Montmartre

Montmartre_18e-basilique-du-sacré-coeur-1_wp

Situé dans le 18e arrondissement de Paris, Montmartre est un des lieux incontournables à visiter, de par sa richesse culturelle, de la magie qu’il évoque et qu’il dégage.

Pour y accéder, madame GPS m’a fait passer par le quartier de Pigalle. Un quartier assez atypique, dont l’ambiance est assez particulière. Sa traversée de jour en matinée fut dans le calme avec les touristes qui se rendaient aussi à Montmartre. Je n’aurais pas tenté de la faire la nuit…

Montée ensuite pour arriver à la célèbre butte de Montmartre où se trouve la tout autant connue basilique du Sacré-Cœur. La rue qui grimpe jusque-là n’a rien d’extraordinaire, au contraire. Une rue de magasins de souvenirs et de bric-à-brac qui se ressemblent tous, alignés les uns à côté des autres, avec quelques restos et bars qui semblent quelque peu miteux, en tout cas en vitrine. Et bien évidemment la rue que j’ai empruntée, les autres sont peut-être différentes.

Montmartre_18e-rue_wp

Montmartre_18e-basilique-du-sacré-coeur-4_wp

Montmartre_18e-basilique-du-sacré-coeur-carrousel_wp

Montmartre_18e-basilique-du-sacré-coeur-3_wp

Montmartre_18e-basilique-du-sacré-coeur-2_wp

Mais lorsque l’on arrive en bas des escaliers donnant accès à la basilique, waouh ! C’est magnifique. Les yeux s’écarquillent, on en reste bouche bée tellement c’est beau. Le plus est la fête des vendanges qui avait lieu à ce moment-là, ce qui donnait une touche festive à l’ambiance. Des producteurs de la France entière venaient vendre leurs vins du terroir, mais d’autres également les produits locaux spécifiques de leur région. Ainsi vins blancs et rouges se mêlaient au champagne, les gésiers de canard, pâtés en tout genre, fromages et confitures se partageaient la joie des touristes. Les frites fait-maison étaient elles aussi bien sûr au rendez-vous.

Grimpette des escaliers jusqu’à l’entrée de la basilique. L’effort fourni en vaut le coup. On en est largement récompensé lorsque l’on arrive en haut. Une incroyable vue sur le tout Paris s’offre à nos yeux. Quel bonheur ! La sensation que l’on ressent à ce moment-là est assez indescriptible. C’est tout simplement splendide !

Il m’a été malheureusement impossible de visiter l’intérieur de la basilique. Il y avait beaucoup trop de monde. Si j’avais dû suivre la file d’attente, j’y serais encore.

Montmartre_18e-butte-vue-sur-Paris-1_wp

Montmartre_18e-butte-vue-sur-Paris-2_wp

Montmartre_18e-butte-vue-sur-Paris-3_wp

Montmartre_18e-butte-vue-sur-Paris-4_wp

Montmartre_18e-carrousel_wp

Descente des marches, petit arrêt au marché de la fête des vendanges et direction vers le 1er arrondissement pour déjeuner ainsi à la brasserie dont je vous ai parlé lundi…

Publicités

Les échassiers – partie 6

Les échassiers - partie 6_anatidés-canard-mandarin_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Les échassiers - partie 6_anatidés-canard_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-canard-blanc-noir_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-canard-bord-eau_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-canard-couleurs_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-canard-herbe_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-canard-portrait_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-cygne-envol_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-cygnes-bébés_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-oies_wp

Les échassiers - partie 6_anatidés-oies-bébés_wp

Un petit garçon de 3 ans oublié dans un car scolaire durant plus de 7 heures

Un petit garçon de 3 ans oublié dans un car scolaire durant plus de 7 heures_wp

Pour sa première rentrée scolaire, ce mardi 10 septembre, un petit garçon de 3 ans a été déposé par sa maman à 8 h 25 du matin dans un car scolaire, à Saint-Jean-de-Boiseau, en Loire-Atlantique, pour ainsi se rendre à l’école. Il n’en descendra que presque 8 heures plus tard.

Arrivé à l’école, le petit garçon ne descend pas du car et personne ne s’en aperçoit. Aux alentours de 5 heures de l’après-midi, la maman vient récupérer son fils. Mais il n’est pas dans le car du retour avec les autres enfants.

Le chauffeur du matin qui a déposé tous les enfants à l’école n’a pas vu qu’il en manquait un à l’appel. Il a alors pris le chemin vers le dépôt des bus, situé à quelques kilomètres de là, avec le petit garçon à l’intérieur. Il a ensuite laissé le car au dépôt. C’est le chauffeur suivant, venu prendre sa tournée en fin d’après-midi, qui trouvera le petit garçon affamé et inquiet.

Heureusement, l’enfant a été retrouvé en bonne santé, mais très gêné d’avoir uriner dans ses vêtements et très affamé, puisqu’il n’a effectivement rien avalé de toute la journée. Il a été exempté d’école les deux jours suivants.

« On est passé par toutes les émotions », ont déclaré les parents. « Lorsque l’enfant a été ramené à l’école, il a bu et mangé. On a aussi prévenu le Samu, qui a été en contact avec la maman. Le petit a raconté qu’il avait dormi et joué avec ses doudous », a expliqué Pascal Pras, le maire de Saint-Jean-de-Boiseau.

Le père du petit garçon a déposé une plainte à la gendarmerie. Une enquête a été ouverte afin de comprendre comment une telle situation a pu se produire.

Ce petit garçon n’est toutefois pas prêt d’oublier sa toute première rentrée scolaire. Un moment important dans la vie d’un enfant, surtout à 3 ans. Car à cet âge, c’est encore un bébé.

Paysages montagneux

Paysages montagneux_montagne-coucher-de-soleil_wp

Sous la brume, dans les nuages, sous la neige, dans le froid et l’immensité, ces montagnes majestueuses, merveilles pures de la nature, peuvent symboliser d’une certaine manière une forme de solitude…

Paysages montagneux_montagne-bleu_wp

Paysages montagneux_montagne-brume_wp

Paysages montagneux_montagne-forêt_wp

Paysages montagneux_montagne-neige_wp

Paysages montagneux_montagne-nuages_wp

Paysages montagneux_montagne-violet_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Des tas de pierres

Des tas de pierres_montagnes-bleu_wp

Dernier week-end des vacances avant la rentrée scolaire. Dernier jour et samedi du mois d’août. Quelques photos avec ou sans rapport…

Des tas de pierres_montagnes-andes_wp

Des tas de pierres_montagnes-andes-pics-rocheux_wp

Des tas de pierres_montagnes-pérou_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

ORANGE is the new BLACK quitte le 7e ciel

Orange is the new black_s7_wp

Ultime saison pour nos détenues à succès au bout de sept années dans et au-dehors de la prison de Litchfield. Cette série innovatrice qui nous a tant captivés durant tout ce temps est parvenue à son terme. Et non sans mal.

Fan inconditionnelle de cette série, cette dernière saison m’a laissée perplexe, comme la précédente d’ailleurs. Dans la lancée de la saison 6, les rebondissements tombent à plat, des situations traînent en longueur, cette dernière saison arrive à point nommé.

Dommage ! Alors que la fin de la 5e saison nous laissait pourtant entrevoir une saison 6 passionnante où une suite logique semblait évidente, elle en a été tout autre. Nous avons assisté à un règlement de compte entre deux sœurs, deux nouveaux personnages, qui, à mon avis, n’ont apporté aucun véritable intérêt à la série. Nous sentions déjà la série qui commençait à s’essouffler. Malheureusement, cela s’est confirmé avec cette saison 7.

Orange is the new black_s7-end_wp

Malgré tout, à la différence avec la saison précédente, cette ultime saison aborde un sujet bien épineux aujourd’hui, celui de l’immigration. Des femmes qui vivent aux États-Unis depuis des années et des années en attente de leurs papiers de citoyenneté et qui ont su construire une vraie vie, d’autres qui ont fui la guerre et la misère, le poids des traditions culturelles inhumaines pour les femmes ou encore celles qui sont depuis peu citoyennes américaines perdant ce droit suite à une malversation des autorités locales… Le portrait de ces femmes, parmi tant d’autres, en parallèle de l’histoire des personnages centraux que nous retrouvons tout au long de la série, est dressé avec une justesse évocatrice de la politique de Trump. Ces femmes qui sont renvoyées dans leur pays d’origine, dans lequel certaines ne sont nées ou n’ont même jamais vécu. Cette triste réalité de la considération de l’être humain, version et vision américaines…

Enfin, bien que cette dernière saison soit un peu lente, tourne parfois en rond, où l’on ne comprend pas toujours le but recherché, sa clôture efface un peu ces défauts avec un joli clin d’œil de nos « héroïnes » qui nous ont tant passionnés et nous ont fait vibrer durant toutes ces années. ORANGE is the new BLACK restera cependant pour moi l’une des séries incontournables de Netflix. Une série moderne, la première du genre !