Week-end en famille !

Week-end en famille_feux-artifice_wp

Depuis que je suis de retour en France, les échanges avec les familles sont plus fréquents. Il est vrai que l’Angleterre, ce n’est pas vraiment la porte d’à côté. Ce n’était donc facile ni pour les familles, ni pour moi de venir chez les unes et l’autre.

Bien qu’une partie de ma famille belge et l’autre de ma famille française m’aient rendu visite en Angleterre, les partages étaient rares. Ici, sachant que deux petites heures de route me séparent de ma famille française et trois heures environ de ma famille belge, les allées et venues sont plus courantes. D’où mes récents week-ends d’absence.

Après les fêtes de Pâques, le premier week-end de juillet, le 14 juillet, rebelote, ce week-end va de nouveau se passer en famille ! Ma famille française vient à la maison. Le skate-board que ma nièce à Pâques a déniché (c’est le cas de le dire) dans une vieille niche à chien que les anciens propriétaires m’ont laissée va encore susciter quelques disputes avec son frère, à savoir la durée que chacun y passera dessus. Les enfants sont tous les mêmes. Le panier de basket, laissé aussi par les anciens propriétaires, va être le témoin de tournois enflammés. Le boulodrome, conçu de même par les anciens propriétaires, va être le théâtre de parties pour l’apéro…

Un week-end, avec ou sans soleil, qui se passera sur la terrasse. Les repas au barbecue. Les rires et les conversations, à la méthode espagnole, donc très animées. Un week-end de joie en perspective.

Vous l’aurez ainsi compris. Une fois de plus, il n’y a aura pas d’articles pour samedi et dimanche. Dès la publication de cet article, je vais m’affairer à préparer le couchage, à refaire un petit coup de ménage, quand même, à prévoir tout ce qu’il faut prévoir… Je n’aurai donc pas le temps de vous préparer des articles.

Je vous souhaite alors à tous et toutes un excellent week-end et vous retrouve lundi !

Publicités

Week-end fermé

Multi Media Internet Laptop with Objects

Devant encore m’absenter ce week-end et prise de court, il n’y aura à nouveau pas d’articles durant ces deux jours.

Je vous retrouve donc lundi et vous souhaite à tous et toutes un très bon week-end du 14 juillet !

Les déserts ?

Les déserts_égypte_wp

« Un désert est une zone de terre stérile et très peu propice à la vie, où de très faibles précipitations se produisent à de rares occasions, et où par conséquent les conditions de vie sont hostiles pour les plantes ainsi que pour la vie des animaux. Les déserts font partie des environnements extrêmes. » Définition Wikipédia.

Et en ce moment avec la météo que nous avons, nous pouvons penser à ça…

Les déserts_arbre-eau_wp

Les déserts_cactus_wp

Les déserts_madagascar_wp

Les déserts_megbele-afrique_wp

Les déserts_route-agdès-maroc_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

C’est l’été !

C'est l'été_étoile-de-mer-plage-boisson_wp

Ça y est ! On y est ! Aujourd’hui, c’est l’été ! Les plages dorées sous le soleil, avec ou sans cocotiers, pour les résidents de bord de mer. Les montagnes fleuries, avec ou sans neige sur leur sommet, pour les habitants de ces régions. Les villes qui hument les vapeurs des voitures, et autres, pour les citadins pollués. Et pour moi, entre autres, la campagne !

La bonne odeur des foins et de l’herbe fraîchement humide le matin. Les hirondelles qui poursuivent leurs envolées dans la grange. Hé oui, j’ai trois nids d’hirondelles dans ma grange ! Elles ont même leur propre bac à graines spécialement conçues pour elles que je ravitaille régulièrement depuis le printemps, d’ailleurs. Inutile de préciser qu’il faut faire toutefois profil bas en pénétrant dans le lieu au risque de se prendre des petits coups d’ailes à leur passage, car elles ont peur et sont surprises.

Les champs où les vaches viennent toujours me rendre visite. Une petite forêt au loin qui borde l’Epte. Le jardin rempli de végétation. Les grillons dans l’herbe de mon jardin qui continuent leur chant du matin jusqu’au soir. Les autres oiseaux et insectes en tout genre qui s’en donnent à cœur joie…

Vive l’été !

La pénibilité du travail

La pénibilité du travail_panneau-interdiction-charge-lourde_wp

Cet article arrive à point nommé et est en corrélation avec celui d’hier. Après vous avoir présenté la future mise en service d’un exosquelette pour des agents SNCF employés à la manutention afin de soulager la pénibilité de leur travail, dans l’après-midi je me faisais livrer un meuble. Meuble que j’attendais depuis presque deux mois qui n’a pu être livré en temps et en heure en raison de multiples retards du fabricant et du fournisseur.

Bref, le sujet n’étant pas là, passons sur ce point. Le meuble est donc enfin arrivé. J’eus alors un échange convivial avec le livreur.

D’habitude, les meubles sont souvent à monter soi-même. Il est donc aisé pour n’importe qui de prendre morceau par morceau pour transporter l’ensemble du meuble à bon port. Or, celui-ci ne l’est pas.

Hier après-midi, je vois arriver un camion de déménagement devant l’entrée du portail. Un monsieur d’un âge certain sort de sa cabine. Pas de bonjour Madame, pas de sourire. En mon for intérieur, je me dis « ça commence bien. »

« Dîtes donc, vous auriez pu mieux préciser votre adresse sur le bon de commande ! J’ai galéré moi pour vous trouver ! Vous croyez quoi avec le camion que j’ai que c’est facile de circuler sur les petites routes de campagne ! Et quelle idée aussi d’habiter au milieu de nulle part ! », me lance-t-il comme salutation.

La pénibilité du travail_bonhommes-engagement_wp

Quelque peu hébétée, pensant sur le coup avoir affaire à un gars pince-sans-rire, je lui réponds avec mon plus beau sourire : « Ah ! Quel humour ! On ne me l’avait pas encore faite celle-là ! » « Je ne plaisante pas Madame ! », me rétorque-t-il alors d’une froideur à vous glacer le corps de la racine des cheveux jusqu’aux ongles des orteils.

Constatant dans son regard qu’il ne plaisante effectivement pas, je me dis « ma fille, c’est le moment de fermer sa gueule. On ne sait jamais, il est peut-être un tueur en série qui s’ignore. Je ne voudrais pas être la première d’une longue liste… » Ouvrant les deux grandes portes de son camion, il y entre par le hayon élévateur qu’il actionne avec le boîtier de commande suspendu à l’un des côtés intérieurs. Il prend le transpalette situé de l’autre côté qu’il glisse sous la palette supportant le meuble. La manœuvre accomplie, il descend avec le transpalette chargé de la même manière qu’il est monté.

Une grosse bête en plastique noire se dresse alors devant moi. Le meuble est imposant et pèse son poids.

Timidement en prenant bien garde à l’intonation de ma voix et aux mots que j’utilise, je lui demande toujours avec le sourire s’il n’aurait pas la gentillesse de traverser l’allée de mon jardin jusqu’à l’entrée de ma maison pour y déposer le meuble que toute évidence je ne peux pas transporter toute seule. Bien que pour une femme j’aie une force certaine, je ne suis pas non plus Wonder Woman.

« Je suis livreur, pas déménageur ! Normalement, on dépose devant la première entrée. Et pour le reste, c’est à vous de vous débrouiller ! En plus ça roule sur du dur, pas sur du mou. Votre allée est petite. J’sais pas si ça va l’faire ! », me réplique-t-il en haussant les épaules et sans me regarder. Insistant quand même, au risque de me faire découper en rondelles, avec des coups de s’il vous plaît par-ci, des s’il vous plaît par-là, argumentant sur le fait d’être une femme seule, de n’avoir personne pour m’aider dans l’immédiat, allant jusqu’à lui proposer de lui donner un billet en échange, il finit par céder. Entre parenthèses, mon allée est en dallage et mesure en largeur deux fois celle de son transpalette, meuble inclus.

La pénibilité du travail_bonhommes-training_wp

D’une humeur massacrante, son visage prenant la couleur de la colère, c’est-à-dire d’un rouge si vif qu’il pourrait vous brûler si vous vous y approchez de trop près, il attrape avec rage son transpalette chargé du meuble qu’il conduit sans difficulté jusqu’au bord de la terrasse devant l’entrée de ma maison. En assassinant toutefois quelques pauvres fleurs au passage qui coulaient des jours paisibles et qui d’un coup passèrent de vie à trépas en se faisant guillotiner à la Louis XVI.

Il récupère alors son transpalette, me tend ensuite l’appareil électronique pour y apposer ma signature attestant la bonne réception de la marchandise et s’en va en me souhaitant de façon surprenante une bonne journée. En repartant par le chemin d’où il est venu, il achève la tuerie des fleurs qui avaient réussi à survivre au premier couperet. Précision, je ne lui ai pas donné un centime.

Je me retrouve donc avec ma grosse bête en plastique noire sur sa palette qui a passé la fin de l’après-midi d’hier et la nuit devant la terrasse. Je dois attendre ce soir qu’un de mes charmants voisins rentre de vacances afin de m’aider à rentrer le meuble dans ma maison.

Enfin, si jamais la SNCF commande trop d’exosquelette, je suis preneuse…

Coupe du monde féminine 2019

Coupe du monde féminine 2019_wp

À partir d’aujourd’hui jusqu’au 7 juillet, la Coupe du monde féminine de football aura lieu en France. La FIFA a choisi la France comme organisatrice de cet évènement sportif. Une première !

Le coup d’envoi sera donc lancé ce vendredi. L’équipe de France jouera contre la Corée du Sud. Ce premier match ouvrira la Coupe du monde féminine 2019.

Pour tous les amateurs et amatrices de ce sport, c’est un évènement à ne pas rater. Vive les bleues !

Le droit de mourir dans la dignité

Le droit de mourir dans la dignité_fleurs-chrysanthèmes_wp

Le dernier numéro de Dossier Tabou, diffusé sur la chaîne de télévision M6 le 22 mai dernier, présenté par Bernard de La Villardière, se consacrait au droit de mourir. Durant un an l’équipe de tournage a suivi quatre personnes souhaitant mettre volontairement fin à leurs jours. Des témoignages bouleversants qui bousculent certains a priori sur le sujet…

Alabama : la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis

Alabama_la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis_flag_wp

Ce mercredi, l’Alabama a promulgué une loi anti-IVG, même en cas d’inceste ou de viol. Elle a pour objectif de remettre en question ce droit constitutionnel reconnu depuis 1973. Un texte de loi précédent avait été adopté par la Chambre des représentants et du Sénat de l’État n’autorisant que l’interruption volontaire de grossesse en cas de risques pour la mère. Il représentait déjà le texte le plus restrictif à l’échelle du pays. Désormais avec ce nouveau texte, promulgué par le gouverneur républicain Madame Kay Ivey, il devient le plus répressif des États-Unis.

Cette loi qui entrera en vigueur dans six mois commence évidemment à faire l’objet des mouvements contestataires de défense des droits civiques, dont l’Union Américaine pour les Libertés Civiles, American Civil Liberties Union (ACLU).

Alabama_la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis_aclu_wp

Cette année, les réformes de la législation sur l’avortement aux États-Unis ont déjà frappé fort. 20 États américains ont été concernés, notamment la Géorgie, le Kentucky, l’Ohio et le Mississippi qui ont récemment grossi les rangs. Ces États ont interdit l’IVG dès lors que les battements du cœur de l’embryon son détectables ; un phénomène évolutif naturel dans le développement in utero pouvant apparaître dès la sixième semaine. L’ACLU et le Planning familial ont annoncé ce mercredi qu’ils avaient saisi la justice pour l’abrogation de la nouvelle loi votée dans l’Ohio.

Or, le texte de loi approuvé ce mardi par le Sénat de l’État de l’Alabama, constitué à très large majorité de Républicains, va beaucoup plus loin. Il interdit l’avortement à tous les stades de la grossesse. Il prévoit de plus des peines allant de 10 à 99 ans de prison pour les médecins qui le pratiquent. Une sentence plus sévère que pour un viol. Cependant, il estime qu’une femme ayant été avortée ne peut être tenue responsable. Un amendement proposé par les Démocrates permettant d’autoriser l’IVG en cas de viol ou d’inceste a été rejeté. Les 27 sénateurs républicains qui adopté le texte sont tous des hommes.

Alabama_la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis_seal_wp

Les partisans de la restriction du droit à l’avortement ambitionnent davantage, tel que l’a résumé le sénateur local Clyde Chambliss. Ils veulent se rendre « directement à la Cour Suprême pour remettre en cause la décision Roe vs Wade », l’arrêt garantissant le droit à l’avortement voté en 1973.

Les deux nominations choisies par Donald Trump parmi les 9 juges de la Cour Suprême ont rendu cette instance à majorité conservatrice. Pour le mouvement pro-life, celle-ci représente dès lors une possibilité de revenir sur cette jurisprudence constitutionnelle.