« Le Divan des médecins »

_Le Divan des médecins_stéthoscope_wp

Sur le groupe privé Facebook « le Divan des médecins », comptabilisant plus de 11 000 praticiens, des contenus « outrageants et pénalement répréhensibles » ont été publiés.

« Quand les seins tombent comme ça, je refuse généralement de les voir en consultation », « si elle mesure 1,50 m, c’est déjà une contraception à elle toute seule », « Diagnostic : cul flasque. Traitement : squats + fentes une fois par jour pendant 1 à deux mois » (remarque sous la photo d’une femme ayant des boutons sur les fesses), ou encore « syndrome de la fellation vigoureuse ? » (commentaire sous le cliché d’un enfant de 7 ans présentant un purpura au niveau du palais), peut-on lire parmi ces publications rapportées par le magazine L’Obs.

Certains posts sont même accompagnés des noms et photos de patients reconnaissables, « photos « volées » à l’insu du patient ou tromperie sur l’utilisation qui en est faite ». Des écrits racistes, sexistes, homophobes, entre autres ont été également émis.

Me Bénédicte Papin, avocate en droit de la santé, a précisé auprès du magazine : « À partir du moment où un visage est reconnaissable, il faut que l’accord du patient soit obtenu. Sinon, on est dans la violation du secret professionnel. C’est aussi une atteinte à la vie privée ».

Pour la créatrice et administratrice du groupe, médecin aussi, ces posts seraient l’œuvre de certains de ses confrères qu’elle qualifie comme « des hommes blancs hétéros qui se pensent au-dessus de tout le monde […] un boys club qui a conscience de ses privilèges ».

_Le Divan des médecins_france-assos-santé-logo_wp

France Assos Santé, une organisation de près de 85 associations de défense des droits des patients, a jugé ces propos « outrageants et pénalement répréhensibles », estimant que les médecins à l’origine de ces écrits « ont, en toute impunité, bafoué des droits fondamentaux reconnus par la loi », en évoquant alors la « violation caractérisée du secret professionnel ». Dans un communiqué, elle rappelle d’ailleurs « la révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ».

Quant à Patrick Bouet, président de l’Ordre national des médecins, il veut mettre « en demeure le régulateur du groupe », en assurant une « analyse juridique complète » au sujet de cette affaire. Les contenus polémiques seront transmis au procureur de la République.

Pourtant, cette page privée créée sur Facebook en juillet 2017 a pour objectif l’entraide médicale. « Tout ce qui se rapporte à la profession a vocation à être discuté dans ce cadre confraternel, bien évidemment dans le respect de chacun, le respect du secret médical et la confidentialité des publications », indique ainsi la présentation du groupe, consultée par le magazine L’Obs.

On est bien loin du résultat !

Les extraits des propos rapportés par le magazine L’Obs, relayés par France Assos Santé, d’autres journaux ou encore sur ce blog sont également bien loin de relater la mentalité infecte de ces médecins. En consultant l’« Exemple de capture de contenus indignes publiés sur le groupe Facebook » mis en lien sur le site de France Assos Santé dans son article « Le « divan gate » ou quand des médecins exposent et stigmatisent leurs patients sur les réseaux sociaux », on constate l’ampleur de l’écœurement ressenti à la lecture de certains posts. Le pire ! On assiste à une conscience bien présente chez ces praticiens de la portée de leurs dires. D’ailleurs, lors d’un échange, certains ont même proposé d’effacer régulièrement leurs écrits afin d’éviter d’être dévoilés au grand jour.

Cette bande de crétins ne devrait plus avoir le droit d’exercer et mériterait d’être radiée de l’Ordre des médecins purement et simplement !

Le sang le plus exceptionnel du monde !

Le sang le plus exceptionnel du monde_pérou-la-rinconada-flag_wp

La Rinconada, située à 5 300 m d’altitude dans la région et province de Puno, au sud-est du Pérou dans la cordillère des Andes, est la ville la plus haute du monde. Près de 50 000 habitants y vivent.

L’EXPÉDITION 5300 (expédition scientifique et humanitaire), un groupe de scientifiques grenoblois contacté par un médecin péruvien s’intéressant à La Rinconada, s’est rendue dans cette ville pendant six semaines et a découvert l’incroyable.

Cette ville a moitié moins d’oxygène qu’en plaine. Elle n’a ni culture, ni de tout à l’égout. Les locaux y montent depuis des milliers d’années, pour y rester toute leur vie ou pour y exploiter les mines d’or s’y trouvant. Leur sang est si visqueux qu’il bouche les machines médicales. L’oxygène sanguin est si rare qu’en bas ils seraient hospitalisés de suite.

« Leurs aptitudes génétiques, accumulées et préservées au fil des milliers d’années de vie en altitude, s’avèrent exceptionnelles : à Puno, les habitants vivent normalement là où la plupart des gens des plaines peineraient à reprendre leur souffle. Mais même ces péruviens adaptés à l’altitude atteignent leurs limites à La Rinconada, 1,5 km plus haut. Pour compenser le manque d’oxygène dans l’air, les habitants produisent un nombre très élevé de globules rouges, les transporteurs d’oxygène dans le sang. Chez un habitant des plaines, les globules rouges représentent 40% du volume sanguin. À Puno, cette valeur monte à 56%, soit un peu plus qu’un athlète très entraîné. À La Rinconada, les chercheurs mesurent des valeurs « hallucinantes » allant jusqu’à 80 à 85% », a relaté Camille Gaubert, journaliste et rédactrice Santé au magazine Sciences et Avenir dans son article, publié hier. Ce sont « les plus hautes valeurs du monde », a déclaré Samuel Vergès, chercheur à l’Inserm à la tête de l’EXPÉDITION 5300, auprès du magazine. « Si nous nous transfusions du sang d’un habitant de La Rinconada, nous ferions un AVC en quelques minutes à quelques heures », a ajouté le chercheur.

Le sang le plus exceptionnel du monde_sang-globules_wp

« […] pour compenser cette viscosité, le volume de sang est plus important, 8 litres au lieu de nos 4 à 6 litres ! […] Mais même cette impressionnante quantité de globules rouges ne parvient à se charger en oxygène qu’à 82%, tandis que la valeur normale se situe plutôt à 98% », a précisé la journaliste. Du « jamais vu », selon Samuel Vergès.

Cependant, un quart des habitants souffre du mal chronique des montagnes.

« En février 2019, Samuel Vergès réalisait avec plus d’une dizaine de scientifiques et médecins spécialistes de l’hypoxie (le manque d’oxygène) les premières expériences sur des péruviens vivant en haute altitude, où l’oxygène se fait rare. À Puno d’abord (haute de 3.800 m) puis à La Rinconada (5.300 m), respectivement 23 et 55 personnes ont vu leur sang analysé, leur réaction à l’effort observé, leur génome disséqué. L’objectif : comprendre comment et dans quelles conditions ils vivaient malgré le manque d’oxygène, afin d’aider au soin de maladies entraînant l’hypoxie, ou encore à la conquête de l’espace », a expliqué la journaliste.

« Dans les plaines, des résultats de ce type enverraient quelqu’un à directement l’hôpital […] toutes les valeurs sont dans le rouge, mais pour ces populations particulières elles ne sont pas forcément pathologiques », a déclaré le chercheur. « Pourtant, si grâce à leur condition exceptionnelle ces péruviens vivent plutôt bien à Puno, lorsqu’ils montent vivre à La Rinconada 25% d’entre eux développent le syndrome du mal chronique des montagnes, version longue durée du mal aigu des montagnes », a rapporté la journaliste.

Le sang le plus exceptionnel du monde_pérou-la-rinconada-blason_wp

« 5 à 20% des habitants de haute altitude – plus de 2.500 m de haut –  souffrent de ce mal chronique des montagnes. Un quart, c’est donc beaucoup », a estimé le chercheur.

Selon les scientifiques de l’expédition, ce mal chronique serait probablement dû à une usure de l’organisme face à ces conditions extrêmes. « Il se peut aussi que les produits agressifs utilisés pour traiter l’or ou les conditions sanitaires et le régime alimentaire jouent un rôle », a spécifié Samuel Vergès. Bien les scientifiques n’aient pas de données suffisantes pour estimer l’espérance de vie à La Rinconada, ils ont toutefois remarqué que très peu d’habitants avaient plus de 55 ans.

« En février 2020, un an après la première phase de l’Expédition 5300, l’équipe retourne donc à La Rinconada pour y mettre en place un essai clinique visant à soigner au mieux ce mal chronique des montagnes. […] En parallèle, pour aider ces habitants vivant dans le dénuement le plus complet, l’Expédition 5300 organise une campagne de dons« , a conclu Camille Gaubert. Ce projet vise à aider la population avec des fournitures scolaires et des kits de soin de première nécessité.

Alouette, gentille alouette…

Alouette, gentille alouette..._an-cloche-paysage_wp

La nature nous réserve encore bien des surprises.

« Des chercheurs suédois et britanniques ont découvert le plus long chromosome sexuel aviaire jamais observé chez deux espèces d’alouettes. Ce chromosome serait né de la fusion entre le chromosome sexuel originel et trois autres chromosomes. » Par Héloïse Chapuis. Sciences et Avenir.

Un chirurgien pas vraiment esthétique

Un chirurgien pas vraiment esthétique_noël-père-noël-sol_wp

Ce 4 décembre, à l’Université de Gand, en Belgique, le chirurgien plasticien flamand Jeff Hoeyberghs a choqué des étudiants par ses propos avilissants à l’encontre des femmes. Diffusée sur Facebook, la vidéo de son allocution a outré des milliers d’internautes. Plus de 1 200 signalements ont été enregistrés, dont plus de 500 plaintes déposées auprès de l’ordre des médecins de l’Institut pour l’Égalité des Femmes et des Hommes de Belgique depuis la diffusion de cette vidéo.

Un chirurgien pas vraiment esthétique_noël-bonhomme-neige-boule_wpInvité à s’exprimer par l’association étudiante conservatrice et nationaliste du nord de la Belgique (association des étudiants catholiques flamands KVHV), devant un auditoire essentiellement masculin, le chirurgien s’est lancé dans un monologue ordurier à l’égard des femmes. Une bière à la main, du début de son discours à la fin (bonjour l’élégance), il a notamment déclaré  : « Les femmes veulent les privilèges de la protection masculine et de l’argent, mais ne veulent par contre plus ouvrir les jambes » […] « On leur a donné des machines à laver, des lave-vaisselle, des femmes de ménage… tout. Jusqu’à ce qu’elles soient devenues inutiles » […] « On ne peut pas traiter une femme sur un pied d’égalité sans devenir son esclave » […] « Les scientifiques sont principalement des hommes, car, chez les femmes, il y a toujours leurs émotions qui interviennent ».

Au regard de cette séquence ainsi diffusée sur le réseau social précité, le recteur de cette Université Rik Van de Walle a de suite réagi auprès du quotidien belge néerlandophone de tendance libérale pour large public, Het Laatste Nieuws (HLN) : « Ce qui est monté dans la vidéo est carrément humiliant et va complètement à l’encontre de tout ce que notre université défend ».

Un chirurgien pas vraiment esthétique_noël-bonhomme-neige-oiseau_wpInterrogé par la chaîne de télévision flamande VTM, le chirurgien a réitéré avec lourdeur ses dires : « C’est en lien avec #MeToo. Le problème, c’est que les femmes veulent une égalité, mais veulent garder les privilèges offerts par les hommes sans leur devoir l’élégance (il est vrai qu’adresser une allocution à des étudiants une bière à la main, c’est la grande classe) traditionnelle des bonnes femmes, ce n’est pas possible. Si vous regardez par exemple combien d’impôts payent les hommes et de combien de dîners au restaurant bénéficient les femmes, l’addition est très élevée ». (Au vu du gabarit de ce chirurgien, il est à se demander qui coûterait le plus cher au restaurant)

En Belgique, les propos infâmes de cet individu ont provoqué un tel tollé que la ministre de l’Égalité des chances, Nathalie Muylle, a dû intervenir : « Je désapprouve vivement les propos extrêmement sexistes et méprisables de Jeff Hoeyberghs. Je suis également choquée en tant que femme et me sens donc personnellement attaquée. Le fait que le poison de la misogynie soit répandu dans une université est un problème ».

Un chirurgien pas vraiment esthétique_noël-bonhomme-neige-luge_wpLe conseil d’administration de l’Université de Gand a décidé de suspendre l’association des étudiants catholiques flamands (KVHV) pour deux mois suite aux propos misogynes et sexistes du chirurgien plasticien au cours de cette conférence.

En réponse, le chirurgien a spécifié dans une déclaration écrite que les propos tenus au cours d’une conférence de l’association étudiante KVHV n’étaient pas « destinés au public ». L’avocat du chirurgien a annoncé que son client avait déposé deux plaintes, estimant que son discours n’avait rien de répréhensible. Ainsi, une plainte pour « diffamation » contre les responsables de Campagna Rosa, une association de lutte contre le sexisme, et une autre pour « harcèlement » contre X en raison d’avoir « appelé le chirurgien quotidiennement et l’insulter dans les jours qui ont suivi la publication de la vidéo. » Et selon le chirurgien, il serait même attaquer par « certaines institutions ». Les communiqués de presse des dites institutions, sans les nommer d’ailleurs, sont en outre « formulés de manière clairement intimidante […] On croirait presque à la formation d’un gang », a-t-il ajouté. (Finalement, il serait un peu #MeToo (ou mytho) ce chirurgien)

« Poulehouse »

_Poulehouse_noël-père-noël-animaux-traîneau_wp.png

Une très belle histoire qui pourrait s’apparenter à un beau conte de Noël, mais qui fort heureusement est un fait réel.

« La société Poulehouse, qui commercialise depuis septembre 2017 des œufs issus de poules qui ne sont pas abattues à leurs 18 mois, a ouvert les portes de sa ferme pilote à Sciences et Avenir. Reportage. » Par Anne-Sophie Tassart.

À découvrir. Grâce à cette magnifique initiative, les « vieilles » poules vont pouvoir écouler leurs vieux jours tranquilles…

Les bébés chinois génétiquement modifiés inquiètent

Les bébés chinois génétiquement modifiés inquiètent_noël-enfants_wp

« Nouvelles informations inquiétantes sur les bébés chinois génétiquement modifiés. »

« Les deux jumelles chinoises nées avec une modification génétique due aux ciseaux moléculaires Crispr-Cas9 présentent des mutations dans leur génome. » Par Sciences et Avenir avec AFP.

« La danse de la mort des globules blancs »

_La danse de la mort des globules blancs_kateryna-kon-science-photo-libra-kko-science-photo-library-afp_wp
Les globules blancs sont des cellules immunitaires dont la mort est programmée et prend la forme d’une « danse » durant laquelle les cellules se désassemblent en une multitude de plus petites vésicules – KATERYNA KON / SCIENCE PHOTO LIBRA / KKO / SCIENCE PHOTO LIBRARY / AFP

« Durant l’apoptose, la mort programmée des cellules, celles du système immunitaire produisent des vésicules visant à recruter les phagocytes qui nettoieront les débris. » Par Heloïse Chapuis, le 26/11/2019. Sciences et Avenir.

« Vercingétorix, le célèbre inconnu qui fit trembler César »

_Vercingétorix, le célèbre inconnu qui fit trembler César_siège-alesia-vercingétorix-jules-césar_wp

« Vercingétorix a marqué l’imaginaire des Français. Retour sur cet historique personnage à l’occasion de la sortie de l’album d’Astérix ‘La fille de Vercingétorix’, le 24 octobre 2019. » Par Joël Ignasse, rédacteur spécialisé au pôle digital de Sciences et Avenir.