Madam C.J. Walker

Madam C.J. Walker_Octavia Spencer_wp

Madam C.J. Walker, née Sarah Breedlove le 23 décembre 1867 dans le Comté la paroisse de Madison en Louisiane et morte le 25 mai 1919 à Irvington dans l’État de New York, est la première femme d’affaires afro-américaine à devenir millionnaire par elle-même, d’où le juste titre Self Made : Inspired by the life of Madam C.J. Walker, une mini-série en quatre parties proposée par Netflix.

Peu connue du grand public, elle est pourtant considérée comme l’une des femmes les plus inspirantes des États-Unis. Madam C.J. Walker, interprétée par la talentueuse actrice Octavia Spencer, est ainsi mis à l’honneur par Netflix dans cette mini-série retraçant son histoire.

Elle lutta toute sa vie pour l’émancipation de la femme noire à une époque où l’abolition de l’esclavage était récente. Elle se battit sur deux fronts, celui de promouvoir la beauté des femmes noires et celui d’être une femme dans un monde d’hommes. Elle deviendra millionnaire grâce à ses produits de beauté seulement adaptés aux cheveux des femmes afro-américaines à une époque où nombreuses d’entre elles ne peuvent entretenir leurs cheveux.

Fille d’anciens esclaves, mère à 14 ans, veuve à 20 ans et entrepreneuse, elle est le modèle de la détermination et de la quête d’indépendance. Cette importance qu’elle a accordé à l’indépendance féminine est d’ailleurs évoquée subtilement tout au long de la série. Dans l’éducation qu’elle donne à sa fille, l’instruction et surtout ne dépendre de personne seront son cheval de bataille. Il y a aussi sa relation avec son mari. S’ils finiront par divorcer, elle n’aura eu de cesse de lutter durant leur mariage à ce qu’elle garde le mérite entier de la création de son entreprise de cosmétiques pour femmes noires.

Ce besoin d’élever le rang des femmes noires à leur juste valeur est sa propre idéologie. À une époque où les femmes noires perdaient énormément leurs cheveux, elle décide de partager sa propre expérience pour vendre ses produits. Elle veut que les femmes noires aient des modèles à leur image et qu’elles croient en elles grâce à cela. Elle rejette les diktats de beauté, où les femmes noires seraient représentées comme des blanches. Les valeurs des produits cosmétiques de Madam C.J. Walker sont plus qu’authentiques. Elles défendent une inclusion précieuse de la beauté noire jamais représentée.

Madam C.J. Walker_1867-1919_wp
1867 – 1919

Tout au long de sa vie, cette incroyable femme a ainsi mené un double combat, celui des noirs et celui des femmes. Nombreux sont les hommes noirs à se battre pour leurs droits, elle doit faire face au sexisme de ces derniers. Le monde des affaires est impitoyable et elle est contrainte de s’imposer au sein d’un milieu très masculin, lui-même confronté à de nombreuses discriminations. Mais jamais elle n’aura cédé à la pression, à tel point que l’exemplarité de son parcours a été une inspiration pour de nombreuses femmes noires.

Son ambition devient expansive. En ces temps, les seules opportunités des femmes noires étaient d’être blanchisseuses ou cuisinières. Son entreprise de cosmétiques va ouvrir des opportunités. Madam C.J. Walker met sa fortune au service de la culture afro-américaine. Elle aura milité tout au long de sa carrière pour favoriser l’entrepreneuriat des femmes noires. Son investissement ne s’arrête pas seulement à la commercialisation de produits cosmétiques. Des salons de soins capillaires seront ouverts à son nom à travers le pays, sans compter son usine à Indianapolis, la principale ville industrielle des États-Unis. Des centaines d’ouvrières y sont employées et de nombreuses femmes afro-américaines suivent des formations. Leurs perspectives professionnelles changent considérablement sur l’exemple de Madam C.J. Walker.

Aujourd’hui, son nom est inscrit au National Women’s Wall of Fame et son héritage dure à travers le Madam Walker Legacy Center. Véritable militante pour les droits des femmes, Madam C.J. Walker a su mettre en avant la beauté des afro-américaines à une époque où le choix de prendre soin d’elles, mais aussi d’en avoir les moyens, ne leur était accordé.

Enfin qui ne se souvient pas de cette époustouflante actrice qu’est Octavia Spencer ? Elle nous avait déjà fait vibrer dans la Couleur des sentiments (The Help) par son personnage de Minny Jackson, rôle qui lui permis d’ailleurs d’être davantage révélée au grand public. Dans cette mini-série, elle montre encore tout son talent. D’une justesse inouïe, elle tient le rôle à bras-le-corps. Cette formidable actrice est dans la lignée des plus grands…

Cette mini-série nous tient en haleine du début jusqu’à la fin. Aucun temps mort, aucune longueur… On ne voit pas le temps passé. Je l’ai regardée du reste d’une seule traite. Une très belle découverte !

Ragnarök

Ragnarök_wp

« Dans la mythologie nordique, le Ragnarök renvoie à une fin du monde prophétique comprenant une série d’événements dont un hiver de trois ans sans soleil (Fimbulvetr), suivi d’une grande bataille sur la plaine de Vígríd. La majorité des divinités comme Odin, Thor, Freyr, Heimdall et Loki, mais aussi les géants* et la quasi-totalité des hommes y mourront, une série de désastres naturels verront ensuite le monde submergé par les flots et détruit par les flammes. Une renaissance suivra, où les dieux restants, dont Baldr, Höd, et Vidar, rencontreront Líf et Lífþrasir, seul couple humain survivant et appelés à repeupler le monde. Le Ragnarök est un thème important dans la mythologie nordique. Il est principalement relaté dans l’Edda poétique, en section de la Völuspá, probablement écrite par un clerc islandais après l’an mil, mais aussi dans l’Edda de Snorri, rédigée au 13e siècle par Snorri Sturluson, qui s’est lui-même inspiré de l’Edda poétique. » Cf . Wikipédia.

* « Le jötunn ou les jötnar (vieux norrois signifiant « géants ») sont, dans la mythologie nordique, des créatures humanoïdes personnifiant les forces de la nature, dotées d’une force impressionnante ainsi que, parfois, des pouvoirs divins comme celui de la métamorphose et de l’illusion. Ils sont à la fois prédécesseurs, parents et ennemis des dieux et vivent habituellement à Jötunheimr où ils sont séparés de Midgard, le monde des humains, par de hautes montagnes ou des forêts denses. Tous les jötunn sont les fils d’Ymir, le géant hermaphrodite des origines selon la cosmogonie nordique. De sa sueur, Ymir enfanta un mâle et une femelle, et de l’union de sa jambe gauche et droite naquit un fils. Les géants de Jötunheim sont en guerre perpétuelle contre les dieux, qui sont généralement menés par Thor dans leur lutte. Ce sont des créatures chaotiques, par opposition aux dieux qui représentent l’ordre. Pendant le Ragnarök, les géants seront au premier rang de la bataille pour assaillir les dieux, et c’est le géant du feu Surt qui détruira l’ensemble des mondes avec son épée flamboyante. Plus tard, dans le folklore scandinave, les trolls reprennent bon nombre des fonctions de la notion plus ancienne de « géant ». » Cf. Wikipédia.

C’est aussi est une série télévisée fantastique dano-norvégienne créée par Adam Price, dont la première saison est sur Netflix.

La ville fictive norvégienne d’Edda est altérée par la pollution industrielle et le réchauffement climatique, jusqu’à ce qu’un garçon Magne (David Stakston) aux pouvoirs de Thor commence à combattre ce qui risque de détruire la planète.

Cette première saison est tout simplement géniale ! À découvrir absolument ! J’attends avec impatience la seconde saison.

ORANGE is the new BLACK quitte le 7e ciel

Orange is the new black_s7_wp

Ultime saison pour nos détenues à succès au bout de sept années dans et au-dehors de la prison de Litchfield. Cette série innovatrice qui nous a tant captivés durant tout ce temps est parvenue à son terme. Et non sans mal.

Fan inconditionnelle de cette série, cette dernière saison m’a laissée perplexe, comme la précédente d’ailleurs. Dans la lancée de la saison 6, les rebondissements tombent à plat, des situations traînent en longueur, cette dernière saison arrive à point nommé.

Dommage ! Alors que la fin de la 5e saison nous laissait pourtant entrevoir une saison 6 passionnante où une suite logique semblait évidente, elle en a été tout autre. Nous avons assisté à un règlement de compte entre deux sœurs, deux nouveaux personnages, qui, à mon avis, n’ont apporté aucun véritable intérêt à la série. Nous sentions déjà la série qui commençait à s’essouffler. Malheureusement, cela s’est confirmé avec cette saison 7.

Orange is the new black_s7-end_wp

Malgré tout, à la différence avec la saison précédente, cette ultime saison aborde un sujet bien épineux aujourd’hui, celui de l’immigration. Des femmes qui vivent aux États-Unis depuis des années et des années en attente de leurs papiers de citoyenneté et qui ont su construire une vraie vie, d’autres qui ont fui la guerre et la misère, le poids des traditions culturelles inhumaines pour les femmes ou encore celles qui sont depuis peu citoyennes américaines perdant ce droit suite à une malversation des autorités locales… Le portrait de ces femmes, parmi tant d’autres, en parallèle de l’histoire des personnages centraux que nous retrouvons tout au long de la série, est dressé avec une justesse évocatrice de la politique de Trump. Ces femmes qui sont renvoyées dans leur pays d’origine, dans lequel certaines ne sont nées ou n’ont même jamais vécu. Cette triste réalité de la considération de l’être humain, version et vision américaines…

Enfin, bien que cette dernière saison soit un peu lente, tourne parfois en rond, où l’on ne comprend pas toujours le but recherché, sa clôture efface un peu ces défauts avec un joli clin d’œil de nos « héroïnes » qui nous ont tant passionnés et nous ont fait vibrer durant toutes ces années. ORANGE is the new BLACK restera cependant pour moi l’une des séries incontournables de Netflix. Une série moderne, la première du genre !

Glee

Glee-title_wp

N’ayant pas encore le moral au beau fixe depuis la mort de mon chat Clarence (vingt ans de vie commune qui se sont arrêtés brusquement ce samedi matin), j’ai besoin de gaieté en ce moment.

N’étant alors pas en grande forme pour regarder le soir (instant le plus dur de la journée) des films psychologiques, dramatiques, romantiques, noirs, etc., je me tourne vers des comédies.

Récemment donc, j’ai découvert la série télévisée musicale américaine Glee qui a duré de 2009 à 2015.

Bien que j’aie déjà entendu parlé de cette série à succès durant sa période de diffusion, je ne m’y suis pas trop intéressée à l’époque. Trouvant le thème un peu trop proche de la célèbre série de ma génération Fame, cette série Glee ne me bottait pas plus que ça.

Glee-série_wp

Mais après avoir visionner toutes les comédies présentées sur Netflix, je me suis laissée tenter. Et coup d’essai réussi ! Cette série est vraiment géniale ! Même si elle s’adresse davantage à un public d’adolescents, elle touche indirectement, nous les adultes, en nous remémorant cette période particulière passée au lycée, pour certains d’entre nous.

William Schuester, professeur d’espagnol au lycée William McKinley High School à Lima dans l’Ohio décide de reprendre la direction du club de chant de l’établissement un peu à la dérive, le Glee Club, afin de lui redonner son prestige d’antan. Pour ce faire, il réunit au départ les laissés-pour-compte du lycée, appelés les « losers », ces élèves étant les cibles des moqueries et méchancetés de la part des autres élèves, surtout de ceux ayant la cote. Au fur et à mesure, à force de ténacité, il parvient à intégrer certains de ces élèves ayant la réputation de leaders du lycée. Ainsi, footballeurs, cheerleaders, intellos, handicapés, homosexuels, élèves d’ethnies différentes, etc. s’unissent pour former un groupe qui se révèlera plus soudé que jamais…

Glee-acteurs_wp

À travers des musiques de toute époque et des voix magistrales, cette série fait passer de vrais messages de tolérance. Elle aborde les véritables problèmes que traversent certains adolescents en leur montrant la bonne voie à prendre. Loin de se vouloir moralisatrice, elle transmet les valeurs fondamentales de la vie, comme le courage, la persévérance, l’empathie, le pardon, etc.

Cette série pleine de tendresse est une excellente leçon de pédagogie donnée aux jeunes. Des jeunes acteurs de talent se découvrent, notamment l’acteur Grant Gustin qui jouera par la suite le rôle de Barry Allen dans la série Flash, toujours actuelle, ainsi que Melissa Benoist qui prendra la cape de Supergirl, qu’elle interprète encore.

Dernier point, peut-être le plus important. Les interprètes des chansons accompagnées des chorégraphies sont les acteurs eux-mêmes. Ils sont musiciens, chanteurs, acteurs ou même écrivains dans la vraie vie. Cette série offre ainsi un panel de véritables artistes en herbe bourrés de talent.

Glee-affiche_wp

À voir absolument pour se mettre en forme et de bonne humeur !

« Un 22 juillet »

_Un 22 juillet_affiche1_wp

Film américain écrit, coproduite et réalisé par Paul Greengrass, sorti en 2018. Adapté de l’ouvrage de 2013 En av oss d’Âsne Seierstad, ce film relate les attentats d’Oslo et d’Utøya perpétrés en Norvège en 2011 par un seul individu, ayant causé la mort de 77 personnes et blessé plus de 200 autres.

Le vendredi 22 juillet 2011, deux actions terroristes ont été coordonnées et menées par un homme de 32 ans, chrétien radical de l’Extrême droite, Anders Behring Breivik.

_Un 22 juillet_personnage-Viljar_wp

La première attaque, une explosion à la bombe, s’est produite à 15 h 26, heure locale, à Regjeringskvartalet, le quartier gouvernemental de la ville d’Oslo, devant le bureau du Premier ministre, Jens Stoltenberg, et d’autres édifices gouvernementaux. L’explosion a tué 8 personnes et blessé 15 autres. La seconde attaque a lieu deux heures plus tard dans un camp de jeunes, lors d’un rassemblement estival, organisé par la Ligue des jeunes travaillistes (AUF) du Parti travailliste norvégien (AP), sur l’île d’Utøya. Déguisé en policier, Anders Behring Breivik, armé d’un fusil de tir de précision, ouvre le feu sur les campeurs, tuant 69 personnes et blessant 33 autres. Arrêté par la police, il revendique les deux attentats. La Justice l’inculpe pour les deux attaques et le condamne le 24 août 2012 à 21 ans de prison.

_Un 22 juillet_personnage-terroriste_wp

Ce fut la plus grave attaque en Norvège depuis la Seconde Guerre Mondiale. Le nombre de morts a représenté l’équivalent de deux fois le nombre annuel moyen de meurtres dans le pays. La fusillade par un tueur de masse fut aussi la plus meurtrière de l’époque contemporaine. L’Union Européenne, l’OTAN ainsi que plusieurs autres pays du monde ont exprimé leur soutien à la Norvège et ont condamné les attaques.

_Un 22 juillet_île-d'Utoya-Norvège_wp

Ce film, d’une durée de plus de 2 heures, retrace parfaitement ces terribles évènements. Il nous rappelle que le terrorisme n’est pas uniquement lié qu’à un groupe de fanatiques religieux. La religion, quelle qu’elle soit, est la première source du terrorisme.

Disponible sur le site Netflix, je vous invite vivement à le regarder, si ce n’est déjà fait. Ce film est puissant et poignant de réalisme. Nous restons marqués à la fin du visionnage.

_Un 22 juillet_affiche2_wp

Crazy Ex-Girlfriend

Crazy Ex-Girlfriend_affiche_wp

Série télévisée américaine créée par Rachel Bloom et Aline Brosh McKenna. Classée dans le genre comédie musicale et diffusée depuis 2015 sur The CW Television Network.

Crazy Ex-Girlfriend_smileys_wp

Rebecca Bunch (Rachel Bloom) se fait plaquer à 16 ans par son premier amour Josh Chan (Vincent Rodriguez III) après deux mois d’été formidable en colonie de vacances. Dix ans plus tard, elle est une avocate talentueuse et acharnée du travail promise à un bel avenir dans un grand cabinet new-yorkais. Alors qu’elle se voit proposer une promotion en tant qu’associé principal au sein de ce cabinet, elle quitte paniquée subitement les lieux pour aller prendre l’air et réfléchir. De retour vers son travail, elle croise par hasard Josh pour lequel elle éprouve toujours un amour intense. S’arrêtant pour échanger quelques mots, celui-ci lui annonce qu’il quitte la vie new-yorkaise à laquelle il n’a jamais pu s’adapter pour rentrer chez lui à West Covina, une toute petite ville de Californie. Elle décide alors de tout quitter pour déménager à West Covina…

Crazy Ex-Girlfriend_série_wp

Cette série est tout simplement géniale ! Entre la comédie musicale, le vaudeville, la série Ally McBeal et la comédie romantique, cette série qui en est à sa 4e saison, dont ses trois premières sont disponibles sur le site Netflix, est incroyablement drôle, Des personnages aux situations, cette série se veut très originale, car elle est la première du genre. Aucune série n’existe sous forme de comédie musicale. Le scénario, les acteurs, les dialogues, les chansons… tiennent leur place sans défaut.

Crazy Ex-Girlfriend_banner_wp

En regardant cette série pour les amateurs du genre, vous allez avoir des sacrées bonnes tranches de rigolades au point même d’en pleurer de rire et vous en tenir les côtes. Elle est rafraîchissante et un excellent divertissement pour le soir.

Crazy Ex-Girlfriend_song_wp

Mais aussi, elle décrit l’univers de la femme dans ses moindres détails, que ce soit sur le plan psychologique que physiologique. C’est peut-être la raison pour laquelle, elle plaira peut-être plus aux femmes qu’aux hommes, puisqu’elle s’adresse davantage aux femmes. Malgré tout, je vous invite à la regarder, elle en vaut vraiment le coup d’œil !

Crazy Ex-Girlfriend_heart_wp

The Sinner

The Sinner_affiche_wp

Série télévisée américaine créée par Derek Simonds parue récemment sur le site Netflix.

Une jeune mère de famille, Cora Tannetti (Jessica Biel), se retrouve à passer une journée à la plage avec son mari, Mason Tannetti (Christopher Abbott) et son fils. Soudainement, elle se dirige en courant vers un groupe d’individus proche d’eux en train de s’amuser en écoutant de la musique. Sans explication elle se jette sur l’un des hommes et le poignarde sauvagement à plusieurs reprises. Ce dernier finit par succomber à ses blessures. Arrêtée puis incarcérée, elle rencontre ensuite le détective Harry Ambrose (Bill Pullman) chargé de son affaire. Il mettra alors tout en œuvre afin de comprendre son geste et surtout lui permettra de recouvrer des sombres souvenirs enfouis…

The Sinner_personnages_wp

S’apparentant à la série ALIAS GRACE, tant la similitude de certains personnages sautent aux yeux, surtout le rôle principal de la femme, cette série est toutefois intéressante. Bien qu’aussi certains passages paraissent inutiles, voire dérangeants, car ils n’apportent rien de plus à l’intrigue, l’histoire suit un bon déroulement.

Cette série The Sinner (le pécheur) de seulement huit épisodes est inspirée du roman du même nom de Petra Hammesfahr publié en 1999. N’étant certes pas, à titre personnel, la série de l’année, elle mérite ceci dit d’être découverte. Une seconde saison est d’ailleurs prévue suite au succès de cette première saison.

The Sinner_série_wp

MINDHUNTER

MINDHUNTER_dossier_wp

Série télévisée américaine créée par Joe Penhall, produite par David Fincher et Charlize Theron. Inspirée du livre Mind Hunter : Inside The FBI’s Elite Serial Crime Unit de Mark Olshaker et John Douglas, la seconde saison de cette série a déjà été prévue avant même la diffusion de sa première saison.

En 1979, aux prémices de la psychologie criminologique et du profilage criminel au FBI, les agents Holden Ford (Jonathan Groff) et Bill Tench (Holt McCallany) vont étudier des tueurs en série sous forme d’entretien avec ces derniers afin de comprendre leur mode de pensée et d’acquérir ainsi des connaissances leur permettant de résoudre des affaires criminelles.

MINDHUNTER_wp

Sortie très récemment sur le site Netflix, cette série est destinée à un public averti. Elle n’est absolument pas pour les enfants ou des adolescents plus ou moins fragiles sur le plan psychologique. Car cette série nous plonge vraiment dans cet univers, quelque peu dérangeant pour certains, de l’esprit criminel.

Pour les amateurs du genre, cette première saison pose en détails le début du décryptage de l’esprit des tueurs en série, appelés d’ailleurs dans la série les criminels en séquence. Excellemment bien conçue et interprétée, elle nous dévoile tout ce travail de recherches et d’analyses qui s’est établi progressivement autour de ces meurtriers et l’évolution de cette science inconsidérée à cette époque.

MINDHUNTER_affiche_wp

Différente de toutes les séries évoquant ce domaine, cette série se base uniquement sur l’étude comportementale des criminels associant donc psychologie et sociologie.

The Mist

The Mist_wp

The Mist ou La Brume est une série télévisée américaine classée dans la catégorie drame, horreur, épouvante. Adaptée d’après la célèbre nouvelle de Stephen King du même nom et créée par Christian Torpe, cette série diffusée récemment sur le site Netflix est pour tous les amateurs de l’univers de Stephen King.

The Mist_Stephen-King_wp

Le village de Bridgton dans le Maine aux États-Unis, se trouve subitement envahie par une mystérieuse brume épaisse. Pris au piège, ses habitants vont être contraints de se réfugier en devant partager ensemble leurs peurs, leurs animosités, leurs préjugés, leurs conflits… Ils vont découvrir au fur et à mesure que cette brume surnaturelle tue certains d’entre eux et en épargne d’autres, mais pas que…

The Mist_série_wp

Excellemment réalisée, cette série traduit à la perfection l’esprit typique de Stephen King. Cette ambiance si particulière, si reconnaissable de cet écrivain, est encore une fois mise en valeur. Si vous n’aimez absolument pas le style de cet auteur, inutile de vous spécifier que vous détesterez cette série. Or si vous êtes comme moi, une véritable adepte de Stephen King, alors vous allez adorer cette dernière. Plus encore, vous percevrez le message transmis : la Nature reste le seul maître en toute chose…

The Mist_La Brume_wp

Bon dimanche !

 

How to get away with Murder

How to get away with Murder1_wp

Nouvelle découverte sur le site Netflix, la série How to get away with Murder, signifiant littéralement Comment échapper à une condamnation pour meurtre, créée par Peter Nowalk, produit par Shonda Rhimes et apparue sur ce site en 2015.

Professeur de droit, Annalise Keating (Viola Davis) est également une brillante avocate à la tête de son propre cabinet. Chaque année, elle sélectionne quatre de ses meilleurs étudiants pour travailler avec elle dans son cabinet sur des affaires criminelles en cours. Mais une année, elle fait une exception et désigne cinq étudiants. Ces derniers vont se retrouver impliqués dans une affaire d’homicide dont ils seront les principaux acteurs…

How to get away with Murder2_wp

Cette série très bien réalisée est intrigante. Avec des flash-back durant le déroulement de l’histoire, l’on ne sait jamais à quoi s’attendre. Cette série est autant originale qu’efficace, elle sort des sentiers battus et le suspens est vraiment à son rendez-vous.

Je vous invite à la regarder si cela n’est pas déjà fait.