« Aventures de médecine – La sexualité dans tous ses états »

_Avenrures de médecine - La sexualité dans tous ses états_sex-symbol-hearts_wp

La sexualité, thème au demeurant tabou, même si la tendance actuelle incite à le rendre moins. Le nouveau numéro du 16 octobre dernier du magazine Aventures de médecine, présenté par le médecin animateur Michel Cymes a exploré l’histoire de la sexualité et de la sexologie. À travers trois portraits actuels, nous parcourons le passé, le cheminement de la découverte à l’évolution des techniques d’aujourd’hui afin d’améliorer la vie intime. Margaret Sanger, une infirmière et sage-femme américaine qui révolutionna la liberté sexuelle de la femme aux États-Unis, en fondant le planning familial. L’Allemande Dora Richer, née Rudolph, la première femme transsexuelle connue de l’Histoire qui subit une intervention chirurgicale pour sa transformation. Le couple Masters et Johnson, pionnier dans le domaine de l’intimité afin de comprendre le fonctionnement sexuel profond. Ce numéro du magazine aborde aussi l’endométriose, une maladie gynécologique touchant 1 femme sur 10 en France et qui provoque de terribles douleurs tant physiologiques que psychologiques. Les dysfonctionnements érectiles qui concernent 3 millions de Français. La transidentité sous l’angle historique et chirurgical. Entre autres…

_Avenrures de médecine - La sexualité dans tous ses états_sex-symbol_wp

Ce numéro est un excellent documentaire sur le sujet traité avec le plus grand respect. De ces médecins, chercheurs, infirmiers, hommes et femmes, qui ont étudié avec sérieux le fonctionnement des organes génitaux. Entre certains qui diabolisèrent la sexualité, la rendant responsable de maladies physiques ou mentales et d’autres qui luttèrent pour faire évoluer les esprits, tous les éléments sont examinés sans voyeurisme ni tabou.

Grâce à la collaboration des chirurgiens et des services hospitaliers spécialisés, l’équipe du magazine a pu suivre durant plus de 6 mois des personnes qui ont eu le courage de partager leur vie la plus intime, leurs problèmes, leurs peurs, leurs souffrances devant la caméra afin de contribuer à libérer la parole.

Et surtout parce que la médecine fut au départ un instrument social pour contrôler les naissances, brider les instincts, avant de devenir un outil de libération.

Publicités

« Un 22 juillet »

_Un 22 juillet_affiche1_wp

Film américain écrit, coproduite et réalisé par Paul Greengrass, sorti en 2018. Adapté de l’ouvrage de 2013 En av oss d’Âsne Seierstad, ce film relate les attentats d’Oslo et d’Utøya perpétrés en Norvège en 2011 par un seul individu, ayant causé la mort de 77 personnes et blessé plus de 200 autres.

Le vendredi 22 juillet 2011, deux actions terroristes ont été coordonnées et menées par un homme de 32 ans, chrétien radical de l’Extrême droite, Anders Behring Breivik.

_Un 22 juillet_personnage-Viljar_wp

La première attaque, une explosion à la bombe, s’est produite à 15 h 26, heure locale, à Regjeringskvartalet, le quartier gouvernemental de la ville d’Oslo, devant le bureau du Premier ministre, Jens Stoltenberg, et d’autres édifices gouvernementaux. L’explosion a tué 8 personnes et blessé 15 autres. La seconde attaque a lieu deux heures plus tard dans un camp de jeunes, lors d’un rassemblement estival, organisé par la Ligue des jeunes travaillistes (AUF) du Parti travailliste norvégien (AP), sur l’île d’Utøya. Déguisé en policier, Anders Behring Breivik, armé d’un fusil de tir de précision, ouvre le feu sur les campeurs, tuant 69 personnes et blessant 33 autres. Arrêté par la police, il revendique les deux attentats. La Justice l’inculpe pour les deux attaques et le condamne le 24 août 2012 à 21 ans de prison.

_Un 22 juillet_personnage-terroriste_wp

Ce fut la plus grave attaque en Norvège depuis la Seconde Guerre Mondiale. Le nombre de morts a représenté l’équivalent de deux fois le nombre annuel moyen de meurtres dans le pays. La fusillade par un tueur de masse fut aussi la plus meurtrière de l’époque contemporaine. L’Union Européenne, l’OTAN ainsi que plusieurs autres pays du monde ont exprimé leur soutien à la Norvège et ont condamné les attaques.

_Un 22 juillet_île-d'Utoya-Norvège_wp

Ce film, d’une durée de plus de 2 heures, retrace parfaitement ces terribles évènements. Il nous rappelle que le terrorisme n’est pas uniquement lié qu’à un groupe de fanatiques religieux. La religion, quelle qu’elle soit, est la première source du terrorisme.

Disponible sur le site Netflix, je vous invite vivement à le regarder, si ce n’est déjà fait. Ce film est puissant et poignant de réalisme. Nous restons marqués à la fin du visionnage.

_Un 22 juillet_affiche2_wp

Les prix Nobel de la paix 2018

Les prix Nobel de la paix 2018_Denis Mukwege-Nadia Murad_wp

Deux extraordinaires personnes pleines de courage et de force ont reçu hier, 5 octobre, le prix Nobel de la paix : le gynécologue congolais Dr Denis Mukwege et l’activiste yézidie Nadia Murad. Ils ont été récompensés pour leur combat contre les viols de guerre. Ils ont dédié leur prix aux centaines de milliers de femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits.

Nadia Murad, Denis Mukwege win 2018 Nobel Peace Prize

Alors qu’il était dans le bloc opératoire de son hôpital de Panzi, le Dr Denis Mukwege a été contacté par le comité Nobel qui lui annonça la nouvelle. Celle-ci a été accueillie avec une grande joie et une immense fierté en ces lieux ainsi que dans le reste du pays de la République Démocratique du Congo (RDC). « C’est une ambiance de folie, beaucoup de joie et de soulagement. Ça vient à un moment critique pour notre pays. Un moment où il y a beaucoup de viols de masse, de tueries », a expliqué le Dr Rheema Rukumghu, gynécologue depuis 10 ans à l’hôpital de Panzi, à Bukavu.

Vêtu de sa blouse blanche avec un grand sourire et accompagné de sa femme, le Docteur Denis Mukwege n’est pas monté à la tribune réservée à cet évènement, mais il s’est placé parmi les milliers de survivantes de viols et de violences sexuelles au Sud-Kivu pour s’exprimer. « J’ai la joie, car le monde reconnaît les combats que nous menons tout ce temps en faveur des femmes victimes, actuellement survivantes de viols et de violences sexuelles en République Démocratique du Congo », a-t-il ainsi entamé son discours. « Comme notre combat est reconnu, nous demandons maintenant une réparation », a-t-il ajouté. Car à juste titre, il considère que la reconnaissance ne suffit pas seulement, mais qu’une réparation en faveur de ces victimes en RDC, particulièrement dans l’est du pays, doit être faite.

Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, a de même félicité le Dr Denis Mukwege : « Cette distinction honore non seulement tous ceux qui travaillent avec lui mais aussi toute la République Démocratique du Congo qui a continué aussi d’ailleurs à souffrir de ces violences imposées à nos sœurs, à nos femmes, à nos filles et pour lesquelles nous sommes tous mobilisés aujourd’hui, que ce soit au niveau des médecins comme lui, au niveau des politiques, au niveau de l’armée, qui continuent à se battre contre les groupes armés qui ont transformé cette partie de la République dans une sorte d’enfer où les violences sexuelles deviennent une sorte d’arme de guerre. Nous sommes vraiment honorés par cette marque de distinction du comité Nobel d’Oslo », a-t-il déclaré.

Cependant, avant d’obtenir cette reconnaissance, son engagement a été mis à des rudes épreuves. En 2012, il fut victime d’une agression en plein centre de Bukavu, tandis qu’il rentrait chez lui. Son gardien fut abattu à bout portant. Sa voiture fut incendiée. Et il fut ligoté avant que des habitants du quartier lui viennent en aide. Depuis, dans le Sud-Kivu, il se déplace sous la garde de casques bleus. Protection dont le Dr Gildo Byamungu, l’un ses proches collaborateurs, n’a eu la chance d’avoir. Il fut assassiné par trois balles dans le corps en avril 2017.

En outre, il y a quelques années, le Dr Denis Mukwege n’était pas très connu à la capitale, Kinshasa. Les nombreux prix reçus à travers le monde, notamment le prix Sakharov lui ayant été décerné le 26 novembre 2014 à Strasbourg par le Parlement européen. Nommé en l’honneur du scientifique et dissident soviétique Andreï Sakharov et créé en 1988 par le Parlement européen pour honorer les personnes ou les organisations qui ont consacré leur existence à la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Sa lutte pour aider les femmes violées dans l’est de la RDC. Son engagement citoyen. Sa position contre les dirigeants congolais actuels. Toutes ces actions lui ont valu sa popularité dans la capitale. Et les habitants de Kinshasa interrogés sur l’attribution de ce prix Nobel de la paix sont fiers pour le Dr Denis Mukwege, celui qui est surnommé « l’homme qui répare les femmes ».

Les prix Nobel de la paix 2018_Nadia Murad_wp

Nadia Murad est une véritable survivante de l’enfer dans lequel les femmes enlevées par Daesh sont plongées. Elle est aujourd’hui la porte-parole de sa communauté en exil.

En 2014, le village de Kocho, dans la région yézidie de Sinjar en Irak, fut pris en otage par des djihadistes de l’État islamique (EI) qui s’acharnaient sur ces villages habités par les membres de cette minorité non musulmane et les contraignaient à se convertir à l’Islam. En cas de refus, les jeunes filles et les femmes étaient kidnappées pour servir d’esclaves sexuelles. Les hommes étaient massacrés puis jetés entassés dans des fosses communes. Les jeunes garçons étaient enrôlés de force, transformés en bêtes de somme pour les assassins de leur père. C’est ce qu’ont vécu les villageois de Kocho, dont Nadia Murad qui avait 21 ans.

Prisonnière, elle fut emmenée à Mossoul. Vendue et revendue à de nombreuses reprises, elle subit la torture, les viols collectifs et fut aussi forcée à se marier. Avec le concours d’une famille musulmane de la ville, elle réussit à se sortir des griffes de ses bourreaux. Elle traversa les lignes de front et trouva refuge au Kurdistan irakien où des centaines de milliers de yézidis de la région de Sinjar sont déplacés. Les plus pauvres vivent dans des camps de tentes. Les autres s’installent dans les villes de la région. Or, la grande majorité espère obtenir un statut de réfugié afin de venir en Europe et laisser derrière eux leur terre ravagée par Daesh.

Certains ont réussi malgré tout à s’organiser. À Dohuk, une ville kurde située au nord de Mossoul, dans les environs de laquelle nombreux yézidis s’y sont réfugiés, des militants originaires de Sinjar, jeunes pour la plupart, ont fondé l’association Yazda en 2014 avec le soutien d’activistes américains. Nadia Murad se rapprocha d’eux et devint le visage de la communauté. L’association s’illustre par sa détermination. Elle résiste aux autorités du Kurdistan irakien qui tentent de freiner ses activités, lesquelles étaient censées protéger Sinjar et qui ont abandonné les yézidis à leur sort en août 2014, permettant les horreurs endurées par cette communauté. Loin de reconnaître leurs torts et afin de se disculper, elles misent sur le martyre des yézidis, eux-mêmes de langue et de culture kurdes, pour attirer la sympathie de la communauté internationale.

Incitée par l’association Yazda à devenir ainsi la porte-parole des femmes yézidies, Nadia Murad n’a de cesse de rappeler au monde la situation de milliers d’entre elles restés en captivité, souvent avec leurs enfants.

À l’image de beaucoup de ses compatriotes, elle s’installa en Allemagne et commença à intervenir au niveau des plus grandes instances internationales. En décembre 2015, elle s’exprima d’ailleurs devant le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) où elle appela les gouvernements du monde à prêter attention aux souffrances des siens, en particulier au sort des femmes et des enfants yézidis disparus après avoir été kidnappés par l’État Islamiste. En 2016, elle fut nommée ambassadrice de bonne volonté de l’ONU pour la dignité des survivants de la traite des êtres humains. Fin de 2017, Lamia Haji Bachar, une autre activiste yézidie, et Nadia Murad reçurent le prix Sakharov.

En 2018, les djihadistes ont été chassés de Mossoul, de Rakka, de Sinjar. Du califat, il ne reste qu’un territoire en ruine. Les ravages du groupe djihadiste poursuivent les peuples traumatisés sur lesquels il a régné, entre l’Irak et la Syrie.

Après sa récompense du prix Nobel de la paix, Nadia Murad a expliqué : « Cela n’a pas été facile pour moi de parler de ce qui m’est arrivé parce que ce n’est pas facile, particulièrement pour les femmes au Moyen-Orient, de dire qu’on a été des esclaves sexuelles ». « Le prix Nobel signifie beaucoup. Pas seulement pour moi mais pour toutes ces femmes en Irak et dans le monde entier », a-t-elle également précisé.

Le président kurde irakien, Barham Saleh, élu ce 2 octobre, a déclaré que le prix Nobel de la paix était « une fierté pour tous les Irakiens ».

Feuilles d’automne

Feuilles d'automne_couleurs_wp

Premier vrai week-end d’automne au niveau des températures. Dans ma région, la saison a commencé doucement à s’installer déjà durant la semaine avec des matinées fraîches entre 4°C et 6°C. Bien que le soleil et le ciel bleu soient au rendez-vous aujourd’hui, nous affichons un petit 7°C ce matin et cet après-midi, nous arriverons à 19°C maxi.

La végétation amorce, elle aussi, son endormissement. Les feuilles changent lentement de couleur, les fleurs se font de plus en plus rares…

Afin donc de nous plonger, nous aussi, dans cette saison, je vous propose ces quelques photos :

Feuilles d'automne_arbre_wp

Feuilles d'automne_érable_wp

Feuilles d'automne_rousses_wp

Feuilles d'automne_japonais_wp

Feuilles d'automne_rouges_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

L’art des galets

L'art des galets_arbres_wp

Afin d’accompagner mon article d’hier, le cache-cache des galets, d’une photo, j’ai réalisé quelques petites recherches sur Internet. Et j’ai trouvé ces petites merveilles que je vous présente aujourd’hui :

L'art des galets_bleus_wp

L'art des galets_mandala-couleurs_wp

L'art des galets_mandala-fleur_wp

L'art des galets_mandala-fleurs_wp

L'art des galets_mandala-ronds_wp

L'art des galets_mer_wp

L'art des galets_serpent_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Lifestyle à Mériel

Lifestyle à Mériel_maison_wp

Lorsque je vous avais annoncé que mon arrivée en France ne s’était pas faite sans mal, je ne vous ai pas tout révélé.

Ce ne fut ni le déménagement, qui s’est déroulé à merveille, ni l’emménagement, qui lui aussi s’est réalisé sans trop de souci, mais ce fut le trajet.

Un parcours qui habituellement ne demande que 8 heures en voiture en partance du lieu où je résidais en Angleterre, en passant par le Tunnel sous la Manche, pour arriver alors ici s’est transformé en un très pénible circuit de 17 heures !

Lifestyle à Mériel_chambre-coucher_wp

Dardford Crossing, passage obligatoire afin d’arriver au Tunnel, est un pont autoroutier surplombant la Tamise et permettant ainsi de la traverser. Ne connaissant toujours pas la raison, nous avons tous été à l’arrêt sur ce pont durant près de 9 heures. Des milliers de voitures et de camions stationnés sur des kilomètres. L’attente fut si longue que j’ai été contrainte d’uriner dans une bouteille d’eau. Une grande première pour moi, dont je me serais bien passée. Et fait inédit que j’espère ne jamais avoir besoin de renouveler.

Inutile de vous dire le résultat qui fut une belle nuit blanche et un coucher le soir suivant à 8 heures.

Lifestyle à Mériel_chambre-coucher-lit_wp

Enfin, bien qu’aujourd’hui ce soit un lointain souvenir, que j’ai bien sûr récupéré depuis, j’ai pu vérifier la véracité du dicton populaire « il n’y a pas d’âge pour apprendre ». Pour la première fois de ma vie, j’ai connu non seulement l’expérience de la bouteille d’eau pour se soulager, mais aussi les bouchons sur la route.

Ceci dit, comme prévu, je vous présente la suite des photos de ma nouvelle demeure…

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve-dressing_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve-lit_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve-lit-fenêtre_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-sofa-appareil-fitness-table-repassage_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-sofa-dressing_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-sofa-dressing-appareil-fitness_wp

Lifestyle à Mériel_couloir-étage_wp

Lifestyle à Mériel_escalier-étage_wp

Lifestyle à Mériel_escalier-étage-bas_wp

Lifestyle à Mériel_escalier-étage-haut_wp

Lifestyle à Mériel_sdb_wp

Lifestyle à Mériel_sdb-baignoire_wp

Lifestyle à Mériel_sdb-entrée_wp

Lifestyle à Mériel_sdb-meubles_wp

Lifestyle à Mériel_wc-étage_wp

Haut les moustaches !

Haut les moustaches_chaton-hamac_wp

Amoureux, amoureuses des chats, je vous propose ces quelques photos de chatons qui ne peuvent que nous faire craquer…

Haut les moustaches_chaton-prise-électrique_wp

Haut les moustaches_chaton-gris_wp

Haut les moustaches_chaton-gris-face_wp

Haut les moustaches_chaton-noir-blanc_wp

Haut les moustaches_chaton-poussin_wp

Haut les moustaches_chaton-raisin_wp

Haut les moustaches_chaton-raton-laveur_wp

Haut les moustaches_chaton-roux_wp

Haut les moustaches_chaton-roux-tigré_wp

Haut les moustaches_chatons-duo_wp

Haut les moustaches_chatons-trio_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je le retirerai sur leur demande.

La Villa de L’Écluse

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel_wp

Cet hôtel-restaurant est « un trait d’union entre l’effervescence parisienne et la féerie d’un haut lieu touristique symbolisé par la vallée des impressionnistes », tel se décrit-il sur son prospectus.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-côté_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-devant_wp

Hé bien, c’est vrai !

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-lounge_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-transats_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-origine_wp

Hôtel avec 4 étoiles à son palmarès, il a été créé il y a 5 ans. Cet établissement flambant neuf est moderne tout en offrant un côté cosy. L’endroit est tout simplement magnifique, surtout lorsque l’on apprend qu’à l’origine le bâtiment était un squat.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-salle-côté-terrasse_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-salle_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-bar_wp

De l’intérieur avec son bar lounge, proposant une prestigieuse sélection de 43 whiskies, 23 champagnes, plus de 30 cocktails et près de 100 références de vins, sa véranda, dans laquelle est servie le petit déjeuner, ses chambres (dont la mienne en tout cas était d’une grandeur impressionnante), à son extérieur avec sa terrasse longeant ses trois façades, sur laquelle on pouvait aussi prendre le petit déjeuner et boire quelques verres le soir, la Villa de L’Écluse est un véritable lieu de détente.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-déco-côté-accueil_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-déco-côté-entrée_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-entrée-intérieur_wp

Les trois employées auxquelles j’ai eu affaire étaient tout autant charmantes que le lieu, surtout Dora, la jeune femme qui se trouvait à l’accueil à mon arrivée et avec laquelle de nombreuses discussions ont été échangées en fin de soirée. Elle s’occupait également du service au bar le soir et venait alors m’apporter la consommation en terrasse, où là nous échangions quelques bons mots.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-accueil-Dora_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-palier_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-lit_wp

Un autre facteur important, le calme !

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-service-mini-bar_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-service_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre_wp

Quant au restaurant ? Je n’ai pu constater sa qualité ou pas, puisqu’il était fermé et dont sa ré-ouverture était prévue le jour de mon départ. Cependant, j’espère que l’occasion de retourner à L’Isle-Adam se présentera et me permettra ainsi de tester le restaurant.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-sdb_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-sdb-douche_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-sdb-wc_wp

Si vous avez donc l’opportunité de vous rendre dans cette splendide ville fleurie qui vous donne davantage l’impression de vous retrouver dans un village du sud, je vous conseille sans ombre au tableau d’aller séjourner à la Villa de L’Écluse, pour sa partie hôtellerie en tout cas.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-côté-terrasse_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-côté-parking_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-entrée_wp

L’Isle-Adam

L'Isle-Adam_blason_wp

Comme je vous l’ai plus ou moins évoqué hier, L’Isle-Adam fut une très belle découverte. Malgré un temps gris persistant durant ce court séjour, les températures estivales, elles, n’ont pas fléchi.

L'Isle-Adam_statue-P.C.A.-D'Ambry_wp

L'Isle-Adam_statue-Jules-Dupré-peintre_wp

L'isle-Adam_rue-ville_wp

L'Isle-Adam_rue-tournesols_wp

L'Isle-Adam_rue-parterre-fleurs_wp

L'Isle-Adam_rue-panneaux-nature-2_wp

Cette ville francilienne du centre nord du Val-d’Oise située sur la rive gauche de l’Oise est à une petite trentaine de kilomètres au nord-nord-ouest de Paris, une dizaine au nord-est de Pontoise et une bonne quarantaine au sud de Beauvais. Elle rassemble avec Parmain, sa commune voisine de la rive droite de l’Oise, une petite agglomération d’environ 16 000 habitants, dont les siens propres s’appellent les Adamois, Adamoises.

L'Isle-Adam_rue-panneaux-nature-1_wp

L'Isle-Adam_rue-maison_wp

L'Isle-Adam_rue-crèche_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-vers-hôtel_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-pont-bois-vue_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-pont-bois_wp

Perle de L’Île-de-France, elle se love entre la forêt domaniale et l’Oise. Son histoire riche fait d’elle aujourd’hui un prospère chef-lieu de canton à l’extrême nord de l’aire urbaine parisienne, aux portes du parc naturel régional du Vexin français, du Pays de France et de la Picardie.

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-pont_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-rives_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-chemin-pont_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-chemin-pierre_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-chemin_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature_wp

De l’an Mille à la Révolution française, les seigneurs de L’Isle-Adam, de Villiers de L’Isle-Adam, de Montmorency et les princes de Bourbon-Conti ont apprêté cette ville d’allures d’un petit Versailles. Même si la Révolution a effacé la plupart de leurs traces, ce « Paradis terrestre », comme l’appelait Honoré de Balzac, y ayant séjourné, a toutefois conservé son patrimoine artistique et historique. Parmi ces personnages hauts en couleurs, le célèbre paléontologue et ancien Gouverneur général de la Côte d’Ivoire, l’abbé Henri Breuil, y a vécu les dernières années de sa vie, l’officier et explorateur de l’Afrique de l’Ouest ainsi qu’administrateur colonial français, Louis-Gustave Binger, y est décédé, l’écrivain, poète, journaliste et parolier français, Francis Carco, s’y est installé quelques temps, le « célèbre carrossier parisien, et le château du Parc, dit de la Commanderie », Charles Binder, y est devenu châtelain et maire, le peintre Jules Dupré qui y est mort, et encore bien d’autres.

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-maison-soir_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-maisons_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-maison_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-banc-pont_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-avant-pont-bois_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-avant-banc-pont_wp

Mais L’Isle-Adam est aussi un lieu où la nature est protégée. Soucieuse dans la volonté de préserver son patrimoine arboré, ses plates-bandes, pelouses et massifs fleuris, elle s’est vue récompensée par l’obtention puis la conservation du titre de la 3e fleur du concours régional des villes fleuries pour son cadre de vie. Les espaces verts, entretenus par les 13 jardiniers municipaux et le chef de service, sont passés de 10 hectares (ha) en 1971 à 105 en 2016. L’Isle-Adam, Ville-parc, dénombre plus de 3 500 arbres, dont 12 000 m de haies taillées, 3 000 m2 de massifs fleuris et 2 000 arbres d’alignement élagués tous les 3 ans. Elle comprend également de nombreux étangs, des bords de l’Oise aménagés pour une promenade avec des passerelles en bois reliant l’île de la Cohue, et bientôt elle pourra s’enorgueillir d’un port fluvial.

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise_wp

L'Isle-Adam_pont-pierre_wp

L'Isle-Adam_place-du-marché_wp

L'Isle-Adam_musée-d'arts-et-d'histoire-entrée_wp

L'isle-Adam_musée-d'arts-et-d'histoire_wp

L'Isle-Adam_logo_wp

De plus, elle est riche de bâtiments les plus somptueux les uns que les autres, notamment le Pavillon chinois du 18e siècle (que je n’ai eu le temps de visiter), l’église de la fin du 15e siècle (Saint-Martin de l’Isle-Adam*) avec ses splendides vitraux (que je n’ai pas pu photographier en raison d’une messe qui se déroulait à ce moment-là), le presbytère néo-gothique, la mairie style Renaissance et son annexe Castelrose, jolie maison bourgeoise du centre ville, le château Conti et son parc dans l’île du Prieuré, le musée Louis-Senlecq (d’arts et d’histoire) dans un bâtiment du 18e siècle et de nombreuses statues, comme la sirène « Evila » dans les bras du Cabouillet (signifiant que l’on venait dans ce bras de l’Oise remuer la vase, la cabouiller, afin d’attirer le poisson pour une bonne pêche), « SIARAM » dans l’allée Le Nôtre réalisée par Jean Marais, ou encore les « Premiers pas de danse » sur les bords de l’Oise près des écluses.

L'Isle-Adam_jardin-clos-sculpture_wp

L'Isle-Adam_jardin-clos-fontaine_wp

L'Isle-Adam_jardin-clos-fleurs_wp

L'Isle-Adam_jardin-clos-banc_wp

L'Isle-Adam_hôtel-de-ville_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-vue-rue_wp

Dernier point surprenant, son célèbre pont en pierre du Cabouillet résiste depuis plus de 500 ans à toutes les calamités ; guerres, inondations, etc.

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-tour-droite-entrée_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-histoire_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-gauche_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-droite_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-2_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-1_wp

*Église Saint-Martin de L’Isle-Adam, classée Monument Historique le 8 décembre 1941 : « Alors que sa construction n’est pas encore achevée, l’église est consacrée le 14 juillet 1499 par Louis de Villiers de l’Isle-Adam, évêque du diocèse de Beauvais dont dépendait alors la paroisse de l’Isle-Adam. Ce prélat était le frère cadet du châtelain des lieux, Antoine de Villiers de l’Isle-Adam. À partir de 1537, le Connétable Anne de Montmorency poursuit la construction. En 1539, la nouvelle église devient siège de la paroisse au détriment de l’ancienne église de Nogent, alors en mauvaise état et trop petite pour accueillir tous les fidèles. Le 1er octobre 1567, en présence du Connétable, l’église est consacrée une seconde fois, par Monseigneur Philippe Le Musnier, remplaçant le Cardinal de Châtillon Odet de Coligny, évêque de Beauvais. Au cours de la nuit de Noël 1661, un violent incendie ravage l’église. Le prince Armand de Bourbon-Conti la fait rapidement restaurer. Le 2 août 1777, le cercueil du prince Louis-François de Bourbon-Conti est transféré dans la crypte de la chapelle funéraire construite par son fils. En 2010, cette crypte est redécouverte à l’occasion d’importants travaux intérieurs de l’église et, est mise en valeur à l’attention des visiteurs. À la Révolution, l’église fait l’objet de dégradations de la part de révolutionnaires adamois. Il faudra attendre le ministère de l’Abbé Grimot (1848 – 1885) pour que l’église soit entièrement restaurée (portail, nouveau clocher, adjonction de la chapelle de la Vierge…), équipée de beaux vitraux réalisés par le maître verrier parisien Gaspard Gsell et dotée d’un mobilier de valeur. Enfin, entre les années 2000 et 2011, a été entreprise une importante campagne de restauration sur ce superbe édifice Renaissance à réminiscences gothiques : nettoyage et réfection de la façade nord et du chevet, remplacement de la couverture de la nef et des bas-côtés, installation d’un chauffage par le sol… »

L'Isle-Adam_château-conti-vue-gauche_wp

L'Isle-Adam_château-conti-vue-face_wp

L'Isle-Adam_castlerose-vue-extérieure_wp

L'Isle-Adam_castlerose-entrée-jardin_wp

L'Isle-Adam_castlerose_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-vue-pont-ville-entrée_wp

Enfin, dans cet écrin de douceur et de bien-être, situé donc à 30 minutes à peine de Paris et de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, se trouve La Villa de L’Écluse, un magnifique hôtel-restaurant dans lequel j’ai ainsi séjourné pendant cette courte escapade française et que je vous invite à découvrir dans l’article qui suit…

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-vue-pont_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-vue_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-pony-pierre_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-écluse_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-canards-cygnes-eau_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-canards-cygnes_wp

Belgique : le « Code du Bien-être animal »

Belgique_le_Code du Bien-être animal_chaton-gris-couette_wp

Un texte de loi pourrait prochainement être appliqué en Wallonie prévoyant la mise en place d’un permis pour la détention d’animaux ainsi que l’installation de caméras de surveillance dans les abattoirs.

À la fin de ce mois de juillet, le gouvernement de la Wallonie a adopté définitivement le « Code du Bien-être animal », le premier au monde, reconnaissant les animaux comme des êtres doués de sensations, d’émotions, voire de conscience… de ce fait leur accordant des droits.

Ce texte, ayant donc été approuvé fin juillet par le gouvernement libéral, doit encore être débattu par le Parlement local à l’automne, puis validé par le Conseil d’État.

Belgique_le_Code du Bien-être animal_chiot-labrador-rose_wp

Ce code dans son intégralité comprend 12 chapitres et 109 articles, ainsi que l’indique le communiqué publié le 19 juillet dernier sur le site officiel de Carlo Di Antonio (Centre démocrate humaniste), Ministre de l’Environnement, entre autres.

Il définit plusieurs points, notamment le transport des animaux, les expérimentations sur eux ou encore leur commerce. Il envisage, par exemple, d’interdire les manèges à poney d’ici 2023, ainsi que la détention de cétacés dans les parcs aquatiques ou encore l’élevage de poules pondeuses en cage.

Il prévoit surtout un permis de détention d’animaux afin d’empêcher les personnes déjà condamnées pour maltraitance animale de s’en acquérir, lequel sera automatiquement délivré sans formalité à chaque citoyen ayant un animal. « L’avantage de cette disposition est de pouvoir empêcher la détention d’animaux par toute personne reconnue pour des faits de maltraitance animale. Une base de données permettant de recenser les personnes interdites de détention d’un animal sera mise en œuvre », précise le communiqué.

Belgique_le_Code du Bien-être animal_chaton-gris-conserve_wp

Il soumet aussi des poursuites juridiques pour abandon, négligence ou maltraitance ; les cas les plus graves se verront recevoir des peines de prison de 10 à 15 ans assorties d’une amende pouvant atteindre 10 millions €, les cas les plus légers écoperont d’une « amende administrative » pouvant se chiffrer jusqu’à 100 000 €. Par exemple, interdit d’attacher de façon permanente son animal, de le teindre ou le colorer, de l’envoyer par voie postale ou encore offrir un animal en guise de prix à un concours ou une tombola.

Autre point important. Ce code projette l’installation de vidéosurveillance dans tous les abattoirs présents en Wallonie en vue de vérifier le respect du bien-être animal. Une idée rappelant celle d’un projet similaire en France, suite à la diffusion par L214, association de droit local alsacien-mosellan à but non lucratif, de plusieurs vidéos atroces tournées en caméras cachées dans plusieurs abattoirs et établissements d’élevage. Ce projet avait été abandonné puis finalement voté dans la nuit du 27 au 28 mai dernier à l’Assemblée nationale après des échanges animés ; celui-ci fixant le principe d’une expérimentation de la vidéosurveillance dans des abattoirs français, mais sur base du volontariat.

Belgique_le_Code du Bien-être animal_chiot-basset-hound_wp

« À ma connaissance, le code wallon constitue le premier code de l’animal en Europe et dans le monde. Dans plusieurs pays, la plupart des dispositions relatives à l’animal sont déjà regroupées au sein d’une loi unique, portant souvent le nom de « loi sur la protection de l’animal ». Juridiquement, la portée est d’ailleurs la même. En revanche, politiquement, le format du « code » montre le gain de considération dont bénéficie le droit animalier, qui se hisse, sur le plan symbolique, au même niveau que le code civil ou le code pénal », a ainsi spécifié Olivier Bot, professeur de droit public à l’Université d’Aix-Marseille au journal Libération.

Enfin, le gouvernement flamand a récemment décidé d’interdire l’élevage d’animaux à fourrure et le gavage des palmipèdes pour la production du foie gras d’ici à 2023.