Une évolution majeure pour lutter contre le VIH

Une évolution majeure pour lutter contre le VIH_ruban-rouge-sida_wp

Actuellement, au vu des circonstances, tout tourne autour du Covid-19. De ce fait, nous avons tendance à oublier les autres virus qui s’avèrent tout autant mortels. C’est le cas du VIH.

Mais une découverte majeure en matière de prévention du VIH vient d’être faite. Lundi 18 mai, les Instituts américains de santé (NIH) ont publié une nouvelle étude concernant un médicament en injection, le cabotegravir, qui serait plus efficace que le comprimé de PrEP (prophylaxie pré-exposition), commercialisé par les marques Truvada et Descovy aux États-Unis, et seul médicament préventif homologué actuellement.

Selon cette étude, relayée notamment par l’AFP ainsi que d’autres journaux et magazines, la prise du cabotegravir en injection toutes les huit semaines serait plus efficace et moins contraignante que la prise quotidienne des comprimés de PrEP qui réduisent déjà à 99% le risque d’infection par le VIH.

Cette étude réunit les résultats préliminaires d’un grand essai clinique lancé il y a plus de trois ans dans sept pays, dont les États-Unis, le Brésil, la Thaïlande et l’Afrique du Sud, auprès d’hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ainsi que de femmes transgenres, de moins de 30 ans en majorité ; ces groupes étant considérés comme les plus à risque dans l’épidémie de VIH. Un autre essai est en cours sur les femmes.

Ces résultats se basent sur le suivi de plus de 4 500 personnes. La moitié a reçu l’injection tous les deux mois du médicament cabotegravir (avec des comprimés placebo de PrEP), et l’autre moitié a reçu une injection placebo (avec de vrais comprimés de PrEP). Tous les participants ont été ainsi traités par une méthode ou une autre.

50 participants ont toutefois été contaminés par le VIH durant la période, mais de façon inégale, soit 12 dans le groupe cabotegravir, et 38 dans celui du Truvada. Ce qui signifie une efficacité de l’injection supérieure de 69% à celle du Truvada, déjà considéré comme le meilleur défenseur en matière de prévention, notamment aux États-Unis où 200 000 personnes à risque, au moins, le prennent, selon le laboratoire Gilead.

Kimberly Smith, directrice de la recherche et du développement chez ViiV Healthcare (groupe GSK), a d’ailleurs déclaré à ce sujet : « Nous sommes très satisfaits des résultats, non seulement en raison de la forte efficacité du cabotegravir, mais aussi car nous avons démontré la haute efficacité dans une étude qui représente de façon adéquate les populations les plus démesurément frappées par le VIH : les MSM (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) noirs aux États-Unis, les jeunes MSM partout dans le monde, les femmes transgenres. »

Devant ces résultats très positifs, les responsables de l’essai clinique ont décidé de mettre fin prématurément à l’essai en aveugle afin que tous les participants puissent bénéficier de la méthode la plus efficace, l’injection.

SIDA, déjà 36 ans…

SIDA, déjà 36 ans_aids-day_wp

Hier, 1er décembre, eut lieu la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA. Alors que le VIH est de mieux en mieux maîtrisé grâce à la performance des nouveaux traitements depuis son apparition en 1981, il a été utile de rappeler :

« La première protection, c’est l’information »

« Éviter les comportements à risque ou en diminuer la portée, informer et rester informé, les méthodes pour protéger ses proches et soi-même du SIDA, ultime stade de l’infection au VIH, sont nombreuses… Et essentielles. 36 ans après le début de l’épidémie, les méthodes de dépistage et les traitements n’ont jamais été aussi efficaces. Cependant, la Journée mondiale de lutte contre le SIDA du 1er décembre est l’occasion de rappeler qu’aucune guérison n’est encore possible, tandis que dans le monde une nouvelle infection a lieu toutes les 17 secondes. » Camille Gaubert, journaliste du magazine Sciences et Avenir.

En 2016, environ 10 % du nombre total de découvertes de séropositivité sont des jeunes français de 15 à 24 ans. Or, sous la demande de l’association Sidaction, un sondage révèle « une détérioration inquiétante du niveau d’information sur le VIH », selon le milieu social. 21 % des 15-24 ans s’estiment mal informés, jusqu’à 28 % chez les jeunes sans diplôme ou niveau CEP/BEPC. Ainsi, Florence Thune, directrice générale de Sidaction considère : « Il est urgent et nécessaire de reprendre les fondamentaux, faire circuler des messages dans et en dehors de la sphère scolaire pour atteindre les jeunes. »

SIDA, déjà 36 ans_ruban_wp

Sur son site Internet, l’association française Sida Info Service rappelle : « Le VIH ne peut pas se transmettre par la baignade, un baiser, une étreinte, un éternuement, la toux, une piqûre d’insecte, le partage d’un verre ou d’un vêtement, etc. » Il se transmet uniquement d’humain à humain par des rapports sexuels non protégés en cas de pénétration anale, vaginale ou orale, par l’échange de matériel d’injection, seringues, ustensiles médicaux, ou encore de la mère à l’enfant durant la grossesse.

25 000 personnes en France sont séropositives et l’ignorent. Le dépistage demeure donc essentiel. En rappel aussi. Après un rapport à risque accidentel, rupture du préservatif par exemple, un délai de 3 mois doit être observé avant qu’une éventuelle infection soit détectable. Passée cette période, le dépistage peut être effectué par test sanguin.

4 méthodes de test sanguin existent :

SIDA, déjà 36 ans_lettres_wp

AUTOTEST. Ce test vendu en pharmacie entre 25 à 28 € environ est pris en charge par certaines mutuelles. Il est par définition à faire soi-même et donne un résultat rapide. Il est de plus en plus utilisé, +7 % par rapport à 2016, particulièrement par les – 35 ans.

TROD, Test Rapide d’Orientation Diagnostique. Il est proposé dans les CeGIDD, Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des infections par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), les hépatites virales et les infections sexuellement transmissibles (IST), ainsi que par d’autres associations concernées en la matière sur l’ensemble du territoire. Il permet ainsi un accompagnement par des personnes formées et chargées de prévention. Il est gratuit, anonyme et fournit un résultat en 20 à 30 minutes.

TEST dans un CeGIDD. Gratuit, anonyme et sans-rendez-vous, il permet également le dépistage des autres IST et l’initiation à la PrEP, « Prophylaxie pré-exposition ».

TEST en laboratoire. Remboursé sur ordonnance médicale, celui-ci offre de même la possibilité de réaliser sur prescription le dépistage d’autres IST.

SIDA, déjà 36 ans_faces_wp

La PrEP est une pilule préventive à joindre au préservatif pour les populations à risque. Il s’agit du comprimé Truvada (co-formulation de 2 médicaments anti-VIH à dose fixe, seule pilule qui renferme à la fois du ténofovir et du FTC), médicament à l’origine destiné aux séropositifs. Cette pilule est recommandée aux séronégatifs issus d’une population à risque afin de prévenir d’une éventuelle contamination ou réduire son nombre potentiel. Pour une bonne efficacité, elle doit être prise tous les jours en continu ou avant et après un rapport sexuel, « selon un protocole précis et s’accompagner d’un suivi rigoureux ». Les « prépeurs », tels qu’ils se baptisent, doivent se faire dépister tous les 3 mois ainsi que pour les hypothétiques IST, dont cette pilule ne protège pas. Le spécialiste Jean-Michel Molina a déclaré à l’AFP le 30 novembre dernier : « On n’a pas encore de vaccin contre le SIDA, mais la PrEP est un nouveau moyen efficace de prévention qui s’ajoute au préservatif. » François, un homosexuel parisien de 55 ans sous PrEP en continu depuis un an et demi a également apporté auprès de l’AFP son témoignage : « Le jour où on oublie la capote ou si elle se déchire, on n’a plus la peur au ventre. » Cette pilule qui coûte 180 € par mois pour la prise en continu est remboursée à 100 % en France, premier pays à appliquer ce taux de remboursement. Bien que la PrEP ait toutefois son lot d’opposants qui l’impliquent dans l’encouragement des comportements à risque en incitant à l’abandon du préservatif, elle ne concerne que « 5 à 10 000 personnes », selon le Professeur Molina. Et d’après l’agence sanitaire Santé publique France, « le nombre de personnes ayant initié une PrEP en 2016, environ 3 000, est sans doute encore trop faible pour avoir un impact. » Des consultations PrEP sont accessibles dans tout le pays.

SIDA, déjà 36 ans_world_wp

Une évolution. Aujourd’hui les séropositifs ne sont plus condamnés à systématiquement utiliser un préservatif.

Lorsque le traitement contre le VIH est efficace, la quantité de virus dans le sang devient si faible que les techniques classiques n’arrivent plus à l’évaluer. Il s’agit de charge virale indétectable. Sida Info Service parle d’une « situation inédite, une majorité de personnes en France contrôlent très bien leur maladie grâce aux traitements récents. »

Enfin, on différencie 2 sortes de couple :

SIDA, déjà 36 ans_mains_wp

COUPLE SÉRODIFFÉRENT. Pour un couple hétérosexuel sérodifférent, un seul individu contaminé, « la puissance du traitement antirétroviral et l’indétectabilité virale peuvent constituer une alternative efficace au préservatif dans la transmission du VIH mais pas des IST ni des hépatites B et C », selon l’association qui estime qu’il est préférable de se tourner vers des professionnels de santé VIH avant de tenter des rapports non protégés. Pour un couple homosexuel sérodifférent, « des études sont en cours ».

COUPLE SÉROCONCORDANT. Les deux sont contaminés et il a été question de risques de surcontamination, une personne vivant avec le VIH par une autre souche de ce virus. Certaines souches s’avèrent plus agressives ou résistantes aux traitements que d’autres. Or, « l’indétectabilité de la charge virale diminue le risque de transmission du virus et par conséquent de surcontamination qui n’est donc plus considéré comme un risque majeur », explique Sida Info Service. Et de même, « la décision d’avoir des rapports non protégés avec un(e) partenaire régulier(ère) doit être éclairé par le médecin VIH », car des rapports sans préservatif exposent à la contraction d’IST, comme l’hépatite C.