Ô solitude !

Ô solitude_fille-tuyau_wp

N’avez-vous jamais ressenti à un moment donné de votre existence une période intense d’âpre solitude ? Celle qui vous met en dehors du coup et de tout, celle qui vous donne l’impression d’avoir franchi la frontière d’un autre monde, dont l’unique pensée vous venant à l’esprit est : « Mais qu’est-ce que je fais ici ? »

Ce sentiment de ne pas vous trouver à la bonne place, au bon endroit, au bon moment ou d’être là sans y être ; invisible. Cet instant où vous vous demandez si peut-être, par hasard, vous ne vous êtes pas trompé de lieu ou si vous ne vivez pas dans une autre dimension et où vous avez la perception de perdre tous vos repères, d’être isolé de tout.

Cette durée qui vous paraît interminable durant laquelle le temps vous semble avancer au ralenti, se distendre, se déformer, se figer même parfois et durant laquelle vous errez telle une âme en peine en priant pour que ce temps reprenne son cours. Où là, « la notion de relativité » de Galilée à Albert Einstein prend toute sa valeur !

Cet instant où plus rien ne s’imprime dans votre cerveau comme si les informations qu’il devait assimiler s’effaçaient avant même d’avoir d’être transmises ; la connexion entre vos neurones subitement s’interrompt, vous ne comprenez rien, mais absolument rien à ce qui se passe ; ni la situation ni les discours.

Une situation qui vous paraît si abracadabrante, et dans laquelle vous vous retrouvez malgré vous, que même dans votre rêve ou votre cauchemar le plus fou vous ne l’auriez imaginée. Vous avez la sensation d’être complètement à l’ouest, au top départ prêt à intégrer le pavillon des dingos, dans le néant le plus absolu, le vide sidéral, la traversée du désert de Gobi ou de la mer noire en solitaire.

Des évènements insignifiants qui s’accumulent les uns aux autres, faisant perdre à la maîtrise tout son sens, qui vous emmènent dans une sorte de tourbillon infernal, sous des flots d’une telle force qu’ils vous entraînent dans la profondeur des abysses. Où doucement, mais sûrement, vous prenez conscience que « la théorie du chaos » n’est pas que simple théorie !

Des circonstances sur lesquelles vous n’avez nullement le contrôle, et peut-être ne l’auriez jamais eu, mais que vous êtes contraint de subir sans possibilité de vous enfuir par la porte : « EXIT » ; ces quatre petites lettres rouges et vives ou vertes et fluorescentes qui attirent irrésistiblement votre regard, devenant même obsessionnelles, au point de ne voir rien d’autre qu’elles. Où tel dans l’attente d’un miracle, de l’apparition d’un sauveur qui viendrait sans vous soucier d’où, vous espérez que quelque chose de magique arrive vite par cette porte afin de vous libérer des affres de l’angoisse, de cette sensation de profond malaise ; un signe divin, providentiel, qui pourrait mettre un terme à votre calvaire. Ou tout simplement, vous désirez avec hâte être au lendemain et vous dire que rien ne s’est passé, que ce n’était qu’un mauvais rêve.

Or, à cela, se mêlent des discours fantasmagoriques que vous ne saisissez pas davantage, malgré l’emploi du langage usuel. Les paroles se succèdent les unes après les autres sans évoquer une once de logique dans votre esprit. Vous écoutez, entendez, vous concentrez au mieux du possible sur les propos dits, mais rien n’y fait, rien de rien, vous ne percutez absolument rien du tout ! Les mots vous semblent parfaitement incohérents, vous ne captez rien à ce qui se dit ; vous n’êtes ni en phase avec vos interlocuteurs et peut-être même ni en phase avec vous-même. La discussion qui a lieu vous passe à des millions de kilomètres au-dessus de la tête, où là, vous vous interrogez sur ce qui aurait bien pu vous arriver ; si vous avez un peu trop abusé des coupes de champagne ou si un individu mal attentionné vous a versé clandestinement une substance bizarre dans votre verre ou si le niveau de la conversation est éventuellement trop élevé pour votre petite cervelle.

Ô solitude_fille-fenêtre_wp

Alors, vous vous obligez à paraître afin de ne pas trop ressembler à une nouille. Vous simulez un semblant de discernement avec votre plus éclatant des sourires, à rivaliser avec la lumière éblouissante d’un projecteur de cinéma. Vous adoptez le système des hochements de tête, de gauche à droite, de bas en haut, le visage sérieux avec le regard perçant qui signifient : « Je vous ai compris ! »

Avec difficulté vous vous efforcez à suivre la discussion. De temps à autre, vous dîtes : « Et oui ! », « Bien sûr ! », « Certainement ! », « C’est intéressant ! », « Pourquoi pas ? », « Peut-être ? », « Ce n’est pas faux ? »

Vous riez lorsque les autres rient, vous vous donnez un air savant lorsque les autres le font, mais principalement, vous excellez dans l’art du camouflage expressif en mimant en toute discrétion les expressions physiques des autres ou en exprimant ce que les autres veulent que vous exprimiez.

En aucun cas, évidemment, vous n’argumentez sur le dire, étant donné que vous comprenez rien. Par fierté bien ou mal placée, vous n’avouez votre sentiment d’abandon, d’incompréhension la plus totale, non seulement par crainte d’être confondu avec la cruche du bourg, mais aussi parce qu’il vous semble en votre for intérieur que certains seraient peut-être autant perdus que vous. Et dès l’instant où il vous est demandé un avis sur la question, vous trouvez une parade du genre : « Veuillez me pardonner, auriez-vous l’amabilité de bien vouloir m’indiquer les commodités, s’il vous plaît ? » Suite à quoi, vous vous éclipsez avec un naturel déconcertant, même vous en êtes déconcerté.

Afin de ne pas éveiller un moindre soupçon, vous vous empressez de déceler rapidement les toilettes. Arrivée à bon port, vous soufflez de soulagement, avec toutefois la gorge serrée et les boyaux noués. Vous scrutant dans le miroir, vous placez vos paumes sur le rebord du lavabo et le regard bien fixe sur le reflet de vous-même, vous marmonnez à voix basse : « Seigneur, qu’ai-je bien donc pu vous faire pour mériter ça ! » Vous reprenez une forte aspiration ou inspiration ; ce qui ne représente guère de différence à cet instant, puisque vous manquez cruellement des deux, et dans votre tête, autre la phrase classique : « Si j’avais su, je ne serais pas venu », vous vous dîtes : « Allez ! Courage ! Vas-y Xena ! Fonce ! »

Dans votre esprit, revêtue de votre armure, l’arme à la main, pochette lustrée en cuir, le masque du soldat inconnu sur le visage, l’âme guerrière en vous, vous quittez ce lieu de ressource, arborez de nouveau votre plus grand sourire et rejoignez cette soirée aux couleurs de l’incompréhension.

Vous regagnez l’arène, tel un chrétien préparé à se faire dévorer par les lions, plutôt un gladiateur devant combattre son ennemi juré, et vous attendez, là, planté tel un garde royal anglais près des portes de Buckingham Palace, la suite des évènements…

Publicités

C’est du propre !

C'est du propre_sdb_wp

Ah ! Ces Britanniques, ils n’ont pas fini de nous surprendre, surtout elles !

Selon une très nouvelle étude menée en Grande-Bretagne, puisqu’elle est parue ce 24 février dans le Daily Mail, 4 femmes sur 5 ne se laveraient pas tous les jours ! Parmi elles, 1 sur 3 aurait même déclaré ne pas se laver pendant 3 jours ! Seulement 21% des personnes interrogées prendraient le temps de se laver le matin !

L’étude s’est portée sur 2021 participantes, âgées de 18 à 50 ans, dont les chercheurs ont examiné leur comportement dans le cadre d’une enquête sur l’hygiène. Ils ont constaté alors qu’un tiers d’entre elles passeraient l’étape du démaquillage et qu’1 femme sur 8 ne se brosserait même pas les dents le soir avant d’aller dormir !

Et les incroyables prétextes données par ces femmes seraient le manque de temps et la fatigue !

Malgré que 92% d’entre elles auraient conscience de l’importance de prendre soin de la peau, des méfaits du manque de sommeil et d’une mauvaise hydratation, le résultat effarant de cette enquête révèle que la plupart d’entre elles n’auraient tout simplement pas le temps de s’occuper d’elles comme il le faudrait et 89% expliquent le fait de ne pas se doucher ni le matin ni le soir par celui d’être trop fatiguées !

C'est du propre_douche_wp

Maxine Flint, détenteur de la marque de produits de beauté Fint + Flint qui a demandé la réalisation de cette étude, a déclaré : « Je peux comprendre l’appel de la grasse matinée, mais ne pas se laver le matin est un comportement irrespectueux pour les personnes qui nous entourent et mauvais pour la santé. Nous parlons de quelque chose qui ne prend que quelques minutes. Il est vrai qu’aujourd’hui, notre rythme de vie est plus soutenu, mais nous ne devons pas devenir une nation qui est trop occupée pour se laver. »

L’expression de la « douche écossaise » perd ici vraiment toute sa portée ! Heureusement que la Grande Bretagne ne se trouve pas en zone géographique de grande sécheresse, sinon ces Anglaises trouveraient le prétexte supplémentaire du rationnement en eau !

Au secours ! Mais dans quel pays vis-je !

God save the girl ?

God save the girl_wp

Ah ! Le flegme britannique ! Enfin, le flegme ressemblant davantage à un petit peu vite le matin et encore moins vite l’après-midi !

Faire bouger les gens ici dans une situation relativement en urgence, notamment celle de n’avoir qu’un mois de délai pour quitter une maison et en retrouver une autre en location, est quasiment mission impossible !

Après une laborieuse négociation avec le propriétaire via l’agence immobilière qui est en charge de son bien, le délai d’origine fixé s’est étendu jusqu’à celui de la vente définitive de celui-ci. La possibilité de rester dans les lieux en location avec le nouveau propriétaire serait aussi envisageable ainsi que de disposer d’un délai raisonnable afin de trouver un autre bien à louer, bien qui devrait normalement être recherché et trouvé par une personne intermédiaire en lien avec les agences immobilières anglaises et avec laquelle un contrat a été dûment signé avant de quitter la France pour venir en Angleterre !

Or, le contrat ne semble pas être respecté pareillement par les parties concernées, étant donné qu’une seule fait le travail des deux ! Mais, fort heureusement, les cartons sont déjà prêts au cas où ! Il vaut mieux être pragmatique et c’est surtout toujours ça comme temps gagné !

Donc, résultat des courses, un énorme point d’interrogation plane au-dessus de la tête, telle l’épée de Damoclès ! « Où vais-je dormir dans les mois à venir ? »

La suite, au prochain numéro !

Assurance vie, assurance profit !

Assurance vie, assurance profit_wp

Selon un récent reportage, 9 français sur 10 souscriraient chaque année une assurance vie afin de transmettre leur patrimoine après leur mort. Certains souscripteurs y apposent le nom de leur descendance, tandis que d’autres y nomment une association à but humanitaire. Elle s’établit soit dans une agence d’assurance classique, soit dans un établissement bancaire. Du vivant des personnes ayant consenti à cette assurance, tout se passe bien, mais lorsqu’elles viennent à décéder, le profit n’est pas par principe pour celui à qui nous pensons.

Ce reportage a montré alors qu’un véritable parcours du combattant se mettait en place pour les bénéficiaires de l’assurance vie. Les assurances et les banques chez lesquelles elles ont été souscrites emploient les méthodes les plus viles afin de ne pas payer les bénéficiaires, car ces dernières se révèlent être une vraie source de profit pour celles-ci.

Ainsi, l’un des couples du reportage bénéficiaire d’une assurance vie s’est battue 5 ans avec la banque qui devait lui verser la somme acquise durant 30 ans ! Le montant de l’assurance vie s’élevait tout de même à 300 000 euros ! Raison pour laquelle la banque a usé de toutes les stratégies possibles et imaginables pour s’éviter de perdre la poule aux œufs d’or ! Il a fallu qu’une association des droits du consommateur intervienne pour que ce couple soit enfin payé et avec les intérêts !

Certains bénéficiaires ne savent même pas qu’ils sont les héritiers d’une assurance vie, puisque malgré une loi récente obligeant les assurances et les banques à rechercher les éventuels héritiers, toutes ne jouent pas le jeu, sachant qu’au-delà d’un délai de 30 ans de prescription fixé par la loi, si aucun héritier ne se fait connaître, la somme de cette assurance revient systématiquement à la banque ou à l’assurance concernée.

Pour les associations, notamment celle des restos du cœur intervenant dans le reportage, elles sont soumises au même traitement. Ainsi, l’un des responsables d’une antenne des restos du cœur explique en montrant à la caméra, preuve à l’appui, qu’il est courant qu’il reçoive une lettre datée du jour d’un organisme bancaire ou d’assurance quelconque lui informant d’un montant à percevoir d’un souscripteur décédé depuis plus de 10 ans !

Nonobstant 9 français sur 10 souscriraient une assurance vie, je resterai le 1 sur 10 qui préfère donner tout de son vivant ou prévoir une autre garantie pour mes proches afin de leur éviter le marasme d’une telle situation.

L’école pour parents ?

école pour parents_wp

Depuis un certain temps, je suis membre d’un groupe de discussion sur LindekIn, réseau social professionnel en ligne créé en 2003 à Moutain View, municipalité située dans le comté de Santa Clara, en Californie, au sud de la baie de San Francisco, entre Palo Alto, Sunnyvale et Los Altos, dont la ville tient son nom de la vue qu’elle offre sur les monts Santa Cruz.

Dans l’un de mes commentaires sur un sujet de discussion, sur le ton de la plaisanterie, j’ai posé la question : « À quand l’école pour parents ? » L’un des membres de ce groupe me répondit alors qu’il en était effectivement question et pour se faire les enseignants seraient mis à contribution !

Là, j’eus un choc ! Quoi ? C’est sérieux ? L’école pour parents ? Non ! Sans rire ? Quelque peu donc éberluée par la nouvelle, je décidai de me renseigner. J’appris que cette école existait belle et bien et avait été mise en place, en partenariat entre le ministère de l’intérieur et le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, à titre expérimental en 2008-2009, sous l’appellation de l’opération « Ouvrir l’École aux Parents pour réussir l’Intégration (OEPRI) », dans 12 départements de 10 académies, dans le cadre d’une meilleure intégration pour les parents d’origine étrangère récemment arrivés sur le territoire français. Cet espace d’apprentissage aménagé au sein d’établissements scolaires, notamment collèges et lycées, est dédié à « l’enseignement du français, de la découverte des valeurs de la République et du fonctionnement du système scolaire » et s’organise sous la forme de formations gratuites, d’une durée de 120 heures annuelles, par groupes de 8 à 15 personnes, durant la semaine à des horaires permettant d’accueillir le plus grand nombre de parents, formations assurées par des enseignants, très majoritairement des enseignants de l’unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A) Au vu du succès de ce test, puisque d’année en année, il eut une progression spectaculaire du nombre des parents participants, le dispositif s’étendit à 64 départements de 27 académies en 2012-2013.

À la lecture de cela, je me rendis compte de la stupidité de mon étonnement ironique. Ce système mis en place était non seulement une bonne idée, mais il en avait été également une preuve par son succès incontestable.

Or, en poursuivant mes recherches, je découvris, selon certaines sources d’information, que les investigateurs de ce projet ne voulaient pas en rester là. Selon ces sources, une intention d’un nouveau projet d’école pour parents devrait peut-être voir le jour, lequel s’apparenterait davantage à une école classique, dont les enseignants seraient encore davantage sollicités. C’est peut-être la raison pour laquelle l’Éducation nationale a lancé dernièrement une campagne de publicité massive pour recruter ?

Si ce projet devait naître, il ne resterait plus alors qu’aux enseignants de muter en « X-men » avec les supers pouvoirs qui vont avec !

Attention Monsieur le professeur « Xavier » et Madame l’enseignante « Tornade » entrent en action !

Liste pour les écoles :

– Préparation des cours pour les enfants.
– Préparation des cours pour les parents.
– Correction des copies, des interrogations surprises, des interrogations écrites… euh… avons-nous oublié quelque chose ? Ah ! Bah ! Oui ! Que nous sommes bêtes ! Les devoirs scolaires des enfants à corriger, puisque les parents, c’est nous !
– Correction aussi des copies, des interrogations, etc. des parents.
– Organiser le temps scolaire : 1 minute 27 secondes pour parcourir 3 km entre l’école du fils de la maman Truc et l’école du papa Zig pour donner le cours de français, 2 minutes pour manger, pas le temps d’aller à la cantine ou de rentrer au domicile, le cours de français s’est terminé à 12 h 30, donc à l’école du papa Zig et le prochain cours de civisme a lieu à 13 h à l’école de la fille de la maman X à l’autre bout de la ville !
– Ne pas mettre dans la même classe la maman de Machin avec le père de Bidule, car leurs enfants sont ennemis jurés ! Jouons la prudence afin d’éviter non seulement une éventuelle agression de la part des enfants mais aussi de celle de leurs parents !
– Veiller aussi à ce que le professeur du fils du papa Z ne soit le professeur du papa Z, son fils est meilleur que lui, il ne faudrait pas que la jalousie naisse entre eux !
– Ne pas faire les mêmes sorties scolaires pour les enfants et pour les parents.
– Répartir les heures de colle, de soutien, etc.
– Ah ! Aussi ! Pour les interrogations, essayer de ne pas les donner en même temps.
– Etc.

Liste pour la maison :

– Prévoir à manger pour nous et nos enfants, un plat rapide à réchauffer au micro-ondes, pas le temps de cuisiner, il reste des copies à corriger de l’école des enfants et de l’école des parents.
– Ranger les deux cartables, celui pour l’école des enfants, y mettre la leçon W et celui pour l’école des parents, la leçon Y.
– 3 minutes 12 secondes pour la douche tous les jours, week-end compris !
– Pour le week-end, faire en vitesse les courses au supermarché, dommage que celui-ci n’ouvre pas à 5 heures du matin !
– Amener le fiston au foot.
– Conduire la fille à la danse.
– Oublier les activités sportives ou autres pour nous.
– Respirer, vivre école…
– Penser à dormir !

Mais, heureusement, Monsieur le professeur « Xavier » et Madame l’enseignante « Tornade » n’ont que 17 heures de cours par semaine… fois 2 et les vacances scolaires ! Et comme ils ont des super pouvoirs, alors, qui a dit que le métier d’enseignant était fatigant ?

La chasse aux sorcières

La chasse aux sorcières_femmes-albinos_wp

Aujourd’hui, invoquer la « sorcellerie » pourrait soit nous ramener à l’époque de l’obscurantisme s’apparentant au Moyen Âge, soit nous évoquer des séries de télévision avec un sourire en coin.

Or, la sorcellerie n’est pas à prendre à la légère dans certaines contrées du monde. C’est tristement le cas en Tanzanie où cette pratique est combattue par le gouvernement et par ses habitants, mais pour des raisons différentes et surtout avec des méthodes encore plus distinctives.

Alors que les autorités tanzaniennes ont lancé récemment une campagne interdisant la sorcellerie afin de mettre fin aux enlèvements, aux meurtres et au trafic d’organes des albinos du pays, considérés comme possédant d’étranges vertus, telles la chance et la richesse, plusieurs ONG locales ont dénoncé une véritable chasse aux sorcières qui sévit dans le pays faisant des centaines de morts chaque année ; pas moins de 765 meurtres de femmes, lynchées pour avoir prétendument jeté un sort sur une personne ou un animal, ont été recensés pour l’année 2013. Mais ce chiffre serait loin du compte réel. Paul Mikongoti du Centre juridique et des droits de l’Homme a déclaré à l’Agence France-Presse : « Ce nombre énorme de personnes tuées ne compte que les cas signalés. Il y a tellement de cas, que nous ne pouvons avoir un nombre exact. »

La chasse aux sorcières_femmes-enfants-albinos_wp

Dans le pays, 93% de la population croient à la magie. Ces crimes ont souvent lieu dans des villages reculés et sur une population âgée. En 2012, 4 femmes âgées dans la région de Mwanza, au nord, ont été injustement accusées de sorcellerie suite à la mort d’un enfant tué par une hyène, elles auraient jeté un sort sur l’animal. Les villageois les ont massacrées puis brûlées. Sufia Shadrack, la fille de l’une des victimes a raconté : « Ils lui ont coupé les mains à la machette. Puis ils ont pris du bois, des matelas, une plaque de tôle et les ont brûlées, comme vous cuiriez du poisson ou de la viande. » Plus récemment, le 10 octobre 2014, sept femmes, dont cinq d’entre elles étaient âgées de plus de 60 ans, ont été brûlées vives par une foule de villageois dans le village de Murufuti, à environ 1200 km à l’ouest de Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie, pour les mêmes calomnies.

Mais, bien au-delà de la croyance, les raisons qui motivent les auteurs de ces meurtres se veulent être davantage crapuleuses, car en mourant, ces présumées sorcières laissent derrières elles des biens que leurs proches peuvent hériter. Flavian Bifandimu de l’ONG Helpage, défendant les droits des personnes âgées, explique : « Traditionnellement, les hommes aiment dominer (…) mais quand une femme commence à être un peu récalcitrante, ils pensent que le seul moyen d’obtenir certains biens, que ce soit des vaches ou une ferme, est de dire que cette femme est une sorcière. Cela justifie sa mort et alors automatiquement l’homme s’empare du bien. C’est aussi simple que ça. »

La chasse aux sorcières_tanzaniennes_wp

Et il apparaît que les autorités ne semblent pas s’en préoccuper, puisque les assassins ne sont que très rarement punis. Ainsi, l’une des survivantes, attaquée à la machette durant la nuit par les hommes de son village et laissée pour morte, doit aujourd’hui coudoyer ses agresseurs tous les jours. Les associations espèrent que cette indifférence change et rapidement.

Au-delà de la terreur

Au-delà de la terreur

Le Comité des Droits de l’Enfant des Nations Unies vient de sortir un rapport dénonçant le sort réservé aux enfants irakiens restés et vivant dans les zones contrôlées par Daech, une organisation armée salafiste djihadiste qui a proclamé le 29 juin 2014 l’instauration d’un califat sur les territoires irakiens et syriens qu’elle contrôle. Ces enfants sont utilisés comme kamikazes, qu’ils soient handicapés ou vendus par leur famille à des groupes armés.

Mais, le comble de l’horreur est qu’ils servent de boucliers humains afin de protéger les installations militaires des terroristes lors des attaques aériennes, lorsqu’ils ne sont pas forcés de travailler à des postes de contrôles ou à la fabrication de bombes pour les djihadistes ou transformés en esclaves sexuels ; violés, torturés et même exécutés.

Le comité évoque : « plusieurs cas d’exécutions de masse de garçons, ainsi que des décapitations, des crucifixions et des ensevelissements d’enfants vivants. […] Les enfants de minorités ont été capturés dans nombre d’endroits, vendus sur des marchés avec sur eux des étiquettes portant des prix, ils ont été vendus comme esclaves. »

Victimes également et non seulement des bombardements attribués à l’armée irakienne, ils sont aussi nombreux à avoir perdu la vie par la faim et la déshydratation.

Selon le Comité, les djihadistes responsables de la situation de ces enfants ne seraient les seuls. Des précédents rapports ont dénoncé également les forces gouvernementales qui obligeaient, de même, des enfants à se mettre en faction à des postes de garde et emprisonnaient d’autres en les accusant de terrorisme, ainsi que les mariages forcés de fillettes de 11 ans et une loi promulguée protégeant un violeur lui permettant d’échapper aux poursuites judiciaires en épousant sa victime.

C’est au-delà de la terreur ! C’est un monde où ces hommes ont perdu toute la valeur de la dignité humaine ! Ils sont pires que des animaux ! Ils ont perdu le droit d’être appelé « être humain » !

Trop beau pour être vrai !

trop-beau-pour-etre-vrai_wp

Bonne nouvelle pour les célibataires qui ont décidé de franchir la porte d’un site de rencontres sur le Net ! Inutile de vous prendre la tête pendant des heures à chercher votre plus belle photo à afficher lors de votre inscription sur le site ! Et plus la peine non plus de vous creuser les méninges pour votre description afin de vous mettre en valeur le mieux possible !

Selon une récente étude menée par des chercheurs de l’université de l’Iowa, aux États-Unis, sur les profils des sites de rencontres qui attireraient le plus de personnes, il a été constaté qu’une photo trop belle et une description semblant trop parfaite auraient moins de succès que les autres.

Pour ce faire, les chercheurs ont créé des faux profils de 4 hommes et 4 femmes au profil presque idéal sur le site de rencontres américain OkCupid. Ils les ont ensuite montrés à 317 participants, dont 150 hommes et 167 femmes, d’une moyenne d’âge de 40 ans, inscrits à ce style de sites et auraient ainsi observé que ces profils avaient provoqué une méfiance chez les participants. Trop beau pour être vrai ! Le résultat de l’étude donne alors le conseil de ne pas en mettre des couches et des couches pour séduire !

Donc, si vous êtes moches, vous auriez plus de chance de trouver votre âme sœur ! Pour les filles, le maquillage gommant les petits défauts, la coiffure bien soignée et les vêtements qui vous mettent en avantage, à bannir ! Pour les hommes, les cheveux en broussaille, pour ceux qui en ont, et le vieux tee-shirt des années 80 feront sensation !

Copenhague

sirène_Copenhague_wp

La Petite Sirène, la statue en bronze représentant le personnage du conte éponyme de Hans Christian Andersen dans le port de Copenhague, a pleuré l’absence de son Valentin sur son rocher samedi 14 février dernier. Plus d’un mois après les attentats de Paris, c’est au tour de la capitale du Danemark d’avoir été la cible de deux attentats terroristes, l’un touchant le centre culturel de la capitale où se tenait un débat sur la liberté d’expression et l’autre une synagogue, établissant un bilan de deux morts et cinq blessés. L’auteur présumé des faits a été abattu, son identité est désormais connue.

Les seules questions auxquelles les réponses seraient souhaitables qu’elles arrivent vite à cette série de folie meurtrière sont quand les islamistes intégristes auront-ils terminé leur croisade, telle qu’ils la nomment ; leur période d’inquisition ? Et quand iront-ils en vacances en plein désert avec comme seule arme dans les mains une gourde d’eau fraîche ?

Un petit coup de resvératrol ?

Un petit coup de resvératrol

Vous avez dépassé les 40 ans et plus ? Vous remarquez que vos neurones ne sont plus aussi fidèles qu’avant ? Vous sentez les trous de mémoires vous envahir ? Vous avez l’impression de perdre tout doucement les pédales ?

Pas de panique ! Le resvératrol est le remède à vos soucis !

Le resvératrol est une substance contenue dans le vin rouge, plus précisément une molécule qui se trouve naturellement dans le raisin rouge mais aussi dans le chocolat, la mûre et la grenade.

Et une étude américaine, publiée dans la revue Scientic Reports, affirme que le vin rouge combattrait les problèmes de mémoire chez les seniors, grâce à cette molécule plus présente dans le vin, et pourrait permettre de lutter contre la maladie d’Alzheimer.

Pour arriver à ce résultat, l’équipe de chercheurs de l’université A&M du Texas a pratiqué des tests sur des rats en laboratoire et étudié l’évolution de leur mémoire, se basant sur le principe qu’après 40 ans, une diminution des fonctions cognitives s’observe chez l’homme et l’animal. Un premier groupe a reçu un traitement contenant du resvératrol tandis que l’autre non. Les chercheurs ont constaté chez les rats ayant reçu la molécule une amélioration des capacités d’apprentissage spatial et de mémoire, alors que chez l’autre groupe ces facultés diminuaient entre l’âge de 22 et 25 mois. Selon eux, cette diminution serait liée à une baisse de la création de neurones. Le professeur Shetty, directeur de l’Institude for Regenerative Medecine de l’université A&M a expliqué : « Le développement de nouveaux neurones était environ deux fois plus important dans le groupe resvératrol. Le cerveau de ces rats semblait aussi mieux alimenté en sang et leur hippocampe (élément du cerveau lié à la mémoire) présentait moins de signes d’inflammation » D’après lui, cette nouvelle étude apporte de « nouvelles preuves que les traitements au resvératrol vers 60 ans peuvent aider à améliorer les fonctions de mémoire et d’humeur en fin de vie« .

Alors ! Offrez-vous un petit verre de vin rouge ou faites-vous un bon coq au vin !