Aretha Franklin

Aretha Franklin_wp
1942 – 2018

Comme tous les amoureux de ce genre musical, il est impossible de ne pas dire quelques mots sur la disparition de cette grande Dame.

Née le 25 mars 1942 à Memphis (Tennessee) et a passé son enfance à Détroit (Michigan), Aretha Franklin nous a quittés hier 16 août à l’âge de 76 ans après un long combat contre un cancer  du pancréas.

Baptisée « Queen of Soul », elle restera la chanteuse de tous les records du monde ; l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques en vinyle de l’Histoire et l’une des chanteuses les plus célèbres.

45 ans de carrière au cours desquels, elle a reçu 18 Grammy Awards (la récompense la plus prestigieuse de la musique aux États-Unis et donc au monde), a remporté un Golden Globe pour sa chanson Never Gonna Break My Faith dans le film Bobby sorti en 2006. Elle a son étoile sur le très réputé trottoir Walk of Fame (Hollywood Boulevard), une médaille présidentielle de la liberté (la Légion d’Honneur américaine) et a été agréée de diplômes honorifiques par les plus remarquables universités du pays, telles que celle de Princeton, Yale, Harvard ou encore Brown. Elle a chanté pour le Président Barack Obama lors de son investiture, pour Elizabeth II et avec les artistes les plus talentueux de ces dernières décennies, tels que Elton John, Tony Bennett et bien d’autres.

Aretha Franklin demeurera à jamais l’étoile la plus brillante de la musique Soul qui fera vibrer les autres étoiles dans le ciel qu’elle a rejointes désormais…

Yémen : 11 millions d’enfants luttent pour leur survie

Yémen_11 millions d'enfants luttent pour leur survie_flag_wp

Depuis 2014, le Yémen est au centre d’un violent conflit entre des rebelles chiites Houtis (utilisant des enfants soldats depuis au moins 2009) et la coalition de pays arabes menée par son voisin l’Arabie Saoudite.

Henrietta H. Fore, haut fonctionnaire et diplomate américaine, en fonction depuis le 1er janvier 2018 au poste de directrice générale de l’UNICEF, s’est rendue récemment dans ce pays. Le constat sur les conditions de vie des enfants yéménites qu’elle a établi est sans nom. De retour d’une visite de 4 jours, elle a tenu une conférence de presse sur le sujet.

Yémen_11 millions d'enfants luttent pour leur survie_family_wp

11 millions d’enfants yéménites, plus que « la population totale de la Suisse » luttent pour leur survie. « Déscolarisés, contraints de se battre, mariés de force, affamés, victimes de maladies évitables », comme le choléra qui ravage le pays depuis le début du conflit, les enfants sont frappés de plein fouet par la situation apocalyptique du pays.

En décembre 2017, le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) avait fait état sur son compte Twitter d’1 million de Yéménites qui souffrait du choléra, une maladie pouvant être pourtant évitée par un simple vaccin. Cette affection touche plus particulièrement les enfants et les individus fragilisés vivant dans des conditions d’hygiène lamentables, consommant de l’eau ou des aliments contaminés. Ce qui est malheureusement le cas en période de guerre.

Yémen_11 millions d'enfants luttent pour leur survie_emblem_wp

Ces enfants privés de tout vivent l’enfer. L’UNICEF avait d’ailleurs rapporté que depuis 2015, au moins 2 200 d’entre eux seraient morts et 3 400 blessés. Ces chiffres seraient loin de correspondre à la réalité, ils pourraient être plus élevés.

Henrietta H. Fore a raconté l’état psychologique et physique dans lequel se trouvaient les enfants qu’elle a rencontrés. Dans un centre de soutien psychologique et social venant en aide à ceux qui ont dû fuir Al-Hodeïda (la 4e plus grande ville du Yémen située sur la mer Rouge et ville portuaire importante du pays), ayant essuyé une terrible offensive en juin dernier, elle a discuté avec une petite fille. Celle-ci lui a montré un dessin représentant le monde dans lequel elle espérait vivre ; une petite fille aux vêtements propres assise dans un parc avec une amie sous le soleil. Un dessin d’évasion du quotidien de la fillette fait de bombardements, de déplacements et de peur.

Yémen_11 millions d'enfants luttent pour leur survie_famille_wp

Dans les salles de soins de Sanaa, capitale du pays, elle a vu « un enfant de 8 mois peser le même poids qu’un nouveau-né […] des bébés minuscules lutter pour respirer dans leur couveuse […] parmi eux se trouvaient des jumeaux siamois dont la vie était suspendue à une opération qu’ils ne pouvaient obtenir au Yémen ».

Ne suscitant pas trop l’intérêt général, dont le regard du monde s’est détourné d’eux, ces enfants au cœur d’une guerre oubliée seront encore nombreux à mourir dans ce pays à feu et à sang.