Copenhague

sirène_Copenhague_wp

La Petite Sirène, la statue en bronze représentant le personnage du conte éponyme de Hans Christian Andersen dans le port de Copenhague, a pleuré l’absence de son Valentin sur son rocher samedi 14 février dernier. Plus d’un mois après les attentats de Paris, c’est au tour de la capitale du Danemark d’avoir été la cible de deux attentats terroristes, l’un touchant le centre culturel de la capitale où se tenait un débat sur la liberté d’expression et l’autre une synagogue, établissant un bilan de deux morts et cinq blessés. L’auteur présumé des faits a été abattu, son identité est désormais connue.

Les seules questions auxquelles les réponses seraient souhaitables qu’elles arrivent vite à cette série de folie meurtrière sont quand les islamistes intégristes auront-ils terminé leur croisade, telle qu’ils la nomment ; leur période d’inquisition ? Et quand iront-ils en vacances en plein désert avec comme seule arme dans les mains une gourde d’eau fraîche ?