« USA : être pauvre dans le pays le plus riche du monde »

_USA_être pauvre dans le pays le plus riche du monde_usa-flag-justice-bandeau_wp

Diffusée sur la chaîne de télévision M6 ce 10 mars, l’émission Enquête exclusive présentée par Bernard de La Villardière nous emmène aux États-Unis, pays le plus riche du monde. À contresens, il est aussi celui où la pauvreté est en expansion.

Aujourd’hui, 43 millions d’Américains vivent en dessous du seuil de pauvreté. 2 fois plus qu’il y a 50 ans. Parmi eux, 1,5 million d’enfants sans domicile fixe. 3 fois plus que lors de la Grande Dépression dans les années 1930. Au fur et à mesure de l’augmentation de la croissance économique, de nouveaux déclassés se retrouvent à la rue chaque jour. Ils sont les « working poors », ces travailleurs pauvres qui un emploi, mais n’arrivent plus à payer leur loyer ou à rembourser leurs crédits. Ils sont alors contraints de dormir dans leur voiture, des foyers ou des motels bas de gamme. Des familles entières sont touchées par ce nouveau phénomène qui grandit de manière alarmante.

Dans certains États ou Comtés, cette nouvelle misère a même atteint un niveau extrême. À Richmond, capitale de la Virginie, le taux d’expulsion bat des records. Au quotidien, les « recouvreurs de dettes » et les policiers jettent des centaines de familles à la rue. Les gens en retard de loyer de quelques jours durant des fins de mois difficiles se voient placarder un avis d’expulsion sur leur porte et n’ont qu’une semaine après pour vider les lieux. Des agents de police viennent, arme au poing, veiller au respect de cette exécution. Certains sont même envoyés en prison pour une simple traite de crédit impayé.

_USA_être pauvre dans le pays le plus riche du monde_usa-virginie-seal_wp

Dans la région minière des Appalaches, contrée historiquement pauvre, rien n’a changé. Pour se nourrir, les habitants utilisent des « food stamps ». Ces timbres alimentaires sont des coupons d’aide alimentaire fédérale, menacés d’être mis à la baisse par Trump. Pour se soigner, les plus pauvres vont dans un hôpital de campagne qui donne une vision d’un hôpital d’un pays en guerre. Les soins gratuits sont assurés par des médecins bénévoles. Des généralistes, dentistes, ophtalmologistes… des médecins pratiquant les soins de base offrent leur consultation à tour de bras. Et ils ne parviennent pas à répondre à toutes les attentes en vue de l’afflux des demandes en progression.

À Los Angeles, en Californie, le nombre de sans-abri s’est accru de façon exponentielle en à peine 5 ans. 55 000 SDF ont été recensés en 2018 contre 32 000 en 2012, soit une hausse de 75 %. Le maire de la ville décrit d’ailleurs cette situation telle une « crise humanitaire ». En conséquence, les « tent cities », tentes de villes ou tentes de rue, poussent comme des champignons dans les quartiers. Des associations de charité offrent des cabanons en bois afin de loger ces personnes. De leur côté, les autorités et riverains mettent tout en œuvre pour les expulser de la ville.

La survie au quotidien de ces nouveaux pauvres américains, leur traque, leur volonté de s’en sortir… Tous ces thèmes ont été abordés dans ce récent numéro d’Enquête Exclusive. Surtout, un documentaire qui nous révèle la face très sombre d’une Amérique, où le rêve américain tant mis en avant se transforme très vite en cauchemar pour tous ceux qui se retrouvent en dehors du système.

Publicités

Journée Internationale de la Femme 2019

Women's day background with female silhouette

Aujourd’hui, la Journée Internationale de la Femme fête ses 42 ans. Officialisée par l’ONU en 1977, elle est le fruit de luttes des ouvrières et suffragettes du début du 20e siècle pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

Ce jour est peut-être l’occasion d’établir un bilan sur la condition des femmes à travers le monde. Il permet également de célébrer leurs victoires ayant conduit à certains de leurs acquis, d’écouter les appels des unes et des autres, de se recentrer sur les vrais combats qui restent encore à mener, de poursuivre le chemin vers l’égalité homme-femme…

Même si chaque année, nous, les femmes, répétons les mêmes choses parfois, il est utile toutefois de les répéter, puisque ces choses ne sont toujours pas entendues, comprises, ni définitivement réglées.

Et chaque année, des opprobres visant les femmes voient le jour. C’est le cas notamment de ce jeu vidéo Rape Day (jour du viol) qui invite ses joueurs à violer des femmes. Bien que le studio de création ait annoncé l’annulation de la commercialisation de son dit jeu le 6 mars, il est cependant nécessaire d’appuyer fortement sur l’idée de base et, à travers elle, livrer le bilan annuel sur l’image actuelle de la femme. Un bout de bidoche !

Journée Internationale de la Femme 2019_Paris-affiche_wp

En parallèle, de nombreux blogs et forums ont fait écho d’une coutume qui existait en Angleterre de la fin du 17e siècle jusqu’au début du 20e siècle, en postant en copier/coller cet extrait du 7 juin 1879 de la gazette régionale Leeds Mercury et de son article explicatif :

« À vendre, cinq shillings, ma femme, Jane Flebbarcl. Elle est bien bâtie, ferme sur ses pattes, une vraie poutre maîtresse. Elle sème et elle récolte, elle laboure et mène ses hommes, et elle tiendrait tête à n’importe quel gaillard qui tient les rênes serrées, parce qu’elle est butée comme un âne et que c’est une sacrée forte tête ; mais bien menée, elle serait douce comme un agneau. Il lui arrive de commettre des faux pas. Son mari s’en sépare parce qu’elle est trop pour lui.
N B : Tous ses vêtements seront donnés avec elle. »

Pour le copier/coller de l’article en commentaire, se référer, entre autres, à L’indépendant Express, criss44, fralurcy, Rosyvalerie, quintonic, Club50Plus, etc.

Journée Internationale de la Femme 2019_selling-a-wife-1812-1814-dessin-thomas-rowlandson_wp
Selling a Wife (1812-1814) – dessin de Thomas Rowlandson (1756-1827), illustrateur et caricaturiste anglais

Mettant relativement à part ma petite colère sur cette mode chez certains « auteurs » de ne pas trop se prendre la tête, ni se casser le bout des doigts sur le clavier de leur ordinateur afin d’écrire leur article avec leurs propres mots, sachant que je passe parfois des heures à élaborer mes propres articles selon leur complexité, cette histoire vraie nous montre que près de deux siècles plus tard la considération féminine n’a pas tant évoluée que ça.

Profitant à mon tour de cette journée de la femme pour exprimer mes mécontentements vis-à-vis de beaucoup de choses, dont celle précitée et sur laquelle je ne reviendrai pas puisqu’elle est dite, mais aussi parce que c’est mon jour après tout, il me semble qu’il ne suffit pas non plus d’inonder les réseaux sociaux de hashtags divers et variés pour que nos voix portent. Nos actions doivent être dans notre vie de tous les jours, dans l’ombre comme dans la lumière, sans prendre les armes des hommes, mais en utilisant les nôtres, celles qui nous sont propres et différentes selon la femme. Il nous faut également une meilleure unité entre femmes. Et il nous faut les hommes. Que nous le voulions ou non, que nous souhaitions une place plus légitime dans la société, que nous estimions mériter mieux que ce que nous avons, que nous désirions notre quote-part équivalent à celle de l’homme, nous avons besoin de lui. Il est et fait la société depuis tous temps à son image. Il nous faut donc être plus maligne que nous le sommes actuellement afin de nous placer comme son égale, bien que cette notion soit subjective.

Journée Internationale de la Femme 2019_rose-woman-day-depuis-1977_wp

L’éducation ! C’est le mot d’ordre. Nous devons repenser notre système d’éducation. Ce sont nous, les femmes, qui en sommes majoritairement les instigatrices à l’origine. C’est par l’éducation que tout débute. Garçon et fille doivent recevoir une éducation similaire, tout en tenant compte des caractéristiques de chacun et de leur caractère propre. Or, cela risque peut-être d’en étonner quelques-uns et quelques-unes, mais il fut un temps où les mères apprenaient à leur garçon à coudre, repasser, faire le ménage, la cuisine et autres tâches ménagères. Mon père en était d’ailleurs une preuve. Il est né en 1929. À la même époque, dans les campagnes, les filles aidaient aux travaux des champs. Et ce malgré les guerres mondiales qui ont été indirectement un tremplin à la libération de la femme.

Enfin, je m’arrête là et souhaite à toutes une belle journée de la femme et pourquoi pas même un acte bienveillant de la part d’un homme qui vous côtoie au quotidien…

8 March greeting card with white square frame and flowers. Vector

Les échassiers – partie 1

Les échassiers - partie 1_charadriidés-vanneau_wp

Comme nous l’avons vu dimanche dernier avec les ardéidés, les échassiers représentent une famille d’oiseaux assez importante.

Je vous propose donc de leur consacrer un week-end en photos :

Les échassiers - partie 1_ciconiidés-cigogne-nid_wp

Les échassiers - partie 1_ciconiidés-cigogne-pierre_wp

Les échassiers - partie 1_ciconiidés-cigognes-nid_wp

Les échassiers - partie 1_ciconiidés-jabiru_wp

Les échassiers - partie 1_ciconiidés-tuyuyus-ou-jabiru_wp

Les échassiers - partie 1_glaréolidés-glaréole_wp

Les échassiers - partie 1_gruidés-grue-couronnée_wp

Les échassiers - partie 1_gruidés-grue-couronnée-herbe_wp

Les échassiers - partie 1_hématopodidés-huîtrier_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

USA : des enfants découverts enfermés dans des cages et recouverts d’excréments

USA_des enfants découverts enfermés dans des cages et recouverts d'excréments_texas-flag_wp

La saison des amours ou du Peace & Love avec la Saint-Valentin est bel et bien finie. Et ce fait divers effroyable relayé par plusieurs journaux est malheureusement là pour nous le rappeler. Cette affaire a été rapportée à l’origine par l’agence Associated Press (AP).

Ce mardi 12 février, des policiers américains ont trouvé quatre enfants dans une grange du Comté de Wise, au Texas, dans un état dépassant l’entendement.

Proche de la ville de Rhome, dans une zone rurale du Texas, des policiers américains ont été appelés pour une dispute conjugale entre la mère de quatre enfants, Paige Isabow Harkings, et le père de l’un d’entre eux, Andrew Joseph Fabila, tous deux âgés de 24 ans. Après le constat de coupures sur le visage de l’homme, les policiers ont entendu des voix en provenance de la grange située à l’extérieur de la maison. Ils ont alors découvert un garçon de 5 ans et une fillette de 4 ans enfermés dans une cage à chien de 90 cm sur 90, ainsi que deux autres enfants, à peine vêtus, âgés de 3 ans et 1 an, recouverts d’urine et de matières fécales. Tous les quatre atteints de malnutrition.

USA_des enfants découverts enfermés dans des cages et recouverts d'excréments_texas-rhome_wp

Selon l’AP, en plus de 40 ans de carrière, le shérif du Comté, Lane Akin, n’a jamais eu pire affaire de maltraitance infantile. « Il y avait plein de nourriture dans la grange, mais le réfrigérateur et les placards avaient été fermés pour que les enfants ne puissent pas la récupérer », a-t-il constaté.

Selon CNN, l’homme et la femme ont été arrêtés et mis en détention à la prison du Comté de Wise. Quatre chefs d’inculpations de mise en danger d’un enfant ont été établis à leur encontre. Harkings fait également l’objet d’accusations supplémentaires de voies de faits graves ayant causé des lésions corporelles graves, suite au constat par les policiers sur place des multiples écorchures présentes sur le visage de Fabila, a spécifié le shérif. Lors de l’audience préliminaire au tribunal, mercredi, la caution a été fixée à 75 000 $ pour la femme et 60 000 $ pour l’homme. Aucun avocat commis d’office n’a été encore cité pour leur défense. Ils encourent une peine de deux à vingt ans de prison.

Interrogée par la chaîne américaine, la voisine Amber Jester ignorait que le couple avait des enfants. « On pourrait penser qu’être de l’autre côté de la rue permettrait de savoir quelque chose. Vous aimeriez dire que vous feriez quelque chose. Mais vous ne savez pas. Je suppose que vous ne savez jamais ce que les gens font à l’intérieur de leur maison », a-t-elle déclaré.

USA_des enfants découverts enfermés dans des cages et recouverts d'excréments_texas-seal_wp

Les enfants ont été transportés au centre médical de Cook, à Fort Worth, pour évaluation. Ils ont été pris en charge par les services sociaux. D’après le Dallas Morning News, ils sont désormais sortis de l’hôpital et en vue d’être placés en famille d’accueil.

Cette affaire n’est pas sans rappeler celle de mars 2018 où 10 enfants d’une même fratrie, âgés de 6 mois à 12 ans, avaient été retrouvés dans des conditions sordides en Californie. Ils avaient subi des tortures physiques et psychologiques de la part de leurs parents, dont certains avaient même été ébouillantés. Ou encore celle des époux Turpin de janvier de la même année et dans le même État.

Au vu de ces affaires abjectes, on se serait en droit de soumettre l’idée qu’en supplément de peine statuée à l’encontre de ces bourreaux une stérilisation pourrait être à envisager. Ces individus n’ont-ils pas perdu le droit d’être parents ? Ne sont-ils plus des humains ou ne l’ont-ils peut-être jamais été ?

Cnidaires

Cnidaires_anthozoaires-anémone-de-mer-bleue_wp
Anthozoaire – anémone de mer

Reprenons notre tour d’horizon sur les invertébrés, mais du monde marin…

Cnidaires_anthozoaires-anémone-de-mer_wp
Anthozoaire – anémone de mer
Cnidaires_anthozoaires-anémone-de-mer-jaune-rose_wp
Anthozoaire – anémone de mer
Cnidaires_anthozoaires-anémone-de-mer-orange_wp
Anthozoaire – anémone de mer
Cnidaires_anthozoaires-anémone-de-mer-verte_wp
Anthozoaire – anémone de mer
Cnidaires_anthozoaires-corail-mauve_wp
Anthozoaire – corail
Cnidaires_hydrozoaires-millépore_wp
Hydrozoaire – millépore
Cnidaires_hydrozoaires-millépore-orange_wp
Hydrozoaire – millépore
Cnidaires_hydrozoaires-physalie-bleue_wp
Hydrozoaire – physalie
Cnidaires_hydrozoaires-physalie-mauve_wp
Hydrozoaire – physalie
Cnidaires_scyphozoaires-méduses-électriques_wp
Scyphozoaire – méduse électrique
Cnidaires_scyphozoaires-méduses-jaunes_wp
Scyphozoaire – méduse

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Invertébrés

invertc3a9brc3a9s_arthropodes-colc3a9optc3a8res-coccinelle_wp
Arthropode – coléoptère – coccinelle

Entamons ce week-end en poursuivant notre petit parcours animalier en photos, dont cette partie concerne les petites bêtes…

invertc3a9brc3a9s_arthropodes-colc3a9optc3a8res-cc3a9toine-trichius_wp
Arthropode – coléoptère – cétoine Trichius
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-colc3a9optc3a8res-scarabc3a9e-cc3a9toine_wp
Arthropode – coléoptère – scarabée cétoine
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-colc3a9optc3a8res-scrarabc3a9e-dorc3a9_wp
Arthropode – coléoptère – scarabée doré
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-dictyoptc3a8res-mante-religieuse-brune_wp
Arthropode – dictyoptère – mante religieuse brune
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-dictyoptc3a8res-mante-religieuse-verte_wp
Arthropode – dictyoptère – mante religieuse verte
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-diptc3a8res-bombyl-noir-et-blanc_wp
Arthropode – diptère – bombyle noir et blanc
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-diptc3a8res-mouche-syrphe_wp
Arthropode – diptère – mouche – syrphe
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-diptc3a8res-mouche-syrphe-en-vol_wp
Arthropode – diptère – mouche – syrphe en vol
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-hc3a9tc3a9roptc3a8res-punaises-de-feu_wp
Arthropode – hétéroptère – punaise de feu
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-hc3a9tc3a9roptc3a8res-punaises-des-bois_wp
Arthropode – hétéroptère – punaise des bois
invertc3a9brc3a9s_arthropodes-homoptc3a8res-cigale-rouge_wp
Arthropode – homoptère – cigale rouge

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Humeurs d’hiver

humeurs d'hiver_wp

« Elle ne se foule pas trop la fille avec les intitulés de ses articles en ce moment », pourriez-vous me dire ?

Vous auriez raison !

« Elle ne se fatigue pas trop non plus pour la composition de ses articles qui sont soit des photos postées, n’étant même pas les siennes, soit des liens vers d’autres sites », me diriez-vous également ?

C’est vrai aussi !

Or pour ma défense, monsieur le juge, je suis bien coupable mais pas responsable. Les responsables, car oui monsieur le juge il y en a plusieurs, ce sont les déplacements que je dois faire en vue de mon futur et très proche déménagement et les cartons.

J’insiste sur ce dernier point, monsieur le juge, les cartons !

Ils me harcèlent. Ils s’imposent dans toutes les pièces de ma maison, jusque dans ma salle de bain. Ils envahissent de plus en plus mon territoire. Ils tentent conquérir mon espace. Ils mettent tout en œuvre afin de m’obliger à battre en retraite.

J’ai, monsieur le juge, des circonstances atténuantes. La sentence ne devrait pas être trop lourde. J’espère qu’un sursis me sera accordé avec sans mise à l’épreuve ou que la peine prononcée ne sera pas assortie d’un travail d’intérêt général.

Bien que je sois absente physiquement de cette audience, monsieur le juge, puisqu à ce moment précis cet article et ceux qui suivront sont planifiés, ma bonne foi présentement exprimée devrait pencher en ma faveur. Le non-lieu devrait donc être prononcé !