Pas de cuisine

Pas de cuisine_vin-rouge-fromage-saucissons-raisin_wp

Lorsque vous lirez cet article, je serai de nouveau dans les cartons, mais cette fois-ci en mode déballage. Je serai enfin en train d’ouvrir tous les cartons sans exception. Terminé les cartons remplis et fermés qui demeurent entassés dans une pièce, un garage ou une cave ! Fini d’être contrainte de cohabiter avec eux !

Je serai à coup sûr en pleine euphorie de redécouvrir des objets divers et variés que ma mémoire aura probablement oubliés au fur et à mesure de ces années. Je serai remplie d’émotion en voyant ces objets réveiller le souvenir qui lui appartient. Je serai aussi cette petite fille émerveillée au moment de Noël lorsqu’elle ouvre ses cadeaux. J’écouterai de la musique pendant que mon esprit remontera le temps à chaque objet évocateur d’un passé lointain…

Je n’aurai donc pas la tête à la cuisine. Je penserai certainement à mon père, à ses objets qu’il a ramenés de ces voyages lorsqu’il était dans la marine et qu’il m’a donnée de son vivant, me connaissant et sachant alors que j’en prendrai bien soin. Je me rappellerai nos instants partagés, nos moments privilégiés, nos sorties à la pêche au bord d’une rivière, à la cueillette des champignons dans la forêt, nos repas campagnards où nous mangions en pleine nature du pain, beurre, bon saucisson du pays et du fromage, avec un petit coup de vin rouge. Je me rappellerai ce temps où nous pouvions profiter de la vie sans que l’on nous dise que boire de l’alcool est mauvais pour la santé, manger de la viande contribue au massacre des animaux, respirer trop tue, vivre…

Publicités