La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic

La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic_photo-CCO-CREATIVE-COMMONS_wp
Photo CCO CREATIVE COMMONS

Une grande première. La Food and Drug Administration (FDA), Agence américaine des denrées alimentaires et des médicaments a annoncé par communiqué : « Le IDx-DR est le premier système autorisé à la commercialisation qui fournit une décision de dépistage sans qu’un clinicien interprète aussi l’image ou les résultats, ce qui le rend utilisable par des professionnels de santé qui ne sont normalement pas impliqués dans les soins oculaires. »

Cet outil vise la rétinopathie diabétique qui se distingue par des lésions de la rétine. Elle est une complication très sérieuse du diabète qui touche 50 % des personnes diabétiques de type 2, à différents stades. Le taux trop élevé de sucre dans le sang caractéristique du diabète de type 2 tend à altérer la paroi des capillaires, des micro-vaisseaux sanguins qui irriguent notamment la rétine. Cette fragilisation pouvant conduire à l’éclatement de ces vaisseaux rétiniens peut progresser jusqu’à la cécité. Le diabète est aussi responsable de 12 % des cas de cécité dans les pays occidentaux. L’ancienneté du diabète, le niveau de glycémie, un diabète instable, l’hypertension artérielle, etc. sont des facteurs favorisant la venue et la progression de la rétinopathie diabétique. Cette pathologie peut également engendrer d’autres maladies oculaires, telles que les glaucomes ou la cataracte, et ainsi causer la cécité en l’absence d’un traitement adéquat.

La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic_FDA_wp

Le IDx-DR est un logiciel informatique qui utilise un algorithme d’intelligence artificielle afin d’analyser les images des yeux capturées par une caméra rétinienne. N’importe quel médecin ou professionnel de santé peut ensuite charger les images du patient dans un cloud (exploite la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l’intermédiaire d’un réseau, généralement Internet) où le système va alors procéder à l’analyse. Le système fournit au médecin le fond de l’œil avec ou sans anomalie. Dans le cas où une anomalie serait détectée, le programme recommande le patient à consulter un ophtalmologue. Si l’analyse ne révèle en revanche aucune anomalie, l’examen peut être renouvelé un an plus tard.

Le Dr Malvina Eydelman, directrice de la division ophtalmique à la FDA, a expliqué : « La détection précoce de la rétinopathie est une partie importante dans l’organisation des soins pour les millions de personnes atteintes de diabète. Pourtant, la plupart de ces patients ne sont pas examinés comme il le faudrait pour la rétinopathie diabétique puisque 50 % d’entre eux ne consultent pas leur ophtalmologue chaque année comme ils le devraient […] La FDA continuera à faciliter la disponibilité de dispositifs de santé numériques sûrs et efficaces qui pourraient améliorer l’accès des patients aux soins de santé nécessaires. » Ce IDx-DR semble fonctionner, étant donné qu’il voit juste 9 fois sur 10, selon les résultats d’un essai clinique mené sur 900 patients et étudié par la FDA. Il pourrait donc permettre de grossir la proportion de patients se faisant dépister de cette pathologie.

La FDA autorise une intelligence artificielle à poser un diagnostic_oeil_wp

Cependant, ce procédé de diagnostic doit avoir un prix. Et celui-ci n’a pas été évoqué. Il faut rappeler que le système de santé aux États-Unis est extrêmement coûteux. On peut donc s’interroger sur la volonté de la FDA, tant mise en avant, à augmenter le nombre de consultations ophtalmologiques. Si le patient n’a pas les finances en vue de consulter un spécialiste des yeux, il n’en aura pas davantage pour s’adresser à ce nouveau dispositif. Maintenant, à moins qu’il soit gratuit…

Publicités