« Gogo », une grand-mère hors du commun

Gogo, une grand-mère hors du commun1_wp
Priscilla Sitieni apprend à 90 ans à lire et à écrire à l’école primaire de son village

Priscilla Sitienei, affectueusement surnommée « Gogo », qui signifie « grand-mère » en Kalenjin, un dialecte local du Kenya, par ses camarades de classe, n’est pas une élève comme les autres. Cette Kenyane de 90 ans, grand-mère, arrière-grand-mère, sage-femme durant 65 ans, a décidé, il y a cinq ans, de s’inscrire à l’école primaire de son village Ndalat afin d’apprendre à lire et à écrire.

Gogo, une grand-mère hors du commun2_wp

Lors d’un récent documentaire de la BBC qui lui a été consacré, elle explique les raisons de sa volonté à son âge d’apprendre enfin à lire et à écrire : « Je voudrais pouvoir lire la Bible. Je veux également inspirer les enfants, leur donner envie d’avoir une éducation. Trop d’enfants plus âgés ne vont plus à l’école. Ils ont même des enfants. » 

Gogo, une grand-mère hors du commun3_wp

Élève très assidue ; allant tous les jours à l’école, elle porte l’uniforme comme les autres et se retrouve avec la plupart des enfants qu’elle connaît pour les avoir mis au monde des années auparavant ainsi que six de ses arrières-petits-enfants qui sont fiers de suivre les cours avec elle. Très aimée des élèves auxquels elle raconte les histoires ancestrales des tribus locales et des traditions qui tendent de plus en plus à se perdre, très consciente du monde actuel dans lequel elle vit, de la difficulté pour les filles d’aller à l’école, puisque elle-même n’a pas eu la chance d’y aller lorsqu’elle était enfant, elle adresse un magnifique message d’espoir : « Je veux dire aux enfants du monde, surtout aux filles, que l’éducation, c’est votre richesse. Grâce à l’éducation, vous pourrez devenir ce que vous voulez, un médecin, un docteur ou un pilote. »

Gogo, une grand-mère hors du commun4_wp

Priscilla Sitienei prouve ainsi par sa démarche non seulement qu’il n’y a pas d’âge pour s’instruire mais aussi que chacun à sa manière peut aider à changer les mentalités et sans que cela soit vraiment intentionnel peut être un vrai modèle à suivre.

Elle devient à ce jour, selon le Guinness Book, la plus âgée des élèves au monde, battant le record détenu par un autre Kenyan, Kimani Ng’ang’a Maruge, élève à 84 ans.

Publicités

Voir la vie grâce à la science

Kathy Beitz_Voir la vie grâce à la science_wp
Kathy Beitz voit son fils pour la première fois

Grâce aux lunettes électroniques eSight Glasses, prêtées par le fabricant canadien, Kathy Beitz, une jeune américaine atteinte de la maladie de Stargardt conduisant à une perte inévitable de la vue a pu voir son petit garçon quelques heures après son accouchement.

Aujourd’hui, la technologie de ces lunettes est la seule viable permettant aux aveugles de voir. Or, très peu d’aveugles en sont équipés car le prix de ces lunettes s’élèvent à 15 000 dollars.

La sœur de la maman, Yvonne Felix, elle-même aveugle à cause de la même maladie et bénéficiaire de ces lunettes, qui a dû travailler très dur pour se payer un modèle, a lancé un mouvement par le slogan « # MakeBlindnessHistory » afin de permettre à plus d’aveugles de bénéficier de cette technologie.

Quel plus beau rôle la science puisse-t-elle jouer que celui d’offrir à une jeune maman aveugle la possibilité de voir son enfant à peine arrivé au monde ?

Si les têtes pensantes donnaient davantage de subventions à la science pour la vie plutôt qu’à celle consacrée à l’armement pour tuer, les innovations comme celles-ci coûteraient beaucoup moins chères à ces personnes dans le réel besoin et le monde s’en porterait peut-être mieux !

Les gays à l’affiche !

Les gays à l'affiche_Tiffany&Co_wp

Une belle reconnaissance pour les couples homosexuels ! Une nouvelle victoire !

Après la célèbre marque de bijoux Tiffany & Co, qui au début de ce mois de janvier avait opté de mettre en photo un couple homosexuel pour promouvoir sa nouvelle collection d’alliances et de bagues de fiançailles, c’est au tour de la marque de prêt-à-porter de luxe et d’accessoires pour hommes et femmes espagnole Loewe d’emboîter le pas. Pour la promotion de sa nouvelle collection automne/hiver 2015-2016, la marque a mis en avant un couple gay très glamour sur une affiche en noir et blanc.

Les gays à l'affiche_Loewe_wp

Et quoi qu’en disent les détracteurs, des grands noms de l’univers de la mode ont salué cette audace, notamment Edward Enninful, le directeur de la mode du magazine W Magazine et le célèbre mannequin, Cara Delevingne, en reprenant cette photo pour la publier sur les réseaux sociaux.

Je rejoins à mon tour, en modeste petite personne, ces défenseurs des droits pour tous, en relayant cette photo ainsi que celle de la grande marque de bijoux en les postant ici.

Les femmes rondes auraient des bébés plus intelligents ?

Les femmes rondes auraient des bébés plus intelligents

Selon une étude menée à l’Université de Pittsburgh, dans l’État de Pennsylvanie aux États-Unis, par l’équipe de recherche du professeur Will Lassek, les femmes ayant un capital graisseux plus important que leurs autres congénères auraient des bébés plus intelligents, puisque la graisse contenue dans les cuisses, les fesses et les hanches est « un dépôt prévu pour le développement cérébral de l’enfant »  et cette graisse est enrichie en « DHA (acide gras de la famille des Omega-3, ndlr), un composant important du cerveau humain. » Le professeur ajoute : « C’est comme si les femmes avaient évolué de façon à accumuler ces graisses et à les conserver jusqu’à l’arrivée d’un bébé »

Toujours, selon lui, cette graisse serait non seulement profitable au développement du cerveau du bébé, puisque les cellules graisseuses de ces zones seraient acheminées vers le cerveau du nourrisson durant son allaitement, mais aussi favoriserait sa construction.

Donc, pour les mamans qui n’ont pas eu ce capital graisseux, si votre enfant ne réussit pas à l’école, ce n’est pas de sa faute mais celle de votre graisse manquante ? Et cela reviendrait à dire que les mamans minces ont des enfants idiots ?

Franchement, devons-nous vraiment prendre cette étude au sérieux ? Si tel était le cas, au vu de l’évolution relativement dangereuse aujourd’hui de l’obésité, il n’y aurait que des génies parmi nos progénitures !

It’s so British !

It's so British_wp

Trouver une location d’un bien immobilier en Angleterre peut s’apparenter à un parcours du combattant, peut-être pas dans toute l’Angleterre mais en tout cas dans le Lincolnshire, à Grimsby, ville dans laquelle je réside depuis presque deux ans.

Il faut savoir que les Anglais ne sont pas spécialisés dans les locations à long terme. Les délais de location varient en général entre une semaine et six mois au grand maximum. Lorsque je suis arrivée, il y aura donc vingt mois à la fin janvier, cela a été une vraie galère pour réussir, par le biais d’une agence immobilière, à trouver une location pour les cinq années que je suis contrainte de passer ici. Après maintes et maintes visites, l’objectif a été enfin atteint, enfin presque, puisque le bail n’a été fixé que pour une période de deux ans avec une possibilité de renouvellement par la suite.

Or, ce n’est pas tout. J’ai eu aussi la joie de découvrir une législation en la matière fort différente de chez nous, en France. Les visites d’inspection répétées de l’agence afin de vérifier le bon entretien de la maison par les soins du locataire. La loi anglaise fixe des inspections obligatoires. Le propriétaire, soit de lui-même, soit par le biais d’une agence immobilière, a le droit de venir constater si son bien est convenablement entretenu. Cette inspection peut être mensuelle, trimestrielle ou semestrielle, selon la volonté du propriétaire. Pour ma part, cette visite de routine a été fixée tous les trois mois.

De surcroît, concernant les droits des locataires… il n’y en a pas ! Le propriétaire peut décider à tout moment de récupérer son bien dans un délai minimum d’un mois. Pas de trêve hivernale permettant au locataire de pouvoir rester au chaud !

Ainsi, le 21 janvier, deux charmantes femmes de l’agence immobilière ont sonné à ma porte pour me remettre en main propre contre signature un courrier officiel au logo de l’agence émanant du propriétaire m’informant alors que mon bail cessait à la date du 25 février ! Youpi ! J’ai donc un mois pour quitter les lieux ! Surtout, un mois pour trouver une autre maison dans laquelle m’y installer ! Et que ce soit ici ou en France, trouver une location en cette période de l’année n’est vraiment pas le moment idéal !

Je vais donc devoir vous abandonner, mes amis, pendant un temps afin de mieux pouvoir vous retrouver plus tard ! Ce n’est qu’un Au revoir ! Et j’essayerais le mieux que je puisse de continuer à partager avec vous quelques histoires avant mon départ !

Il était une fois… « Macha »

Il était une fois_Macha_wp

L’incroyable émouvante histoire d’un chat nommé « Macha »

Samedi 17 janvier, alors que ce chat des rues rentrait tranquillement dans son abri de fortune, un carton près du vide-ordures d’un immeuble à Obninsk, dans la région de Kalouga, en Russie, il trouva un nouveau-né abandonné là durant son absence, un petit garçon à peine âgé de trois mois. « L’animal a réchauffé le bébé pendant plusieurs heures par la chaleur de son corps » déclara la chaîne de télévision russe « Zvezda » qui dévoila ce fait divers.

Mais, l’histoire ne s’arrête pas là. Lorsque le bébé se mit à pleurer, une habitante de l’immeuble alors alertée descendit pour à son tour lui porter secours. Quand elle arriva sur les lieux, elle vit le chat blotti contre le nouveau-né en train de lui lécher les mains et le visage. À l’arrivée des secours, selon les témoins de la scène, le chat aurait eu du mal à voir partir son petit protégé ; il aurait suivi les médecins jusqu’à l’ambulance et attendu que celle-ci s’éloigne.

Le chat Macha devint le véritable héros du quartier et les autochtones dirent : « Si le chat n’avait pas pris soin du bébé, il n’aurait pas survécu »

Et tout est bien qui finit bien, le bébé ayant été immédiatement hospitalisé, ses jours ne sont plus en danger, selon la chaîne russe. Lorsque les secouristes ont découvert le bébé, il était vêtu de vêtements propres et des langes se trouvaient auprès de lui. Dorénavant, la police recherche activement les parents qui encourent des poursuites.

Crimes d’honneur ! Crimes d’horreur !

Cosmopolitan_Crimes d'honneur_Crimes d'horreur_wp
Photo réalisée par Leo Burnett Change

L’édition britannique du « Cosmopolitan » affiche sa nouvelle couverture du mois de février.

Elle invite à l’action contre les crimes d’honneur que subissent encore trop de femmes dans le monde en nous rappelant la terrible histoire qui bouleversa le Royaume-Uni en 2003, l’histoire de cette jeune fille de 17 ans d’origine pakistanaise qui suite à son refus du mariage arrangé par ses parents fut contrainte par ces derniers d’avaler un sac plastique jusqu’à l’étouffement et la mort devant ses frères et ses sœurs. Il a fallu attendre 2012, après une longue enquête et le témoignage de sa petite sœur, pour que ses parents soient condamnés à 25 ans de prison.

D’ailleurs, sur la gauche du bas de la couverture du magazine, vous pouvez lire l’inscription notée en lettre capitales : « Shafilea a été étouffée par ses parents devant ses frères et sœurs. »

Chaque année, il est estimé à plus de 5000 le nombre de femmes victimes de crimes d’honneur, perpétrés dans la plupart des cas par la famille ou d’une manière plus étendue par une communauté.

Ainsi, à sa façon, le « Cosmopolitan » apporte sa pierre à l’édifice pour le combat contre ces crimes. Le magazine va même plus loin dans sa démarche, puisqu’il a posté une petite vidéo sur Internet montrant les mains déchirant un sac plastique dans lequel une femme est train de suffoquer.

Le magazine nous sollicite donc à réagir en faisant soit des dons à une association, soit tout simplement en en parlant autour de nous.

Les mains vides, le cœur plein

mains vides-coeur plein_wp

Venant de prendre lecture d’un article récemment paru dans un magazine féminin rendant un très bel hommage à la générosité de trois personnes dans une situation plus que particulière, je souhaite à ma manière relayer cet hommage en le partageant avec vous.

Le 25 décembre 2014, au pied du sapin, les bénévoles de l’association « Les Blouses Roses » ont trouvé quatre bols remplis de pièces de monnaie accompagnés d’un petit mot destiné aux enfants malades. Cette association lutte contre la solitude des personnes malades de tout âge, du nourrisson à la personne âgée, par le biais de diverses activités ludiques afin de leur redonner le sourire.

Depuis quatre ans, trois SDF de Saint-Brieuc se rendent à cette association, les mains remplies de pièces de monnaie, argent dont ils ont pourtant fort besoin, pour en faire don.

Quel magnifique geste de solidarité ! Quel véritable élan d’humanité de la part des plus pauvres d’entre nous ! Quelle belle leçon d’humilité ! Et surtout quelle gifle prenons-nous !

« L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit » Aristote

Aristote_L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit

Suite au terrible attentat de Charlie hebdo du 7 janvier dernier beaucoup d’encre a coulé et coule encore que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur les différents forums ou groupes de discussion. Et tout le monde s’en donne à cœur joie, notamment, en aparté, puisqu’il n’est pas le sujet de cet article et ne sera d’ailleurs jamais l’un de mes sujets d’article, tant cet individu ne mérite pas que j’use le bout de mes doigts sur les touches du clavier de mon ordinateur pour lui, « Dieudonné », dont il y a bien longtemps que « Dieu » ne lui a plus rien « donné » !

J’ai été alors atterrée à la lecture de certains propos. Des intervenants défendant à leur manière, bien particulière, la notion de la démocratie, enfin, la leur !

L’un des membres d’un groupe de discussion lance ainsi comme sujet, reprenant un extrait d’une interview au Festival de Berck sur Mer du 4 décembre 2012 de Tignous, l’un des dessinateurs décédés de Charlie hebdo, « La caricature est un témoin de la démocratie » ; sujet fort intéressant pouvant amener à une réflexion profonde pour ma part. Et que lis-je en commentaires à cela !

Un premier membre affirme que la caricature est valable seulement si elle s’adresse aux actions de nos dirigeants et devient une « méchanceté » lorsqu’elle touche les icônes religieuses ; c’est un manque de respect ! Puis, il ajoute que la démocratie nous donne le droit dans nos pays libres de porter ouvertement des critiques sur les agissements publics et non privés de nos dirigeants. Et il conclut : « Il faudrait que ce Tignous ajoute ce point à ces princpes. » Rien qu’à la lecture de cette dernière phrase, je suis outrée ! Je ne prête même pas attention aux horribles fautes d’orthographe !

Il faudrait peut-être rappeler à cette personne que ce dessinateur ne pourra plus jamais ajouter quoi que ce soit à ses principes puisqu’il s’est fait assassiner à Charlie hebdo ! De même, avec l’affaire DSK, affaire concernant les actions de sa vie privée, qui a permis de dévoiler la part sombre de cet homme public, et qu’importe les opinions de chacun par rapport à cette histoire, certaines femmes, dont moi, avons été choquées par son comportement !

Un second membre en remet une couche en affirmant : « RESPECT-RESPECT surtout du prophète Mouhamed (PSL) qui a toujours respecté l’autre. Aucun pays n’accepterai qu’on se moque de sa constitution. » Puis, il va jusqu’à affirmer que sans les « religions révélées », le monde ne serait plus « un village planétaire » que nous défendons tous ! Idem pour les fautes, sans commentaire !

Entre parenthèse, c’est Mohamed ou Mahomet ! Et Pourquoi « respect surtout du prophète… » ? Et les autres ? De surcroît, en ce qui me concerne, je ne vis pas dans un « village planétaire », mais dans un pays qui a signé la déclaration des droits universels de l’homme, dont l’article 19 définit clairement la liberté d’expression ! Qui plus est, aucune religion ne s’est révélée à mes yeux ; je fais partie des agnostiques ! Alors, pour nous, les non-croyants, sommes-nous en dehors de la démocratie de ces gens-là ? Et toutes les religions qui prônent la tolérance, que font-ils de cette tolérance ?

Un troisième membre affirme que la caricature ne peut être un témoin de la démocratie car elle attaque la vie quotidienne de millions de personnes dans le monde depuis des siècles et le fait de s’en prendre à des symboles ayant plusieurs centaines d’années est de la provocation.

A-t-il de l’humour ce membre-là ? Et l’humour, quel qu’il soit, ne sert-il pas justement à provoquer en dénonçant les dérives de notre société moderne ? De quoi aurions-nous le droit de rire ? L’humour ne devrait-il s’arrêter qu’aux talonnettes de Nicolas Sarkozy ou à la cravate de François Hollande ?

Un dernier membre que je cite, sinon mon article risquerait de s’apparenter à un livre, affirme que la démocratie est comme « un système neutre et innocent (…) l’homme se cache toujours derrière cette démocratie pour manquer de respect à l’autre ! » Et il reprend même la fameuse maxime « ce que tu ne veux pas qu’on te fasse ne le fait pas à l’autre » pour étayer ses propos. Puis, il termine en affirmant que la caricature est à utiliser pour un enseignement « utile et profitable », non pour « la provocation » et « l’insulte »

Au secours ! Comment est-il possible au 21ème siècle de réduire la démocratie à un simple « système neutre et innocent », alors que tant et trop de peuples vivent encore sous la dictature ! Et n’est-ce pas un peu fort d’employer le terme « insulte » ?

Je permets de conseiller à ces personnes de visualiser le reportage qui a dernièrement eu lieu sur l’attentat de Charlie hebdo et l’après, reportage ayant été fait à titre exceptionnel par la collaboration des émissions « zone interdite » et « enquête exclusive » sur M6. Elles entendraient clairement le témoignage fort éloquent et exprimé avec plus de grâce qu’elles ne le font ici dans leurs propos de plusieurs Imam reconnus et renommés ainsi que d’un Rabbin sur ce qu’ils pensent ! Et dont ces hommes-là me donneraient davantage envie de croire en leur Dieu !

Et ce ne sont que des dessins ! Des simples et stupides dessins ! Ce ne sont pas eux qui ont tué 17 personnes ! Ce ne sont pas eux qui ont créé le fanatisme ! Ce ne sont pas eux qui ont manqué de respect ! Mais les gens qui leur donnent bien trop l’importance qu’ils n’ont ! Chacun est en droit d’exprimer, même avec un crayon et un bout de papier, ce qu’il pense ! C’est ça la démocratie, le libre-arbitre, la liberté de penser et la pensée libre, la liberté tout simplement ! Enfin, si ces caricatures gênent tant ces personnes, pourquoi lire ce journal ?

Or, ces gens-là, ont-ils réellement compris la gravité de cet attentat ? Au-delà des caricatures, d’un journal d’opinion ou satyrique, au-delà même de la République et de la démocratie, ce sont des symboles qui ont été frappés en plein cœur ! Ceux de la liberté, de la paix, de la fraternité, de l’humanité, tout ce qui nous différencie d’un robot qui serait monté avec des vielles pièces trouvées dans une vulgaire décharge de voitures bonnes à la casse !

En conclusion, je reprends ce proverbe de Aristote qui en trois mots résume fort bien, selon ma pensée libre, la situation actuelle de notre monde : « L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit »

Blanche colombe

colombe branche rameau

Pleure donc blanche colombe,
Tes ailes sont dans la tombe.
Dans le noir des catacombes,
Résonne le son du rhombe.
Ton esprit est dans la combe
Et dans l’océan des strombes,
Ton cœur saigne sous les bombes.

Pleure donc douce palombe,
Ta paix désormais succombe
Sous la masse d’une trombe.
Dans le froid des hécatombes,
C’est la fureur qui incombe
À la grâce qui se plombe
Ses terreurs qui nous surplombent.