Noël en peintures

Noël en peintures_calèche_wp

Noël demeure une source d’inspiration. Certains peintres, pas forcément les plus connus, ont d’ailleurs pris leur pinceau et leur palette afin d’immortaliser cette période…

Noël en peintures_maison_wp

Noël en peintures_maison-oiseaux_wp

Noël en peintures_maison-pont_wp

Noël en peintures_maisons_wp

Noël en peintures_maisons-calèche_wp

Noël en peintures_village_wp

N. B. : Ces images ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Publicités

Le « slut-shaming »

Le_slut-shaming_femme-pin-up-noël-humour_wp

Lors d’un nouveau numéro de l’émission de télévision C’est mon choix, sa présentatrice Evelyne Thomas a utilisé le « slut-shaming » à l’encontre de deux invitées, Lylia et Melissa, venues défendre leur droit d’être sexy sans pour autant passer pour des filles faciles.

Leurs décolleté plongeant et mini-jupe ont été alors vertement critiqués par l’animatrice, censée faire preuve de neutralité : « Vous n’êtes pas des filles faciles ? Pourtant là, vous donnez facilement votre décolleté. Vous vous habillez sexy et vous en avez marre de passer pour une fille facile. Sincèrement, je dois vous l’avouer, je ne comprends pas qu’on puisse s’habiller comme vous et en avoir marre de passer pour une fille facile. Les garçons vous savez comme ils sont, il n’y en a pas qui vous disent ‘si tu les montres, c’est que tu veux ?' »

Le_slut-shaming_femme-pin-up-noël-luge_wp

Les propos conservateurs et sexistes de la présentatrice ont entraîné de vives réactions sur les réseaux sociaux. Parmi eux, certains internautes se sont ainsi exprimés : « Waouh Evelyne Thomas qui te sort les arguments des agresseurs sexuels en pleine émission TV à des jeunes filles parce qu’elles osent porter un décolleté. Il est brutal le retour en 1912 », « J’ai mal à mon féminisme. Laissez ces femmes s’habiller comme elles veulent ! »

Hé bien les amis ! C’est grâce à ce fait évoqué sur un site Internet que j’ai découvert cette expression « slut-shaming ». Je ne m’étendrai pas davantage sur l’intervention affligeante de cette animatrice. Si nous ne parvenons pas, nous, les femmes, à nous soutenir les unes les autres, nous ne sommes pas prêtes d’y arriver…

Le_slut-shaming_femme-pin-up-noël-cadeau-sapin_wp

Bref ! Qu’est-ce donc le slut-shaming ?

C’est un concept à l’origine issu des féministes canadiennes et américaines. Ce terme, qui se traduit en français par « intimidation ou humiliation des salopes » ou « couvrir de honte les salopes » (slut signifiant salope), représente un ensemble d’attitudes individuelles ou collectives agressives envers les femmes, dont le comportement sexuel est jugé anormal, non conventionnel.

Il consiste donc à « stigmatiser, culpabiliser ou disqualifier toute femme dont l’attitude ou l’aspect physique serait jugé provocant ou trop ouvertement sexuel ou qui cherche à se faire avorter. » D’autres a priori sans lien avec la sexualité peuvent également conduire au slut-shaming, comme l’argent, la voiture, le pouvoir…

Le_slut-shaming_femme-pin-up-noël-liste_wp

Il fomente l’idée que le sexe est dégradant pour les femmes. Il est employé autant par les hommes que les femmes dans les cadres public et privé. Les attaques sont physiques ou morales, selon la culture et les valeurs de l’agresseur. Ces attaques peuvent concerner le nombre de partenaires sexuels, la manière de s’habiller, se maquiller ou encore l’attitude générale d’une femme.

Les injures homophobes ou transphobes anathématisant un comportement sexuel et une identité de genre sont également estimées comme du slut-shaming.

Le_slut-shaming_femme-pin-up-noël-champagne-coupe_wp

Cette expression, utilisée couramment aux États-Unis et au Royaume-Uni essentiellement par des féministes, s’insère peu à peu en France dans le langage courant, notamment sur Internet, via les blogs ou les réseaux sociaux.

Elle doit sa popularisation à l’apparition des SlutWalks en 2011. Sonya Barnett et Heather Jarvis, les deux fondatrices de la première SlutWalk de Toronto, au Canada, ont utilisé en 2011 cette expression afin d’expliquer la démarche des SlutWalks : « we are tired of being oppressed by slut-shaming ; of being judged by our sexuality and feeling unsafe as a result », « nous sommes fatiguées d’être oppressées par le slut-shaming ; d’être jugées sur notre sexualité et par conséquent nous sentir en danger ».

Le_slut-shaming_femme-pin-up-noël-couronne_wp

En 2012, aux États-Unis, les propos de l’animateur de radio conservateur Rush Limbaugh vis-à-vis de l’étudiante en droit Sandra Fluke ont suscité l’indignation de personnalités et féministes américaines. Le 29 février 2012, l’étudiante réclamait le remboursement de la contraception par les assurances-santé. L’animateur l’avait alors qualifiée de « salope » et de « prostituée » lors de son émission.

C’est précisément la médiatisation de cette affaire, y compris en France, qui a permis de mettre à jour ce phénomène des insultes visant la sexualité des femmes et donc le slut-shaming.

À l’approche de Noël…

À l'approche de Noël…_ange-fille_wp

Premier jour de décembre. La course aux cadeaux de Noël va commencer. Le Père Noël va appuyer sur son chronomètre pour être au top le jour J à la distribution des cadeaux à travers la planète.

À l'approche de Noël…_ange-bleu_wpIl lira méticuleusement chaque lettre de vœux qu’il recevra. Il écoutera avec attention l’enfant qui lui glissera au creux de l’oreille son souhait. Il établira un plan d’action. Aidé de ses lutins, il remplira sa hotte au fur et à mesure.

Après toute une année d’intenses entraînements, les rennes effectueront une ultime répétition afin d’être prêts à l’instant T. Et les lutins mécaniciens réaliseront une dernière révision du traîneau…

À l'approche de Noël…_ange-bougie-noël_wpQuant à nous, nous entamerons la décoration de notre maison. Le sapin de Noël viendra illuminer notre intérieur. Boules et guirlandes scintilleront. Les bonnes odeurs de châtaignes ou de marrons grillés embaumeront rues et ruelles. Le vin chaud revigorera certains et le chocolat chaud, d’autres.

Les lumières de la ville prendront des allures festives pour éveiller l’esprit de Noël. Les devantures et vitrines des magasins et habitations s’habilleront aux couleurs de Noël. Les marchés de Noël battront leur plein. L’univers de Noël s’installera peu à peu…

À l'approche de Noël…_ange-brouette-fleurs_wp

Ah… comme mon Angleterre me manquera cette année ! La magie de Noël sera-t-elle au rendez-vous en France ? Quoi qu’il en soit, en ces temps qui courent où l’agressivité et la violence semblent être le mode de communication français actuel, la période de Noël fait du bien à l’âme et laisse place à la rêverie. En tout cas, pour ma part, elle m’apporte un brin de nostalgie…

À l'approche de Noël…_ange-botte-noël_wpLorsque je me promenais dans les rues anglaises, je voyais les gens sortir leurs décorations extérieures. Avec soin, le visage rayonnant, la joie dans les yeux, ils s’affairaient à transformer leur jardin en paradis de Noël. Ils arboraient la façade de leur maison d’un manteau de lumières clignotant ou étincelant ensuite comme les étoiles dans le ciel de la nuit. Ce jour du 1er décembre nous mettait immédiatement dans l’ambiance de Noël. Les commerces et ses employés revêtaient également leur costume de Noël. Nous croisions ainsi des anges et lutins qui se mêlaient aux princesses et bonhommes de neige.

À l'approche de Noël…_ange-déco-noël_wpDes cloches brillantes, des boules de toutes couleurs, des sapins décorés et des guirlandes lumineuses inondaient les magasins en tout genre. Le parfum de Noël commençait à imprégner l’air ambiant. L’esprit de Noël était davantage, il était l’âme même de cette fête si singulière. La magie opérait tout autant. Nous avions l’impression d’avoir quitter un monde et un quotidien connus pour un univers mystérieux où fées et gentilles sorcières nous imprégnaient de leur filtre d’amour et de paix. Les petits êtres légendaires des maisons et des jardins, gnomes, nains, kobolds, gobelins et autres, y trouvaient aussi leur place. Nous ressentions une sorte d’ensorcellement serein où notre imagination pouvait vagabonder à sa guise…

À l'approche de Noël…_ange-boule-noël_wp

Et j’avoue que l’imagination ne m’a jamais manqué. J’admets même qu’elle est quelque peu débordante. Mais au moins, cette imagination fertile-là ne tue personne.

Nous marquons donc aujourd’hui ce premier jour du mois de Noël. Et comme certains ou certaines, étant férue de cette période, je vais consacrer les articles de ce mois en relation avec Noël.

France : un violeur acquitté pour méconnaissance des « codes culturels »

France_un violeur acquitté pour méconnaissance des_codes culturels_wp

Alors que la justice irlandaise a acquitté récemment un violeur en raison du fait que sa victime portait un string, c’est au tour de la justice française de rendre un verdict pour des raisons aussi absurdes en faveur d’un violeur.

Cette affaire a été révélée par le journal La Manche Libre.

Un homme âgé de 21 ans jugé pour le viol d’une lycéenne et l’agression sexuelle d’une autre vient d’être acquitté pour le viol, mais condamné pour l’agression sexuelle par la cour d’assises de la Manche.

Le verdict a été rendu ce 21 novembre. L’avocat général avait requis 6 ans de réclusion criminelle. La cour n’a pas retenu l’accusation pour le viol, mais a condamné le jeune homme de 2 ans de prison avec sursis, d’une mise à l’épreuve et l’inscription au fichier des délinquants sexuels. L’accusé est ainsi sorti libre de la cour de justice de Coutances.

L’avocate de la défense a plaidé des « difficultés d’interprétation » dans cette affaire. Selon elle, son client « n’avait pas les codes culturels » pour comprendre qu’il abusait sa victime. La victime avait pu interpréter un regard comme une menace et donc une contrainte. Et des enquêteurs n’avaient pas su évaluer le malaise de la victime.

Le président de la cour a tenu à préciser dans le rendu de sa décision que l’acquittement de l’accusé n’était pas « une remise en cause de la sincérité de la victime ».

Le cybersquatting

Le cybersquatting_web_wp

???

C’est exactement ce que mes yeux ont fait lorsque j’ai lu ce terme. J’ai tout d’abord pensé à une nouvelle mode sur Internet visant à squatter le cyberespace sans trop vraiment savoir comment. Un nouveau challenge débile que les ados se seraient lancés du style « Momo challenge ». Ou encore un site proposant d’habiter dans une navette spatiale…

Hé bien en fait non !

Le cybersquatting ou cybersquattage est une pratique consistant à enregistrer un nom de domaine relatif à une marque, avec l’intention de le revendre par la suite à l’ayant droit, d’altérer sa visibilité ou de profiter de sa notoriété. Certaines jurisprudences considèrent cette action comme une extorsion et/ou du parasitisme. Il est également une tactique de culture jamming. (source Wikipédia)

La culture jamming, soit en français un « sabotage culturel » ou « détournement culturel », est l’acte de subvertir le fonctionnement d’un média de masse existant, en employant la même méthode de communication utilisée par ce média. Cette pratique s’inscrit dans la continuité d’un processus anti-consumériste, dont les fondements historiques remontent aux années 1960 conjointement à l’affirmation des médias de masse. (Source Wikipédia)

La violence dans nos rues…

La violence dans nos rues..._citrouille-feuilles_wp.jpg

Il y a nombre d’années de cela, lorsque l’on parlait de gangs, on faisait souvent référence aux États-Unis. Aujourd’hui ils sont dans nos rues. Des jeunes désœuvrés, déscolarisés, souvent, livrés à eux-mêmes, dont leur parent ont abandonné leur rôle d’éducateurs, se livrent à une véritable violence dans les quartiers. Des bandes se battent contre d’autres bandes sous le prétexte d’une appartenance à un territoire.

Le communautarisme s’est développé à l’extrême où la violence demeure le seul moyen d’expression. Ces jeunes, voire très jeunes, tabassent, se transforment en barbares allant jusqu’à causer la mort.

Mais il n’y a pas que ces jeunes, les adultes s’y mettent aussi. Un regard mal interprété. Un mot considéré comme de travers. Un style vestimentaire qui ne plaît pas. Une légère altercation. La violence jaillit alors. Des adultes s’insultent, se crachent des insanités au visage. Certains vont même jusqu’à l’agression physique.

Il y a également la voiture qui n’est plus qu’un moyen de transport, mais qui est devenue une arme pour tuer. Les défenseurs fanatiques de la cause animale qui organisent des opérations coups de poing, des méthodes chocs, en finissant finalement par terroriser les animaux qu’ils défendent avec tant de ferveur.

Et il y a tellement d’autres choses… Le quotidien où la violence a remplacé le bonheur de vivre en harmonie…

Aux quatre coins de la planète, la violence s’étend. Au nom d’une idée, de cette fameuse liberté d’expression, personne ne respecte personne. Entre une aseptisation d’une société et à l’opposé la polémique qui est le terrain de jeu de certains et certaines ; ces nouveaux et nouvelles chroniqueuses des temps modernes, il y a nous…

Wildlife Photographer of the Year 2018

Wildlife Photographer of the Year 2018_Isak Pretorius_wp
Photo Isak Pretorius

Comme chaque année, le concours Wildlife Photographer of the Year récompense les plus belles photos ayant toujours la vocation d’ « éveiller la curiosité sur le monde naturel en présentant l’extraordinaire diversité sur Terre et en soulignant la fragilité de la vie sauvage sur notre planète ».

Cette édition 2018 a permis de découvrir des photographes animaliers extraordinaires.

Wildlife Phototgrapher of the Year 2018_Marsel van Oosten_The Golden Couple_wp
The Golden Couple – Photo Marsel van Oosten

17 octobre dernier, le Néerlandais Marsel van Oosten a remporté le titre de photographe animalier de l’année, la principale catégorie. Sa photo « The Golden Couple » (Le Couple en Or) a immortalisé deux Rhinopithèques de Roxellane dans la forêt tempérée des monts Qinling en Chine, seul habitat de ces primates en danger. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, ces animaux sont menacés d’extinction.

Wildlife Photographer of the Year 2018_Skye Meaker_Lounging Leopard_wp
Lounging Leopard – Photo Skye Meaker

Le Sud-africain de 16 ans Skye Meaker a obtenu le 2e prix. 1er prix dans la catégorie des jeunes photographes animaliers. Sa photo « Lounging Leopard » (Léopard se prélassant) a montré un léopard dans la réserve de Mashatu au Botswana. Il est l’un des fauves le plus fréquemment photographié, mais demeure le plus difficile à apercevoir.

Wildlife Photographer of the Year 2018_Emmanuel Rondeau_Tigerland_wp
Tigerland – Photo Emmanuel Rondeau

Le Français Emmanuel Rondeau a décroché une mention spéciale dans la catégorie « Les animaux dans leur milieu » avec sa photo « Tigerland ».

Wildlife Photographer of the Year 2018_Greg Lecoeur_Life Among Litter_wp
Life Among Litter – Photo Greg Lecoeur

Un autre Français Greg Lecoeur a été décerné d’une mention spéciale dans la catégorie « Prix du Photojournaliste » pour sa photo « Life Among Litter » (La vie parmi la litière).

Wildlife Photographer of the Year 2018_Steven Blandin_wp
Photo Steven Blandin

L’Américain Steven Blandin a été l’un des lauréats du Prix du choix du public grâce à sa photo représentant une spatule rosée atterrissant avec ses ailes en forme de U, à Tampa Bay en Floride.

Et bien d’autres encore…

Wildlife Photographer of the Year 2018_Luciano Candisani_wp
Un paresseux dans la canopée de la forêt tropicale brésilienne – Photo Luciano Candisani

Les clichés du Wildlife Photographer of the Year 2018 ont été sélectionnés parmi 45 000 photos envoyées depuis 95 pays. La compétition totalise 16 catégories pour les plus de 18 ans et 3 catégories pour les plus jeunes, selon leur âge. 100 photos du concours ont été exposées au Musée d’Histoire Naturelle de Londres dès le 19 octobre et ont été montrées dans d’autres pays comme le Canada, l’Espagne ou encore les États-Unis.

Halloween costumes

Halloween costumes_enfants-épouvantail_wp

Dernier week-end avant Halloween pour confectionner un déguisement pour les petits et les grands. Ou pour les pas doués comme moi, c’est-à-dire deux mains gauches… acheter directement un costume tout prêt.

Voici quelques idées en photos :

Halloween costumes_1_wp

Halloween costumes_2_wp

Halloween costumes_3_wp

Halloween costumes_4_wp

Halloween costumes_5_wp

Halloween costumes_6_wp

Halloween costumes_7_wp

Halloween costumes_8_wp

Halloween costumes_9_wp

Halloween costumes_10_wp

Halloween costumes_11_wp

Halloween costumes_12_wp

Halloween costumes_13_wp

Halloween costumes_14_wp

Halloween costumes_15_wp

Halloween costumes_16_wp

Halloween costumes_17_wp

Halloween costumes_18_wp

Halloween costumes_19_wp

Halloween costumes_20_wp

Halloween costumes_21_wp

Halloween costumes_22_wp

Halloween costumes_23_wp

Halloween costumes_24_wp

Halloween costumes_25_wp

Halloween costumes_wednesday-adams_wp

Halloween costumes_wednesday-adams-makeup_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

« Aventures de médecine – La sexualité dans tous ses états »

_Avenrures de médecine - La sexualité dans tous ses états_sex-symbol-hearts_wp

La sexualité, thème au demeurant tabou, même si la tendance actuelle incite à le rendre moins. Le nouveau numéro du 16 octobre dernier du magazine Aventures de médecine, présenté par le médecin animateur Michel Cymes a exploré l’histoire de la sexualité et de la sexologie. À travers trois portraits actuels, nous parcourons le passé, le cheminement de la découverte à l’évolution des techniques d’aujourd’hui afin d’améliorer la vie intime. Margaret Sanger, une infirmière et sage-femme américaine qui révolutionna la liberté sexuelle de la femme aux États-Unis, en fondant le planning familial. L’Allemande Dora Richer, née Rudolph, la première femme transsexuelle connue de l’Histoire qui subit une intervention chirurgicale pour sa transformation. Le couple Masters et Johnson, pionnier dans le domaine de l’intimité afin de comprendre le fonctionnement sexuel profond. Ce numéro du magazine aborde aussi l’endométriose, une maladie gynécologique touchant 1 femme sur 10 en France et qui provoque de terribles douleurs tant physiologiques que psychologiques. Les dysfonctionnements érectiles qui concernent 3 millions de Français. La transidentité sous l’angle historique et chirurgical. Entre autres…

_Avenrures de médecine - La sexualité dans tous ses états_sex-symbol_wp

Ce numéro est un excellent documentaire sur le sujet traité avec le plus grand respect. De ces médecins, chercheurs, infirmiers, hommes et femmes, qui ont étudié avec sérieux le fonctionnement des organes génitaux. Entre certains qui diabolisèrent la sexualité, la rendant responsable de maladies physiques ou mentales et d’autres qui luttèrent pour faire évoluer les esprits, tous les éléments sont examinés sans voyeurisme ni tabou.

Grâce à la collaboration des chirurgiens et des services hospitaliers spécialisés, l’équipe du magazine a pu suivre durant plus de 6 mois des personnes qui ont eu le courage de partager leur vie la plus intime, leurs problèmes, leurs peurs, leurs souffrances devant la caméra afin de contribuer à libérer la parole.

Et surtout parce que la médecine fut au départ un instrument social pour contrôler les naissances, brider les instincts, avant de devenir un outil de libération.

« Un 22 juillet »

_Un 22 juillet_affiche1_wp

Film américain écrit, coproduite et réalisé par Paul Greengrass, sorti en 2018. Adapté de l’ouvrage de 2013 En av oss d’Âsne Seierstad, ce film relate les attentats d’Oslo et d’Utøya perpétrés en Norvège en 2011 par un seul individu, ayant causé la mort de 77 personnes et blessé plus de 200 autres.

Le vendredi 22 juillet 2011, deux actions terroristes ont été coordonnées et menées par un homme de 32 ans, chrétien radical de l’Extrême droite, Anders Behring Breivik.

_Un 22 juillet_personnage-Viljar_wp

La première attaque, une explosion à la bombe, s’est produite à 15 h 26, heure locale, à Regjeringskvartalet, le quartier gouvernemental de la ville d’Oslo, devant le bureau du Premier ministre, Jens Stoltenberg, et d’autres édifices gouvernementaux. L’explosion a tué 8 personnes et blessé 15 autres. La seconde attaque a lieu deux heures plus tard dans un camp de jeunes, lors d’un rassemblement estival, organisé par la Ligue des jeunes travaillistes (AUF) du Parti travailliste norvégien (AP), sur l’île d’Utøya. Déguisé en policier, Anders Behring Breivik, armé d’un fusil de tir de précision, ouvre le feu sur les campeurs, tuant 69 personnes et blessant 33 autres. Arrêté par la police, il revendique les deux attentats. La Justice l’inculpe pour les deux attaques et le condamne le 24 août 2012 à 21 ans de prison.

_Un 22 juillet_personnage-terroriste_wp

Ce fut la plus grave attaque en Norvège depuis la Seconde Guerre Mondiale. Le nombre de morts a représenté l’équivalent de deux fois le nombre annuel moyen de meurtres dans le pays. La fusillade par un tueur de masse fut aussi la plus meurtrière de l’époque contemporaine. L’Union Européenne, l’OTAN ainsi que plusieurs autres pays du monde ont exprimé leur soutien à la Norvège et ont condamné les attaques.

_Un 22 juillet_île-d'Utoya-Norvège_wp

Ce film, d’une durée de plus de 2 heures, retrace parfaitement ces terribles évènements. Il nous rappelle que le terrorisme n’est pas uniquement lié qu’à un groupe de fanatiques religieux. La religion, quelle qu’elle soit, est la première source du terrorisme.

Disponible sur le site Netflix, je vous invite vivement à le regarder, si ce n’est déjà fait. Ce film est puissant et poignant de réalisme. Nous restons marqués à la fin du visionnage.

_Un 22 juillet_affiche2_wp