« The Poison Garden »

The Poison Garden_entrance_wp

Bienvenue à « The Poison Garden », le paradis des plantes « les plus dangereuses d’Europe », situé dans un espace clos, séparé par une grille en fer forgé, en plein cœur du parc de la duchesse de Northumberland, à Alnwick, au nord-est de l’Angleterre.

« Ces plantes peuvent tuer », telle est la phrase d’accueil accompagnée d’une énorme tête de mort qui s’affiche sur les panneaux de la grille d’entrée du jardin.

Une centaine de plantes redoutables y est présentée. En voici quelques-unes :

The Poison Garden_Berce du Caucase_wp

La Berce du Caucase

Appelée aussi Berce de Mantegazzi (Heracleum mantegazzianum), cette plante herbacée de la famille des Apiacées ou Ombellifères a dans sa sève des molécules phototoxiques pouvant brûler la peau au 3e degré. Découverte en 1880 dans la vallée de Klioutsch, dans la région du Caucase, elle est considérée comme une espèce invasive en Europe.

The Poison Garden_Grande Ciguë_wp

La Grande Ciguë

De son vrai nom la Ciguë tachetée (Conium maculatum), cette plante herbacée de la même famille que la Berce du Caucase est très toxique. À l’origine du poison officiel des Athéniens pour les condamnés à mort, elle se rendit célèbre grâce à l’une de ses plus grandes victimes, le philosophe Socrate.

The Poison Garden_Belladone_wp

La Belladone

Nom latin Atropa belladona, cette plante herbacée vivace de la famille des Solanacées (comprenant également la pomme de terre et la tomate) est connue sous les appellations de Belle Dame, Bouton-noir, Cerise du diable, Guigne de côte, Herbe empoisonnée, Morelle furieuse, Morelle marine ou Permenton. Elle est utilisée en ophtalmologie afin de dilater la pupille lors d’un examen de fond d’œil. 10 à 15 de ses baies noires contenant de l’atropine suffisent à tuer un adulte. L’atropine est une substance active sur le système nerveux de par ses propriétés anticholinergiques. Un agent anticholinergique est une substance appartenant à une classe pharmacologique de composés servant à réduire les effets où l’acétylcholine joue le rôle de neuromédiateur dans le système nerveux central et le système nerveux périphérique. L’acétylcholine est le principal neuromédiateur du système nerveux parasympathique, son blocage entraîne une augmentation du tonus sympathique.

The Poison Garden_Mandragore_wp

La Mandragore

Ou Mandragore officinale (Mandragora officinarum), est de même une plante herbacée vivace, voisine de la Belladone et fait donc partie de la même famille. Se trouvant dans les pays périphériques méditerranéens, elle est riche en alcaloïdes aux caractéristiques hallucinogènes. Elle est devenue légendaire par les Anciens qui lui donnaient des vertus magiques extraordinaires.

The Poison Garden_Aconit napel_wp

L’Aconit napel

Baptisée également Casque-de-Jupiter (Aconitum napellus, sous-espèce napellus), cette sous-espèce de plantes appartenant à la famille des Renonculacées ou Ranunculacées, type de l’espèce Aconitum napellus, est connue entre autre sous les noms de Capuche de moine, Capuchon, Coqueluchon, Napel, Pistolet, Sabot du pape, Aconit tue-loup bleu, Aconit bicolore ou encore Tore bleue. À l’Antiquité, son activité toxique était utilisée pour la chasse ou empoisonner l’eau potable. Les Gaulois s’en servaient pour chasser les loups et les ours qui occupaient les forêts en enduisant leurs flèches avec. Au Moyen-Âge, elle était considérée comme une plante magique servant à la magie noire. À la Renaissance, elle était le poison familier des Borgia pour l’atroce agonie que son ingestion provoquait.

Alnwick Garden

Enfin, « The Poison Garden » présente aussi des plantes aux spécificités psychoactives, comme le tabac, le pavot (opium), le cannabis, etc., enfermées dans des cages. Autre le côté pédagogique que propose ce jardin, l’humour anglais est au rendez-vous de par sa mise en scène pseudo-dramatique. Les visites se déroulent exclusivement en groupe avec un guide et leur durée n’excède pas plus une vingtaine de minutes.

Tesco

Tesco_wp

Un coup de cœur plus personnel aujourd’hui, puisqu’il fait partie principalement de ma vie nutritive d’expatriée. Son petit cadeau que j’ai reçu récemment afin de me remercier de ma fidélité en tant que cliente m’a vraiment touchée et m’a ainsi incitée à vous écrire cet article.

Groupe de distribution international basé majoritairement au Royaume-Uni, en Irlande, Europe de l’Est et Asie, Tesco est l’un des plus importants groupes de distribution au Royaume-Uni. Avec ses 3 500 points de vente dans le pays (Tesco Extra, Tesco Superstore, T&S, Tesco Metro et Tesco Express), Tesco est une enseigne présente dans la distribution alimentaire (Tesco Grocery) comme non-alimentaire (textile, pharmacie, informatique, optique, TV Hi-Fi Vidéo, électroménager, voyages…) disposant d’un site d’achat en ligne, Tesco.com.

Et Tesco est mon magasin alimentaire de prédilection depuis que je suis ici. Ayant testé tous les magasins similaires à mon arrivée (comme tous les expatriés, je suppose), Tesco est alors devenu mon magasin de référence.

Tesco-finest1_wp

Bien qu’il propose principalement de l’alimentation made in England, il offre un plus par rapport à ses concurrents, davantage de produits internationaux provenant d’Afrique, de nombreux pays sud-américains, de Nouvelle-Zélande, d’Australie, d’Europe, sans oublier la France, du Royaume-Uni en lui-même, etc. En bref, des 4 coins du monde. Il possède de plus ses fameux produits finest d’une qualité supérieure, donc par conséquent plus chers, mais qui méritent leur pesant d’or, comme l’on dit.

Tesco offre un très bon rapport qualité/prix. Les promesses des promotions sont tenues, de par leur réelle attractivité et leur possibilité d’accumulation les unes aux autres. Son site en ligne est aussi bien conçu. Ses employés sont relativement aimables. Mais surtout, son système de livraison et la gentillesse des livreurs valent une médaille d’or.

Son planning de livraison est incroyablement complet en vous proposant une fourchette d’heure par heure par client (exemple, livraison entre 8 h et 9 h) et se compose ainsi :

  • Du lundi au vendredi :  de 8 h à 23 h
  • Le samedi : de 8 h à 22h
  • Le dimanche : de 10 h à 15 h et de 18 h à 22 h

Tesco-finest2_wp

Quant au magasin en lui-même, il est ouvert 7j/7 et 24h/24.

Aussi, en cas de rupture de stock d’un produit que vous avez commandé, la substitution de celui-ci, par un autre analogue bien sûr, est toujours à votre avantage. La fidélité du client est vraiment récompensée par des offres promotionnelles, des pourcentages de rabais sur vos produits phares, etc. Et ce dit petit cadeau en prime afin de vous donner l’impression d’être un client privilégié. Même si vous savez pertinemment que ce n’est pas le cas, car vous n’êtes pas seul, ça fonctionne.

Enfin, Tesco est un magasin qui me manquera lorsque je partirai d’ici, à moins qu’il se trouve dans le pays de ma prochaine destination…

Tesco1_wp

Tesco2_wp

Tesco3_wp

Collide

Collide_wp

Sorti en 2016, ce film connu aussi sous le titre No Way Out est un excellent film d’action, pour les amateurs du genre, surtout pour les fans inconditionnels d’Anthony Hopkins et Ben Kingsley. Anthony Hopkins, toujours aussi magistral dans son jeu d’interprétation et Ben Kingsley tenant un rôle bien différent de ses habitudes nous dévoile avec brio une autre facette de son immense talent.

Mêlant ainsi action et humour, ce film au scénario classique de ce style nous entraîne dans une course poursuite infernale en Allemagne.

Un jeune Américain, Casey Stein (Nicolas Hoult), décide de reprendre ses activités criminelles pour sauver la vie de sa compagne Juliette (Felicity Jones), souffrant d’insuffisance rénale et dans le besoin d’une greffe d’un rein de toute urgence. Il retrouve alors son ancien commanditaire Geran (Ben Kingsley), trafiquant de drogue bling-bling, qui le charge de voler une immense quantité de drogue à son associé qui le spolie, le mafieux Hagen Kahl (Anthony Hopkins), et sans grande surprise, le vol ne va pas se dérouler comme prévu.

Je vous invite à découvrir ce film, ne serait-ce que pour ces deux grands acteurs qui prouvent encore une fois que leur réputation n’est pas déméritée…

Mad Men

Mad Men_wp

Loin d’être une nouvelle série, puisqu’elle a été diffusée sur la chaîne de télévision AMC entre juillet 2007 et mai 2015, elle est en tout cas une découverte personnelle sur le site Netflix.

Cette série télévisée américaine créée par Matthew Weiner se déroule dans les années 60 à New York au sein d’une agence publicitaire factice située sur Madison Avenue et décrit les mentalités sociales de cette époque aux États-Unis.

Entre fausses vérités ou vérités cachées, préjugés sociaux et états d’esprit très cloisonnés de cette période des sixties, cette série nous montre une réalité d’un univers pas si loin que cela dans le temps et qui quelque part n’a pas non plus tant évolué.

On accroche très vite à l’histoire et aux différentes vies des personnages d’une excellente crédibilité. On assiste à ce monde très machiste d’un côté et au début des combats des droits de la femme, de l’autre.

Cette série, assez simple finalement, est vraiment très bien conçue. Elle nous plonge dans une certaine profondeur de la société d’hier et nous amène à une réflexion relative sur celle d’aujourd’hui…

Mad Men_team_wp

Anne with an « E »

Anne with an_E_Netflix_wp

Cette série apparue sur Netflix s’inspire du roman datant de 1908 de L. M. Montgomery, Anne of Green Gables (Anne… la maison aux pignons verts), considéré depuis quelques décennies comme un livre pour enfants.

Anne with an_E_roman_wpElle retrace l’histoire d’une fillette orpheline prénommée Anne qui se trouve adoptée par erreur par un couple, un frère et sa sœur, désirant avoir un garçon afin de les aider à la ferme, les pignons verts, sur l’Île-du-Prince-Édouard, au Canada.

Cette jeune fille aux cheveux roux éclatants, aux taches de rousseur, aux yeux gris-verts, et maigrelette nous transporte tout au long de la série dans son univers. Débordant d’une incroyable imagination, elle transmet tout autant son optimisme à tous ceux qui croisent sa route.

Anne with an_E_affiche_wpComplexée de son aspect atypique, elle trouve le courage par son éloquence verbale tout aussi particulière d’affronter les personnes qui en terrorisent d’autres. D’une âme pure comme d’une grande maladresse, elle est attachante mais demeure désireuse en son for intérieur d’être aimée sincèrement.

Le personnage d’Anne est interprété par la jeune actrice irlandaise Amybeth McNulty, 15 ans, qui est tout simplement époustouflante.

Les dialogues sont extraordinaires. Les paysages sont magnifiques. Entre poésie, naïveté, joie et tristesse, cette série se veut être au-delà qu’une simple adaptation enfantine. Elle s’adresserait même à un public plus adulte.

Je vous invite à partir à la découverte de ce petit chef-d’œuvre cinématographique, car ainsi que l’exprime Anne avec un « E » : « si l’on a de grandes idées, il faut bien se servir de grands mots pour les exprimer… »

Anne with an_E_version-Canada-America_wp

Sense8

Sense8 (1)_wp

Un très grand coup de cœur pour cette série présentée sur le site Netflix et à sa demande.

Cette série, qui en est à sa seconde saison, présente l’histoire de 8 individus éparpillés à travers le monde qui se retrouvent subitement connectés les uns aux autres au niveau intellectuel, émotionnel et sensoriel. Ainsi liés, ils peuvent alors interagir les uns avec les autres ; se voir, s’entendre, se parler comme s’ils étaient physiquement dans le même lieu. Ils ont chacun leur histoire, mais sont tous poursuivis par une organisation secrète qui veut les capturer, les tuer ou se servir d’eux en tant que cobayes. Tout en fuyant cette organisation, ils cherchent les conséquences que ce changement aurait sur l’humanité.

Sense8 (2)_wp

D’une grande originalité, cette série aborde de manière très intelligente et élégante des thèmes généralement oubliés ou peu exploités dans les séries : la politique, l’identité, la sexualité, le genre et la religion.

Cette série est aussi un savant mélange d’humour, de drame, d’action,  d’amour… tout en faisant référence avec ce même humour à des films et séries cultes, tels que Terminator, Nikita, Heroes ou encore aux Westerns. Et par le biais de clichés cinématographiques ou sociaux, elle abat des préjugés.

Sense8 (3)_wp

Mais également, les scènes d’action sont crédibles pour une fois, autant dans les combats que les poursuites en voiture, etc. Ce qui est une grande première pour ce style de séries. La vie personnelle des individus n’est pas non plus rocambolesque. Et il existe un vrai fil conducteur tout le long dans l’évolution de cette série au fur et à mesure des épisodes.

Surtout, cette série est un réel appel à la paix et à l’humanisme. Certaines de ses prises de vue sont intenses et fortes en symboles.

Je vous invite vraiment à découvrir cette série, si cela n’est pas déjà fait…

Sense8 (4)_wp

Las Chicas Del Cable

Las Chicas del Cable (1)_wp

Cette première série espagnole produite par Netflix nous invite à partager le parcours de quatre jeunes femmes en quête d’émancipation dans le Madrid des années 20.

Apparaissant également sur le site Netflix sous l’appellation de Cable girls, cette nouvelle production est un vrai joli coup d’essai. Digne d’une série américaine, elle nous dépeint les difficultés d’être femme à cette époque à travers le portrait de chacune d’entre elles. Entre considération sociale et envie de liberté, nous suivons avec intérêt le combat de ces femmes, dont la relation qu’elles se créent va changer leur vie.

Las Chicas del Cable (2)_wp

Les acteurs et actrices tiennent tous et toutes leur rôle à la perfection. Les dialogues sont autant touchants que percutants, parce que « oui, c’est notre seul rêve, c’est d’être libre », comme l’exprime l’une d’elles dans le premier épisode de la saison. Nous entendons aussi une femme plus âgée s’adresser à l’une en ces termes : « garde l’esprit ouvert et les jambes fermés ». Ou encore l’une de ces quatre jeunes femmes se dire : « Si je voulais être libre, je ne devrais pas laisser mon cœur dicter ma conduite ».

Cette première saison est vraiment à découvrir…

Las Chicas del Cable (3)_wp

« Eyes on Europe & Middle East »

_Eyes on Europe and Middle East_wp

Mon coup de cœur cette semaine !

Parmi de nombreux blogs tout autant passionnants les uns que les autres auxquels je suis abonnée et fidèle lectrice, Eyes on Europe & Middle East est un blog qui a suscité de ma part une attention particulière. Et ce depuis un certain temps d’ailleurs.

Très riche culturellement, pertinent dans ses propos, il apporte son analyse sociétale, son regard sur l’Europe et le Moyen-Orient, comme l’indique le titre.

Et son article paru hier, 28 avril, « Et si Marine Le Pen arrivait au pouvoir… » est vraiment à découvrir.

La présentation de ce blog qui suit est traduite de l’anglais en français et peut comporter des erreurs.

« Diplômé d’un Msc (Master en Science) dans la Gestion Pétrolière et Gaz d’une Université écossaise en 2014 et ayant vécu 12 ans en France durant lesquels j’ai effectué des emplois divers et poursuivi des études, y compris l’industrie de commerce électronique vendant des produits de haute technologie, j’affectionne d’apporter mon point de vue comme un regard personnel sur les événements en Europe, la Méditerranée Orientale et le Moyen-Orient.

Mon contexte et études ont concerné les Ressources Humaines, l’Affaire et la Finance, la Comptabilité, un stage dans le domaine de la Diplomatie, la Gestion des risques dans la Région méditerranéenne Orientale et les Études françaises : Israël, l’Égypte, Chypre, la Turquie, le Liban et la Grèce.

Je ne suis pas la personne orientée religieusement ou le patriote convaincu, pro-OTAN ou pro-russe, mais je suis contre l’utilisation de la religion comme un outil de propagande qui torture le peuple dans les rues en Israël / la Palestine. Ce blog milite pour les droits de l’Homme dans le Moyen-Orient et particulièrement les droits des femmes dans le Moyen-Orient et la Turquie.

Comme les informations fournies pourraient parfois être « sensibles », je ne divulguerai pas mon nom à l’heure actuelle.

J’espère que les informations diversifiées de ce blog atteindront les objectifs du lecteur.

J’essaye d’améliorer la qualité du contenu de mon blog même si c’est très difficile avec toute cette propagande dans l’air. […]

[…] Ma priorité est de promouvoir la compréhension sur les questions du Moyen-Orient, la perspective stratégique et géopolitique plutôt que d’amener un simple rapport de faits établis dans le quotidien et d’expliquer l’effet de conséquence de cause sur l’Europe et sur le Moyen-Orient. […]

[…] Note : l’équipe des Yeux sur l’Europe et le Moyen-Orient n’adhère pas nécessairement à chaque point de vue exprimé et n’est pas responsable d’aucune déclaration imprécise, incorrecte ou offensante dans des articles issus de sources diverses. Les plaintes et les corrections sont accueillis. Les propriétaires de copyright peuvent nous notifier leurs réclamations et le contenu vérifié sera retiré. Loi en vigueur aux États-Unis. »

Je souhaite à tous ceux ou celles qui ne connaissent pas déjà ce blog une belle découverte et une bonne lecture !

N.B. : Si la photo d’en-tête de ce blog est soumise à des droits réservés ou que l’auteur de ce site ne souhaite pas la partager, je la retirerai.

Des coups de cœurs sur d’autres blogs suivront prochainement…

13 Reasons Why

13 Reasons Why_wp

Un énorme coup de cœur pour cette nouvelle série apparue sur Netflix récemment.

Inspirée des best-sellers de Jay Asher, cette série nous amène à suivre Clay Jensen (Dylan Minnette), un adolescent de 17 ans qui découvre une mystérieuse boîte. À l’intérieur, des cassettes enregistrées par Hannah Baker (Katherine Langford), une camarade de classe qui s’est suicidée deux semaines auparavant. Les enregistrements révèlent les 13 raisons qui ont conduit la jeune fille à mettre fin à ses jours.

Cette première saison de la série qui est de même divisée en 13 épisodes nous dévoile un secret de Hannah sur une face de cassette par épisode ; une raison, une personne.

Mais celle-ci traite d’un sujet actuel beaucoup plus profond, le cyber-harcèlement. Elle nous plonge dans le quotidien des adolescents d’aujourd’hui. Elle expose avec beaucoup d’intelligence le problème du harcèlement scolaire qui peut pousser le jeune au suicide. Elle montre également les ravages que peuvent causer les réseaux sociaux sur les jeunes. Et elle nous présente la douleur d’une famille touchée par la perte de son enfant unique.

Cette première saison, dont le déroulement peut paraître quelque peu lent pour certains, est d’une grande pertinence et nous tient accrochée à notre fauteuil du début jusqu’à la fin. Les jeunes acteurs tiennent aussi leur rôle à bras-le-corps. Ils sont d’une crédibilité époustouflante.

C’est une série qui est absolument à faire découvrir aux adolescents comme aux parents, mais qui devrait aussi trouver sa place dans les programmes scolaires, tant pour son rôle pédagogique que pour tenter de mettre un terme à ces suicides d’ados qui frappent trop de familles.

Une enseignante pas comme les autres

Une enseignante pas comme les autres_oeufs-arbre-pâques_wp

Un peu de douceur et de gaieté en ce début de week-end de Pâques.

Chandni Langford est une enseignante dans l’école de Woodbury dans le New Jersey, aux États-Unis. Très attentive à l’égard de ses élèves, elle les a sentis stresser à l’approche de leur semaine d’examens.

Afin de les encourager, elle a écrit au marqueur effaçable un petit message personnalisé à chacun d’eux sur leur table respective, qu’elle a accompagné de deux petits donuts.

On pouvait lire par exemple :

Une enseignante pas comme les autres_wp

« Yovani,
Je ne te dis pas que ça va être facile, mais ça vaut le coup ! Fais de ton mieux ! »

« Ish,
Je sais que c’est la première fois que tu fais ce test. Utilise tous les outils et cultive ton cerveau ! »

Une enseignante pas comme les autres_oeufs-trio-pâques_wp

Contactée par le site Philly.com, Chandni Langford a déclaré : « Beaucoup de mes élèves étaient nerveux à l’idée de ne pas obtenir une assez bonne note pour passer dans la classe supérieure. Ils étaient très anxieux. J’ai pensé que c’était un beau geste pour les accompagner dans cette épreuve. »

Une très belle initiative qui a donné des résultats, puisque Julissa, une élève, a témoigné en expliquant que grâce à ce petit message « sa peur a disparu » et elle a su qu’elle « pouvait le faire. »

L’école a salué de même cette jolie attention en publiant les photos des tables sur sa page Facebook.