« Momo Challenge »

_Momo Challenge_tête-de-mort-tribal_wp

Alors que je vous ai présenté la semaine dernière un article sur un jeu ludique, le cache-cache des galets, aujourd’hui le sujet du « jeu » dont il s’agit est loin de l’être.

Nous savons que de nombreux « challenges » aberrants apparaissent régulièrement sur les réseaux sociaux. C’est le cas de ce nouveau défi, le « Momo Challenge » qui est une forme de « cyberintimidation » qui se propage à travers les réseaux sociaux.

Originaire du Japon, ce phénomène a envahi le monde entier et il provoque de véritables ravages, dans le sens propre du terme.

Ce défi consiste à communiquer avec « Momo » par le biais de l’application de messagerie Whatsapp. Le visage plus que cauchemardesque de ce « Momo » ayant emprunté ses traits à l’œuvre de l’artiste japonais Midori Hayashi, montrant en aparté que l’art est subjectif. Le « Momo Challenge » recourt à des menaces afin de forcer les victimes à effectuer des tâches dangereuses. Il s’appuie ainsi sur des messages Whatsapp pour convaincre les victimes potentielles d’utiliser leur téléphone mobile afin de composer le numéro de l’un des « comptes Momo ». Le créateur du compte harcèle alors la victime jour et nuit avec des envois de menaces et d’images violentes, même sanglantes, à moins qu’une succession de tâches ne soit effectuée. La victime ciblée se voit notamment menacer de la divulgation d’informations très personnelles à tous ses contacts après le piratage de son téléphone, de blesser des membres de sa famille, de sorts surnaturels, comme les malédictions, ou pire. Selon le site Espace Manager, au bout de 50 jours de harcèlement continu, « Momo » conseille à sa victime de se suicider afin de mettre fin à ses souffrances.

_Momo Challenge_tête-de-mort-pleine_wp

Et selon plusieurs médias étrangers, ce défi aurait déjà causé la mort d’une adolescente. En Argentine, les policiers en charge de l’enquête suite au suicide d’une jeune fille de 12 ans aurait découvert des discussions accablantes sur le téléphone de celle-ci, suggérant qu’elle aurait été victime de ce challenge.

Sur les réseaux sociaux, les adolescents évoquent tous le « Momo Challenge ». Bien qu’une partie ne cautionne pas ce défi, la plupart s’en amusent, certains suppliant même pour avoir l’un des numéros leur permettant d’établir le contact avec le harceleur.

La propagation de ce phénomène prenant une telle ampleur internationale, par crainte aussi de voir se répéter le scénario du Blue Whale Challenge, Whatsapp encourage ses utilisateurs à bloquer les numéros de téléphone liés au Défi Momo et à se plaindre aux autorités.

En parallèle, les forces de l’ordre de plusieurs pays ont publié un communiqué afin de mettre en garde les parents et leurs enfants sur la dangerosité de ce « jeu ». Sur le compte Twitter, de la Police de Tabasco au Mexique, on peut lire d’ailleurs : « Le risque de ce challenge, pour les plus jeunes et les mineurs, est que les criminels peuvent s’en servir pour dérober des informations personnelles, inciter au suicide ou à la violence, harceler, extorquer de l’argent et générer des troubles physiques et psychologiques tels que l’anxiété, la dépression et l’insomnie ».

Cependant, si à la base un seul groupe de personnes, probablement provenant du Japon, se masquait derrière Momo, aujourd’hui des instigateurs du monde entier se font passer pour lui ayant toujours comme objectif, celui de terroriser…

Publicités

On est les champions !

On est les champions_coupe-monde-foot-2018-blue_wp

Ça y est ! C’est fait ! La France est championne du monde de la coupe de football 2018 ! Et non sans mal !

4 buts à 2 contre la Croatie. Une équipe qui n’a pas non plus démérité, bien au contraire. Une très belle équipe de Croatie qui l’a d’ailleurs prouvée tout au long de ce mondial. Un mondial ceci dit atypique ; il n’a vraiment ressemblé en rien aux autres.

On est les champions_coupe-monde-foot-2018-tour-eiffel_wp

3 beaux buts sur les 4 que l’équipe de France a marqués. 2 buts qu’elle s’est prise, dont 1 qu’elle n’aurait pas dû prendre ; franchement le 2e a été dû à une maladresse sans nom. Peu importe, elle remporte le titre 20 ans après.

Je ne vous ferai pas le résumé de ce match de la finale, des spécialistes du football ont été et seront meilleurs que moi en la matière. Mais cette victoire française marque un beau renouveau des joueurs et de l’esprit du football français.

On est les champions_coupe-monde-foot-2018-red_wp

Elle représente aussi l’excellent travail de l’entraîneur Didier Deschamps, ce footballeur international qui prouve ici qu’il mérite bien sa place de sélectionneur depuis 2012.

Quel match ! Quelle victoire ! Bravo l’équipe de France ! Cocorico !

On est les champions_coupe-monde-foot-2018-trophée_wp

La Belgique endiablée !

La Belgique endiablée_coupe-du-monde-Belgique-flag-foot_wp

Quel beau match nous offerte cette équipe de Belgique hier ! La coupe de monde 2018 est finie pour ce pays avec une belle victoire lui permettant de monter sur le podium à la 3e marche.

Victoire bien méritée face à une équipe anglaise pas vraiment au top. Victoire aussi avec des petites frayeurs que nous a faites cette équipe des diables rouges. Merci d’ailleurs à ce joueur (dont je ne me souviens plus du nom) qui a été super réactif en entrant dans la cage de son goal afin d’éviter un but contre son équipe.

Ah ces diables ! Toujours ce même problème, très bons en attaque et quelques faiblesses en défense qui les ont suivis tout au long de ce mondial en leur ayant peut-être coûté leur 1/2 finale contre la France.

La Belgique endiablée_coupe-du-monde-stade_wp

Cependant, cette équipe de compétiteurs nous a montré une autre et très belle image de ce qu’elle était. Répondant toujours à l’appel sur le terrain, cette équipe combative porte très bien son nom des diables rouges. Félicitations messieurs ! Bravo pour ces 2 buts à 0 contre l’Angleterre !

Aujourd’hui, c’est le tour de l’équipe de France d’apporter la victoire et renouveler son exploit de 1998. Ce qui ne sera pas une mince affaire, car l’équipe de Croatie qui lui fera face n’est en rien comparable aux Anglais…

Quoi qu’il advienne, je vous présenterai demain un article supplémentaire sur le sujet. En attendant, bonne chance à l’équipe de France pour cet après-midi !

Bon dimanche !

On a gagné !

On a gagné_coupe-monde-2018-light_wp

Hier soir s’est déroulé le match de 1/2 finale France/Belgique de la coupe du monde de football 2018. Ce match tant attendu pour certains supporters de ce sport.

N’étant absolument pas sportive et fan de foot, comme je le répète souvent, je me devais toutefois de consacrer un article sur l’évènement. Bah oui quand même !

On a gagné_coupe-monde-2018-Fr-Be_wp

Mon cœur balançait entre ces deux pays. Quelle équipe devais-je soutenir, puisque j’ai de la famille des deux côtés ? Mais étant de nationalité française et d’origine espagnole à la base, n’ayant pu supporter l’Espagne, étant donné qu’elle s’est faite rapidement éliminer, la balance a penché du côté français.

La patriote en moi s’est réveillée et avec surprise je me suis laissée prendre par la fièvre footballistique. Je vous rassure, je ne vais pas me transformer pour autant en supportrice de ce sport, ni ne deviendrai une accro en regardant des matchs de foot à la suite de la fin de cette coupe du monde.

On a gagné_coupe-monde-2018-tableau_wp

Cependant, j’ai regardé du début jusqu’à la fin (miracle !) ce match de 1/2 finale.  Je ne pourrais dire si ce fut le match du siècle, si la France a mieux joué que la Belgique. Même si la France m’a parue plus à l’aise en défense qu’en attaque, que la Belgique semblait mieux maîtriser les deux, on a gagné ! Enfin plutôt l’équipe de France. Mais la Belgique n’a toutefois pas démérité. Elle a prouvé qu’elle était une équipe à la hauteur.

Enfin, bien que j’aie eu un petit pincement au cœur de voir tout de même la Belgique perdre (espérons qu’elle accède à la 3e place), le rêve de la coupe finale remportée par la France est permis. Vive la France !

La coupe du monde de football 2018

La coupe du monde de football 2018_ballon-coupe_wp

Impossible de passer à côté de cet évènement sportif, même au fin fond d’une grotte sur une île déserte. On dirait que le monde s’est arrêté pour se mettre à l’heure du football. On ne parle que de ça. Certains vont même jusqu’à concevoir des gâteaux en forme de ballon de football. La preuve en image !

La coupe du monde de football 2018_ballon-dessert_wp

Inutile de vous rappeler que je suis une femme. Donc, le football et moi ça fait 457 861. Alors sa coupe du monde… je vous laisse imaginer.

Print

Cependant, un article écrit par Azar Khalatbari, spécialiste de physique fondamentale et sciences de la Terre pour le magazine Sciences et Avenir, et paru sur le site de ce dernier, m’a bien fait rire. Le spécialiste a expliqué qu’au moment du but marqué par l’équipe du Mexique contre celle de l’Allemagne ce 17 juin, battant ainsi le champion du monde, les Mexicains ont tellement exprimé leur joie qu’ils ont causé un microséisme. Celui-ci a été enregistré à 11 h 32 précisément par deux capteurs du réseau SIMMSA, réseau d’analyse sismique et d’étude géologique mexicain. « Aucune activité tectonique n’a eu lieu à Mexico au moment du but. La ferveur des supporters et leur saut coordonné ont provoqué une vibration du sol, exactement comme lorsque survient un séisme », a précisé le spécialiste.

La coupe du monde de football 2018_ballon-mur_wp

Et ce ne serait pas la première fois. Selon l’école et l’observatoire des sciences de la Terre de l’Université de Strasbourg, le 17 juin 2017, « la victoire de l’équipe de rugby de Clermont-Ferrand en finale du Top 14 avait aussi déclenché plusieurs pics d’activité sismique qui correspondent aux mouvements de la foule aux moments clés du match et notamment lors du coup de sifflet final ».

Print

Même si « lors des travaux de prospection géophysique, des séismes artificiels sont déclenchés par des camions équipés de plaques vibrantes qui génèrent des trains d’ondes se propageant à travers le sous-sol », a conclu le spécialiste, l’explosion de joie des Mexicains porte ici bien son nom…

Le gaspillage alimentaire

Detox Diet Food

Ce n’est pas du tout un coup de cœur, c’est plutôt un sujet qui me tient à cœur. Ce gâchis alimentaire qui représente non seulement de grandes pertes économiques, mais surtout cause des problèmes conséquents tant écologiques qu’humanitaires.

Selon une étude, publiée le 18 avril dernier dans le journal PLOS ONE, chaque jour, les Américains jettent 150 000 tonnes de nourriture à la poubelle, soit 400 g d’aliments par personne ; la plupart d’entre eux étant des fruits et légumes. Cette étude est basée sur des chiffres du gouvernement et des sondages recueillis entre 2007 et 2014 sur le gaspillage alimentaire.

Le gaspillage alimentaire_food_wp

Les fruits et légumes correspondent à 39 % de la nourriture gaspillée, suivent les laitages à 17 %, la viande à 14 % et les céréales à 12 %. Cette nourriture jetée et non consommée a été cultivée sur près de 7 % des terrains agricoles américains en ayant utilisé pour sa production des milliers de milliards de litres d’eau. Elle constitue aussi une utilisation annuelle de plus de 350 millions de kg de pesticides et près d’1 milliard de kg d’engrais.

L’étude précise que les boissons sans alcool, les sucreries, les chips ou encore l’huile sont moins gaspillés que les autres aliments, comme l’explique Meredith Niles, co-auteure de l’étude et professeure assistante à l’Université du Vermont : « Les régimes alimentaires de meilleure qualité sont basés sur de plus grandes proportions de fruits et de légumes, qui sont gaspillés en plus grande quantité que les autres produits. Manger sain est important et est source de nombreux bénéfices, mais plus nous suivons ces régimes, plus nous devons être conscients du gaspillage alimentaire ».

Le gaspillage alimentaire_coupelle_wp

Mettant ainsi en lien le gaspillage alimentaire, le régime de qualité et le développement durable, l’étude note que pour une alimentation équilibrée, le gaspillage alimentaire qui en découle doit être pris en compte. Les chercheurs suggèrent en solution au problème l’apprentissage aux consommateurs à mieux préparer et stocker les fruits et les légumes frais.

Il est effectivement très utile de dépenser de l’argent à ce genre d’étude pour ce genre de conclusion…

Bref !

Le gaspillage alimentaire_panier_wp

Quant en France, le gaspillage alimentaire atteint une moyenne 10 millions de tonnes de nourriture consommable jetés chaque année, soit 20 kg de déchets alimentaires, dont 7 kg de produits encore emballés ; l’équivalent d’1 repas par semaine. Même si ces chiffres sont très loin de ceux des États-Unis, ils matérialisent néanmoins une perte de 12 à 20 milliards € par an.

Selon le site du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, la France est pionnière dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. En février 2016, le pays a mis en place la loi Garot interdisant « la javellisation des invendus encore propres à la consommation », entre autres, et impose aux supermarchés de plus de 400 m2 de conclure une convention avec des associations afin de leur donner des aliments non vendus. Deux ans après, les bilans se révèlent très positifs. Selon le baromètre 2018 de la valorisation des invendus en grande distribution, réalisée par Comerso, 34 % des points de vente ont mené des actions sur les produits invendus grâce à cette loi. Les pouvoirs publics se fixent l’objectif de réduire de 50 % le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne alimentaire d’ici 2025.

Le gaspillage alimentaire_nourriture_wp

Enfin, outre la nécessité apparente d’instaurer une loi afin d’inciter à une consommation plus responsable, le gaspillage alimentaire nous concerne tous, de la grande distribution au simple consommateur, chaque partie doit s’efforcer à changer ses habitudes.

En rappel, à Haïti, l’un des pays les plus pauvres du monde, les paysans affamés sont contraints de se nourrir de boue salée et séchée. Cf. Courrier international.

Les mondes oubliés

Les mondes oubliés_Jordanie-Petra-cité_wp
Jordanie – Pétra

Des ruines magistrales aux villes englouties jusqu’aux palais érodés par la végétation, ces mondes oubliés laissent encore entendre à ceux qui veulent écouter leur gloire d’antan.

Ces citées perdues depuis des siècles et des siècles transmettent toujours leur histoire. Abandonnés par leurs peuples, détruits par des conflits, des séismes, submergés par des raz-de-marée, certains de ces mondes oubliés ont été exhumés par les explorations d’hier et d’aujourd’hui.

À l’image de la mythique capitale Pétra du royaume nabatéen en Jordanie, remontant à environ 300 ans av. J.C, découverte en 1812 ou la célèbre forêt minérale réapparue en 1859 et qui héberge Ankor au Cambodge, l’une des capitales de l’Empire khmer, existant approximativement du 9e au 15 siècle, ces cités éteintes continuent à être découvertes par des archéologues passionnés.

Colombie – Ciudad Perdida

Colombie : Ciudad Perdida

Située dans la Sierra Nevada, au nord de la Colombie, Ciudad Perdida est estimée comme l’une des plus extraordinaires cités préhispaniques d’Amérique. Longtemps protégée par la jungle à 1 300 m. d’altitude, cette cité urbaine précolombienne révèle une architecture majestueuse en terrasses ovales et circulaires unique en Amérique.

Elle fut découverte en 1976 par l’archéologue de l’Institut colombien d’anthropologie et d’histoire, Luisa Fernanda Hererra, qui poursuit son exploration. Elle a réussi à établir sa fondation par le peuple Tairona au 2e siècle. Des trésors d’orfèvrerie ont été retrouvés et sont d’ailleurs exposés au musée de l’Or de Bogota. La ville aurait été délaissée à l’arrivée des conquistadors espagnols au 16e siècle. Malgré des difficultés d’accès, elles sont dès lors visitées. Ces montagnes sont toujours gardées par les Indiens Kogis, descendants des Taironas.

Les mondes oubliés_Tunisie-Néapolis-usine-salaison_wp
Tunisie – Néapolis – usine de salaison

Tunisie : Néapolis

Située au sud-ouest de l’actuelle Nabeul en Tunisie, cette ville fut dévastée en l’an 365 de notre ère par un tsunami, à l’issue d’un tremblement de terre. Celui-ci fut d’une telle intensité que l’historien de l’antiquité tardive, Ammien Marcellin (330 – 395), a évoqué qu’il avait été ressenti jusqu’aux côtes d’Alexandrie en Égypte ainsi qu’en Crète en Grèce.

En juillet dernier, une équipe de chercheurs tunisiens et italiens a découvert les vestiges de cette cité grecque devenue une colonie romaine prospère. Le tracé de certaines de ses rues et monuments sont visibles sous les eaux de la Méditerranée. De nombreux bassins destinés à la macération du garum (précieux condiment préparé à partir de poissons fermentés et très utilisé dans le monde antique) ont de même été trouvés.

Les mondes oubliés_Jamaïque-Port-Royal-cité_wp
Jamaïque – Port Royal

Jamaïque : Port Royal

Cette capitale de la flibuste de Port Royal, près de l’actuel port de Kingston en Jamaïque, désormais engloutie par les eaux risquerait de disparaître à jamais. Pour l’Unesco, cette cité submergée, site unique de par ses bâtiments qui ont été tous figés sous l’eau, doit être préservée. En particulier contre les ouragans et les tremblements de terre fréquents dans cette région. Jon Henderson de l’Université de Nottingham en Angleterre s’est lancé dans un programme de restitution en 3D de ruines de la seule cité engloutie du Nouveau Monde identifiée à ce jour. En collaboration avec le Drop Lab de l’Université du Michigan aux États-Unis et le Centre for Field Robotics de l’Université de Sydney en Australie, cet ambitieux programme permettra de cartographier l’ensemble de la cité sous-marine.

Les mondes oubliés_Jamaïque-Port-Royal_wp
Jamaïque – Port Royal

Dès sa fondation par les Anglais en 1518, il était aussi le repaire de la flibuste. Ces pirates anglais y lançaient des raids contre les galions espagnols rapportant en Espagne métaux précieux, sucre, tabac, indigo. « The Point », tel qu’il fut appelé, était composé de maisons, d’entrepôts, de résidences et de forts dans lesquels vivaient artisans, marchands, marins et esclaves, dont ces derniers représentaient un tiers des quelques 3 000 habitants de la ville. Environ 1 500 flibustiers et corsaires s’y croisaient également. Le 17 juin 1692, toute la cité fut quasiment détruite en à peine 20 minutes par un violent séisme sous-marin suivi d’un raz-de-marée. 2 000 habitants périrent. Les Anglais abandonnèrent les lieux, puis construisirent la capitale Kingston à quelques kilomètres de là.

Les mondes oubliés_Éthiopie-Harlaa_wp
Éthiopie – Harlaa – mosquée

Éthiopie : Harlaa

Cette cité médiévale du 10e siècle située dans la région d’Harlaa, dans l’est de l’Éthiopie, a été récemment exhumée par Timothy Insoll de l’Université d’Exeter en Angleterre, dont l’annonce de celle-ci s’est faite en juin dernier. Perles en cornaline ou en cristal de roche, ainsi que des céramiques, monnaies égyptiennes et chinoises, entre autres, jusqu’à des pièces d’orfèvrerie provenant des Maldives et de Madagascar ont été découvertes. « Ces trouvailles ont révolutionné notre compréhension des échanges commerciaux existant à l’époque avec cette partie de l’Afrique de l’Est […] Les habitants d’Harlaa semblent en effet avoir tissé des liens non seulement avec la mer Rouge et l’océan Indien mais aussi le golfe Persique », comme l’a expliqué le chercheur qui a de même mis à jour une mosquée du 13e siècle. Des échanges qui auraient eu lieu entre le 10e et 15e siècle. Actuellement, les spécialistes ne sont pas encore en mesure d’expliquer les raisons de la chute de cette cité.

Les mondes oubliés_Jordanie-Petra_wp
Jordanie – Pétra

Mais de nombreux autres mondes oubliés demeurent à être découverts ou explorés de façon plus approfondie. La cité sacrée de Doukki Gel au Soudan, la merveilleuse Qalatga Darband en Iraq, la royale Mahendraparvata au Cambodge, ont encore bien des secrets à nous dévoiler.

Peut-être aussi que les recherches à venir sur ces anciennes civilisations pourraient nous permettre de retrouver cette part d’humanité qui tend à se perdre de plus en plus afin qu’elle ne devienne pas elle non plus oubliée dans le temps…

Women’s Day

Women's day_celebration_wp

Aujourd’hui, 8 mars, sans surprise, tout le monde le sait, c’est la Journée Internationale de la Femme ! Enfin, plus précisément, la Journée Internationale des Droits des Femmes.

Women's day_vintage_wp

Bien que cette journée marque les luttes pour les droits des femmes, notamment contre les inégalités par rapport aux hommes, elle ne demeure pas moins qu’une journée parmi tant d’autres.

Women's day_women_wp

Mais, avant de vous présenter mon article habituel sous ma rubrique Sciences, il m’était inconcevable de ne pas dédier un article à cette journée au vu de mon engagement dans ce combat.

Women's day_flowers_wp

Petit récapitulatif. Cette journée tire son origine de l’histoire des luttes féministes qui ont eu lieu en Europe et en Amérique.

Women's day_femmes_wp

Le 28 février 1909, le National Women’s Day, Journée Nationale de la Femme, fut fêté sur l’initiative du Socialist Party of America. Ce dernier était le Parti politique démocratique socialiste aux États-Unis de 1901 à 1973. Il naquit de la fusion des membres du jeune Parti social démocratique et de ceux du Parti ouvrier socialiste qui avaient quitté leur organisation en 1899. Il disparut en 1972/1973 pour se diviser en 3 Partis distincts, les actuels Socialist Party of the United States of America (Parti Socialiste des États-Unis), Social Democrats USA (Sociaux-Démocrates, USA) et Democratic Socialists of America (DSA), (Socialistes Démocrates d’Amérique).

Women's day_txt_wp

À la suite de la proposition en août 1910 de Clara Zetkin (enseignante, journaliste, femme politique du Parti social-démocrate d’Allemagne) et d’Alexandra Kollontaï (menchevik du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, future commissaire du Peuple), l’Internationale socialiste des femmes (ISF) célébra le la première Journée Internationale des Femmes en revendiquant le droit de vote aux femmes, le droit au travail ainsi que la fin des discriminations au travail. Cette organisation féministe internationale européenne, principalement, fut créée en 1907 sous le nom d’Internationale des femmes socialistes en tant qu’organisation sœur de l’Internationale ouvrière. Après plusieurs changements de noms, elle est aujourd’hui associée à l’Internationale socialiste (IS) rassemblant ainsi les organisations féminines des partis membres de l’IS.

Women's day_pink-flowers_wp

Depuis 1910, des rassemblements et manifestations ont lieu tous les ans. Or, ce n’est que le 8 mars 1977 que les Nations Unies officialisèrent cette journée. Ce fut consécutivement à l’année internationale des femmes de 1975 et s’inspirant de l’initiative communiste que l’ONU adopta une résolution enjoignant à ses pays membres de célébrer une Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale, appelée dès lors plus communément la Journée Internationale de la Femme. Celle-ci fait désormais partie des 87 journées internationales reconnues ou introduites par l’ONU.

Women's day_womanpower_wp

Quant à l’origine du 8 mars en France, elle remonterait à une manifestation d’ouvrières américaines du textile. Ce « fait » serait issu d’un article de 1955 du quotidien communiste L’Humanité ayant relaté une manifestation de couturières new-yorkaises, un siècle auparavant, le 8 mars 1857.

Women's day_world_wp

Outre les évènements historiques qui ont permis à cette journée d’être la nôtre (juste sur le calendrier), ce jour représente davantage la consécration aux victoires gagnées de nos aïeules. Cette date est également un rappel à tous les autres combats à mener. Le droit à l’éducation pour les filles dans le monde, de disposer de notre corps, de s’unir avec l’être choisi, de se vêtir comme souhaiter, d’avoir les mêmes opportunités professionnelles que les hommes, les mêmes libertés qu’eux, le droit d’avoir les mêmes droits…

Le Mondial du saucisson

Le Mondial du saucisson_Auvergne_wp

Une grande première en France. Les 9 et 10 juin prochains se tiendra à Vanosc, dans le département de l’Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes, le Mondial du saucisson. 2 000 personnes environ sont attendues à cet évènement culinaire. L’organisation avait déjà lancé un appel aux candidatures pour devenir juré. 50 places sont encore libres.

« Victime de son succès, notamment à l’international et face au nombre d’échantillons à déguster les 9 et 10 juin à Vanosc (non loin de Lyon), l’Académie du Saucisson lance une troisième campagne de recrutement de jurés, de février à avril », comme l’informe le site du Journal Officiel Académie du Saucisson qui organise ce Mondial.

Le Mondial du saucisson_brioché_wp

Pour tous les amoureux de charcuterie, c’est le job de rêve que propose ainsi l’Académie Ardéchoise des Amateurs de Saucisson. Vous pourrez déguster 80 variétés de saucisson venues des quatre coins du monde.

Les critères de sélection afin d’intégrer le jury sont simples. Il suffit d’être un passionné. Cette 3e campagne de recrutement s’adresse « aux dégustateurs chevronnés (œnologues, sommeliers, traiteurs, chefs de cuisine, pâtissiers, anciens charcutiers, critiques gastronomiques, etc.) mais aussi aux simples amateurs désireux de partager une expérience unique et passionnante », tel qu’il est également écrit sur le site.

Le Mondial du saucisson_roquefort_wp

« Être un bon juré, c’est d’abord d’être curieux, aimer les bonnes choses et ne pas avoir d’a priori », a précisé René-Louis Thomas, l’un des organisateurs du Mondial. Interrogé par la station de radio France Bleue, il a expliqué les différentes étapes auxquelles les membres du jury devront répondre : « On demandera au jury de noter son arôme, est-ce qu’il sent fort ou non ? On peut comparer ça au parfum. […] On évalue la texture du saucisson, c’est-à-dire s’il est tendre, s’il n’accroche pas. C’est l’agréable en bouche ! »

Une formation gratuite est prévue pour les tous sélectionnés afin de devenir un véritable expert avant la compétition et la remise des prix.

Le Mondial du saucisson_taureau_wp

Si vous êtes intéressé, rendez-vous sur le site du Mondial pour poser votre candidature.

Hum… Le saucisson ! J’en salive d’avance. Malheureusement, je ne pourrai ni y participer ni combler mon manque ici. Le saucisson en Angleterre n’est pas vraiment culturel. Il n’y a qu’une sorte dans mon coin et il est super industriel à mort…

Le Mondial du saucisson_variétés_wp

Les araignées à queue

Les araignées à queue_wp

Que de frissons cette semaine ! Avant de les poursuivre, je tiens encore à remercier des adorables copines blogueuses pour leur touchant commentaire sur mon article d’hier.

Donc séquence émotion ! Sans nous rappeler cette phrase devenue célèbre, malgré elle, à l’époque de cette fameuse émission, prononcée par son tout autant célèbre producteur et animateur. Magnifique magazine avec une très belle philosophie : « L’émerveillement est le premier pas vers le respect ».

Il y a 100 millions d’années en Birmanie, vivaient des araignées à queue.

Quatre fossiles d’araignées primitives piégées dans de l’ambre, consécutif aux sécrétions de végétaux fossilisés, ont été retrouvés en très bon état de conservation. Ces spécimens ont d’ailleurs fait l’objet de deux publications dans la revue Nature Ecology & Evolution.

Les araignées à queue_photo-Bo-Wang_wp
Un des fossiles retrouvés piégés dans de l’ambre en Birmanie – photo Bo Wang

Cette vieille araignée possédait en plus de ses caractéristiques actuelles, pattes et filières (appendices dont elle se sert pour fabriquer la soie et tisser sa toile) une queue couverte de poils courts, s’apparentant à celle des scorpions. Cet autre appendice lui aurait permis de « détecter l’environnement », selon l’un des auteurs de l’une des deux publications, Paul Selden de l’Institut de paléontologie et du Département de géologie de l’Université du Kansas.

Chaque fossile mesure entre 7 et 8 millimètres de long, dont 5 millimètres de queue. Ce minuscule animal, baptisé Chimerarachne yingi, en référence au monstre hybride de la mythologie grecque Chimère, est alors « un mélange curieux de caractéristiques anciennes et modernes ».

D’après Paul Selden, cette araignée serait ainsi entre les araignées d’aujourd’hui munies de filières mais pas de queue et les très vieilles Uraraneida, un ordre éteint d’arachnides, cousines des araignées, qui vivaient, il y a entre 380 et 250 millions d’années, et avaient une queue mais pas de filières. La Chimerarachne yingi serait l’arachnide archaïque « la plus semblable aux araignées ». Il serait aussi possible que certains de ses descendants à queue existent encore de nos jours dans les forêts birmanes.

Les araignées à queue_schéma_wp

Or, selon Gonzalo Giridet de l’Université de Harvard, auteur de l’autre publication, cette Chimerarachne yingi serait elle-même une Uraraneida qui aurait disparu sans laisser de descendance et donc n’existerait plus actuellement.

Enfin, apparues il a plus de 300 millions d’années, les araignées représentent désormais aujourd’hui pas moins de 47 000 espèces sur l’ensemble de la planète.

Et quoi qu’il en soit, bien que cette ancienne araignée dont son origine soit controversée, elle réaffirme définitivement que son espèce demeure en dehors du monde des insectes.

Bon dimanche !