Sing

Sing_vo_wp

Un coup de cœur tout en musique et en détente pour commencer ce second week-end d’automne.

Sing, en français Tous en scène, est un film d’animation américain en images de synthèse, mettant en scène des animaux, écrit, réalisé par Garth Jennings et sorti en 2016.

Buster Moon, un koala, a réalisé son rêve en devenant l’heureux propriétaire du théâtre dans lequel il allait avec son père étant enfant. Or le théâtre est au bord de la faillite, car ses spectacles n’ont jamais attiré grand monde. Acculé de dettes, devant de l’argent à la banque comme à ses créanciers, il décide d’organiser un grand concours de chant afin de se renflouer et redonner la gloire d’antan au théâtre. Il propose alors une récompense de 1 000 $ au gagnant du concours. Cependant une erreur de frappe et un enchaînement de circonstances malencontreuses provoquées par sa secrétaire très âgée, Miss Crawley, un caméléon qui porte un œil de verre, fait monter le prix du gagnant à 100 000 $, attirant ainsi une foule d’animaux prêts à tenter leur chance afin de réaliser eux aussi leur rêve, devenir un chanteur connu et reconnu. À la fin des auditions, les candidats retenus se lancent dans une véritable aventure développant au fur et à mesure leur talent et plus…

Sing_vf_wp

Ce film d’animation sans prétention est une merveille, tant dans la qualité des chanteurs qui doublent les voix des animaux que dans l’histoire en elle-même. Il relate le quotidien de chaque personnage auquel l’on peut facilement s’identifier en fonction du personnage type. Il transmet de beaux messages, prendre conscience de son réel talent, regagner la confiance perdue en soi ou la trouver tout simplement…

Ce film très bien conçu dans la qualité des dessins et images de synthèse est moderne et traite de vraies conditions sociales et sociétales.

Je vous invite sincèrement à le découvrir.

Publicités

Les enfants maltraités ont un cerveau qui se développe anormalement

Les enfants maltraités ont un cerveau qui se développe anormalement1_wp

5 à 15 % des enfants âgés de moins de 15 ans sont victimes de graves violences physiques et/ou sexuelles en Occident. Il a été récemment prouvé que ces dernières augmentaient le risque de dépression et de suicide.

Des scientifiques du McGill Group for Suicide Studies ont ainsi publié leurs résultats de recherche dans le prestigieux American Journal of Psychiatry. Ils ont établi que les effets durables des expériences traumatiques subies à l’enfance étaient dus à une altération de la structure et de l’activité des cellules du cortex cingulaire antérieur, partie spéciale du cortex considérée comme la plus ancienne dans l’évolution et partie du cerveau jouant un rôle majeur dans le contrôle des émotions et de l’humeur.

L’activité optimale du cerveau est due aux neurones qui communiquent avec les cellules éloignées par leurs axones, partie allongée qui permet le passage de l’information sous forme d’impulsions électriques. Ces axones sont recouverts et protégés par la myéline, à l’image d’une gaine entourant un fil électrique. La myéline est une substance grasse de protection des fibres nerveuses formée principalement donc de lipides à 70 % et dont les couches alternent avec des couches de protides à 30 %. La constitution de ce revêtement gras a lieu au cours des vingt premières années de vie.

Les enfants maltraités ont un cerveau qui se développe anormalement2_wp

Après études, les scientifiques ont découvert une diminution de l’épaisseur de la myéline chez les personnes ayant subi des maltraitances pendant leur enfance. Ils ont également constaté un défaut de production de celle-ci au niveau de l’ADN des cellules responsables de la générer et de l’entretenir.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont alors étudié de manière plus approfondie la matière blanche des personnes ayant été maltraitées au cours leur enfance. La matière blanche constitue les tissus du cerveau et de la moelle épinière composés de milliards de fibres nerveuses myélinisées. Bien que des études antérieures aient déjà fait ce lien en remarquant la présence d’anomalies significatives, les observations avaient été réalisées par IRM sur le cerveau de personnes vivantes. Il était donc impossible de connaître avec plus de précision les cellules et les molécules concernées qui étaient affectées au sein de la matière blanche. De ce fait, les scientifiques ont porté leurs travaux sur des cerveaux post-mortem. Ils ont recueilli à la Douglas-Bell Canada (Douglas-Bell Canada Brain Bank ou DBCBB) des cerveaux de trois groupes d’adultes sur lesquels ils ont prélevé des échantillons pour les comparer. Les trois groupes étaient composés de 27 individus qui se sont suicidés suite à une dépression avec des antécédents de sévices sévères, 25 qui se sont suicidés suite à une dépression mais sans antécédents et 26 psychologiquement sains. Seuls les individus maltraités durant leur enfance ont montré ces résultats.

Les enfants maltraités ont un cerveau qui se développe anormalement3_wp

En conclusion, ces changements provoqués un stade précoce du développement peuvent contribuer à l’apparition de troubles dépressifs ainsi que de comportements suicidaires. Ces constats ont dès lors permis de mettre en évidence une dérégulation du traitement des émotions.

Le « MasSpec Pen »

Le_MasSpec Pen_wp

Des scientifiques américains, chercheurs et ingénieurs de l’Université du Texas à Austin, ont créé une sonde manuelle de la taille d’un stylo qui détecte des cellules cancéreuses dans des tissus en quelques secondes seulement.

Actuellement, plusieurs jours sont nécessaires aux laboratoires afin de vérifier si aucune cellule cancéreuse ne subsiste dans les échantillons prélevés au cours de l’intervention chirurgicale.

Grâce à cette sonde, les chirurgiens pourront dès lors savoir rapidement si l’ensemble de la tumeur cancéreuse a bien été extrait.

En 10 secondes, cet outil ainsi baptisé MasSpec Pen est donc capable de déterminer en temps réel si la totalité de la tumeur cancéreuse a bien été enlevée après une opération chirurgicale. Car, des résidus de tissus cancéreux qui peuvent rester sont un risque de rechute pour le patient. Il permet d’extraire en douceur des molécules d’eau présentes dans les tissus en pompant un volume d’à peine 10 microlitres, soit 1/5 d’une goutte d’eau. Ces molécules sont acheminées par un tube souple vers un spectromètre qui calcule les différentes masses moléculaires dans l’échantillon et évalue la présence de cellules cancéreuses.

Suite aux résultats d’analyse sur 253 échantillons de tissus humains cancéreux et sains issus du poumon, de l’ovaire, de la thyroïde et du sein, ces scientifiques ont pu établir un profil moléculaire identifiant l’existence d’un cancer avec un taux de précision de plus de 96 %. Testée également sur des souris vivantes, cette sonde a pu localiser sans erreur la présence de cellules cancéreuses sans endommager les tissus sur lesquels ont été pris les échantillons.

Selon ces scientifiques, cette sonde pourrait être encore plus précise en étudiant un plus grand nombre d’échantillons. Il serait de même possible de l’utiliser pour diagnostiquer un éventail plus important de tumeurs dans différents types de tissus.

En parallèle, ils rappellent que la technique actuelle d’analyse employée pour définir si un tissu est sain ou cancéreux est lente et parfois inexacte. Qui plus est, il faut 30 minutes voire plus à un pathologiste pour préparer un échantillon et estimer s’il est cancéreux ou pas. Ce qui présente un risque accru d’infection et d’effets néfastes de l’anesthésie pour le patient. Aussi, l’interprétation de l’échantillon de tissu pour certains cancers est difficile et peut entraîner un niveau d’erreur dans les résultats allant de 10 à 20 %.

De son côté, le Docteur James Suliburk, chef du service de chirurgie endocrinienne à la faculté de médecine Baylor au Centre médical de Houston au Texas, ayant collaboré à ce projet précise : « Cette nouvelle technologie nous permet d’être beaucoup plus précis en sachant exactement quels tissus retirer ou laisser. […] Bien que maximiser l’ablation de la tumeur cancéreuse soit essentielle pour améliorer les chances de survie du patient, enlever trop de tissus sains peut avoir des effets néfastes étendus. »

Enfin, ces créateurs prévoient de se servir du MasSpec Pen en 2018 lors d’interventions chirurgicales pour extraire des tumeurs. En outre, ils ont déposé une demande de brevet pour cette technologie et ses applications aux États-Unis et souhaiteraient également que cette protection s’étende au niveau mondial.

L’Université Mc Gill à Montréal au Canada a présenté en juillet dernier un outil similaire, une sonde portative qui s’allume lorsqu’elle est en contact avec des cellules cancéreuses. La commercialisation est prévue dans les 5 ans à venir.

« Opération PANGEA X »

Opération PANGEA X_pilules_wp
Photo Philippe Huguen / AFP

Ce 25 septembre, Interpol a annoncé une prise record pour un montant de 51 millions $. 25 millions de médicaments contrefaits et interdits dans le monde vendus sur Internet ont été ainsi saisis. Des compléments alimentaires, pilules anti-douleur, aux traitements contre l’épilepsie ou encore les troubles de l’érection jusqu’à des produits nutritionnels ont été retrouvés parmi eux.

« La vente de produits pharmaceutiques contrefaits ou faux constitue un sujet croissant de préoccupation dans le monde car elle présente un danger pour la santé de consommateurs sans méfiance qui considèrent que les médicaments sont sans risques », a déclaré Immanuel Sam, responsable du bureau d’Interpol en Namibie.

Ce grand coup de filet est le résultat de l’opération PANGEA X lancée en 2008 contre les réseaux de vente illicites de médicaments sur Internet. Cette opération menée entre le 12 et 19 septembre dernier dans 123 pays, dont un nombre record de participations pour la première fois des pays africains, a permis 400 interpellations, 3 584 fermetures de sites et l’arrêt de plus de 3 000 publicités louant les vertus de produits pharmaceutiques.

Opération PANGEA X_Pixabay_wp
© Pixabay

Selon Interpol, cette opération a donné également lieu à une enquête sur la vente illégale d’équipements médicaux, comme des implants dentaires, des préservatifs, des seringues et du matériel chirurgical. Cette investigation a conduit à des saisies d’un montant de 500 000 $.

Tim Morris, le directeur exécutif pour les services de police d’Interpol, a exprimé de son côté son inquiétude sur l’augmentation alarmante des produits pharmaceutiques non autorisés ou non contrôlés sur Internet : « Cette tendance met des vies en danger. Le fait que nous assistions à de tels résultats considérables après dix années d’opérations Pangea montre que la vente en ligne de médicaments interdits constitue un défi persistant et sans cesse croissant ».

Enfin, Interpol a précisé que PANGEA X  tenait aussi à sensibiliser l’opinion publique sur les dangers de l’achat de médicaments sur Internet.

« Blue Whale Challenge »

Blue Whale Challenge_baleine-bleue_wp

Nouveau jeu de défi létal à la mode chez les adolescents qui a déjà causé plusieurs morts. Les jeunes concernés sont souvent âgés de 12 à 16 ans.

Le « Blue Whale Challenge » ou « défi de la baleine bleue »,  est une série de défis absurdes à relever. Les participants ont un parrain qui leur confie des challenges à remporter qui s’intensifient au fur et à mesure des épreuves franchies. Le jeu prend fin à la 50e étape qui consiste à aller jusqu’à inciter l’adolescent à se suicider.

Apparu à l’origine sur le réseau social russe Vkontakt, ce jeu tire son nom d’une légende selon laquelle les baleines bleues pourraient se suicider en s’échouant volontairement sur le rivage.

Blue Whale Challenge_scarification_wp

En Sibérie, en Russie, 2 adolescentes, Veronika Volkova, 15 ans, et Yulia Kostantinova, 16 ans, se sont ainsi jetées depuis un immeuble de 14 étages, fait divers révélé par le journal anglais Mirror. Selon les médias russes, 130 jeunes dans le pays se seraient suicidés au cours des 6 mois suivant le démarrage de ce challenge.

En France, ce défi se dissimule sous différents noms de code sur les réseaux sociaux, tels que #f57, #f58, #baleinebleue, #baleinedemer, etc.

La police a d’ailleurs ouvert une enquête pour incitation au suicide. Ce crime est passible de 5 ans de prison et de 75 000 € d’amende.

Blue Whale Challenge_brûlure-peau_wp

Malheureusement ces types de challenge sont loin de s’arrêter. Récemment le « Hot Water Challenge » est apparu sur les réseaux sociaux. Il s’agit de se jeter de l’eau bouillante sur soi ou d’asperger une autre personne par surprise et diffuser ensuite le résultat sur les réseaux sociaux.

En Arkansas aux États-Unis, un adolescent de 15 ans qui participait à une pyjama party chez l’un de ses copains a été brûlé au 2e degré. Les ados présents à cette soirée lui ont versé de l’eau bouillante dans le cou durant son sommeil. Et une petite fille de 8 ans a trouvé la mort en avalant de l’eau bouillante pour épater ses cousins.

Chicken tikka masala

Chicken tikka masala1_wp

Le chicken tikka masala (ou massala, mais plus usuellement la première graphie) est un plat constitué de morceaux de poulet cuits (poulet tikka) et préparés dans une sauce de différentes épices (masala). Les morceaux de poulet sont préalablement marinés dans du yaourt et ce mélange d’épices. Ils sont ensuite cuits dans un four tandoor*.

Ce plat très répandu au Royaume-Uni ainsi qu’en Occident est souvent considéré comme étant issu de la cuisine indienne.

Or, les origines réelles de ce plat demeurent inconnues. Il a été supposé qu’il ait apparu au Royaume-Uni entre les années 50 et 70. Selon la rumeur la plus connue, il aurait été créé dans un restaurant indien à Glasgow vers la fin des années 1950. Un client aurait trouvé le poulet tikka trop sec et aurait demandé plus de gravy, jus de viande utilisé dans la cuisine anglaise. Le cuisinier aurait alors improvisé une sauce avec du yaourt, de la soupe de tomate et des épices. D’après une autre rumeur, il viendrait du Raj britannique et serait un plat local qui aurait été adapté au goût des colonisateurs.

Chicken tikka masala2_wp

Aucune recette type n’existe vraiment. Il y aurait près de 48 recettes différentes, selon une étude, dont le seul aliment commun est le poulet. Généralement, la sauce est à base de tomate, de crème fraîche classique ou crème de noix de coco et de plusieurs épices. La sauce et/ou le poulet sont habituellement colorés en orange ou rouge avec des colorants alimentaires.

Des variantes de ce plat ont cours où le poulet est remplacé par l’agneau, le poisson ou encore le panir, fromage indien et pakistanais obtenu à partir du lait de bufflonne.

Aujourd’hui, le chicken tikka masala est servi dans des restaurants du monde entier et au Royaume-Uni, il est estimé comme le plat le plus populaire. Parmi ce genre de plats, dits Curry, 1 sur 7 et 23 millions de portions sont vendus chaque année à travers toute l’île. D’ailleurs, l’homme politique britannique Robin Cook a même déclaré à son sujet : « Le poulet tikka masala est à présent le véritable plat national du Royaume-Uni, pas seulement parce que c’est le plus populaire, mais aussi parce que c’est une image parfaite de la manière dont le Royaume-Uni absorbe et adapte les influences extérieures ».

Chicken tikka masala3_wp

*Le tandoor est un four en terre cuite en forme jarre et traditionnellement enfoui dans le sol. Il est employé dans la cuisine indienne, appelée tandoori, plus précisément dans la région du Pendjab, mais aussi en Asie Centrale, notamment en Ouzbékistan. Ce four est alimenté plusieurs heures en braises jusqu’à ce que les parois deviennent suffisamment chaudes pour accueillir les aliments. Ceux-ci sont embrochés et introduits une fois le feu éteint. Ce principe est similaire à celui du four à pain traditionnel.

Pour une recette simple et facile à réaliser, vous pouvez consulter celle du Chef Simon.

Je vous retrouve la semaine prochaine avec une autre habitude alimentaire très anglaise assez particulière…

Bon appétit !

Zootopia

Zootopia1_wp

Zootopia (Zootopie en français) est un autre long-métrage d’animation des studios Disney, entièrement réalisé en images de synthèse par Byron Howard et Rich Moore.

Ce film est une comédie policière mettant en scène des animaux anthropomorphes. Judy Hopps, optimiste et intrépide lapine, réussit à devenir le premier lapin agent de la police. Nouvelle recrue de la police de Zootopia, elle tente de faire ses preuves en enquêtant sur la mystérieuse disparition d’un papa loutre. Avec l’aide du renard escroc, Nick Wilde, ils vont tous les deux se lancer dans une folle aventure afin de résoudre cette affaire qui les mènera bien au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer…

Zootopia2_wp

Remportant l’Oscar du meilleur film d’animation en 2017, ce film aborde avec subtilité des problèmes sociétaux, tels que les préjugés, les stéréotypes, etc.

Il fait passer de nombreux messages humanistes en décrivant avec beaucoup de réalisme le monde actuel dans lequel nous évoluons.

Ce film destiné aux petits comme aux grands est une belle réussite. Une fois de plus les studios Disney signent un nouveau petit chef d’œuvre et prouvent qu’ils ont vraiment su prendre le tournant de la modernité.

À regarder en famille ou entre amis.

Zootopia3_wp

Bon dimanche !

Wonder Woman, le film

Wonder Woman, le film_film_wp

Écrit par Allan Heinberg, Zack Snyder et Geoff Johns, Wonder Woman est le premier film de super-héros américain réalisé par une femme Patty Jenkins et la première adaptation cinématographique en prise de vues réelle entièrement consacrée au personnage.

Diana (Gal Gadot), soit Wonder Woman, est une princesse guerrière amazone élevée sur une île paradisiaque à l’écart du monde des humains. Un jour l’officier américain Steve Trevor (Chris Pine) atterrit accidentellement près des côtes de cette île. Tandis qu’il est en train de se noyer, Diana vient lui porter secours. Arrêté puis interrogé par la reine des amazones, la mère de Diana, sur la raison de sa présence sur l’île, l’officier lui apprend que le monde est en pleine guerre. Diana décide alors de se joindre à lui afin de sauver les populations des manipulations du dieu grec de la guerre, Arès, présumé à l’origine de ce conflit. Arrivant sur le front de l’ouest lors de la Première Guerre mondiale, Diana et Steve, accompagnés d’un petit groupe de mercenaires, amis de Steve, tenteront le tout pour le tout afin de mettre un terme à cette guerre. Mais Diana devra personnellement affronter Arès en choisissant de se ranger du côté du monde des humains ou pas…

Wonder Woman, le film_logo_wp

Ce film assez décrié, selon des recherches et sources personnelles, a été pourtant, pour ma part, une très agréable surprise au cours de son visionnage. Je m’attendais à regarder une adaptation d’un DC Comics en dessous de la moyenne, selon ces dires. Or, j’ai aimé. Ce film retrace bien l’esprit des autres films du genre.

Peut-être est-ce le fait qu’une femme soit mise en valeur en tant que super-héro ? Avons-nous peut-être trop l’habitude de toujours voir un homme être le sauveur du monde ? Nos super-héros de notre jeunesse, traditionnellement masculins, n’ont-ils pas le droit à un dépoussiérage ? Et la vraie question serait… les femmes ne sont-elles pas aptes à être, elles aussi, des héroïnes ?

En rappel, lors de son exploitation, ce film bat plusieurs records. Pour son premier week-end d’exploitation, il récolte 200 millions $ de recettes, devenant le plus gros succès commercial d’un premier week-end d’ouverture pour un film réalisé par une femme. Après 4 semaines d’exploitation aux États-Unis, le film atteint 346,6 millions $, dépassant les recettes perçues en 12 semaines pour Batman v Superman : L’Aube de la Justice, soit 330 millions $, ou encore Man of Steel, en 14 semaines avec 291 millions $, et se hisse à la 1ère place des plus gros succès jamais réalisés jusqu’ici de l’univers cinématographique de DC Comics et à la 3e place des adaptations de BD de DC Entertainment.

Wonder Woman, le film_affiche_wp

En résumé, Wonder Woman a amassé pas moins de 800 millions $ de recettes. Il est le film n°5 du meilleur démarrage de l’année en cours et le n°17 du meilleur démarrage d’une franchise de tous les temps.

Donc, quoi qu’en disent ses détracteurs, pour tous les amateurs des DC Comics, ce film vaut le coup d’œil, tant dans sa beauté artistique que finalement dans la réalisation de son adaptation scénaristique…

 

L’automne

L'automne_elfe_wp

C’est officiel, l’automne est là ! Aujourd’hui, c’est le premier jour de cette saison. Et je ne vous le dirais jamais assez ou trop peut-être, j’adore cette saison… quand il ne pleut pas.

L'automne_feuilles-grandes_wpSauf si je suis bien tranquillement au chaud à la maison, il peut pleuvoir comme vache qui pisse comme l’on dit chez moi, dans ce cas j’aime la pluie. La regarder tomber dehors et contempler les gouttes glisser sur les carreaux de la fenêtre. L’entendre bruire et la voir se déverser en un rideau sur les toits…

Or, l’automne c’est aussi annonciateur des périodes festives. Halloween, Noël, la fin d’une année et à titre personnel un an de plus me rappelant que définitivement les quarante sont plus que bien entamés et s’approchent doucement mais sûrement des cinquante.

L'automne_feuilles-petites_wpC’est également la transformation de la nature. Les oiseaux qui chantent moins fort pour laisser place au silence. Les arbres qui quittent leur robe de feuillage vert pour s’habiller d’un manteau marron aux teintes dorées, orangées allant jusqu’au rouge flamboyant. Les jours qui s’amenuisent permettant au soleil de se coucher plus tôt et s’offrir des grasses matinées. Le temps qui se refroidit. Le retour aux plats chauds consistants et familiaux. Le moment où l’on fait ses réserves pour se préparer à l’hiver. C’est un cycle naturel dont la nature a besoin pour se régénérer…

Enfin, cette saison semblable aux autres dans sa singularité peut pourtant provoquer un impact sur certains d’entre nous. Et pour vous d’ailleurs, que vous évoque l’automne ?

L'automne_maison_wp

5 inventeurs européens primés par le MIT

5 inventeurs européens primés par le MIT_wp
USA – Cambridge – MIT – Massachusetts Institute of Technology

La prestigieuse Technology Review du MIT (Massachusetts Institute of Technology) à Cambridge aux États-Unis a distingué le 14 septembre dernier à la Station F, inaugurée le 29 juin de cette année, à Paris 5 innovateurs européens de moins de 35 ans.

Parmi plus d’un millier de candidats à l’origine, 35 d’entre eux âgés de moins de 35 ans ont été retenus et 5 ont reçu un prix, chacun dans une catégorie spécifique : inventeurs, entrepreneurs, visionnaires, pionniers et humanitaires. La remise des prix décernés s’est ainsi déroulée à cette station de start-up à Paris.

Les 5 innovateurs récompensés sont :

5 inventeurs européens primés par le MIT_Enass Abo-Hamed_wp
Enass Abo-Hamed (Royaume-Uni) – « visionnaire » européenne 2017 pour son travail sur les stations de stockage d’énergie à H2
5 inventeurs européens primés par le MIT_Julien de Wit_wp
Julien de Wit (Belgique) – « pionnier » 2017
5 inventeurs européens primés par le MIT_Victor Dillard_wp
Victor Dillard (Belgique) – mention spéciale « entrepreneur » 2017
5 inventeurs européens primés par le MIT_Thibault Duchemin_wp
Thibault Duchemin (France) – « humanitaire » 2017
5 inventeurs européens primés par le MIT_Solveiga Pakstaite_wp
Solveiga Pakstaite (Royaume-Uni) – « innovatrice » 2017

Ce prix « Innovators Under 35 » est décerné depuis 2011 dans 6 pays européens, donc hors États-Unis. Et cette année, des candidats de 28 pays de l’Union européenne ont participé à cet évènement symbolique.

Les projets présentés par les 35 candidats restés en lice concernaient tous les domaines des sciences et des technologies. Par exemple :

  • SafetyNet (Royaume-Uni) a proposé un système lumineux permettant aux pêcheurs de n’attraper que des espèces de poissons désirées.
  • Gleechi AB (Suède) a montré son travail sur le réalisme des mouvements corporels et robotiques en réalité virtuelle.
  • Lilium (Allemagne) a exposé son jet électrique transportant des passagers, décollant et atterrissant à la verticale.
  • Crafting Wearables (Pays-bas) a affiché ses vêtements du futur s’adaptant selon les situations.
  • Human Instruments (Royaume-Uni) a dévoilé ses instruments de musique pouvant être joués les mains libres par des interprètes atteints d’un handicap physique.

Quant aux autres nombreux projets, ils révélaient des dispositifs médicaux, des systèmes de traçabilité des aliments, de l’énergie, de l’environnement, du transport, etc. ou encore des mécanismes innovants dans bien des domaines différents.

5 inventeurs européens primés par le MIT_logo_wp