Hamburger

Hamburger_wp

Un hamburger, initialement hamburg-er, « galette de Hambourg » en allemand, et non pas « galette de jambon » en anglais, par aphérèse burger, est ce fameux sandwich d’origine allemande, composé de deux pains de forme ronde, bun, généralement garnis de steak haché, généralement du bœuf, de crudités, salade, tomate, oignon, cornichon (pickles), et de sauce. Célèbre dans le monde entier, ce sandwich est, depuis les années 1950, l’un des emblèmes de la culture culinaire américaine et de la restauration rapide, avec les hot-dogs, pizzas, kebab et autres sandwiches.

Bien que je ne sois pas amatrice de ce genre de « plat », il est dès lors un incontournable de la cuisine internationale. Dans de nombreux pays, le hamburger a trouvé sa place. Et en France, même les grands chefs de la cuisine s’y sont intéressés en proposant leur propre recette. Il est aussi entré dans les cuisines des particuliers.

Si vous êtes alors amateur de hamburger, le site aufeminin vous propose des recettes à réaliser soi-même…

Bon appétit !

Les sélaciens

Les sélaciens_trikidés-requin-émissaire_wp

« (Désuet) Sous-classe des chondrichthyens ou poissons cartilagineux, aujourd’hui appelés élasmobranches (Elasmobranchii), qui comportait requins et raies. » Wikipédia.

Les sélaciens_carcharhinidés-requins-bleu-foncé_wp

Les sélaciens_ginglymostomatidés-requin_wp

Les sélaciens_mobulidés-raie-manta_wp

Les sélaciens_myliobatidés-raie-aigle_wp

Les sélaciens_torpédinidés-raie-tortue_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Bon dimanche !

Les ophidiens

Les ophidiens_serpent_wp

« Les ophidiens (Ophidia) sont le groupe des serpents au sens large, incluant toutes les espèces fossiles plus proches des serpents actuels que des autres reptiles actuels. On a pu y placer autrefois d’autres vertébrés vermiformes comme les cécilies. » Wikipédia.

Les ophidiens_serpent-boa-constrictor_wp

Les ophidiens_serpent-boa-émeraude_wp

Les ophidiens_serpent-boa-émeraude-boa-canin_wp

Les ophidiens_serpent-couleuvre-vipérine_wp

Les ophidiens_serpent-python-rouge_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Les viverridés

Les viverridés_luwak-genette commune-civette masquée-binturong_wp

« Les Viverridés sont une famille de mammifères carnivores féliformes. Ils sont arboricoles, plutôt nocturnes et ne dédaignent pas de compléter leur régime carné par des fruits. » Wikipédia.

Les viverridés_luwak_wp

Les viverridés_genette-commune_wp

Les viverridés_civette-masquée_wp

Les viverridés_binturong_wp

Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Des cas de peste bubonique en Chine

Des cas de peste bubonique en Chine_bactérie-peste-bubonique_wp
La bactérie de la peste bubonique, sur cette image transmise en 2003 par l’agence américaine publique, Centre pour le contrôle des maladies – Photo CDC/AFP/ARCHIVES

« L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué mardi 7 juillet 2020 suivre de près les cas de peste bubonique en Chine, soulignant que la situation ne présentait pas une menace élevée et était « bien gérée ». « Pour l’instant, nous ne considérons pas qu’il s’agit d’un risque élevé, mais nous surveillons attentivement » la situation, en partenariat avec les autorités chinoises et mongoles, a déclaré une porte-parole de l’OMS, Margaret Harris, lors d’un point de presse à Genève. » Par Sciences et Avenir avec AFP.

Les légumes de juillet

Les légumes de juillet_maïs_wp

En ce mois, le moment de faire le plein de vitamines est arrivé ! C’est aussi l’occasion de préparer des conserves afin d’en profiter toute l’année…

  • Ail
  • Artichaut
  • Aubergine
  • Bette
  • Betterave rouge
  • Brocoli
  • Carotte
  • Céleri
  • Céleri branche
  • Chou Romanesco
  • Chou blanc
  • Chou frisé
  • Chou rouge
  • Chou-chinois
  • Chou-fleur
  • Chou-rave
  • Cima di Rapa
  • Concombre
  • Courgette
  • Épinard
  • Fenouil
  • Haricot
  • Laitue romaine
  • Maïs
  • Navet
  • Oignon
  • Pâtisson
  • Petit oignon blanc
  • Petit pois
  • Pois mange-tout
  • Poivron
  • Pomme de terre
  • Potiron
  • Radis
  • Radis long

300 abonnés !

300 abonnés_feux-artifice-noir_wp

Une actu un peu particulière sous la rubrique de ce jour, puisqu’elle ne concerne que ce blog. Une bonne nouvelle que je souhaite partager avec vous.

Ça y est ! LES CHRONIQUES MORTES OU VIVES ont franchi le palier des 300 abonnés ! 302 même !

Un grand merci à vous tous, aux anciens et fidèles abonnés ainsi qu’aux nouveaux donc, qui je l’espère resteront autant assidus. À vous sans qui cette aventure n’aurait jamais pu ni commencer ni continuer…

300 abonnés_coeur-kiss_wp

Les fruits de juillet

Les fruits de juillet_groseille_wp

Malgré un début d’été pas très ensoleillé dans ma région, les fruits et légumes (article de mercredi) de saison sont bien là. Et la liste s’est nettement allongée…

  • Abricot
  • Airelle
  • Avocat
  • Banane
  • Cassis
  • Cerise
  • Citron
  • Fraise
  • Framboise
  • Fruit de la passion
  • Groseille
  • Groseille à maquereau
  • Kiwi
  • Litchi
  • Mangue
  • Melon
  • Mûre
  • Myrtille
  • Nectarine
  • Papaye
  • Pastèque
  • Pêche
  • Prune
  • Quetsche
  • Tomate
  • Tomate Peretti
  • Tomate charnue

Bon appétit !

13 Reasons Why – saison 4 – finale

13 Reasons Why - saison 4 - finale_usa-netflix-series_wp
Je passe plus de temps dans ma tête qu’ailleurs

Les trois petits points auraient pu suivre… Cette phrase (traduite) résume très bien cette dernière saison qui a viré au véritable cauchemar !

Mais que s’est-il passé ?

Un manque d’inspiration ? La peur de nouvelles critiques ? La fatigue ? Une ligne de coke pour combler… je ne sais trop quoi ?

C’est le pire moment cinématographique de ma vie que j’ai passé après Le Grand Bleu de Luc Besson (désolée pour les amateurs de ce film) ; seul film que j’ai détesté, ceci dit, de ce réalisateur génial que j’adore et qui a largement prouvé son talent par la suite.

Bref. Concernant 13 Reasons Why, 4e et dernière saison (heureusement pour le coup), je n’ai absolument rien compris au but de cette saison finale. D’ailleurs, il vaut mieux qu’il n’y ait pas de suite…

Quel résumé pourrais-je objectivement donné à ça ?

Oui, ça ! Je ne trouve pas d’autre qualificatif…

C’est une horreur. Cette dernière saison ne transmet aucun message, qu’il soit négatif ou positif. Nous assistons laborieusement au délire psychotique de Clay Jensen, personnage clé, entre autres, de la série, qui se bat contre lui et lui-même. Les autres personnages se confondent à lui. Ils suivent le même mouvement. Lequel ? C’est la bonne question ?

Ainsi toute cette saison se fixe sur ce personnage et en fait… rien d’autre. Nous vivons ses séances de psychothérapie comme si nous étions spectateurs d’une thérapie qui pourrait se réaliser dans un asile. D’ailleurs, tous les autres personnages semblent être enfermés dans ce même asile. Vol au-dessus d’un nid de coucou, à côté, c’est Einstein !

J’ai pris des jours et des jours à visualiser cette ultime saison, tandis que j’enfilais les saisons (4e) de Vikings dans le même laps de temps.

Ça part dans tous les sens. De la violence. Des élèves qui cassent tout dans leur lycée, on ne comprend pas trop pourquoi du reste. Des scènes fantomatiques avec les agresseurs du passé qui refont surface. Des troubles comportementaux qui n’existent même pas de cette façon dans la vie réelle… En gros, un immense foutoir psychologique d’un tel bas niveau que je ne saurais décrire. Tout le monde s’y perd, les acteurs, les spectateurs… en fait tout le monde.

Quelle déception ! Quelle incompréhension ! Pourquoi poursuivre une idée qui apportait une véritable « quelque chose » demandant à une discutable « quelque chose » de répondre à une justifiable « quelque chose » pour finalement arriver à un néant de « quelque chose » ?

Hé bien, si ces propos sous forme de questions peuvent vous paraître alambiqués, vous avez le résumé final affreux de cette série qui était pourtant si intéressante…

Toutefois, si vous souhaitez la regarder… bon courage !

Bon dimanche !

Borgen, une femme au pouvoir

Borgen, une femme de pouvoir_series-danemark_wp

Borgen, une femme au pouvoir est une série télévisée danoise, créée par Adam Price ainsi que ses coscénaristes Jeppe Gjervig Gram et Tobias Lindholm, diffusée entre et sur DR1.

Elle met en scène les rouages de la démocratie danoise en l’exercice du pouvoir par une centriste intègre sur fond d’intrigues politiciennes. Bien qu’elle ne soit inspirée d’un fait réel, le personnage central, Birgitte Nyborg (Sidse Babett Knudsen), pourrait s’apparenter à Helle Thorning-Schmidt, Première ministre danoise de 2011 à 2015. Elle est aussi mère de deux enfants et la ligne politique de son parti, dans un sens, pourrait être comparée à celle des centristes de la série. Or, selon l’actrice principale de cette série, la diffusion de la première saison au Danemark n’aurait pas influencé de façon importante le choix des votants lors des élections législatives danoises de 2011 ; l’ancienne ministre d’État étant déjà pressentie comme favorite.

Cependant, il semblerait que Margrethe Vestager (ancienne ministre de l’Économie et de l’Intérieur du Danemark, actuellement considérée, inflexible Commissaire européenne à la concurrence, qualifiée de « dame de fer » danoise) soit présentée en tant qu’inspiratrice du personnage de Birgitte Nyborg.

En France et en Belgique, la série est diffusée depuis sur Arte, rediffusée depuis juillet 2015 sur Téva, et au Québec, à partir de sur ARTV.

Le réseau américain NBC envisageait même en 2012 d’en faire un remake.

Une excellente trouvaille pour ma part ! Ne connaissant pas le système politique danois, je l’ai découvert. Personnellement, cette série me fait fortement penser à celle de House of Cards. C’est là que l’on s’aperçoit que les jeux et enjeux politiques, finalement, sont les mêmes partout dans le monde.

Mais au-delà, nous (les femmes comme moi) souhaiterions bien ressembler à cette « dame de fer » (id Margaret Thatcher ?) intègre. Cette série est véritablement féministe (dans le bon sens du terme, le féminisme que je défends en tout cas), porteuse d’un certain espoir pour les femmes…

Elle montre les forces et les faiblesses d’une femme dans un monde masculin. Elle expose ce qui pourrait sembler de l’indécision comme étant en fait de la réflexion. Car, nous, les femmes, sommes ainsi. Nous pesons beaucoup plus le pour et le contre que les hommes. Nous avons cette capacité de mieux survivre (dans la politique, comme dans la vie, au vu de notre considération sociale et autre, même encore aujourd’hui), mieux anticiper (nous voyons plus à long terme qu’à court/moyen terme), nous adapter, être pragmatiques…

Elle dénonce aussi un patriarcat toujours bien présent, des femmes bien « éduquées » par les hommes afin de servir leur cause sans qu’elles émettent la moindre contradiction, des femmes qui jouent le jeu des hommes pour acquérir un certain pouvoir, des femmes qui veulent le changement pour elles, mais surtout pour le monde à venir…

Cette série est excellemment construite. Elle développe tellement de vrais problèmes de notre société en général. Elle expose tout simplement ce que nous vivons au jour le jour. Et elle nous montre surtout ce qu’est véritablement l’intégrité du point de vue féminin… Peut-être d’ailleurs le vrai sens du terme « intégrité ».

Il y avait longtemps que je n’avais vu une série telle, qui défend en fin de compte la vraie pensée concrète féminine, ses doutes, ses prises de position assumées…

Cette série porte à questionnement…

Qu’est-ce finalement une « dame de fer » ? Une femme qui ne correspond pas à l’attente des hommes lui ayant apprise depuis sa plus tendre enfance qu’il fallait qu’elle agisse de telle ou telle manière, qu’elle se comporte d’une telle ou telle façon… ? Une femme qui assume ses idées (hé oui, les femmes sont aussi des êtres pensants !), ses choix ? Une femme qui est dans le moule (masculin), mais qui souhaite s’en émanciper ? Une femme qui doit également lutter contre ses congénères féminines qui sont tant ancrées dans ce moule qu’elles ne pensent pas par elles-mêmes ? Une femme qui combat l’extrémisme du masculin et du féminin ?

En résumé, c’est vraiment une série à découvrir.