À boire ! Mars !

À boire_Mars1_wp

Belle affirmation d’une grande découverte qui redore un peu le blason de l’année écoulée !

En septembre 2015, la NASA a confirmé lors d’une conférence de presse la présence d’eau liquide salée sur la planète Mars !

Grâce aux images fournies par l’agence spatiale américaine, il a pu être déterminé la présence de sels minéraux hydratés, qui ne se forment qu’en présence d’eau, dans les lignes qui entaillent les pentes de la planète. Ces résultats semblent confirmer la présence d’eau liquide contenue dans ces lignes durant la période des saisons chaudes de Mars, et cela actuellement, ainsi sous forme de ruisseaux de saumure coulant à la surface de Mars.

Les lignes qui apparaissent sur les pentes de la planète durant les saisons chaudes, pouvant aller jusqu’à quelques centaines de mètres de long pour 5 cm de large, s’étirent et disparaissent lorsque les températures chutent.

Il a déjà été attesté que la planète rouge dans le passé contenait de l’eau en abondance sous la forme liquide et qu’elle en contient encore aujourd’hui mais sous forme de glace en profondeur. La NASA avait d’ailleurs annoncé plus en avant de l’année 2015 que près de la moitié de l’hémisphère nord de la planète rouge était jadis un océan atteignant des profondeurs de plus de 1,6 km, mais que 87 % de cette eau s’était perdue dans l’espace.

À boire_Mars2_wp

En avril 2015, d’autres scientifiques avaient fait mention dans un rapport publié dans la revue scientifique britannique Nature Geoscience (spécialisée dans les aspects théoriques et de modélisation de la recherche en sciences de la Terre) que des perchlorates de calcium étaient « généralisés » sur la surface de Mars. « Le perchlorate, un type de sel identique à celui évoqué aujourd’hui, est très absorbant et abaisse le point de congélation de l’eau de sorte qu’elle reste liquide à des températures froides, jusqu’à – 70°C environ. » Or, ces scientifiques n’avaient réussi jusqu’alors à renforcer l’hypothèse que ces traînées saisonnières résultaient de l’écoulement d’eau sous forme de saumure.

Et c’est en septembre 2015 que l’étude approfondie permit de conforter cette théorie de saumure liquide sur Mars, car grâce aux données des images fournies par la mission « Mars Reconnaissance Orbiter » de la NASA, les scientifiques ont pu trouver « des éléments compatibles avec la présence de sels minéraux hydratés. Les résultats suggèrent fortement un lien entre les stries sur les pentes martiennes et l’écoulement de saumure liquide » comme le rapporte le communiqué dans la même revue scientifique.

Lors de cette conférence, John Grunsfeld, astronaute de la NASA attaché à cette mission, a mis en avant la nécessité de poursuivre les recherches par l’envoi d’outils ou de gens pour étayer davantage ces recherches.

Il reste donc encore un très long chemin à parcourir avant de rêver à des vacances martiennes !

Publicités