Une enseignante en garde à vue suite au suicide d’une de ses élèves de 11 ans

Une enseignante en garde à vue suite au suicide d'une de ses élèves de 11 ans_fr-pontoise-blason_wp

Le harcèlement scolaire n’est pas prêt de s’arrêter, du fait de certains adolescents comme de certains adultes, semble-t-il.

En juin dernier, Evaëlle, une collégienne de 11 ans, mettait fin à ses jours. Cinq mois après son suicide, une enquête pour homicide involontaire et harcèlement a été ouverte. Cette information judiciaire ouverte a conduit, entre autres, au placement en garde à vue d’une enseignante de la jeune fille.

Les élèves suspectés d’avoir harcelé la jeune collégienne devront ainsi répondre de leurs actes comme leur professeure placée en garde à vue.

« Il reviendra au juge d’instruction de convoquer les personnes visées et d’envisager leur mise en examen. Les parents d’Evaëlle pourront se constituer partie civile, être entendus, demander des investigations et avoir accès au dossier », a précisé le procureur de Pontoise, Éric Corbaux, après de l’AFP.

Selon les parents de la victime, l’enseignante aurait sa part de responsabilité, puisqu’elle aurait aussi participé au harcèlement de leur fille. Plusieurs témoins auraient confirmé ces dires.

Marie, la maman de la collégienne avait déjà évoqué l’implication du corps enseignant dans cette affaire, déclarant au journal Le Parisien : « ce n’était pas un harcèlement que de la part des élèves […] Il faut prendre le mot harcèlement au sens large ». Selon elle, sa fille aurait non seulement été la proie d’élèves, subissant insultes, brimades et violences de leur part, mais également était devenue le souffre-douleur d’une enseignante. Soupçon corroboré par plusieurs témoignages. « C’est parti de là. Elle la traitait de folle », a déclaré une amie de la victime au sujet de l’enseignante. « Quand tu n’arrives pas à faire quelque chose, elle te dit que tu es nulle », a informé l’une de ses anciennes élèves. « Ça dépend des personnes. Elle s’attaque aux plus faibles », a ajouté une autre élève concernant la même enseignante.

Le parquet de Pontoise a donc ouvert une information judiciaire contre X pour homicide involontaire et contre l’enseignante ainsi que plusieurs élèves pour « harcèlement moral sur mineur de 15 ans ».

Affaire à suivre…