La Grèce et le Pérou légalisent le cannabis à usage thérapeutique

La Grèce et le Pérou légalisent le cannabis à usage thérapeutique_cannabis_wp

Le 1er mars 2018, le Parlement grec a légalisé la production de cannabis à usage médical et de produits pharmaceutiques dérivés. Le gouvernement avait déjà autorisé en 2017, sous conditions, l’importation de certains produits pharmaceutiques à base de cannabis ainsi que la culture du chanvre (Cannabis sativa) à des fins industrielles ; construction, textile, papeterie, alimentation, etc.

La Grèce et le Pérou légalisent le cannabis à usage thérapeutique_Grèce_wp

Le projet de loi a été soutenu par les députés de la majorité, liant gauche radicale, droite souverainiste, et de l’opposition de centre gauche. L’opposition conservatrice néonazie et le parti communiste KKE ont voté contre. Le texte soumet la culture de cette plante et la fabrication de produits pharmaceutiques dérivés à des conditions strictes. Le cannabis à usage récréatif reste prohibé. De cette mesure, le pays attend des retombées en termes d’investissements, comme l’a déclaré Yannis Tsironis, ministre adjoint au développement agricole, auprès de l’AFP : « Cette réforme doit ouvrir la voie à des investissements grecs et étrangers ». Selon le gouvernement et des experts, le climat du pays est très propice à la culture du cannabis. Le chiffre d’affaires pouvant être généré par ces investissements « est estimé entre 1,5 et 2 milliards d’euros ». Il a été également précisé que des entreprises grecques, israéliennes et canadiennes seraient intéressées.

La Grèce et le Pérou légalisent le cannabis à usage thérapeutique_Pérou_wp

Quant au Pérou, il est devenu le 5e pays d’Amérique latine à légaliser le cannabis à usage thérapeutique, ainsi après le Mexique, la Colombie, le Chili et l’Argentine, le 16 novembre 2017. Pedro Pablo Kuczynski, président de centre droit, élu en juillet 2016 sur promesse de « moderniser » ce pays andin, a notifié : « Le Pérou est en train de tourner plusieurs pages, d’avancer vers la modernité et ce texte est une page importante car il met fin à des préjugés et des mythes ».

La Grèce et le Pérou légalisent le cannabis à usage thérapeutique_Pérou1825-1950_wp

Ce projet de loi a suscité de longs débats avant sa promulgation. Les auteurs du texte ont toujours stipulé que la consommation du cannabis en tant que tel n’était pas envisagée, mais qu’il s’agissait uniquement d’extraire les composants médicinaux de cette plante en vue d’une utilisation dans le cadre de traitements anti-douleurs. Les usagers devront être inscrits sur un registre officiel après accord d’un médecin. Ce projet de loi avait été déjà proposé en février par le gouvernement à la demande d’un groupe de mères de famille dont les enfants étaient atteints de maladies sévères, notamment de cancer et d’épilepsie, et pour lesquels aucun médicament existant n’apaisait leurs douleurs. Ces mères avaient elles-mêmes développé une huile à base de marijuana et s’étaient retrouvées aux prises de la justice ; la consommation de cannabis étant interdite dans le pays. Le Pérou est le 2e producteur mondial de feuilles de coca, servant de base à la cocaïne, bien qu’il tente de combattre le narcotrafic.

La Grèce et le Pérou légalisent le cannabis à usage thérapeutique_Uruguay_wp

L’Uruguay est le pays qui a été le plus loin concernant le cannabis. En décembre 2013, il est le 1er pays au monde à légaliser la production, la distribution et la consommation de cannabis. Le 1er octobre 2015, « deux licences de production et de distribution de cette substance » ont été attribuées par l’État à des entreprises locales, parmi les 22 candidates, avait déclaré M. Roballo, secrétaire de la présidence uruguayenne. Le gouvernement a ensuite travaillé avec les pharmacies pour « y mettre en place la distribution » du cannabis à usage récréatif, avait-il été précisé. Cette vente de cannabis en pharmacie est le 3e volet longtemps repoussé de cette loi pionnière de 2013 ; les deux premiers étant la culture de cannabis à titre personnel ou au sein d’un club ayant été déjà mis en pratique. M. Roballo avait rappelé : « L’esprit de la loi est de réguler la consommation afin de mettre en place une politique qui garantit la santé de la population, tout en prévenant la consommation abusive ou problématique, en sensibilisant la population aux conséquences de la consommation et en contribuant à la lutte contre le narcotrafic et le crime organisé ». L’achat en pharmacie est nominatif et limité à 40 g par mois et par usager. Depuis juillet, la marijuana à usage récréatif est vendue en pharmacie dans tout le pays.