France : un principal de collège mis à pied pour avoir dénoncé un viol entre élèves

France_un principal de collège mis à pied pour avoir dénoncé un viol entre élèves_wp.png

Rapportée par le journal Le Parisien, cette histoire a de quoi nous faire bondir.

Paul Gobillot, 62 ans, principal du collège Saint-Joseph à Saint-Ambroix dans le Gard, une institution catholique, a été suspendu de ses fonctions pour avoir signalé un viol collectif entre élèves auprès de la gendarmerie. Il a été convoqué ce lundi 11 juin par la direction diocésaine de l’enseignement pour un entretien préalable à son licenciement. Celle-ci lui reproche de ne pas avoir respecté « le protocole hiérarchique ». D’après elle il aurait dû prévenir « directement le procureur selon la procédure administrative » au lieu de contacter les gendarmes.

Interrogé par Le Parisien, l’avocat du principal Philip de Lumley-Woodyear a déclaré : « Il s’agit d’une véritable chasse à l’homme car ce directeur a prévenu les gendarmes dès sa connaissance des faits. Rien n’a été caché. Bien au contraire. Qu’est-ce qui dérange tant dans sa démarche ? Eh bien comme la loi le stipule les officiers de police judiciaire sont tenus d’informer le procureur. La meilleure preuve en est la mise en examen de ces adolescents ».

France_un principal de collège mis à pied pour avoir dénoncé un viol entre élèves_matériel_wp

Les faits remontent en mars dernier au cours d’un voyage scolaire à Malte. Deux garçons en classe de 4e âgés de 13 ans ont violé un élève de leur classe étant le souffre-douleur de l’un des deux depuis la rentrée scolaire. Pendant que les deux le violaient, un troisième élève filmait la scène. La vidéo a été ensuite relayée sur les réseaux sociaux. Le principal du collège absent lors de ce voyage a pris connaissance des faits le 28 mars à la suite d’un nouvel incident d’agression sexuelle. Le principal a expliqué au journal : « Dès que j’ai été informé des faits, j’ai accompagné la famille pour qu’elle dépose plainte au plus vite auprès de la gendarmerie. Je pense avoir fait ce qu’il était de mon devoir de faire dans l’urgence ».

Les deux présumés coupables ont été mis en examen pour « viol en réunion », « violences » et « harcèlement moral ». Ils sont désormais placés sous contrôle judiciaire avec interdiction d’approcher la victime. Quant au principal, suspendu de ses fonctions depuis mars par la direction diocésaine, il reçoit aujourd’hui le soutien d’un grand nombre de personnes du corps enseignant de l’établissement dans lequel il exerçait, des parents d’élèves ainsi que de citoyens lambdas outrés par cette décision injuste et incompréhensible.

France_un principal de collège mis à pied pour avoir dénoncé un viol entre élèves_school_wp

De son côté, Jérôme Martine, 50 ans, directeur diocésain de l’enseignement a répondu : « Il y a divers griefs qui sont formulés. Une procédure est en cours et avant toute décision, il ne m’appartient pas de m’exprimer plus avant en avant ». Il a refusé de détailler ces griefs.

« Peut-être lui reproche-t-on surtout sans l’avouer d’avoir mis en place une classe pour les enfants déscolarisés ou de sans papiers pour les intégrer dans le milieu scolaire… ! » a conclu l’avocat du principal du collège.

Publicités

7 commentaires sur « France : un principal de collège mis à pied pour avoir dénoncé un viol entre élèves »

  1. C’est vraiment du grand n’importe quoi. Une fois de plus on marche sur la tête. ça me révolte. Quand on voit ça beaucoup d’enseignants qui auront pris connaissance des agissements similaires hésiteront à bouger de peur de se retrouver mis à pieds. Je vais partager sur les réseaux sociaux.

    Aimé par 2 personnes

    1. C’est effectivement du grand n’importe quoi. La preuve en est encore faite là que les religieux, quels qu’ils soient, sont sectaires et stupides. Ils oublient dans ce cas qu’un gamin de 13 ans s’est quand même fait violer. Merci pour le partage.

      Aimé par 2 personnes

  2. Je suis absolument outré qu’on puisse être aussi malsain à 13 à ans et encore plus du fait qu’on puisse licencier une personne qui dénonce un acte aussi immoral 😤. Tout les parents de cet école devraient placer leurs enfants dans une autre école car comment peut on confier nos enfants à des responsables aussi ignobles ??? 😮 😮 😱😠

    Aimé par 1 personne

  3. La réaction contre ce proviseur est certainement un règlement de compte. Mais une mise à pied ne veut pas dire sanction contre lui et avec un avocat cela va se retourner contre ceux qui sont à l’origine de cette sanction provisoire. Si le proviseur a bien réagi, ceux qui ont cru abuser impunément de leur pouvoir vont avoir à le regretter. Ils n’ont pas bien réfléchi. Ce proviseur est en position de force malgré cet épisode difficile. Il ne faut pas qu’il se laisse intimider. Il doit en ressortir grandi.

    J'aime

    1. Effectivement, il est entièrement dans son droit. Il a bien réagi. Il a fait exactement ce qu’il fallait faire. Et bien sûr que c’est un règlement de compte. Maintenant, ce proviseur a 62 ans. Je pense qu’il sait comment prendre les choses. Merci pour ton commentaire 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s