Le monde brûle-t-il ?

Le monde brûle-t-il_terre-feu_wp

Vendredi 15 mars, la Nouvelle-Zélande était en proie à un double attentat à Christchurch, deuxième plus grande ville du pays. Deux mosquées ont été prises pour cible conduisant à un bilan de 50 morts et de nombreux blessés, dont certains demeurent encore entre la vie et la mort.

Alors que ce pays, n’ayant jamais connu dans son histoire moderne une tuerie de masse, subissait une véritable terreur, le lendemain, lors d’un ixième acte (comme au théâtre) des contestataires en jaune, Paris se retrouvait aussi sous les flammes de la violence.

Immeubles incendiés, véhicules brûlés (de personnes aux revenus modestes), banques, commerces, restaurants… saccagés, touristes et autres, hors de ce mouvement, effrayés… le centre de la capitale était en feu, à l’image d’un pays en guerre.

Le monde brûle-t-il_nz-flag-feu_wp

Paris brûle-t-il ? Ce célèbre roman qui retrace l’histoire de la libération de Paris en 1944, à partir de documents historiques. Ce livre écrit par Dominique Lapierre et Larry Collins, dont l’idée est venue suite à la lecture dans un journal révélant l’ordre donné par Hitler à Von Choltitz de détruire Paris en 1944. Cet ouvrage a été le résultat d’un travail à longue haleine. Trois ans d’enquête et plus de 3 000 personnages-clé français, anglais, allemands et américains interviewés.

Au regard des déchaînements de haine, de la furie ambiante qui semble envahir certains esprits, comme une épidémie rendant fou les gens et qui ferait rage dans un pays, il est à penser que ce qu’Hitler n’a pas réussi à faire, d’autres s’en chargent aujourd’hui, 75 ans plus tard.

Quel sera ce résultat ? Un énorme coup dur pour l’économie. Les dégradations à réparer qui coûtent et coûteront beaucoup d’argent. Qui payera ? Nous tous, manifestants ou pas. Des commerces qui voient leur chiffre d’affaire s’effondrer au point de mettre la clé sous la porte et d’être contraints de licencier leurs employés. Les gilets jaunes aideront-il leurs futurs chômeurs à retrouver un travail et à assumer les conséquences que cela aura sur leur vie familiale  ? Des monuments historiques dévastés, un patrimoine culturel bafoué. Quel respect pour nos aïeux ayant combattu pour la France libre ? Quelle reconnaissance à l’égard de nos morts ? Quelle valeur envers notre histoire ? Quel devoir de mémoire ?

Le monde brûle-t-il_fr-flag-carte-feu_wp

Des policiers aussi qui sont déshumanisés par la vision d’individus qui ne pensent pas ou plus. Ce sont des êtres humains pourtant ? Eux également ont une famille, une condition de travail difficile, surtout en ce moment, avec un salaire loin d’être mirobolant. Eux de même préfèreraient profiter de leur week-end avec leurs enfants, plutôt que de servir de bouclier humain face à la fureur de quelques sauvageons.

Quel vent de folie s’est emparé de notre planète ? Ici ou ailleurs, la haine, l’indifférence, la violence, le terrorisme, l’ensemble du côté sombre, la noirceur profonde de l’humanité se répand sur la Terre comme un nuage toxique. Le monde brûle-t-il ? Quelle version de l’histoire sera-t-elle cette fois-là dans 75 ans…

Publicités

Espagne : des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées

Espagne_des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées_flag-statue_wp

Il semblerait qu’effectivement le crétinisme se répand de plus en plus dans notre monde. Si ce n’est autre avec ce fait qui a défrayé la chronique espagnole récemment.

Jeudi 7 mars, la Guardia Civil (Garde civile espagnole, force de police à statut militaire) a découvert dans des chambres séparées deux personnes âgées droguées et nourries par une sonde naso-gastrique, alors qu’elle enquêtait sur la mort suspecte d’une autre femme âgée.

La garde civile de Cadix, en Andalousie, a découvert deux personnes âgées, allemande et néerlandaise, dans des « conditions d’hygiène et de santé déplorables », enfermées dans une résidence de la station balnéaire de Chiclana de la Frontera, en Andalousie. Elles étaient droguées et alimentées via une sonde naso-gastrique. L’âge de ces deux vieilles dames n’a pas été précisé. Elles ont été toutes deux transportées dans une maison de soins où leur état s’est « amélioré significativement ».

Un couple germano-cubain, Markus et Estrella, se faisant passer pour des soignants, a été arrêté. Il avait volé plus de 1,8 millions d’euros à des personnes âgées avec lesquelles il avait préalablement sympathisé.

Espagne_des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées_guardia-civil-emblem_wp

La police enquêtait sur la disparition, puis sur la mort troublante de Maria Babes, une riche allemande de 101 ans qui vivait à Tenerife, l’une des îles de l’archipel des Canaries. La disparition de celle-ci avait été signalée par la police de Francfort, Allemagne, auprès de la police espagnole qui avait rapidement retrouvé Maria Babes dans une maison de retraite, où elle était arrivée en mauvaise santé. Elle avait expliqué à la Guardia Civil que le couple l’avait approchée à Tenerife. Elle l’avait ensuite suivi à Cadix afin qu’il prenne soin d’elle. Elle s’était alors retrouvée enfermée et menottée dans une maison durant des mois. Plus tard, le couple était allé rechercher Maria Babes dans sa maison de retraite. Cinq heures plus tard, elle décédait. Le couple avait subséquemment insisté pour une incinération, empêchant toute autopsie.  « En octobre, elle avait plus de 162 000 euros à la banque. Et moins de 300 mi-décembre, après l’apparition de ce couple dans sa vie. Sa maison à Tenerife a par ailleurs été vendue – par le couple – sans qu’elle reçoive le moindre euro », a déclaré la Guardia Civil dans un communiqué. C’est en parvenant à appréhender enfin ce couple que la Guardia Civil trouva lors de la perquisition de la maison du couple une autre résidence louée à proximité. Ceux femmes âgées ayant pu être sauvées ont été alors découvertes.

Le burn-out maternel

Le burn-out maternel_wp

Devenir mère serait l’accomplissement d’une femme, pour la majorité. Être une maman serait un rôle naturel pour n’importe quelle femme. Après tout, elle est conçue pour cela.

Hier, la femme n’était cantonnée que dans cette fonction. Son évolution légitime était de se marier, fonder une famille et de servir à l’entretien de celle-ci. La cuisine, le ménage, l’éducation des enfants et s’occuper de son mari étaient ses missions.

Aujourd’hui, ces tâches lui incombent toujours, malgré des droits acquis, une autonomie conférée et une vie professionnelle qui s’est ouverte à elle au fur et à mesure du temps.

Bien que le rôle du père ait lui aussi évolué, il n’en reste pas moins que celui de la mère s’en est retrouvé exacerbé. Et en parallèle, l’image de la maternité a eu un cheminement autre, elle s’est idéalisée.

Les exigences actuelles, qui tendent à se normaliser, poussent la femme à devenir une sorte de superwoman. Elle doit être quasiment exemplaire dans tous les domaines. Elle doit se surpasser professionnellement par rapport à un homme, sans pour autant obtenir le salaire équivalent. Elle doit gérer sa vie familiale sans heurt. Et elle doit rester femme, tout en étant une mère parfaite.

Ne pouvant contrôler son développement professionnel, qui dépend majoritairement de l’appréciation masculine, l’idée de la maîtrise de la maternité comme étant le seul terrain sur lequel elle règne seule est revenue dans l’esprit collectif.

Si une femme ne peut atteindre son objectif professionnel, elle doit alors répondre à son accomplissement personnel, celui de la mère.

42433056 - tired mother carrying a crying baby at night

« Avec un enjeu fort : celui de la perfection, puisque la nécessité de réussir s’est replacée de la sphère professionnelle à la sphère familiale. Ainsi, poussées par la société, et par des normes personnelles d’une grande exigence, les femmes s’épuisent à vouloir être des mères parfaites », comme l’a exprimé la journaliste Anne-Laure Vaineau dans son article du 20 février 2017 sur le site Psychologies. Référence aussi à la psychologue clinicienne Maryse Vaillant, décédée en janvier 2013 et auteur du livre Être mère, mission impossible ?, chez Albin Michel.

Exhortées malgré elles par cette idée subliminale créée par la société actuelle, certaines femmes arrivent alors au burn-out.

Le « burn-out maternel », ainsi nommé, est un phénomène qui touche de plus en plus de mamans d’aujourd’hui. Alors que cette nouvelle « pathologie » n’est pas encore considérée comme telle en France, recouvrant même un caractère tabou, l’un de nos pays voisins, la Belgique, commence à prendre cette nouvelle forme de « dépression » très au sérieux.

Mamans au bord du gouffre, violences verbales, physiques sur leurs enfants, abandon du domicile conjugal, allant jusqu’au point de non-retour, le meurtre de leur progéniture, la chaîne de télévision M6 dans son émission 66 Minutes du 3 mars dernier s’est intéressée à ce nouveau mal-être social qui concerne toute sorte de mère, le burn-out maternel.

Touchant également les pères, une prise de conscience réelle sur ce nouveau phénomène en expansion tend à voir le jour. Le burn-out maternel ou parental, lorsqu’il concerne parfois les deux, s’avère être un véritable problème. Quelles solutions ?

France : un aide-soignant violent envers une femme de 98 ans

Icono aislado asilo de ancianos azul

De nos jours, la violence est partout, dans nos rues, nos maisons… Elle semble régir nos vies, être devenue une banalité un peu trop quotidienne, à tel point que l’on se demande quel avenir nous attend. On ne sait pas où l’on va, mais on y va, et pas forcément vers le bien.

Cette affaire révélée par le journal Le Parisien en est encore une triste preuve…

L’intimité filmée

l'intimité filmée_bonhomme-loupe-puzzle_wp

Vendredi 25 janvier, durant la semaine de prévention du cancer du col de l’utérus, Chloe Delevingne, la sœur de Cara Delevingne, a passé un examen gynécologique en direct sur la BBC Two dans l’émission Victoria Derbyshire Show. La doctoresse Philippa Kaye a ainsi pratiqué sur elle un frottis devant les caméras, un prélèvement de cellules de quelques secondes.

Les objectifs d’une telle séquence étaient d’augmenter le nombre de dépistage du cancer du col de l’utérus et de rassurer les femmes qui pourraient appréhender cet examen.

À quand l’examen cœlioscopique filmée en direct pour les hommes ?

Les capsules du sommeil ?

Les capsules du sommeil_bonnet-noël-chaton_wp

Après la vague de chaleur que la France a connu cet été et au début de l’automne, elle est maintenant sous la vague de la violence.

Les capsules du sommeil_souris-chaussette_wpAlors qu’ainsi certains mettent le pays à feu et à sang en détruisant des commerces et la vie professionnelle de ses commerçants, en montrant de l’irrespect envers le patrimoine historique français, détruisant une statue de Marianne, arrachant l’une des grilles du Jardin des Tuileries, taguant l’arc de triomphe, en brûlant des voitures, se moquant des conséquences pour leur propriétaire, etc., d’autres, eux, œuvrent en dehors des feux des projecteurs pour la bonne cause.

Baptisées « les capsules du sommeil », cette extraordinaire invention pourrait sauver la vie de milliers de sans-abri dans un futur à très court terme.

Les capsules du sommeil_lutins-gants_wpIl s’agit d’abris d’urgence créés par l’association Iglou. Leur conception a été vraiment bien pensée. « Les parois sont en mousse de polyéthylène doublée d’une feuille d’aluminium à l’intérieur. C’est étanche, respirable et offre un gain de chaleur sur l’extérieur de 15 à 20°C », comme l’a expliqué Geoffroy Reynal, ingénieur en énergies renouvelables et directeur de l’association au journal Le Parisien. Démontables et transportables, ces capsules du sommeil sont de véritables cocons de survie. Leur entretien est également très simple. Ce qui leur permet une durabilité dans le temps.

Une douzaine de sans-abri du bois de Vincennes à Paris ont pu déjà tester les premiers prototypes en février dernier. L’association a développé le projet au cours de ce mois de novembre auprès d’une cinquantaine de sans-abri et migrants isolés dans Paris.

Les capsules du sommeil_oursons-chaussettes_wp

Ces capsules ont pu voir le jour grâce à une donation de 10 000 € de la fondation Qualitel soutenant des projets solidaires. Fabriqués en Gironde, le coût d’un abri est inférieur à 200 €. Mais aussi, leur expansion pourrait servir aux équipes du SAMU social, inondées d’appels téléphoniques dès que le froid s’installe. « On propose cette idée pour faire face à la saturation du 115 qui ne peut prendre en charge les appels des SDF. Plutôt que de les laisser dehors exposés dans le froid, on s’est dit qu’on pouvait leur offrir cette solution », a précisé Geoffroy Reynal. « 50 % des SDF qui appellent le 115 n’obtiennent pas de place. Les accueils d’urgence sont saturés », a de même déclaré l’association.

USA : l’avortement passible de la peine de mort ?

USA_l'avortement passible de la peine de mort_ohio-flag_wp

Aux États-Unis, l’IVG est en plein cœur d’un débat entre différents États depuis un certain temps déjà. Des États souhaitent mettre un terme à ce droit.

C’est notamment le cas de l’Ohio qui vient d’adopter un projet de loi à la Chambre visant à interdire l’IVG pour une femme enceinte de plus de 6 semaines, loi votée sur laquelle le Gouverneur a posé son veto.

La loi baptisée House Bill 565 considère le fœtus tel « un être humain à naître » en estimant ainsi l’avortement comme un crime. Une femme qui déciderait d’avorter au-delà de ces 6 semaines et les médecins qui l’auraient aidée seront jugés au même titre qu’un criminel. Ils encourront la peine à vie et la peine de mort est même envisagée. Aucune exception n’est prévue en cas de danger pour la vie de la mère, de viol ou d’inceste.

Heidi Sieck, co-fondatrice du mouvement #VOTERPROCHOICE en faveur du droit à l’IVG a déclaré sur le site Refinery29 : « L’Ohio vient de nous faire un pas de plus pour devenir une nation à naissance forcée. Les législateurs de l’Ohio interdisent l’avortement avant même que les femmes sachent qu’elles sont enceintes – et nous devons nous lever et dénoncer ce projet de loi dangereux. »

Les États Alabama et Virginie-Occidentale menacent aussi ce droit à l’IVG.

Bon dimanche !

France : un violeur acquitté pour méconnaissance des « codes culturels »

France_un violeur acquitté pour méconnaissance des_codes culturels_wp

Alors que la justice irlandaise a acquitté récemment un violeur en raison du fait que sa victime portait un string, c’est au tour de la justice française de rendre un verdict pour des raisons aussi absurdes en faveur d’un violeur.

Cette affaire a été révélée par le journal La Manche Libre.

Un homme âgé de 21 ans jugé pour le viol d’une lycéenne et l’agression sexuelle d’une autre vient d’être acquitté pour le viol, mais condamné pour l’agression sexuelle par la cour d’assises de la Manche.

Le verdict a été rendu ce 21 novembre. L’avocat général avait requis 6 ans de réclusion criminelle. La cour n’a pas retenu l’accusation pour le viol, mais a condamné le jeune homme de 2 ans de prison avec sursis, d’une mise à l’épreuve et l’inscription au fichier des délinquants sexuels. L’accusé est ainsi sorti libre de la cour de justice de Coutances.

L’avocate de la défense a plaidé des « difficultés d’interprétation » dans cette affaire. Selon elle, son client « n’avait pas les codes culturels » pour comprendre qu’il abusait sa victime. La victime avait pu interpréter un regard comme une menace et donc une contrainte. Et des enquêteurs n’avaient pas su évaluer le malaise de la victime.

Le président de la cour a tenu à préciser dans le rendu de sa décision que l’acquittement de l’accusé n’était pas « une remise en cause de la sincérité de la victime ».

La violence dans nos rues…

La violence dans nos rues..._citrouille-feuilles_wp.jpg

Il y a nombre d’années de cela, lorsque l’on parlait de gangs, on faisait souvent référence aux États-Unis. Aujourd’hui ils sont dans nos rues. Des jeunes désœuvrés, déscolarisés, souvent, livrés à eux-mêmes, dont leur parent ont abandonné leur rôle d’éducateurs, se livrent à une véritable violence dans les quartiers. Des bandes se battent contre d’autres bandes sous le prétexte d’une appartenance à un territoire.

Le communautarisme s’est développé à l’extrême où la violence demeure le seul moyen d’expression. Ces jeunes, voire très jeunes, tabassent, se transforment en barbares allant jusqu’à causer la mort.

Mais il n’y a pas que ces jeunes, les adultes s’y mettent aussi. Un regard mal interprété. Un mot considéré comme de travers. Un style vestimentaire qui ne plaît pas. Une légère altercation. La violence jaillit alors. Des adultes s’insultent, se crachent des insanités au visage. Certains vont même jusqu’à l’agression physique.

Il y a également la voiture qui n’est plus qu’un moyen de transport, mais qui est devenue une arme pour tuer. Les défenseurs fanatiques de la cause animale qui organisent des opérations coups de poing, des méthodes chocs, en finissant finalement par terroriser les animaux qu’ils défendent avec tant de ferveur.

Et il y a tellement d’autres choses… Le quotidien où la violence a remplacé le bonheur de vivre en harmonie…

Aux quatre coins de la planète, la violence s’étend. Au nom d’une idée, de cette fameuse liberté d’expression, personne ne respecte personne. Entre une aseptisation d’une société et à l’opposé la polémique qui est le terrain de jeu de certains et certaines ; ces nouveaux et nouvelles chroniqueuses des temps modernes, il y a nous…

Pakistan : une femme condamnée à mort pour de l’eau

Pakistan_une femme condamnée à mort pour de l'eau_flag_wp

Près de dix ans auparavant, une chrétienne, Asia Bibi, cueillait des baies avec trois autres femmes dans un champ du Pendjab au Pakistan. Pour se désaltérer, elle but de l’eau d’un puits dans un récipient puis le tendit à une musulmane qui refusa de boire dans le même contenant, accusant la chrétienne d’ « impure ». Celle-ci lui répondit alors que le prophète Mahomet serait probablement en désaccord avec ses propos. Le mollah (chef religieux islamique) local fut informé de cette altercation et déposa plainte contre Asia Bibi. Elle fut arrêtée, accusée d’avoir insulté l’Islam et condamnée à mort par pendaison. La loi au Pakistan, majoritairement musulman, interdit le blasphème qui est puni de mort.

Après ces longues années d’attente de sa sentence, n’ayant eu de cesse de se défendre en affirmant qu’elle n’avait jamais manqué de respect envers l’Islam, elle fut enfin acquittée le 31 octobre dernier. Il aura fallu une procédure juridique de nombreuses années pour arriver à ce verdict. Or, cette décision souleva un effroyable vent de colère des islamistes pakistanais. Fous de rage, ils ont manifesté par milliers en paralysant le pays durant trois jours. Ils ont bloqué les artères principales des métropoles. Des affrontements violents ont eu lieu entre les protestataires et la police locale. La sécurité a dû être renforcée dans des lieux de culte chrétiens. Un véritable déchaînement. À tel point même que la femme, âgée d’une quarantaine d’années maintenant, s’est trouvée contrainte de rester en prison malgré son acquittement.

Cette folie eut déjà été meurtrière. En 2011, alors qu’un gouverneur ainsi qu’un ministre chrétien des Minorités religieuses défendirent publiquement Asia Bibi, les plus radicaux des islamistes n’hésitèrent pas à les assassiner.

Pakistan_une femme condamnée à mort pour de l'eau_emblem_wp

Afin de mettre un terme à cette situation qui s’envenime dans le pays, ce 3 novembre, les autorités pakistanaises ont conclu un accord avec les protestataires. Celui-ci stipule que le gouvernement s’engage à lancer une procédure visant à interdire Asia Bibi de quitter le territoire. Mais aussi, le gouvernement ne s’opposera pas à une requête en révision du jugement d’acquittement initiée par un religieux. En parallèle, le défenseur d’Asia Bibi, l’avocat Saif-ul-Mulook, menacé par des fanatiques islamistes fuit le pays, craignant pour sa vie.

Quant au mari d’Asia Bibi, Ashiq Masih, redoutant également pour la vie de sa famille, il demande désormais l’asile aux dirigeants des États-Unis, du Royaume-Uni et du Canada pour sa famille. Dans un message vidéo, il implore l’aide de l’Américain Donald Trump, de la Britannique Theresa May ainsi que du Canadien Justin Trudeau. « Si Asia Bibi quitte le pays, chaque membre de sa famille, chaque personne associée à elle sera tuée », a ainsi déclaré le président de l’association des chrétiens pakistanais de Grande-Bretagne.

Un appel à l’aide sans réponse actuellement et Asia Bibi qui demeure incarcérée dans les geôles de Multan, au cœur du Pakistan.

Enfin, même si de leur côté certains politiques français se sont montrés volontaires pour accueillir la famille d’Asia Bibi, de manière factuelle, la conjoncture reste inchangée.

Affaire à suivre…