Sur les bords de l’Epte…

Sur les bords de l'Epte..._fr-eure-gisors_wp

L’Epte est une rivière, affluent de la Seine, côté rive droite. Longue de 113 km, elle prend sa source dans la Seine-Maritime, dans le pays de Bray, près de Forges-les-Eaux, et rejoint la Seine près de Giverny, dans l’Eure, désormais ma nouvelle demeure.

Elle est la limite entre la Normandie et l’Ile-de-France. Sa situation géographique a donné lieu à de nombreuses constructions de places fortes sur chacune de ses rives au Moyen-Âge, marquant ainsi une partie importante de l’Histoire de France.

Prenant sa source plus précisément à Compainville, elle traverse 5 départements : l’Eure, l’Oise, la Seine-Maritime, les Yvelines et le Val-d’Oise. Elle parcoure 46 communes et 9 cantons dans ces départements.

Là où j’habite donc depuis quelques semaines maintenant, une belle « voie verte » longe l’Epte. Promeneurs et cyclistes se rencontrent toute la semaine, plus souvent le dimanche bien sûr. Des activités sont organisées toute l’année sur celle-ci. Des producteurs locaux viennent vendre leurs fruits et légumes en surplus, à des prix défiant toute concurrence. Des stands de produits locaux divers s’étalent sur son parcours à différentes périodes de l’année afin de permettre la découverte des produits de la région.

N’ayant eu encore l’occasion de cheminer sur cette « voie verte », je vous en dirai plus par la suite.

Voilà un petit bout de mon coin que je souhaitais toutefois partager avec vous.

Publicités

Pas de cuisine

Pas de cuisine_vin-rouge-fromage-saucissons-raisin_wp

Lorsque vous lirez cet article, je serai de nouveau dans les cartons, mais cette fois-ci en mode déballage. Je serai enfin en train d’ouvrir tous les cartons sans exception. Terminé les cartons remplis et fermés qui demeurent entassés dans une pièce, un garage ou une cave ! Fini d’être contrainte de cohabiter avec eux !

Je serai à coup sûr en pleine euphorie de redécouvrir des objets divers et variés que ma mémoire aura probablement oubliés au fur et à mesure de ces années. Je serai remplie d’émotion en voyant ces objets réveiller le souvenir qui lui appartient. Je serai aussi cette petite fille émerveillée au moment de Noël lorsqu’elle ouvre ses cadeaux. J’écouterai de la musique pendant que mon esprit remontera le temps à chaque objet évocateur d’un passé lointain…

Je n’aurai donc pas la tête à la cuisine. Je penserai certainement à mon père, à ses objets qu’il a ramenés de ces voyages lorsqu’il était dans la marine et qu’il m’a donnée de son vivant, me connaissant et sachant alors que j’en prendrai bien soin. Je me rappellerai nos instants partagés, nos moments privilégiés, nos sorties à la pêche au bord d’une rivière, à la cueillette des champignons dans la forêt, nos repas campagnards où nous mangions en pleine nature du pain, beurre, bon saucisson du pays et du fromage, avec un petit coup de vin rouge. Je me rappellerai ce temps où nous pouvions profiter de la vie sans que l’on nous dise que boire de l’alcool est mauvais pour la santé, manger de la viande contribue au massacre des animaux, respirer trop tue, vivre…

France : un aide-soignant violent envers une femme de 98 ans

Icono aislado asilo de ancianos azul

De nos jours, la violence est partout, dans nos rues, nos maisons… Elle semble régir nos vies, être devenue une banalité un peu trop quotidienne, à tel point que l’on se demande quel avenir nous attend. On ne sait pas où l’on va, mais on y va, et pas forcément vers le bien.

Cette affaire révélée par le journal Le Parisien en est encore une triste preuve…

L’esprit de Noël

L'esprit de Noël_anges-père-noël_wp

Mercredi dernier, les enfants de l’hôpital de Corbeil-Essonnes ont vécu un véritable conte de Noël.

La brigade de la gendarmerie de Mennecy a endossé le costume du Père Noël le temps d’une journée en offrant à ces enfants quatre consoles de jeu neuves. Celles-ci avaient été saisies lors d’une perquisition chez un individu soupçonné de recel, ne pouvant justifier leur provenance. Ces PlayStation allaient être détruites. Thomas, maréchal des logis-chef (sous-officier au sein de la Gendarmerie nationale), à l’origine de cette décision, a ainsi déclaré : « Il s’agissait bien de consoles volées […] Ces consoles devaient partir à la destruction. Comme on est déjà venus avec des gardés à vue j’ai pensé à l’hôpital, et ils m’ont dit que ça les intéressait. »

Un beau geste qui sans surprise donna le sourire à de nombreux enfants, mais aussi, tel que l’a expliqué un porte-parole de l’établissement : « C’est une manière comme une autre de les relaxer, leur éviter les angoisses et les douleurs […] C’est important durant leur séjour ici. C’est aussi un moyen de faire diversion durant un acte douloureux. C’est une méthode antalgique reconnue. »

Un bel esprit de Noël en cette période troublée…

Les capsules du sommeil ?

Les capsules du sommeil_bonnet-noël-chaton_wp

Après la vague de chaleur que la France a connu cet été et au début de l’automne, elle est maintenant sous la vague de la violence.

Les capsules du sommeil_souris-chaussette_wpAlors qu’ainsi certains mettent le pays à feu et à sang en détruisant des commerces et la vie professionnelle de ses commerçants, en montrant de l’irrespect envers le patrimoine historique français, détruisant une statue de Marianne, arrachant l’une des grilles du Jardin des Tuileries, taguant l’arc de triomphe, en brûlant des voitures, se moquant des conséquences pour leur propriétaire, etc., d’autres, eux, œuvrent en dehors des feux des projecteurs pour la bonne cause.

Baptisées « les capsules du sommeil », cette extraordinaire invention pourrait sauver la vie de milliers de sans-abri dans un futur à très court terme.

Les capsules du sommeil_lutins-gants_wpIl s’agit d’abris d’urgence créés par l’association Iglou. Leur conception a été vraiment bien pensée. « Les parois sont en mousse de polyéthylène doublée d’une feuille d’aluminium à l’intérieur. C’est étanche, respirable et offre un gain de chaleur sur l’extérieur de 15 à 20°C », comme l’a expliqué Geoffroy Reynal, ingénieur en énergies renouvelables et directeur de l’association au journal Le Parisien. Démontables et transportables, ces capsules du sommeil sont de véritables cocons de survie. Leur entretien est également très simple. Ce qui leur permet une durabilité dans le temps.

Une douzaine de sans-abri du bois de Vincennes à Paris ont pu déjà tester les premiers prototypes en février dernier. L’association a développé le projet au cours de ce mois de novembre auprès d’une cinquantaine de sans-abri et migrants isolés dans Paris.

Les capsules du sommeil_oursons-chaussettes_wp

Ces capsules ont pu voir le jour grâce à une donation de 10 000 € de la fondation Qualitel soutenant des projets solidaires. Fabriqués en Gironde, le coût d’un abri est inférieur à 200 €. Mais aussi, leur expansion pourrait servir aux équipes du SAMU social, inondées d’appels téléphoniques dès que le froid s’installe. « On propose cette idée pour faire face à la saturation du 115 qui ne peut prendre en charge les appels des SDF. Plutôt que de les laisser dehors exposés dans le froid, on s’est dit qu’on pouvait leur offrir cette solution », a précisé Geoffroy Reynal. « 50 % des SDF qui appellent le 115 n’obtiennent pas de place. Les accueils d’urgence sont saturés », a de même déclaré l’association.

France : un violeur acquitté pour méconnaissance des « codes culturels »

France_un violeur acquitté pour méconnaissance des_codes culturels_wp

Alors que la justice irlandaise a acquitté récemment un violeur en raison du fait que sa victime portait un string, c’est au tour de la justice française de rendre un verdict pour des raisons aussi absurdes en faveur d’un violeur.

Cette affaire a été révélée par le journal La Manche Libre.

Un homme âgé de 21 ans jugé pour le viol d’une lycéenne et l’agression sexuelle d’une autre vient d’être acquitté pour le viol, mais condamné pour l’agression sexuelle par la cour d’assises de la Manche.

Le verdict a été rendu ce 21 novembre. L’avocat général avait requis 6 ans de réclusion criminelle. La cour n’a pas retenu l’accusation pour le viol, mais a condamné le jeune homme de 2 ans de prison avec sursis, d’une mise à l’épreuve et l’inscription au fichier des délinquants sexuels. L’accusé est ainsi sorti libre de la cour de justice de Coutances.

L’avocate de la défense a plaidé des « difficultés d’interprétation » dans cette affaire. Selon elle, son client « n’avait pas les codes culturels » pour comprendre qu’il abusait sa victime. La victime avait pu interpréter un regard comme une menace et donc une contrainte. Et des enquêteurs n’avaient pas su évaluer le malaise de la victime.

Le président de la cour a tenu à préciser dans le rendu de sa décision que l’acquittement de l’accusé n’était pas « une remise en cause de la sincérité de la victime ».

Luttons contre le harcèlement scolaire !

Luttons contre le harcèlement scolaire_fr-flag-man_wp

Hier, à l’occasion de la journée de lutte contre le harcèlement scolaire, nombreux d’entre nous se sont mobilisés pour tenter de mettre un terme à ce fléau sociétal.

Des insultes aux simples brimades, de la mise à l’écart aux violences les plus extrêmes poussant parfois même au suicide, ce sont 700 000 élèves chaque année en France qui subissent le harcèlement scolaire. 1 élève sur 10 est concerné, soit en moyenne 4 élèves par classe.

Des adolescents, garçons et filles, ont eu alors une très belle initiative. Ils s’appellent Léa, Paola, Sulivan, Sundy, Kiara, Bilal, Cyril, Alix et Léna. Ils se sont réunis dans une vidéo qu’ils ont mise en ligne sur YouTube afin de partager en quelques petites minutes leur histoire. Ayant été victimes du harcèlement scolaire, ils ont ainsi décidé d’en parler.

Je vous invite à visionner cette petite vidéo touchante. En des mots simples, ils envoient un message fort…

Les « boîtes à sardines »

Les_boîtes à sardines_cimetière-halloween_wp

Alors que nous pensions que Halloween était la période laissant place à l’imagination en matière de frayeurs en tout genre, il semblerait que ces peurs soit le triste quotidien de certaines professions et toute l’année.

C’est du reste ce que, courant de la seconde semaine de ce mois d’octobre, le journal Le Parisien révélait au sujet des incivilités dans les transports en commun.

Le journal a mené son enquête par l’intermédiaire de ses reporters. Ceux-ci ont passé de 7 heures à 18 heures une journée à bord des bus circulant en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise. Au côté des chauffeurs de la RATP, ils ont traversé ces endroits sur 4 lignes considérées « difficiles » par la profession. Ces chauffeurs sous couvert de l’anonymat ont témoigné de ce qu’ils enduraient dans leur métier. De l’indifférence, avec des personnes ne disant ni bonjour ni au revoir, aux crachats, coups des passagers dont des chauffeurs sont victimes, aux violences entre usagers, tout y passe. Il n’y a pas un jour qui se déroule sans le moindre problème.

Les_boîtes à sardines_chats-halloween_wp

Cet affligeant constat a d’ailleurs été récemment appuyé par ce fait qui s’est produit le 18 octobre dernier. Contacté par Le Huffington Post, un homme, désirant garder l’anonymat, atteint d’une sclérose en plaques en stade primaire, progressive et invalidante, donc en fauteuil roulant, a témoigné de ce qu’il a vécu ce jour-là. Cet évènement a été relayé le 21 octobre sur le compte Twitter Accessible pour tous défendant le handicap et l’accessibilité en France.

Porte de Clichy, dans le 17e arrondissement de Paris, l’homme en fauteuil roulant se vit refuser l’accès au bus qu’il devait prendre par les passagers. Ces derniers dédaignaient de se pousser afin de lui permettre d’entrer. « J’attendais le bus avec mon frère. Quand il est arrivé, personne n’a voulu bouger malgré la rampe d’accès », a ainsi déclaré l’homme auprès du journal.

Excédé par le manque incessant de civilité des passagers des transports en commun, le chauffeur a décidé cette fois de réagir, comme en a témoigné l’homme à mobilité réduite : « Hier en attendant le bus à Paris, personne ne voulait se pousser. Comme personne ne bougeait, le chauffeur s’est levé et a dit ‘Terminus ! Tout le monde descend !’ Après il est venu me voir et m’a dit ‘vous pouvez monter et les autres, vous attendez celui d’après !’ […] Il est vite intervenu […] Les gens sont sortis, en râlant pour certains. »

Les_boîtes à sardines_citrouilles-halloween_wp

Tous les passagers descendus et informés d’une attente de 5 minutes pour l’arrivée du bus suivant, le chauffeur est à son tour sorti du bus. Attendant que tout le monde soit dispersé, il s’est alors approché de l’homme et de son frère pour leur parler. « Il est venu me voir en me disant de remonter avec mon frère et aidant naturel. Il nous a dit que le fauteuil roulant, ‘tout le monde pouvait en avoir besoin d’un, un jour' », a précisé l’homme auprès du journal.

L’homme a enfin expliqué au journal qu’il n’a pas su garder contact avec le conducteur et la raison de l’intervention de celui-ci : « […] je ne connais pas son identité. Pourtant, il nous a dit n’avoir aucun membre de sa famille handicapé, mais qu’il fallait juste avoir un peu de civisme. »

Cette histoire a fait le tour des médias. Et sur les réseaux sociaux, nombreux internautes ont salué le geste du conducteur. Espérons que cet évènement pourra apporter le savoir-vivre qui tend de plus en plus à disparaître de nos jours…

« Aventures de médecine – La sexualité dans tous ses états »

_Avenrures de médecine - La sexualité dans tous ses états_sex-symbol-hearts_wp

La sexualité, thème au demeurant tabou, même si la tendance actuelle incite à le rendre moins. Le nouveau numéro du 16 octobre dernier du magazine Aventures de médecine, présenté par le médecin animateur Michel Cymes a exploré l’histoire de la sexualité et de la sexologie. À travers trois portraits actuels, nous parcourons le passé, le cheminement de la découverte à l’évolution des techniques d’aujourd’hui afin d’améliorer la vie intime. Margaret Sanger, une infirmière et sage-femme américaine qui révolutionna la liberté sexuelle de la femme aux États-Unis, en fondant le planning familial. L’Allemande Dora Richer, née Rudolph, la première femme transsexuelle connue de l’Histoire qui subit une intervention chirurgicale pour sa transformation. Le couple Masters et Johnson, pionnier dans le domaine de l’intimité afin de comprendre le fonctionnement sexuel profond. Ce numéro du magazine aborde aussi l’endométriose, une maladie gynécologique touchant 1 femme sur 10 en France et qui provoque de terribles douleurs tant physiologiques que psychologiques. Les dysfonctionnements érectiles qui concernent 3 millions de Français. La transidentité sous l’angle historique et chirurgical. Entre autres…

_Avenrures de médecine - La sexualité dans tous ses états_sex-symbol_wp

Ce numéro est un excellent documentaire sur le sujet traité avec le plus grand respect. De ces médecins, chercheurs, infirmiers, hommes et femmes, qui ont étudié avec sérieux le fonctionnement des organes génitaux. Entre certains qui diabolisèrent la sexualité, la rendant responsable de maladies physiques ou mentales et d’autres qui luttèrent pour faire évoluer les esprits, tous les éléments sont examinés sans voyeurisme ni tabou.

Grâce à la collaboration des chirurgiens et des services hospitaliers spécialisés, l’équipe du magazine a pu suivre durant plus de 6 mois des personnes qui ont eu le courage de partager leur vie la plus intime, leurs problèmes, leurs peurs, leurs souffrances devant la caméra afin de contribuer à libérer la parole.

Et surtout parce que la médecine fut au départ un instrument social pour contrôler les naissances, brider les instincts, avant de devenir un outil de libération.

France : L’AP-HP a ouvert une enquête après la diffusion de vidéos choquantes sur Internet

France_L'AP-HP a ouvert une enquête après la diffusion de vidéos choquantes sur Internet_hôpital-architecture_wp

Les faits remontent à septembre dernier. Le jeudi 27 septembre, entre 21 heures et 22 heures, selon plusieurs témoins interrogés par le journal Libération, un jeune homme est tombé d’un immeuble situé dans le 17e arrondissement de Paris avant de s’empaler sur un poteau. L’homme est décédé de ses blessures une heure plus tard à l’hôpital Beaujon de Clichy, dans les Hauts-de-Seine.

Une première vidéo de l’accident et une seconde à l’hôpital ont été filmées puis diffusées sur Internet. En quelques semaines, elles ont totalisé des centaines de milliers de vues et des dizaines de milliers de partages. Particulièrement choquantes, les images du drame et leur circulation sur les réseaux sociaux ont provoqué de vives réactions d’indignation. Les Hôpitaux de Paris ont décidé d’ouvrir une enquête interne pour identifier les auteurs des vidéos. Le procureur de la République a également été déféré.

France_L'AP-HP a ouvert une enquête après la diffusion de vidéos choquantes sur Internet_igpn_wp.png

L’affaire est d’autant plus brutale que la police, le corps médical ou même les pompiers pourraient être à l’origine de la fuite de ces vidéos.

L’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) a été saisie pour la transmission de la première vidéo de l’accident issue d’une caméra de surveillance comportant le logo de la préfecture de Paris. Ce qui supposerait que des policiers pourraient être à l’origine de la diffusion de ces images.

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a aussi ouvert une enquête concernant la seconde vidéo tournée à l’hôpital Beaujon. Celle-ci montre une salle, conjecturant un bloc opératoire, dans laquelle un homme agonisant sur une table est pris en charge par une dizaine de personnes, dont l’équipe médicale composée de trois soignants portant des masques et des gants en train de prodiguer les soins d’urgence. Un sapeur-pompier de Paris, vêtu d’un gilet de sécurité, est de même présent sur la vidéo. Filmé de près, il est occupé à extraire du corps en piteux état le poteau qu’il exhibe ensuite tel un trophée devant au moins deux autres téléphones en mode caméra de personnes filmant la scène. S’entendent alors plusieurs personnes qui s’exclament bruyamment.

France_L'AP-HP a ouvert une enquête après la diffusion de vidéos choquantes sur Internet_hôpital-couloir_wp

Contactée par CheckNews, le nouveau moteur de recherche géré par des journalistes du journal Libération, l’AP-HP a confirmé que cette deuxième vidéo a bien été tournée dans l’un de ses hôpitaux, en ayant indiqué ainsi qu’une enquête interne avait été ouverte. La direction de l’AP-HP prévoit de déposer une plainte au sujet de la diffusion de ces images. « On ne doit pas filmer un patient, on ne doit pas filmer à l’hôpital », a-t-elle déclaré.

L’hôpital en cause s’est avéré être effectivement celui de Beaujon de Clichy. Pour l’instant, les auteurs de ces vidéos ne sont pas encore connus.

Affaire très grave à suivre…