Clarence est parti

Clarence est parti_wp

20 ans, 4 mois et 2 jours. Clarence, mon tendre adoré chat est mort cette nuit. Il s’en est allé dans son sommeil. Sans souffrance, paisiblement. Il est mort à mes côtés. La peine et la douleur m’envahissent. 20 ans de parcours de vie ensemble, ce n’est pas rien. 20 ans d’amour. Je l’ai nourri au biberon. Lorsque je l’ai eu, il n’était pas sevré. Je me souviens de ma toute petite boule de poils qui me tétait la peau entre le pouce et l’index et qui s’endormait dans le creux de ma main. Il tenait dans une main. Je me souviens de nos jeux ensemble. Je me souviens de tant de choses. Il repose désormais auprès de la statue représentant Diane, la chasseresse, située dans un coin de mon jardin. Lieu ironique. Lui qui n’était pas fichu d’attraper grand-chose, sauf si l’oiseau ou la souris arrivaient devant son nez.

Une immense page de vingt années vient de se terminer et se tourne. Je pleure et j’ai mal. Il va tellement me manquer. Mais, c’est la vie. La sienne fut longue et je pense heureuse. En tout cas, je l’ai été.

Clarence, mon tendre compagnon, mon amoureux, comme je l’appelais parfois, ta mort fut aussi douce que ta vie. Je n’ai pas autant pleuré que depuis la mort de mon père. C’est idiot n’est-ce pas ? Peut-être ? Je ne sais pas. Je sais juste que mon cœur a mal…

Clarence, je t’aime.

Publicités