Maria Goeppert-Mayer

Maria Goeppert-Mayer_1906-1972_wp

Née Maria Gertrud Käte Goeppert le à Katowice, ville du Royaume de Prusse à l’époque, et morte le à San Diego en Californie, elle est une physicienne germano-américaine. Elle devient la deuxième femme de l’histoire, après Marie Curie en 1903, à être récompensé du prix Nobel de physique en 1963. Il faudra attendre 55 ans pour une autre femme, Donna Strickland, obtienne ce prix Nobel.

En 1929, étudiante en doctorat à l’université de Göttingen, elle démontre théoriquement l’existence de l’absorption à deux photons (ADP), alors que la première mise en évidence expérimentale de l’ADP n’aura lieu que trente ans plus tard avec l’invention des lasers. De nombreuses applications ont été développées à partir du principe de l’ADP, telles que la limitation optique, le stockage optique 3-D de l’information, l’imagerie médicale, la micro-fabrication et la photochimiothérapie. Son nom a été donné à une unité de mesure de l’efficacité d’absorption, le Goeppert-Mayer, « GM ».

Maria Goeppert-Mayer_royaume-de-prusse-flag_wp

En 1935, après avoir suivi son mari aux États-Unis à l’Université Johns-Hopkins, elle ne peut occuper qu’un poste d’assistante sans salaire. Elle publie un article historique sur la double désintégration bêta. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle rejoint le projet Manhattan et collabore avec Edward Teller, physicien nucléaire hongro-américain. Le projet Manhattan est le nom de code du projet de recherche qui créa la première bombe atomique durant la Seconde Guerre mondiale, mené par les États-Unis le Royaume-Uni et le Canada.

Elle travaille par la suite à l’Université de Chicago. Elle y développe le modèle en couches qui lui vaudra plus tard d’être lauréate avec Hans Daniel Jensen du prix Nobel de physique de 1963 « pour leurs découvertes à propos de la structure en couches du noyau atomique ».

En 1960, elle obtient un poste de professeur à l’Université de Californie à San Diego. Bien qu’elle souffre d’un AVC peu après son arrivée, elle continue à enseigner et poursuit ses recherches pendant plusieurs années.

Maria Goeppert-Mayer_royaume-de-prusse-blason_wp

Le 20 février 1972, elle décède à San Diego des suites d’une crise cardiaque survenue l’année précédente, l’ayant laissée dans le coma. Elle est enterrée à El Camino Memorial Park à San Diego.

Elle est inscrite au National Women’s Hall of Fame. Fondé en 1969 à Seneca Falls dans l’État de New York, il honore et perpétue la mémoire des citoyennes américaines qui se sont particulièrement illustrées dans le domaine des arts, des humanités*, des sciences, de la politique, des affaires ou du sport. C’est à Seneca Falls que se tint les 19 et 20 juillet 1848 la première convention pour les droits des femmes aux États-Unis. Son nom a été également donné à l’un des cratères de Vénus, dont la liste recense les cratères connus de la planète ainsi que leurs noms. Une plaque commémorative en son honneur a été aussi apposée à Katowice.

Maria Goeppert-Mayer_plaque-commémorative-katowice_wp

*Le terme humanités a longtemps distingué les collèges dispensant la première partie de l’enseignement des arts libéraux de la faculté des arts de l’Université. Il existait sept arts libéraux. Ils désignaient une grande part de la matière de l’enseignement concernant les lettres latines et les sciences des écoles de second niveau de l’Antiquité, se poursuivant sous plusieurs formes au Moyen Âge. Ces collèges d’humanités étaient pourvus de trois ou quatre classes de grammaire, de deux classes d’humanité et de rhétorique. Du Moyen-Âge à la Révolution française, ils étaient l’équivalent de notre enseignement secondaire actuel et préparaient à l’entrée dans l’une des trois autres facultés de l’Université, droit, médecine et théologie. Par la suite, les Humanités ont continué à qualifier les disciplines traitant des langues et de la littérature ancienne, c’est-à-dire essentiellement le latin et le grec ancien. Aujourd’hui les Humanités déterminent un champ disciplinaire plus large, contenant les Lettres et une partie des Sciences humaines et sociales. L’évolution de sens est emprunt de l’anglais Humanities, mais elle est aussi la conséquence des grands débats pédagogiques qui ont accompagné la marginalisation du grec et du latin par de nouvelles matières (français, sciences, langues étrangères, etc.), débats concrétisés en France par la réforme des lycées de 1902.

Publicités