La vitesse de la mort cellulaire

La vitesse de la mort cellulaire_cellules_wp

Xianrui Cheng et James E. Ferrell Jr, deux biochimistes de l’Université de Stanford (États-Unis) ont mesuré la vitesse à laquelle se déplacent les signaux biologiques commandant aux cellules leur autodestruction.

Le résultat de leurs travaux a été publié le 10 août dernier sur le site de la revue Science.

Les cellules ont un programme d’autodestruction qui s’enclenche en réponse à certains signaux biologiques. Elles mettent 30 micromètres par minute, soit environ 2 millimètres à l’heure pour s’autodétruire. Ce phénomène connu sous le nom d’apoptose correspond à l’aboutissement d’une chaîne de réactions chimiques, « ondes de déclenchement », trigger waves. Elle joue un rôle physiologique essentiel dans la préservation de l’organisme. Une cellule est en quelque sorte toujours à l’affût afin de savoir lorsqu’elle devient obsolète et doit être remplacée par une nouvelle. Ainsi, la dégradation de l’ADN, la raréfaction ou la disparition de facteurs de croissance, les signaux hormonaux… sont autant d’indicateurs pouvant provoquer l’apoptose.

apoptosis

Afin de mesurer la vitesse de ces « ondes de la mort », les biochimistes ont dirigé leurs travaux sur des œufs de grenouilles (du genre Xenopus), ayant la spécificité d’être dotés de cellules de très grande taille, environ 1,2 millimètre. Ils ont observé le développement des signaux entraînant la mort cellulaire. Une performance qui a été réalisée en premier lieu sur une partie de la cellule in vitro, grâce à un produit de contraste lié aux signaux chimiques occasionnant l’apoptose. Ils ont ensuite vérifié leurs données sur une cellule complète, pour s’assurer que la vitesse enregistrée du signal était égale à l’état naturel. Or, ils n’ont pu utiliser le produit de contraste, étant inopérant dans ce cas en raison de l’opacité des œufs. Cependant, lorsqu’ils ont porté l’apoptose sur un œuf intact, ils ont constaté un assombrissement progressif de la cellule, allant de l’extérieur vers l’intérieur à une vitesse constante de 30 micromètres par minute. Ils ont donc certifié une vitesse constante de la mort cellulaire.

Des informations cruciales, sachant que les phénomènes d’apoptose constituent un axe déterminant dans la recherche contre le cancer ; l’objectif étant de parvenir à déclencher la mort programmée des cellules cancéreuses en trouvant les bons signaux.

La vitesse de la mort cellulaire_cellules-normale-apoptique_wp

Une avancée donc majeure pour combattre cette maladie qui tue des millions d’individus dans le monde, et ce quel que soit leur âge.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s