USA : baby boom à l’hôpital St Cloud !

usa_baby boom à l'hôpital st cloud_minnesota-flag_wp

Relayé par la chaîne de télévision américaine Fox 9 et l’émission de télévision américaine Inside Edition, ce fait divers est aussi extraordinaire qu’attendrissant.

L’année 2018 a révélé un bilan surprenant pour l’hôpital St Cloud dans le Minnesota aux États-Unis. Dans la même unité de cet hôpital 31 infirmières ont donné naissance à 32 bébés cette même année. Un véritable baby boom ! Et celui-ci ne s’est pas produit du côté des patientes mais de celui de l’équipe du service de maternité.

31 infirmières sont tombées enceintes presque en même temps et ont donc accouché en 2018, dont l’une d’entre elles a mis au monde des jumeaux.

Celle-ci a d’ailleurs déclaré à Fox 9 : « J’avais des tas de gens qui me disaient quand j’étais enceinte ‘Oh, mon Dieu, chaque infirmière ici est enceinte’ et on disait ‘Oui, ne buvez pas l’eau‘ ». Une autre infirmière a expliqué à Inside Edition : « Il était notre premier alors c’était un grand soulagement de venir travailler avec toutes les autres femmes enceintes et de se dire ‘Hé, ça est-ce normal ? Ça est-ce normal ?’ Et juste avoir ce poids enlevé de mes épaules ».

Cet évènement rare, un record du nombre de naissances pour cette unité cette année-là, ne pouvait passer inaperçu. Les 31 mamans et les 32 bébés ont été alors réunis pour une séance photo grandeur nature afin d’immortaliser ce moment. Les bébés portaient tous des T-shirts blancs avec un numéro correspondant à leur ordre d’arrivée dans le monde.

usa_baby boom à l'hôpital st cloud_minnesota-équipe-infirmières_wp

Publicités

USA : un Noël dans le ciel !

usa_un noël dans le ciel_nature-houx_wp

Autre fait divers qui a adouci cette fin d’année 2018. Un papa de l’Ohio a décidé de passer le Réveillon et le jour de Noël avec sa fille hôtesse de l’air qui travaillait à ce moment. Je vous invite à découvrir cette histoire pleine de tendresse relayée sur le site aufeminin. Histoire dont vous avez probablement entendu parler.

Nancy Grace Roman

Nancy Grace Roman_couronne-nouvel-an_wp

L’année 2018 s’est achevée de façon mouvementée. Elle a laissé derrière elle ses bons et mauvais souvenirs. Elle a surtout enterré de nombreux personnages célèbres, tels que Charles Aznavour, France Gall, Maria Pacôme, Pierre Péchin, Mauranne ou encore Nancy Grace Roman.

Née le 16 mai 1925 à Nashville, dans le Tennessee, aux États-Unis, Nancy Grace Roman est décédée le 25 décembre 2018 à Germantown, dans le Maryland.

Cette astronome, l’une des premières femmes cadre à la NASA, fut reconnue comme la « Mère de Hubble ».

Conférencière et enseignante très active, elle a passé sa carrière à défendre la place des femmes dans les sciences.

Nancy Grace Roman_1925-2018_wp

N. B. : Aucun rapport avec l’article. Merci à tous et toutes pour vos vœux qui me sont allés droit au cœur.

USA : une fillette a empêché son kidnapping

USA_une fillette a empêché son kidnapping_arizona-flag_wp

Grâce à une règle de sécurité familiale astucieuse, un « mot code », une fillette de 11 ans à parer à son propre enlèvement.

Les faits remontent en début de ce mois et ont été rapportés sur le média ABC15 Arizona. Le bureau du shérif du Comté de Pinal, en Arizona, a expliqué l’affaire dans un message d’alerte sur sa page Facebook :

USA_une fillette a empêché son kidnapping_arizona-pinal-county-sheriff's-office_wp

« Attention :

Le mercredi 7 novembre, un adjoint du Comté de Pinal s’est rendu dans une maison située dans le quartier de North Pecan Creek, près de Gantzel et Ocotillo Roads, suite à un signalement de tentative d’enlèvement.

À 15 h 45, une jeune fille de 11 ans marchait avec un ami près du parc du quartier quand un homme conduisant un véhicule utilitaire sport blanc s’est garé à côté d’eux. L’homme a dit à la fillette que ses frères avaient eu un grave accident et qu’elle devait l’accompagner. L’enfant a demandé à l’homme quel était le « mot code », mais il ne le savait pas et est parti.

« Nous félicitons les parents de cet enfant d’avoir établi un mot code et d’avoir parlé à leurs enfants du danger que représentent des étrangers », a déclaré le shérif Mark Lamb. « Nous espérons que cette publication encouragera les parents à avoir cette conversation et à créer un plan avec leurs enfants pour qu’ils sachent quoi faire s’ils se trouvent dans cette situation. »

Les enfants du quartier disent avoir vu ce SUV dans le quartier, faisant le tour du parc plusieurs fois par jour. L’homme a couvert la majeure partie de son visage avec sa main tout en parlant à la fillette pour dissimuler tout élément d’identification. Il est décrit comme un homme de race blanche, peut-être dans la quarantaine, avec une courte barbe. Le SUV a été décrit comme probablement similaire à un Ford Explorer. Nous demandons aux gens d’être en alerte et d’appeler au 520-866-5111 pour plus d’informations. »

USA_une fillette a empêché son kidnapping_arizona-seal_wp

Interviewée par ABC15 Arizona, la maman de la fillette, Brenda James, a déclaré : « Cette fois, cela a sauvé la vie de ma fille […] Nous sommes arrivés en réalité il y a quelques mois. C’était donc quelque chose de très récent qui provient d’une histoire que j’ai lue ».

« C’est généralement ce que je considère une zone assez sûre. Je n’ai jamais rien entendu de mauvais […] Je vais certainement rentrer à la maison et avoir une conversation avec ma fille et développer un mot de code tout au moins », a témoigné Patrick McDonald qui habite à proximité.

USA : l’avortement passible de la peine de mort ?

USA_l'avortement passible de la peine de mort_ohio-flag_wp

Aux États-Unis, l’IVG est en plein cœur d’un débat entre différents États depuis un certain temps déjà. Des États souhaitent mettre un terme à ce droit.

C’est notamment le cas de l’Ohio qui vient d’adopter un projet de loi à la Chambre visant à interdire l’IVG pour une femme enceinte de plus de 6 semaines, loi votée sur laquelle le Gouverneur a posé son veto.

La loi baptisée House Bill 565 considère le fœtus tel « un être humain à naître » en estimant ainsi l’avortement comme un crime. Une femme qui déciderait d’avorter au-delà de ces 6 semaines et les médecins qui l’auraient aidée seront jugés au même titre qu’un criminel. Ils encourront la peine à vie et la peine de mort est même envisagée. Aucune exception n’est prévue en cas de danger pour la vie de la mère, de viol ou d’inceste.

Heidi Sieck, co-fondatrice du mouvement #VOTERPROCHOICE en faveur du droit à l’IVG a déclaré sur le site Refinery29 : « L’Ohio vient de nous faire un pas de plus pour devenir une nation à naissance forcée. Les législateurs de l’Ohio interdisent l’avortement avant même que les femmes sachent qu’elles sont enceintes – et nous devons nous lever et dénoncer ce projet de loi dangereux. »

Les États Alabama et Virginie-Occidentale menacent aussi ce droit à l’IVG.

Bon dimanche !

USA : la Californie en feu

USA_la Californie en feu_Paradise-flag_wp

Pendant presque deux semaines, cet État américain a connu une série de feux de forêt la plus meurtrière de son histoire. Cet incendie de grande ampleur affiche actuellement un bilan provisoire de plus de 1 000 personnes disparues et près de 80 morts. Plus de 60 000 hectares ont brûlé dans le nord de la Californie.

Des villes et des vies en ruine.

C’est surtout le cas de la ville de Paradise qui a été entièrement dévastée par les flammes. Baptisé « Camp Fire », l’incendie s’est déclaré le 8 novembre dernier et a réduit en cendres cette ville. Située dans le Comté de Butter au nord de la vallée centrale de Californie, à environ 24 km au nord-est de Chico, à 160 km au nord de Sacramento et à 280 km au nord de San Francisco, elle s’étend sur 47,3 km2 et sa population était de 27 000 habitants environ.

USA_la Californie en feu_Paradise-seal_wp

12 000 maisons et plus de 61 1000 hectares ont été ravagés par les flammes. Mais grâce à l’intervention des pompiers qui sont parvenus à gagner du terrain au cours des derniers jours, le sinistre a pu être contenu à 70 % environ.

Le chiffre des personnes portées disparues reste encore imprécis. Il a été fourni à partir de données brutes, provenant notamment d’appels téléphoniques aux secours, de noms orthographiés différemment pouvant avoir été comptés plusieurs fois pour une seule et même personne, ainsi que de certains rescapés qui ne se sont pas signalés auprès de leur famille ou des autorités. Les autorités ont donc sollicité les proches des individus encore portés disparus à donner des échantillons ADN afin d’aider à l’identification des corps retrouvés.

USA_la Californie en feu_Malibu-seal_wp

Le « Camp Fire » qui s’est étendu dans le sud de la Californie et ayant été nommé « Woolsey Fire », site de Paramount Ranch rendu célèbre par la série Westworld et situé au cœur des monts Santa Monica, a provoqué la mort de 3 personnes. Près de 200 000 individus ont été déplacés. 500 bâtiments proche de Malibu, ville côtière à l’ouest de Los Angeles, ont été détruits. L’incendie a pu être contenu à 94 % ce lundi.

Le « Camp Fire » est au-delà l’un des incendies les plus meurtriers qu’a subi la Californie. Il l’est aussi aux États-Unis depuis le début du 20e siècle. Il est comparable au « Big Burn » qui a causé la mort de 87 personnes en août 1910 dans le nord des Rocheuses. Mais il est loin du « Cloquet Fire » qui lui a comptabilisé 450 morts en octobre 1918.

Ruth Bader Ginsburg

Ruth Bader Ginsburg_1933-_wp

Née Joan Ruth Bader le 15 mars 1933 à Brooklyn, New York, cette incroyable femme est avocate, juriste et juge à la Cour Suprême des États-Unis (1) depuis 1993.

Âgée de 85 ans aujourd’hui, Ruth Bader Ginsburg est la doyenne de la Cour Suprême. À l’affiche du documentaire Notorious RBG, retraçant son parcours, sorti en Suisse depuis ce 10 octobre, elle est devenue l’incarnation de la lutte féministe et des droits civiques.

En 1993, elle est nommée juge à la Cour Suprême par Bill Clinton. Figure emblématique du féminisme et de la lutte pour une justice égalitaire, elle a aussi souffert du sexisme.

Durant ses études elle s’est entendue notamment questionner : « Mais pourquoi voulez-vous donc prendre la place d’un homme ? » Dès les années 1970, mariée à Martin Ginsburg, « le seul homme qui a considéré mon intelligence avant mon look », tel qu’elle l’a exprimé, et mère de deux enfants, elle devient professeur de droit à l’Université de Columbia. Douée pour repérer les failles juridiques, elle remporte de nombreux combats contre l’inégalité.

Ruth Bader Ginsburg_usa-supreme-court-seal_wp

L’une de ses plus belles réussites : la Lilly Ledbetter Fair Pay Act of 2009 (2) (Pub. L. 111-2, art. 181), une loi en faveur des droits des femmes dans le monde du travail, adoptée en 2009. Elle devient une icône populaire ; une apparition dans les Simpson, des gadgets à son effigie et a même son propre personnage dans l’émission Saturday Night Live.

La nomination de l’ultra-conservateur Brett Kavanaugh à la Cour Suprême, le 6 octobre dernier, malgré des accusations d’agressions sexuelles, entraîne Ruth Bader Ginsburg à être la dernière personnalité occupant un haut poste à pouvoir contrecarrer la politique de Trump, lui-même accusé de harcèlement sexuel par 13 femmes.

Ouvertement pour l’IVG, le mariage pour tous, entre autres, elle compte bien se servir de sa position importante afin de poursuivre le combat et de défendre les droits des femmes si durement acquis. Elle a d’ailleurs saisi l’occasion. À la présentation du documentaire Notorious RBG et à l’annonce de la sortie en décembre prochain du film biographique On The Basis Of Sex, qui lui sont consacrés, elle a affirmé ses intentions de faire barrage à Trump : « Si je ne le contre pas, qui le fera ? Je resterai tant que j’en aurai la force. Et pour l’instant, c’est le cas. D’ailleurs, je fais encore mes 20 pompes par jour sans problème ! »

Ruth Bader Ginsburg_student_wp

Ses prises de position lui valent les surnoms de « zombie » par les conservateurs et de « vieille schnock qui devrait partir à la retraite », de la part de Trump. Cependant, elle reçoit de nombreux éloges de beaucoup d’autres personnes. Son coach sportif, Bryant Johnson, parle d’elle ainsi : « Elle est merveilleuse. En plus, elle est capable de mettre son ego de côté : quand elle ne sait pas quelque chose, elle demande, elle écoute la réponse et elle apprend ! » Barack Obama a une grande considération à son égard : « Elle est sympathique […] Elle est vraiment remarquable et j’ai vraiment un gros faible pour elle ! » Quant à Bill Clinton, il déclarait : « J’aime sa vision progressiste, sa sagesse, son sens du consensus et sa capacité à garder des opinions équilibrées en toutes circonstances. Et, évidemment, je respecte profondément son travail de pionnière en faveur des femmes de ce pays ! »

Longue vie à cette grande Dame exceptionnelle, à celle que certains appellent la « Simone Veil » américaine…

Ruth Bader Ginsburg_usa-supreme-court-capitol_wp

(1) Cour Suprême des États-Unis : Supreme Court of the United States (SCOTUS) ou aussi United States Supreme Court, est le sommet du pouvoir judiciaire aux États-Unis et le tribunal de dernier ressort. C’est l’article III de la Constitution des États-Unis qui établit le pouvoir judiciaire du gouvernement fédéral américain. Ce pouvoir comprend la Cour Suprême et des cours inférieures définies par le Congrès. Conformément à cet article, la Cour Suprême est compétente sur tous les cas relevant de la Constitution, des lois et des traités conclus par les États. La devise de la Cour Suprême est Equal Justice under law, « Égalité de Justice devant la loi ». Elle siège à Washington D.C. (Washington District of Columbia), dans le bâtiment de la Cour Suprême, proche du Capitole où elle siégeait jusqu’en 1935, date d’achèvement de la construction de son propre bâtiment.

Ruth Bader Ginsburg_professor_wp

(2) Lilly Ledbetter Fair Pay Act of 2009 : Première loi fédérale adoptée par le Président Barack Obama le 29 janvier 2009. Elle modifie le titre VII de la loi de 1964 sur les droits civils et la loi de 1967 sur la discrimination de l’âge dans l’emploi. Elle modifie également le fonctionnement de la loi de 1990 sur les personnes handicapées et de la loi de 1973 sur la réadaptation. Pour préciser qu’une décision d’indemnisation discriminatoire ou d’une autre pratique illégale en vertu de ces lois se produit chaque fois que la compensation est payée par l’effet de la décision d’indemnisation discriminatoire ou d’une autre pratique, et à d’autres fins. Adoptée par le 111e Congrès des États-Unis le 29 janvier 2009, cette loi stipule que le délai de prescription de 180 jours pour le dépôt d’une action en justice sur l’égalité de rémunération en matière de discrimination salariale est réinitialisé à chaque nouveau chèque de paie affecté par cette action discriminatoire. Cette loi fait suite à une décision de la Cour Suprême dans l’affaire Goodyear Tire & Rubber Co., 550 US 618, de 2007. La Cour Suprême des États-Unis a fixé le délai de prescription pour l’introduction d’une action en justice correspondant à l’égalité de rémunération commençant à la date à laquelle l’employeur établit le salaire discriminatoire initial et non à la date du dernier chèque de paie.