Easter Bunny

Easter Bunny_lapin-oeufs_wp

Si en France et autres pays d’Europe, les œufs de Pâques sont apportés par les cloches à leur retour de leur périple à Rome, en Angleterre, le job revient au lapin, Easter Bunny.

Dans la lignée des symboles printaniers du renouveau, de la renaissance, de la chance et de la fertilité, le lapin de Pâques ne déroge pas à la règle, puisqu’il symbolise la fertilité et le renouveau. Dans les rites païens, le lapin a toujours été le symbole de la fertilité.

Easter Bunny_lapin-fille_wp

Originaire d’Allemagne, le lapin de Pâques est une créature imaginaire qui, selon donc la tradition, distribue les œufs de Pâques colorés ou en chocolat.

Parfois blanc, brun ou encore bleu, ses caractéristiques ne sont pas clairement définies, le lapin de Pâques peut être représenté différemment selon l’imaginaire ou les traditions locales. Il est généralement considéré, à l’image des films d’animation qui ont contribué à sa renommée, comme intelligent, pouvant se tenir debout et même parlant.

Easter Bunny_lapins-oeufs_wp

C’est en Haute-Allemagne (Allemagne du Sud) que naquit la tradition du lapin de Pâques, Osterhase en allemand, plus précisément le lièvre, avant qu’elle ne s’étende sur le reste des pays germaniques. Dans les régions ainsi germanophones (Allemagne, Autriche dans la plupart des Länder (états), Suisse…), les œufs de Pâques sont apportés par le lièvre de Pâques. Dans les régions anglophones, c’est le lapin qui se charge de cette mission.

Petite particularité, dans le Grand Est français (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Lorraine), le lapin ou le lièvre peut assurer la fonction des cloches.

Easter Bunny_lapin-oeuf_wp

Cette tradition allemande s’est par la suite exportée aux États-Unis par des immigrants allemands au 18e siècle.

L’origine du Easter Bunny proviendrait d’une légende allemande. Une femme pauvre, ne pouvant offrir des friandises à ses enfants, décora des œufs qu’elle cacha dans le jardin. Les enfants ont aperçu un lapin et crurent que celui-ci avait pondu les œufs.

Easter Bunny_lapin-oeuf-peint_wp

Une autre origine du lapin de Pâques serait issue de Saxe où était honorée au printemps notre bonne vieille déesse Éostre. Le lièvre étant son animal emblématique, il est alors resté associé aux fêtes de Pâques. De manière analogue, dans les traditions celtiques et scandinaves, le lièvre était le symbole de la déesse mère.

Easter Bunny_poule_wp

Petite parenthèse. La Saxe était une région germanique à l’époque mérovingienne (du 5e siècle au milieu du 8e siècle) qui fut intégrée au Saint-Empire germanique au début de la période carolingienne (seconde moitié du 8e siècle jusqu’au 10e siècle). Jadis à la limite du territoire romain, cette région connut le passage et l’installation de plusieurs groupes ethniques cousins, appelés de façon globale les Germains, à la fin de l’Antiquité. Le nom historique de la Saxe est naturellement lié à celui de Saxons, notamment établis dans la future Grande-Bretagne et à la Saxe actuelle en Allemagne.

Easter Bunny_coq_wp

Le thème du lapin de Pâques demeure largement ancré au 11e siècle dans l’iconographie populaire ou enfantine et sur des objets, tels que les cartes, les chocolats, les figurines, les peluches, etc.

Cette tradition du lapin apportant les œufs de Pâques a voyagé jusqu’au Brésil où elle est enracinée. Résultat de l’immigration germano-suisse démarrée par le roi du Portugal en 1818 et poursuivie avec 400 immigrants germaniques par l’archiduchesse autrichienne, Marie Léopoldine d’Autriche, épouse du premier Empereur du Brésil, dès 1824.

Easter Bunny_renard_wp

Un autre mythe, s’apparentant au Père Noël, veut que les enfants croient que s’ils ont été sages, le lapin de Pâques cachera quelques œufs en chocolat pour eux.

Mais, le lièvre de Pâques se fait voler la vedette en Bavière (Land Sud-Est de l’Allemagne, capitale Munich) par le coq, en Thuringe (Land de la République Fédérale d’Allemagne) par le renard, dans la région de Hanovre (Nord de l’Allemagne, capitale de la Basse-Saxe) par le coucou, au Tyrol (partie sur l’Autriche et l’Italie) par la poule et en Westphalie (partie nord-est du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie avec des régions voisines en Basse-Saxe) par le renard à nouveau.

Easter Bunny_bilbies_wp

En Australie, afin de lutter contre la prolifération des lapins et sauver le macrotis lagotis, appelé en français bilby (bandicoot lapin, grand bandicoot lapin, une espèce de marsupial du désert devant son nom à un langage aborigène, le Yuwaalaraay qui signifie « rat à long nez »), menacé d’extinction, les Australiens tentent de changer depuis plusieurs années la légende du lapin de Pâques. Le bilby de Pâques est désormais à sa place. Cette action vise à sensibiliser les enfants et dégager des fonds destinés à la protection de ces marsupiaux.

Easter Bunny_lapin-arbre_wp

Vous voilà maintenant fin prêts pour vous lancer à la chasse aux œufs de demain ! Peu importe si ce sont les cloches qui bombardent les jardins d’œufs, le lapin ou le lièvre qui les éparpille, le coq accompagné de sa poule qui ramasse les œufs qu’elle pond pour les dispatcher, le coucou qui lui ne donne que les petits œufs, le renard qui est sur plusieurs fronts à la fois ou encore le bilby, le petit nouveau…

Publicités

Good Friday

Good Friday_oeuf-choco-poussin_wp

Sans surprise, ce jour correspond au Vendredi Saint qui marque le jour de la crucifixion de Jésus. Il entre ainsi dans le triduum pascal, en rappel allant du Jeudi Saint aux vêpres du dimanche de Pâques.

Dans la tradition orthodoxe, il est appelé Grand Vendredi ou Saint et Grand Vendredi.

Ce jour est férié dans un grand nombre de pays ou États dont une partie de la population est chrétienne. En Europe, il est observé en Allemagne, Espagne, Italie, Royaume-Uni et Suisse, entre autres. En Amérique, il est de même suivi en Argentine, Canada, Chili ainsi que dans 12 des 50 États américains. Et en Asie, il également respecté à Hong Kong, Inde, Indonésie et Macao, entre autres.

La mort du Christ et la foi en sa résurrection étant fondamentales pour le christianisme, ce Vendredi Saint est alors célébré dans toutes les Églises chrétiennes. Il est aussi un jour de tristesse et de méditation sur la signification de sa mort.

Good Friday_hot-cross-buns_wp

En Angleterre, la foi tient une importance culturelle forte. Ce jour appelé Good Friday est donc férié. En outre, avec ce vendredi et le lundi de Pâques, tout autant férié, nous avons un super week-end de 4 jours !

Enfin, la tradition veut que l’on mange les hot cross buns ce jour-là. Ils s’invitent au petit déjeuner comme au goûter.

À demain pour notre dernier jour avant la chasse aux œufs en chocolat du dimanche de Pâques !

Œufs qui ne nous seront pas délivrés par les cloches, elles ne traversent pas la Manche ni aucune autre mer d’ailleurs, elles nous boudent, mais par notre adorable bunny qui ne se prénomme pas pour autant Bugs…

Maundy Thursday

Maundy Thursday_wp

Cette tradition pascale s’est inscrite depuis des siècles au Royaume-Uni et fait ainsi d’elle une coutume unique britannique observée pour la période de Pâques.

Le Jeudi Saint, précédant ainsi Pâques. Pour les chrétiens, il commémore la Cène, terme issu du latin cena signifiant « repas du soir, dîner ». Le dernier repas que Jésus prit avec les 12 apôtres le soir du Jeudi Saint, avant la Pessa’h (Pâque juive) et son arrestation, la veille de sa crucifixion, et 3 jours avant sa résurrection. Après avoir célébré avec eux la Pâque, Jésus institua l’Eucharistie, selon 3 des 4 évangiles canoniques, en prononçant : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ». Il rappelle aussi Jésus qui lava les pieds de ses disciples, la veille donc du Vendredi Saint, en leur commandant de « s’aimer les uns les autres ».

Maundy Thursday_oeufs-panier-fleurs_wp

Durant plusieurs siècles, les souverains, rois, reines, empereurs, chefs religieux, papes, évêques, abbés, etc. accomplirent une cérémonie commémorative du Jeudi Saint, appelé le Mandé en vieux français ou Mandatum issu de mandatum novum, soit commandement nouveau, Jean 13, ou Maundy en anglais. Ce rite correspond au lavement des pieds des pauvres, des mendiants et des lépreux ; dans le clergé, des prêtres et des moines. Il se disait alors « faire le mandé ». Ce terme devint synonyme des aumônes distribuées ce jour-là dans une corbeille, maund ; mot qui découlerait du mot mandelier (ouvrier vannier qui travaille l’osier, mot ancien disparu depuis longtemps en français, mais existant toujours en néerlandais) ou maundsor, panier dans lequel le roi d’Angleterre donnait les aumônes pour certains pauvres à Whitehall, une des rues de la cité de Westminster. Maundy serait lié au latin mendicare, en vieux français « mendier », ainsi qu’au verbe maund, « à mendier », et au nom anglais maunders en référence à un petit panier à aumônes. Cette expression serait donc originaire d’une coutume médiévale selon laquelle le roi anglais distribuait le « maundy / porte-monnaie », des aumônes aux pauvres avant d’assister à la Messe ce jour-là.

Maundy Thursday_oeufs-panier-ruban_wp

Ce mandatum novum fut suivi par les rois et reines d’Angleterre. Au 13e siècle, la famille royale lavait les pieds des pauvres, donnait de l’argent et des cadeaux, faisant ainsi acte d’humilité et de compassion. À son avènement au trône, Henri IV institua une nouvelle tradition. Il donna le même nombre de cadeaux que son âge. À ses 40 ans, il donna donc à 40 de ses sujets des cadeaux Maundy. Devenant alors la coutume pour le souverain de réaliser la cérémonie, l’évènement prit l’appellation de Royal Maundy. Au 18e siècle, la tradition du roi et de la reine lavant les pieds des pauvres fut abandonnée. Le monarque continuait cependant à donner de la nourriture et des vêtements aux pauvres. Au 19e siècle, la tradition évolua. Le monarque distribuait simplement la Maundy Money.

C’est sous le règne de Charles II que la Maundy Money fut créée. Il donna des pièces de monnaies martelées sans date en 1662 : 1 pièce de 4 penny, 3 penny, 2 penny et 1 penny. Ce qui devint la Maundy Money. En 1670, il donna un ensemble daté de ces 4 pièces de monnaies.

Maundy Thursday_oeufs-fleurs-panier_wp

Actuellement, les récipiendaires de Royal Maundy sont des hommes et des femmes âgés, choisis selon leur service chrétien rendu à l’Église et à la communauté. La cérémonie a toujours lieu le Jeudi Saint dans une abbaye, chapelle ou cathédrale définie à l’avance. La tradition de Henri IV est de même conservée ; il y a donc autant d’individus que d’années de vie de la souveraine. En rappel, Elizabeth II à 90 ans. Lors de la cérémonie, la reine remet 2 petites bourses en cuir à chaque personne ; un porte-monnaie rouge contenant des pièces de monnaie ordinaires et un blanc renfermant des pièces de monnaie d’argent Maundy s’élevant au même nombre de pence que l’âge de la reine.

Easter Eggs

Easter Eggs_oeufs-peints_wp

Impossible de parler de Pâques sans ses fameux œufs ! Mais connaissons-nous vraiment leurs origines ?

L’œuf, autre symbole d’une nouvelle vie, qui s’offre en cadeau à Pâques ou pour célébrer l’arrivée du printemps, est une tradition ancienne depuis des milliers d’années.

Le judaïsme l’estime également comme un symbole du cycle de la vie. De nos jours, l’œuf dur est encore l’un des aliments du repas de deuil, ainsi que du séder de la Pâque juive. Le séder (ordre) est un rituel hautement symbolique propre à la fête de Pessa’h (Pâque), visant à faire revivre à ses participants, en particulier les enfants, l’accession soudaine à la liberté après les années d’esclavage.

Easter Eggs_oeufs-nid_wp

Dans le christianisme, l’œuf symbolise la résurrection de Jésus et sa sortie du tombeau, à l’image du poussin sortant de l’œuf. Une légende orthodoxe conte que Marie de Magdala serait allée voir l’empereur Tibère pour lui reprocher la mort de Jésus et lui annoncer sa résurrection. Devant le scepticisme de ce dernier, elle lui montra l’œuf qu’elle tenait dans la main qui se serait alors teint en rouge.

L’œuf de Pâques, symbole chrétien, est alors décoré pour cette célébration tout en restant comestible. Il s’agissait donc d’un œuf de poule cuit dur puis décoré. Actuellement, il est en sucre ou en chocolat.

En Belgique ainsi qu’en France, il est le cadeau traditionnel offert le matin du dimanche de Pâques. En Suisse, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, le symbole de Pâques est le lapin ou le lièvre (article de samedi) ; dans certaines régions historiquement catholiques, ce sont les cloches. Dans les pays de l’Est, les œufs sont colorés et décorés.

Easter Eggs_oeufs-déco_wp

L’œuf est aussi un motif mythologique présent dans le récit de la création de nombreuses cultures et civilisations, comme dans le livre de la grande tradition finlandaise, Kalevala, où l’œuf est considéré à l’origine de la naissance du monde. La coutume d’offrir des œufs décorés remonte bien avant le christianisme. Des œufs d’autruche décorés datant de 60 000 ans environ ont été découverts en Afrique australe, d’autres œufs d’autruche peints avec des motifs géométriques, animaliers ou végétaux ont été retrouvés dans les tombes à Sumer (actuel Irak), de même qu’en Égypte antique (ancienne civilisation d’Afrique du Nord-Est axée le long du cours inférieur du Nil, dans ce qui constitue l’actuelle Égypte). Dans la religion anglo-saxonne conventionnelle, des œufs peints servaient d’offrande à la déesse Éostre (article d’hier), ayant ainsi donné son nom à Pâques, Easter en anglais.

Au Moyen-Âge, la décoration des œufs était une tradition populaire. Les coquilles étaient recouvertes de couleurs vives afin d’imiter les couleurs du printemps. Cette coutume fut rendue surtout célèbre sous le règne d’Édouard I d’Angleterre, dont ce dernier fit décorer à la feuille d’or 450 œufs pour les offrir en cadeau de Pâques à sa famille en 1290.

Basket with easter cake and red eggs  wooden table

Œufs rouges

Cette tradition d’offrir des œufs au printemps remonte à l’Antiquité. Les Perses ainsi que les Égyptiens s’offraient des œufs de poule décorés en tant que porte-bonheur et signe de renouveau.

L’œuf fut rattaché à Pâques par les chrétiens coptes (habitants chrétiens d’Égypte) dès la fin du 5e siècle. Selon la culture arménienne, ce serait en souvenir des œufs ardents (ova ignita) avec lesquels furent torturés les martyrs. Selon une autre légende, l’origine serait l’œuf rouge pondu par une poule impériale le jour de la naissance de l’empereur romain Alexandre Sévère en l’an 208 av. J.C.

Easter Eggs_oeufs-rouges-tulipes_wp

Pour les orthodoxes, traditionnellement la décoration des œufs de Pâques commence le Jeudi Saint. Le premier œuf peint en rouge vif doit avoir été pondu le Jeudi Saint et gardé comme porte-bonheur. Les suivants sont également peints en rouge ou décorés de motifs vifs. Il est de coutume d’en échanger avec ses proches le jour de Pâques. Pour le repas de Pâques, les œufs sont consommés après avoir brisé la coquille de son œuf contre l’œuf de son voisin de table.

En France, l’origine des œufs de Pâques serait associée à l’interdiction de consommer des œufs durant le carême. Les premiers textes, datant de 15e siècle, évoquent cette tradition en Alsace. À cette époque, le jeûne pendant le carême avait été considérablement allégé. Les œufs pondus, puis cuits, tout le long du carême devaient être ainsi conservés et être décorés avant de les offrir à Pâques. Mais cette coutume se développe avant tout dans les cours royales avant de se répandre dans les familles bourgeoises. Ce n’est qu’au cours de la première révolution industrielle que les cadeaux s’associent à cet évènement. À la fin du 19e, les Allemands remplacent les œufs de poule par des œufs en chocolat.

Easter Eggs_oeufs-icons_wp

Œufs Pysanka

Il s’agit d’une technique populaire de décoration des œufs de Pâques, appelée « pysanka », qui associe l’usage de la teinture et de la cire d’abeilles.

Les dessins sont d’abord tracés au crayon, puis à l’aide d’un instrument appelé kistka, la cire d’abeilles chaude est déposée sur les emplacements souhaités à ne pas teinter. L’œuf est ensuite trempé dans un bain de teinture claire. Une fois l’œuf sec, les emplacements à conserver de cette teinte sont recouverts de cire chaude. L’œuf est alors trempé dans un second bain de teinture, etc. Le procédé de séchage, cire, teinte, est réitéré autant de fois qu’il y a de couleurs voulues, des plus claires ou plus foncées. Au final, l’œuf est chauffé au four ou à la flamme de bougie afin de faire fondre la cire et laisser ainsi les couleurs apparaître.

Easter Eggs_oeuf-Fabergé_wp

Œufs précieux

Dès la Renaissance, l’usage d’offrir des œufs précieux apparaît dans les cours royales, cf. Édouard I d’Angleterre.

En France, Louis XIV faisait bénir de grandes corbeilles d’œufs dorés qu’il remettait à ses courtisans et son domestique. La tradition aurait fait du roi le destinataire du plus gros œuf du royaume. Sous le règne de Louis XV, sa fille reçut en cadeau des œufs peints par Antoine Watteau (l’un des créateurs représentants du mouvement rocaille) et par Nicolas Lancret.

À la fin du 19e siècle, à la cour impériale de Russie, Nicolas II offrait à son épouse et à sa mère des œufs de Fabergé, ces célèbres pièces d’orfèvreries en or et pierres précieuses, des chefs-d’œuvre d’art du joaillier russe d’origine germano-danoise Pierre-Karl Fabergé.

Easter Eggs_oeufs-choco_wp

Œufs en chocolat

Inimaginable d’écrire cet article en faisant abstraction du chocolat ! Car l’on a beau dire quand même, ce n’est pas : « Pas de bras, pas de chocolat ! » Mais plutôt « Pas de chocolat, pas de Pâques ! »

Jusqu’au 19e siècle, les œufs étaient naturels et décorés par les enfants. Dans certaines campagnes notamment, ils étaient teints en rouge avec des rouelles d’oignon cuites, une décoction de racine de prunier ou de bois de campêche ; en violet avec du bois du Brésil, de la betterave ou des violettes ; en rose pâle avec des épluchures de radis ; en vert avec des feuilles d’ortie ou de lierre ; en brun avec de la chicorée. Des œufs chamarrés (très colorés, chargés, surchargés d’ornements, couverts de décorations) étaient obtenus en les cuisant dans une mousseline (pâte composée de gomme adragante mêlée d’eau et de jus de citron) contenant des herbes et des fleurs.

Oeufs de pâques

À partir du 18e siècle, les œufs frais sont vidés afin de les remplir de chocolat liquide. En 1847, les frères Fry inventent un mélange de « sucre, beurre de cacao, chocolat en poudre » permettant d’obtenir une pâte molle qui pouvait se verser dans des moules. Le chocolat jusque-là consommé comme boisson pouvait désormais être croqué, mais aussi façonné sous de multiples formes par les confiseurs. La démocratisation du chocolat en France date de la fin du Second Empire avec le développement du moulage. Le plus vieux moule est un moule en fer blanc étamé de 1870 réalisé par la Maison Létang et Rémy à Paris.

Et qui dit œuf, dit forcément poule. De cet œuf en chocolat, la poule est apparue comme un nouveau modèle de statuette en chocolat. Les cloches, les lapins, les personnages et autres ont suivi. Le lien avec le modèle d’origine a été ainsi rompu.

Easter Eggs_oeufs-color_wp

Chasse aux œufs

Une tradition ancestrale.

Il n’y a quasiment qu’en France et en Belgique où les œufs en chocolat sont apportés par les cloches de Pâques la nuit du samedi au dimanche.

Chez les catholiques, les cloches cessent de sonner à partir de la messe du Jeudi Saint, en signe de deuil pour la mort du Christ. Elles sonnent de nouveau à la fin de la veillée de Pâques, précédant donc le jour de Pâques. Selon la coutume, les cloches ne sonnent plus en raison de leur déplacement à Rome. Elles reviennent dans la nuit chargées d’œufs en chocolat qu’elles lâchent dans les jardins. Le lendemain, commence la chasse aux œufs pour les enfants.

Certaines communes organisent aussi des chasses aux œufs pour les adultes le week-end de Pâques dans un espace limité, souvent un bois. Le but est de trouver et récolter le plus d’œufs dans un temps imparti. Les œufs ont des valeurs différentes, offrant l’opportunité de gagner même des lots intéressants. Ceci dit, ne vous attendez pas non plus à dénicher à un œuf Fabergé !

Easter Eggs_oeufs-banner_wp

Roulement des œufs

Les Saxons vivant avant le christianisme célébrait ainsi la déesse du printemps Éostre à l’équinoxe de printemps. Son animal était le lièvre du printemps et la renaissance de la terre au printemps était symbolisée par l’œuf.

Le pape Grégoire le Grand ordonna à ses missionnaires d’assimiler les rites païens aux rituels chrétiens. La fête chrétienne de la résurrection du Christ en concordance avec la fête païenne d’Éostre, nombreuses traditions de cette dernière furent alors adoptées.

Easter Eggs_oeufs-bannière_wp

Ainsi en Angleterre, en Allemagne et dans d’autres pays, le jeu du roulement des œufs fut intégré aux réjouissances pascales. Les enfants faisaient rouler des œufs durs depuis le haut jusqu’en bas d’une colline. Le gagnant était celui dont l’œuf avait roulé le plus loin ou avait résisté au plus grand nombre de descentes. Les chrétiens voyaient dans cette tradition le symbole du roulement du rocher qui créa l’ouverture du tombeau du Christ avant sa résurrection.

Cette tradition fut introduite dans le Nouveau Monde par les colons européens, comme beaucoup d’autres. En 1880 d’ailleurs, Lucy Webb Hayes, femme du président américain Rutherford Birchard Hayes et Première dame des États-Unis de 1877 à 1881, institua la coutume de donner une course aux œufs sur la pelouse de la Maison Blanche.

Easter Eggs_oeufs-line_wp

Bataille d’œufs

Pratique autant répandue dans les pays de tradition orthodoxe. Après la célébration du Samedi Saint à l’église, au cours du repas familial, chacun choisit l’un des œufs décorés. Face à face, chacun frappe son œuf contre celui de l’autre. Le gagnant est celui qui garde son œuf intact. L’œuf vainqueur est synonyme de chance pour son détenteur.

Easter Eggs_oeufs-arbre_wp

L’arbre aux œufs

Cette tradition est originaire d’Allemagne. Il s’agit de décorer un arbre ou des branches d’arbre, en général du saule tortueux, forsythia ou noisetier, disposées dans un vase avec des œufs vidés et peints ou des œufs en plastiques colorés.

Depuis plus récemment, cet arbre est garni de diverses autres décorations de Pâques ou de printemps. Des cloches, poules, poussins, jonquilles, tulipes, lapins, etc. se sont ainsi invités dans l’arbre aux œufs ou arbre de Pâques.

Cette tradition d’arbre de Pâques s’est étendue sur toute l’Europe et conquiert doucement les États-Unis.

Easter Eggs_oeufs-arbre-lapins_wp

Et en Angleterre, cet arbre déjà décoré ou vierge se trouve dans pratiquement toutes les grandes surfaces et commence à connaître un succès similaire à l’arbre de Noël.

Voilà les amis, vous savez désormais tout (peut-être ou presque) sur les œufs de Pâques ! Vous avez même ici des astuces pour décorer vos œufs maison, version bio ! Quant aux œufs en chocolat…

Je vous retrouve demain avec une tradition pascale typiquement britannique !

English Easter

English Easter_oeufs-arbre_wp.png

Avant l’origine religieuse des Pâques, une fête célébrait déjà l’arrivée du printemps ; une fête païenne annonçant la renaissance, le renouveau. Identique à nos actuelles Pâques, la date de cette célébration non fixe avait lieu le 1er dimanche qui suit la première pleine lune après l’équinoxe de printemps.

En Angleterre, la tradition pascale est une véritable institution et diffère quelque peu du reste de l’Europe.

English Easter_oeufs-panier-fleurs-ruban_wp

Les maisons sont décorées avec des fleurs, des lapins, des poules, des œufs colorés, etc. Des greetings cards, cartes de vœux, décorées d’images d’œufs, de poussins, de lapins, de fleurs, etc. sont envoyées, comme à Noël. De nombreuses courses ou chasses aux œufs, sont organisées dans tout le pays pour récolter les œufs de Pâques. Mais également, selon les régions, les enfants eux-mêmes passent de maison en maison, à l’image du soir de la fête de Halloween, pour quêter les œufs de Pâques.

La période pascale est aussi une organisation digne des Jeux Olympiques qui évoque tout un symbolisme…

English Easter_oeufs-panier-fleurs_wp

Éostre

Le terme anglais Easter serait issu du nom d’une déesse anglo-saxonne Éostre, déesse de la fertilité.

Éostre est ainsi le nom d’une déesse anglo-saxonne mentionné par Bède, dit le Vénérable, un moine bénédictin lettré du 8e siècle, dans son livre De temporum ratione, présentant le culte de la déesse Éostre n’étant déjà plus honoré chez les Anglo-saxons. Hormis cette indication, aucune autre information n’existe sur cette divinité. Ce moine fut surnommé le « Père de l’histoire anglaise », de par son œuvre la plus célèbre, Histoire ecclésiastique du peuple anglais. Également linguiste et traducteur, ses traductions des œuvres grecques et latines des premiers pères de l’Église jouèrent un rôle important dans le développement du christianisme en Angleterre. Il fut d’ailleurs déclaré à titre posthume en 1899 « docteur de l’Église » par le pape Léon XIII. Il demeure à ce jour le seul natif de Grande-Bretagne à avoir été ainsi honoré.

English Easter_oeufs-fleurs-tulipes_wp

En 1835, Jacob Grimm, l’un des deux célèbres frères Grimm, linguistes, philologues(1) et collecteurs de contes germaniques, cita Bède dans son ouvrage Deutsche Mythologie(2), en faisant référence à Ostara, l’équivalent allemand de la déesse Éostre.

Le nom Easter signifiant Pâques en anglais est alors dérivé du nom de cette déesse qui était célébrée au cours de l’équinoxe de printemps, jour où le Soleil se lève exactement à l’Est, East en anglais. Éostre est la déesse de l’Est associée à la déesse germanique Ostara, à la déesse romaine Aurore, à la déesse balte Aušra, à la déesse grecque Éos, à la déesse hindoue Ushas, et toutes émanent du même princeps indo-européen du nom de Hausos.

Selon le moine Bède, les Anglais utilisaient un calendrier lunaire dans les temps anciens. Les mois s’appelaient Monath, issu du mot Mona signifiant Lune. Le mois romain d’avril, succédant l’équinoxe de printemps, s’appelait Eostur-Monath et était dédié aux festivités de la déesse Éostre. La période pascale correspondant de même à ce mois y fut donc liée.

English Easter_oeufs-panier-rubans_wp

(1) Philologie : Étude d’un langage à partir de documents écrits. Combinaison de critique littéraire, historique et linguistique visant à rétablir le contenu original de textes connus par plusieurs sources. Elle consiste à sélectionner le texte le plus authentique possible, depuis des manuscrits, d’éditions imprimées ou d’autres sources disponibles, tels que des citations par d’autres auteurs, voire graffitis anciens, en comparant les versions gardées de ces textes, ou à rétablir le meilleur texte en corrigeant les sources existantes.

(2) Deutsche Mythologie : Ouvrage fondamental sur la mythologie allemande rédigé par Jacob Grimm. Publié en Allemagne en 1835, cet ouvrage traite de manière exhaustive les croyances des anciens peuples germaniques depuis leurs premières attestations jusqu’à leurs survivances dans les traditions modernes, contes et expressions populaires. Conçu en structure relativement encyclopédique, ses articles et chapitres épiloguent des aspects philosophiques, historiques, folkloriques et poétiques des religions germaniques avant le christianisme. Les sources sont variées temporellement et géographiquement. Les mots germaniques anciens, en particulier ceux relatifs aux rituels, sont souvent comparés à leurs équivalents latins.

English Easter_oeufs-panier-fleurs-herbe_wp

Semaine Sainte

Elle est pour les chrétiens la semaine précédant ainsi Pâques. Le dimanche des Rameaux, marquant l’entrée dans cette semaine sainte. Elle commémore le triduum pascal. Cette période de 3 jours pendant laquelle est célébrée la Passion, la Mort et la Résurrection de Jésus. Commençant le jeudi soir de cette semaine et se finissant le soir du dimanche de Pâques, ces 3 jours sont le sommet de l’année liturgique ; c’est par sa mort que le Christ a détruit la mort et c’est par sa résurrection qu’il a restauré la vie.

Le terme « triduum », littéralement « période de trois jours », indique des prières qui durent donc pendant 3 jours et l’adjectif « pascal » caractérise la relation avec Pâques. Le triduum pascal s’appelle aussi triduum sacrum.

English Easter_oeufs-fleurs-jonquilles_wp

Le Jeudi Saint évoque Jésus qui lava les pieds de ses 12 apôtres et prit son dernier repas avec eux, le Vendredi Saint marque le jour de sa crucifixion et sa mort, et le Samedi Saint rappelle sa mort et son ensevelissement Ce dernier est un jour de silence, d’attente et de recueillement.

Dans le rite romain (rite catholique), ni messe, ni baptême, ni mariage ne sont célébrés ce jour-là et la sainte communion (eucharistie) est donnée uniquement dans le cadre de l’onction des malades. La célébration de la Résurrection commence le samedi soir à la veillée pascale, tandis qu’avant la réforme de la Semaine Sainte amorcée par Pie XII, elle avait lieu le samedi matin.

English Easter_oeufs-rouges_wp

Dans le rite byzantin (rite orthodoxe et relatif à certaines Églises catholiques orientales), le Samedi Saint marque la fin du Grand Carême. Les vêpres et la liturgie de Saint Basile, ponctuées de lectures des psaumes et d’hymnes de la Résurrection évoquant la descente du Christ aux Enfers, sont fêtées comme la « Première Résurrection » d’Adam et la victoire sur la mort. Cette célébration solennelle de l’office divin provient de l’ancienne tradition liturgique de l’Église de Constantinople. Les chrétiens orthodoxes appellent la Semaine Sainte la Grande Semaine, les orthodoxes de Roumanie, eux, la nomment la Semaine des souffrances.

En Angleterre, cette Semaine Sainte est caractérisée par des coutumes qui sont établies dans le temps pour s’inscrire dans la tradition folklorique de Pâques.

English Easter_chaise-fleurs_wp

Lundi et Mardi de Pâques

Cette tradition pascale anglaise, qui à ma connaissance n’existe pas chez nous en France, en tout cas, est appelée lifting ou headline.

Cette coutume consiste aux jeunes garçons et filles d’aller de maison en maison avec une chaise décorée de fleurs. Les filles s’assoient à tour de rôle sur la chaise et les garçons la soulèvent trois fois dans les airs. Cette action apporte la chance à la jeune fille. Celle-ci remercie l’un des garçons de son choix en lui remettant de l’argent ou en l’embrassant. Le lendemain, les rôles sont inversés.

English Easter_oeufs-panier-fleurs-déco_wp.jpg

Beaucoup d’autres évènements traditionnels ont lieu durant cette Semaine Sainte, Easter Eggs, Maundy Thursday, Good Friday, Easter Bunny, Easter Sunday et Easter Monday, qui feront chacun l’objet d’un article quotidien pour cette période pascale jusqu’au 2e jour de l’octave de Pâques.

Je vous retrouve donc demain pour vous présenter la suite des traditionnelles festivités de Pâques made in England…

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_oeufs-paniers-fleurs_wp

Pâques est l’une des fêtes les plus importantes du christianisme. Avec Noël, elle est la fête la plus célébrée en Angleterre. Cette fête religieuse commémore la résurrection de Jésus pour les chrétiens et la traversée de la Mer Rouge pour les juifs.

Le Nouveau Testament la situe le surlendemain de la Passion (ensemble des événements qui ont précédé et accompagné la mort de Jésus de Nazareth), soit le 3e jour. La solennité précédée par la Semaine Sainte commence le dimanche de Pâques.

Depuis l’an 325, Pâques se célèbre le dimanche qui suit la pleine lune printanière, entre le 22 mars et le 25 avril. C’est-à-dire que la date est fixée au 1er dimanche après la pleine lune suivant le 21 mars, au plus tôt le 22 mars et au plus tard le 25 avril, si la pleine lune tombe le soir du 21. Cette lune n’est pas celle observée, mais celle dite ecclésiastique.

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_oeufs-verts-nid-fleurs_wp

Les Églises occidentales, ayant adopté le calendrier grégorien simultanément avec celui du cycle lunaire, ont un jour de célébration différent de celui des Églises orthodoxes. Ce décalage pouvant aller jusqu’à 5 semaines selon les années, et exceptionnellement 4, si la lune est nouvelle à Rome mais pas à Constantinople.

Certaines Églises chrétiennes ont choisi la Pâque quartodécimaine en concordance avec la Pâque juive. La Pâque quartodécimaine est une fête religieuse célébrée jusqu’à la fin du 4e siècle par les Églises chrétiennes d’Asie qui commémoraient la Pâque au soir du 14 Nissan, la veille de la Pâque juive. Nissan est le 1er mois du calendrier juif fixé de sorte que le premier jour de Nissan corresponde à la nouvelle lune du printemps.

Après ce petit rappel religieux, de quelle façon célèbre-t-on les Pâques en Angleterre d’un point de vue culinaire ?

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_oeufs-nid-fleurs_wp

En France, pour le repas du dimanche de Pâques, le gigot d’agneau rôti accompagné de légumes est le plat traditionnel. En Angleterre, l’agneau pascal l’est aussi, mais présenté et préparé différemment. Les côtelettes, souris ou autre morceau d’agneau sont cuisinés traditionnellement avec une gelée de pommes parfumée à la menthe ; le célèbre lamb with mint. Il existe un autre plat traditionnel, le jambon de Pâques, dont celui-ci est servi le plus souvent le lundi de Pâques.

Cela dit, ces deux plats anglais ne feront pas l’objet de l’article d’aujourd’hui, mais celui de lundi prochain. Nous allons plutôt nous intéresser à deux autres spécialités typiques qui entrent dans la composition culinaire traditionnelle de Pâques en Angleterre.

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_hot-cross-buns_wp

Hot cross bun

Il s’agit d’une brioche chaude sur laquelle une croix est façonnée sur le dessus, appelée également cross-bun, brioche de Vendredi Saint parmi les franco-canadiens. C’est un petit pain (souvent de forme arrondie) sucré, levé, avec des épices, raisins et fruits confits, en général type agrumes, et marqué ainsi d’une croix sur le dessus. La croix peut être une composition pâtissière, mélange de farine et d’eau, en papier de riz, un glaçage ou tout simplement représentée avec deux coupures à angle droit. Mangée traditionnellement le Vendredi Saint dans les pays anglo-saxons, elle fait néanmoins partie des pâtisseries que l’on trouve toute l’année au Royaume-Uni. Le terme hot cross bun n’est pas attesté avant 1733. Le hot cross bun est culturellement consommé au petit déjeuner.

Il existe aussi une comptine anglaise portant le même nom.

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_oeufs-rubans_wp

Dans de nombreux pays de tradition chrétienne, les petits pains étaient consommés par coutume chauds ou toastés le Vendredi Saint avec à leur sommet une croix symbolisant la crucifixion.

Cependant, certains imaginent cette coutume antérieure à la chrétienté. Des petits pains similaires étaient consommés par des Saxons en l’honneur de la déesse Éostre (l’un des thèmes de l’article de demain), la croix symbolisant les 4 quartiers de la Lune. Et d’autres affirment que les Grecs marquaient des gâteaux d’une croix bien avant.

Selon encore l’Anglaise Elizabeth David, auteur de livres de cuisine, les rois protestants anglais voyaient dans ces brioches un reste dangereux de la foi catholique en Angleterre, car ils étaient cuits à partir de la pâte utilisée pour l’hostie. Bien que l’église protestante ait tenté d’interdire la vente de ces brioches par les boulangers, leur popularité était trop importante pour aboutir à cette interdiction. Mais, la reine Elizabeth I écrivit une loi qui permettait aux boulangeries de vendre les hot cross buns seulement à Pâques et à Noël.

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_oeufs-rubans-color_wp

Dans le folklore anglais, de nombreuses superstitions existent à propos de ces brioches. L’une d’entre elles avance que les hot cross buns cuits et servis le Vendredi Saint ne se gâtent ni ne moisissent durant l’année qui suit. Une autre croyance suggère de les garder dans un but médicinal ; un morceau de ce pain donné à un malade l’aiderait à guérir. Ou encore. Partager un hot cross bun avec quelqu’un garantirait l’amitié pendant l’année à venir en particulier en prononçant en même temps « Half for you and half for me, between us two shall goodwill be », « Une moitié pour moi et une moitié pour toi, entre nous l’entente règnera ». Il est dit aussi qu’il faut les embrasser avant de les manger, à cause de la croix. Avoir un hot cross bun avec soi lors d’un voyage en bateau protège du chavirement du bateau. En accrocher un dans la cuisine protège du feu et permet à tous les pains d’être bien réalisés et cuits. Le petit pain accroché est remplacé chaque année.

Enfin, des grandes chaînes de supermarchés au Royaume-Uni produisent des variations de la recette traditionnelle, telles des petits pains au toffee, à l’orange et à la canneberge ou des petits pains à l’orange et à la cannelle.

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_simnel-cake_wp

Simnel cake

Il s’agit d’un cake léger, grillé, composé de deux couches de pâte d’amande ou massepain, l’une au milieu et l’autre au sommet.

Il a été créé à l’origine pour le dimanche médian (4e dimanche) du carême, dit dimanche de Lætare. Ce terme provient de l’incipit(1) de l’introït(2) Lætare, « Lætare Jerusalem », « Réjouis-toi, Jérusalem ».

11 ou 12 boules de massepain sont posées sur le gâteau, symbolisant seuls les 11 apôtres sans Judas, ou Jésus et les 11 apôtres sans Judas. Cette tradition s’est développée à la fin de l’ère victorienne, coupant ainsi avec la tradition victorienne qui consistait à décorer les gâteaux avec des fruits et des fleurs.

Le gâteau est composé de farine blanche, sucre, beurre, œufs, mélange d’épices, de fruits secs, zestes et pelures de fruits confites.

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_oeufs-marguerites_wp

(1) Incipit : Il désigne les premiers mots d’une œuvre musicale ou d’un texte littéraire. Dans ce dernier cas, il peut s’étendre aux premiers paragraphes. Il s’agit ainsi du début d’un texte pouvant être religieux ou pas, chanté ou non. Dans un cadre religieux, selon la tradition hébraïque reprise dans le christianisme, l’incipit donne son titre au texte lu ou chanté. Le mot latin incipit vient de l’expression latine Hoc incipit liber se traduisant par Ceci commence le livre.

(2) Introït : Il est essentiellement un genre de chant grégorien réalisé au commencement de la messe et se distinguant de sa fonction réservée à la procession d’une entrée. En tant que la première des pièces qui composent le propre de la messe, son répertoire se trouve normalement dans le graduel romain. Il est donc un chant caractéristique et important dans le rite romain (rite majoritaire de l’Église catholique définissant la célébration de la messe (missel romain), les autres sacrements (rituel romain), la liturgie des Heures ou l’office divin (bréviaire) et les autres cérémonies liturgiques (rituel et cérémonial des évêques). D’autres rites sont également en vigueur dans l’Église latine, dont celle-ci est la composante de tradition occidentale de l’Église catholique, la composante orientale étant constituée par les 23 Églises dites catholiques orientales.). Ce rite romain fut créé vers le 5e siècle auprès de l’Église en Occident, à Rome.

Les traditions culinaires de Pâques en Angleterre_oeufs-tulipes_wp

Note

Vous pouvez trouver de multiples recettes sur Internet pour réaliser ces deux spécialités anglaises traditionnelles de Pâques.

Voilà pour aujourd’hui ! Lundi prochain, donc lundi de Pâques, je vous présenterai les deux autres plats traditionnels anglais pour cette célébration : l’agneau à la menthe et le jambon de Pâques.

Bon appétit !

Le printemps à l’heure

Le printemps à l'heure_horloge_wp

Nous venons de passer à l’heure d’été ! Ce changement d’heure aurait pour intérêt, selon certains, une économie d’énergie permettant de profiter plus tard de la lumière du soleil durant la période estivale ; économie relativement limitée, et dont le maintien de l’heure d’été en Europe serait motivé par le confort des loisirs en soirées estivales, selon d’autres. Quoi qu’il en soit, pour ou contre, nous venons d’ajuster notre heure locale.

En rappel, nous avons ainsi ajouté une heure à celle du fuseau horaire normal, prévalant en hiver, pour une période allant du début du printemps au milieu de l’automne. Ceci a comme effet de retarder l’heure à laquelle le soleil se lève et se couche.

Le printemps à l'heure_paint_wp

Lors du passage à l’heure d’été, les horloges sont avancées de 60 minutes, entre minuit et 4 heures du matin, selon les pays. Nous disons alors que nous dormons « une heure de moins ». Inversement, lors du passage à l’heure d’hiver, les horloges sont retardées de 60 minutes et par conséquent, nous dormons « une heure de plus ».

Cette heure d’été est principalement établie dans les régions tempérées où les variations saisonnières de luminosité rendent cette mesure pertinente.

Le printemps à l'heure_papillons_wp

Pour l’Europe, la durée s’étend donc du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre.

Pour l’Amérique du Nord, depuis 2007, cette étendue débute dans la nuit du 2e dimanche de mars au 1er dimanche de novembre.

Le printemps à l'heure_orchidées-roses_wp

Récapitulatif historique

Le 26 avril 1784, Benjamin Franklin évoque pour la première fois cette idée d’économie d’énergie en décalant les horaires, dans le quotidien français, le Journal de Paris.

Ce n’est seulement qu’à partir de 1907 que cette idée restée sans suite est reprise par le Britannique William Willet qui démarre alors une campagne contre « le gaspillage de la lumière ».

Le printemps à l'heure_papillons-roses_wp

Le 30 avril 1916, l’Allemagne est le premier pays à instaurer ce changement d’heure. Elle est ensuite suivie par le Royaume-Uni le 21 mai de la même année, où le Parlement met en place le British Standard Time, avançant une heure par rapport à celle du méridien de Greenwich. La France suit le 14 juin, puis l’institue par une loi votée le 19 mars 1917. Les États-Unis adoptent ce changement en 1918.

En 1966, L’Irlande et l’Italie rejoignent les rangs ainsi que la plupart des pays européens au début des années 1980.

Entre 1947 et 1949, l’Allemagne introduit un Hochsommerzeit (plein été) en décalant les horloges d’une seconde heure entre le 11 mai et le 29 juin.

Le printemps à l'heure_fleurs-blanches_wp

En 1940, sous l’occupation, la France observe l’heure d’été en distinguant la zone libre de la zone occupée ; la zone occupée administrée par le commandant territorial allemand Militärbefehlshaber Frankreich (général Otto von Stülpnagel) se met à l’heure allemande, soit 2 heures en été par rapport à l’heure du méridien de Greenwich et 1 heure en hiver, système actuel. Ce décalage a pour conséquence de bouleverser les correspondances de la SNCF. Les trains en provenance de la zone libre circulent avec une heure de retard dans la zone occupée, tandis que les trains en provenance de la zone occupée attendent une heure supplémentaire à la ligne de démarcation. La compagnie ferroviaire propose alors au régime de Vichy de s’aligner sur l’heure allemande. Ce qu’il fait par le décret du 16 février 1941. À la libération, l’heure d’été est abolie par le Gouvernement provisoire le 14 août 1945 tout en maintenant le décalage d’une heure.

Le printemps à l'heure_fleurs-roses_wp

Le 28 mars 1976, l’heure d’été est rétablie, suite au choc pétrolier de 1973, afin de réaliser des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage en soirée. Cette mesure ne devait être que provisoire et ne durer que le temps du choc pétrolier. On disait d’ailleurs « horaire d’été » dans le langage courant. Le passage à l’heure d’été a été établi le dernier dimanche de mars à 2 heures du matin. Jusqu’en 1995, le retour à l’heure d’hiver a lieu le dernier dimanche de septembre à 3 heures du matin. Depuis 1996, il s’effectue le dernier dimanche d’octobre à la même heure, prolongeant donc la période d’heure d’été durant une partie de l’automne.

Le printemps à l'heure_papillon-bleu_wp.jpg

Depuis 1976, le décalage par rapport à l’heure solaire en France et en Espagne est d’une heure environ l’hiver et de deux l’été. On utilise parfois l’expression « heure d’été double ».

En 1998, une harmonisation des dates de changement d’heure dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne a été effectuée afin de faciliter les communications, les transports et les échanges au sein de l’UE, par la directive 2000/84/CE du Parlement européen et du Conseil de l’Union Européenne.

Le printemps à l'heure_fleurs-pink_wp.jpg

Enfin, avec l’abandon des changements d’heure depuis 1992, en Chine, et 2011, en Russie, la majorité de la population mondiale conserve son heure légale constante toute l’année.

Je vous retrouve demain pour commencer notre période pascale qui s’achèvera donc le lundi 2 avril et vous souhaite en attendant un très bon dimanche !

Le printemps dans tous ces États

Le printemps dans tous ces États_wp

De la douceur aujourd’hui afin de terminer cette semaine et d’entamer le week-end avec ces quelques photos printanières :

Le printemps dans tous ces États_Afrique-du-Sud_wp
Afrique du Sud
Le printemps dans tous ces États_Angleterre-Londres_wp
Angleterre – Londres
Le printemps dans tous ces États_Argentine_wp
Argentine
Le printemps dans tous ces États_Australie_wp
Australie
Le printemps dans tous ces États_Brésil_wp
Brésil
Le printemps dans tous ces États_Canada-Vancouver-jardin-queen-elizabeth_wp
Canada – Vancouver – Jardin Queen Elizabeth
Le printemps dans tous ces États_France_wp
France
Le printemps dans tous ces États_Hollande_wp
Hollande
Nouvelle-Zélande – Lac Tekapo
Le printemps dans tous ces États_USA_wp
USA

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je les retirerai sur leur demande.

Bon week-end à tous !

Le printemps cinglant

Le printemps cinglant_arbre-de-vie_wp

Malheureusement, le renouveau de la nature qu’évoque cette saison ne semble pas pour autant concerner la nature humaine. En tout cas, pas ces humains-là…

Depuis le 12 mars dernier, une petite fille de 3 ans est hospitalisée à l’hôpital d’Amiens, en France, pour coups, brûlures et viol. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Le beau-père, 28 ans, et la mère âgée de 25 ans ont été mis en examen « pour violences sur mineur de moins de 15 ans par personne ayant autorité », entre autres. Tous les deux nient les faits pour l’instant.

Selon le rapport du procureur de Senlis, une petite commune de l’Oise, le beau-père de la fillette a appelé les secours pour « un accident domestique avec de l’eau trop chaude dans un bain ». La fillette avait perdu connaissance.

Les médecins ayant pris en charge l’enfant ont constaté une quarantaine d’hématomes sur l’ensemble de son corps ainsi que des brûlures. Après examen complet, ils ont attesté alors le viol.

Le beau-père n’a qu’un casier judiciaire comportant des délits mineurs. Quant à la mère, elle ne serait pas connue des services de police.

Enfin, le procureur s’est également exprimé sur le constat du viol : « Sur des faits de viol, je pense que les faits sont matériellement avérés, mais je n’ai pas suffisamment d’éléments pour savoir qui les a occasionnés ».

Alors que nous avons tendance à penser que ce genre de faits divers ne touchent que les États-Unis, nous sommes bien tristement forcer de constater que la France est de même atteinte par cette folie sans nom.

Quelle est donc cette société qui part à la dérive ? Vers quel avenir allons-nous ?

Qu’est-ce que le printemps ?

Qu'est-ce que le printemps_wp

Poursuivons cette semaine avec le printemps, avant de nous plonger dans la période des Pâques qui commence la semaine prochaine pour se terminer avec son lundi d’après.

Même si nous connaissons nos quatre saisons, serions-nous capable de les définir ? Bien que nous puissions décrire nos sensations vis-à-vis de chacune d’entre elles, savons-nous vraiment à quoi elles correspondent ?

Intéressons-nous donc à cette saison du printemps avec ce récapitulatif :

Qu'est-ce que le printemps_papillons_wp

Météorologie

Petit rappel. D’un point de vue météorologique, le printemps est défini comme une demi-saison se positionnant entre la saison froide et la saison chaude. Elle se caractérise par une variation entre les températures froides de l’hiver passé et les températures chaudes de l’été qui suit.

Dans l’hémisphère nord, toujours dans le sens météorologique, le printemps commence précisément le 1er mars et se termine le 31 mai.

Dans l’hémisphère sud, le printemps météorologique australe est inversé et se situe donc de septembre à novembre.

Cette perspective est différente de l’aspect calendaire.

Qu'est-ce que le printemps_soleil-herbe_wp

Calendrier

Les dates (début et fin) du printemps calendaire correspondent aux dates du printemps astronomique ou à celles du printemps météorologique ou encore à celles des équinoxes et solstices qui se placent au milieu des saisons astronomiques. Ces dates varient selon les pays, les traditions et les époques.

En France, le printemps calendaire démarre le jour de l’équinoxe(1) de printemps, le 20 ou 21 mars le plus souvent, et s’achève le jour du solstice(2) d’été, le 21 juin la plupart du temps. Dans son calendrier civil, le printemps commence conventionnellement le jour de l’équinoxe de printemps ; celui-ci ne correspondant ni au printemps ni astronomique, ni au printemps météorologique. Puisque l’équinoxe de printemps n’est astronomiquement pas le début du printemps, mais son milieu. Et sous un angle météorologique, le mois de mars dans son ensemble est en moyenne plus doux que les mois de décembre, janvier et février, et en règle générale, dans l’hémisphère nord, que celui de novembre, faisant par conséquent du mois de mars un mois typiquement printanier.

Qu'est-ce que le printemps_fleurs-purple_wp

Dans le calendrier iranien, le premier jour du printemps, Norouz, est le premier jour de l’année. Norouz est la fête traditionnelle des Iraniens fêtant le Nouvel An du calendrier persan, donc le premier jour du printemps. Il est célébré par certaines communautés le 21 mars et par d’autres le jour de l’équinoxe vernal, dont la date varie entre le 20 et le 22 mars.

En Russie, le printemps démarre le 1er mars, suivant le printemps météorologique. Et en accord avec le printemps météorologique de l’hémisphère sud, le printemps débute le 1er septembre en Australie et Nouvelle-Zélande.

Dans le calendrier chinois, calendrier luni-solaire (basé sur le cycle annuel du soleil et le cycle régulier des phases de la lune), à l’image des calendriers hébraïque, samaritain et tibétain, le printemps commence vers début de février et se finit vers fin avril. Il coïncide avec les dates du printemps astronomique et sa fête correspond à son Nouvel An ; début des semences et d’une fête durant deux semaines.

Dans le calendrier celtique traditionnel, le printemps démarre au 1er février avec la fête d’Imbolc, ainsi en cohérence avec le calendrier astronomique. Ce dernier situera ensuite le début de l’été au 1er mai, non au 21 juin, jour du solstice et donc au milieu de l’été, le début de l’automne au 1er août et le début de l’hiver au 1er novembre.

Qu'est-ce que le printemps_fleurs-papillons-transparent_wp

Nature

Le printemps est, en zone tempérée, la saison des giboulées. Il se particularise par une alternance de pluies et de journées ensoleillées ainsi que par la fonte des neiges. Aussi, les habitations et les champs proches des cours d’eau se trouvent fréquemment inondés durant cette saison à cause du sol gorgé d’eau. D’ailleurs, en Nouvelle-Angleterre, Nord-Est des États-Unis, le printemps est appelé « saison de la boue ».

En fonction de la durée et la rigueur de l’hiver, le réveil de la nature dans les différents pays tempérés s’observe de la mi-mars à la fin avril, voire mai dans les pays rigoureux comme le Canada.

Qu'est-ce que le printemps_soleil-landscape_wp

Les arbres reprennent leur feuillage sous l’effet des températures clémentes, des pluies répétées et du soleil plus présent. La sève remonte, les bourgeons réapparaissent et les nouvelles feuilles d’un vert plus ou moins clair selon les espèces croissent jusqu’à leur maturité pour se foncer pendant l’été. Les oiseaux migrateurs reviennent et les animaux en hibernation se réveillent.

Certains arbres fruitiers, tels que les pommiers, les cerisiers, etc., fleurissent en premier. Leurs fleurs tombent ensuite ou sont emportées par le vent pour laisser alors place à de jeunes feuilles.

Quant aux prairies et champs, ils se recouvrent de fleurs et d’une nouvelle herbe jeune qui font le bonheur du bétail ayant été au régime foin durant tout l’hiver.

Qu'est-ce que le printemps_soleil-tulipes_wp

(1) Équinoxe : Moment de l’année où le Soleil traverse ainsi le plan équatorial terrestre ; changeant d’hémisphère céleste. Ce jour-là, à midi, le Soleil est précisément au zénith sur l’équateur terrestre. La ligne d’équinoxe ou ligne équinoxiale, est la droite d’intersection du plan de l’écliptique (étant celui de l’orbite de la Terre) avec le plan de l’équateur céleste (étant celui de l’équateur terrestre). Cette droite est perpendiculaire à la ligne des solstices ou ligne solsticiale. Un équinoxe ou point équinoxial est l’un des deux points d’intersection de la ligne des équinoxes avec la sphère céleste. Une année connaît deux équinoxes ou points équinoxiaux ; le premier entre les 19 et 21 mars et le second entre les 22 et 23 septembre. Par extension, les équinoxes peuvent définir les jours de l’année durant lesquels ces passages au zénith se produisent. Les dates de ceux-ci sont associées conventionnellement à celles du début du printemps et de l’automne.

Qu'est-ce que le printemps_fleurs-papillons_wp

(2) Solstice : Phénomène astronomique se créant lorsque la position apparente du Soleil vu de la Terre atteint son extrême méridional (sud) ou septentrional (nord) selon le plan de l’équateur céleste ou terrestre. Les mots analogues pour désigner l’ouest et l’est étant respectivement occidental et oriental. Le solstice s’oppose donc à l’équinoxe qui, comme précédemment défini, se produit lorsque la position apparente du Soleil est située sur l’équateur céleste. Alors que les équinoxes se caractérisent par une durée égale entre le jour et la nuit, les solstices correspondent à une durée de jour minimale (en décembre dans l’hémisphère nord) ou maximale (en juin dans l’hémisphère nord). Par extension, les solstices citent les jours de l’année durant lesquels ces évènements astronomiques se produisent. Ainsi, les jours proches du solstice d’été sont les plus longs de l’année et ceux près du solstice d’hiver sont par logique les plus courts de l’année. La date des solstices cadre avec le début de l’été ou de l’hiver astronomique. Dans les régions tempérées, les solstices tout comme les équinoxes sont souvent employés pour définir les saisons du calendrier. Ils peuvent délimiter le début de l’été et de l’hiver ou marquer le milieu de ces deux saisons. À l’identique des saisons, les dates des solstices d’hiver et d’été sont inversées pour les hémisphères nord et sud. Une année connaît deux solstices ; dans le calendrier grégorien, le premier est aux alentours du 21 juin et le second autour du 21 décembre. Ces datent varient au cours des années ainsi qu’elles évoluent sur les grandes périodes de temps en fonction des légers mouvements de l’axe de rotation de la Terre.

Qu'est-ce que le printemps_soleil-nature_wp