Home sweet home !

Home sweet home

Hourra !

J’ai enfin déménagé ! Je suis enfin emménagée !

Victoire !

Je suis enfin chez moi !

Au terme de plus de trois mois de batailles, à force de ténacité et de persévérance, j’ai réussi à gagner la guerre !

Et quelle guerre ! Et surtout avec quelles pertes ! Tout a été compliqué du début jusqu’à la fin ! Tout est toujours compliqué d’ailleurs en Angleterre, en tout cas, peut-être pas dans l’ensemble du pays, mais dans la région où je me trouve !

Trouver une location d’une maison à longue durée, non une de six mois ! Trouver des propriétaires qui acceptent les animaux ; ayant un chat, certains propriétaires acceptaient la location à condition de placer mon chat, peu importe où, durant ma location ! Trouver un endroit avec une connexion à Internet ; certains endroits ne pouvant recevoir aucune connexion à aucun réseau et le système « box » n’étant pas du tout au point ici ; il existe mais il ne fonctionne pas ! Trouver une maison saine ; au vu de l’état de certaines maisons que j’ai visitées, les Anglais ne semblent pas être les rois de la propreté, je passe sur ce détail, pas des moindres toutefois !

Bref ! Après des semaines et des semaines de visites, je trouvais enfin le bien tant convoité ! Mais, cela était trop simple pour s’arrêter là ! La personne chargée d’organiser la prise de possession du bien devait récupérer les clés et organiser le déménagement, à préciser avec un délai de trois semaines à sa disposition. Rien de très compliqué, me direz-vous dans tout ça. Hé bien oui ! Cela l’a été ! Trouver les bonnes clés déjà ! La personne concernée me donna un trousseau de clés digne de celui d’un gardien de prison, mais aucune d’entre d’elles n’ouvrait aucune porte concernant mon habitation ! Quant au déménagement, un véritable sketch !

Au matin de mon déménagement, prévu à huit heures, aucune âme qui vive ne se présenta ! Connaissant la ponctualité des Anglais, j’attendis jusqu’à neuf heures trente. Ne voyant toujours rien venir à l’horizon, je contactais la susdite personne responsable qui m’annonça tout naturellement que les déménageurs m’avaient tout simplement fait faux bond ! Mais, comme à son habitude, « don’t panique ! » me répondit-elle. Quelques heures après, une autre entreprise de déménagement fit son apparition. Le déménagement commença alors à une heure de l’après-midi ! Trois grands gaillards arrivèrent ainsi tels les sauveurs de l’humanité, enfin, trois, plutôt deux et demi, le troisième ne semblant pas très motivé (il portait une chaise à la fois, une lampe ou tout autre objet divers ne nécessitant pas forcément d’être doté d’une force surhumaine et soufflait à chaque pas qui accomplissait, tel s’il lui avait été demandé d’effectuer les travaux d’Hercule !)

Enfin, le déménagement se termina en fin de journée et la chute du sketch fut moins drôle ! Un matériel très fragile, au prix coûtant de seulement trois mille euros à l’achat, cassé ! Un bureau d’ordinateur complètement lacéré sur le dessus ! Des diverses tables en verre rayées ! Etc., etc. Et bien évidemment comme cette entreprise de déménagement a été prise en urgence, aucun contrat et aucune garantie n’ont été signés ! Fort heureusement que la responsabilité incombe à la personne qui est en charge de ma situation ici ! Je n’aurai donc aucun souci pour obtenir un dédommagement, mais quand même, au niveau du principe, cela démontre un manque réel de sérieux professionnel ! Sans compter sur la lenteur des Anglais, j’aurais le temps de faire le tour du monde avant de percevoir ce dédommagement !

Pour conclure, je suis donc dans mon home sweet home avec quatre jeux d’une dizaine de clefs à rivaliser avec le trousseau de clefs du Père Fouras qui ne servent à ouvrir que les deux portes d’entrée, aucune pour la véranda, aucune pour les portes-fenêtres de la salle donnant accès à la terrasse et au jardin, aucune pour le garage, aucune pour aucune autre ouverture ! Et enfin, au bout de presque quatre semaines, j’ai enfin accès à Internet ! Là aussi, cela a été compliqué ! Un simple changement d’adresse, sachant que je suis chez le même fournisseur d’accès, puisqu’il y en a qu’un seul et unique ici d’ailleurs, a demandé un délai d’un mois ! À croire que le fournisseur a dû tirer les fils à la main d’une centrale électrique du fin fond du Zimbabwe pour les amener jusqu’ici !

Publicités