La science au service du sexe

La science au service du sexe_New-York-street_wp

« Un soldat américain reçoit la première greffe de pénis et de scrotum au monde », article surprenant écrit par Sciences et Avenir et AFP, publié le 24 avril 2018, que je vous invite à consulter.

Publicités

Le phénomène du « déjà-vu »

Le phénomène du _déjà-vu_wp.jpg

« Le « déjà-rêvé », un mystérieux phénomène vécu par les épileptiques », article écrit par Hugo Jalinière du magazine Sciences et Avenir que je vous invite vivement à découvrir.

1 personne sur 10 aurait de la cocaïne sur les doigts…

1 personne sur 10 aurait de la cocaïne sur les doigts..._drogue_wp

Sans jamais avoir été consommateur, même occasionnel, de cocaïne, 1 personne sur 10 aurait cette substance sur les doigts. C’est ce qu’une étude britannique a démontré grâce à un test de détection de cette drogue à partir des empreintes digitales.

Ces travaux menés par des chercheurs de l’Université de Surrey en Grande-Bretagne ont été publiés fin mars dernier dans la revue Clinical Chemistry.

La méthode établie par les scientifiques britanniques, spécialistes de la médecine légale, est ainsi un simple relevé d’empreintes digitales. En testant l’efficacité de leur méthode, ils ont constaté que parmi les participants à l’expérience qui n’avaient jamais consommé cette drogue, 13 % d’entre eux présentaient des traces de cocaïne sur les doigts.

1 personne sur 10 aurait de la cocaïne sur les doigts..._chromatographie_wp
Chromatographie

Bien que la cocaïne s’ingère par injection ou voie nasale, lorsque celle-ci est métabolisée par l’organisme, la peau exsude des traces de benzoylecgonine et de methylecgonine, des métabolites de la drogue. Et même en se lavant les mains plusieurs fois, les creux et les sillons dessinés à la surface des mains retiennent des résidus des 2 composés. Le relevé des empreintes est réalisé sur du papier pour chromatographie(1) et est ensuite analysé au spectromètre de masse(2) pour détecter la présence de cocaïne ou de ses métabolites.

Les premiers résultats avaient été publiés en septembre 2017 en démontrant la rapidité de ce test, moins de 4 minutes par échantillon, et son efficacité avec un taux de réussite à 99 %.

Les seconds résultats publiés en mars 2018 ont apporté des éléments complémentaires. Les chercheurs ont testé leur technique sur 50 volontaires n’ayant jamais consommé de drogues et 15 consommateurs réguliers. Parmi les participants du premier groupe, 13 % d’entre eux présentaient ainsi des traces de cocaïne sur leurs doigts et 1 % des traces d’héroïne. Et la raison : la cocaïne sur les billets de banque.

1 personne sur 10 aurait de la cocaïne sur les doigts..._drogue-argent_wp

Melanie Bailey, principal auteur de l’étude a expliqué : « Croyez-le ou non, la cocaïne est présente sur de nombreux billets de banque. Toutefois, nous avons été surpris que cette drogue ait été détectée sur les doigts d’un si grand nombre de volontaires. »

En effet, les billets de banque qui servent au trafic de drogue ou à l’achat de drogue des consommateurs demeurent en circulation. Ils se retrouvent partout, chez les différents commerçants et autres. Il suffit simplement d’en toucher un pour ainsi avoir des traces de cocaïne sur les doigts. Serrer la main d’un consommateur peut suffire aussi à avoir de la cocaïne sur les doigts.

Cependant, les chercheurs ont fixé des seuils permettant de distinguer les concentrations de cocaïne liées à la contamination environnementale et celles relatives à une véritable consommation, même après lavage des mains. Donc, un non-consommateur ne peut être confondu pour usage de drogues via ce test.

1 personne sur 10 aurait de la cocaïne sur les doigts..._spectromètre-de-masse_wp

(1) Chromatographie : technique d’analyse dans laquelle l’échantillon contenant une ou plusieurs espèces est entraîné par un courant de phase mobile le long d’une phase stationnaire.

(2) Spectrométrie de masse : technique physique d’analyse permettant de détecter et d’identifier des molécules d’intérêt par mesure de leur masse et de caractériser leur structure chimique. Son principe réside dans la séparation en phase gazeuse de molécules chargées (ions) en fonction de leur rapport masse/charge (m/z). Elle est utilisée dans pratiquement tous les domaines scientifiques ; physique, astrophysique, chimie en phase gazeuse, chimie organique, dosages, biologie, médecine, etc. Le temps de détection est très rapide.

Google s’engage dans l’armée…

Google s'engage dans l'armée..._butterfly_wp

Révélé par le site américain Gizmodo qui a mené l’enquête, un partenariat a été conclu entre Google et le Département de la Défense des États-Unis dans un projet d’intelligence artificielle. L’entreprise de la Silicon Valley s’est engagée auprès de l’armée américaine à mettre à son service ses technologies d’intelligence artificielle afin d’analyser un nombre important de vidéos réalisées par ses drones espions. Cette collaboration, sur l’initiative de Elon Musk, patron très médiatique de Tesla, et Mustafa Suleyman, cofondateur de la société Deepmind Technologies spécialisée dans l’IA ayant intégré l’entreprise Alphabet (maison mère de Google) en 2014, n’a pas été vraiment bien perçue au sein même de la firme.

Google s'engage dans l'armée...-color-hummingbird-panda-penguin-pigeon_wp

Cette nouvelle a eu l’effet d’une bombe parmi les employés de Google. Scientifiques et experts des technologies du monde entier, s’interrogent sérieusement sur l’utilisation de cette intelligence artificielle par l’armée. Une centaine d’entre eux a lancé un appel aux Nations Unies en 2017 pour interdire les armes autonomes.

Ce projet très controversé, baptisé Maven, connu aussi sous l’appellation de Algorithmic Warfare Cross-Functional Team (AWCFT) signifiant « Équipe inter-fonctionnelle de guerre algorithmique », est un programme émis en urgence par le Département de la Défense en avril 2017 afin qu’il soit le plus rapidement opérationnel.

Google s'engage dans l'armée...-paint_wp

L’objectif premier est de développer des technologies d’apprentissage automatique, dites machine learning, permettant d’analyser la multitude d’informations vidéos collectée par les drones de surveillance de l’armée. Une quantité telle qu’il est quasi impossible qu’elle puisse être traitée par l’Homme, raison pour laquelle l’armée veut confier la tâche à une intelligence artificielle.

Il s’agit d’une technologie de vision par ordinateur capable d’identifier automatiquement des véhicules ou tout autre objet intéressant l’armée au sein de 38 catégories. Elle permet ainsi de suivre les déplacements d’un individu. Sa mise en place date de décembre 2017 dans la lutte contre l’État islamique.

Google s'engage dans l'armée...-hummingbird-panda-penguin-pigeon-origami_wp

Or, de nombreux spécialistes craignent que l’utilisation de l’IA dans ce domaine produise des dérives considérables. En 2016 d’ailleurs, un article sur le site de l’ONG ProPublica a dévoilé l’emploi de logiciels à travers tout le pays, afin de prévoir la récidive de criminels à partir de photos, accablant de façon arbitraire les individus noirs.

Face au déferlement de ses employés totalement opposés à une telle alliance, Google s’est défendu en affirmant que sa contribution ne serait pas directement liée au combat, au point de vue offensif. Argument qui n’a convaincu personne. Sachant que l’ancien patron de Google, puis d’Alphabet, Eric Schmidt, tout en demeurant directeur au sein du conseil d’administration de la firme de Mountain View, a démissionné de son poste en décembre 2017 afin de prendre la direction du comité d’experts conseillant le département de la Défense sur les apports de l’IA dans l’armée, Defense Innovation Board.

Google s'engage dans l'armée...-hummingbird_wp

Selon The Wall Street Journal, le Département de la Défense des États-Unis a dépensé près de 7,5 milliards $ dans des domaines liés à l’intelligence artificielle en 2017. Et selon le site Gizmodo qui a interrogé un porte-parole, Google conscient du caractère controversé de l’utilisation de sa technologie dans le domaine militaire, certifie une mise en place de garde-fous et d’une politique adaptée. Peut-être pour ne pas rendre caduque sa célèbre et historique devise : « Don’t be evil », « Ne soyez pas mauvais » ?

Affaire à suivre…

L’ « éthorobotique »

L'_éthorobotique_wp

Il n’y a plus de doute possible, nous entrons de plus en plus dans l’ère de la robotique. La robotisation touche vraiment tous les domaines. En voici la preuve avec cette innovation.

L’ « éthorobotique » est une discipline inédite permettant aux éthologues une meilleure compréhension du comportement animal. Grâce aux nouvelles technologies, un niveau supérieur vient d’être franchi.

Ainsi, des chercheurs de l’Université polytechnique de New York aux États-Unis ont mis au point un poisson zèbre robotisé capable de repérer les mouvements d’un vrai poisson et de les imiter en temps réel. Baptisé Danio rerio, ce poisson robot fonctionne en « boucle fermée », il peut alors moduler son action directement en fonction du comportement d’un véritable poisson zèbre en sa présence.

Cette étude est parue le 12 janvier dernier dans la revue Scientific Reports.

L'_éthorobotique_poisson-zèbre-bleu_wp

L’emploi d’une machine contrôlée en « boucle fermée » facilite l’étude des comportements ciblés. Les expérimentateurs ont incité le poisson modèle à adopter une attitude grâce au robot. Ce dernier effectue certains mouvements déclenchant une réponse standardisée chez le modèle. Cette réaction n’aurait pu être obtenue avec une machine contrôlée en « boucle ouverte ». Ce type de machine utilisée pourtant dans la plupart des études étant préprogrammée n’aurait pu donc donner une réponse adéquate à des comportements de l’animal non intégrés à sa programmation.

Ici, la réplique présentée est alors capable de se mouvoir selon 3 axes. Elle oscille son corps, analyse les mouvements du vrai poisson et les reproduit immédiatement. Malgré que l’imitation soit une forme très basique d’interaction sociale, elle permet néanmoins un échange continu entre le robot et l’animal. Ce qui favorise l’étude du comportement de l’animal.

L'_éthorobotique_poisson-zèbre-robot_wp
(f) Poisson zèbre vivant (g) Réplique robotisée d’un poisson zèbre © Scientific Reports / Maurizio_Porfiri & all

Les chercheurs ont également procédé à des tests de préférence. Ces tests ont permis de savoir si la machine contrôlée en « boucle fermée » était mieux acceptée qu’une machine contrôlée en « boucle ouverte ». Selon les résultats, les véritables poissons ont sélectionné les répliques reproduisant leurs mouvements et n’ont montré aucun signe de crainte ou de stress en compagnie du robot.

Lors de prochaines études, les scientifiques vont s’intéresser davantage aux interactions sociales entre ces poissons afin d’approfondir leur connaissance vis-à-vis des éléments déclencheurs naturels de certains comportements.

Maurizio Porfiri, co-auteur de l’étude, a expliqué sur le site EurekAlert! : « Nous voulons comprendre ce qui se passe réellement durant les interactions entre poissons zèbres et nous pourront utiliser ces informations pour aider le robot à interpréter et répondre de manière appropriée, pas seulement en copiant ce qu’il voit ».

L'_éthorobotique_poisson-zèbre-jaune_wp

À quand les océans de poissons robots ?

Pays-Bas : « Supersola »

Pays-Bas_Supersola_panneaux-solaires-maisons_wp

La jeune entreprise néerlandaise Supersola a créé un nouveau système révolutionnaire pour panneaux solaires amovibles alimentant de manière directe les habitations en dur en énergie solaire et se posant en 5 minutes.

De nombreux panneaux solaires mobiles faciles à l’emploi existent déjà pour les mobile homes, les camping-cars ou les caravanes, non pour les maisons.

La raison. L’électricité libérée par ces panneaux solaires est un courant continu à faible voltage. Elle n’est adaptée qu’à l’alimentation des équipements nomades fonctionnant en courant continu à basse tension, 6 V pour l’USB, 12 V pour les appareils (téléviseur, par exemple) destinés aux caravanes. Mais, elle est incompatible avec le secteur qui alimente les habitations, puisqu’il s’agit d’un courant alternatif à 50 Hz et 220 volts (France).

Pays-Bas_Supersola_panneaux-solaires-parc_wp

Bien que sur les installations photovoltaïques situées sur les panneaux solaires en toiture l’électricité produite soit retransmise dans le réseau électrique standard, ces panneaux solaires ne lui sont pas directement raccordés. Un onduleur assure l’interconnexion. Son rôle est ainsi de convertir le courant continu à basse tension que délivre les panneaux solaires en courant alternatif à 220 volts. Des onduleurs de faible puissance sont vendus dans des grands magasins de bricolage ou spécialisés dans le matériel de camping pour alimenter des petits appareils fonctionnant en 220 volts depuis un panneau solaire. Ils ne peuvent cependant pas renvoyer l’électricité dans le réseau électrique d’une habitation. Pour cela, l’onduleur doit fournir du 220 V / 50 Hz tout en étant en phase avec le secteur, c’est-à-dire qu’il synchronise sa fréquence de 50 Hz avec celle du secteur afin que son apport en énergie soit bénéfique et d’éviter le court-circuit assuré dans le cas contraire.

Pays-Bas_Supersola_panneaux-solaires-herbe_wp

Cette jeune société néerlandaise a donc imaginé un onduleur intégré dans un panneau solaire d’environ 3 m2 capable de se synchroniser avec le secteur. Ce nouveau type de panneau se branche ensuite à l’une des prises de l’habitation afin qu’elle profite de sa production sans aucune modification de l’installation électrique.

Si la puissance générée demeure encore modeste, 270 W en plein soleil, elle est suffisante pour compenser la consommation d’un réfrigérateur, par exemple, ou d’appareils mis en veille. En outre, le raccordement de plusieurs de ces nouveaux panneaux sur une même installation est compatible. Néanmoins, le panneau doit être lesté en remplissant sa base d’eau afin d’empêcher le vent de le déplacer, étant donné qu’il est juste conçu pour être simplement posé au sol. Il suffit alors de le vider pour le changer de place.

Pays-Bas_Supersola_panneaux-solaires-champ_wp

Enfin, ce panneau Supersola n’est commercialisé qu’aux Pays-Bas au prix de 599 €. Mais des pourparlers sont actuellement en cours avec la marque Engie qui souhaite proposer à la distribution ce produit en France. De grandes enseignes de bricolage sont également intéressées.

Le QS conjoncture le QG

Le QS conjoncture le QG_quantified-self_wp

Le Quantified Self (QS), le « soi quantifié » ou la « mesure de soi », sous l’appellation aussi de personal analytics, est un système développé en 2007 en Californie par deux éditeurs du magazine Wired, Gary Wolf et Kevin Kelly, sous forme de rencontres entre les utilisateurs et les fabricants des outils dédiés au suivi des données personnelles. Ce concept regroupe les outils, les principes et les méthodes permettant à un individu de mesurer ses données personnelles, y compris biologiques (température, pulsions cardiaques, suivi du poids ou encore du sommeil), de les analyser et de les partager. Ces instruments peuvent être des objets connectés, des applications mobiles ou des applications Web.

Le QS conjoncture le QG_logo_wp

Ainsi l’application mobile de suivi fitness Strava, compatible avec des objets connectés, fournit à son utilisateur la cartographie précise de ses parcours de course à pied, une carte de chaleur ultra détaillée des itinéraires les plus arpentés par les coureurs de tous les continents.

Jusque là, aucun problème. Sauf que cette mise à jour de novembre 2017, d’une base de données déjà élaborée en 2015, promise comme « 6 fois plus précise » n’a pas révélé que les parcours empruntés par les coureurs. Elle a aussi divulgué par inadvertance les circuits utilisés par les militaires et par conséquent a dévoilé des bases militaires secrètes.

Pas moins de 13 milliards de points GPS pour reconstituer les itinéraires des coureurs. Ce projet titanesque amasse 1 milliard de séances d’activités pour 10 téraoctets (1012 octets), de données brutes. « Au total, les séances cumulées représentent 200 années de courses et couvrent 5 % de la surface du globe », a précisé Drew Robb, ingénieur des données chez Strava, dans une note de blog.

Le QS conjoncture le QG_corps-connecté_wp

Dans des agglomérations fortement peuplées, comme la baie de San Francisco, la région parisienne, la banlieue de Moscou, etc., ces données sont celles de civils. Or en zones de conflits, ces dernières peuvent provenir presque exclusivement de soldats en activité, si les populations locales n’ont pas recours à ce genre d’application. Nathan Ruser, analyste à l’Institut pour les analystes de conflits unis (IUCA), créé en 2015, a émis son inquiétude sur Twitter : « Si les soldats se servent de l’application pour enregistrer leurs entraînements quotidiens, comme le font les gens normaux, cela peut s’avérer particulièrement dangereux ». Avis d’ailleurs partagé par son confère Tobias Schneider : « En Syrie, les bases militaires sont presque les seules données. De ce fait, les positions russes et américaines sautent aux yeux ».

Le QS conjoncture le QG_IUCA_wp

Enfin, les militaires ont peut-être déjà reçu la consigne de désactiver cette application ou Strava est peut-être également de son côté en train de retravailler son application à la manière de Google Maps qui préfère cacher certaines localisations.

La féminisation

La féminisation_livre-plume_wp

L’écriture est un procédé qui permet de représenter un langage avec des symboles ou des lettres. Définition du dictionnaire.

Elle pourrait s’apparenter quelque part à une forme d’art, comme intégrée dans un autre sens le domaine des sciences. Ce qui semblerait peut-être encore plus vrai aujourd’hui.

De plus en plus, l’écriture s’est et se féminise pour satisfaire une idéologie et donner ainsi l’illusion à la femme qu’elle acquiert plus de droit dans la société.

On assiste alors à une technicité de l’écriture dans la volonté de la féminiser coûte que coûte. À tel point que certains auteurs femmes en rédigeant leurs articles en oublient le mot même au féminin qui existe déjà dans la langue française.

On peut ainsi lire parfois « la maire » au lieu de mairesse, « la sénateure » en échange de la sénatrice, etc. Entre parenthèses, il y a bien un terme féminin existant que l’on ne risque pas de lire de sitôt est la papesse. Celui-ci n’est concrétisé que sur une feuille de dico.

Mais quel intérêt factuel pour la cause féminine ? Se voir attribuer « auteure » à la place de femme auteur nous donne-t-il plus de droit ?

Un avortement qui prend comme féminin une IVG nous est-il un droit plus accordé pour autant dans le monde ?

La robotique en marche

La robotique en marche_wp

Le magazine Envoyé spécial du 11 janvier dernier de la chaîne de télévision France 2 s’est intéressé à l’évolution de la robotique dans le monde. « Robots, le meilleur des mondes ? » Ce reportage débute en Chine au centre postal le plus moderne du monde. Nous nous rendons ensuite en Allemagne pour rencontrer Amelia, une intelligence artificielle. Puis nous partons aux États-Unis où la robotisation remplace de plus en plus les humains au travail dans les secteurs de l’industrie et des services. Nous passons par l’Arabie Saoudite où se trouve Sophia, le premier robot humanoïde qui a reçu la nationalité d’un pays. Et de retour en Chine, nous découvrons la volonté gouvernementale d’une automatisation systématique des emplois.

La robotique en marche_robots STO Express_wp

STO Express est le centre postal numéro 3 du courrier en Chine. Véritable usine où « une armée de petits robots roulants, infatigables et dociles » effectue un ballet de va-et-vient incessants, ces 300 robots trient 70 000 colis par jour qu’ils déposent après coup dans les zones correspondantes à la destination de ceux-ci. En à peine 2 minutes, ils réalisent ces tâches qu’une main-d’œuvre humaine exécute en moyenne en 15 minutes. Mis en place en 2016 dans 4 des 7 plate-formes du grand groupe, ce système automatisé à supprimer à chaque fois les 3/4 de ses employés. Le directeur de l’usine a du reste déclaré : « d’ici 3 ans, il n’y aura plus aucun employé humain. »

La robotique en marche_Amelia_wp.jpg

En Allemagne, Amelia est l’intelligence artificielle la plus évoluée actuellement. Ce robot est capable d’apprendre, d’analyser, de traiter et d’interpréter dans son contexte précis n’importe quelle information en quelques petites minutes. « Son cerveau informatique est construit comme celui d’un humain mais sans défaillance », comme l’a précisé le directeur de l’entreprise dans laquelle elle est affectée. Habilité à remplacer des employés humains dans les secteurs bancaires, d’assurance, des ressources humaines ou encore des agences de voyages, son existence peut susciter une appréhension certaine. Des économistes de l’Université d’Oxford ont d’ailleurs révélé dans une étude de 2013 que celle-ci pourrait supplanter 99 % des emplois de bureau. Et son concepteur même a affirmé que d’ici 2025 elle supprimera 250 millions d’emplois sur la planète.

La robotique en marche_robot_wp

Aux États-Unis, une entreprise privée a été entièrement automatisée. Plus aucun humain ne travaille dans les locaux. Les machines tournent 24 h/24, dont 12 heures sans lumière. Une pause de quelques minutes seulement est utile pour les recharger. L’optimisation de la production est à son comble. La multinationale spécialisée dans la grande distribution, Walmart a licencié 7 000 comptables humains pour les remplacer par la robotique. Cas de Beverley Clayton, chef comptable dans l’entreprise pendant 15 ans, qui quelques mois après son licenciement a retrouvé le même emploi dans une société plus petite, or avec un salaire divisé par deux, des avantages, une sécurité sociale ainsi qu’une mutuelle que lui conférait son ancien employeur qu’elle n’a plus à ce jour. Elle a montré à la caméra le motif de son licenciement : « pénurie de travail ». En parallèle, Daron Acemoglu, chercheur au MIT, prestigieux Institut de technologie de Boston à Cambridge, Massachusetts, avait affirmé en 2012 : « parfois les progrès technologiques parviennent à remplacer des ouvriers par des machines mais nous pensons au final que tout ceci est positif pour les travailleurs et pour la société ». Aujourd’hui, il s’est ravisé en estimant : « nos résultats sont légèrement plus négatifs, sur 20 ans, les créations d’emplois dans d’autres secteurs de l’économie, n’ont pas compensé les destructions liées à l’automatisation ». Après une étude plus approfondie, cette fois, se basant sur de vrais indices chiffrés, il a alors observé que de 1990 à 2007, la robotique a décimé jusqu’à 670 000 emplois humains américains dans l’industrie. Outre le premier impact direct de la perte d’emploi pour un salarié, il a de même constaté un autre effet, la pression à la baisse sur les salaires qu’appliquent ces nouveaux chômeurs.

La robotique en marche_Sophia_wp

Le 25 octobre 2017, lors du congrès Futur Investment Initiative consacré aux nouvelles technologies, qui se déroulait du 24 au 27 octobre, le roi Salmane a octroyé la nationalité saoudienne à un robot humanoïde. Baptisé Sophia, ce robot fut créé à Hong Kong par la société Hanson Robotics. Doté d’une intelligence artificielle, d’une reconnaissance vocale, pouvant converser, sourire, même blaguer, ce robot peut reconnaître les visages et son propre faciès en silicone peut mimer 62 expressions humaines, selon son concepteur. Sa fonction première sera d’aider les personnes âgées et d’assurer un accueil dans les parcs de Riyad. Présentée au public sans porter de voile, ni d’abaya (tenue pourtant obligatoire pour les Saoudiennes), ni chaperonnée par un homme (valant de lourdes conséquences à n’importe quelle Saoudienne en chair et en os), Sophia a posé nombreuses interrogations quant à sa légitimité au regard des droits de la femme quasi inexistants dans ce pays. Le robot aurait-il donc plus de droits que la femme ? Question principale qui a été soulevée par beaucoup d’internautes sur les réseaux sociaux. En outre, même si le Ministère de la culture saoudien a confirmé l’annonce sur sa nationalité acquise, il ne s’est toutefois pas étendu sur les droits garantis par celle-ci. Quoi qu’il en soit, Sophia est le premier robot humanoïde à obtenir une nationalité.

La robotique en marche_humanoïde_wp

Enfin, le gouvernement central chinois a imposé un plan national de robotisation massif en 2014 en vue d’accroître son économie. Pas moins de 650 000 robots prévus d’ici 2025 viendront remplacer des millions d’ouvriers afin de rendre le pays plus compétitif. Mais cette volonté cache un autre dessein. Suite aux nombreux mouvements sociaux qui ont eu lieu ces dernières années et se sont accrus dans tout le pays, notamment en 2013, où les ouvriers ont massivement protesté en faisant grève, le gouvernement a ainsi décidé de ce plan afin d’enrayer ce phénomène.

« Les robots vont-ils simplement nous délester des tâches ingrates ou bien vont-ils nous remplacer ? », a suggéré le reportage.

Trop tôt ou trop tard pour se poser la question ? Toujours est-il que cette robotique en marche peut à la fois nous ébahir par son avancée technologique fulgurante, comme elle peut nous faire sincèrement peur quant à la place qu’aura l’être humain dans la société à venir…

La robotique en marche_Alpha 1S_wp

L’intelligence serait-elle devenue un science ?

nerve cells

Selon des études scientifiques internationales :

L'intelligence serait-elle devenue une science_femme-fatigue_wp.jpg

Les personnes qui éprouvent des difficultés à se lever le matin seraient dotées d’une intelligence supérieure

Étude intitulée Why night owls are more intelligent ? Pourquoi les noctambules sont-ils plus intelligents ?  Elle a été menée par une équipe de chercheurs de The London School of Economics and Political Science (LSE), université britannique spécialisée dans la recherche scientifique et l’enseignement académique des sciences économiques, politiques, sociales et de la finance, dirigée par le psychologue évolutionniste Satoshi Kanasawa.

Celui-ci a étudié le rythme circadien (rythme biologique de 24 heures) de l’humain et de l’animal. Il a constaté que l’humain en comparaison de l’animal pouvait contrôler ce rythme. Lors de l’étude, les scientifiques ont pu observer que les individus qui se couchaient très tard le soir et avaient du mal à se lever le matin présentaient un meilleur raisonnement, étaient plus structurés et par conséquent au sens large, plus intelligents.

Le Professeur Marina Giampietro avait également réalisé des recherches similaires des années auparavant en expliquant que « multiplier les situations qui sortent des habitudes pré-requises encourage le développement d’un esprit non-conventionnel, et des capacités à trouver des alternatives et des solutions originales. Et être debout la nuit et dormir la journée, c’est tout sauf normal. Ainsi, vivre selon ce mode de vie inversé pourrait améliorer certaines de nos compétences intrinsèques. »

L'intelligence serait-elle devenue une science_chat-langue_wp.jpg

Les personnes grossières, vulgaires, seraient plus intelligentes que la moyenne

Des chercheurs de l’établissement supérieur dans l’État de New York aux États-Unis, le Marist College, ont prouvé suite à une étude que les individus grossiers obtenaient des scores plus élevés aux tests de QI et que leur vocabulaire était bien plus riche que l’idée préconçue selon laquelle les gens adeptes de gros mots ont des lacunes linguistiques, pas assez de vocabulaire et communiquent ainsi pour compenser ce manque.

Richard Stevens, professeur de l’Université de Keele en Angleterre, a démontré que jurer avait un effet thérapeutique sur la santé mentale. La vulgarité agirait comme une sorte de catharsis (extériorisation des traumatismes vécus) et permettrait alors de calmer les nerfs et réduire le stress.

Le psychologue Dr Jay a expliqué dans son livre que les personnes vulgaires avaient plus d’humour et étaient en meilleure santé. Les gros mots étant une transgression des règles sociales, le fait d’enfreindre ces codes confèrerait une dimension particulière à l’humour.

L'intelligence serait-elle devenue une science_chat-langue-couleurs_wp.jpg

Les personnes appréciant l’humour noir seraient d’une haute intelligence

Une étude publiée dans la revue Cognitive Processing a révélé qui l’intelligence jouerait un rôle majeur dans l’appréciation de l’humour noir.

L’équipe de chercheurs sous la direction de Ulrike Willinger de l’Université médicale de Vienne en Autriche a interrogé 76 femmes et 80 hommes âgés de 33 ans en moyenne. Elle a montré aux participants 12 dessins humoristiques de The Black Book, bande dessinée du dessinateur allemand Uli Stein, l’un des maîtres en matière d’humour noir, a spécifié le quotidien britannique The Guardian. Puis, les participants ont été divisés en 3 groupes. Ils ont passé des tests oraux et écrits de QI, des tests sur l’humeur et l’agressivité ainsi qu’ont été questionnés sur leur parcours scolaire. Le groupe d’individus ayant le mieux compris et le plus apprécié les blagues ont obtenu les meilleurs scores aux tests de QI et les scores les plus bas aux tests sur l’humeur et l’agressivité. Les participants de ce groupe étaient également « les mieux éduqués », a précisé l’étude.

L'intelligence serait-elle devenue une science_tableau_wp
Tableau issu de l’étude des chercheurs montrant que plus les personnes apprécient l’humour noir, plus leur QI est haut, leur agressivité basse et leur humeur bonne – Cognitive Processing

The British Psychological Society Research Digest blog (BPS Research Digest) a noté que les résultats de cette étude contredisaient aussi d’autres théories plus ou moins récentes sur les relations entre l’humour et l’agressivité, notamment l’hypothèse mise en avant en 1905 par le psychanalyste Sigmund Freud selon laquelle l’humour permettrait de libérer des pulsions sexuelles et agressives refoulées.

Les auteurs de l’étude ont résumé : « Notre étude est en adéquation avec les recherches qui avaient déjà établi une corrélation entre le sens de l’humour et le QI, mais réfute la croyance répandue selon laquelle les gens qui apprécient l’humour noir ont tendance à être grincheux et sujets au sadisme […] les résultats suggèrent au contraire que l’appréciation de l’humour noir est un processus complexe de traitement de l’information qui pourrait être dégradé par une humeur négative et un niveau élevé d’agressivité ».

L'intelligence serait-elle devenue une science_bébé-langue_wp

L’intelligence est transmise par la mère

D’après une étude écossaise, l’intelligence d’un enfant dépendrait en grande partie de celle de sa mère. Les chercheurs ont étudié durant 22 ans 13 000 adolescents. Résultat : le QI d’un enfant ne varie en moyenne que de 15 points par rapport à celui de sa mère. Les gènes liés à l’intelligence se trouveraient dans le chromosome X. Ce qui confèrerait deux fois plus de chance à la femme de les transmettre.

L'intelligence serait-elle devenue une science_chromosome_wp

Après l’on dit que les longues études ne payent pas…

Pour conclure, hormis votre maman qui vous a permis d’avoir un QI, si vous ne faites partie d’aucun de ces cas, inutile d’en déduire l’état de votre intelligence. En ce qui me concerne, je n’intègre qu’une catégorie, celle des gens qui aiment l’humour noir. Je suis donc qu’1/3 intelligente. Heureusement que ces études sont là, on se sent moins bête.