Black news

Black news_podcast-micro_wp

Il n’y a pas que les périodes caniculaires qui ont fait des victimes…

Essonne : deux adolescents piègent un parc pour enfants avec des bombes d’acide

La fillette de 18 mois, abandonnée par ses parents à l’hôpital, est décédée

Un homme arrêté à son retour de vacances avec le corps de sa femme dans une valise

À 12 ans, il est attaché nu à un arbre et filmé par ses parents en guise de « punition »

Publicités

Espagne : un YouTubeur condamné pour avoir humilier un SDF

Espagne_un YouTubeur condamné pour avoir humilier un SDF_spain-flag_wp

Vendredi 31 juin 2019, le YouTubeur espagnol ReSet a été condamné à 15 mois de prison assortis d’une amende de 20 000 € à verser en indemnisation à sa victime, un SDF qu’il avait piégé plus de deux ans auparavant à travers une vidéo.

Le jeune espagnol de 21 ans a été ainsi accusé d’ « atteinte à l’intégrité morale » envers un sans-abri qu’il avait piégé en lui faisant manger des biscuits fourrés au dentifrice. Il y a plus de deux ans, le YouTubeur avait mis en scène son canular via une vidéo qu’il avait ensuite publiée. Sur celle-ci, il s’était filmé en train de remplacer la crème vanillée des gâteaux Oreo par de la pâte de dentifrice. Il avait après filmé le SDF manger les biscuits qu’il lui avait donnés. Ce dernier eut alors de violents vomissements. Le YouTubeur, loin de se soucier de son état de santé, déclarait à ce moment face à la caméra : « Je suis peut-être allé un peu loin, mais voyez le côté positif, ça l’aidera à se laver les dents ! »

Mais sur Internet, cette plaisanterie de très mauvais goût n’a absolument pas fait rire les internautes. Indignés, nombreux d’entre eux apportèrent de vives critiques. Pour se faire pardonner, le jeune homme retourna voir alors le sans-abri pour lui proposer de passer la nuit en sa compagnie afin de comprendre ses conditions de vie. Il aurait été également jusqu’à lui offrir 300 € pour éviter des poursuites judiciaires.

Et pour le tribunal de Barcelone, cette histoire n’est pas passée non plus. Ce vendredi, le juge a donc condamné ce YouTubeur à 15 ans de prison, d’une indemnisation de 20 000 € à verser à sa victime, d’une interdiction d’accès à YouTube et à la suppression définitive de sa chaîne.

Une sanction stricte, mais bien méritée, et qui, on l’espère, en dissuadera d’autres à agir de cette façon inhumaine.

Le droit de mourir dans la dignité

Le droit de mourir dans la dignité_fleurs-chrysanthèmes_wp

Le dernier numéro de Dossier Tabou, diffusé sur la chaîne de télévision M6 le 22 mai dernier, présenté par Bernard de La Villardière, se consacrait au droit de mourir. Durant un an l’équipe de tournage a suivi quatre personnes souhaitant mettre volontairement fin à leurs jours. Des témoignages bouleversants qui bousculent certains a priori sur le sujet…

Des news surprenantes !

feed-icon

Ce matin en consultant mon téléphone portable, je lis un message laissé par une copine qui me prévient d’un danger :

« Dis à tous tes contacts de ne surtout pas accepter l’appel du 06 54 20 16 45. C’est quelqu’un qui pirate ton tél. Et si un de tes contacts l’attrape, tu seras touché aussi. Envoie ce message à tous tes contacts. URGENT ça va très très vite. Info confirmée sur Europe 1, RTL et BFM. »

Je saisis cette occasion pour vous transmettre ce message, même si vous n’êtes pas mes contacts directs. On ne sait jamais.

Or, bien que cette première info ne soit relativement pas si surprenante, la seconde, elle, l’est quelque peu.

Par la suite, j’accède à mon blog pour y écrire l’article du jour. Surprise ! Je découvre un nouvel abonné : Bank BNP Paribas.

Me posant toutefois la question d’avoir à faire à un homonyme ou un copyfraud, je me rends sur le blog de celui-ci. Et non, il s’agit bien de la vraie banque. Alors celle-là je ne l’avais pas vu venir !

Cette banque a-t-elle oublié notre passif commun ? Pense-t-elle à un coup de pub de ma part pour elle ?

Des news surprenantes_headphones-round_wp

Il y a plus de dix ans maintenant, j’étais une cliente fidèle de cette banque. Je n’imaginais pas alors ce qu’elle allait me faire vivre. Déménageant d’une ville pour emménager dans une autre, je demandais en toute logique un changement de domiciliation. Deux ans plus tard, j’appris que j’étais fichée à la Banque de France pour un montant impayé d’environ 2 €. Et cela depuis deux ans ; la date de départ étant celle de mon changement d’adresse. J’utilisais normalement ma carte bleue. Je n’avais qu’un seul crédit que je remboursais en temps et en heure. Ne comprenant pas ce qui m’arrivait, je contactais mon conseiller de banque de l’époque. Il m’informa que ce montant impayé correspondait au taux d’intérêt mensuel de mon crédit qui s’était retrouvé en doublon le mois de mon changement de domiciliation, suite à une erreur de la stagiaire qui avait procédé à ce dernier et qui plus est n’avait non plus pas clôturé mon ancien compte. J’avais donc deux comptes. À partir de là, je fis l’amère expérience de l’enfer pavé de « bonnes intentions ». Une véritable lutte. Je vous passe les détails. Je dus me déplacer jusqu’au siège social pour un entretien avec le grand directeur. Un entretien si humiliant que je partis en claquant la porte. Il fallut que la CNIL s’en mêle pour me sortir de ce pétrin. Le cirque dura toutefois plus de deux ans. La CNIL parvint à me rayer du fichage de la Banque de France sans qu’aucune trace de mon passage ne fut laissée. La Banque de France m’invita dans son bureau local pour me présenter ses plus plates excuses tout en me notifiant qu’elle ne comprenait pas non plus pourquoi je fus inscrite chez elle pour un montant si aberrant. Et l’interlocuteur de la CNIL qui s’était occupé avec un sérieux sans nom de mon cas m’indiqua alors que la BNP faisait partie de leur liste noire des plus mauvaises banques et me conseilla le Crédit Agricole. Je quittais cette banque maudite pour le Crédit Agricole avec lequel je nage en plein bonheur. Tous les conseillers sont d’une compétence à la hauteur. Si je devais donc faire de la pub pour une banque, ce serait le Crédit Agricole, certainement pas la BNP !

Des news surprenantes_headphones-square-draw_wp

Cependant, sans rancune, je remercie Bank BNP Paribas d’être le nouvel abonné de mon blog.

Paris : un chiot de 3 mois brûlé et torturé

Paris_un chiot de 3 mois brûlé et torturé_1_wp

Courant de ce mois-ci, un chiot de 3 mois, ayant été baptisé Puccino, a été retrouvé dans le 9e arrondissement, rue Faubourg Montmartre, à Paris. Torturé à coups de taser, brûlé avec des cigarettes, enfermé dans une petite cage, puis jeté au milieu des poubelles, il a été retrouvé agonisant par une passante qui a entendu ses gémissements.

Pris à temps et ayant reçu les premiers soins par un vétérinaire, il a été transporté dans le refuge de la Fondation Assistance aux Animaux de Villevaudé. « Minuscule, rasé à blanc et couvert de teinture jaune, il porte sur le corps une multitude de plaies ensanglantées et très infectées. Son corps est littéralement déformé par l’infection qui le gagne », peut-on lire sur le site Internet de la Fondation.

Paris_un chiot de 3 mois brûlé et torturé_2_wp

C’est à la clinique vétérinaire que les médecins ont constaté l’état critique de Puccino. De nombreuses plaies sur-infectées sur tout le corps, d’énormes abcès s’étant formés sous la peau et une infection qui s’était propagée à toutes les plaies. Il était dans un tel état de souffrance qu’il a fallu l’endormir afin de l’apaiser, l’examiner et le soigner. « Le pire des scénarios se dessine alors, les multiples plaies qu’il porte ressemblent à des traces de coups de taser et de brûlures de cigarette. D’autres font penser à des perforations volontaires à l’aide d’un outil. Lorsque le produit désinfectant est injecté dans une des plaies, il en ressort par une autre », explique aussi la Fondation sur son site.

Paris_un chiot de 3 mois brûlé et torturé_3_wp

Face à cet acte de barbarie sans nom, la Fondation a non seulement déposé une plainte pour abandon volontaire et acte de cruauté, mais elle a aussi lancé un appel à témoins « à toute personne reconnaissant cet animal ou ayant des informations à nous communiquer permettant d’identifier les auteurs de ces faits. »

Seulement âgé de 3 mois, Puccino ne pèse que 2 kilos et est toujours actuellement en soin et sous analgésique.

Le monde brûle-t-il ?

Le monde brûle-t-il_terre-feu_wp

Vendredi 15 mars, la Nouvelle-Zélande était en proie à un double attentat à Christchurch, deuxième plus grande ville du pays. Deux mosquées ont été prises pour cible conduisant à un bilan de 50 morts et de nombreux blessés, dont certains demeurent encore entre la vie et la mort.

Alors que ce pays, n’ayant jamais connu dans son histoire moderne une tuerie de masse, subissait une véritable terreur, le lendemain, lors d’un ixième acte (comme au théâtre) des contestataires en jaune, Paris se retrouvait aussi sous les flammes de la violence.

Immeubles incendiés, véhicules brûlés (de personnes aux revenus modestes), banques, commerces, restaurants… saccagés, touristes et autres, hors de ce mouvement, effrayés… le centre de la capitale était en feu, à l’image d’un pays en guerre.

Le monde brûle-t-il_nz-flag-feu_wp

Paris brûle-t-il ? Ce célèbre roman qui retrace l’histoire de la libération de Paris en 1944, à partir de documents historiques. Ce livre écrit par Dominique Lapierre et Larry Collins, dont l’idée est venue suite à la lecture dans un journal révélant l’ordre donné par Hitler à Von Choltitz de détruire Paris en 1944. Cet ouvrage a été le résultat d’un travail à longue haleine. Trois ans d’enquête et plus de 3 000 personnages-clé français, anglais, allemands et américains interviewés.

Au regard des déchaînements de haine, de la furie ambiante qui semble envahir certains esprits, comme une épidémie rendant fou les gens et qui ferait rage dans un pays, il est à penser que ce qu’Hitler n’a pas réussi à faire, d’autres s’en chargent aujourd’hui, 75 ans plus tard.

Quel sera ce résultat ? Un énorme coup dur pour l’économie. Les dégradations à réparer qui coûtent et coûteront beaucoup d’argent. Qui payera ? Nous tous, manifestants ou pas. Des commerces qui voient leur chiffre d’affaire s’effondrer au point de mettre la clé sous la porte et d’être contraints de licencier leurs employés. Les gilets jaunes aideront-il leurs futurs chômeurs à retrouver un travail et à assumer les conséquences que cela aura sur leur vie familiale  ? Des monuments historiques dévastés, un patrimoine culturel bafoué. Quel respect pour nos aïeux ayant combattu pour la France libre ? Quelle reconnaissance à l’égard de nos morts ? Quelle valeur envers notre histoire ? Quel devoir de mémoire ?

Le monde brûle-t-il_fr-flag-carte-feu_wp

Des policiers aussi qui sont déshumanisés par la vision d’individus qui ne pensent pas ou plus. Ce sont des êtres humains pourtant ? Eux également ont une famille, une condition de travail difficile, surtout en ce moment, avec un salaire loin d’être mirobolant. Eux de même préfèreraient profiter de leur week-end avec leurs enfants, plutôt que de servir de bouclier humain face à la fureur de quelques sauvageons.

Quel vent de folie s’est emparé de notre planète ? Ici ou ailleurs, la haine, l’indifférence, la violence, le terrorisme, l’ensemble du côté sombre, la noirceur profonde de l’humanité se répand sur la Terre comme un nuage toxique. Le monde brûle-t-il ? Quelle version de l’histoire sera-t-elle cette fois-là dans 75 ans…

Espagne : des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées

Espagne_des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées_flag-statue_wp

Il semblerait qu’effectivement le crétinisme se répand de plus en plus dans notre monde. Si ce n’est autre avec ce fait qui a défrayé la chronique espagnole récemment.

Jeudi 7 mars, la Guardia Civil (Garde civile espagnole, force de police à statut militaire) a découvert dans des chambres séparées deux personnes âgées droguées et nourries par une sonde naso-gastrique, alors qu’elle enquêtait sur la mort suspecte d’une autre femme âgée.

La garde civile de Cadix, en Andalousie, a découvert deux personnes âgées, allemande et néerlandaise, dans des « conditions d’hygiène et de santé déplorables », enfermées dans une résidence de la station balnéaire de Chiclana de la Frontera, en Andalousie. Elles étaient droguées et alimentées via une sonde naso-gastrique. L’âge de ces deux vieilles dames n’a pas été précisé. Elles ont été toutes deux transportées dans une maison de soins où leur état s’est « amélioré significativement ».

Un couple germano-cubain, Markus et Estrella, se faisant passer pour des soignants, a été arrêté. Il avait volé plus de 1,8 millions d’euros à des personnes âgées avec lesquelles il avait préalablement sympathisé.

Espagne_des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées_guardia-civil-emblem_wp

La police enquêtait sur la disparition, puis sur la mort troublante de Maria Babes, une riche allemande de 101 ans qui vivait à Tenerife, l’une des îles de l’archipel des Canaries. La disparition de celle-ci avait été signalée par la police de Francfort, Allemagne, auprès de la police espagnole qui avait rapidement retrouvé Maria Babes dans une maison de retraite, où elle était arrivée en mauvaise santé. Elle avait expliqué à la Guardia Civil que le couple l’avait approchée à Tenerife. Elle l’avait ensuite suivi à Cadix afin qu’il prenne soin d’elle. Elle s’était alors retrouvée enfermée et menottée dans une maison durant des mois. Plus tard, le couple était allé rechercher Maria Babes dans sa maison de retraite. Cinq heures plus tard, elle décédait. Le couple avait subséquemment insisté pour une incinération, empêchant toute autopsie.  « En octobre, elle avait plus de 162 000 euros à la banque. Et moins de 300 mi-décembre, après l’apparition de ce couple dans sa vie. Sa maison à Tenerife a par ailleurs été vendue – par le couple – sans qu’elle reçoive le moindre euro », a déclaré la Guardia Civil dans un communiqué. C’est en parvenant à appréhender enfin ce couple que la Guardia Civil trouva lors de la perquisition de la maison du couple une autre résidence louée à proximité. Ceux femmes âgées ayant pu être sauvées ont été alors découvertes.

Le burn-out maternel

Le burn-out maternel_wp

Devenir mère serait l’accomplissement d’une femme, pour la majorité. Être une maman serait un rôle naturel pour n’importe quelle femme. Après tout, elle est conçue pour cela.

Hier, la femme n’était cantonnée que dans cette fonction. Son évolution légitime était de se marier, fonder une famille et de servir à l’entretien de celle-ci. La cuisine, le ménage, l’éducation des enfants et s’occuper de son mari étaient ses missions.

Aujourd’hui, ces tâches lui incombent toujours, malgré des droits acquis, une autonomie conférée et une vie professionnelle qui s’est ouverte à elle au fur et à mesure du temps.

Bien que le rôle du père ait lui aussi évolué, il n’en reste pas moins que celui de la mère s’en est retrouvé exacerbé. Et en parallèle, l’image de la maternité a eu un cheminement autre, elle s’est idéalisée.

Les exigences actuelles, qui tendent à se normaliser, poussent la femme à devenir une sorte de superwoman. Elle doit être quasiment exemplaire dans tous les domaines. Elle doit se surpasser professionnellement par rapport à un homme, sans pour autant obtenir le salaire équivalent. Elle doit gérer sa vie familiale sans heurt. Et elle doit rester femme, tout en étant une mère parfaite.

Ne pouvant contrôler son développement professionnel, qui dépend majoritairement de l’appréciation masculine, l’idée de la maîtrise de la maternité comme étant le seul terrain sur lequel elle règne seule est revenue dans l’esprit collectif.

Si une femme ne peut atteindre son objectif professionnel, elle doit alors répondre à son accomplissement personnel, celui de la mère.

42433056 - tired mother carrying a crying baby at night

« Avec un enjeu fort : celui de la perfection, puisque la nécessité de réussir s’est replacée de la sphère professionnelle à la sphère familiale. Ainsi, poussées par la société, et par des normes personnelles d’une grande exigence, les femmes s’épuisent à vouloir être des mères parfaites », comme l’a exprimé la journaliste Anne-Laure Vaineau dans son article du 20 février 2017 sur le site Psychologies. Référence aussi à la psychologue clinicienne Maryse Vaillant, décédée en janvier 2013 et auteur du livre Être mère, mission impossible ?, chez Albin Michel.

Exhortées malgré elles par cette idée subliminale créée par la société actuelle, certaines femmes arrivent alors au burn-out.

Le « burn-out maternel », ainsi nommé, est un phénomène qui touche de plus en plus de mamans d’aujourd’hui. Alors que cette nouvelle « pathologie » n’est pas encore considérée comme telle en France, recouvrant même un caractère tabou, l’un de nos pays voisins, la Belgique, commence à prendre cette nouvelle forme de « dépression » très au sérieux.

Mamans au bord du gouffre, violences verbales, physiques sur leurs enfants, abandon du domicile conjugal, allant jusqu’au point de non-retour, le meurtre de leur progéniture, la chaîne de télévision M6 dans son émission 66 Minutes du 3 mars dernier s’est intéressée à ce nouveau mal-être social qui concerne toute sorte de mère, le burn-out maternel.

Touchant également les pères, une prise de conscience réelle sur ce nouveau phénomène en expansion tend à voir le jour. Le burn-out maternel ou parental, lorsqu’il concerne parfois les deux, s’avère être un véritable problème. Quelles solutions ?

France : un aide-soignant violent envers une femme de 98 ans

Icono aislado asilo de ancianos azul

De nos jours, la violence est partout, dans nos rues, nos maisons… Elle semble régir nos vies, être devenue une banalité un peu trop quotidienne, à tel point que l’on se demande quel avenir nous attend. On ne sait pas où l’on va, mais on y va, et pas forcément vers le bien.

Cette affaire révélée par le journal Le Parisien en est encore une triste preuve…