10 belles découvertes scientifiques

10 belles découvertes scientifiques_physique-chimie-matériel-produits_wp

By CR

« Prix Nobel, étude rassurante pour les femmes enceintes, dauphins roses de retour à Hong Kong… retour sur 10 nouvelles positives publiées sur Sciences et Avenir en octobre 2020. »

« Explosions des cas de Covid-19 en Europe, couvre-feu, reconfinement national… L’actualité d’octobre 2020, couplée à la baisse des températures et au passage à l’heure d’hiver, a probablement donné un coup au moral de beaucoup. Mais en faisant le bilan du mois… », voici ces 10 bonnes nouvelles scientifiques présentées par Valentin Colliat :

  • La transmission du Covid-19 de la mère enceinte à l’enfant est rare ;
  • Le prix Nobel de chimie 2020 récompense Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna pour CRISPR-Cas9 ;
  • L’Égypte met fin aux promenades à dos d’animaux près des sites archéologiques ;
  • Une étude britannique confirme le pouvoir apaisant des documentaires sur la nature ;
  • Le prix Nobel de la paix (et 10 millions de couronnes suédoises) pour le Programme Alimentaire Mondial ;
  • Avec la baisse du trafic maritime, les dauphins roses sont de retour à Hong Kong ;
  • Un adolescent réussit une réaction de fusion nucléaire à 12 ans ;
  • Épilogue du long combat d’un agriculteur contre Mosanto ;
  • Une magnifique et hypnotique vue de Jupiter, filmée par la sonde Juno ;
  • D’incroyables peintures rupestres découvertes en Australie.

La sorcellerie

La sorcellerie_halloween-chapeau-bleu-sorcière_wp

By CR

La sorcellerie désigne, à proprement parler, l’art d’interroger le sort (hasard, destin), et par extension d’en modifier le cours.

Le mot désigne plus généralement la pratique d’une certaine forme de magie, dans laquelle le sorcier travaille avec des forces surnaturelles, des entités maléfiques ou non, et parfois aussi des forces naturelles connues comme celles des plantes, des cycles lunaires, des ondes, des suggestions. Selon les lieux et les époques, la sorcellerie fut considérée avec des degrés variables de faveur ou d’hostilité, parfois avec ambivalence. Dans la Grèce antique et à Rome, la divination était une pratique admise, liée à certains sanctuaires et à la prise officielle de décisions. Les religions du livre condamnent toute forme de divination et de magie.

La sorcellerie est un terme controversé et son histoire est complexe. Selon le contexte et le milieu culturel dans lequel ce mot est employé, il désigne des idées différentes, voire opposées. Chaque société possède ses propres conceptions en matière de tradition, de croyance, de religion, de rites, de rapport à l’au-delà et à la mort et d’esprits bons ou mauvais ; il est parfois impossible de trouver un équivalent d’une culture à l’autre.

Ce terme est également employé de façon péjorative en référence à la pratique de la magie. La sorcellerie est alors, dans cette acception, l’accusation portée à l’encontre de ceux qui utilisent des moyens surnaturels pour un usage réprouvé par une majorité de la société. Les croyances en ce type de praticiens de la magie se sont rencontrées dans la plupart des sociétés humaines. De telles accusations ont parfois mené à des chasses aux sorcières. Dans d’autres sociétés, les chamans ou les griots étaient non seulement bien acceptés en tant que praticiens des rituels traditionnels et d’intercesseurs avec les forces et les énergies de l’invisible, mais respectées, parfois craints, et souvent placés en positions socialement dominantes.

Pour les religions monothéistes (principalement le judaïsme, le christianisme et l’islam), la sorcellerie fut souvent condamnée et considérée comme une hérésie. La notion de sorcellerie prit une certaine importance pour les chrétiens à partir des XIVe – XVe siècle, l’apogée des chasses aux sorcières ayant eu lieu au XVIIe siècle. À cette époque la sorcellerie a progressivement été assimilée à une forme de culte du Diable. Des accusations de sorcellerie ont alors été fréquemment combinées à d’autres charges d’hérésie contre des groupes tels que les Cathares et les Vaudois. Certains groupes anciens ou modernes se sont parfois plus ou moins ouvertement réclamés d’un culte « sataniste » dédié au mal.

Définition Wikipédia.

Pangolin et Coronavirus

Pangolin et Coronavirus_wp

« Au cours de l’évolution, les pangolins ont perdu deux gènes importants pour résister aux infections, optant pour la stratégie de la tolérance, d’après une étude. Cette cohabitation pourrait bien être une stratégie gagnante face aux coronavirus. » Par Camille Gaubert. Sciences et Avenir.

En forme un jour, en forme toujours ?

En forme un jour, en forme toujours_chaton-chien_wp

En cherchant l’origine de cette expression (qui à mon sens ne veut strictement rien dire) que j’ai souvent eu l’occasion d’entendre dans ma famille, j’ai découvert non seulement qu’elle n’existait pas, mais également un terme que je ne connaissais pas.

« La tautologie (du grec ταὐτολογία, composé de ταὐτό, « la même chose », et λέγω, « dire » : le fait de redire la même chose) est une phrase ou un effet de style ainsi tourné que sa formulation ne puisse être que vraie. La tautologie est apparentée au truisme (ou lapalissade) et au pléonasme.
En logique mathématique, le mot « tautologie » désigne une proposition toujours vraie selon les règles du calcul propositionnel. On utilise aussi l’adjectif tautologique en mathématiques pour désigner des structures qui émergent naturellement de la définition de certains objets. » Déf. Wikipédia.

On apprend à tout âge, vous me direz. Autant je connaissais les termes mis en lien que je ne connaissais la tautologie. Je me coucherai moins bête ce soir.

En affinant mes recherches, j’ai de même trouvé un article écrit par Matthieu Carlier sur le site Huffpost qui relate « 10 expressions vraiment insupportables » utilisées aujourd’hui. Et à l’image de cette photo en en-tête de cet article, ces expressions n’ont plus aucun lien avec leur signification d’origine.

À travers cet article vraiment très intéressant, l’auteur nous montre par le témoignage de la linguiste et blogueuse au HuffPost Julie Neveux, Maître de Conférences à l’université Paris IV-Sorbonne, au-delà de ces expressions mal usitées ou sans teneur, le changement significatif des rapports entre humains qui s’est créé depuis des années, menant de plus en plus de nos jours l’empathie vers l’indifférence.

Origine étymologique de la canicule

Origine étymologique de la canicule_heat-wave_wp

La canicule est toujours parmi nous, que ce soit chez vous en France ou dans mon coin anglais. Bien que la météo anglaise nous ait annoncé une légère baisse des températures pour aujourd’hui, la chaleur continuera toutefois à s’inviter, puisque à l’heure où je vous écris, c’est-à-dire 6h27 du matin précisément, soit 7h27 en France (nous avons toujours une heure de décalage), le thermomètre affiche déjà 15°C.

Mais alors que nous connaissons les effets que peut avoir cette grosse chaleur sur notre organisme, nous rappelons-nous pour autant la provenance de ce terme canicule ?

Pour ceux ou celles qui ne le savent pas ou ne s’en souviennent plus, l’origine de ce mot ne fait référence ni au diable ni aux forges de Vulcain, mais à une étoile.

Origine étymologique de la canicule_sirius-étoile-la-plus-brillante-du-ciel_wp

Le mot « canicule » est issu du latin canicula signifiant « petite chienne ». Il s’agit de l’autre nom de l’étoile Sirius, la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Sirius se levant et se couchant avec le soleil à la période des fortes chaleurs, entre le 22 juillet et le 22 août, le terme canicula a été utilisé pour désigner ces jours de grosses chaleurs. L’éclat de cette étoile s’explique principalement par sa proximité avec le soleil.

Un autre terme s’appliquant à un soleil très chaud trouverait son origine étymologique chez les canidés, selon le dictionnaire Le Robert. Il correspond au cagnard provençal ou languedocien. Le mot dériverait d’un vieux terme provençal canha, indiquant « chienne » et par extension « niche ». Il aurait donné le caigniart, voulant dire « réduit » ou « abri », qui aurait alors évolué en cagnard, un lieu ensoleillé et à l’abri du vent. Soit par extension, une forte chaleur qui nécessite que l’on s’abrite.

Origine étymologique de la canicule_heat-wave-desert_wp

Mais aussi, selon la définition du Petit Larousse, cette époque où l’étoile Sirius se lève et se couche avec le soleil marquait jadis le début de l’été à la latitude du Caire.

Voilà, plus de secret sur l’origine de ce mot, qui ne change rien à l’affaire vous me direz. Cela ne nous aide pas vraiment à mieux supporter ce moment de chaleur intense… Mais disons que certains et certaines d’entre nous pourront peut-être au moins observer cette belle Sirius durant encore plusieurs nuits…

Origine étymologique de la canicule_sirius-étoile_wp