« Opération PANGEA X »

Opération PANGEA X_pilules_wp
Photo Philippe Huguen / AFP

Ce 25 septembre, Interpol a annoncé une prise record pour un montant de 51 millions $. 25 millions de médicaments contrefaits et interdits dans le monde vendus sur Internet ont été ainsi saisis. Des compléments alimentaires, pilules anti-douleur, aux traitements contre l’épilepsie ou encore les troubles de l’érection jusqu’à des produits nutritionnels ont été retrouvés parmi eux.

« La vente de produits pharmaceutiques contrefaits ou faux constitue un sujet croissant de préoccupation dans le monde car elle présente un danger pour la santé de consommateurs sans méfiance qui considèrent que les médicaments sont sans risques », a déclaré Immanuel Sam, responsable du bureau d’Interpol en Namibie.

Ce grand coup de filet est le résultat de l’opération PANGEA X lancée en 2008 contre les réseaux de vente illicites de médicaments sur Internet. Cette opération menée entre le 12 et 19 septembre dernier dans 123 pays, dont un nombre record de participations pour la première fois des pays africains, a permis 400 interpellations, 3 584 fermetures de sites et l’arrêt de plus de 3 000 publicités louant les vertus de produits pharmaceutiques.

Opération PANGEA X_Pixabay_wp
© Pixabay

Selon Interpol, cette opération a donné également lieu à une enquête sur la vente illégale d’équipements médicaux, comme des implants dentaires, des préservatifs, des seringues et du matériel chirurgical. Cette investigation a conduit à des saisies d’un montant de 500 000 $.

Tim Morris, le directeur exécutif pour les services de police d’Interpol, a exprimé de son côté son inquiétude sur l’augmentation alarmante des produits pharmaceutiques non autorisés ou non contrôlés sur Internet : « Cette tendance met des vies en danger. Le fait que nous assistions à de tels résultats considérables après dix années d’opérations Pangea montre que la vente en ligne de médicaments interdits constitue un défi persistant et sans cesse croissant ».

Enfin, Interpol a précisé que PANGEA X  tenait aussi à sensibiliser l’opinion publique sur les dangers de l’achat de médicaments sur Internet.