Mériel… à résidence

Mériel... à résidence_entrée-maison_wp

Suite et fin de mes photos de la maison que je vous propose en ce dimanche du mois de septembre bien entamé. Et toujours sous le soleil…

Mériel... à résidence_bureau-déco_wp

Mériel... à résidence_bureau-meuble_wp

Mériel... à résidence_bureau-office_wp

Mériel... à résidence_cuisine_wp

Mériel... à résidence_cuisine-Clarence_wp

Mériel... à résidence_cuisine-Clarence-haut_wp

Mériel... à résidence_cuisine-coin_wp

Mériel... à résidence_cuisine-plaques-cuisson_wp

Mériel... à résidence_entrée-maison_wp

Mériel... à résidence_entrée-salle-manger_wp

Mériel... à résidence_escalier-garage_wp

Mériel... à résidence_escalier-garage-haut_wp

Mériel... à résidence_garage-partie1_wp

Mériel... à résidence_garage-partie1-entrée_wp

Mériel... à résidence_garage-partie2_wp

Mériel... à résidence_garage-partie2-entrée_wp

Mériel... à résidence_garage-partie3_wp

Mériel... à résidence_hall-meuble_wp

Mériel... à résidence_salle-à-manger_wp

Mériel... à résidence_salon-cadre-bouddha_wp

Mériel... à résidence_salon-cheminée_wp

Mériel... à résidence_wc-bas_wp

Bon dimanche !

Publicités

Lifestyle à Mériel

Lifestyle à Mériel_maison_wp

Lorsque je vous avais annoncé que mon arrivée en France ne s’était pas faite sans mal, je ne vous ai pas tout révélé.

Ce ne fut ni le déménagement, qui s’est déroulé à merveille, ni l’emménagement, qui lui aussi s’est réalisé sans trop de souci, mais ce fut le trajet.

Un parcours qui habituellement ne demande que 8 heures en voiture en partance du lieu où je résidais en Angleterre, en passant par le Tunnel sous la Manche, pour arriver alors ici s’est transformé en un très pénible circuit de 17 heures !

Lifestyle à Mériel_chambre-coucher_wp

Dardford Crossing, passage obligatoire afin d’arriver au Tunnel, est un pont autoroutier surplombant la Tamise et permettant ainsi de la traverser. Ne connaissant toujours pas la raison, nous avons tous été à l’arrêt sur ce pont durant près de 9 heures. Des milliers de voitures et de camions stationnés sur des kilomètres. L’attente fut si longue que j’ai été contrainte d’uriner dans une bouteille d’eau. Une grande première pour moi, dont je me serais bien passée. Et fait inédit que j’espère ne jamais avoir besoin de renouveler.

Inutile de vous dire le résultat qui fut une belle nuit blanche et un coucher le soir suivant à 8 heures.

Lifestyle à Mériel_chambre-coucher-lit_wp

Enfin, bien qu’aujourd’hui ce soit un lointain souvenir, que j’ai bien sûr récupéré depuis, j’ai pu vérifier la véracité du dicton populaire « il n’y a pas d’âge pour apprendre ». Pour la première fois de ma vie, j’ai connu non seulement l’expérience de la bouteille d’eau pour se soulager, mais aussi les bouchons sur la route.

Ceci dit, comme prévu, je vous présente la suite des photos de ma nouvelle demeure…

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve-dressing_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve-lit_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-mauve-lit-fenêtre_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-sofa-appareil-fitness-table-repassage_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-sofa-dressing_wp

Lifestyle à Mériel_chambre-sofa-dressing-appareil-fitness_wp

Lifestyle à Mériel_couloir-étage_wp

Lifestyle à Mériel_escalier-étage_wp

Lifestyle à Mériel_escalier-étage-bas_wp

Lifestyle à Mériel_escalier-étage-haut_wp

Lifestyle à Mériel_sdb_wp

Lifestyle à Mériel_sdb-baignoire_wp

Lifestyle à Mériel_sdb-entrée_wp

Lifestyle à Mériel_sdb-meubles_wp

Lifestyle à Mériel_wc-étage_wp

Welcome to Mériel !

Welcome to Mériel_blason_wp

Les bagages sont enfin posés et déballés. Les linges divers sont rangés dans les armoires des chambres. Vaisselle et matériels variés ont rempli les meubles de cuisine. Ses tiroirs ont accueilli tabliers et torchons. La salle de bain a fait place aux produits de beauté et autres. La maison a offert l’hospitalité à ses nouveaux pensionnaires…

Depuis le 28 août dernier, je suis donc devenue Mérielloise ainsi que la 5 057e habitante.

Mériel est une petite commune située dans le Val-d’Oise en région Île-de-France, à 10 km au nord-est de Pontoise et à 4 km en bordure sud de la forêt domaniale de L’Isle-Adam. Elle possède une histoire assez riche.

Welcome to Mériel_entrée-maison-descente_wp

Des découvertes archéologiques du 20e siècle ont pu déterminer son occupation depuis la période celtique. Son abbaye Notre-Dame du Val est fondée aux alentours de 1125 par des religieux cisterciens. Le hameau de Mériel se constitue. Les rois et prélats séduits par l’abbaye s’y arrêtent. Seigneurie au 15e siècle des Orgemont et Villiers de l’Isle-Adam, le hameau est rattaché à Villiers-Adam jusqu’en 1713 et reste sous l’influence des châtelains de Stors jusqu’au 20e siècle. En 1791, Mériel totalise 360 habitants. En 1804, des habitants du village participent à l’arrestation de complices de Georges Cadoudal, général chouan, commandant de l’Armée catholique et royale de Bretagne. Ce fait leur vaut une lettre de félicitation de Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul. En 1806, Louis Antoine Porlier, cultivateur, issu d’une famille de vignerons célèbre depuis 1619, est maire de Mériel. Au cours de la guerre franco-allemande de 1870, le lieu-dit le Champ Poirier est le témoin de combats entre soldats français et prussiens, mais sans dommage pour la commune. Afin d’exploiter des carrières de gypse à Villiers-Adam et d’expédier du plâtre à Mériel, une ligne de chemin de fer industrielle à voie étroite (0,75 m de large) est construite le long de la route de Villiers-Adam, des rues de l’abbaye et du port de Mériel. En 1943-1944, l’armée allemande ayant installé dans les anciennes carrières des ateliers de montage de fusée V1 entraîne un bombardement des Alliés sur la commune. Mériel devient ensuite un lieu de villégiature en bord de rivière proche de Paris et attire beaucoup de célébrités au 20e siècle. Cette commune était membre de la communauté de communes de la Vallée de l’Oise et des impressionnistes. Car, dans le cadre de l’achèvement de la coopération intercommunale prévue par la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, cette intercommunalité disparaît en 2016. Mériel intègre alors la communauté de communes de la Vallée de l’Oise et des Trois Forêts. Enfin, elle fait partie de la juridiction d’instance, de grande instance et de commerce de Pontoise.

Welcome to Mériel_entrée-maison-descente-fond_wp

Après ce résumé historique, je vous invite à poursuivre en photos, celles que j’ai prises de la maison dans laquelle je résiderai un certain temps, enfin plutôt de son jardin pour aujourd’hui…

Welcome to Mériel_entrée-maison-descente-garages_wp

Welcome to Mériel_entrée-maison-droite_wp

Welcome to Mériel_entrée-maison-jardin-côté_wp

Welcome to Mériel_entrée-maison-jardin-droite_wp

Welcome to Mériel_entrée-maison-portails_wp

Welcome to Mériel_entrée-maison-portails-descente_wp

Welcome to Mériel_jardin-fond-droite_wp

Welcome to Mériel_jardin-fond-fontaine-bois_wp

Welcome to Mériel_jardin-lanterne-niche-oiseaux_wp

Welcome to Mériel_jardin-lanterne-niche-oiseaux-arbre_wp

Welcome to Mériel_jardin-niche-oiseaux_wp

Welcome to Mériel_jardin-niche-oiseaux-arbre_wp

Welcome to Mériel_jardin-poirier_wp

Welcome to Mériel_jardin-pommier_wp

Welcome to Mériel_jardin-terrasse_wp

Welcome to Mériel_jardin-terrasse-panorama_wp

Welcome to Mériel_terrasse-fontaine_wp

Welcome to Mériel_terrasse-fontaine-Clarence_wp

Welcome to Mériel_terrasse-fontaine-escalier_wp

Welcome to Mériel_terrasse-fontaine-maison_wp

Welcome to Mériel_terrasse-fontaine-mur_wp

Welcome to Mériel_terrasse-garages_wp

Welcome to Mériel_terrasse-jardin-côté_wp

Et pour ce week-end, je vous présenterai la suite…

Le technicien de chez Orange…

Le technicien de chez Orange..._france-telecom-fibre_wp

Souscription effectuée au 21 août dernier auprès de ce fournisseur d’accès à Internet, et dont son réseau couvre excellemment bien la zone géographique dans laquelle je réside désormais, je devais être connectée à Internet le 30 août.

J’avais alors planifié des articles jusqu’à ce 3 septembre, par mesure de sécurité. Or, ce n’était sans prévoir cette fichue ligne téléphonique qui a ainsi occasionné une mauvaise évaluation de cette mesure de sécurité.

Le 30 août, pas d’Internet, ma ligne téléphonique étant toujours en cours d’installation. Je décide de patienter quelques jours, sachant que ce fournisseur d’accès m’avait toutefois prévenue que le délai d’attente pouvait aller jusqu’aux quinze jours.

Prise ensuite dans le tourbillon de l’emménagement, puis comme Sœur Anne ne voyant rien venir…, j’entrais en contact avec un conseiller téléphonique de ce fournisseur afin de régler la situation. Ne parvenant pas à résoudre le problème, un rendez-vous ce matin fut alors fixé.

Le technicien de chez Orange..._france-telecom_wp

Un très charmant jeune homme se présenta dans un premier temps au téléphone, puis à ma porte. Bah oui ! On a beau avoir quarante ans bien sonnés, on ne devient pas pour le moins insensible à la beauté d’un homme qui nous fait regretter à ce moment de ne plus avoir vingt ans. Bref. Très courtois et serviable, ce technicien qui a trouvé la solution recevra une cote de notation de 10/10 à la réception du mail qui me sera envoyé afin de l’évaluer. Et me voici donc de nouveau aux commandes de mon ordinateur.

Malgré une certaine impatiente de ma part, estimant que quinze jours d’attente pour une mise en service téléphonique et d’Internet c’est un peu long, j’ai découvert en parallèle ce fournisseur d’accès que je ne connaissais pas ou tout du moins que de nom. Hé bien ! Ce fut une belle découverte. Du contact avec la toute aussi charmante jeune femme lors de ma souscription au conseiller téléphonique jusqu’au technicien, les services proposés et la réactivité face à un souci sont à la hauteur. Je suis par conséquent, et pour l’instant, satisfaite de mon nouveau fournisseur d’accès à Internet.

Ceci dit, il y a bien un point commun sur ce sujet avec l’Angleterre, les délais d’attente pour accéder à Internet sont tout autant longs. Il est à se demander si les fournisseurs d’accès à Internet d’ici ou d’ailleurs, et ce quel que soit leur titre, réseau, etc., ne vont pas jusqu’à Trifouillis-les-Oies directement tirer les lignes pour les amener à bon port…

En France !

En France_tour-eiffel_wp.jpg

Coucou les amis !

Me voilà enfin de retour parmi vous ! Et non sans mal !

Entre l’emménagement, le domaine administratif à régler afin de régulariser ma situation, les charges incombant à la maison (eau, électricité, etc.) et mon souhait (non exaucé) de ne pas mettre en stand-by ce blog, j’ai réussi à vous rejoindre !

Enfin surtout Internet ! Ou plutôt le téléphone ! La connexion Internet était installée dès mon arrivée, mais pas la ligne téléphonique. Donc sans celle-ci, pas d’accès à Internet !

Et mine de rien ou de crayon, comme vous voulez, c’est dans ce cas que l’on se rend compte qu’aujourd’hui on ne peut plus se passer de cette technologie.

Mais avant de vous raconter mes petites péripéties (dans l’article qui va suivre), je tiens absolument à vous remercier tous et toutes pour vos très charmants commentaires auxquels je réponds ici en tir groupé, en espérant ne froisser aucun et/ou aucune d’entre vous.

Merci pour vos encouragements, vos vœux de bons déménagement et emménagement, vos soutiens partagés et votre accueil en France.

Avant donc de vous retrouver, je vous envoie des tonnes de…

En France_coeur-bisous-rouge-à-lèvres_wp

À la cuisine !

À la cuisine_wp

Ah la cuisine française ! Malgré des découvertes culinaires anglaises intéressantes, rien ne vaudra quand même notre belle gastronomie française. C’est bien d’ailleurs ce point « alimentaire » qui ne me manquera pas dans ma nouvelle vie.

Je vais enfin retrouver mes cuisses de grenouilles, mes bons escargots au beurre à l’ail, un vrai plateau de fruits de mer avec ses bulots, bigorneaux, etc., un plateau de fromage digne de ce nom, avec ses fromages qui puent, qui arrachent la tronche… Et le vrai pain, les pâtisseries alléchantes, la charcuterie, la choucroute, le cassoulet, les tripes… les bons petits plats bien français qui m’ont tant manqué…

À la cuisine_boeuf-bourguignon_wp

À la cuisine_choucroute_wp

À la cuisine_cuisses-de-grenouilles_wp

À la cuisine_escargots-beurre-ail_wp

À la cuisine_petit-salé-lentilles_wp

À la cuisine_ratatouille_wp

N. B. : Ces photos ne m’appartiennent pas. Si elles sont soumises à des droits réservés et que leurs auteurs souhaitent qu’elles n’apparaissent plus sur ce blog, je le retirerai sur leur demande.

Bon appétit !

Bientôt la rentrée des classes !

Bientôt la rentrée des classes_bonhommes-action_wp.jpg

Alors que beaucoup (surtout nous, les femmes) se préparent à l’entrée de l’été en faisant un régime afin d’être au top pour les vacances, durant lesquelles tout le poids perdu sera repris, avec un supplément en extra, nombreux (ses) autres, voire les mêmes parfois, se replongent dans un autre régime pour perdre ces kilos en surplus.

Hé bien, en ce qui me concerne, avec le rythme effréné que j’ai été contrainte de prendre durant cette période de vacances d’été pour l’organisation de ma nouvelle vie, je n’ai pas eu besoin d’un quelconque régime, et ce malgré les quelques restaurants ! Aussitôt pris, aussitôt perdu ! C’est le cas de le dire.

Focus

Bref, une année scolaire toute neuve va bientôt débuter. Mais, cette « rentrée des classes » me sera particulière, elle se fera en France. Je ne verrai plus ces petits écoliers anglais, ou grands aussi, dans leur bel uniforme marcher sur le chemin de l’école. Je n’aurai plus des petits bouts de chou qui viendront frapper à ma porte pour des bonbons à Halloween. Je ne vivrai plus la magie de Noël en me baladant dans les rues illuminées par les maisons décorées qui les bordent tout du long. Je ne connaîtrai plus le bonheur du dimanche qui ressemble aux jours de la semaine, sans compter le lundi où j’ai eu l’amère constatation de voir en France que tout était aussi fermé, en gros un second dimanche bien français avec ses rues désertes…

Ce sera une rentrée automnale où je ne verrai plus non plus mes petits écureuils grimpés dans les arbres et courir sur le gazon en faisant des petits bonds. Mes petits renards, des faons parfois, ne viendront plus me rendre visite. Le hululement des chouettes ne se fera plus entendre dans la nuit à l’arrivée de cette saison. Les pies ne voleront plus les cerises de mon jardin. Les faisans ne se promèneront plus sur les chemins ou les routes même. Mes familles de rouges-gorges, de mésanges et des tas d’autres variétés d’oiseaux ne me feront plus un petit coucou sur les rebords de mes fenêtres…

Bientôt la rentrée des classes_bonhommes-grow_wp

Je n’entendrai plus le ronronnement des tondeuses toute la semaine, auquel on s’habitue vite en fin de compte, et ce même le dimanche. Je ne m’émerveillerai plus à la vue de ces jardins somptueux où la nature s’épanouit librement avec respect. Des grands arbres qui se développent à leur guise. Des haies mitoyennes qui ne sont pas taillées au millimètre près, sans la crainte de voir un voisin menaçant débarquer vous enjoignant de couper le millimètre de hauteur en trop qui le dérange. Des fleurs qui poussent par multitude. Des plantes diverses et variées qui se déploient, bordant l’intérieur des jardins, et qui ne se retrouvent pas enfermées dans des pots ou des jardinières… Une nature non aseptisée…

Néanmoins, ce sera une rentrée où le bon manger sera de retour dans l’assiette. Le lapin, le veau, etc. vont s’inviter à table. Les variétés de poisson aussi. Toutes sortes de salades se présenteront sur les étals des marchés ou dans les rayons des supermarchés. Je vais enfin pouvoir de nouveau déguster une bonne frisée, une feuille de chêne… Je vais tout simplement retrouver la bonne gastronomie française.

Bientôt la rentrée des classes_bonhommes-learn_wp

Ce sera donc ma rentrée des classes dans mon pays d’origine, où se réaccoutumer devra se faire et prendra le temps de se faire. Un retour au pays, comme l’on dit, avec le recul de toutes les expériences anglaises, un état d’esprit, par évidence, bien différent, un besoin de se reconnecter un peu avec le passé laissé derrière soi il y a plus de 5 ans, de s’adapter aussi à l’évolution du pays et de ses citoyens qui s’est faite sans soi… Un retour au pays qui ne l’est finalement pas vraiment, mais plutôt une redécouverte de son propre chez soi…

La Villa de L’Écluse

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel_wp

Cet hôtel-restaurant est « un trait d’union entre l’effervescence parisienne et la féerie d’un haut lieu touristique symbolisé par la vallée des impressionnistes », tel se décrit-il sur son prospectus.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-côté_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-devant_wp

Hé bien, c’est vrai !

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-lounge_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-terrasse-transats_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-origine_wp

Hôtel avec 4 étoiles à son palmarès, il a été créé il y a 5 ans. Cet établissement flambant neuf est moderne tout en offrant un côté cosy. L’endroit est tout simplement magnifique, surtout lorsque l’on apprend qu’à l’origine le bâtiment était un squat.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-salle-côté-terrasse_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-salle_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-bar_wp

De l’intérieur avec son bar lounge, proposant une prestigieuse sélection de 43 whiskies, 23 champagnes, plus de 30 cocktails et près de 100 références de vins, sa véranda, dans laquelle est servie le petit déjeuner, ses chambres (dont la mienne en tout cas était d’une grandeur impressionnante), à son extérieur avec sa terrasse longeant ses trois façades, sur laquelle on pouvait aussi prendre le petit déjeuner et boire quelques verres le soir, la Villa de L’Écluse est un véritable lieu de détente.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-déco-côté-accueil_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-déco-côté-entrée_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-entrée-intérieur_wp

Les trois employées auxquelles j’ai eu affaire étaient tout autant charmantes que le lieu, surtout Dora, la jeune femme qui se trouvait à l’accueil à mon arrivée et avec laquelle de nombreuses discussions ont été échangées en fin de soirée. Elle s’occupait également du service au bar le soir et venait alors m’apporter la consommation en terrasse, où là nous échangions quelques bons mots.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-accueil-Dora_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-palier_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-lit_wp

Un autre facteur important, le calme !

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-service-mini-bar_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-service_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre_wp

Quant au restaurant ? Je n’ai pu constater sa qualité ou pas, puisqu’il était fermé et dont sa ré-ouverture était prévue le jour de mon départ. Cependant, j’espère que l’occasion de retourner à L’Isle-Adam se présentera et me permettra ainsi de tester le restaurant.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-sdb_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-sdb-douche_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-chambre-sdb-wc_wp

Si vous avez donc l’opportunité de vous rendre dans cette splendide ville fleurie qui vous donne davantage l’impression de vous retrouver dans un village du sud, je vous conseille sans ombre au tableau d’aller séjourner à la Villa de L’Écluse, pour sa partie hôtellerie en tout cas.

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-côté-terrasse_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-côté-parking_wp

L'Isle-Adam_La Villa de l'Ecluse-hôtel-entrée_wp

L’Isle-Adam

L'Isle-Adam_blason_wp

Comme je vous l’ai plus ou moins évoqué hier, L’Isle-Adam fut une très belle découverte. Malgré un temps gris persistant durant ce court séjour, les températures estivales, elles, n’ont pas fléchi.

L'Isle-Adam_statue-P.C.A.-D'Ambry_wp

L'Isle-Adam_statue-Jules-Dupré-peintre_wp

L'isle-Adam_rue-ville_wp

L'Isle-Adam_rue-tournesols_wp

L'Isle-Adam_rue-parterre-fleurs_wp

L'Isle-Adam_rue-panneaux-nature-2_wp

Cette ville francilienne du centre nord du Val-d’Oise située sur la rive gauche de l’Oise est à une petite trentaine de kilomètres au nord-nord-ouest de Paris, une dizaine au nord-est de Pontoise et une bonne quarantaine au sud de Beauvais. Elle rassemble avec Parmain, sa commune voisine de la rive droite de l’Oise, une petite agglomération d’environ 16 000 habitants, dont les siens propres s’appellent les Adamois, Adamoises.

L'Isle-Adam_rue-panneaux-nature-1_wp

L'Isle-Adam_rue-maison_wp

L'Isle-Adam_rue-crèche_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-vers-hôtel_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-pont-bois-vue_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-pont-bois_wp

Perle de L’Île-de-France, elle se love entre la forêt domaniale et l’Oise. Son histoire riche fait d’elle aujourd’hui un prospère chef-lieu de canton à l’extrême nord de l’aire urbaine parisienne, aux portes du parc naturel régional du Vexin français, du Pays de France et de la Picardie.

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-pont_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-rives_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-chemin-pont_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-chemin-pierre_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature-chemin_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-nature_wp

De l’an Mille à la Révolution française, les seigneurs de L’Isle-Adam, de Villiers de L’Isle-Adam, de Montmorency et les princes de Bourbon-Conti ont apprêté cette ville d’allures d’un petit Versailles. Même si la Révolution a effacé la plupart de leurs traces, ce « Paradis terrestre », comme l’appelait Honoré de Balzac, y ayant séjourné, a toutefois conservé son patrimoine artistique et historique. Parmi ces personnages hauts en couleurs, le célèbre paléontologue et ancien Gouverneur général de la Côte d’Ivoire, l’abbé Henri Breuil, y a vécu les dernières années de sa vie, l’officier et explorateur de l’Afrique de l’Ouest ainsi qu’administrateur colonial français, Louis-Gustave Binger, y est décédé, l’écrivain, poète, journaliste et parolier français, Francis Carco, s’y est installé quelques temps, le « célèbre carrossier parisien, et le château du Parc, dit de la Commanderie », Charles Binder, y est devenu châtelain et maire, le peintre Jules Dupré qui y est mort, et encore bien d’autres.

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-maison-soir_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-maisons_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-maison_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-banc-pont_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-avant-pont-bois_wp

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise-avant-banc-pont_wp

Mais L’Isle-Adam est aussi un lieu où la nature est protégée. Soucieuse dans la volonté de préserver son patrimoine arboré, ses plates-bandes, pelouses et massifs fleuris, elle s’est vue récompensée par l’obtention puis la conservation du titre de la 3e fleur du concours régional des villes fleuries pour son cadre de vie. Les espaces verts, entretenus par les 13 jardiniers municipaux et le chef de service, sont passés de 10 hectares (ha) en 1971 à 105 en 2016. L’Isle-Adam, Ville-parc, dénombre plus de 3 500 arbres, dont 12 000 m de haies taillées, 3 000 m2 de massifs fleuris et 2 000 arbres d’alignement élagués tous les 3 ans. Elle comprend également de nombreux étangs, des bords de l’Oise aménagés pour une promenade avec des passerelles en bois reliant l’île de la Cohue, et bientôt elle pourra s’enorgueillir d’un port fluvial.

L'Isle-Adam_promenade-bord-de-l'Oise_wp

L'Isle-Adam_pont-pierre_wp

L'Isle-Adam_place-du-marché_wp

L'Isle-Adam_musée-d'arts-et-d'histoire-entrée_wp

L'isle-Adam_musée-d'arts-et-d'histoire_wp

L'Isle-Adam_logo_wp

De plus, elle est riche de bâtiments les plus somptueux les uns que les autres, notamment le Pavillon chinois du 18e siècle (que je n’ai eu le temps de visiter), l’église de la fin du 15e siècle (Saint-Martin de l’Isle-Adam*) avec ses splendides vitraux (que je n’ai pas pu photographier en raison d’une messe qui se déroulait à ce moment-là), le presbytère néo-gothique, la mairie style Renaissance et son annexe Castelrose, jolie maison bourgeoise du centre ville, le château Conti et son parc dans l’île du Prieuré, le musée Louis-Senlecq (d’arts et d’histoire) dans un bâtiment du 18e siècle et de nombreuses statues, comme la sirène « Evila » dans les bras du Cabouillet (signifiant que l’on venait dans ce bras de l’Oise remuer la vase, la cabouiller, afin d’attirer le poisson pour une bonne pêche), « SIARAM » dans l’allée Le Nôtre réalisée par Jean Marais, ou encore les « Premiers pas de danse » sur les bords de l’Oise près des écluses.

L'Isle-Adam_jardin-clos-sculpture_wp

L'Isle-Adam_jardin-clos-fontaine_wp

L'Isle-Adam_jardin-clos-fleurs_wp

L'Isle-Adam_jardin-clos-banc_wp

L'Isle-Adam_hôtel-de-ville_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-vue-rue_wp

Dernier point surprenant, son célèbre pont en pierre du Cabouillet résiste depuis plus de 500 ans à toutes les calamités ; guerres, inondations, etc.

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-tour-droite-entrée_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-histoire_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-gauche_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-droite_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-2_wp

L'Isle-Adam_église-Saint-Martin-1_wp

*Église Saint-Martin de L’Isle-Adam, classée Monument Historique le 8 décembre 1941 : « Alors que sa construction n’est pas encore achevée, l’église est consacrée le 14 juillet 1499 par Louis de Villiers de l’Isle-Adam, évêque du diocèse de Beauvais dont dépendait alors la paroisse de l’Isle-Adam. Ce prélat était le frère cadet du châtelain des lieux, Antoine de Villiers de l’Isle-Adam. À partir de 1537, le Connétable Anne de Montmorency poursuit la construction. En 1539, la nouvelle église devient siège de la paroisse au détriment de l’ancienne église de Nogent, alors en mauvaise état et trop petite pour accueillir tous les fidèles. Le 1er octobre 1567, en présence du Connétable, l’église est consacrée une seconde fois, par Monseigneur Philippe Le Musnier, remplaçant le Cardinal de Châtillon Odet de Coligny, évêque de Beauvais. Au cours de la nuit de Noël 1661, un violent incendie ravage l’église. Le prince Armand de Bourbon-Conti la fait rapidement restaurer. Le 2 août 1777, le cercueil du prince Louis-François de Bourbon-Conti est transféré dans la crypte de la chapelle funéraire construite par son fils. En 2010, cette crypte est redécouverte à l’occasion d’importants travaux intérieurs de l’église et, est mise en valeur à l’attention des visiteurs. À la Révolution, l’église fait l’objet de dégradations de la part de révolutionnaires adamois. Il faudra attendre le ministère de l’Abbé Grimot (1848 – 1885) pour que l’église soit entièrement restaurée (portail, nouveau clocher, adjonction de la chapelle de la Vierge…), équipée de beaux vitraux réalisés par le maître verrier parisien Gaspard Gsell et dotée d’un mobilier de valeur. Enfin, entre les années 2000 et 2011, a été entreprise une importante campagne de restauration sur ce superbe édifice Renaissance à réminiscences gothiques : nettoyage et réfection de la façade nord et du chevet, remplacement de la couverture de la nef et des bas-côtés, installation d’un chauffage par le sol… »

L'Isle-Adam_château-conti-vue-gauche_wp

L'Isle-Adam_château-conti-vue-face_wp

L'Isle-Adam_castlerose-vue-extérieure_wp

L'Isle-Adam_castlerose-entrée-jardin_wp

L'Isle-Adam_castlerose_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-vue-pont-ville-entrée_wp

Enfin, dans cet écrin de douceur et de bien-être, situé donc à 30 minutes à peine de Paris et de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, se trouve La Villa de L’Écluse, un magnifique hôtel-restaurant dans lequel j’ai ainsi séjourné pendant cette courte escapade française et que je vous invite à découvrir dans l’article qui suit…

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-vue-pont_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-vue_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-pony-pierre_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-écluse_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-canards-cygnes-eau_wp

L'Isle-Adam_bord-de-l'Oise-canards-cygnes_wp

Saint-Germain-en-Laye

Saint-Germain-en-Laye_temple-porte_wp

Me voici arrivée à bon port ! Je suis de nouveau dans mon home sweet home anglais ! Et comme vous pouvez le constater, le bateau n’a pas coulé…

De retour aussi à la fraîcheur, après un séjour caniculaire à Saint-Germain-en-Laye, lieu relativement proche des maisons que j’avais à visiter et ai vues, je respire un peu mieux quand même.

Comme certains et certaines d’entre vous, j’ai passé cette semaine à l’intérieur des terres sous un soleil de plomb et des températures qui n’ont pas été en dessous des 32°C le jour et des 23°C la nuit. Le thermomètre a même failli exploser en atteignant les 35°C et les 36°C le jour de mon départ.

Saint-Germain-en-Laye_temple_wp

Mais, revenons sur ce petit déplacement hâtif afin de me trouver une nouvelle habitation et me préparer ainsi à ma future expatriation. Car bien que je retourne dans mon pays d’origine, je garde le statut d’expatrié, sous des conditions quelques peu différentes ceci dit, tel que je vous l’avais confié précédemment.

Devant alors passer par la case La Défense à Paris durant 5 ans, voulant également éviter la traversée de Paris et sa périphérie, je pense que tout le monde en comprend la raison, la zone géographique ciblée est donc le nord-ouest de Paris ; La Défense étant située dans cette zone à l’extérieur de Paris.

Après quelques maisons en location repérées sur Internet, des rendez-vous réussis à être fixés dans la même semaine, il me fallait trouver un hôtel proche des villes et/ou villages dans lesquels elles se localisaient. Le choix fut Saint-Germain-en-Laye, commune à 20 km environ à l’ouest de Paris dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Saint-Germain-en-Laye_temple-wall_wp

Ne connaissant cette ville et sa réputation que par le nom, je m’attendais à la tranquillité que j’ai trouvée. Je redoutais aussi son côté snob qui faisait partie de sa renommée. Or, je fut surprise sur ce dernier point. Certes, c’est une ville bourgeoise où l’argent n’est pas du tout un problème, au contraire… C’est de même une ville où de nombreux « bobos » y sont présents, le pseudo Parisien riche dans toute sa splendeur, dont certains dans leur allure inspirent l’impression que la Terre est à peine digne de les porter, certaines marchant dans la rue avec le petit doigt en l’air et le sac à main de marque bien évidence du style nous avons pas la même valeur, des bribes de conversations sur les terrasses de café où vous entendez des individus avec cet accent chic et typique de Paris dirent qu’ils ne sont pas des « instinctifs ruraux », etc. Mais il y a les autres. Des gens charmants, simples, super gentils, commerçants… avec lesquels vous échangez de vrais moments agréables et pleins de vie. Ces personnes qui vous rappellent à quel point la France et ses habitants peuvent être merveilleux quand ils le veulent.

Saint-Germain-en-Laye_temple-derrière_wp

En résumé, j’ai passé un séjour qui me laisse des souvenirs sympathiques, mais aussi une pointe de tristesse de quitter ma campagne anglaise. Car malgré tout, j’ai été totalement déconnectée. Ma vie anglaise va me manquer au début. Attendons alors de voir la suite… Cependant dans l’immédiat, je vous présente le reste de mes photos de Saint-Germain-en-Laye :

Saint-Germain-en-Laye_rue-vers-villa_wp

Saint-Germain-en-Laye_rue-enseignes_wp

Saint-Germain-en-Laye_rue-café-thiers2_wp

Saint-Germain-en-Laye_rue-café-thiers1_wp

Saint-Germain-en-Laye_rue3_wp

Saint-Germain-en-Laye_rue2_wp

Saint-Germain-en-Laye_rue1_wp

Saint-Germain-en-Laye_place-side_wp

Saint-Germain-en-Laye_place-brasseries_wp

Saint-Germain-en-Laye_place_wp

Saint-Germain-en-Laye_ciné-bijouterie_wp

Saint-Germain-en-Laye_château-jardin-statue_wp

Saint-Germain-en-Laye_château-jardin-hist_wp

Saint-Germain-en-Laye_château-jardin_wp

Saint-Germain-en-Laye_château-int-side_wp

Saint-Germain-en-Laye_château-int_wp

Saint-Germain-en-Laye_château-ext-front_wp

Saint-Germain-en-Laye_château-ext_wp

Saint-Germain-en-Laye_cerf-façade-place_wp

Saint-Germain-en-Laye_cerf-façade_wp

Saint-Germain-en-Laye_bâtiment-old_wp

Saint-Germain-en-Laye_bâtiment_wp

Bon dimanche !