Indonésie : un python réticulé a avalé un homme

Indonésie_un python réticulé a avalé un homme_serpent_wp
Le python réticulé étouffe ses victimes et les avale grâce à des mâchoires prodigieusement extensibles – RÉMI GARCIA/BIOSPHOTO

Fait divers incroyable qui s’est déroulé fin avril dernier en Indonésie.

Sur l’île des Célèbes*, le corps d’un jeune homme de 25 ans a été retrouvé dans l’estomac d’un python réticulé.

Celui-ci (Malayopython reticulatus), est un serpent constricteur pouvant mesurer jusqu’à 8 m de long et tuer ainsi un homme aisément.

Et c’est malheureusement ce qui est arrivé à Akbar. Ce jeune homme était parti rejoindre une plantation de palmiers à huile familiale. Inquiets de ne plus avoir de nouvelles de lui depuis plusieurs jours, les villageois ont aperçu un python réticulé de 7 m de long qu’ils trouvèrent étrangement gonflé et présentant une grande difficulté à se déplacer. Ils ont alors tué le serpent et lorsqu’ils l’ont ouvert, ils y trouvèrent le corps du jeune homme à l’intérieur.

Indonésie_un python réticulé a avalé un homme_corps_wp
L’homme était probablement dans l’estomac du python depuis quelques jours déjà ©NASARUDDIN/AFP

Selon Karim Daoues, créateur de la ferme tropical et spécialiste des reptiles : « C’est un cas de figure très rare, seulement une dizaine de cas semblables ont été vérifiés […] on en a dénombré qu’une dizaine […] À l’instar des attaques de requins sur l’homme, Il s’agit généralement d’une confusion avec une autre proie […] Il est plausible que l’attaque soit consécutive à l’homme qui se baisse, car la posture debout et l’odeur humaine sont identifiées comme une menace par le serpent. Chez les serpents, il est géré par la langue. Ils récupèrent des particules odorantes dans l’atmosphère qui vont être analysées pour déterminer où se trouve la proie. Cette capacité est couplée à des fossettes thermos-sensorielles qui offrent une vision infrarouge à l’animal qui repère alors les mammifères à sang chaud. […] En terme de taille, un homme de 50kg s’avère tout à fait ingérable pour un python réticulé. Il peut le digérer mais l’animal n’aura plus aucune mobilité et on retrouve le serpent quasiment à chaque fois. Parfois il régurgite ou meurt car la capture est trop grosse. »

Enfin, Victor Miget, un journaliste du magazine Sciences et Avenir et auteur de l’article a précisé : « Pour avaler une proie plus large que lui, le serpent dispose d’une gueule bien particulière, les mandibules inférieures ne sont  jointes aux supérieures que par un ligament élastique capable de s’étendre jusqu’à 10 fois par rapport à leur taille initiale. Cette caractéristique répond en fait à une logique écologique. Les pythons sont des prédateurs opportunistes qui mangent ce qu’ils trouvent. Du plus petit mammifère en passant par le singe et à de très rares occasions… l’homme. »

*Célèbes ou Sulawesi est une île d’Indonésie située à 300 km à l’est de Bornéo, à 600 km au sud des Philippines, à 200 km à l’ouest des Moluques et au nord-est de Java. Avec une superficie de 189 035 km2, c’est la 4e plus grande île du pays qui ne compte que 7 % de la population. Son relief particulièrement accidenté est principalement recouvert de forêt tropicale. Le point culminant de l’île est le mont Rantemario avec 3 478 mètres d’altitude.

Publicités

L’Indonésie renforce sa loi contre le viol

lindonesie-renforce-sa-loi-contre-le-viol_suspect_wp
L’un des suspects dans l’affaire du viol collectif et du meurtre de l’adolescente de 14 ans

L’Indonésie a adopté en octobre dernier un amendement à la loi relative à la protection des mineurs condamnant désormais les violeurs et les pédophiles à la castration chimique ou à la peine de mort.

En rappel. En septembre dernier, dans l’ouest de l’île de Sumatra, une jeune fille de 14 ans a été violée collectivement puis tuée par 4 jeunes hommes âgés de 16 à 23 ans. Cette affaire avait créé un véritable vent de révolte au sein de la population qui avait alors demandé au Gouvernement de renforcer la loi contre ces crimes.

Le Président Joko Widodo a donc répondu à cet appel en annonçant ce projet amendement. Soumis au vote du Parlement et après des mois de délibérations mouvementées, ce projet d’amendement a obtenu la majorité des votes pour.

Cette nouvelle loi prévoit ainsi une peine obligatoire de 10 ans de prison et permet aussi à l’appréciation du juge une condamnation du criminel au port d’une balise électronique, à la castration chimique ou à la peine de mort, selon la gravité de l’acte.

lindonesie-renforce-sa-loi-contre-le-viol_prevenus_wp
Les prévenus dans l’affaire du viol collectif et du meurtre de l’adolescente de 14 ans

Bien que cette loi eût obtenu la majorité des votes en sa faveur, elle divise le pays. Au sein même du Parlement comme du corps médical ou des organisations de défense des droits de l’Homme, certains estiment une trop grande sévérité de loi. Ils vont jusqu’à prendre la défense de la santé des criminels en avançant l’argument qu’en cas de castration chimique pratiquée trop jeune chez un jeune homme, celle-ci pourrait lui être fatale et vont presque jusqu’à inverser les rôles en mettant en avant les droits humains des criminels. Quant aux victimes, apparemment tant pis pour elles.

En parallèle, les 4 auteurs du viol collectif ont été condamnés, dont 3 à 20 ans de prison et le 4è, considéré comme l’instigateur du viol, à la peine de mort.

Quoi qu’il en soit, que l’on trouve ou non ce genre de loi trop sévère, il est réconfortant de constater qu’un pays se décide enfin à se ranger du côté des vraies victimes.

Donc, oui pour la castration chimique. En revanche, concernant la peine de mort, cela peut rester discutable.

Indonésie : la loi islamique ou le retour aux méthodes barbares

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-homme_wp

En Indonésie, dans la capitale de Banda Aceh, très récemment, 6 couples plus 1 homme ont été flagellés sur la place publique pour avoir enfreint la loi islamique en vigueur.

Et quelle loi !

Ces couples ont fauté. Ils ont osé se promener dans la rue trop près de l’un de l’autre, se tenir la main en public, s’échanger quelques baisers ou pire encore s’enlacer en se prenant dans les bras, alors qu’ils ne sont pas mariés.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-femme_wp

Ils ont donc été repris à l’ordre et pas à la méthode douce.

Ainsi, 6 femmes et 7 hommes, de 21 à 30 ans, ont été menés devant l’une des mosquées de la capitale pour recevoir une vingtaine coups de bâton dans le dos. La 7è femme a échappé à la sentence, mais de manière temporaire, du fait de sa grossesse.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-1_wp

Obligés de se mettre à genoux, ils ont reçu ce châtiment barbare face à une foule venue assistée à cette pitoyable scène.

La charia qui empoisonne cette région de Nanggroe Aceh Darussalam a de nouveau fait des victimes. Cette loi considère que faire preuve d’affection envers le sexe opposé sans être marié est un délit au même titre que de se livrer aux jeux d’argent, boire de l’alcool ou être homosexuel. Et la punition appliquée est la flagellation, comme au temps du Moyen-Âge.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-2_wp

Un photographe de l’AFP, présent sur les lieux, a ainsi pu rendre compte de cette ignoble peine infligée.

Sous les encouragements de la foule, l’une des femmes en larmes par la douleur a reçu 23 coups de bâton pour s’être « tenue trop près de son petit-ami », l’une des hommes, lui, pour « avoir passé du temps avec un membre du sexe opposé dans un endroit caché d’une manière qui aurait pu conduire à l’adultère. »

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-3_wp

Partagées sur les réseaux sociaux par les médias et les internautes qui ont suivi, ces clichés ont fait ressurgir les vives critiques par rapport à cette province, seule à imposer la charia dans ce pays essentiellement musulman.

D’ailleurs, depuis octobre 2015, le Code Criminel Islamique de cette province, au statut autonome unique, a été modifié de façon encore plus stricte, puisqu’il s’est vu réassorti d’un nouveau délit punissable, celui des relations sexuelles consentantes hors mariage.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-4_wp

Les organisations de défense des droits de l’Homme ont dénoncé cette nouvelle mesure comme étant non seulement un viol de la vie privée, mais surtout une autre porte ouverte sur la condition féminine déjà fort bien maltraitée.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-5_wp

Amnesty International a ainsi déclaré : « Les lois concernant l’adultère sont discriminatoires et ont un impact disproportionné sur les femmes. Les attentes sociales concernant un « comportement approprié des femmes » et les attitudes discriminantes cherchant à contrôler la sexualité des femmes signifient que les femmes et les filles ont plus de risques d’être arrêtées et poursuivies pour ces soi-disant « crimes ». »

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-6_wp

Quant au maire de la ville, il a déclaré à l’AFP que ces jeunes serviraient d’exemple afin que « personne d’autre n’enfreignent la loi à l’avenir »

No comment ! Ces images parlent d’elles-mêmes…