Un cocktail explosif !

Un cocktail explosif_wp

Coucou les amis ! Me revoilà parmi vous en chair et en os ! Enfin, virtuellement plutôt pour vous ! Peu importe, en tout cas, prête à attaquer cette seconde quinzaine d’août !

Hé oui, déjà ! Demain, ce sera le 15 août ! Mais les vacances ne sont pas encore finies !

Alors, afin de poursuivre cette belle période estivale, je vais vous présenter un cocktail plus qu’explosif pour le meilleur de notre santé. Après tout, les vacances riment certes avec détente, farniente, un peu de laisser-aller nutritif, mais elles peuvent aussi allier tonus et bienfaits pour notre petit organisme.

Tous les bons vivants le savent bien, quand c’est les vacances, on a tendance à se lâcher un peu, voire même beaucoup, sans franchement faire attention aux calories que nous ingérons. Bah oui ! Il faut être honnête. Lorsque nous allons dans une région familiale qui propose de la bonne charcuterie du terroir, la vraie, pas celle des supermarchés, du bon confit de canard, de l’aligot, des tripous, etc., tout ça accompagné de bons vins, on ne résiste pas !

Un cocktail explosif_pamplemousses_wp

Mais après… Il n’y a pas que la balance qui pleure !

Donc, pour compenser ces excès et nous permettre de signer un traité de paix avec notre organisme, il existe une méthode relativement radicale : l’association du pamplemousse et de l’épinard.

Comme vous le savez déjà aussi, le pamplemousse est le fruit par excellence de fraîcheur, de saveur, de vitamines et bien sûr l’un des meilleurs gardiens de notre ligne. Source de vitamines A, B1, B3 et C, notamment, il est peu calorique.

L’épinard également peu calorique est un autre atout majeur. Bien que sa réputation à la Popeye d’être riche en fer, ce qui est absolument faux, puisqu’il en contient 20 fois moins que la viande, il possède bien d’autres vertus pour la santé.

Un cocktail explosif_épinards_wp

Ces deux aliments sont non seulement des alliés minceur, mais concoctés ensemble, ils représentent aussi un véritable cocktail Molotov ! Grâce à leurs puissants pouvoirs anti-oxydants, leur association s’avère plus efficace. Ils se multiplient pour la santé de notre cœur, nos yeux, notre peau, l’aide à la régénération cellulaire… Ces deux aliments sont tout autant de bons antidépresseurs naturels, de régulateurs pour la tension artérielle comme oculaire et détoxifient…

Cependant, ils ne sont pas des produits miracles. Ils ne doivent pas être qu’une base nutritive, mais une alimentation complémentaire.

Vous pouvez ainsi les incorporer dans une salade avec des morceaux de blancs de poulet, du surimi ou des crevettes, par exemple. Vous pouvez de même les préparer en cocktail en les associant avec du lait de coco ou de la banane, par exemple, afin de casser l’acidité et l’amertume.

Enfin, vous pouvez réaliser de nombreuses recettes avec ces deux parfaits compagnons qui se marient pratiquement avec tous les aliments, viandes, poissons, légumes…

Un cocktail explosif_cocktails_wp

Je vous retrouve la semaine prochaine et vous souhaite une bonne dégustation !

Yorkshire pudding

Yorkshire pudding_nature_wp

Un autre plat anglais traditionnel, même culturel de la cuisine britannique.

Le Yorkshire pudding est un plat issu du nord de l’Angleterre, mais dont on ne connaît l’origine exacte. Contrairement aux autres puddings britanniques, il n’est pas un dessert, mais l’accompagnement typique de tous les plats en sauce, les plats à base de bœuf, de poulet ou d’agneau. Traditionnellement, il est présenté avec le rôti de bœuf du dimanche, le célèbre « roast beef » (rosbif), ou avec le fameux « chicken breast » (poitrine appelée plus communément blanc de poulet) ou encore la souris d’agneau, voire le gigot.

Ainsi dans tous les restaurants de ma région, et au-delà puisque le Yorkshire pudding est l’un des plats culinaires anglais le plus populaire, vous trouverez dans chaque menu ou carte cet accompagnement. Et le dimanche, « the roast beef with Yorkshire pudding » est le plat principal anglais emblématique du « Sunday lunch ». Ce plat est couramment présenté d’une grosse tranche de rôti de bœuf avec donc le Yorkshire pudding, des légumes cuits à l’eau (carottes, haricots verts, petits-pois, chou-fleur et parfois de la salade verte cuite), des petites pommes de terre rissolées, de la purée et le jus de la viande considéré par les Anglais comme l’accompagnement idéal du Yorkshire pudding. Souvent aussi, des sauces sucrées et salées pour manger avec le Yorkshire pudding sont proposées en suppléments, comme du chou-fleur à la crème.

Yorkshire pudding_beef_wp

La recette du Yorkshire pudding est très simple à réaliser. Pour 12 pièces, il vous faut :

  • 3 œufs
  • 23,5 cl de lait
  • 125 g de farine
  • 30 g de beurre
  • sel
  • poivre

Préparez ensuite comme ceci :

Préchauffez le four à 190°C, chaleur tournante.

Mélangez les œufs, le sel, le poivre, le lait et ajoutez la farine en la tamisant afin d’éviter les grumeaux et obtenir ainsi une pâte lisse.

Dans un moule à muffins (12 portions), divisez le beurre en 12 morceaux égaux et posez-les au fond de chaque compartiment. Mettez le moule au four et dès que le beurre est fondu, versez la pâte en parts égales.

Cuisez 5 minutes à 190°C et à 175°C pendant 25 minutes. La cuisson est achevée lorsque la pâte est levée.

Yorkshire pudding_wp

Cependant, la méthode de cuisson usuelle britannique propose que le Yorkshire pudding soit mis à cuire sous la pièce de viande afin d’en récupérer le gras ou dans le même plat que celui utilisé pour rôtir la viande, une fois la viande retirée, de sorte que les graisses de cuisson imbibent le Yorkshire pudding pendant qu’il monte.

Le Yorkshire pudding peut se congeler, car il supporte très bien la congélation.

Enfin, inutile de vous spécifier que ce plat est loin d’être idéal pour la ligne, car il est très calorique et surtout très bourratif. Le Yorkshire pudding est le plat des gros mangeurs. Pour les plus petits appétits, comptez un Yorkshire pudding pour 2, voire 3 personnes.

Vous pouvez de même l’alléger en remplaçant le beurre par de la margarine. Et si vous adoptez la méthode de cuisson anglaise, supprimez tout simplement la matière grasse de la recette.

Bon appétit à l’anglaise !

Yorkshire pudding_lamb_wp

Coleslaw

Coleslaw_dressing_wp

Toujours pas de recette cuisine maison à vous proposer ce lundi ni d’astuce culinaire. En revanche, je vous présente un incontournable de la cuisine anglo-saxonne. Un plat que vous trouvez dans tous les restaurants anglais : le coleslaw.

D’origine hollandaise, il s’appelait koolsla, « kool » signifiant « chou » et « sla », « salade » et s’est ensuite anglicisé en coleslaw.

Ainsi cette salade remonte du temps des Hollandais qui ont fondé l’État de New York. Ils cultivaient des choux aux abords du fleuve Hudson et les préparaient râpés sous forme de salade crue. Appelé aussi tout simplement salade de chou au Québec et au Nouveau-Brunswick, le coleslaw est une salade populaire en Amérique du Nord et ici également. Cette salade est l’un des grands classiques de la cuisine anglaise, très proche de la cuisine hollandaise et allemande.

Et pour cause. Pour la petite histoire. Vers les années 1650, Londres vit pour la première fois s’établir une communauté de quakers, constituée d’Anglais, Hollandais et Allemands. Ceux-ci représentaient la Société religieuse des Amis, mouvement religieux fondé par des dissidents de l’Église anglicane sous la direction de George Fox, le principal fondateur et le plus important meneur des débuts du mouvement.

Le coleslaw souvent servi en accompagnement se retrouve ainsi partout, avec l’entrée, le plat principal et même avec le plateau de fromage. Plusieurs variantes existent intégrant d’autres ingrédients, tels que du chou rouge, des carottes, des oignons, du fromage, des morceaux d’ananas ou encore des tranches de pommes, etc.

Et dans la région anglaise où je réside, la recette la plus communément présentée inclue des carottes, du fromage, des oignons, le tout râpé, lorsqu’elle est en accompagnement, et se voit ajouter des tranches de pommes et des grains de raisin blanc, en plat principal.

Coleslaw_salade_wp

Voici donc la recette du coleslaw, version britannique, comme accompagnement pour 4 personnes : (494,54 kcal (123,635 kcal/pers.) ou 518,34 kcal (129,585 kcal/pers.) et moins de 10 €)

  • 100 g de chou blanc râpé (36 kcal)
  • 100 g de carottes râpées (42 kcal)
  • 50 g de fromage cheddar mature light râpé (157,5 kcal)
  • 2 c. à soupe de mayonnaise à la moutarde, marque Maille (210 kcal)
  • 2 c. à soupe de yaourt nature à 0% M.G. (15,6 kcal)
  • 1 c. à soupe de vinaigre de vin (3,3 kcal)
  • 1 c. à café de moutarde forte (7,5 kcal)
  • 1 c. à café de sucre brun (19,6 kcal)
  • poivre (3,04 kcal)
  • sel
  • 4 tranches fines de pomme rouge avec peau (facultatif) (10,6 kcal)
  • 4 grains de raisin blanc (facultatif) (13,2 kcal)

Coleslaw_concombre_wp

Vous pouvez remplacer le yaourt par le même dosage en lait, ainsi que le sel par du sel au céleri. Vous pouvez ajouter 50 g de chou rouge râpé et 50 g d’oignon jaune ou rouge râpé. Vous pouvez présenter le coleslaw avec et entouré de rondelles de concombre avec peau.

Cette salade est idéale en toute période de l’année. Elle accompagne absolument tous les aliments, des viandes aux poissons, en passant par la charcuterie, les terrines, etc. Elle est aussi un plat complet pour les végétaliens ainsi que les végétariens. D’ailleurs, comme chacun le sait, la population indienne est très conséquente en Angleterre et incarne la grande majorité des végétaliens et végétariens. Cette salade remporte par conséquent un grand succès parmi eux.

Enfin, en parallèle, tous les restaurants proposent toujours une variante de plat à base de viande ou un menu spécifique végétarien. Le coleslaw est donc le plat typique.

Je vous retrouve la semaine prochaine avec un article de toute façon en rapport avec la cuisine, à défaut de vous pouvoir à nouveau vous promettre une recette de cuisine de mon cru. Et je vous souhaite un très bon appétit !

Coleslaw_wp

La citronnelle

La citronnelle_infusion_wp

Pour ce second lundi consécutif, je ne vous présente pas de recette cuisine maison. À la place je vous présente une astuce autant culinaire que médicinale.

La citronnelle, connue aussi sous l’appellation de verveine des Indes, verveine indienne, herbe citron ou lemongrass (Cymbopogon citratus), est une plante herbacée tropicale de la famille des Poacées ou Graminées. Ses tiges et ses feuilles sont cultivées pour leur qualité aromatique, son goût de citron.

À ne surtout pas confondre avec la mélisse citronnelle, appelée aussi citronnelle, qui est une plante vivace de la famille des Lamiacées.

La citronnelle se trouve principalement dans tout le sud-est asiatique, mais également en Inde, en Afrique, en Australie et en Amérique du Sud.

La citronnelle_plante_wp

Typique des cuisines thaïlandaise et vietnamienne, elle est principalement utilisée dans la composition des currys, soupes, ragoûts et dans la cuisson à l’étouffée essentiellement pour les plats à base poulet ou de fruits de mer. Les tiges sont broyées ou émincées et infusées dans les bouillons. Elles sont de même utilisées séchées et moulues pour être directement incorporées dans les plats.

Elle est vendue en général dans les épiceries asiatiques ou spécialisées. Souvent, elle est remplacée par du zeste de citron et un peu de gingembre.

Concernant ses vertus médicinales, elle est réputée pour aider à la digestion (en infusion après les repas, elle diminue les ballonnements et les flatulences ainsi qu’elle soulage les crampes d’estomac), à la dilatation des vaisseaux sanguins, pour ses pouvoirs anti-inflammatoire et anti-douleur. Elle permet aussi de diminuer le taux de sucre dans le sang et de faciliter le sommeil pour les personnes souffrant d’insomnie.

La citronnelle est donc bonne pour la cuisine et pour la santé.

La citronnelle_tiges_wp

Ma cuisine étant en panne en ce moment, comme mes idées, surtout manquant de temps certain, je ne vous promets pas d’être en mesure de vous proposer une recette cuisine maison pour le lundi suivant. Cependant, je vous retrouve quand même lundi prochain avec une astuce culinaire au cas où…

Et malgré tout, je vous souhaite un excellent appétit… avec la citronnelle !

Boisson digestive

Boisson digestive_thé_wp

Pas de recette de cuisine maison à vous proposer aujourd’hui, mais à la place, une petite boisson digestive fraîche que j’ai découverte récemment, grâce à une amie philippine.

  • 30 cl de thé vert infusé froid
  • 1 c. à café rase de jus de citron vert
  • 1 c. à café rase de jus de gingembre frais
  • 1 c. à café rase de miel à la fleur d’oranger (ou sucre brun)
  • 1 pointe de curcuma en poudre
  • 1 goutte de vinaigre de riz
  • glaçons

Cette boisson est idéale pour vous rafraîchir lorsqu’il fait chaud, vous aider à éliminer le trop plein après un repas riche et est également efficace dans le cadre dans un régime.

Note : Vous pouvez supprimer le miel ou le sucre si vous supportez bien l’acidité et/ou souhaitez plus d’efficacité.

Je vous retrouve la semaine prochaine avec une recette de cuisine maison, si toutefois le temps me permet de vous en concocter une. Sinon, je vous proposerai une autre astuce culinaire…

À défaut donc de pouvoir vous souhaiter un bon appétit, je vous dis : Tchin !

Recette aphrodisiaque… ou pas…

Recette aphrodisiaque_ou pas_wp

Je vous propose aujourd’hui un plat familial, à partager aussi entre amis, plein d’énergie, assez léger, facile à réaliser et qui ouvrira peut-être un certain autre appétit…

Plat chaud/froid pour 14 personnes.

Recette aphrodisiaque_ou pas_poulet-gingembre_wp

Poulet au gingembre et ses accompagnements

(6 075,16 kcal (433,94 kcal/pers.) et environ 80 €, soit moins de 6 €/pers.)
(6950,16 kcal (496,44 kcal/pers.) et environ 65 €, soit moins de 5 €/pers.)

Recette aphrodisiaque_ou pas_riz_wp

– 1,4 kg de blanc de poulet coupé en morceaux moyens (1 750 kcal)
– 750 g de riz basmati cuit (2 625 kcal)
– 400 g de gingembre frais émincé (176 kcal)
– 300 g d’oignons (2 gros) jaunes émincés (123 kcal)
– 5 g de poivre blanc en poudre (12,55 kcal)
– 150 ml de sauce de soja réduite en sel (78 kcal)
– 100 ml de lait de coco (177 kcal)
– 250 ml d’eau

Accompagnements

– 750 g de riz basmati cuit (2 625 kcal)
– 960 g tomates cerise oranges (48) entières (192 kcal)
– 300 g poivrons (1 rouge, 1 jaune et 1 vert) coupés en fines lamelles (87 kcal)
– 300 g de céleri branche coupé en morceaux moyens (48 kcal)
– 300 g de carottes coupées en morceaux moyens (126 kcal)

Recette aphrodisiaque_ou pas_sauce-blanche_wp

Sauces pour les accompagnements

Sauce blanche
– 400 g de crevettes roses décortiquées (248 kcal)
– 100 g de tofu (62 kcal)
– 90 g de fromage de chèvre (147,6 kcal)
– 60 g d’endive (12 kcal)
– 60 g de concombre (6,6 kcal)
– 10 g de pâte de miso (16,2 kcal)
– 30 ml de sauce de soja réduite en sel (15,6 kcal)
– 5 ml de miel à la fleur d’oranger (16,3 kcal)
– ciboulette en pot (0,3 kcal)
– persil en pot (0,36 kcal)
– poivre blanc en poudre (2,51 kcal)

Sauce rouge
– 220 g de tomates rouges grossièrement hachées (44 kcal)
– 220 g d’oignon jaune émincés (90,2 kcal)
– 30 ml de sauce de soja réduite en sel (15,6 kcal)
– ciboulette en pot (0,3 kcal)
– poivre noir en poudre (3,04 kcal)

Recette aphrodisiaque_ou pas_sauce-rouge_wp

La veille

Dans un grand plat profond, mélangez avec l’eau, le poulet (riz cuit), le gingembre, les oignons, le poivre, 150 ml de sauce de soja et le lait de coco. Veillez à ce que les moreaux de poulet soient entièrement recouverts. Laissez mariner au réfrigérateur toute la nuit.

Le jour

Préparez la sauce rouge. Dans une casserole avec un très léger fond d’eau, mélangez tous les ingrédients et cuisez sur feu doux, 2 heures, casserole couverte. Découvrez et cuisez à nouveau sur feu doux, 2 heures, afin que le liquide s’évapore et jusqu’à obtention d’une sorte de chutney. Rectifiez l’assaisonnement, si besoin est. Si les tomates rendent trop d’acidité, ajoutez un peu de sucre roux ou de miel de fleur d’oranger. Laissez refroidir et réservez au réfrigérateur dans un bol recouvert d’un film alimentaire.

Préparez la sauce blanche. Mixez les crevettes, le tofu, le fromage de chèvre, l’endive, le concombre et la pâte de miso. Dans un bol, mélangez cette préparation avec 30 ml de sauce de soja, le miel, le persil, la ciboulette et le poivre. La sauce doit être crémeuse. Idem, si l’amertume de l’endive est trop prononcée, doublez la quantité de miel.

Dans un faitout, mettez le poulet avec sa marinade et cuisez sur feu doux, 50 à 60 minutes, selon l’épaisseur des morceaux et votre goût, casserole couverte. Rectifiez aussi l’assaisonnement en cours de cuisson, si besoin est. Réchauffez le riz avec sa marinade sur feu doux, 10 à 15 minutes, avec un peu d’eau si besoin est, sans cesser de remuer.

Dans un grand plat chaud, posez le poulet au gingembre. Dans un grand saladier, mettez le riz cuit (cf. Recette « umami » pour la cuisson du riz) chaud. Dans des assiettes séparées, présentez les tomates cerise, les lamelles de poivron, les carottes et les branches de céleri coupées. Sortez les bols de sauce qui serviront à accompagner les légumes.

C’est prêt !

Recette aphrodisiaque_ou pas_tomates-poivrons_wp

J’espère que cette recette, certes longue mais simple à faire, vous plaira. Je vous retrouve donc la semaine prochaine avec une autre recette de cuisine maison.

Bon appétit !

Recette aphrodisiaque_ou pas_carottes-céleri_wp

On donne le ton…

On donne le ton_wp

Les températures de saison sont revenues à la normale. Enfin normale… Je ne sais pas pour vous, mais dans ma campagne anglaise, si nous étions en octobre, les températures seraient effectivement de saison et peut-être normales.

Quoi qu’il en soit, le chauffage a été remis et les plats chauds ont fait de même leur réapparition.

Je vous propose donc une petite recette maison très simple à réaliser.

Plat chaud pour 1 personne.

On donne le ton_cuisson_wp

Soupe chaude de thon à la tomate et mozzarella

(366,51 kcal (260,31 kcal) et environ 10 €)

On donne le ton_cru_wp

– 120 g de thon nature en boîte égoutté* (136,8 kcal)
– 220 g de tomates rouges coupées grossièrement (44 kcal)
– 60 g de courgette coupée en rondelles (13,2 kcal)
– 60 g d’oignon jaune émincé (24,6 kcal)
– 60 g de haricots verts entiers (17,4 kcal)
– 30 g de mozzarella fumé coupé en fins morceaux (95,4 kcal)
– 1 g d’ail écrasé (1,1 kcal)
– 1 g de ciboulette en pot (0,3 kcal)
– 1 g de poivre blanc en poudre (2,51 kcal)
– 60 ml de sauce de soja réduite en sel (31,2 kcal)

*Doublez la quantité de courgettes et de haricots verts

Dans une casserole, mélangez tous les ingrédients et cuisez sur feu doux, 40 minutes, casserole couverte. Remuez de temps en temps. Le fromage doit être entièrement fondu en fin de cuisson.

Dans une assiette creuse, présentez votre plat et c’est prêt !

On donne le ton_sauce_wp

J’espère que cette recette vous plaira. Je vous retrouve comme d’habitude la semaine prochaine avec une autre recette de cuisine.

Bon appétit !

On en pince…

On en pince_wp

Voici une petite recette estivale, légère et très simple à réaliser.

Plat froid pour 1 personne.

On en pince_crabe_wp

Salade au crabe et sauce piquante

(168,33 kcal (146,83 kcal) et moins de 10 €)

On en pince_crabe-sauce_wp

– 120 g de morceaux de crabe (égoutté) en boîte* (84 kcal)
– 80 g de laitue hachée grossièrement (12 kcal)
– 27 g de céleri (1 stick) en branche coupé fin (4,32 kcal)
– 40 g d’oignon (1/2 petit) jaune émincé (16,4 kcal)
– 15 cl de jus de tomate avec pulpe (36 kcal)
– 15 ml de sauce de soja réduite en sel (7,8 kcal)
– 1 c. à café rase de purée de piments (5 kcal)
– poivre blanc en poudre (2,51 kcal)
– ciboulette ciselée en pot (0,3 kcal)

*Remplacez le crabe par 250 g de chou-fleur (62,5 kcal)

Dans une casserole, mélangez le céleri avec l’oignon, le jus de tomate, la sauce de soja, la purée de piments, le poivre et la ciboulette. Cuisez sur feu doux, 10 minutes, casserole couverte. Laissez bien refroidir et mettez la sauce au réfrigérateur 15 minutes.

Dans un bol, mélangez le crabe (chou-fleur) avec la moitié de la sauce. Recouvrez le bol d’un film alimentaire et réservez au réfrigérateur 10 minutes.

Dans une assiette creuse, mélangez la laitue avec le reste de la sauce, posez le crabe (chou-fleur) dessus avec sa sauce et c’est prêt !

On en pince_salade-sauce_wp

  • Note

– Vous pouvez ajouter une cuillère à café de vinaigre balsamique ou de cidre dans la sauce.

– Vous pouvez réaliser cette recette avec le chou-fleur cuit, selon votre préférence.

On en pince_salade_wp

J’espère que cette salade fraîche vous plaira. Je vous retrouve lundi prochain avec une autre recette de cuisine maison.

Bon appétit !

Recette fraîcheur

Recette fraîcheur_wp

Je ne sais pas le temps qu’il fait chez vous, mais, ici à Grimsby, c’est la canicule ! Enfin, la canicule pour les Anglais habitués à leur petit 12°C. Nous avons dépassé les 25°C depuis jeudi dernier et il est prévu des températures similaires pour toute la semaine.

En tout cas, je revis ! Mes origines espagnoles aussi ! Ceci dit, j’admets que j’ai eu un peu de mal également au début à supporter cette chaleur qui est arrivée d’un seul coup. Mon organisme s’était doucement acclimaté aux températures anglaises.

La chaleur des journées est tolérable. Il y a toujours un petit vent du sud pour venir vous rafraîchir un peu. Quant à la température des nuits, c’est une véritable fournaise. Malgré toutes les fenêtres et portes ouvertes de la maison, on crève de chaud. Il n’y a pas un brin de vent. D’ailleurs cette nuit a tellement été étouffante que j’ai dormi à la belle étoile, avec un matelas gonflable et confortable, un oreiller et une couette légère, quand même.

Bah oui ! À 40 ans et des brouettes, on s’aperçoit que le temps de s’allonger à même le sol sous une tente archaïque ou auprès d’un feu de camp de fortune est révolu ! On n’a plus 20 ans et les courbatures sont là pour nous le rappeler. Surtout, en vieillissant, mince alors, on a besoin et envie de son petit confort !

Et vous verrez les filles (celles étant encore loin de cet âge à venir) que vous aussi vous ressentirez la même chose ! Et oui ! Ce n’est pas toujours beau de vieillir ! Enfin !

Je ne sais pas non plus comment vous fonctionnez, mais en ce qui me concerne, lorsqu’il fait chaud, je n’ai envie que de fraîcheur et de légèreté.

Je vous propose donc ce plat frais et léger pour 1 personne.

Recette fraîcheur_poisson-cuit_wp

Soupe froide de poisson au chou-fleur et à la tomate

(188,69 kcal (148,19 kcal) et environ 7 €)

Recette fraîcheur_chou-fleur_wp

– 90 g de filet de colin* (63 kcal)
– 90 g de chou-fleur grossièrement haché (22,5 kcal)
– 220 g de petites tomates de couleur (44 kcal)
– 1/2 oignon rouge moyen (30 kcal)
– 1 petite gousse d’ail (5,5 kcal)
– 2 c. à soupe de sauce de soja réduite en sel (15,6 kcal)
– 5 brins de ciboulette fraîche (1,5 kcal)
– curcuma en poudre (3,54 kcal)
– poivre noir moulu (3,05 kcal)

*Remplacez le poisson en doublant la quantité de chou-fleur, soit 180 g en tout (45 kcal)

Mixez les tomates, l’oignon, l’ail (sans le germe) et la ciboulette.

Dans une casserole remplie d’eau, cuisez le chou-fleur sur feu fort, 10 minutes, casserole découverte. Égouttez et laissez-le dans la passoire.

Dans une casserole, mélangez avec les ingrédients mixés, le curcuma et le poivre. Cuisez sur feu doux, 10 minutes, casserole couverte. Ajoutez le chou-fleur et cuisez de nouveau sur feu doux, 10 minutes, casserole couverte. Versez le contenu dans un large bol ou un saladier et laissez refroidir à température ambiante.

Dans une poêle anti-adhésive, cuisez le poisson sur feu doux, 5 à 7 minutes de chaque côté, selon l’épaisseur du filet, poêle couverte. Mettez le poisson dans une assiette creuse et laissez-le refroidir à température ambiante. (Sautez cette étape)

Dans une assiette creuse, mettez le contenu du bol à base de chou-fleur avec le poisson et réservez au frais une vingtaine de minutes.

C’est prêt !

Recette fraîcheur_chou-fleur-tomate_wp

  • Note

 – Vous pouvez ajouter un peu de paprika ou de piment rouge en poudre pour épicer ou pimenter votre plat, pour les amateurs.

– Vous pouvez également ajouter un peu de miel à la fleur d’oranger, pour les amateurs de sucré-salé.

Recette fraîcheur_poisson-cru_wp

J’espère que cette petite recette légère et tout en fraîcheur vous plaira. Je vous retrouve lundi prochain avec une autre recette.

Bon appétit !

Cuisse de poulet

Cuisse de poulet_assiette_wp

Petite recette très simple en cette douceur printanière…

Plat chaud pour 1 personne.

Cuisse de poulet_cru_wp

Cuisse de poulet aux tomates piquantes et germes de soja

(477,51 kcal (472,02 kcal) et moins de 10 €)

Cuisse de poulet_cuit_wp

– 1 cuisse de poulet entière* (241,5 kcal)
– 1 gros oignon jaune coupé en fines rondelles (61,5 kcal)
– 2 gousses d’ail émincées (11 kcal)
– 220 g de petites tomates jaunes, oranges, rouge coupées grossièrement (44 kcal)
– 150 g de germes de soja crus (70,5 kcal)
– 1 g de ciboulette en pot (0,3 kcal)
– 1 g de poivre blanc en poudre (2,51 kcal)
– 4 c. à soupe de sauce de soja réduite en sel (31,2 kcal)
– 1 c. à soupe de purée de piments rouges (15 kcal)
– 250 ml d’eau

*Doublez la quantité de tous les autres ingrédients de la recette à la place du poulet

Préchauffez le four à 220°C, chaleur tournante.

Dans un bol, délayez la purée de piments avec l’eau. Ajoutez la ciboulette, le poivre et la sauce de soja. Mélangez et versez dans un plat allant au four. Ajoutez l’oignon, l’ail, les tomates et les germes de soja. Mélangez. Posez dessus la cuisse de poulet, arrosez-la avec le jus, enfournez et cuisez à 220°C pendant 40 à 45 minutes, selon l’épaisseur de la cuisse. Arrosez-la toutes les 15 minutes environ et tournez-la à mi-cuisson. Remuez également les légumes à mi-cuisson.

Présentez la cuisse de poulet sur une assiette avec les légumes ou les légumes à part. C’est prêt !

Cuisse de poulet_poulet_wp

(V)

Cuisse de poulet_légumes-plat_wp

Dans un bol, délayez la purée de piments avec l’eau.

Dans une casserole, versez la purée de piments délayée et ajoutez tous les ingrédients de la recette. Mélangez et cuisez sur feu moyen, 20 minutes, casserole couverte.

Présentez votre plat dans une assiette creuse. C’est prêt !

Cuisse de poulet_légumes-bol_wp

  • Note

– Vous pouvez soit présenter le jus restant dans le plat avec les légumes ou dans un bol séparé.

– Si vous n’aimez pas les plats trop pimentés, mettez 1/2 c. à soupe seulement de purée de piments ou supprimez le poivre ou encore ajoutez simplement un peu de sucre roux.

Cuisse de poulet_sauce-piquante_wp

J’espère que cette recette vous plaira. Je vous retrouve comme d’habitude lundi prochain avec une autre recette de cuisine maison.

Bon appétit !