d’auditeurs d’être témoin de la libération de la parole féminine sur les ondes dans sa célèbre émission Allô Ménie. »

Et elle était davantage. Elle était une vraie féministe qui apportait de réelles aides psychologiques sur le profond désarroi dont certaines femmes souffraient. Elle a su briser certaines barrières autour de la sexualité, sujet tabou fort marqué à cette époque. Elle a su instaurer un véritable dialogue de femmes à femmes !

Merci à vous et reposez-vous bien désormais, chère Ménie. Grâce à vous, la génération suivante dans laquelle je me trouve vous doit aussi beaucoup. Grâce à vous, le dialogue mère/fille a évolué. Vous nous avez appris à oser parler de « ces choses de la vie », ce que nos mères et nos grands-mères ne faisaient pas entre elles avant.

Très affectueusement à vous, très chère Ménie Grégoire.

Une culotte pour un job ?

culotte pour un job_wp

En panne de papier à écrire ? Pas assez d’argent pour en acheter ?

Pas de problème, une personne a trouvé la solution !

Une agence de communication située dans le sud de la France a reçu une lettre de motivation écrit sur une culotte !

Génial ! L’auteur de ce fait a eu non seulement une idée originale mais aussi pleine d’humour ! Il fallait oser !

Il est à espérer que cet individu a obtenu par la suite un entretien d’embauche et peut-être même un poste.

Donc, maintenant, si vous avez des vieilles culottes qui traînent dans le fond de l’un de vos tiroirs et êtes à la recherche d’un emploi, vous savez quoi faire !

Des fautes ! Des fuites ! Toujours au rendez-vous !

Des fautes_Des fuites_Toujours au rendez-vous_wp

Lors d’un précédent article, j’ai déjà mentionné des fautes commises par les journalistes de la presse écrite !

Mais, l’article que j’ai lu hier vaut le détour !

Avant toute chose, je rappelle : je ne suis pas journaliste ! Moi, aussi, je fais des fautes ! Sauf que, je n’ai pas la prétention d’écrire des articles dans un grand journal national lu par un large et grand public ! Et je veille, toutefois, à relire encore et encore mes articles avant de les publier sur mon blog afin d’éviter au maximum les fautes !

L’article dont il s’agit annonce le décès de l’un des nouveaux acteurs de la cinquième saison de « Game of Thrones »

Voici, les extraits de cet article avec les fautes :

« Selon son agent (…), l’acteur (…) était « absolument ravit », d’intégrer le casting « d’une des plus grandes productions du monde à ce stade de sa carrière. » (…) » Pour ma part, j’écris : « de l’une des plus grandes… » Question de style.

La suite est encore mieux :

« Originaire de (…), l’acteur (…) a accomplit la plus grande partie de sa carrière (…) » Le passé composé du verbe accomplir avec un « t » Pourquoi pas ? Par chance, il s’agit d’un acteur non d’une actrice, sinon, cela aurait pu être : « la chose qu’elle a accomplite », par exemple.

L’article compte cinq paragraphes d’à peine vingt lignes ! Mais, deux belles fautes ! Et pas des fautes d’étourderie ! Ce journaliste a dû passer une très mauvaise fin de période scolaire à l’école primaire ou le passé composé a fui de son esprit ou tout simplement, le passé composé, ce n’est pas son truc !

Heureusement, pour nos yeux, l’article est court !

Bonne fête à tous les gauchers contrariés ou non !

Bonne fête_gauchers contrariés ou non_wp

Aujourd’hui, 13 août, c’est la journée internationale des gauchers !

Super ! Nous avons notre fête !

Malgré que ce soit notre fête tous les jours ! Oui, tous les jours ! Le quotidien d’un gaucher peut se révéler être une vraie galère ! Entre les ouvre-boîtes manuels, la fameuse paire de ciseaux, avec laquelle tous les gauchers se sont bagarrés, les cuillères à sauce, dont la partie la plus fine pour servir se trouve du mauvais côté et les poignées de porte à droite, etc., etc., la vie d’un gaucher peut s’avérer être un parcours du combattant !

Bien que, pour nous réconforter, des grands gauchers aient marqué l’Histoire, tous les gauchers ne sont ni Léonard de Vinci ni Rafael Nadal !

Or, consolons-nous quand même, nous avons la particularité d’être ambidextre, que ce soit de façon innée ou acquise, puisque nous évoluons depuis des lustres dans l’univers des droitiers. Forcés de nous adapter au monde des droitiers, il nous a bien fallu développer la dextérité de notre seconde main et ne représentant que 12 % de la population, il est aussi logique que le monde se soit forgé avec sa majorité.

Qui plus est, au-delà de ce faible pourcentage, il faut prendre en compte ceux qui font partie de la catégorie : « les gauchers contrariés » ; cette catégorie qui a été poussée dès l’enfance à travailler avec sa main droite, pour des raisons de praticité ou de religion. Il fut un temps où dans certaines écoles, un enfant qui utilisait sa main gauche était considéré comme l’œuvre de Satan. Il devait obligatoirement se servir de sa main droite, le bon côté, la main du Seigneur. Et lorsqu’un enfant, naturellement reprenait l’activité avec sa main gauche, elle lui était attachée avec une corde autour du barreau vertical du dossier de sa chaise, de la même manière, pour un enfant qui ne savait choisir la main avec laquelle travailler.

Et de cela, il en a découlé une génération de maladroits, dont le terme : « gauche » y a trouvé tout son sens ! Il en a fallu des décennies avant que les spécialistes en la matière comprennent qu’il fallait laisser l’enfant choisir et exploiter naturellement son côté de prédilection. Certains spécialistes expliquent même certaines formes de dyslexie comme la conséquence de cette contrariété.

Soit, remercions les droitiers ! Grâce à eux, notre divergence est certes notre maladresse, mais surtout notre plus bel atout ! Demandez donc à un droitier de se servir de sa main gauche !

Alors, bonne fête aux gauchers de tout horizon ! Vive les gauchers !

Les vieilles filles !

vieilles filles_wp

Samedi soir dernier, une copine et moi avons été invitées à un dîner dansant. Au moment de l’apéritif, comme se veut la tradition, nous avons fait connaissance avec les hôtes de la tablée. Et bien évidemment, est arrivée la question fatidique : « Avez-vous des enfants ? » Réponse : « Non. » S’en est suivie alors toute une série de questions sur le pourquoi, le comment… Après avoir fourni les raisons pour lesquelles nous n’avions pas d’enfants malgré nous, le repas s’est poursuivi.

Au cours du repas, étant entourées de couples avec des enfants, la discussion sur les enfants, leur éducation, etc., immanquablement, eut lieu. Ma copine et moi nous sommes permises de donner notre avis, en évoquant le laisser-aller dans l’éducation d’aujourd’hui créant des enfants rois assez irresponsables, le manque d’engagement vis-à-vis des parents sur leurs devoirs de parents, etc. Et là ! Qu’avons-nous fait ! Pire qu’un crime de lèse-majesté !

Nous avons été confrontées à une bande de sauvageons ! Et la phrase classique nous a été lancée en pleine poire : « Vous n’avez pas d’enfants, vous ne pouvez pas comprendre ! »

Heureusement, pour nous, la seconde partie de soirée commença. Sans demander notre reste, ma copine et moi sommes parties danser. Sur la piste de danse, nous nous sommes interrogées.

Certes, nous ne pouvons tout comprendre sur l’enfant si nous n’en avons pas, or, n’avons-nous pas eu des parents, nous aussi, pour nous montrer la voie de l’éducation, même si celle-ci a été propre à eux ? N’avons-nous pas notre vision de l’éducation ? N’avons-nous pas le droit à la parole ? Sommes-nous condamnées à toujours être mises au ban de la société ?

Cela étant, ce que cette soirée nous a confirmé est malgré l’évolution de la société, lorsqu’une femme n’a pas d’enfant, elle n’a pas réellement de place. Elle est, soit une fille futile qui n’a jamais voulu s’engager sur cette voie, soit une femme enfant qui ne rêve que d’amour et d’eau fraîche, enfin pour l’eau, au prix du mètre cube… soit une fille incapable d’enfanter, soit, le pire de tout, une vieille fille !

Et dans tous les cas de figure, elle n’est et ne sera jamais une vraie femme ! Parce qu’elle n’a obtenu le titre suprême de mère !

La guerre chaude !

guerre chaude_wp

Sur le site Internet d’un grand journal national français, j’ai regardé une vidéo résumée ainsi : « L’acteur américain Mickey Rourke, dont la petite-amie est russe, a été vu faire la queue à Moscou pour acheter un tee-shirt à l’effigie de Vladimir Poutine. Il ne cache pas son admiration pour le président russe. » Au cours de cette vidéo, promouvant le Président russe, l’acteur américain déclare  : « Je l’ai rencontré à différentes reprises et il s’est comporté en vrai gentleman. C’est un mec très cool qui m’a regardé droit dans les yeux. Je pense que c’est un type bien. Si je ne le pensais pas, croyez-moi, je ne porterais pas ce tee-shirt. Ou alors, il faudrait vraiment me payer très cher. » Puis, il ajoute, en faisant référence à sa petite-amie : « Pour moi, l’important, c’est sa famille. Je me fiche de la politique. Ce n’est pas mon business. »

Heureusement, il ne fait pas de politique ! En tout cas, à sa place, au lieu de perdre mon temps à acheter et porter un tee-shirt à l’effigie d’un ancien membre du KGB, régulièrement critiqué pour l’autoritarisme de sa gouvernance et dont il a été pour la première fois réellement contesté à la suite des élections législatives de 2011, j’attaquerais plutôt mon chirurgien esthétique !

Or, ces artistes, qu’ils soient français ou américains, qui prônent un tel homme devraient peut-être s’intéresser aux personnes qui se trouvent enfermées dans les goulags pour avoir défier l’autorité de ce Président ! Et lorsque nous déclarons ne pas faire de politique, nous n’achetons pas de tee-shirt à l’effigie d’un homme politique, quel qu’il soit !

Enfin, si dans le passé, il y eut la guerre froide entre les Américains et les Russes, il semblerait qu’aujourd’hui ce soit la guerre chaude !

Nouvelle force de frappe contre le harcèlement : le jogging !

jogging_wp

Dans les rues de Bangalore, en Inde, une joggeuse, poursuivie par un inconnu, oblige ce dernier à s’agenouiller au sol !

Tranquillement, en train de faire son footing dans la rue, une jeune indienne est poursuivie par un inconnu. Très énervée, elle contre-attaque. Elle se dirige en courant vers ce dernier en lui demandant en vociférant d’arrêter de la suivre et force ce dernier à s’agenouiller au sol devant elle. Elle lui hurle tellement dessus que le jeune homme finit par se relever rapidement et prendre la fuite en courant.

Incroyable !

Désormais, les filles, oubliez vos cours de self-défense, mettez-vous au jogging ! Si un gars vous paraît suspect, devenez son pire cauchemar ! Hurlez-lui après de toutes vos forces vocales, menacez-le avec votre bouteille d’eau ! Continuez de lui criez dessus avec un ton militaire et obligez-le à se mettre à vos pieds !