Les Jeux Paralympiques d’été à Rio

Les Jeux Paralympiques d'été à Rio_wp

Les Jeux Paralympiques d’été de 2016 à Rio de Janeiro au Brésil débutent officiellement aujourd’hui et ce jusqu’au 18 septembre. C’est la 15è saison. Premiers Jeux Paralympiques d’été qui se déroulent pendant l’hiver de la ville hôte et les premiers, comme les J.O., qui ont lieu en Amérique du Sud.

Durant cette période 4 350 sportifs des 176 pays participants concourront dans 23 sports, 24 disciplines et 528 épreuves. Deux nouveaux sports font également leur entrée, le canoë et le para triathlon. Les athlètes russes sont exclus de ces Jeux en raison de dopage. Le Comité International Paralympique, le CIP leur ont ainsi interdit la participation, car les Jeux Paralympiques représentent les valeurs du courage et du respect vis-à-vis de leurs concurrents de même niveau. Par ailleurs, le CIP a autorisé le 5 août dernier qu’une équipe d’athlètes de réfugiés composée notamment d’un nageur syrien et d’un lanceur de disque iranien participe sous le nom d’Athlètes paralympiques indépendants.

Le logo choisi évoque 2 archétypes, l’infini et le cœur, symbolisant la tolérance, la passion et la chaleur du peuple brésilien.

Les Jeux Paralympiques d'été à Rio_mascottes-vinicius-tom_wp

Concernant les mascottes, nous retrouvons celles des Jeux Olympiques, Vinicius et Tom.

Et pour la suite des évènements, nous n’avons plus qu’à laisser nos sportifs faire le reste en leur souhaitant une très bonne chance et d’excellents Jeux Paralympiques !

Enfin, bien que ces Jeux soient beaucoup moins médiatisés que leurs homologues, ils ont tout autant leur importance. C’est pour cela qu’au cours de leur durée, je vous présenterai quelques articles en référence.

Publicités

Nas cores de Brasil

Nas cores de Brasil_carte_wp

Recette qui suit celle du lundi pour saluer le Brésil qui est à l’honneur en ce moment avec les J.O. et afin de nous maintenir en forme à défaut de participer à cet évènement…

Plat froid ou tiède pour 1 personne.

Nas cores de Brasil_salade_wp

Dinde marinée à l’ananas sur son lit de salade

(216,55 kcal (357,55 kcal) et moins de 10 €)

Nas cores de Brasil_wp

– 120 g de dinde coupée en petits morceaux (120 kcal)
– 60 g de maïs (boîte) égoutté (46,2 kcal)
– 30 g de noix (206,7 kcal)
– 30 g de cœur de palmier (boîte) égoutté (8,1 kcal)
– 120 g d’ananas en morceaux frais (54 kcal)
– 120 g de salade verte hachée (18 kcal)
– 5 g de ciboulette ciselée (1,5 kcal)
– 5 g de poivre blanc en poudre (12,55 kcal)
– 15 ml de sauce de soja réduite en sel (7,8 kcal)
– 15 ml de vinaigre de riz (2,7 kcal)

La veille :

Mixez 90 g d’ananas, mélangez-les dans un bol avec la moitié du poivre blanc, 10 ml de sauce de soja et 10 ml de vinaigre de riz.

Ajoutez les morceaux de dinde et mélangez bien l’ensemble de sorte à imbiber la dinde au maximum.

Emballez tout le contenu du bol (jus compris) dans du film alimentaire en veillant à bien le fermer hermétiquement. Mettez mariner au réfrigérateur toute la nuit, avec un minimum de 7 heures.

Le jour J :

Dans un bol, préparez une vinaigrette en mélangeant les 30 g restants de morceaux entiers d’ananas avec la ciboulette, le reste du poivre blanc, de la sauce de soja et du vinaigre de riz.

Déballez la dinde marinée et mettez-la dans une poêle creuse ou un wok avec le reste de la marinade. Cuisez 10 à 15 minutes sur feu doux, selon la taille des morceaux de dinde et de la puissance de chauffe de votre appareil de cuisson, en remuant sans arrêt.

Dans un saladier, mélangez la salade avec la vinaigrette et ajoutez la dinde avec le jus de cuisson, s’il en reste.

Et à table !

Nas cores de Brasil_ananas_wp

(V)

Nas cores de Brasil_noix_wp

Pour vous, pas de marinade ! Pas de temps d’attente ! C’est super fastoche !

Mélangez tous les ingrédients dans un saladier et dégustez !

Nas cores de Brasil_maïs_wp

Sur ce, je vous retrouve lundi prochain avec une recette d’amours-en-cage…

Bon appétit !

Aux couleurs du Brésil

Aux couleurs du Brésil_drapeau_wp

Pour tous les passionnés des Jeux Olympiques qui ont leur dose de sport et par conséquent qui ne veulent pas s’ennuyer à préparer un repas compliqué, cette recette est pour vous !

Plat chaud ou froid pour 1 personne.

Aux couleurs du Brésil_salade-verte_wp

Bœuf haché à la sauce de salade

(205,9 kcal (189,4 kcal) et environ 5 €)

Aux couleurs du Brésil_wp

– 110 g de bœuf haché à 5% de matière grasse (136,4 kcal)
– 110 g de haricots rouges cuits (119,9 kcal)
– 120 g de salade verte (18 kcal)
– 20 g de tomate (1 grosse tomate cocktail) jaune entière (4 kcal)
– 15 g de ciboulette en poudre (4,5 kcal)
– 5 g de 4 épices en poudre (20 kcal)
– 5 g de poivre noir en poudre (15,2 kcal)
– 15 ml de sauce de soja réduite en sel (7,8 kcal)

Préchauffez le four à 120°C, chaleur tournante.

Mixez la salade en un liquide. Dans un bol, mélangez-le avec l’ensemble des ingrédients sauf la tomate. Mettez la préparation dans un ramequin allant au four. Posez la tomate au centre de la préparation.

Cuisez dans le four 12 à 15 minutes, selon votre préférence de cuisson de la viande, à 120 °C.

Et c’est tout ! Vous pouvez vous mettre à table !

Aux couleurs du Brésil_tomate-jaune_wp

  • Note

– Cette recette peut se consommer chaude comme froide.

– Et si vous souhaitez rester dans le thème des couleurs du Brésil, vous pouvez utiliser un ramequin de couleur bleue, car peut-être ne suis-je pas douée, mais trouver un aliment bleu… ?

Aux couleurs du Brésil_haricots-rouges_wp

Je vous retrouve mercredi avec une autre recette toujours à l’honneur de ce pays…

Bon appétit !

Brésil : J.O. 2016 – Flashback

Brésil_JO.2016 - Fashback1_wp

Pause olympique ! Enfin… pour nous, mais certainement pas pour les athlètes qui sont en pleine compétition des jeux ! Et pour cette pause, un petit retour en arrière en quelques images de cette magnifique cérémonie d’ouverture…

Brésil_JO.2016 - Fashback2_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback3_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback4_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback5_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback6_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback7_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback8_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback9_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback10_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback11_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback12_wp

OLY-2016-RIO-OPENING-FIREWORKS
Fireworks are seen during the Opening ceremony for Rio 2016 Olympic games at Maracaña Stadium in Rio de Janeiro on August 5, 2016. / AFP PHOTO / YASUYOSHI CHIBA

Brésil_JO.2016 - Fashback14_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback15_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback16_wp

Brésil_JO.2016 - Fashback17_wp

Bon dimanche à tous !

J.O. à Rio

J.O. à Rio_logo_wp

Du 5 au 21 août, nous allons vivre au rythme des Jeux Olympiques d’été qui se déroulent à Rio de Janeiro !

Mais pourquoi, me diriez-vous, cette année est plus significative que les autres années où ont lieu les Jeux Olympiques ?

Parce que, tout simplement, cet évènement sportif vient de s’inscrire pour la première fois en Amérique du Sud !

Hé oui ! Jamais les Jeux Olympiques ne se sont présentés dans cette partie du monde !

Et pour une telle occasion, la mascotte Vinicius, élue par pas moins de 323 327 Brésiliens, représentera l’esprit du pays comme celui du sport ; cette mascotte étant un mélange des animaux emblématiques du Brésil !

J.O. à Rio_plage-copacabana_wp
Vinicius sur la plage de Copacabana

Par là même :

– 37 lieux pour accueillir les jeux sont prévus !
– 10 500 athlètes présents à concourir !
– 42 sports en compétition !
– Le rugby revient dans la course après 92 ans d’absence !
– Le golf aussi, mais après 112 ans !
– 204 pays présents !
– Teddy Rinner, notre judoka français, porte-drapeau de la France ! Cocorico !
– 7,5 millions de billets mis en vente !
– 70 000 bénévoles pour aider au bon fonctionnement des jeux !
– 306 médailles seront remises durant 17 jours !

J.O. à Rio_ouverture_wp

Tout un magnifique programme pour les sportifs comme pour les non sportifs pour vibrer au rythme chaleureux et aux couleurs d’un pays tout autant dangereux que somptueux !

Alors, afin de rythmer, nous aussi, notre vie pendant cette période, dans la conjoncture morose dans laquelle nous vivons en ce moment, de s’évader de notre quotidien, vibrons juste un instant à coups de samba et de bossa nova !

Car, au moins, cet évènement, lui, ne peut être annulé comme celui de braderie de Lille, sous le prétexte d’une impossibilité d’une sécurité suffisante, ou parce que certains de nos dirigeants sont peut-être bien trop préoccupés à s’intéresser à leur carrière plutôt que de trouver le temps suffisant afin de prévoir une sécurité suffisante pour un évènement qui a tout de même lieu chaque année.

J.O. à Rio_vinicius-tom-mascottes_wp

Pour le coup, comme pour le coût, ce sera encore une fois de plus toujours les mêmes qui payeront les conséquences d’une telle décision. Et surtout, 1 point pour les terroristes et 0 pour la démocratie ! Puisqu’en agissant de la sorte, nous offrons aux terroristes ce qu’ils veulent…

« Impossible, n’est pas français ! » Apparemment si !

Sur ce, bon dimanche !

Brésil : l’expo choc sur la plage de Copacabana

Brésil_l'expo choc sur la plage de Copacabana1_wp

La célèbre plage de Copacabana a changé d’aspect récemment pour la bonne cause.

Une ONG brésilienne a ainsi décidé de transformer l’une des plus célèbres plages de Rio de Janeiro en une exposition géante pour dénoncer la « culture du viol » dans son pays, suite au viol collectif d’une adolescente.

Le 21 mai dernier, Mina, une adolescente de 16 ans, avait été droguée, frappée et violée par 33 hommes dans une favela à l’ouest de Rio. Les violeurs avaient publié des vidéos montrant l’horreur de la scène, dont l’un d’entre eux avait été jusqu’au point de filmer ses parties intimes ensanglantées. Et ces images partagées avaient même reçu les félicitations dans les commentaires de certains internautes qui estimaient que cette jeune fille « l’avait bien cherché », « bien mérité »

Brésil_l'expo choc sur la plage de Copacabana2_wp

Malgré les avis de recherche de la police, la plupart de ces violeurs courent toujours dans la nature.

Et bien que cette affaire sans nom et sa médiatisation aient provoqué une colère massive au Brésil comme sur le plan international, d’autres internautes insistaient sur l’attitude de soi-disant « fille facile » de cette jeune fille, de ses tenues et autres arguments aussi navrants afin de justifier l’acte odieux dont elle avait été victime.

Des propos malsains qui n’ont qu’affirmé ce que malheureusement diverses associations de défense des droits des femmes avaient déjà dénoncé, cette « culture du viol » coutumière prenant de plus en plus de terrain.

Puisqu’il y a deux ans de cela, un sondage effrayant révélait que 65,1 % de la population approuvaient les agressions sexuelles des femmes en tenue trop légère.

L’ONG Rio de Paz a donc décidé d’agir à sa manière afin d’interpeller l’opinion publique et les autorités en organisant ainsi sur la plage de Copacabana une immense expo choc.

Activists Protest Violence Against Women In Rio De Janeiro
RIO DE JANEIRO, BRAZIL – JUNE 06: Photographs by Marcio Freitas of models portraying women who are abused are displayed on Copacabana beach with 420 pairs of underwear at a demonstration against violence against females on June 6, 2016 in Rio de Janeiro, Brazil. The demonstration was put on by the NGO Rio de Paz who said the 420 pairs of underwear represent the number of women raped in Brazil every 72 hours. The protest follows the gang rape of a 16-year-old girl in late May in Rio de Janeiro. The Rio 2016 Olympic Games begin August 5. (Photo by Mario Tama/Getty Images)

Des centaines de petites culottes rouges et blanches tachées de faux sang jonchaient le sable ainsi que des panneaux géants positionnés à la verticale représentant des visages de femmes avec une main rouge peinte sur la bouche, symbole du silence forcé des victimes dans la crainte d’être insultées par des inconnus ou même par la police.

Sur sa page Facebook, se lit le leitmotiv de l’ONG : « Nous ne pouvons tolérer les violences faites aux femmes. » Celle-ci explique aussi que les 420 sous-vêtements déposés sur la plage ne sont pas le fruit du hasard. Ce nombre correspond à celui des femmes violées tous les 3 jours au Brésil.

Brésil_l'expo choc sur la plage de Copacabana4_wp

Quant aux visages des femmes, ils ont été immortalisés par le photographe Marcio Freitas et entrent dans une collection intitulée « Je ne me tairai jamais »

Cette expo ayant créé un immense effet sur le web continue de produire un véritable écho, notamment sur Twitter où de nombreux hashtags ont vu le jour, #EstuproNuncaMais, plus jamais de viol, #EstuproNaoTemJustificativa, rien ne justifie un viol.

Devant la colère des Brésiliens, le Président par intérim, Michel Temer, a déclaré vouloir mettre en place un département de la police fédérale spécialisé dans les violences faites aux femmes. Cependant beaucoup considèrent cette volonté insuffisante pour résoudre ce très sérieux problème et préfèrent agir à l’image de cette initiative d’expo choc.

Dindim & João

Dindim & João1_wp

Une très belle histoire d’amitié entre l’animal et l’homme.

Dindim & João2_wp

Cela fait maintenant 5 ans que « Dindim », un manchot de Magellan, parcourt 8 000 km aller et retour pour retrouver tous les ans son sauveur devenu son ami, João Pereira de Souza, et repartir rejoindre la banquise.

Dindim & João3_wp

João, un maçon retraité de 71 ans coule des jours heureux sur l’île d’Ilha Grande au large de Rio au Brésil où il s’adonne à son loisir favori, la pêche.

Dindim & João4_wp

Et c’est en 2011 que sa vie de retraité paisible va changer. Se promenant sur la plage, il découvre agonisant sur un rocher, couvert de pétrole, un oiseau migrateur marin, qu’il appellera plus tard Dindim. Sans aucune hésitation, il recueille l’animal blessé chez lui, le nettoie du mazout, le soigne et l’aide à reprendre des forces en le nourrissant de poissons à la façon de ses congénères afin qu’il accepte de se nourrir plus facilement. Ses forces retrouvées, le manchot séjourne quelques temps chez son sauveur puis part rejoindre les siens du côté de la Patagonie à environ 4 000 kilomètres au Sud.

Dindim & João5_wp

Poursuivant alors sa vie commune de retraité, quelques mois plus tard, il voit revenir le manchot sur la plage à l’endroit où il l’avait découvert. Et cela dure maintenant depuis 5 ans où Dindim migre jusqu’au pêcheur avec lequel il reste 8 mois avant de retourner sur la banquise.

Dindim & João6_wp

Un lien très fort s’est ainsi tissé entre le pêcheur et le manchot. D’ailleurs, à chaque fois que Dindim retrouve João, il ne peut s’empêcher de cacher sa joie ; sa queue frétille, il pousse des petits cris et couvre son ami de bisous avec son bec.

Dindim & João7_wp

João a déclaré à Globo TV, chaîne de télévision à laquelle il a dévoilé son incroyable histoire qui a traversé les frontières pour arriver jusque chez nous : « Je l’aime comme si c’était mon propre enfant et je pense que lui aussi m’aime »

Dindim & João8_wp

Et oui ! Incroyable histoire lorsque nous savons que les manchots ont davantage tendance à pincer les humains qu’à leur faire des bisous ! Pour les experts, Dindim considère tout simplement le pêcheur comme l’un des siens.

Dindim & João9_wp

Une dernière photo pour clôturer cet article en tendresse…

Dindim & João10_wp

Bon dimanche !

Silvana Lima

Silvana Lima_surf1_wp

Histoire ahurissante de cette sublime championne brésilienne de surf qui n’a pas réussi à trouver de sponsor pour soutenir sa carrière durant presque 13 ans parce qu’elle ne répondait pas aux critères physiques, jugée trop moche !

Début mars, la chaîne britannique de radiotélévision BBC a mis à l’honneur les sportives et en particulier Silvana Lima, surfeuse numéro 1 du Brésil.

Silvana Lima_surf2_wp

Seulement âgée de 30 ans, 8 fois championne de son pays et 2 fois médaille d’argent aux championnats du monde, cette sportive n’a pu compter que sur elle pour avancer dans sa carrière pendant 13 ans, comme elle l’a confié dans le reportage : « Je ne ressemble pas à un mannequin. Je suis une surfeuse, une professionnelle. Les marques de surf, lorsqu’il s’agit de femmes veulent les deux. Donc si vous ne ressemblez pas à un top-modèle, vous finissez sans sponsor. C’est ce qui m’est arrivé. Vous êtes exclue, vous êtes jetable. Les hommes n’ont pas ce problème. »

Issue d’une famille modeste, elle a commencé le surf à l’âge de 7 ans avec une simple planche en bois dans laquelle elle a introduit un aileron. Elle a appris son sport au milieu des garçons avec lesquels elles voulaient surfer. Et c’est avec un style « radical », tel qu’elle le décrit, qu’elle enchaîne les compétitions.

Silvana Lima_chiens_wp

Battante au fond de l’âme et surtout désireuse de rester la plus naturelle, comme elle l’a déclaré : « Je pourrai me faire faire des implants mammaires, me teindre les cheveux, porter des lentilles pour avoir les yeux bleus, mais ce serait vraiment bizarre. Personne ne me reconnaîtrait. Ce ne serait pas moi », elle a fait alors preuve d’ingéniosité afin de pouvoir continuer à se confronter aux vagues du monde entier.

Elle a ainsi commencé à élever des bouledogues français pour les vendre et financer sa carrière. Et malgré que le parcours fut difficile, elle est aujourd’hui heureuse d’avoir persévéré : « J’ai dû faire face à beaucoup d’obstacles depuis mon enfance. Je les porte avec moi tout le temps, mais je pense que c’est une bonne chose. C’est bon pour endurcir une personne. »

Silvana Lima_surf3_wp

Et cette année, pour Silvana Lima, cette femme d’exception, enfin une grande marque de sport lui a ouvert ses portes et lui a offert un contrat.

Nous lui souhaitons bonne chance pour la suite en espérant de tout cœur que cette grande marque de sport qui a décidé de la sponsoriser pourra en appeler d’autres à le faire afin qu’elle puisse poursuivre une longue et encore meilleure carrière…