Octobre rose 2019

Octobre rose 2019_sein_wp

Comme chaque année, le mois d’octobre est consacré à la prévention du cancer du sein chez la femme. Il met à l’honneur les femmes qui ont eu ce cancer ou se battent contre. Il met en avant le dépistage conseillé dès l’âge de 25 ans et une mammographie à réaliser tous les deux ans à partir de 50 ans.

Cet évènement durant ainsi tout le mois permet de rappeler qu’en France 1 femme sur 8 développe un cancer du sein au cours de sa vie et que 9 cas sur 10 peuvent être guéris grâce à un dépistage précoce. Il lance un appel aux dons pour améliorer les traitements, développer les techniques afin de mieux lutter contre le cancer du sein, mais également contre tout autre type de cancer.

Ce mois est tout autant une occasion d’apporter une aide psychologique aux femmes qui ont perdu leur ou leurs seins, les aider à se sentir toujours femme…

Aidons la recherche !

La France devient le 11e pays européen à accorder la PMA à toutes les femmes

La France devient le 11e pays européen à accorder la PMA à toutes les femmes_bébé_wp

Alors que certains pays restent encore attachés à des traditions archaïques, il semblerait qu’un vent de modernisme vient enfin de souffler sur la France. Et il était temps.

Vendredi 27 septembre 2019, avec 55 voix pour, contre 17 et 3 abstentions, l’Assemblée nationale a voté l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Célibataires et couples de femmes vont alors pouvoir recourir à cette technique pour devenir mamans. Jusqu’à ce jour, seuls les couples hétérosexuels en avaient le droit en France. Et c’est sous les applaudissements que ce projet de loi relatif à la bioéthique a passé ce cap historique.

Agnès Buzin, la ministre de la Santé, prévoit une adoption définitive avant l’été prochain. La PMA sera accessible à toutes « immédiatement dès la loi promulguée », a-t-elle déclarée. Elle sera aussi remboursée par la Sécurité Sociale. En revanche, si elle est accordée aux femmes célibataires et/ou lesbiennes, elle ne l’est pas aux hommes transgenres. La PMA post-mortem a été également rejetée.

Quant à la GPA (Gestation pour autrui), qui fait encore débat, elle demeure « un interdit absolu pour la France ».

En rappel, l’ouverture de la PMA à toutes était une promesse du Président Emmanuel Macron lors de sa campagne. Malgré les nombreux détracteurs à son encontre (hommes comme femmes), notre actuel Président apporte une belle avancée pour les droits de la femme. Et bien à défaut d’autres Présidents, comme l’Américain ou encore le Brésilien, sans les citer, qui, eux, œuvrent à détruire le droit à l’avortement, réduire le budget du planning familial, voire même à sa suppression, entre autres.

Dans l’Union Européenne, la PMA est déjà autorisée à toutes les femmes en Belgique, au Danemark, en Espagne, en Finlande, en Irlande, au Luxembourg, aux Pays-Bas, au Portugal, au Royaume-Uni et en Suède. La France devient donc le 11e pays à l’autoriser.

Les droits de la femme bafoués au Maroc

Les droits de la femme bafoués au Maroc_coat-of-arms_wp

Ce n’est pourtant pas la Chine, qui, en rappel, a célébré hier les 70 ans d’existence de sa République populaire, où la démocratie peine à s’instaurer. Et pourtant.

Lundi 30 septembre, la journaliste marocaine de 28 ans Hajar Raissouni, travaillant pour le quotidien arabophone marocain Akhbar Al Yaoum, a été condamnée à 1 an de prison ferme pour « avortement illégal » et « débauche et relations sexuelles hors mariage » par le tribunal de Rabat.

Arrêtés et jugés en même temps qu’elle, son fiancé a été également condamné à 1 an de prison ferme, son gynécologue à 2 ans de prison ferme, un anesthésiste à 1 an de prison avec sursis et une secrétaire à 8 mois avec sursis. L’annonce du jugement à soulevé un vent d’indignation chez les familles des accusés, dont certains ont scandé en chœur le prénom de la reporter.

Interpellée fin août dernier à l’entrée d’un cabinet médical de la capitale marocaine, la journaliste avait été alors soumise à « un examen médical sans son accord », selon elle. Ses avocats avaient comparé cet examen à de « la torture », évoquant aussi « des manquements de la police judiciaire », « des preuves fabriquées » et avaient plaidé pour sa libération. Elle risquait jusqu’à 2 ans de prison ferme en vertu du code pénal marocain sanctionnant les relations sexuelles hors mariage et l’avortement lorsque la vie de la mère n’est pas en danger. Lors d’une précédente audience, la journaliste, dénonçant un procès « politique », avait nié tout avortement, affirmant avoir été soignée pour une hémorragie interne, dire confirmé par son gynécologue devant le tribunal.

« Une criante injustice, une flagrante violation des droits humains et une atteinte frontale aux libertés individuelles. Un jour noir pour les libertés au Maroc », a commenté Ahmed Benchemsi, un responsable de Human Rights Watch (HRW), sur Twitter.

« Un coup dévastateur pour les droits des femmes au Maroc. […] Les autorités devraient annuler sa condamnation et ordonner sa libération immédiate et sans conditions », a déclaré, de son côté dans un communiqué, Amnesty International.

Coupe du monde féminine 2019

Coupe du monde féminine 2019_wp

À partir d’aujourd’hui jusqu’au 7 juillet, la Coupe du monde féminine de football aura lieu en France. La FIFA a choisi la France comme organisatrice de cet évènement sportif. Une première !

Le coup d’envoi sera donc lancé ce vendredi. L’équipe de France jouera contre la Corée du Sud. Ce premier match ouvrira la Coupe du monde féminine 2019.

Pour tous les amateurs et amatrices de ce sport, c’est un évènement à ne pas rater. Vive les bleues !

Alabama : la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis

Alabama_la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis_flag_wp

Ce mercredi, l’Alabama a promulgué une loi anti-IVG, même en cas d’inceste ou de viol. Elle a pour objectif de remettre en question ce droit constitutionnel reconnu depuis 1973. Un texte de loi précédent avait été adopté par la Chambre des représentants et du Sénat de l’État n’autorisant que l’interruption volontaire de grossesse en cas de risques pour la mère. Il représentait déjà le texte le plus restrictif à l’échelle du pays. Désormais avec ce nouveau texte, promulgué par le gouverneur républicain Madame Kay Ivey, il devient le plus répressif des États-Unis.

Cette loi qui entrera en vigueur dans six mois commence évidemment à faire l’objet des mouvements contestataires de défense des droits civiques, dont l’Union Américaine pour les Libertés Civiles, American Civil Liberties Union (ACLU).

Alabama_la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis_aclu_wp

Cette année, les réformes de la législation sur l’avortement aux États-Unis ont déjà frappé fort. 20 États américains ont été concernés, notamment la Géorgie, le Kentucky, l’Ohio et le Mississippi qui ont récemment grossi les rangs. Ces États ont interdit l’IVG dès lors que les battements du cœur de l’embryon son détectables ; un phénomène évolutif naturel dans le développement in utero pouvant apparaître dès la sixième semaine. L’ACLU et le Planning familial ont annoncé ce mercredi qu’ils avaient saisi la justice pour l’abrogation de la nouvelle loi votée dans l’Ohio.

Or, le texte de loi approuvé ce mardi par le Sénat de l’État de l’Alabama, constitué à très large majorité de Républicains, va beaucoup plus loin. Il interdit l’avortement à tous les stades de la grossesse. Il prévoit de plus des peines allant de 10 à 99 ans de prison pour les médecins qui le pratiquent. Une sentence plus sévère que pour un viol. Cependant, il estime qu’une femme ayant été avortée ne peut être tenue responsable. Un amendement proposé par les Démocrates permettant d’autoriser l’IVG en cas de viol ou d’inceste a été rejeté. Les 27 sénateurs républicains qui adopté le texte sont tous des hommes.

Alabama_la loi anti-IVG la plus répressive des États-Unis_seal_wp

Les partisans de la restriction du droit à l’avortement ambitionnent davantage, tel que l’a résumé le sénateur local Clyde Chambliss. Ils veulent se rendre « directement à la Cour Suprême pour remettre en cause la décision Roe vs Wade », l’arrêt garantissant le droit à l’avortement voté en 1973.

Les deux nominations choisies par Donald Trump parmi les 9 juges de la Cour Suprême ont rendu cette instance à majorité conservatrice. Pour le mouvement pro-life, celle-ci représente dès lors une possibilité de revenir sur cette jurisprudence constitutionnelle.

News normandes

News normandes_fr-eure-flag_wp

Ce grand week-end de Pâques s’est achevé. Le soleil, la chaleur, la famille, l’allégresse… étaient au rendez-vous. Une bulle de paix dans cette ambiance de violence actuelle dans laquelle j’ai baigné durant ce week-end. Une pause sereine pendant laquelle se couper du monde m’a ressourcée.

Cela fait pourtant presque huit mois que je suis de retour en France, mais la réadaptation ne s’est pas encore accomplie. L’Angleterre me manque. Cette quiétude pascale pendant ces trois jours m’a replongée dans cette atmosphère so british où les paroles échangées et édifiantes prenaient place dans la volonté d’éviter ou régler tout conflit.

En Angleterre, où les problèmes sociaux des Anglais sont certainement plus conséquents que ceux des Français, les gens parlent, négocient, échangent, partagent… afin de trouver une solution pacifiste relativement satisfaisante. L’esprit anglais est dans la construction, non la destruction. Il n’est pas dans l’idée de l’anéantissement de tout pour ne laisser que cendres et ruines derrière lui. Il suit la logique de conserver ce qui fonctionne et tenter d’arranger ce qui ne marche pas, à la manière d’un horloger qui règlerait une pendule défaillante. Il sait associer très harmonieusement l’ancien et le moderne. Il n’est pas un révolutionnaire qui souhaite tout casser pour ne proposer qu’anarchie et chaos. Et il est encore moins un incitateur au suicide envers son prochain… un être humain…

Amas zone

Amas zone_oeufs-bois-bleu-herbe_wp

Inutile de vous préciser le célèbre site que représente le jeu de mot du titre de cet article. Et en cette semaine pascale, il a appris à me connaître. Étant nouvellement emménagée, il m’a fallu investir dans du mobilier. Lorsque l’on vit en expatriation, on vit peu avec ses meubles, mais généralement avec ceux des autres.

Amas zone_meuble-bibliothèque_wp

N’ayant pas vraiment le temps d’aller chiner à droite et à gauche, j’ai décidé de consulter ce site afin trouver les meubles correspondant au design que je souhaitais apporter à ma maison, tout en respectant son style. Et j’ai trouvé. Après des heures à regarder les 400 pages environ par désignation d’un meuble, j’ai déniché quelques petites perles et à prix très raisonnable, car je n’ai pas non plus le budget d’un ministre.

Amas zone_meuble-rangement-bureau_wp

Or, qui dit meuble, dit montage. Comme tous ceux qui sont passés par la case déchiffrage de la notice de montage, on sait d’avance que les 40 minutes ou plus, selon la complexité du meuble, prévues se transforment bien souvent en 4 heures. N’étant pas davantage la pro en la matière, je n’ai pas dérogé à cette règle. Et bien que mon dernier test de Q.I. ait affiché 130 de résultat, il m’a semblé qu’à la lecture des notices de montage, mon niveau baissait au fur et à mesure pour arriver à 30.

Amas zone_meuble-rangement-casier-bureau_wp

Des heures, des jours passés à visser, marteler, assembler, transpirer à grosses gouttes, lutter contre la vis C1 qui ne voulait pas entrer dans la planche 3, traiter la clé Allen de Maurice ou de George, ou encore adopter des postures de yoga pour maintenir des pièces les unes aux autres tout en calant et vissant la partie 12A, pièce maîtresse servant à fixer l’ensemble, j’ai mené mon dernier combat aujourd’hui. Et j’ai gagné ! Mais je suis rincée.

Amas zone_meuble-table-salon-verre_wp

J’ai mal partout, des ampoules dans le creux des mains, dont l’eau qu’elles contiennent pourraient nourrir un bébé hippopotame, les muscles de mes avant-bras, au rythme du vissage qui sont presque aussi gros que mes biceps, et même des carrés de chocolat qui ont commencé à prendre place sur mon ventre à force d’avoir contracter mes abdos en instance de préparation…

Amas zone_meuble-chaise_wp

Enfin après avoir maudit ce site durant le montage des meubles, qui ceci dit en passant pourrait s’écrire Amas zone au vu de tous les produits en tout domaine qu’il propose ; une véritable brocante, je lui ai pardonné. Grâce à lui, j’ai une forme olympique. Je suis devenue une pro de la bricolette et j’ai retrouvé mes 130.

Amas zone_oeufs-bois-bleu-lapin_wp

Qui dit alors que le montage des meubles ne peut pas associer intellect et manuel ?

Karen Uhlenbeck

Karen Uhlenbeck_1942-_wp

Karen Keshulla Uhlenbeck, née le 24 août 1942 à Cleveland, dans l’Ohio aux États-Unis, est une mathématicienne spécialiste des équations différentielles partielles (EDP) ainsi que professeur d’université.

Ce mardi 19 mars, cette mathématicienne a reçu le prestigieux prix Abel (s’apparentant à la médaille Fields) par l’Académie de Norvège des Sciences et des Lettres. Portant le nom du célèbre mathématicien norvégien Niels Henrik Abel, ce prix a été créé en 2003 par le gouvernement norvégien en substitut du prix Nobel des mathématiques qui n’existe pas.

La médaille Fields, bien qu’elle ait été souvent comparée au prix Nobel, ne distingue que les travaux exceptionnels d’un mathématicien de moins de 40 ans. La somme financière allouée est modeste. La médaille n’est décernée que tous les 4 ans et constitue davantage un catalyseur de carrière. Le prix Abel récompense l’œuvre d’une vie dans son ensemble. Il est attribué tous les ans. Il est alors le meilleur équivalent du prix Nobel.

Maîtresse de recherche universitaire et professeur associé à l’institut d’étude avancée, Institute for Advanced Study (IAS), à l’Université de Princeton dans le New Jersey, Etats-Unis, Karen Uhlenbeck est devenue la toute première femme à avoir été honorée de cette récompense. Elle est aussi un membre emblématique de l’égalité des sexes en sciences et en mathématiques.

« Karen Uhlenbeck reçoit le prix Abel 2019 pour son travail fondamental dans l’analyse géométrique et la théorie de jauge qui a radicalement modifié le paysage mathématique […] Elle a élaboré des outils et des méthodes d’analyse globale – intégrant désormais – la boîte à outils de tout géomètre et analyste […] Ses théories ont révolutionné notre compréhension des surfaces minimales, telles que celles formées par des bulles de savon, et des problèmes de minimisation plus généraux en dimension supérieure », a déclaré Hans Munthe-Kaas, président du comité Abel.

Le prix Abel, décerné en mars par le roi de Norvège, représente un montant de 6 millions de couronnes norvégiennes, environ 619 000 €. La Norvège a donné une dotation initiale de 200 millions de couronnes, environ 21 millions €, pour ce prix.